Informations

Existe-t-il une histoire écrite sur le Sonderkommando Elbe ?


Je regardais une émission intitulée Dogfights où ils parlaient du Sonderkommando Elbe et de leur tactique consistant à enfoncer des Messerschmitt Bf 109 dans des bombardiers américains est une sorte d'attentat suicide. Cela m'a rappelé les attaques kamikazes de l'armée de l'air japonaise, mais cela ne semblait pas être une tactique de longue durée pour les Allemands - je ne peux trouver qu'une seule référence à une mission effectuée le 7 avril 1945 ; et le spectacle n'a noté que celui-ci dans le programme mais j'ai oublié beaucoup de détails. J'espérais qu'il pourrait y avoir un livre sur ce sujet que quelqu'un puisse recommander sur ce qu'était cette unité, comment elle est née et le petit succès qu'elle semblait avoir.


Arno Rose et Adrian Weir sont deux recommandés[1] auteurs qui ont écrit sur le thème du Sonderkommando Elbe. Le livre d'Arno Rose Radikaler Luftkampf (Traduction: Radical Dogfight) fait évidemment un excellent travail en fournissant des descriptions et des explications. Cependant, je n'ai pas trouvé de traduction en anglais ou de copie numérique qui pourrait être traduite. Les livres d'Adrian Weir sont plutôt un aperçu complet de la situation de l'Allemagne en 1945. L'édition de 1997 comprend 38 pages d'illustrations ainsi que des détails minute par minute de la mission suicide.

  • 1.Recommandation trouvée à mi-chemin de la discussion sur le forum.

Le dernier vol de la Luftwaffe : le destin de Schulungslehrgang Elbe, 7 avril 1945 publié 1997 208 pages, 38 illustrations n/b

En avril 1945, l'Allemagne était sur la bonne voie pour perdre la guerre, subissant un assaut des Soviétiques à l'Est et des bombardements incessants d'avions britanniques et américains à l'Ouest. Le commandement allemand a choisi de riposter avec une opération à petite échelle ne nécessitant que des ressources limitées : ils ont envoyé des pilotes relativement inexpérimentés de la célèbre Luftwaffe dans une mission suicide volant directement dans une formation de bombardiers américains. Suivez cette histoire défiant la mort et peu connue dans les moindres détails.


Le dernier vol de la Luftwaffe : le destin de Schulungslehrgang Elbe publié 2000 192 pages

Le 7 avril 1945, l'Allemagne a dû lutter pour arrêter les forces ennemies envahissantes, s'appuyant sur des opérations à petite échelle qui nécessitaient des quantités limitées de carburant et d'armes, et faisant appel à des équipages aériens relativement inexpérimentés. Comment l'une des forces aériennes les plus victorieuses du monde est-elle arrivée à une telle crise ? La réponse réside dans cette histoire étonnante, racontée en détail minute par minute, du dernier vol de la Luftwaffe et de la mission suicide directement dans une formation de raid de bombardiers américains.


Information additionnelle:


Rammkommando Elbe

Publier par Tolga Alkan » 14 janv. 2004, 17:29

Bonjour,
Aujourd'hui, j'ai lu des récits personnels impressionnants de deux officiers qui n'étaient tous deux que quelques membres du personnel ayant survécu à l'éperonnage. J'aimerais en savoir plus sur l'unité et ses autres survivants.

Publier par ChrisMAg2 » 14 janv. 2004, 19:00

Publier par Érich » 14 janv. 2004, 21:34

Chris, les discussions de Rammkommando Elbe étaient si compliquées que personne, y compris moi-même, ne savait quelle était la fin !

Tolga s'il vous plaît soyez plus précis. L'éperonnage était assez rare mais était parfois utilisé par les pilotes de Sturmstaffel dans Sturmstaffel 1, les trois Sturmgruppen et le désastreux Rammkommado Elbe qui porte plusieurs autres noms. De quelles dates parles-tu ?

Publier par ChrisMAg2 » 14 janv. 2004, 22:55

@Erich,
les fils sont comme le sujet. Je pourrais offrir plus de liens, mais vous seriez probablement encore plus confus.
Ce sujet rebondit de temps en temps sur tous les sites importants, je le sais.
Mais voici un court ! reprendre:
Tous les fils de discussion concernant les attentats suicides, le pilonnage, le SdKdo Elbe, le Sonderlehrgang Elbe et même le KG 200 sont corrélés, sinon tous identiques.
C'est vrai qu'il y avait le projet de percuter un bombardier avec un chasseur. Mais ce n'était pas un attentat suicide, comme le "Kamikaze" japonais. La formation s'est déroulée sur plusieurs AF distants. Pour l'instant, il n'y en a qu'un ! attaque vérifiée (avril '45).--

Ce qui rend ce fil si mystérieux, c'est qu'il y a plus de rumeurs qui circulent que de faits. D'après ce que j'ai lu, la majeure partie de la littérature est fausse. Toute l'histoire semble avoir peu de faits. Et les rares connus sont très mystifiés.

Pour trouver un meilleur CV : consultez les deux derniers messages du deuxième lien que j'ai donné.

Je suis désolé de vous avoir confondu. . que puis-je dire de plus ?
Salutations

Publier par Érich » 14 janv. 2004, 23:07

non je comprends tes propos. Diront que les pilotes du JG 300 ont été impliqués dans un effort non rentable pour abattre les ponts de l'Elbe en 1945. Mais il y aura plus dans notre livre.

Il y a quelques différences cependant.

Sturmstaffle 1 et les pilotes de Sturmgruppen devaient prêter serment et serment écrit que si quelque chose comme des blessures, une perte d'armement et des dommages à leurs propres Fw 190, ils feraient bien sûr ce qui était possible pour abattre un bombardier lourd américain, même en éperonnage. Les Gruppenkommandeurs et Staffelkapitän n'ont pas tenu les pilotes à cela.

Rammkommando Elbe était une mission d'éperonnage, mais pas jusqu'à la mort. Les Bf 109 non blindés devaient plonger sur les queues des formations B-17 et percuter les queues, mais avant cela, les pilotes devaient sauter.

L'opération dont j'ai fait allusion plus haut avec les ponts de l'Elbe était une pure mission suicidaire pure et simple mais elle n'a pas été réalisée. Tout ce qui est proche du "style japonais" n'est que cela, même pas proche. leur code de conduite était différent.


Kamikazi allemand

Publier par Dan » 09 Avr 2002, 18:16

Il y avait vraiment une centaine de pilotes allemands qui se sont suicidés volontairement :

Publier par Érich » 09 Avr 2002, 18:33

L'histoire est vraie, mais les défenses à haute couverture pour ce raid sont incorrectes. Il n'y a presque absolument rien d'écrit à ce sujet car c'est un embarras dans l'histoire de la Luftwaffe, quelque chose comme la mission Aril 45 impliquant des Bf 109 légèrement blindés pour attaquer les queues des B-17. Kommando Elbe. il y a un site web en préparation qui couvrira cette dernière mission et une autre par l'un des anciens pilotes, Fritz Marktscheffel.
Votre première question trouvera une réponse dans notre livre. désolé, je ne peux pas développer plus loin que cela.

Publier par Nigel » 10 Avr 2002, 04:22

Il y a un très bon article sur les Kamikazes allemands intitulé :

The Eye of the Storm - La naissance des unités Sturm de la Luftwaffe

Un lien vers celui-ci peut être trouvé dans la section "Courts clips" près du bas de la page principale de la table ronde du Troisième Reich située à

Publier par Érich » 10 avr 2002, 07:00

Voir notre site internet ! Missions Sturmgruppen 1944 L'histoire de l'insistance de Goering est incorrecte car il n'a pas eu l'idée. De toute façon, cela n'a rien à voir avec la mission du 45 avril.

Publier par AndyW » 10 Avr 2002, 10:33

Le week-end dernier, il y avait une demi-page couvrant dans le supplément du week-end du journal au sujet d'un escadron allemand Kamikaze situé à Jüterborg (ou Jever ? - je l'ai oublié). Ils ont reçu l'ordre de détruire les ponts sur l'Oder lors d'attentats suicides.

Contrairement aux "Sturm Units", à qui on a demandé de renflouer après avoir éperonné (si possible), cette mission de pont était un véritable suicide, avec des bombes de 500 kg inamovibles fixées à la climatisation, etc.

Les sources documentaires ne semblent pas avoir survécu à la guerre, l'article de journal est largement basé sur une interview d'un pilote qui a décidé de vivre un peu plus longtemps. Il a renfloué et s'est caché jusqu'à ce qu'il devienne prisonnier de guerre.

Publier par Érich » 10 Avr 2002, 15:22

Jüterbog en fait. c'était censé être une mission suicide avec des pilotes venant du JG 300. Plus dans notre livre.

