Informations

Italie


La péninsule italienne ou péninsule des Apennins est l'une des trois péninsules du sud de l'Europe (les deux autres étant la péninsule ibérique et la péninsule balkanique), s'étendant sur 1 000 km de la vallée du Pô au nord à la mer Méditerranée centrale au sud. La péninsule est bordée par la mer Tyrrhénienne à l'ouest, la mer Ionienne au sud et la mer Adriatique à l'est. La partie intérieure de la péninsule des Apennins se compose des montagnes des Apennins, dont elle tire son nom, la partie nord est en grande partie constituée de plaines et les côtes sont bordées de falaises.

Des fouilles dans toute l'Italie révèlent une présence humaine moderne remontant à la période paléolithique, il y a environ 200 000 ans. Aux VIIIe et VIIe siècles avant notre ère, des colonies grecques ont été établies tout le long de la côte de la Sicile et de la partie sud de la péninsule italienne. Par la suite, les Romains appelaient cette région la Magna Graecia, car elle était densément peuplée par les Grecs.

La Rome antique était d'abord une petite communauté agricole fondée vers le 8ème siècle avant notre ère qui s'est développée au cours des siècles en un empire colossal englobant toute la mer Méditerranée, dans lequel les cultures grecque et romaine antiques ont fusionné en une seule civilisation. Cette civilisation était si influente que des parties de celle-ci survivent dans le droit, l'administration, la philosophie et les arts modernes, formant le fondement sur lequel la civilisation occidentale est basée. Au cours de ses douze siècles d'existence, elle est passée de la monarchie à la république et enfin à l'autocratie. En déclin constant depuis le IIe siècle de notre ère, l'empire s'est finalement divisé en deux parties en 285 de notre ère : l'Empire romain d'Occident et l'Empire byzantin à l'Est. La partie occidentale, sous la pression des Goths, s'est finalement dissoute, laissant la péninsule italienne divisée en petits royaumes indépendants et villes-états rivales pendant les 14 siècles suivants, et laissant la partie orientale seule héritière de l'héritage romain.


Questions relatives à la diplomatie étrangère américaine : unification des États italiens

Pendant de nombreux siècles, la péninsule italienne a été un conglomérat d'États politiquement fragmenté. Ce fut le cas lorsque les États-Unis ont annoncé leur indépendance de la Grande-Bretagne en 1776. Lorsque la guerre a éclaté entre l'Autriche et le gouvernement révolutionnaire français en 1792, les Français ont envahi la péninsule italienne, consolidé de nombreux États italiens et les ont constitués en républiques. . En 1799, les armées autrichienne et russe ont poussé les Français hors de la péninsule italienne, ce qui a entraîné la disparition des républiques naissantes.

Après l'arrivée au pouvoir de Napoléon, la péninsule italienne est à nouveau conquise par les Français. Sous Napoléon, la péninsule a été divisée en trois entités : les parties nord qui ont été annexées à l'Empire français (Piémont, Ligurie, Parme, Plaisance, Toscane et Rome), le royaume d'Italie nouvellement créé (Lombardie, Venise, Reggio, Modène , la Romagne et les marais) dirigé par Napoléon lui-même, et le royaume de Naples, qui a d'abord été dirigé par le frère de Napoléon, Joseph Bonaparte, mais est ensuite passé au beau-frère de Napoléon, Joachim Murat.

La période d'invasion et d'occupation françaises fut importante à bien des égards. Il a introduit des idées révolutionnaires sur le gouvernement et la société, entraînant un renversement des anciens ordres dirigeants établis et la destruction des derniers vestiges du féodalisme. Les idéaux de liberté et d'égalité étaient très influents. Autre conséquence, le concept de nationalisme a été introduit, semant ainsi les graines du nationalisme italien dans la plupart des régions du nord et du centre de la péninsule italienne.

Avec la chute de Napoléon en 1814 et la redistribution du territoire par le Congrès de Vienne (1814-15), la plupart des États italiens ont été reconstitués : le Royaume de Piémont-Sardaigne (souvent appelé Sardaigne), le Grand-Duché de Toscane , le duché de Parme, les États pontificaux et le royaume des Deux-Siciles (fusionnés à partir de l'ancien royaume de Naples et du royaume de Sicile). Il s'agissait de régimes largement conservateurs, présidés par les anciens ordres sociaux.

Bien que la péninsule italienne soit restée fragmentée jusqu'au milieu des années 1800, le concept d'une Italie unie a commencé à prendre racine. Sociétés secrètes formées pour s'opposer aux régimes conservateurs. Plusieurs de ces sociétés ont également promu le nationalisme italien et l'idée d'un État politique italien unifié. L'une de ces sociétés était le groupe Jeune Italie, fondé en 1831 par Guiseppe Mazzini. Mazzini était un ardent défenseur de la nécessité de l'unification italienne à travers les désirs et les actions du peuple italien. Ainsi, le mouvement d'unification italienne, un processus appelé Risorgimento (résurgence) a proliféré au milieu du siècle.

Les révolutions de 1848 ont enflammé le sentiment nationaliste dans toute la péninsule italienne. Il y a eu des soulèvements généralisés dans plusieurs villes italiennes cette année-là, principalement par les classes professionnelles (comme les médecins, les avocats, les commerçants) ainsi que les étudiants. Lombardie-Vénétie et Milan ont tenté de se soulever contre la domination autrichienne. Bien que le royaume de Piémont-Sardaigne ait envoyé des troupes pour aider la révolte, il a été écrasé par les Autrichiens à Custoza en juillet 1848. Les soulèvements italiens ont échoué et en 1849, les anciens régimes étaient à nouveau en place.

Pourtant, l'idée du Risorgimento a continué à gagner des adeptes après 1848. La poussée finale pour l'unification italienne est venue en 1859, dirigée par le Royaume de Piémont-Sardaigne (alors le plus riche et le plus libéral des États italiens), et orchestrée par le Piémont- Le Premier ministre de Sardaigne, le comte Camillo di Cavour. Diplomate habile, Cavour a obtenu une alliance avec la France. La guerre franco-autrichienne de 1859 a été l'agent qui a commencé le processus physique de l'unification italienne. Les Autrichiens furent vaincus par les Français et les Piémontais à Magenta et Solférino, et abandonnèrent ainsi la Lombardie. À la fin de l'année, la Lombardie a été ajoutée aux exploitations du Piémont-Sardaigne.

Les États du nord de l'Italie ont tenu des élections en 1859 et 1860 et ont voté pour rejoindre le royaume de Piémont-Sardaigne, une étape majeure vers l'unification, tandis que le Piémont-Sardaigne a cédé la Savoie et Nice à la France. Giuseppi Garibaldi, originaire du Piémont-Sardaigne, a contribué à amener les États du sud de l'Italie dans le processus d'unification. En 1860, Garibaldi a concocté une armée (appelée les « Mille ») pour marcher dans la partie sud de la péninsule. Débarqués d'abord en Sicile puis à Naples, Garibaldi et ses hommes renversèrent la monarchie des Bourbons et cédèrent les territoires du sud à Victor Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne. Au début de 1861, un parlement national se réunit et proclama le royaume d'Italie, avec Victor Emmanuel II pour roi. À ce stade, il n'y avait que deux territoires principaux en dehors des paramètres du nouveau royaume d'Italie : Rome et la Vénétie.

