Informations

Maison de Dionysos à Pella, Macédoine



Maison de Dionysos à Pella, Macédoine - Histoire

Dans l'ancien musée de Pella, cette mosaïque et d'autres (par exemple la mosaïque Lion Hunt, également de la "Maison de Dionysos") étaient exposées sur les murs et pouvaient être appréciées par le spectateur comme des chefs-d'œuvre de l'art de la mosaïque ancienne. Malheureusement, les concepteurs de la nouvelle exposition du musée ont décidé de suivre la tendance récente du musée à placer de telles œuvres sur le sol, motivés par la conviction que c'est en quelque sorte plus "authentique" et que les visiteurs apprécieront mieux leur effet original en tant que décorations de sol.

Cela les rend très difficiles à voir, en particulier les œuvres plus grandes, une difficulté souvent exacerbée par les reflets du musée et l'éclairage naturel sur les surfaces des tesselles ou des pierres.

Ayant vu de nombreuses mosaïques de sol dans leur situation d'origine, dans des bâtiments et sur des sites archéologiques tels que Pompéi, Herculanum, Sardes et Éphèse, j'ai souvent été impressionné par leur efficacité en tant que décoration de sol adaptée aux espaces intérieurs.

L'exposition du Musée de la mosaïque du Grand Palais à Istanbul fonctionne bien car des passerelles surélevées ont été construites autour des énormes mosaïques au sol qui se trouvent in situ. Les mosaïques peuvent être vues clairement et appréciées comme des images. Cette approche n'est pas possible dans la plupart des sites et musées, principalement en raison des coûts impliqués et de l'espace requis, ni une solution généralement applicable au problème posé par la notion d'"authenticité" des expériences muséales.

(Voir une mosaïque au Great Palace Mosaic Museum sur le blog du chat du Cheshire.)

Cependant, lorsqu'une décision est prise de retirer ces mosaïques de leur emplacement d'origine et de les placer dans des musées, les concepteurs d'expositions ont la possibilité de les présenter en tant qu'œuvres d'art.

On pense que de nombreuses mosaïques picturales grecques et romaines ont été copiées à partir de peintures célèbres mentionnées par des auteurs anciens (voir, par exemple, la "Alexander Mosaic" à Naples et la"Sleeping Ariadne" d'Ephesus, deux mosaïques maintenant exposées sur les murs). Les peintures originales sont perdues à jamais et ces mosaïques sont parmi les rares artefacts survivants qui reflètent des aspects importants de la peinture ancienne, tels que la composition, l'utilisation de la couleur, l'ombre, la représentation de l'architecture, la nature, l'espace, les figures et leurs relations les unes avec les autres.

Lorsque ces peintures en pierre et en verre sont placées sur les sols des musées, leur pouvoir en tant qu'images est diminué - souvent complètement perdu. Il peut y avoir un argument en faveur de la pose horizontale de mosaïques abstraites et purement décoratives comme exemples représentatifs de revêtements de sol, mais même dans ce cas, l'étude des motifs et des motifs employés est entravée pour ceux d'entre nous qui n'ont pas de cou comme les girafes.

Une mosaïque de Dionysos et "Ariane endormie" d'Ephèse,
maintenant au Musée Archéologique d'Izmir, Turquie :
Galerie de photos Selçuk 2

La "Alexander Mosaic" de Pompéi, représentant
Alexandre le Grand au combat contre le roi Darius III :
Alexandre le Grand
dans notre section Personnes

Une mosaïque hellénistique, signée par Hephaistion, de Pergame,
maintenant au Pergamon Museum, Berlin, Allemagne :
Galerie de photos de Pergame 2

Mosaïques antiques représentant la Gorgone Méduse

Mosaïques du site archéologique de Dion, Macédoine, Grèce :
Dion : jardin des Dieux
sur le blog du chat du Cheshire

Mosaïques de Saint Jean le Théologien, à Patmos, Grèce :
Galerie de photos de Patmos

Mosaïque moderne commémorant Saint Paul
la visite de l'apôtre à Veria, Macédoine, Grèce :
Galerie de photos Veria

Quelques informations et photos de ce guide de Pella
est apparu à l'origine en 2004 sur davidjohnberlin.de.

Toutes les photos et articles sont protégés par copyright.

Images et documents d'autres auteurs
ont été attribués le cas échéant.

Veuillez ne pas utiliser ces photos ou articles sans autorisation.

Si vous souhaitez utiliser l'une des photos pour votre site Web,
projet ou publication, veuillez nous contacter.


Pella

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Pella, ancienne capitale du roi Archélaos de Macédoine à la fin du Ve siècle av. J.-C. et lieu de naissance d'Alexandre le Grand. La ville se trouvait dans le nord de la Grèce, à environ 24 miles (39 km) au nord-ouest de Thessalonique. Initialement connue sous le nom de Bounomos, la ville se développa rapidement sous Philippe II, mais, après la défaite du dernier roi macédonien face aux Romains (168 av. J.-C.), elle devint une petite ville de province.