Publier par sylvieK4 » 07 août 2005, 20:51

Publier par Larry D. » 07 août 2005, 21:56

Cette opération d'éperonnage dite « kamikaze » (Unternehmen « Werwolf ») a été pilotée le 7 avril 1945 par Sonderkommando Elbe (alias Kommando Elbe, Rammkommando Elbe, Schulungslehrgang Elbe, Lehrgang Elbe) sous le commandement du major Otto Köhnke. L'histoire a été racontée à plusieurs reprises dans des livres et des articles, mais la version Internet actuelle serait un bon point de départ pour ceux qui s'y intéressent :

Vous devez savoir qu'il ne s'agissait PAS de la véritable unité suicide de la Luftwaffe. Le vrai était :

2. Personnel/KG 200 (renuméroté 6.Staffel le ou vers le 11 juillet 1944)
Formé le 21 février 44 à Hildesheim en tant qu'unité de suicide planifiée. Il était également connu sous le nom de Staffel "Leonidas", Kommando "Lange", "Totaleinsatz", "Selbstopfer-Staffel" et "So-Staffel". Le concept d'une unité suicide d'armes guidées habitées est né avec Oblt. Karl-Heinz Lange, ancien pilote de planeur blessé en Sicile. Le 21 février 44, son projet avait reçu l'approbation officielle, les premières tentatives de sélection et de développement d'une arme appropriée étaient en cours et au moins 120 volontaires s'étaient déjà manifestés et suivaient une formation de planeur à Hildesheim. Le 17 avril 44, Gothaer-Waggon-Fabrik (GWF) a proposé de développer une bombe guidée de 3 000 kg désignée Type P55 avec un cockpit, des ailes et des commandes comme arme suicide, mais cela n'a jamais été adopté.
13-28 juin 44 : 11 pilotes ont été envoyés à la hâte du nouveau domicile du Staffel à Dedelstorf au JG 103 à Stolp-Reitz et Parow pour être entraînés à piloter des Fw 190 pour être utilisés contre les navires de guerre et les transports alliés au large des plages du débarquement en Normandie, mais ce premier l'utilisation prévue du Staffel a dû être abandonnée en raison de difficultés techniques avec la bombe qui devait être transportée sous le Fw 190.
Juillet – août 44 : quelque 175 bombes volantes Fi 103 V-1 ont été modifiées et produites par Henschel pour être utilisées comme arme habitée par le Staffel sous la désignation de couverture Opération « Reichenberg », mais le carburant disponible était insuffisant pour entraîner même le premier contingent de 70 pilotes. Pour cette raison et pour des raisons moindres, le projet V-1 a été interrompu en octobre 44.
15 novembre 44 : renommé 14./KG 200.

14.Personnel/KG 200
Formé le 15 novembre 44 à Dedelstorf en tant que staffel de formation pour les volontaires du suicide voir 6.Staffel of II./KG 200). À la fin de 1944, et avec le Staffel maintenant à Prenzlau, le soutien aux niveaux supérieurs pour le concept dit "Selbstopfer" (sacrifice de soi) diminuait, et le Geschwader Kommodore, Oberst Baumbach, a fait pression avec succès pour obtenir le Staffel dissous. L'ordre a été émis le 18 février 45 et la plupart des hommes ont été réaffectés à la 9.Fallschirmjäger-Division (9e division de parachutistes) dans la région de Berlin. Un reste qui n'a pas été envoyé aux parachutistes transférés à Tirstrup au Danemark fin février pour être réorganisé en « Mistel » d'entraînement Staffel et se rendre le 8 mai 45.

Comme vous pouvez le voir, cela n'a rien donné comme tant d'autres projets de la dernière chance de la Luftwaffe.


Révoltes

En 1944, il y a eu une révolte de Sonderkommandos à Auschwitz où l'un des crématoires a été en partie détruit. Pendant des mois, de jeunes femmes juives, comme Ester Wajcblum, Ala Gertner et Regina Safirsztain, avaient fait passer de petites quantités de poudre à canon de la Weichsel-Union-Metallwerke, une usine de munitions dans le complexe d'Auschwitz, aux hommes et aux femmes du mouvement de résistance du camp. , comme Roza Robota, une jeune femme juive qui travaillait dans la confection de vêtements à Birkenau. Sous surveillance constante, les femmes de l'usine prenaient de petites quantités de poudre à canon, l'enveloppaient dans des morceaux de tissu ou de papier, la cachaient sur leur corps, puis la faisaient passer le long de la chaîne de contrebande. Une fois qu'elle a reçu la poudre à canon, Robota l'a transmise à ses co-conspirateurs dans le Sonderkommando. À l'aide de cette poudre à canon, les dirigeants de la Sonderkommando prévu de détruire les chambres à gaz et les crématoires, et de lancer le soulèvement. [13]

Lorsque la résistance du camp a averti le Sonderkommando qu'ils devaient être assassinés le matin du 7 octobre 1944, le Sonderkommando attaqué les SS et Kapos avec deux mitrailleuses, des haches, des couteaux et des grenades. Les hommes SS ont subi 15 pertes [14] dont environ 12 ont été blessés et 3 ont été tués [15] Certains des Sonderkommando se sont échappés du camp pendant un certain temps, comme prévu, mais ils ont été repris plus tard le même jour. [12] Parmi ceux qui ne sont pas morts pendant le soulèvement lui-même, 200 ont été plus tard forcés de se déshabiller et de s'allonger face contre terre, puis ont reçu une balle dans la nuque. Un total de 451 Sonderkommandos ont été tués ce jour-là. [16] [17] [18]

Il y a également eu un soulèvement à Treblinka le 2 août 1943, au cours duquel une centaine de prisonniers ont réussi à sortir du camp [19] et un soulèvement similaire à Sobibór le 14 octobre 1943. [20] Le soulèvement de Sobibor a été dramatisé dans le film Évadez-vous de Sobibor. Les Sonderkommando dans le camp III de Sobibór n'ont pas participé au soulèvement du camp I, mais ont été assassinés le lendemain.

Sobibor et Treblinka ont été fermés peu de temps après. Moins de vingt sur plusieurs milliers de membres des escouades spéciales sont documentés pour avoir survécu jusqu'à la libération et ont pu témoigner des événements (bien que certaines sources prétendent plus [21] ), parmi eux : Henryk (Tauber) Fuchsbrunner, Filip Müller, Daniel Behnnamias, Dario Gabbai, Morris Venezia, Shlomo Venezia, Alter Fajnzylberg, Abram Dragon, David Olère, Henryk Mandelbaum, Martin Gray. Il y a eu au plus six ou sept autres survivants confirmés, mais qui n'ont pas témoigné (ou du moins, un tel témoignage n'est pas documenté). Des comptes enterrés et cachés par des membres du Sonderkommando ont également été retrouvés plus tard dans certains camps.


UN RÉSULTAT AMER

Au moment où Hajo envoyait à son QG des rapports pleins de succès demandant une seconde mission similaire , ses 15 pilotes rédigeaient leurs propres rapports négatifs : " . nous consumons la vie de nos derniers pilotes à quelques attaques suicidaires frénétiques " . Hermann pensait cependant dépenser les 60 restants jusqu'à ce qu'il reçoive une réponse négative de ses supérieurs. Le 20, c'était le 56e anniversaire d'Hitler et Goering était là pour demander une approbation seulement pour apprendre qu'il n'était plus à la tête de la Luftwaffe. Néanmoins, ces 60 pilotes mourront lors d'une autre mission suicidaire quelques jours plus tard. Le nombre réel de « coups de poing » pour le Rammkommando Elbe ne sera jamais connu mais il semble plus approprié de dire que quelque 50 à 70 pilotes sont morts contre quelque 25 B-17 touchés mais seulement 17 perdus et 5 chasseurs américains abattus. 50 pilotes allemands ont survécu en sautillant sur des parachutes et une quarantaine d'autres ont été abattus avant même d'atteindre les bombardiers. Les 30 jours suivants, seuls quelques Me262 menaceraient les bombardiers tandis que tous les autres avions non à réaction étaient probablement ceux qui ont participé ce matin du 7 avril. Pourtant , les âmes des pilotes du « loup - garou » erraient partout pour demander le monument promis sur une terre qui n'était plus la leur .


Qu'était le sonderkommando ?

Sonderkommando signifie littéralement escouade/détachement spécial. Les sonderkommando étaient des détachements envoyés pour exécuter des Juifs dans l'Union soviétique occupée.

Le Sonderkommando juif est le terme que nous donnons aux équipes spéciales qui sont connues sous de nombreux autres noms. Leur titre officiel dans les documents à Auschwitz est « chauffeurs », car leur tâche principale était de brûler les cadavres, principalement dans les krematoriums, mais aussi (dans deux incidents distincts) dans des fosses de crémation de masse.