En 1866, l'Italie rejoint la Prusse dans une campagne contre l'Autriche (la guerre austro-prussienne de 1866) et gagne ainsi la Vénétie. En 1870, profitant du fait que la France (le pays chargé à l'époque de la garde des États pontificaux) était distraite par l'implication dans la guerre franco-prussienne (1870-1871), l'armée italienne entra à Rome. Cette année-là, Rome et les États pontificaux furent incorporés à l'Italie et le Risorgimento achevé. Au cours de l'été 1871, la capitale italienne déménage de Florence à Rome (elle est transférée de Turin à Florence en 1865).


Italie — Histoire et culture

L'histoire et la culture de l'Italie sont liées à son héritage ancien, et tous les Italiens sont immensément fiers de leur pays et de son passé étonnant. L'amour de la musique, de l'art, de la bonne nourriture et du bon vin est né chez chaque indigène, et le plaisir des bonnes choses de la vie est obligatoire. Une grande partie des régions rurales du pays ont encore un mode de vie traditionnel et même la modernité des grandes villes est touchée par les époques emblématiques antérieures au présent.

Histoire

Le mythe raconte que les jumeaux Romulus et Remus ont fondé Rome en 753 av. L'empire a dominé toute l'Europe occidentale pendant plus de 800 ans jusqu'à sa chute en 475 après JC, après quoi l'Italie est devenue une confusion de nombreuses cités-États pendant la majeure partie du millénaire suivant.

Les beaux jours de la Rome antique ont commencé après les conquêtes de Carthage et des empires macédoniens, avec une fusion entre les cultures hellénistique et romaine apportant une éthique cosmopolite à l'élite romaine auparavant rurale. Au cours des dernières années de l'ère préchrétienne, Rome avait consolidé sa position d'empire majeur et avait peu d'ennemis. L'apogée de la civilisation italienne a commencé avec l'élection d'Auguste César, désormais accepté comme le début officiel du grand empire et la naissance de la littérature romaine. Des poètes emblématiques comme Horace, Virgile et Ovide ont écrit les textes encore considérés aujourd'hui comme « les classiques ».

Le règne éclairé d'Auguste a apporté à l'empire sa Pax Romana, une période de 200 ans de paix et de prospérité, au cours de laquelle Rome n'a pas fait grand-chose pour s'étendre davantage, bien que la Grande-Bretagne ait été conquise sur ordre de l'empereur Claude en 47 après JC. En 395 après JC, l'Empire romain était divisé en Orient et en Occident, le secteur occidental faisant face à des invasions barbares croissantes et en 476 après JC, il a disparu. Peu de temps après, l'Italie tomba aux mains d'Attila le Hun, mais fut rétablie par l'empereur byzantin Justinien en 553, un soulagement qui ne dura que 19 ans.

Au cours de la période médiévale et du Moyen Âge, l'Italie était une confusion de cités-États, y compris l'État pontifical, avec des conflits internes déstabilisants et des invasions de divers pillards européens. Venise, Florence et Gênes sont devenues de grandes puissances, leur richesse poussant la magnificence des artistes de la Renaissance à des sommets toujours plus élevés. Les musées d'aujourd'hui en Italie détiennent la majorité des œuvres de maîtres tels que Léonard, Michel-Ange et Rafael, et leur génie a été utilisé dans de nombreux projets architecturaux célèbres.

À partir de la fin du XVIe siècle, l'Italie a été divisée entre les puissances européennes jusqu'en 1796 lorsque l'armée de Napoléon est arrivée dans le nord pour briser l'étau des Autrichiens autour de Milan et de la Sardaigne. Les Français ont réussi et l'Italie napoléonienne est devenue une réalité de 1800 à 1814. En 1815, le Pape a excommunié le soulèvement français, qui a été immédiatement arrêté et renvoyé de l'autre côté de la frontière, après quoi les Autrichiens ont repris le dessus.

Après des siècles de troubles, le XIXe siècle a vu des radicaux s'engager pour une Italie unie, dirigés par Garibaldi. En 1848, des émeutes révolutionnaires ont éclaté, suivies de 18 mois de violence et de drame jusqu'en 1859. Il y a eu une guerre d'un an impliquant Napoléon III contre les tentatives autrichiennes de reconquérir leur position de pouvoir. Les dernières étapes vers l'unité ont eu lieu en 1860-1861 sous le règne du roi Victor Emmanuel Ier.

Entre 1914 et 1918, la Première Guerre mondiale a eu peu d'effet sur le pays, mais la Seconde Guerre mondiale a été une histoire très différente en raison de la montée du dictateur fasciste Benito Mussolini, qui a entraîné l'Italie dans le conflit en 1940 pour soutenir l'Allemagne nazie. L'Italie est devenue un théâtre de guerre lorsque les forces alliées sont arrivées en Sicile et ont commencé à remonter le continent malgré la résistance farouche de l'armée allemande. En 1943, Mussolini change de camp, signe un armistice avec les Alliés et est rapidement emprisonné. Lui et sa maîtresse ont été exécutés par des partisans italiens en avril 1945.

L'Italie d'après-guerre a chanté sur un ton différent, celui du rejet du fascisme et de l'acceptation d'elle-même en tant que république, qui a stimulé un boom économique entre 1950 et 1973. L'industrie a prospéré et des infrastructures énergétiques et de transport ont été mises en place, bien que de 1970 à 1980 les conflits sociaux, y compris le terrorisme, menaçaient la prospérité. La Seconde République, dirigée en 2008 par Silvio Berlusconi, est aujourd'hui un centre de controverse sur sa situation économique fragile.

Culture

La riche culture de l'Italie a formé le cœur du monde occidental depuis l'époque de la Rome impériale jusqu'à la fin du XVIe siècle. L'Empire romain lui-même, l'émergence de l'Église catholique romaine, l'épanouissement culturel de l'ère de la Renaissance et la naissance de l'humanisme ont tous exercé une forte influence à travers le monde. De nos jours, la culture italienne est mieux représentée dans l'art, la musique, la mode et la cuisine, tous existant en harmonie avec les grandes icônes du passé, dont beaucoup sont maintenant des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'Italie abrite plus de 50% des trésors artistiques du monde, et les œuvres de ses grands compositeurs à travers les âges sont toujours très appréciées par la majorité des habitants. La musique, qu'elle soit classique ou moderne, fait partie intégrante de la vie, sans surprise dans un pays qui a inventé la portée musicale, et le piano et l'opéra ont donné naissance à nombre des plus grands compositeurs, chefs d'orchestre et chanteurs du monde. Dans les temps modernes, l'Italie est créditée du développement du rock progressif, de l'italo-disco et du rock expérimental.