Le site de Pella est connu depuis longtemps. Les fouilles effectuées par le service archéologique grec commencées en 1957 ont révélé de grandes maisons bien construites avec des cours à colonnades et des pièces au sol en mosaïque représentant des scènes telles qu'une chasse au lion et Dionysos chevauchant une panthère. Ces mosaïques sont réalisées avec de petits galets naturels de différentes couleurs, soigneusement assortis et posés, et sont des chefs-d'œuvre du genre. Ils datent de la fin du IVe siècle av. Les fouilles ont révélé que la ville était disposée sur un plan quadrillé rectangulaire avec des rues de plus de 30 pieds (10 m) de large. Sous les rues se trouvent des tuyaux en terre cuite pour la distribution d'eau douce.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par John M. Cunningham, rédacteur en chef des lecteurs.


Maison de Dionysos à Pella, Macédoine - Histoire

Plusieurs livres et articles traitent de divers aspects de l'histoire et de la culture macédoniennes anciennes, en particulier sur les relations d'Alexandre le Grand et des Macédoines avec d'autres États grecs. Un nombre croissant de chapitres de livres, de monographies et d'articles publiés depuis le début du 20e siècle explorent l'histoire et l'archéologie de Pella, un grand nombre d'entre eux en grec et la plupart des discussions académiques sur des sujets spécifiques tels que la politique, la littérature, l'économie, la poterie, les mosaïques. , pièces de monnaie, etc. Certains d'entre eux sont mentionnés dans les pages d'articles et de galeries de ce guide.

Jusqu'à présent, très peu de livres ont été conçus pour informer le lecteur ou le visiteur en général. Ici, nous examinons deux guides de Pella qui, selon nous, font du très bon travail.

Το Αρχαιολογικό Μουσείο Πέλλας

Auteurs:
Maria Lilibaki-Akamati, Ioannis M. Akamatis,
Anastasia Chrysostomou, Pavlos Chrysostomou

Traduction : Judy Giannokopoulou

Photographie : Socratis Mavrommatis

Conception & supervision artistique : Dimitris Kalkyris

Financement : Fondation d'utilité publique John S. Latsis
et EFG Eurobank Ergasias S.A.

Lieu/date de publication : Athènes 2011.

Format : cartonné, avec couverture anti-poussière (photo, à droite)

Pages : 396, avec de nombreuses photos en couleurs.

Prix ​​: non disponible à la vente au détail

Tirage limité à 2000 exemplaires

ISBN édition anglaise : 978-960-9590-00-6

ISBN édition grecque : 978-960-89339-9-6

Livre électronique : anglais et grec (site Web de la Fondation Latsis)

Publié juste après l'ouverture du nouveau musée archéologique de Pella, ce grand tome richement illustré traite de l'histoire de l'archéologie sur le site et du développement de la collection du musée, avec des détails sur des objets particuliers, et la conception du nouveau bâtiment. Il contient également des chapitres sur l'histoire de Pella, les tombeaux macédoniens, la colonie romaine de Nea Pella et la colonie archaïque voisine d'Archontiko.

Il fait partie de l'excellente série "The Museums Cycle" (Ο κύκλος των μουσείων), produite par la John S. Latsis Public Benefit Foundation, le Latsis Group et le Eurobank Banking Group, qui cofinancent chaque année un nouveau guide d'un musée archéologique grec. . La série met l'accent sur des guides au design attrayant avec des photographies et des illustrations de premier ordre, des textes clairs écrits par des experts dans des domaines particuliers de l'histoire et de l'archéologie et quelques détails plus techniques et scientifiques concernant la recherche sur les sites et les musées. Il n'y a pas d'index et, comme on peut s'y attendre, la plupart des publications répertoriées dans les bibliographies sont en grec.

Le volume sur Pella est certainement le meilleur guide imprimé du site et du musée actuellement disponible, même s'il n'est malheureusement pas en vente en librairie. Comme tous les livres de la série, il a été produit en édition limitée pour les bibliothèques et les institutions. C'est un très grand livre - presque A3 - et pèse 3,5 kg, ce n'est donc pas quelque chose que vous pourriez glisser dans votre valise ou votre sac à dos pour votre visite au musée. Heureusement, le groupe Latsis a fourni sa bibliothèque en ligne, de sorte que tous les livres de cette série peuvent être lus sous forme de livres électroniques.

: πρωτεύουσα των Μακεδόνων

Éditions séparées en grec et en anglais

Auteurs : Maria Siganidou, Dr Maria Lilimpaki-Akamati *

Editeur : Fonds de recettes archéologiques, ministère de la Culture, Athènes

Site de l'éditeur : www.tap.gr (grec et anglais)

Date de parution : 1996. 2e édition 2003.