Le rôle du Sonderkommand juif était sans doute le pire sort qui pouvait arriver à un détenu juif, si mauvais que beaucoup ont choisi la mort plutôt que de rejoindre, beaucoup d'autres ont choisi la mort dans les premiers jours de leur travail. C'est un mythe (malheureusement répandu à cause des films) que le Sonderkommando juif serait exécuté après un certain temps. Heureusement, nous avons le témoignage d'un homme qui a survécu depuis le début.

En plus d'être responsable de la crémation, les travaux que le SK a dû faire (bien que personne n'ait fait tous les travaux) comprennent :

- l'élimination des cendres de la crémation.

- maintenir le calme des nouveaux arrivants tout en les escortant vers les chambres à gaz.

- le nettoyage des wagons (y compris les morts).

- transporter les cadavres des chambres à gaz aux fours.

- couper les cheveux et prélever des thés d'or sur les cadavres.

- fouiller les cavités corporelles des cadavres.

- laver et repeindre les cadavres.

- la collecte et la remise de l'or et des objets de valeur découverts et laissés sur place.

- confection de vêtements (principalement pour les gardes).

Ils avaient également des tâches standard comme garder leur caserne propre et aller chercher de la nourriture standard (ils n'étaient pas autorisés à interagir avec la population en général).

Ils ont également eu des récompenses, notamment :

- pouvant choisir et porter de meilleurs vêtements (revendication des nouveaux arrivants), ils n'avaient qu'à coudre une rayure jaune au dos.

- bien qu'officiellement, ils n'étaient pas censés prendre de nourriture, ils ont pris de la nourriture des nouveaux arrivants.

- ils avaient généralement l'un des leurs comme kapo.

Lorsque les nouveaux krematoriums ont été construits à Birkenau, les conditions se sont améliorées pour eux, mais au début, ils ont été maintenus dans une cellule de prison, ils ont dû travailler la nuit et ils ont dû déshabiller les victimes gazées, car les Allemands n'avaient pas encore réalisé qu'il était plus facile pour les victimes de se déshabiller.


Développement

En 1938, l'US Army Air Corps (USAAC) voulait faire de Consolidated Aircraft Corporation une deuxième source pour le Boeing B-17. Le président consolidé Rueben Fleet n'a pas voulu produire un design existant. L'USAAC a publié des spécifications pour un bombardier supérieur au B-17. Reuben a proposé de construire un nouvel avion qui répondrait à ces spécifications USAAC.[i]

Le B-24 avait une aile Davis. Ce rapport d'aspect élevé à faible traînée était déjà utilisé sur le bateau volant Consolidated Model 31. Comme le modèle 31, le B-24 avait des queues jumelles. Les nacelles du moteur B-24&# x2019s étaient les mêmes que le PBY Catalina, un autre bateau volant. Le fuselage était de conception nouvelle et avait deux soutes à bombes. Chaque soute à bombes était aussi grande que la soute à bombes du B-17&# x2019.[ii]

L'USAAC a commandé 36 exemples de production du B-24 avant le premier vol du prototype&# x2019. Le XB-24 effectua son premier vol le 29 décembre 1939. La France s'engagea à acheter 120 B-24. La France s'est rendue à l'Allemagne et les B-24 ont été envoyés en Grande-Bretagne à la place. Les Britanniques ont donné au B-24 le nom de “Liberator”.[iii]

Les libérateurs entrent dans la Seconde Guerre mondiale

La Grande-Bretagne a reçu les premiers B-24 au printemps 1941. Ces Liberators n'avaient pas de tourelles. La RAF a trouvé les premiers B-24 qu'elle a reçus inadaptés aux missions de bombardement. Les Britanniques ont désigné des LB-30A. Les Britanniques ont utilisé les LB-30A comme moyens de transport sur le service de ferry de retour de l'Atlantique. Les Britanniques utilisèrent les Armed Liberators comme avions anti-sous-marins.[iv] En 1942, un B-24 amélioré, surnommé Liberator II par la RAF, effectua des missions de bombardement depuis des bases au Moyen-Orient.[v]

Un B-24A, numéro de série 40-2370, était à Hickam Field le 7 décembre 1941. Il est devenu le premier avion américain détruit par le feu ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale.[vi]

Le 7 juin 1942, la 7 e armée de l'air de l'US Army Air Forces (USAAF) lança une attaque avant l'aube sur l'île Wake. Le B-24 de tête, commandé par le major général Clarence L. Tinker, est perdu dans le raid. Le 22 décembre, une force de 26 B-24 attaqua Wake Island. L'attaque de nuit a surpris les Japonais et aucun B-24 n'a été perdu ou aucun membre d'équipage n'a été blessé pendant le raid. Le 25 janvier, six B-24 ont effectué une mission de reconnaissance armée au-dessus de Wake et ont largué 60 bombes. [vii]

L'USAAF 10 th Air Force&# x2019s 7 th Bombardment Group, basé en Inde, a commencé les opérations B-24 à la fin de 1942. Le groupe a poursuivi ses opérations jusqu'à la fin de la guerre. Le groupe a attaqué des cibles maritimes et effectué des missions de bombardement sur la Birmanie, la Thaïlande et la Chine.[viii]

[i] The Aviation History Online Museum, Consolidated B-24 Liberator, http://www.aviation-history.com/consolidated/b24.html, consulté pour la dernière fois le 10/09/19.

[ii] The Aviation History Online Museum, Consolidated B-24 Liberator, http://www.aviation-history.com/consolidated/b24.html, consulté pour la dernière fois le 10/09/19.

[iii] Vintage Aircraft: Recognition Guide, par Tony Holmes, © HarperCollins Publishers, Inc. 2005. P.141.

[iv] Weapons of Warfare, Consolidated B-24 Liberator in RAF Service, publié le 20 avril 2015, https://weaponsandwarfare.com/2015/04/20/consolidated-b-24-liberator-in-raf-service/ , consulté pour la dernière fois le 10/09/19.

[v] ThoughtCo., Seconde Guerre mondiale : Consolidated B-24 Liberator, https://www.thoughtco.com/consolidated-b-24-liberator-2361515, consulté pour la dernière fois le 13/09/19.

[vi] U-Boat.net, The Consolidated B-24 Liberator, par Forest Garner, https://www.uboat.net/allies/aircraft/b24.htm, consulté pour la dernière fois le 20/09/19.

[vii] Pacific Wrecks, https://www.pacificwrecks.com/airfields/usa/wake/missions-wake.html, consulté pour la dernière fois le 13/09/19.

[viii] Consolidated B-24 Liberator in the Pacific War, http://www.historyofwar.org/articles/weapons_B-24_Pacific.html, consulté pour la dernière fois le 29/09/19.


Existe-t-il des traces d'autres pilotes de type kamikaze dans l'histoire ?

Comme le titre l'indique, je suis curieux de savoir si les Japonais ont été les seuls pilotes à avoir mis en œuvre cette étrange technique. Je me réfère uniquement aux pilotes de chasse, pas à d'autres missions de type suicide.

Il y avait le Sonderkommando Elbe, qui utilisait des chasseurs dépouillés pour éperonner des bombardiers alliés en avril 1945. L'idée était que l'échange d'un seul chasseur avec un pilote contre un bombardier entièrement équipé était une victoire nette pour les Allemands. Lorsqu'il est utilisé pour percuter les surfaces de la queue, le cockpit ou les moteurs, les dommages peuvent être assez graves. De plus, étant donné qu'il était au-dessus du territoire ami, le pilote allemand pourrait peut-être sauter et répéter la tactique à l'avenir.

Aussi prometteuse que cette tactique puisse paraître, il y avait plusieurs défauts. Premièrement, il a été mis en œuvre si tard dans la guerre qu'il y avait suffisamment de chasseurs d'escorte alliés pour s'assurer que les dégâts n'étaient pas assez importants pour décourager de futurs raids. Deuxièmement, les nouveaux pilotes allemands à ce stade de la guerre avaient peu de formation, de sorte que leurs compétences n'étaient pas au même niveau que les pilotes allemands précédents (ou ceux de leurs adversaires alliés). Enfin, de par sa nature, le Sonderkommando Elbe était une petite force expérimentale. Leur seul raid a fait tomber quelques bombardiers, mais pas assez pour endiguer la marée des Alliés. Même s'ils avaient eu un taux de réussite de 100%, cela aurait été une petite victoire trop tard dans la guerre pour influencer de manière significative les événements futurs.

Il y a également eu des incidents isolés d'avions isolés tentant de percuter d'autres avions ou des cibles ennemies au cours des deux guerres mondiales.


Existe-t-il une histoire écrite sur le Sonderkommando Elbe ? - Histoire

Juste quelques questions sur l'opération « Werwolf » pour certaines recherches que je fais.