Les représentations théâtrales ont un long héritage ici, basé sur la tradition des acteurs itinérants et leurs comédies Canovaccio. Des régions spécifiques ont des traditions de musique folklorique, par exemple, les célèbres chansons dialectales napolitaines rendues célèbres au début du milieu du XIXe siècle par Enrico Caruso et Mario Lanza. Les visiteurs de Naples entendront encore d'anciens classiques tels que Torno al Suriento flottant hors des bars et des restaurants de la rue.

La famille dirige la structure sociale en Italie, avec des groupes entiers vivant sous un même toit dans la région méridionale plus traditionnelle. Le soutien émotionnel et financier est une priorité, et la religion joue toujours une influence cruciale dans la plupart des communautés. Bella Figura - un concept de présentation d'une bonne image à la fois vestimentaire et style personnel - est important, et les Italiens sont très soucieux de la mode. La hiérarchie est une autre croyance dominante et se rapporte à l'âge, à la réussite professionnelle et aux liens familiaux.

L'un des délices des vacances italiennes est la nature spontanée des Italiens en général, ce qui en fait des hôtes parfaits en toute occasion. Arriver quelques minutes en retard pour un dîner est la norme, tout comme apporter du vin ou des chocolats comme petit cadeau. Les Italiens sont des experts pour faire en sorte que les clients se sentent les bienvenus en toute occasion et sont extrêmement conviviaux pour les familles.


Guerres pour la domination de l'Italie 509-265 avant notre ère

Tout au long de cette période, Rome a mené une série de guerres contre d'autres peuples et États en Italie, y compris les tribus montagnardes, les Étrusques, les Grecs et la Ligue latine, qui se sont terminées par la domination romaine sur l'ensemble de l'Italie péninsulaire (le morceau de terre en forme de botte qui sort du continent.) Les guerres se sont conclues avec chaque État et tribu convertis en « alliés subordonnés », devant des troupes et un soutien à Rome, mais pas de tributs (financiers) et une certaine autonomie.


Faits géographiques intéressants sur l'Italie

11. L'Italie abrite les trois seuls volcans actifs d'Europe

Sur l'île de Sicile, le mont Etna est entré en éruption pour la dernière fois en 2018, mais vous pouvez souvent voir un panache de vapeur blanc s'élever du sommet. C'est un spectacle surréaliste lorsque vous vous promenez le long de la principale rue commerçante de Catane, la via Etnea. Pour une vue plus rapprochée, envisagez une randonnée jusqu'au sommet de l'Etna.

Le mont Stromboli est actuellement actif et se situe sur sa propre petite île au large de la Sicile. Vous pouvez prévoir de visiter l'île, mais sachez que vous devrez peut-être modifier vos plans en fonction du niveau d'activité actuel. Si vous vous en sortez, assurez-vous de faire une randonnée guidée pour visiter la « Sciara del Fuoco ».

Le Vésuve surplombe la ville méridionale de Naples et n'est pas entré en éruption depuis 1944, ce qui en fait, avec le site de fouilles de Pompéi, une excursion d'une demi-journée très populaire au départ de Naples.

Le Vésuve surplombant Naples © Enki Photo/Shutterstock

12. La Cité du Vatican est le plus petit pays du monde

Avec seulement 100 acres, la Cité du Vatican à Rome fait environ 1/8 de la taille de Central Park à New York. Elle est devenue une nation souveraine, séparée de l'Italie, en 1929, avec le Pape à la tête de l'État. Malgré sa petite taille, elle regorge de monuments historiques comme la cathédrale Saint-Pierre, la chapelle Sixtine, les fresques de Raphaël et plus encore, tandis que son économie est alimentée par les dons religieux, les revenus des musées et la vente de timbres-poste et de souvenirs. Envisagez de faire une visite guidée pour explorer le Vatican, vous offrant un accès rapide.

Piazza San Pietro dans la Cité du Vatican © Banauke/Shutterstock

13. L'Italie est le cinquième pays le plus visité au monde

Bien que 2020 ait été une anomalie évidente, quelque 64,8 millions de personnes ont visité l'Italie en 2019 – dont beaucoup se sont dirigées vers des points chauds touristiques comme Rome, Florence et Pise. Malgré les millions de visiteurs, vous pouvez toujours trouver des endroits peu fréquentés, comme Castelmezzano en Basilicate ou Camogli en Ligurie. Nos experts locaux se feront un plaisir de vous guider pour trouver l'équilibre parfait entre les points chauds incontournables et les destinations hors des sentiers battus. Le tout dans un itinéraire pratique pour vous, prêt à être réservé.

Duomo Santa Maria Del Fiore à Florence © Songquan Deng/Shutterstock

14. Vous trouverez plus de 1500 lacs en Italie

Des noms célèbres comme le lac de Garde et le lac de Côme au lac moins connu d'Iseo en Lombardie, le pays est parsemé de charmantes étendues d'eau. Et cela signifie également une abondance d'activités au bord de l'eau. De la découverte de magnifiques lacs sur d'énormes sentiers de randonnée aux excursions en bateau pittoresques et à la baignade sauvage stellaire, il y a beaucoup à offrir aux visiteurs actifs en Italie. Explorez les lacs du nord avec notre exemple de voyage enchanteur des lacs italiens - entièrement personnalisable pour s'adapter à vos préférences.

Vieille ville de Varenna sur les rives du lac de Côme © Boris Stroujko/Shutterstock

15. La plus haute montagne d'Italie est le Mont Blanc

S'élevant à 4 808 mètres (15 774 pieds) au-dessus du niveau de la mer, le Mont Blanc (ou Monte Bianco pour les Italiens) se dresse à la frontière entre la France et l'Italie. C'est aussi la plus haute montagne des Alpes et elle est éternellement populaire auprès de toutes sortes d'amateurs de plein air, des randonneurs aux skieurs, des grimpeurs aux coureurs de trail. Des excursions d'une journée sont disponibles au départ de Milan, vous permettant de visiter à la fois le Mont Blanc et Courmayeur.

Sur la route du Mont Blanc © Berit Kessler/Shutterstock


Histoire de l'Italie de 1870 à 1915

L'unification de l'Italie a été provoquée par les efforts d'hommes comme Mazzini, Cavour, Garibaldi, Victor Emmanuel II, etc., et l'aide étrangère.

Selon Luigi Sturzo, « l'unité italienne a été obtenue trop soudainement par un peuple pendant des siècles divisé et hétérogène.

La liberté, conservée comme un flambeau dans le petit pays du Piémont, fut plutôt donnée en cadeau que conquise par les efforts du peuple et la nationalité, affirmée comme autodétermination et self-government par une élite, ne trouva pas un égal écho dans la conscience populaire. Pas étonnant que, malgré son unification, l'Italie n'ait joué aucun rôle important dans la politique européenne, comme l'a fait l'Allemagne.