Pages : 74, avec plusieurs photos couleurs, 2 plans, une carte et une bibliographie

Édition anglaise ISBN 10 : 960-214-146-8 ISBN 13 : 9789602141465

ISBN édition grecque : 960-214144-1

Le Fonds de recettes archéologiques du ministère grec de la Culture (ΤΑΠΑ, TAPA) produit plusieurs guides illustrés attrayants sur les sites archéologiques et les musées qui ont un bon rapport qualité-prix.

Pour seulement 6 €, vous obtenez 74 pages joliment conçues, bien écrites et illustrées contenant une mine d'informations sur l'histoire et l'archéologie de Pella, y compris certaines des belles mosaïques, statuettes et autres objets sur le site et dans le musée. Il existe également des plans du site et de l'agora, ainsi qu'une carte des villes et des sites archéologiques de Macédoine occidentale et centrale.

Essayez d'obtenir une copie avant de visiter Pella. Cela peut certainement vous aider à comprendre l'endroit et à améliorer votre expérience lorsque vous y arrivez.

Maria Siganidou (Μαρία Σιγανίδου, 1928-1995) était la conservatrice des antiquités de Macédoine et directrice des fouilles de Pella. Dr. Maria Lilibaki-Akamati (Μαρία Λιλιμπάκη-Ακαμάτη, * translittéré ici comme Lilimpaki), qui a également écrit plusieurs chapitres du livre le plus récent Le musée archéologique de Pella (voir ci-dessus), est conservateur honoraire des antiquités et joue un rôle très actif dans la transmission de l'importance de l'histoire et de l'archéologie macédoniennes au public.

Cette édition peut maintenant être un peu dépassée car beaucoup de choses ont changé à Pella depuis sa première publication en 1996 (avec une deuxième édition 2003-2004), en particulier la poursuite de l'expansion et de la restauration du site, l'ouverture du nouveau musée (2010 ) et toujours plus de nouvelles découvertes à Pella même et sur des sites connexes à proximité. Cela reste néanmoins une splendide introduction au site, à l'histoire de Pella et aux expositions du musée, et le meilleur que vous puissiez acheter.

Il n'y a actuellement aucune information sur ce livre sur le site de TAPA (juste une photo de couverture et le prix) et il semble être en rupture de stock (ou épuisé ?). Vous pourrez peut-être en trouver un exemplaire dans un musée archéologique ou un magasin de site (certains magasins de musées plus importants, comme ceux d'Athènes et de Delphes, vendent un large éventail de publications). Il en existe plusieurs exemplaires en vente à des prix raisonnables sur internet.

Compte tenu du récent intérêt accru des universitaires, des étudiants et des touristes pour Pella, il pourrait bien être temps pour une nouvelle édition, et peut-être (pourquoi pas ?) une version plus compacte du tome Latsis.

Quelques informations et photos de ce guide de Pella
est apparu à l'origine en 2004 sur davidjohnberlin.de.

Toutes les photos et articles sont protégés par copyright.

Images et documents d'autres auteurs
ont été attribués le cas échéant.

Veuillez ne pas utiliser ces photos ou articles sans autorisation.

Si vous souhaitez utiliser l'une des photos pour votre site Web,
projet ou publication, veuillez nous contacter.


Maison de Dionysos à Pella, Macédoine - Histoire

La reconstitution virtuelle de la « Maison de Dionysos » à Pella représente la phase la plus ancienne du bâtiment, au début de la période hellénistique. La maison est entourée d'une version simplifiée du paysage urbain afin de donner une idée générale de l'environnement d'origine.

La phase la plus ancienne de la maison remonte à la fin du IVe siècle av. Ces cours sont séparées par une aile centrale avec une entrée monumentale. L'aile sud a un deuxième étage. L'intérieur de la section des hommes, appelée Andron, est représenté comme une journée de colloque, avec des lits, des vases et d'autres objets dont la conception est basée sur des découvertes de la même époque, mises au jour en Macédoine.

La maison est restaurée selon les publications scientifiques et, dans certains cas, avec l'utilisation de détails architecturaux conservés dans les maisons voisines, trouvés lors de fouilles. Le péristyle dorique, par exemple, a été recréé selon le péristyle qui est mieux conservé dans la « Maison de l'enlèvement d'Hélène ». A l'instar d'une autre antichambre de la même maison donnant sur la cour au péristyle ionique, les façades de chaque antichambre de l'Andron aux sols en mosaïque sont représentées par des piliers en série. Quatre de ces piliers forment une triple entrée. Des deux côtés de l'entrée, il y a deux piliers plus petits créant une sorte de fenêtres latérales. Il s'agit d'un arrangement typique en Macédoine et il s'inspire de dispositions similaires à celles du palais de Pella et Vergina.