- N'ont-ils utilisé que les Me 109K-4 dépouillés ?
- De quelle(s) base(s) les vols sont-ils originaires ?
- Y a-t-il des photos des climatiseurs impliqués ?
- Y a-t-il eu en fait 8, ou 11 lourds abattus en percutant le 7.4.44 (le Palace de Dallas étant le plus célèbre) ?
- Quel rôle le Me 262 a-t-il joué ? Ont-ils volé le capot supérieur ou étaient-ils beaucoup plus bas en essayant de détourner l'attention du 109 ?

Je suis sûr que j'aurai d'autres questions plus tard. Toute information grandement appréciée, et comme toujours, merci beaucoup.

Oui, exactement. 7.4.1945, j'ai corrigé. Désolé pour ça. Je n'ai pas vu le livre, mais j'en ai entendu parler. J'ai essayé de l'obtenir aux endroits habituels, mais ils disent tous "en rupture de stock". C'est pourquoi j'ai posé des questions ici. :)

Vous pouvez l'obtenir sur Abebooks (http://www.abebooks.co.uk/servlet/SearchResults?bt.x=53&bt.y=19&sts=t&tn=The+Last+Flight+of+the+Luftwaffe) en ligne.

Je l'avais il y a des années mais je n'étais pas très impressionné et il est allé dans un magasin de charité. Il a commencé avec les souvenirs d'un ancien combattant et a dû les rassembler pour remplir un livre. Je me souviens que cela devenait très répétitif lorsqu'il décrivait chaque groupe américain attaqué - comment le pilote allemand aurait vu le [insérer le symbole de queue du groupe de bombes] remplir son pare-brise juste avant l'impact.

Après avoir été percuté sur le Krummel B24 s/n 43-39126 du 467BG/789BS nommé « Sacktime » s'est séparé en deux alors qu'ils se trouvaient au-dessus de l'aérodrome A-92 près de St-Truiden en Belgique. L'ensemble de l'équipage a sauté et était en sécurité.

Aucune idée des types utilisés mais je pense que les chasseurs G-14 et G-10 ont participé ainsi que les chasseurs K-4. Selon Caldwell et Muller, le plan prévoyait l'utilisation exclusive de chasseurs Bf 109 avec des moteurs à haute altitude et des hélices métalliques. La plupart d'entre eux ont été allégés par la suppression des émetteurs radio ainsi que de tout l'armement sauf un MG 131 avec des munitions réduites. La plupart avaient également retiré le viseur du pistolet Revi 16 pour faciliter le renflouement. Selon les chiffres compilés par Fritz Marktscheffel, il apparaît qu'un total de 188 combattants étaient prêts pour l'opération à la base principale de Stendal ainsi qu'à Salzwedel, Gardelegen, Sachau et Magdebourg et une base à l'extérieur de Prague. Environ 143 chasseurs ont décollé, 21 sont revenus tôt en raison de problèmes techniques, 15 de Stendal n'ont jamais reçu de cible et sont retournés à la base en raison d'une pénurie de carburant et les 60 chasseurs de Prague ont été rappelés lorsque les bombardiers ont tourné vers le nord et donc hors de portée. Environ 90 combattants ont contacté l'ennemi et environ 40 ont effectivement effectué des attaques d'éperonnage. 18 bombardiers quadrimoteurs B-17 ont été attaqués ainsi que trois bombardiers quadrimoteurs B-24 ainsi que trois types de quadrimoteurs non spécifiés par éperonnage et un bombardier B-17 et un chasseur ont été revendiqués par des tirs de mitrailleuses. Les pertes comprenaient 18 pilotes tués, six disparus et 14 blessés. 16 pilotes ont sauté avec succès, deux ont été tués lorsque leurs parachutes ne se sont pas ouverts et quatre ont été tués par les Américains alors qu'ils étaient dans leurs parachutes. Un autre a été attaqué mais a survécu à un atterrissage brutal après que son parachute a été tiré. Les pertes connues de chasseurs Bf 109 étaient de 13 à des chasseurs d'escorte, trois à la Flak allemande, 21 dans des attaques d'éperonnage et 14 dans des atterrissages d'urgence après avoir contacté l'ennemi. Il semble que les pilotes participants aient été informés que les chasseurs à réaction fourniraient une couverture supérieure, mais qu'aucun des pilotes à réaction n'était réellement au courant de cela et ce jour-là, ces bombardiers ont engagé comme d'habitude. 59 Me 262 chasseurs à réaction de JG 7 et I./KG(J) 54 ont volé de manière opérationnelle ce jour-là et JG 7 a réclamé un avion de reconnaissance bimoteur F-4 (P-38), deux chasseurs P-51 et un B-17 et un bombardier quadrimoteur B-24 pour aucune perte tandis que le I./KG(J) 54 a réclamé quatre bombardiers quadrimoteurs B-17 et a perdu un chasseur contre le bombardier B-17 ripostant. Il semble que la Huitième Armée de l'Air ait perdu un total de 17 bombardiers et que 189 aient été endommagés ce jour-là. J'espère que cela vous aidera et que tout commentaire ou correction sera apprécié.

Vous pouvez l'obtenir sur Abebooks en ligne.

Je l'avais il y a des années mais je n'étais pas très impressionné et il est allé dans un magasin de charité. Il a commencé avec les souvenirs d'un ancien combattant et a dû les rassembler pour remplir un livre. Je me souviens que cela devenait très répétitif lorsqu'il décrivait chaque groupe américain attaqué - comment le pilote allemand aurait vu le [insérer le symbole de queue du groupe de bombes] remplir son pare-brise juste avant l'impact.
Je vois, donc pas trop d'aspect technique/photos, le cas échéant ?


Je dois ajouter que la Luftwaffe a en fait appelé le projet "Schulungslehrgang Elbe", c'est-à-dire "Cours de formation Elbe".
Alors, d'où viennent « Operation Werwulf », « Rammkammando Elbe » et « Sonderkammando Elbe » ? Je sais que l'Elbe est un fleuve en Allemagne.

Aucune idée des types utilisés mais je pense que les chasseurs G-14 et G-10 ont participé ainsi que les chasseurs K-4. Selon Caldwell et Muller, le plan prévoyait l'utilisation exclusive de chasseurs Bf 109 avec des moteurs à haute altitude et des hélices métalliques. La plupart d'entre eux ont été allégés par la suppression des émetteurs radio ainsi que de tout l'armement sauf un MG 131 avec des munitions réduites. La plupart avaient également retiré le viseur du pistolet Revi 16 pour faciliter le renflouement. Selon les chiffres compilés par Fritz Marktscheffel, il apparaît qu'un total de 188 combattants étaient prêts pour l'opération à la base principale de Stendal ainsi qu'à Salzwedel, Gardelegen, Sachau et Magdebourg et une base à l'extérieur de Prague. Environ 143 chasseurs ont décollé, 21 sont revenus tôt en raison de problèmes techniques, 15 de Stendal n'ont jamais reçu de cible et sont retournés à la base en raison d'une pénurie de carburant et les 60 chasseurs de Prague ont été rappelés lorsque les bombardiers ont tourné vers le nord et donc hors de portée. Environ 90 combattants ont contacté l'ennemi et environ 40 ont effectivement effectué des attaques d'éperonnage. 18 bombardiers quadrimoteurs B-17 ont été attaqués ainsi que trois bombardiers quadrimoteurs B-24 ainsi que trois types de quadrimoteurs non spécifiés par éperonnage et un bombardier B-17 et un chasseur ont été revendiqués par des tirs de mitrailleuses. Les pertes comprenaient 18 pilotes tués, six disparus et 14 blessés. 16 pilotes ont sauté avec succès, deux ont été tués lorsque leurs parachutes ne se sont pas ouverts et quatre ont été tués par les Américains alors qu'ils étaient dans leurs parachutes. Un autre a été attaqué mais a survécu à un atterrissage brutal après que son parachute a été tiré. Les pertes connues de chasseurs Bf 109 étaient de 13 à des chasseurs d'escorte, trois à la Flak allemande, 21 dans des attaques d'éperonnage et 14 dans des atterrissages d'urgence après avoir contacté l'ennemi. Il semble que les pilotes participants aient été informés que les chasseurs à réaction fourniraient une couverture supérieure, mais qu'aucun des pilotes de réaction n'était réellement au courant de cela et ce jour-là, ces bombardiers ont engagé comme d'habitude. 59 Me 262 chasseurs à réaction de JG 7 et I./KG(J) 54 ont volé de manière opérationnelle ce jour-là et JG 7 a réclamé un avion de reconnaissance bimoteur F-4 (P-38), deux chasseurs P-51 et un B-17 et un bombardier quadrimoteur B-24 pour aucune perte tandis que le I./KG(J) 54 a réclamé quatre bombardiers quadrimoteurs B-17 et a perdu un chasseur à cause du bombardier B-17 ripostant. Il semble que la Huitième Air Force ait perdu un total de 17 bombardiers et que 189 aient été endommagés ce jour-là. J'espère que cela vous aidera et que tout commentaire ou correction sera apprécié.