Source de l'image : 7b482e.medialib.glogster.com/thumbnails/87/8738a8b6fd95bef4a0ef3be26a103590bf0119714eb1fdd184016c3f74d34166/results-problems-of-unification-of-italy-source.jpg

Le peuple italien était arriéré. Le pays était encore sous-développé et par conséquent ses ressources étaient faibles. Les gens étaient analphabètes et ne s'intéressaient pas à la politique du pays. Le régionalisme a également fait obstacle au progrès national. La vie politique du pays laissait beaucoup à désirer. Il y avait de la corruption partout. Les intrigues étaient à l'ordre du jour.

La querelle entre le pape et le gouvernement italien n'était pas dans l'intérêt du pays. L'Italie a été privée des services de ces catholiques italiens qui ne pouvaient pas participer à la politique en raison de l'imposition de l'interdiction par le Pape. Le résultat net fut que l'Italie resta une puissance de troisième ordre.

Pour citer encore Sturzo, l'Italie est devenue un pion dans les diverses vicissitudes du jeu politique européen, utile tantôt à cette Puissance, tantôt à celle-là, dans un subtil concours d'adresse dont elle semblait tirer profit, mais qui ne lui a valu que piqûres et déceptions. Cela était dû en partie aux difficultés inhérentes à sa position, et en partie au manque de continuité dans sa politique étrangère, de sorte que maintes et maintes fois il glissait des mains de ses ministres ces mêmes cartes qu'ils avaient gardées avec un soin jaloux. De cette façon, l'Italie n'a reçu aucune aide de ses alliés et n'en a donné aucune.

“Nous avons fait l'Italie, nous devons encore faire des Italiens” :

Pour atteindre cet objectif, de nombreuses mesures ont été adoptées. Les systèmes administratifs et judiciaires ont été réorganisés et centralisés. Un système de gouvernement local a été mis en place sur le modèle de la France. Les chemins de fer ont été nationalisés. Le service militaire obligatoire était imposé dans le pays. Le brigandage fut supprimé. Des sociétés secrètes comme la Mafia de Sicile et la Camorra de Naples ont été exterminées.

En 1897, la loi sur l'enseignement obligatoire a été adoptée en vue de réduire l'analphabétisme dans le pays. Les mesures n'ont pas été couronnées de succès en raison du manque de fonds. Le problème de la propriété ralentissait les progrès de la nation.

La dette nationale était très importante et comme le gouvernement devait dépenser beaucoup d'argent sur de nombreux projets, le fardeau des impôts sur la population était insupportable. Le gouvernement italien était toujours au bord de la faillite.

La population de l'Italie augmenta et le gouvernement ne sut qu'en faire. Cependant, des milliers d'Italiens ont migré vers l'Amérique du Nord et du Sud. La condition misérable du peuple a donné l'occasion aux socialistes de pêcher en eaux troubles. Il y eut de graves émeutes à Turin, Milan et Rome en 1889. Quatre ans plus tard, il y eut de graves troubles du travail en Sicile.

En 1898, de graves émeutes éclatèrent dans tout le pays, notamment à Milan. Dans le sud et le centre de l'Italie, ils ont pris la forme d'« émeutes du pain ». Il y avait tellement d'insatisfaction dans le pays que le roi Humbert a été assassiné en 1900. Il a été remplacé par Victor Emmanuel III.

2. Politique intérieure de l'Italie :

Un système parlementaire sur le modèle de la Grande-Bretagne a été adopté en Italie. Cependant, le droit de vote était limité et seuls étaient autorisés à voter ceux qui possédaient des titres de propriété et des diplômes. La franchise a été élargie en 1882 lorsque le nombre d'électeurs a presque quadruplé. En 1912, le suffrage universel masculin a été instauré dans le pays.

La politique italienne n'était pas propre. Il y avait trop de travail, de corruption et d'intrigues. La vie politique du pays était démoralisée. Les noms de trois personnes sont importants dans la politique italienne au cours de cette période et ceux-ci étaient Depretis, Crispi et Giolitti. Depretis est au pouvoir de 1876 à 1887.

C'est sous lui que l'Italie entre dans la Triple Alliance en 1882. L'enseignement primaire est rendu obligatoire. Le système ferroviaire a été achevé. La franchise a été prolongée. Une nouvelle politique coloniale est initiée. Depretis a adopté des méthodes corrompues pour se maintenir au pouvoir.

A la mort de Depretis en 1887, Crispi devient le chef de l'administration. C'était un ministre très puissant et il menait une politique coloniale vigoureuse. C'est pendant son régime qu'un protectorat italien a été établi sur le Somaliland. Il est tombé du pouvoir en 1891 mais est revenu au pouvoir après deux ans. De 1893 à 1896, il était pratiquement un dictateur. Il est tombé à cause de la défaite de l'Italie par l'Abyssinie lors de la bataille d'Adowa en 1896. Le nom de Giolitti est étroitement associé aux années précédant la Première Guerre mondiale.

La situation s'améliore en Italie après l'assassinat du roi Humbert en 1900 et l'avènement de Victor Emmanuel III. Le nouveau roi était jeune, sympathique et démocratique. Les industries commencent à se développer au Nord et la culture de la vigne est promue au Sud. Les capitaux étrangers ont commencé à affluer en Italie et ont été utilisés pour le développement du pays. La marine marchande a été agrandie.

Le Pape a levé l'interdiction faite aux catholiques de participer à la politique. Une nouvelle loi sur l'assurance sociale a été adoptée. En 1904, une nouvelle loi sur l'éducation a été adoptée. Pour la première fois, le budget de 1905 affichait un excédent. Le suffrage masculin a été établi en 1912. L'utilisation de l'énergie hydroélectrique a contribué au développement industriel du pays.

3. La question romaine en Italie :

Le Pape s'était opposé à l'unification de l'Italie et malgré cela, celle-ci fut achevée en 1870. Cependant, l'entrée des troupes italiennes à Rome en 1870 porta un coup à la position du Pape. Le gouvernement italien a tenté de réconcilier le pape et a adopté en 1871 la loi sur les garanties papales. La nouvelle loi a donné au pape le gouvernement des palais et des terres du Vatican et du Latran et de la villa de Castel Gandolfo.

Le pape a également reçu les honneurs dus à un souverain régnant. Il a reçu le droit de communiquer librement avec les gouvernements et les personnes à l'étranger. On lui donna l'usage des télégraphes, des chemins de fer et des postes italiens. Il a également reçu une subvention annuelle de millions de lires du trésor national en compensation de la perte de biens temporels.

Cependant, le pape Pie IX a condamné la loi des garanties papales. Son acceptation de la loi aurait impliqué sa reconnaissance de l'entrée injuste des troupes italiennes à Rome en 1870. De plus, il voulait que les garanties papales soient données non par une loi du Parlement italien mais par un traité international. Pie IX s'est déclaré "prisonnier du Vatican".

Il a publié une lettre circulaire appelée Enyclical Non-expedite par laquelle les catholiques italiens étaient interdits de voter ou d'occuper des fonctions sous le gouvernement royal. L'attitude intransigeante du Pape lui a été utile dans un sens. Tant qu'il n'était pas en bons termes avec le gouvernement italien, il ne pouvait être suspecté d'être au service des intérêts italiens.

En raison de sa soi-disant « emprisonnement », il y avait de la sympathie pour lui parmi les catholiques du monde entier. Cependant, cela a eu un effet très malheureux sur la fortune de l'Italie. Le pays a été privé des services publics de nombreux Italiens qui, obéissant au Pape, se sont retirés de la politique du pays.

Le pape Pie IX mourut en 1878, mais son successeur, Léon XIII, continua la politique de son prédécesseur. En 1905, les Encycliques non expéditives ont été partiellement supprimées par Pie X. En 1919, elles ont été totalement abrogées par Benoît XV. A son avènement en 1922, Pie XI donna sa bénédiction aux troupes italiennes.

4. Politique coloniale de l'Italie :

L'expansion coloniale était une nécessité pour l'Italie en raison du taux très élevé d'augmentation de sa population. Elle a essayé d'obtenir des concessions en Chine avec d'autres puissances européennes, mais elle était la seule puissance européenne qui n'a rien réussi. La Grande-Bretagne propose à l'Italie d'annexer Tunis et Tripoli mais cette dernière n'en profite pas.

Cependant, en 1881, la France établit son protectorat sur Tunis. Cela a conduit à des ressentiments entre les deux pays et toutes les chances de sécuriser Tunis ont disparu une fois pour toutes. Cependant, c'est en 1911 que l'Italie attaque la Turquie et parvient à sécuriser en 1912 Tripoli et la Cyrénaïque. La nouvelle acquisition a reçu le nom de Libye.

Après avoir perdu Tunis, l'Italie a commencé à demander réparation ailleurs en Afrique. En 1885, elle occupa le port abyssin de Massowa. Pendant le régime de Crispi, un protectorat italien a été établi sur le Somaliland.

Les colonies italiennes sur la mer Rouge ont reçu le nom d'Érythrée et l'Italie a commencé à s'étendre vers l'Abyssinie. Cela a conduit à un conflit entre l'Italie et l'Abyssinie. Cependant, elle a été vaincue en 1896 à la bataille d'Adowa. C'est au temps de Mussolini que les Italiens se vengent de la défaite d'Adowa et conquièrent et annexent toute l'Abyssinie.

5. Politique étrangère de l'Italie :

Pour commencer, la politique étrangère italienne était dominée par la Question romaine. Comme indiqué précédemment, le Pape a refusé de coopérer avec le gouvernement italien et a appelé les chefs des États catholiques d'Europe à prendre des mesures contre l'Italie. Ainsi, il y avait toujours la crainte d'une intervention française et autrichienne dans les affaires d'Italie. Cette peur n'était pas imaginaire mais réelle.

Les relations entre l'Italie et la France sont devenues très mauvaises en 1881 lorsque la France a établi un protectorat sur Tunis. Il y a eu des manifestations anti-italiennes en France et de nombreux Italiens ont été assassinés. Il y avait une possibilité d'attaque française sur l'Italie. C'est dans ces circonstances que l'Italie a rejoint l'Allemagne et l'Autriche et ainsi la Triple Alliance a vu le jour en 1882.

La Triple Alliance a donné force et prestige à l'Italie et ainsi la peur d'une invasion française a été éliminée. Bien que l'Italie ait été la pétitionnaire, elle a pu obtenir des conditions très favorables. Lorsque la Triple Alliance fut renouvelée en 1887, l'Italie put obtenir des conditions encore meilleures. Ses obligations ont été réduites mais sa sécurité antérieure a été maintenue. L'Italie conclut une nouvelle alliance avec l'Angleterre en 1887.

Par cette alliance, la Grande-Bretagne et l'Italie ont convenu de maintenir le statu quo en Méditerranée, en Adriatique, en mer Égée et en mer Noire. Ils ont également convenu de se soutenir mutuellement en Méditerranée si l'une des puissances entrait en guerre avec une autre puissance. L'Italie accepta de soutenir la politique de la Grande-Bretagne en Egypte. La Grande-Bretagne accepta de soutenir la politique de l'Italie en Afrique du Nord, notamment à Tripoli.

Après 1887, les relations entre l'Italie et la Grande-Bretagne n'en deviennent que plus cordiales. En 1902, l'Italie donne l'assurance à la France que bien qu'elle soit membre de la Triple Alliance, elle ne se battra pas contre elle. A l'occasion de la Conférence d'Algésiras de 1906, l'Italie vota avec l'Angleterre et la France contre l'Allemagne et l'Autriche.

En 1909, le tsar Nicolas II rendit visite au roi Victor Emmanuel III. Les deux souverains ont convenu de tout faire pour maintenir le statu quo dans les Balkans. La Russie a accepté de maintenir une attitude bienveillante en référence aux projets italiens sur Tripoli et Gyrénaïque. L'Italie promettait de rendre cette attitude vis-à-vis des ambitions de la Russie et vis-à-vis du Bosphore et des Dardanelles.

Il est à noter que dès le début du 20ème siècle, l'Italie avait un pied dans deux camps. Bien qu'elle soit membre de la Triple Alliance, l'Autriche et l'Allemagne n'ont guère fait confiance à son aide. Elle les trahit aussi en 1906. A l'occasion de la crise bosniaque de 1908-09 également.

L'Italie n'aimait pas le fait que l'Autriche ait annexé la Bosnie-Herzégovine sans jamais lui en avoir fait part au préalable. Sinon aussi, les relations entre l'Italie et l'Autriche n'étaient pas satisfaisantes. En raison de la détermination des Italiens à récupérer les zones italophones qui étaient encore dans l'Empire autrichien, même les Italiens haut placés ont aidé le mouvement irrédentiste.

Le fait était qu'en dépit de la Triple Alliance, les relations entre les deux pays ne pouvaient être cordiales. Le résultat a été que lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté en 1914, l'Italie n'a pas déclaré la guerre avec l'Allemagne et l'Autriche. Cela peut être dû en partie au fait qu'elle était encore épuisée à cause de sa guerre avec la Turquie en 1911-12.

However, a more important reason was that Italy was determined to get some concessions from Austria before she joined the Central Powers. Although Germany put pressure on Austria to give concessions to Italy, Austria was not generous in her concessions. Great Britain and France were also trying to woo Italy.

As they were prepared to give Italy whatever she demanded, the Treaty of London was signed in 1915. After signing the Treaty, Italy precipitated matters with the Central Powers and declared war against Austria on 23 May 1915. Curiously enough, war against Germany was not declared till 27 August 1916.

Although Italy fought on the side of the Allies during the World War I, she was not happy at the Peace Settlement. She was not given what had been promised to her by the Treaty of London. The interests of Italy and Yugoslavia conflicted and as the Allies favoured Yugoslavia, Italy was discontented.

There was, otherwise also a lot of unrest in Italy. Communist propaganda began to spread in the country, and consequently there were strikes everywhere. The peasants turned out their landlords and captured their property. There was chaos everywhere. There was every danger of the country becoming communist. It was at that time that Mussolini captured power in 1922.