Leo
Salut Léo !
Comme d'habitude de votre part, c'est une réponse de qualité ! Merci beaucoup :)

"Auf den Spuren des "Elbe-Kommandos-RAMMJ GER" de Dietrich Alsdorf (Podzun-Pallas, ISBN 3-7909-0746-4) est également très précieux, bien qu'en allemand.
Merci, je vais chercher.

Merci Léo pour ton compte rendu très détaillé. D'ailleurs, c'est la première fois que je vois un nombre aussi bas de pertes pour les combattants allemands impliqués dans cette opération. Je ne l'ai jamais étudié en détail, mais il semble que la plupart des sources le décrivent comme un échec beaucoup plus coûteux, avec plus de 100 des Bf 109 abattus (par exemple, le wikipedia allemand que je viens de vérifier pour être sûr que ma mémoire était correcte dit que 133 chasseurs allemands ont été perdus !). Mais vos données semblent beaucoup plus complètes et montrent que presque tous (sinon tous) les pilotes de l'Elbe qui ont engagé l'ennemi ce jour ont été abattus ou contraints de s'écraser (rien de surprenant compte tenu de leur mission et de la puissante escorte américaine), ils ont été seulement une cinquantaine environ.

Aucune idée des types utilisés mais je pense que les chasseurs G-14 et G-10 ont participé ainsi que les chasseurs K-4. Selon Caldwell et Muller, le plan prévoyait l'utilisation exclusive de chasseurs Bf 109 avec des moteurs à haute altitude et des hélices métalliques. La plupart d'entre eux ont été allégés par la suppression des émetteurs radio ainsi que de tout l'armement sauf un MG 131 avec des munitions réduites. La plupart avaient également retiré le viseur du pistolet Revi 16 pour faciliter le renflouement. Selon les chiffres compilés par Fritz Marktscheffel, il apparaît qu'un total de 188 combattants étaient prêts pour l'opération à la base principale de Stendal ainsi qu'à Salzwedel, Gardelegen, Sachau et Magdebourg et une base à l'extérieur de Prague. Environ 143 chasseurs ont décollé, 21 sont revenus tôt en raison de problèmes techniques, 15 de Stendal n'ont jamais reçu de cible et sont retournés à la base en raison d'une pénurie de carburant et les 60 chasseurs de Prague ont été rappelés lorsque les bombardiers ont tourné vers le nord et donc hors de portée. Environ 90 combattants ont contacté l'ennemi et environ 40 ont effectivement effectué des attaques d'éperonnage. 18 B-17 four-engined bombers were attacked as were three B-24 four-engined bombers as well as three unspecified four-engined types by ramming and one B-17 bomber and one fighter were claimed by machine gun fire. Losses included 18 pilots killed, six missing and 14 wounded. 16 pilots bailed out successfully, two were killed when their parachutes failed to open and four were killed by the Americans while in their parachutes. Another was attacked but survived a hard landing after his parachute was shot up. Known Bf 109 fighter losses were 13 to escorting fighters, three to German Flak, 21 in ramming attacks and 14 in emergency landings after contacting the enemy. It appears that the participating pilots were told that jet fighters would provide top cover but that none of the jet pilots actually knew of this and on that day these engaged bombers as was normal. 59 Me 262 jet fighters from JG 7 and I./KG(J) 54 flew operationally that day and JG 7 claimed one F-4 (P-38) twin-engined reconnaissance aircraft, two P-51 fighters and one B-17 and one B-24 four-engined bombers for no losses while I./KG(J) 54 claimed four B-17 four-engined bombers and lost one fighter to B-17 bomber return fire. It appears that the Eighth Air Force lost a total of 17 bombers and 189 were damaged that day. I hope this helps and any comments or corrections will be appreciated.

Leo, I am having trouble with your numbers.

143 fighters took off
21 returned
15 given no target
60 recalled

47 fighters that made contact.

53 fighters of the 90 come from?

The figures that I posted are those included in the account of this operation given in The Luftwaffe Over Germany by Caldwell and Muller compiled by Marktscheffel which describes that the fighters from Prague were recalled when the bombers turned north thus putting them out of range but does not give their number. The figure of 60 is sourced from The Last Flight of the Luftwaffe by Weir which gives this approximation for the aircraft based at Prague and recalled. Interestingly, the Caldwell and Muller book mentions that the OKL war diary in a brief summery states that 183 aircraft were prepared for take-off of which 50 returned. 106 pilots had returned by the end of the day claiming 23 victories and 77 others were still missing. If this is true, then could it be that the number of aircraft based at Prague that were recalled was actually about 15 and not 60?

Thanks again for the detailed information you provide.

this is what I collected on German losses from secondary sources. AFAIK no official wartime report has survived. Most is based on info from Dr. Fritz Markscheffel who to my knowlegde was the first one to write about german "Selbstopferer" in the mid 1980s. "Unbekannt" stands for "name not known". As the information is not yet cross-checked, it should be regarded as provisional only. Some pilots may be not members of Rammkommando Elbe. Any comments, corrections or adds are welcome:

Uffz Henkel Heinrich ? Amelinghausen 10 km SW L nburg crashed
Lt R bsam Ernst-Hermann ? Prag-Kletnan landing gear start
Fw Funk Erich kia Raum Einbeck S Hildesheim flak (?)
Gefr Tetzel Ernst wia Demkerbrode bei Hameln flak emerg. atterrissage
Uffz Uhlich Georg kia Raum Einbeck flak (?)
Ogfr Seidel Horst kia Flur Engeausen S Ostenholzer Moor para
Ofhr B hm Joachim-Wolfgang wia Tripkau N Dannenberg Luftkampf
FjFw Bohnke Gerhard kia Neddenauverbergen bei Stemmer Luftkampf P-47 parachuting
Fhr Evers Herbert kia? Zimmernsupra bei Erfurt Luftkampf
Gr ner Franz kia Gemeindewald von St rckendrebber Luftkampf P-51
Uffz Hahn Klaus wia Raum Nienburg-Soltau Luftkampf ramming B-17
Ogfr Harms Hugo kia Nienhagen Luftkampf P-51 emerg. atterrissage
Fw Hedwig Reinhold kia N Stillenhofen Luftkampf P-51
Uffz K rner Walter kia Stra e Schneeren - Bolsehle N Steinhuder Meer Luftkampf
Ofw Lindner Werner kia SW Mei endorf/Aller Luftkampf P47 parachuting Ofw M ller Heinz unhurt Apelstedt S Bremen Luftkampf P-47 parachuting
Hptm M ller Hugo unhurt L neburg Luftkampf P-51 emerg. atterrissage
Gefr Redmer Johann wia N Lauenburg Luftkampf parachuting
Gefr Ringhofer Rudi wia Hamwarde bei Stade Luftkampf P-51 parachuting
Fhr Schmidt Franz-Josef pow Norddeutschland, N he Weser Luftkampf J ger emerg. atterrissage
FjOfw Schrader Karl-Heinz kia SO Stemmer Luftkampf P-51
Hptm Sorge Ernst unhurt L neburg Luftkampf P-51 emerg. atterrissage
unbekannt ? Engehausen Luftkampf P-51
unbekannt kia Soltau nahe Autobahn Luftkampf P51 parachuting
unbekannt kia Wunstorfer Moor Luftkampf P-51
unbekannt kia Wunstorfer Moor Luftkampf P-51
Gefr Walkhoff Herbert mia Bei St ckendrebber Luftkampf P-51
Uffz Zapp Jakob kia Warmeloh S Schwarmstedt Luftkampf P-51 parachuting Lt Engelhardt Dieter mia ber Reichsgebiet mia
Lt Fuhrmann Wolfgang mia ber Reichsgebiet mia
Oblt Hansen Olaf mia ber Reichsgebiet mia
Lt Messerschmid mia ber Reichsgebiet mia
Lt Thiel Armin mia ber Reichsgebiet mia
Lt L scher Ludwig ? Raum Sachau (?) engine failure emerg. atterrissage
Uffz Pomsel Horst ? Flpl. L neburg engine failure emerg. atterrissage
Fw Reichenberger Walter ? unbekannt engine failure emerg. atterrissage
Uffz R mer Hugo ? Leitzkau SO Leipzig engine failure bellylanding
unbekannt ? Flpl. Stendal engine failure parachuting
Gefr Huber Adolf ? unbekannt emerg. atterrissage
unbekannt wia H tzingen 8 NW Munster emerg. atterrissage
Lt Br kelschen Hans unhurt Scheeren ramming B-17 emerg. atterrissage
Uffz K lsche Werner unhurt Munster-Nord ramming B-24 parachuting
FjFw Meya Fritz kia Wendhausen ramming B-17 ast
Lt Nagel Hans kia Berkhof ramming B-17
Fw Otto Walter unhurt Stadthagen ramming B-17 parachuting
Hptm Pesch Roman wia Engehausen ramming B-17 parachuting
Fhr Pr ck Eberhard kia Engehausen S Engeholzer Moor ramming B-17 parachuting
Ogfr Rosner Heinrich wia Raum Visselh vede-Soltau ramming B-17 parachuting
Ofhr Schulz-Sembten Dietrich unhurt Engehausen ramming B-17 parachuting
unbekannt ? Wesendorf ramming B-17
unbekannt ? Wesendorf ramming B-17
Uffz Wiedlerroither Gottlieb ? Unbekannt ramming parachuting
Uffz Zell Werner wia Grindau bei Schwarmstedt ramming B-17 lk
Richter Gerhard unhurt Flpl. Halberstadt technical fault
Fw Aue Eberhard kia Bei Gardelegen unknown
Lt Gering Hans kia Winslar, Kreis Leese unknown
Uffz Godry Viktor mia unknown unknown
Grabinger Anton kia Raum Uelzen unknown
Lt Gr tzke Walter kia Bei Barkow unknown
Fw Hassel kia Brokeloh/B hren unknown
Jansen Gerhard kia Raum Uelzen unknown
Uffz Kerner Walter kia unknown unknown
Fw Kraul kia ber Reichsgebiet unknown
Lt Krauss Werner kia unknown unknown
Uffz Schmidt Hans-Werner kia L neburg unknown
Oblt Sch rner Otto kia Raum Eschede unknown
Gefr Schottenhaml Josef kia ber Reichsgebiet unknown
Thode Rolf kia unknown unknown
Uffz Weiss Gerg kia Bei K then unknown