Coalition splits

2010 August - Mr Berlusconi's coalition loses majority in lower house of parliament after more than 30 deputies break away from his People of Freedom party.

2011 February - A Milan judge orders Mr Berlusconi to stand trial in April on charges of abuse of power and paying for sex with an under-age prostitute.

2011 September - Parliament gives final approval to a 54bn euro (£47bn $74bn) austerity package. The package contains a pledge to balance the budget by 2013.


Italy's Location

Italy, as we know it today, was the result of the collision of the Eurasian and African tectonic plates, eventually forming the Apennines Mountains, which dominate central Italy. The Apennines, whose characteristic limestone forms the backbone of the peninsula. The Italian Peninsula once lay adjacent to France and Spain, but it has rotated anticlockwise through nearly ninety degrees, and continues to move about one inch a year. The Ionian Sea, lying between southern Italy and Western Greece, is the deepest part of the Mediterranean Sea. It covers a basin that is subsiding in front of the Aegean plate as the plate moves gradually southwest. The rocks of southeast Sicily include a small portion of Africa that has become detached, providing further evidence of rifting and rupturing. Sardinia, like its northern neighbor Corsica, is an uplifted splinter of the most ancient rock foundations.

Below the towering Alps spreads the plain of the river Po. The flat, low-lying expanses are prone to flooding. Huge quantities of sediment have been washed into what was once a shallow arm of the Adriatic Sea. The basin has subsided the accumulated sediments of clay, sand and gravel are now up to six miles deep.

Some of Italy’s peaks dominate their surroundings in a highly active way. Live volcanoes such as Etna and Vesuvius continue to menace local inhabitants. The rich soil that volcanoes have created over the centuries provides good farming land. But in spite of this, much of the Southern part of Italy is hard to farm, with erosion destroying a lot of the land’s surface. In the north however, The Po River, Italy’s largest, continually brings water and fertility to its huge valley, where farms produce sizable crops of cereal and rice. With its fertile plains, and bare clay hills, its high mountains and over 1800 miles of coastline, it is a land of dramatic regional contrasts. These contrasts make themselves felt in all aspects of Italian life, from tradition and history, to food. The north is rich, productive and bustling, especially in it’s “industrial triangle’, between Turin, Milan and Livonia. The south is generally poorer, harsher, and hotter.

Italian History

Built on the famous “Seven Hills”, Rome and its empire was one of the greatest forces for change Europe has ever known. Wherever the Roman Legions took their armies, their contributions to civilized society went as well. This included central heating, a legal system, and most importantly, a public water system. Rome was able to spread its boundaries through its vast aqueduct system that stretched throughout its empire. Wherever the water could flow, land could be developed. Most of their knowledge came from the previous settlers called the Etruscans. They taught the Romans to develop their mining systems and introduced the horse-drawn carriage. These were two very important aspects of the geographical development of Italy.

The rise of the city-states after the fall of Rome revolved around the geographical location of its cities. Ports such as Venice and Genoa prospered. The power of Italy’s medieval cities grew in the North, dominating the countryside and taking advantage of the sloping hills in battle. Cities such as Venice, Milan, and Florence emerged as great powers.

Italy’s complex coastlines and numerous islands demonstrate the long history of volcanic activity in the region. Although destructive in nature, it has afforded most of Italy’s landscape with some of the most fertile land in the region. Spring in Tuscany, in the northern part of Italy, is still one of the most beautiful sights in the world.

Related Research Paper Topics

Aldus Manutius - Aldus Manutius research papers discuss the Italian printer who founded Aldine Press, invented italic type, developed the modern usage of the comma and semicolon and first printed smaller, portable books similar to the paperback.

Amerigo Vespucci - Amerigo Vespucci research papers examine the Italian explorer and cartographer who gave his name to the two continents discovered by Europeans: America.

Benito Mussolini - Benito Mussolini research papers discuss Benito&rsquos personality traits that contributed to his ultimate failure as a fascist leader.

Byzantine Empire - The Byzantine Empire research papers discuss this complex historical topic.

Carolingian Renaissance - Carolingian Renaissance Research Papers illustrate the value in Charlemagne's era.

Francesco Guicciardini - Francesco Guicciardini research papers examine the Italian Renaissance historian and statesman.

The Golden Age - The Golden Age Research Papers delve into the important role of Western Civilization.

The Great Flavian Amphitheater - The Construction of The Great Flavian Amphitheater took years to fully build and is a living legacy in history.

House of Medici research papers look into the notable, wealthy and powerful House of Bankers and merchants that ruled Florence and two queens of France.

Marco Polo - Marco Polo research papers examine the life of the Italian adventurer best remembered for his extended stay in China at the court of Kublai Khan.

Roman Colosseum - The Roman Colosseum is considered one of the world&rsquos most remarkable architectural feats, construction of this famous stone amphitheater began around A.D. 70-72 under the auspices of Flavian emperor Vespasian.

Signor Orlando - Signor Orlando research papers discuss the Paris Peace Conference.

How to Write a Research Paper on Italy

This page is designed to show you how to write a research project on the topic you see here. Learn from our sample or order a custom written research paper from Paper Masters.

Custom Research Papers - Custom written research papers on any topic you need starting at $23.95 per page.

Custom Research Paper Services - Learn about all of Paper Masters' custom research paper and writing services.

End your research paper worries in less than 5 Minutes!

Order a custom research paper au ANY topic.


Most Notable and Famous Italians in History

Italians have made important contributions to mankind, most notably in the fields of science, mathematics, philosophy, ingénierie, économie, international politics, Médicament, literature, visual arts et music.

In medieval Europe many of the first women scientists and physicians were Italian. See: 15 women who changed Italy .

Italians who most influenced human history
(in alphabetical order)

Andrea Amati (1500-1577)
A luthier from Cremona, Anrea Amati, laid the basis of modern violin-making. His grandson, Niccolo, had Antonio Stadivari, the inventor of the Stradivarius, as a pupil. See Italian luthiers .

Violin maker in Cremona. Photo © zodebala

Dante Alighieri (c. 1265 – 1321)
commonly known as Dante, was an Italian poet who greatly influenced generations of poets and authors throughout the centuries, such as Byron, Geoffrey Chaucer and William Blake. He was the author of La Divina Commedia (The Divine Comedy), an allegory of life and God as revealed to a pilgrim, translated into 59 different languages since 1400. It is written in terza rima, a three-line rhyme scheme of his own invention and tells the story of a man who endures the torment of Hell (Enfer) et Purgatoire (Purgatorio) in his quest to reach paradis (Paradiso).

Saint Thomas Aquinas (1225 – 1274)
Tommaso of Aquino was a medieval Catholic priest who greatly influenced thinking and teaching in philosophy. Le sien Somme théologique has been published in 1,317 editions in 24 different languages since 1463. His writings gave rise to several schools and periods of thomism, an encompassing synthesis of philosophy, theology and the sciences of man.

Eugenio Barsanti (1821 – 1864)
Eugenio Barsanti, together with Felice Matteuci, developed the first internal combustion engine driven by gas. Their engine was never used as a commercial device, but, as it was more economical than the previous versions, it led to groundbreaking improvements in later developments of the gas engine.

Cesare, Marquis of Beccaria (1738 – 1794)
commonly known as Cesare Beccaria was one of the first to criticize the barbarism and ad hoc nature of eighteenth century criminal justice. He is the founding father of a classical school of criminology and most criminal systems in democratic countries are directly or indirectly based upon the recommendations in his work On Crimes and Punishments.

Giambattista Beccaria (1716 – 1781)
discovered the light sensitivity of silver chloride, an important development in photography. He was also the strongest and most active supporter of Benjamin Franklin’s electrical theories.

Giovanni Boccaccio (1313 – 1375)
Boccaccio counts as an important figure in the development of a European humanist literature and influenced a large range of scholars and thinkers across genre and period.
Le sien Décaméron has been translated into 49 different languages since 1380. It is believed to have influenced Geoffrey Chaucer and his famous book of the Contes de Canterbury.

Filippo Brunelleschi (1377 – 1446)
One of the most important Italian architects who designed, among other projets, the dome of the Cathedral of Florence (1419-1436) and the Sagrestia Vecchia of S. Lorenzo (1421-1440).

Michelangelo Buonarroti (1475 – 1564)
commonly known as Michelangelo, was a Renaissance painter and sculptor.

Giovanni Caboto (1450 – c. 1500)
was a Venetian navigator who explored the coast of Newfounland under the commission of Henry VII of England in 1497. His discovery made him the first European to land in North America since the Norse visits to Vinland in the eleventh century.
See: Famous Italian explorers

Tommaso Campanella (1568 – 1639)
was one of the most important philosophers of the late Renaissance. His best-known work is the utopian treatise La città del Sole (The City of the Sun). However, in reality, his thought was extremely complex and engaged with all fields of learning. He spent twenty-seven years imprisoned in Neapolitan castles (1599-1626), during which he dedicated himself to the huge task of providing a new foundation for the entire encyclopedia of knowledge.

Gerolamo Cardano (1501 – 1576)
Gerolamo Cardano was an Italian Renaissance mathematician, physician, astrologer and gambler. See: Famous Italian Mathematicians

Giosuè Carducci (1835 – 1907)
In 1906 he became the first Italian to receive the Nobel Prize in Literature. He was regarded as the official national poet of modern Italy.
See: Italian Nobel Prize Winners

Enrico Caruso (1873 – 1921)
Enrico Caruso was a famous Italian tenor who sang at the major opera houses of Europe and North and South America, appearing in a wide variety of roles from the Italian and French repertoires that ranged from the lyric to the dramatic. See also: Verismo in Italian opera .

Giovanni Caselli (1815 – 1891)
invented the pantelegraph, an ancestor of the fax, which became the first commercial application of the fax, established in 1865. For political and commercial reasons his invention was not further implemented until it was ‘re-discovered’ by the Japanese and gave rise to a widespread public use of the fax through telecom lines. See: italian inventors .

Benvenuto Cellini (1500 – 1571)
Benvenuto Cellini was an Italian goldsmith, sculptor, painter, soldier and musician, who acquired world-wide fame because of his minute and lengthy autobiography. His vivid portrayal of sixteenth-century Rome and Florence, in which drama and wit abound, is of great historical value. It was translated into German by Goethe.

Cellini’s became also famous throughout Europe for his marvelous work in precious metals.

Francesco Cirio (1836 – 1900)
Was the first to develop the concept of preserving vegetables in cans in 1856.

Christopher Columbus (1451 – 1506)
Christopher Columbus was an explorer, colonizer, and navigator from the Republic of Genoa, in northwestern Italy, whose voyages across the Atlantic Ocean led to general European awareness of the American continents in the Western Hemisphere. With his four voyages of exploration and several attempts at establishing a settlement on the island of Hispaniola, all funded by Isabella I of Castile, he initiated the process of Spanish colonization which foreshadowed general European colonization of the “New World”.

Although Columbus was not the first explorer to reach the Americas from Europe (being preceded by the Norse led by Leif Ericson), the voyages of Columbus molded the future of European colonization and encouraged European exploration of foreign lands for centuries to come.
See: Famous Italian explorers

Leonardo Da Vinci (1452 – 1519)
Leonardo di ser Piero da Vinci was an Italian polymath or the archetype of the Renaissance Man: painter, sculptor, architect, musician, scientist, mathematician, engineer, inventor, anatomist, geologist, cartographer, botanist and writer. He is widely considered to be one of the greatest painters of all time and perhaps the most diversely talented person ever to have lived. His Mona Lisa is the most famous and most parodied portrait and The Last Supper the most reproduced religious painting of all time. Leonardo is also revered for his technological ingenuity. He conceptualised a helicopter, a tank, concentrated solar power, a calculator, the double hull and outlined a rudimentary theory of plate tectonics. As a scientist, he made important discoveries in anatomy, civil engineering, optics, and hydrodynamics, but his failure to publish his findings meant that his influence on these fields is not well documented by historians. See also: Famous Italian inventors

Birth house of Leonardo da Vinci, in Vinci, Tuscany. Photo © Slow Italy

See also: Vinci, the birthplace of Leonardo with photos of the birthhouse and birthplace of the genius artist, and a full biography of Leonardo da Vinci .

Giovanni da Pian del Carpine (c. 1185 – 1252)
John of Plano Carpini was the first European since 900 AD on record as having traveled further east than Baghdad and returned to share his observations. He was one of the first Europeans to enter the court of the Great Khan of the Mongol Empire. The account of his travels, Historia Mongalorum, show that he was a shrewd observer. They are the first European description of Mongol living conditions, customs and beliefs. See: Famous Italian explorers

The route followed by Carpini (blue crossed-out line) traveling east as compared to the routes of later explorers.

Giovanni da Verrazanno (1485–1528)
Giovanni da Verrazzano greatly contributed to the science of mapmaking in terms of the geography of the East Coast of North America. The bridge spanning the Narrows between Brooklyn and Staten Island and the Jamestown Verrazzano Bridge in Rhode Island are named in honor of the explorer.
See: Famous Italian explorers

Salvino degli Armati (1258-1312)
Salvino D’Armato degli Armati of Florence is one of the possible inventors of eyeglasses. It is thought that he invented eyeglasses around 1284. See: Famous Italian inventors

Grazia Deledda (1871 – 1936)
Deledda was the first Italian woman to receive the Nobel Prize for literature. See: Italian Nobel Prize Winners

Vittorio de Sica (1901 or 1902 – 1974)
Vittorio De Sica was an Italian director and actor, a leading figure in the neorealist movement.

Federico Fellini (1920 – 1993)
Federico Fellini was an Italian film director. Known for a distinct style that blends fantasy and baroque images, he is considered one of the most influential and widely revered filmmakers of the 20th century.