Ss sonderkommando

SS-Sonderkommandos. Beginning in 1938 and throughout World War II, the SS enacted a procedure where offices and units of the SS could form smaller sub-units, known as SS-Sonderkommandos, to carry out special tasks, including large-scale murder operations. The use of SS-Sonderkommandos was widespread Sonderkommando Jews were present in the undressing area, instructing arriving victims to undress and how to arrange their clothing, which would later be confiscated by the SS. After the gassing was carried out by camp personnel, men of the Sonderkommando entered the gas chamber, untangled bodies, and cleaned the by then ventilated room Sonderkommandos were work units of Nazi death camp prisoners, composed almost entirely of Jews, who were forced, on threat of their own deaths, to aid with the disposal of gas chamber victims during The Holocaust.The death-camp Sonderkommando, who were always inmates, should not be confused with the SS-Sonderkommandos which were ad hoc units formed from various SS offices between 1938 through.

The SS carried out the gassings, and the Sonderkommandos would enter the chambers afterward, remove the bodies, process them and transport them to the crematorium. Other teams processed the corpses after the gas chambers, extracting gold teeth, and removing clothes and valuables before taking them to the crematoria for final disposal Varje dag hade han hellre dött, varje dag kämpade han ändå för att överleva. Att Shlomo Venezia fortfarande lever idag är en dubbel seger över utrotningsprocessen av judarna. När det gällde medlemmarna i Sonderkommando ville nazisterna döda både juden och vittnet, det vill säga begå brottet och sedan utplåna spåren 36. Waffen-Grenadier-Division der SS, även SS-Sturmbrigade Dirlewanger, Sonderkommando Dirlewanger och SS-Sonderregiment Dirlewanger, var en tysk Waffen-SS-division.Den leddes av Oskar Dirlewanger, en dömd våldtäktsman.. I början av 1940 bestod regementet framför allt av tjuvjägare, vilkas kunskaper ansågs användbara i fält, men snart kom andra dömda brottslingar att ingå

The SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir is an engaging read but didn't give me the details I was looking for and the maps weren't very helpful. It is copiously illustrated with blurry, grainy, black and white photographs taken during the operations described therein Waffen-SS (tyska för Beväpnade SS, ordagrant Vapen-SS) var ursprungligen militära enheter av frivilligt rekryterade politiskt motiverade säkerhetssoldater avsedda som stödtrupp till den nya nationalsocialistiska auktoritära regimen i Tyskland att användas vid inrikes oroligheter och motsvarande situationer

Axis History Forum. This is an apolitical forum for discussions on the Axis nations and related topics hosted by the Axis History Factbook in cooperation with Christian Ankerstjerne's Panzerworld and Christoph Awender's WW2 day by day. Founded in 1999. Skip to conten Sonderkommando, var grupper av fångar som tjänstgjorde i de tyska koncentrationslägren.Många av de verksamma i sonderkommando var judar, dock inte alla.Sonderkommando har den ungefärliga betydelsen specialgrupp och uppgifterna i lägret kunde bestå av allt från sortering av utrustning och persedlar, distribution av förnödenheter, kontroll av andra fångar och andra viktig uppdrag SS-Sonderkommando Dirlewanger var ett militärt SS-förband under andra världskriget.Det stod formellt utanför Waffen-SS tills hösten 1944 då de i samband med omorganisationen till en brigad började administreras av Waffen-SS.. SS-Sonderkommando Dirlewanger var ett förband som leddes av Oskar Dirlewanger och som under krigets gång expanderade och bytte namn vid ett flertal tillfällen Besucht unseren 1. Doku - Kanal - http://s.shr.lc/1dJbyLO Doku´s, Filme & mehr findet ihr auf - http://s.shr.lc/1aYcFsu Schnäppchen auf - http://s.shr.lc/1eS.. Pris: 334 kr. inbunden, 2013. Skickas inom 2-5 vardagar. Köp boken SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir av Rolf Michaelis (ISBN 9780764344794) hos Adlibris. Ven frakt. Alltid soutien-gorge priser et snabb leverans. | Adlibri

Schutzstaffel - Wikipedi

  1. SS Sonderkommando Dirlewanger Collar Insignia In February, 1942, it was reassigned for anti-partisan duties in Belorussia. Dirlewanger was known to lead his soldiers into combat personally which was unusual for someone of his rank he was wounded many times in combat
  2. Das SS-Sonderkommando 'Dirlewanger' (Inbunden, 2012) - Hitta lägsta pris hos PriceRunner Jämför priser från 1 butiker SPARA på ditt inköp nu
  3. The SS-Sonderkommando Dirlewanger (also known as SS-Sonderbataillon Dirlewanger and Sonderkommando der Waffen-SS Lublin) was formed from Wilddiebkommando Orienburg, a small anti-partisan units made up of poachers, SS disciplinary prisoners and Osttruppen, that was trained by SS-Totenkopf-Standarte 5.The strength was later increased with convicts (military and civilian) and volunteers from the.

On October 14, 1943, an uprising was instigated by a small group of Jewish prisoners at the German death camp SS-Sonderkommando Sobibor. Despite the difficulties inherent in attempting clandestine activity at the camp, the Germans were completely surprised by the rebellion, which allowed it to succeed Sonderkommandos were special work groups made up of prisoners in the Nazi concentration camps during World War II. (In German, Sonderkommando means special unit.) They worked in and around the gas chambers, which the Nazis used to murder many people Five survivors of the Auschwitz II-Birkenau death camp describe their perspectives of the Sonderkommando Uprising of 1944. These testimonies are from the arc..

Sonderkommandos The Holocaust Encyclopedi

  1. Sonderkommando och Den grå zonen · Se mer » Erich Mussfeld. Erich Mussfeld, även Erich Mußfeld och Erich Mußfeldt, emellanåt inkorrekt benämnd Erich Muhsfeldt, född 18 februari 1913 i Neubrück, Hennigsdorf, död 24 januari 1948 i Kraków, var en tysk SS-Oberscharführer. Ny. Sonderkommando och Erich Mussfeld · Se mer » Gustav Laab
  2. Sonderkommando (něm., česky zvláštní jednotka / komando) je časté obecné označení užívané v literatuře pro nebojové oddíly jednotek Waffen SS a příslušníků SD Heinricha Himmlera, které prováděly masakry civilistů a zajatých vojáků v týlu německých vojsk zpočátku v Polsku a později po celé Evropě.Ve vyhlazovacích táborech nacistického Německa se tímto.
  3. The Sonderkommando usually got more food and could frequently wear their own clothing. However, they were always living on borrowed time. At Auschwitz-Birkenau, there was a rebellion by the Sonderkommando who knew that they would also be killed eventually. In October 1944, the men in Birkenau Three Sonderkommando rose up against their SS guards
  4. Hafele, Alois SS - Sturmscharführer and Polizei- Leutnant Based on testimony by Walter Piller in 1945. He was with the SS- Sonderkommando Bothmann in 1944 when the unit was visited by Gauleiter Greiser and a party delegation. Hafele was about 50 years old, married, had partly grey, parted hair, lived in Kassel
  5. This one was from the special SS Feldpost (Office of the Leibstandarte-SS Adolf Hitler) located in the SS-Sonderkommando Jüterbog. This was one of the two training centers designated for the elite of the elite. The SS had its own post office that continued to be used well into the 40's

Oskar Paul Dirlewanger, född 26 september 1895 i Würzburg, död 7 juni 1945 i Altshausen, var en tysk SS-Oberführer i Waffen-SS.Dirlewanger förde från 1942 till 1945 befälet över SS-Sonderkommando Dirlewanger, som var en straffbataljon av tyska brottslingar.Tillsammans med Kaminskijbrigaden tillhör SS-Sonderkommando Dirlewanger de mest kontroversiella militära förbanden under andra. The Cruel Hunters: SS-Sonderkommando Dirlewanger Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit (auf Englisch, 50 Fotografien, 8 Landkarten, 303 Seiten.) Oskar Dirlewanger und seiner Männer (Sonderkommando Dirlewanger, Regiment Dirlewanger und 36 Uttalslexikon: Lär dig hur man uttalar SS-Sonderkommando på tyska med infött uttal. Engslsk översättning av SS-Sonderkommando The remaining Sonderkommandos decided to take their fate into their own hands, and on October 7th the Birkenau Three Sonderkommando rebelled. They attacked the SS with makeshift weapons: stones, axes, hammers, other work tools and improvised home-made grenades SONDERKOMMANDO, JEWISHIn May 1942, in the framework of the clandestine plan known as the Final Solution of the Jewish Question, the mass-annihilation of the European Jewry began in the biggest extermination camp - Auschwitz-Birkenau. The killing process, which was characterized by its technical and industrial methods, was executed in the form of a production line run by ss personnel

Sonderkommando Military Wiki Fando

  1. Jag trodde sonderkommando var speciella enheter inom SS. Han sa aven att Scorceny hade befalet over Brandenburgare. Att han har traffat Scorceny betvilar jag inte- han har ett dedikerat och signerat foto fran honom i bokhyllan, men jag tycker att det ar nagot som inte stammer
  2. The Sonderkommando photographs are four blurred photographs taken secretly in August 1944 inside the Auschwitz concentration camp in German-occupied Poland. Along with a few photographs in the Auschwitz Album, they are the only ones known to exist of events around the gas chambers
  3. Later in 1933, the formation was redesignated SS-Sonderkommando Zossen and a second unit of 120 men, designated SS-Sonderkommando Jüterbog was raised. The two Sonderkommandos provided guards for the NSDAP hierarchy, functioned as training cadres for the SS, and for a short time acted as auxiliary police units
  4. Petschaft (wax-seal stamp) from the -LAH (Leibstandarte Adolf Hitler) (Item LEIBSS 1-7) . DESCRIPTION: Here is a very rare little item it's an all-brass Petschaft (sealing-wax stamp). This one was from the special SS Feldpost (Office of the Leibstandarte-SS Adolf Hitler) located in the SS-Sonderkommando Jüterbog.This was one of the two training centers designated for the elite of the elite
  5. (Special Commando). The term has three different applications. The first applies to the special units of the Schutzstaffel (SS) who were reserved for special assignments in the Final Solution. There were 10 Sonderkommandos operating in tande
  6. Claimed surviving Sonderkommando members are a very important group of Holocaust witnesses, since it is one of the few groups who allegedly saw gas chamber killings and survived, although allegedly, they were regularly killed themselves. On 7 October 1944, there was allegedly an uprising by Sonderkommando members at Auschwitz

The Sonderkommando - Jewish Virtual Librar

  1. Sonderkommando — steht für: das Sonderkommando im Konzentrationslager Auschwitz Birkenau Sonderkommando Elbe, ein Einsatz der deutschen Luftwaffe im Zweiten Weltkrieg Sonderkommando Künsberg, eine nationalsozialistische Organisation mehrere Einsatzgruppen der.
  2. ation camps, supervised by SS-Standartenführer Paul Blobel, directly subordinated to Müller.Blobel developed different methods of cremation: e.g. alternate layers of bodies and firewood, or the use of rails as grills. During the second phase, from June 1943 until mid 1944, the Sonderkommando.
  3. g prisoners at Auschwitz-Birkenau who were forced as slave laborers to process and dispose of the bodies of their fellow Jews that had been gassed in the exter
  4. Sonderkommandos (special operatives or units) were prisoners who were forced to perform inhumanly gruesome tasks, or die. Since the Nazis did not intend them to survive to offer their testimony, they regularly murdered the members of the Sonderkommando and replaced them with new ones
  5. The Sonderkommando uprising wasn't some spontaneous outburst of anger against the SS. It was a carefully thought-out plan that overcame incredible logistical odds. And some of the key players were female Jewish prisoners working in a munitions factory within the sprawling Auschwitz complex
  6. Sonderkommando German term meaning Special Commando, which referred to several types of special units during World War II. Originally, the term Sonderkommando referred to a German SS unit that carried out special tasks or missions. Some 10 Sonderkommando units were also dedicated to the goal of killing Jews as sub-units of the Einsatzgruppe
  7. Sonderkommando. Sonderkommandos were work units of Nazi death camp prisoners, composed almost entirely of Jews, who were forced, on threat of their own deaths, to aid with the disposal of gas chamber victims during The Holocaust. The death-camp Sonderkommando, who were always inmates, should not be confused with the SS-Sonderkommandos which were ad hoc units formed from various SS offices.

Sonderkommando-gruppens livsvillkor var lite bätte eftersom de måste ha bättre fysisk kondition för att arbeta i krematoriet. De hade även tillgång till tvål, tvättmedel och vatten. Trots allt kan man inte föreställa sig vilket helvete de levde i när de såg så mycket död nästan varje dag The first crematorium in Nazi German Auschwitz camp became operational in August 1940. A handful of Polish prisoners were selected to operate it. Origina.. SS-Sonderkommando Sachsen - See SS-Totenkopf-Standarte 3 Thüringen SS-Sonderkommando Zossen - See Leibstandarte SS Adolf Hitler Sonderlehrgang z.b.V. Oranienbur Pris: 142 kr. inbunden, 2012. Skickas inom 1-4 vardagar. Köp boken Das SS-Sonderkommando Dirlewanger av Rolf Michaelis (ISBN 9783895557644) hos Adlibris. Fraktfritt över 199 kr Alltid bra priser och snabb leverans. | Adlibri /zon deuhr keuh man doh/ Ger. /zawn deuhrdd kaw mahn daw/, n. (in World War II Nazi concentration camps) a group of prisoners assigned to collect belongings and dispose of the bodies of other prisoners who had died or been killed. Cf. Kapo.

Sonderkommando - Albert Bonniers Förla

  • SS-SONDERKOMMANDO DIRLEWANGER: A MEMOIR tantalizes as being a source of revelation penned The history of the Dirlewanger Brigade, an ad-hoc branch of the Waffen SS that filled its ranks by emptying German prisons, is somewhat enigmatic
  • ation
  • The SS treated the newly engaged members [of the Sonderkommando] with the same contempt and detachment that they were accustomed to show toward all prisoners and Jews in particular. It had been inculcated in them that these were despicable beings, enemies of Germany, and therefore not entitled to life in the most favorable instance, they should be compelled to work until they died of exhaustion
  • The Death Camp in Sobibór (SS-Sonderkommando Sobibor). - Camps - During the occupation, Sobibór was in the Chełm Kreishauptmannschaft in the Lublin District (Distrikt Lublin) of the General Government (Generalgouvernement) near the Chełm-Włodawa railway

36. Waffen-Grenadier-Division der SS - Wikipedi

Dec 25, 2015 - Explore Sandi Ingram's board sonderkommandos on Pinterest. See more ideas about Holocaust, Auschwitz, Concentration camps Sọn|der|kom|man|do. Die deutsche Rechtschreibung. 2014.. Sonderklasse Sonderkommissio SS-Sonderkommando Dirlewanger (also known as SS-Sonderbataillon Dirlewanger and Sonderkommando der Waffen-SS Lublin) was formed from Wilddiebkommando Orienburg a small anti-partisan units made up of poachers, SS disciplinary prisoners and Osttruppen. The Death Camp in Treblinka (SS-Sonderkommando Treblinka) - Camps - During the German occupation, Treblinka, which was located by the Siedlce-Małkinia railway, was in the Sokolów Kreishauptmannschaftin the Warsaw District (Distrikt Warschau) of the General Government (Generalgouvernement) Sonderkommando definition, a group of prisoners assigned to collect belongings and dispose of the bodies of other prisoners who had died or been killed. See more

Find many great new & used options and get the best deals for The Cruel Hunters - S.S.Sonderkommando Dirlewanger: Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit by French Maclean (Hardback, 1998) at the best online prices at eBay! Free delivery for many products While the Sonderkommando revolt failed to achieve freedom for the prisoners, it did succeed in striking a powerful psychological blow against the Nazis. Three SS guards were killed in the uprising and 12 were badly wounded SonderKommando Revolt is loosely based on real WWII revolt against the Nazis in the Auschwitz extrermination camp. IMPORTANT NOTES: * PG-13 for graphic violence and gore * This is a fantasy mod and any resemblance to any real events or people should.. How to say Sonderkommando in German? Pronunciation of Sonderkommando with 1 audio pronunciation, 1 meaning, 7 translations and more for Sonderkommando Os Sonderkommandos foron unidades de traballo formadas polos prisioneiros dos campos de exterminio da Alemaña nazi.Estaban compostas por prisioneiros, polo xeral xudeus, que foron forzados baixo ameaza de morte, a axudar na eliminación das vítimas das cámaras de gas durante o Holocausto. [1] [2] Os Sonderkommandos dos campos de exterminio, que foron sempre reclusos, non deben ser.