Enrico Fermi (1901 – 1954)
See: Famous Italian scientists

Enzo Ferrari (1898-1988)
Italian motor racing driver andthe founder of the Ferrari and Scuderia Ferrari Grand Prix racing team. See also: Ferrari

Leonardo Fibonacci (c. 1175 – c. 1250)
Fibonacci was instrumental in popularizing Hindu-Arabic numerals in the Western world, the system we still use today (until then Roman numerals were used).See: Famous Italian Mathematicians

Tommaso Francini (1571–1651)
Garden designer and garden engineer in charge, among other projects, of the waterworks at Fontainbleau, the fountains of the Palais du Luxembourg and the Villa Medicea di Pratolino.

Dario Fò (1926 – 2016)
Nobel prize winner in literature and a relevant figure of political theatre. See: Italian Nobel Prize Winners

Galileo Galilei (1564 – 1642)
Considered the “father of modern physics” and the “father of modern science”. He played a central role in the transition from natural philosophy to modern science by applying mathematics to motion. Before Galilei there as no math in physics while today’s modern physics could not be conceivable without math.

Luigi Galvani (1737 – 1798)
He is recognized as the pioneer of bioelectromagnetics. His discoveries triggered the field of neurophysiology, which in turn led to some of the greatest discoveries in neuroscience. Galvani’s name is used as a verb in everyday language (galvanize). See: Famous Italian scientists

Carlo Goldoni (1707 – 1793)
Created the Commedia dell’Arte

Cesare Lombroso (1835 – 1909)
Italian criminologist, often referred to as the father of criminology

Niccolò Machiavelli (1469 – 1527)
Recognized as the father of modern political science. Le sien Prince has been translated into 49 languages since 1532.

Guglielmo Marconi (1874 – 1937)
Italian engineer, recipient of a Nobel Prize in physics and famous for having invented the wireless telegraphy. See: Famous Italian inventors

Antonio Meucci (1808 – 1889)
Now considered the first inventor of the telephone even if Graham Bell was the first to patent the invention. See: Famous Italian inventors

Eugenio Montale (1896 – 1981)
One of the greatest Italian lyric poets, recipient of a Nobel Prize of literature. See: Italian Nobel Prize Winners

Maria Montessori (1870 – 1952)
Italian physician and educator known worldwide for the educational method that bears her name. See: Famous Italian inventors

Palladio (1508 – 1580)
Andrea Palladio was an Italian Renaissance architect active in the Republic of Venice. Palladio, influenced by Roman and Greek architecture, primarily by Vitruvius, is widely considered the most influential individual in the history of Western architecture. All of his buildings are located in northern Italy, but his teachings, summarized in the architectural treatise I Quattro Libri dell’Architettura (The Four Books of Architecture), gained him wide recognition.

Vilfredo Pareto (1848 – 1923)
Italian economist and sociologist. The Pareto distribution, Pareto efficiency, Pareto index and Pareto principle (also known as 80/20 rule) are named after him. See: Famous Italian scientists

Francesco Petrarca (1304 – 1374)
Francesco Petrarca (known in English as Petrarch), contemporary of Boccaccio, also known as the “Father of Humanism, was an Italian scholar, poet and one of the earliest Renaissance humanists.

Giovanni Pico della Mirandola (1463 – 1494)
Count Giovanni Pico della Mirandola was an Italian Renaissance philosopher. He is famed for the events of 1486, when at the age of 23, he proposed to defend 900 theses on religion, philosophy, natural philosophy and magic against all comers, for which he wrote the famous Oration on the Dignity of Man which has been called the “Manifesto of the Renaissance”, and a key text of Renaissance humanism.

Marco Polo (c. 1254 – 1324)
Marco Polo was a merchant from the Venetian Republic who wrote Il Milione, which introduced Europeans to Central Asia and China. He learned about trading whilst his father and uncle, Niccolò and Maffeo, travelled through Asia and met Kublai Khan. In 1269, they returned to Venice to meet Marco for the first time. The three of them embarked on an epic journey to Asia, returning after 24 years to find Venice at war with Genoa Marco was imprisoned, and dictated his stories to a cellmate.

Il Milione was translated, embellished, copied by hand and adapted there is no authoritative version. It documents his father’s journey to meet the Kublai Khan, who asked them to become ambassadors, and communicate with the pope. This led to Marco’s quest, through Acre, into China and to the Mongol court. Marco wrote of his extensive travels throughout Asia on behalf of the Khan, and their eventual return after 15,000 miles (24,140 km) and 24 years of adventures.

Their pioneering journey inspired Columbus and others.
See: Famous Italian explorers

Giacomo Puccini (1858 – 1924)
Famous opera composer
See also: Verismo in italian opera

Salvatore Quasimodo (1901 – 1968)
One of the most important Italian poets of the 20th century. See: Italian Nobel Prize Winners

Raffaello Sanzio (1483 – 1520)
Italian painter and architect known as Raffaello or Raphael, one of the leading masters of the High Renaissance. World famous for the frescoed Raphael Rooms in the Vatican Palace.

Ascanio Sobrero (1812 – 1888)
Ascanio Sobrero was cited by Alfred Nobel as the inventor of nitroglycerine. However, it was Nobel who received world-wide recognition for inventing dynamite, a stable application developed by Nobel to more easily handle and transport nitroglycerine. See: Famous Italian inventors

Altiero Spinelli (1907 – 1986)
One of the founding fathers of the European Union

Antonio Stradivari (1644-1737)
Brought the violin to its highest level of perfection. The most famous violin, the “Le Messie”, is of his makin.

Evangelista Torricelli (1608 – 1647)
A physicist and mathematician from Faenza famous for the discovery of the Torricelli’s trumpet or horn whose surface area is infinite, but whose volume is finite. The discovery prompted a fierce controversy about the nature of infinity, and is supposed by some to have led to the idea of a “completed infinity”. See: Famous Italian inventors

Antonio Maria Valsalva (1666 – 1723)
coined the term Eustachian tube and he described the aortic sinuses of Valsalva

Giuseppe Verdi (1813 – 1901)
Italian opera composer. The chorus Va, pensiero from his four acts opera Nabucco(1842) was associated with the spirit of the Italian unification movement. He is also famous for his operas, Aida, Rigoletto et La Traviata.

Amerigo Vespucci (1454 – 1512)
See: Famous Italian explorers

Luchino Visconti (1906 – 1976)
An Italian theater, opera and cinema director, best known for his films Rocco et ses frères (1960), The Leopard (1963) and Death in Venice (1971), among others.

Alessandro Volta
Known for having invented the electric battery. See: Famous Italian inventors

Italians who most influenced the history of Italy

Camillo Benso Conte di Cavour (1810 – 1861)
Contributed to the unification of Italy

Giuseppe Garibaldi (1807 – 1882)
Contributed to the unification of Italy

Goffredo Mameli (1827 – 1849)
Composed the Italian national hymne

Alessandro Manzoni (1785 – 1873)
Wrote the first novel in Standard Italian

Vittorio Emanuele di Savoia (1820 – 1878)
First king of unified Italy


Voir la vidéo: Documentaire Italie: Les secrets des cinque Terre (Novembre 2021).