Els Einsatzgruppen SS, estaven constituïts per Sonderkommandos i Einsatzkommandos. Aquests últims estaven formats per oficials de la Gestapo , la Kriminalpolizei , l' SD , i les Waffen-SS , i van participar a Europa de l'Est en assassinats en massa (en particular en l'extermini de jueus i gitanos , en l'explotació de les poblacions i la repressió dels resistents i dels partisans) Sonderkommando. 93 likes. Sonderkommandos were work units made up of German Nazi death camp prisoners. They were composed of prisoners, usually Jews, who..

Amazon.com: The SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir ..

  • La Sonderkommando de Aŭŝvico [Zonderkomando] konsistis el judaj kaptitoj de la neniigejo, kiuj estis truditaj por antaŭprepari murdon de la deportitaj, prirabi kaj forbruligi ties kadavrojn. La kalkulo de la germana gvidantaro estis indulgi la proprajn SS-soldatojn kaj samtempe certigi, ke ne restu okulatestantoj de la amasmurdado, per murdo de la membroj de la Sommerkommando de tempo al tempo
  • Sonderkommando översättning i ordboken engelska - svenska vid Glosbe, online-lexikon, gratis. Bläddra milions ord och fraser på alla språk
  • utes of each other by an inmate inside Auschwitz-Birkenau usually named.

Download this stock image: SS-Sonderkommandos, concentration camp - T2B7GM from Alamy's library of millions of high resolution stock photos, illustrations and vectors . Vaste collection, choix incroyable, plus de 100 millions d'images RF et RM abordables et de haute qualité. No need to register, buy now - SS-Sonderkommando 'Sachsen' was employed in the concentration camp Sachsenburg.[36] - SS-Sonderkommando Künsberg, a unit used for the appropriation of archives and cultural goods in Yugoslavia.[37] - SS-Sonderkommando 'Jankuhn' carried out the appropriation of cultural goods in occupied southern Russia.[38

Video: Waffen-SS - Wikipedi

The death camp in Bełżec (officially Sonderkommando Belzec) functioned from November 1, 1941 to June 30, 1943. It was one of the three death camps established to carry out Operation Reinhardt (Aktion Reinhardt), that is, the extermination of Jews in the General Government The Sonderkommando photographs are four blurry pictures, taken secretly in August 1944 inside the Auschwitz concentration camp during World War II. The photographs were taken by a prisoner in Auschwitz II-Birkenau. This was Auschwitz's extermination camp - a place where people were sent to be killed in gas chambers.These are some of the only known photos that show what happened around the gas. . 70km. from Łódź, near the train station in Koło Rolf Michaelis (ed.) - The SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir Rolf Michaelis - Das SS-Sonderkommando Dirlewanger: Ein Beispiel deutscher Besatzungspolitik in Weißrussland Rolf Michaelis - Die SS-Sturmbrigade Dirlewanger: Vom Warschauer Aufstand bis zum Kessel von Halbe (Winkelried-Verlag, Dresden 2006 Paul Blobel was born on 13 August 1894 in Potsdam. He served in First World War where he was awarded the Iron Cross First Class. After the Great War Blobel studied architecture and practised this profession from 1924 until 1931 upon losing his job he joined the Nazi Party and the SS on 1 December 1931

SS-Sonderkommando R - Axis History Foru

  • During World War II, the Nazi German Einsatzkommandos were a sub-group of five Einsatzgruppen mobile killing squads (term used by Holocaust historians) - up to 3,000 men each - usually composed of 500-1,000 functionaries of the SS and Gestapo, whose mission was to kill Jews, Polish intellectuals, Romani, communists and the NKVD collaborators in the captured territories often far behind.
  • View sold price and similar items: JEWISH SS SONDERKOMMANDO ID TAG. World War II German Jewish SS Sonderkommando ID tag, front with star of David and words: Sonderkommando. Marked: SS mark on back. Size: 1 1/2''Diam. Condition: age appropriate wear. 195-2500. from Dargate Auction Galleries on October 6, 0111 10:00 AM EDT
  • Find helpful customer reviews and review ratings for The Cruel Hunters: SS-Sonderkommando Dirlewanger Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit (Schiffer Military History) at Amazon.com. Read honest and unbiased product reviews from our users
  • /zon deuhr keuh man doh/ Ger. /zawn deuhrdd kaw mahn daw/, n. (in World War II Nazi concentration camps) a group of prisoners assigned to collect belongings and dispose of the bodies of other prisoners who had died or been killed. Cf. Kapo. [ <
  • image caption A Sobibor gateway says SS Sonderkommando - the name for special death camp units. Previously unseen photos from the Sobibor death camp in Nazi-occupied Poland have been unveiled,.

Sonderkommando - Metapedi

  • Russians in the SS-Sonderkommando Dirlewanger Discussions on the foreigners (volunteers as well as conscripts) fighting in the German Wehrmacht, those collaborating with the Axis and other period Far Right organizations
  • SS-Sonderkommando Dirlewanger, also known as SS-Sonderbataillon Dirlewanger, and Sonderkommando der Waffen-SS Lublin. Formed by a small Wilddiebkommando Orienburg anti-partisan unit composed of poachers, SS, prisoners, trained by the SS-Totenkopf Standarte 5
  • Schiffer Publishing The SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir - A rare look inside the Sonderkommando Dirlewanger, the SS anti-partisan unit notorious for atrocities in Poland and Russia during World War II. These memoirs were written by a former member of the unit from its formation in 1940 to the end of the war and took part in nearly al
  • (Omdirigerad från Sonderkommando Lange) Herbert Lange , född 29 september 1909 i Menzlin , död 20 april 1945 i Bernau , var en tysk SS-officer. Han var förintelselägret Chełmnos kommendant från december 1941 till mars 1942

The Cruel Hunters: SS-Sonderkommando Dirlewanger Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit (Schiffer Military History) [MacLean, French L.] on Amazon.com. *FREE* shipping on qualifying offers. The Cruel Hunters: SS-Sonderkommando Dirlewanger Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit (Schiffer Military History SS-Sonderkommando Dirlewanger: A Memoir by Rolf Michaelis, 9780764344794, available at Book Depository with free delivery worldwide

SS-Sonderkommando Dirlewanger - Metapedi

A rare look inside the Sonderkommando Dirlewanger, the SS anti-partisan unit notorious for atrocities in Poland and Russia during World War II. These memoirs were written by a former member of the unit from its formation in 1940 to the end of the war and took part in nearly all its operations Buy The Cruel Hunters - S.S.Sonderkommando Dirlewanger: Hitler's Most Notorious Anti-Partisan Unit (Schiffer Military History) Annotated by French Maclean (ISBN: 9780764304835) from Amazon's Book Store. Everyday low prices and free delivery on eligible orders en holländsk SS-officer eller de lite mindre ohyggliga levnadsvillkor som medlemmarna i Sonderkommando, dödsmaskinens oumbärliga tjänare, hade jämfört med andra deporterade. Något som också gör Shlomo Venezias vittnesmål ovanligt är att det var först när han började samtala med Béatrice Prasquier som han vågade ta upp de makabrast Many translated example sentences containing ss-sonderkommando - Italian-English dictionary and search engine for Italian translations Sonderkommandos did not actually administer poison gas - that task was done by SS supervisors. On October 7, 1944, the team at Birkenau Crematorium Three learned that they were to be gassed themselves and mounted an uprising with makeshift weapons, overpowering their immediate superiors and blowing up the crematorium

ᴴᴰ Sonderkommando Auschwitz-Birkenau - Doku24HD - YouTub

Sonderkommando photographs, secretly taken images of the operation of the Sonderkommandos SS-Sonderkommandos , special action units of the Schutzstaffel Sonderkommando 2000 , a counterintelligence unit in occupied Greece during WWI


Voir la vidéo: Auschwitz - The 1944 Revolt (Décembre 2021).