La reconstruction du toit utilise uniquement des tuiles et des antéfixes qui correspondent à la première phase de construction avant toute réparation ou ajout. Les peintures murales sont faites avec des couleurs plus sombres dans les murs inférieurs tandis que le haut est lumineux. Les conclusions de la « Maison des mortiers » servent de ligne directrice. Des images numériques de haute résolution témoignent des Androns, de leurs entrées et de leurs antichambres.

Dans l'Andron « de la chasse au lion », une scène de symposium est représentée avec des lits et des tables qui ne sont pas des répliques exactes mais représentent des objets similaires trouvés dans des tombes macédoniennes (Potidaea, Vergina, Aghios Athanasios et Ganos). Les conceptions de tissus et de matelas sur les lits sont inspirées de conceptions similaires de l'art céramique de l'Attique et d'études spécialisées sur les lits de la Grèce antique.

La salle du colloque est meublée de vases en argent, bronze et argile, ainsi que d'autres objets utilisés lors de ces manifestations (lampes, candélabres). La sélection a été faite parmi les artefacts présentés au musée du Louvre (Derveni, Vergina).

Enfin, dans l'Andron « Dionysos », un lit de type hellénistique tardif à pieds tournés et à décor de point d'appui en bronze est reconstitué d'après les découvertes trouvées à Pella qui figurent également dans l'exposition du musée du Louvre.

Revenir


Maison de Dionysos à Pella, Macédoine - Histoire


Dionysos
Fin du IVe siècle av.

Le groupe de mosaïques le plus important de Macédoine a été trouvé à Pella, capitale du royaume dès le début du IVe siècle av. Les mosaïques datent de la fin du IVe siècle av.

Leurs représentations appartiennent à deux catégories : celles avec un simple décor géométrique couvrant toute la surface du sol, et celles avec des sujets représentatifs, comme les chasses, l'Amazonomachie (bataille des Amazones) et autres.

Les efforts pour indiquer le volume par l'utilisation d'ombrages sont remarquables. L'échelle de couleurs est limitée, la plupart des figures étant dans des tons pâles sur un fond neutre. Dans certains cas, il y a une tentative de suggérer l'espace naturel dans lequel les personnages se déplacent. Un sol en mosaïque porte la signature de l'artiste : « Gnosis epoesen » (Gnosis made this).

Des éléments nouveaux sont évidents dans la technique de pose de ces sols : pour la première fois, on utilise la taille des galets et de nouveaux matériaux sont également utilisés, comme des pierres semi-précieuses ou des tesselles de verre pour le détail. Des bandes de plomb et des bandes de terre cuite soulignent les contours.


Licence Modifier

Domaine public Domaine public faux faux

Ce travail est dans le domaine public dans son pays d'origine et dans d'autres pays et régions où la durée du droit d'auteur est celle de l'auteur vie plus 100 ans ou moins.

Ce travail est dans le domaine public aux États-Unis parce qu'il a été publié (ou enregistré auprès du US Copyright Office) avant le 1er janvier 1926.


LA VILLE

On sait peu de choses sur la cité pré-cassandrienne. La plus grande partie de la zone habitée, ainsi que le cimetière datant de la première moitié du IVe siècle av. À l'époque de Philippe II, cependant, appartiennent un certain nombre de tombes à ciste à l'est, et peut-être aussi la partie principale du palais sur la soi-disant acropole. La grille utilisée dans le Pella post-Alexandrin se compose de deux séries de rues droites et parallèles, se coupant à angle droit pour former des blocs rectangulaires de bâtiments. Dans ce système, connu sous le nom de plan "hippodamien", le petit côté du rectangle est invariablement de 47 m. Le côté long (nord-sud), en revanche, varie selon un schéma fixe (125, 111, 125, 150, 125 m. etc.). La largeur des rues qui traversent la ville d'est en ouest est d'environ 9 m, celle de celles orientées nord-sud d'environ 6 m.

L'Agora

Cette zone, d'une grande importance dans chaque ville ancienne, s'intègre harmonieusement dans le tissu urbain, couvrant cinq blocs de construction dans une direction est-ouest. Il est plus étroit au sud, pour permettre la création de cinq petits blocs de bâtiments qui ont été consacrés à des établissements commerciaux et des ateliers. Avec des dimensions d'environ 200 m. x 182 m., la zone principale de l'Agora, avec les stoas qui l'entourent, et les magasins sur les côtés, formaient un ensemble de bâtiments d'une taille imposante. Une large avenue, 15 m. large, commençait au centre de celle-ci et s'étendait vers l'est et l'ouest sur toute la largeur de la ville, la reliant à Edesse dans un sens et à Thessalonique dans l'autre. La construction de l'Agora sous la forme connue aujourd'hui n'est probablement pas beaucoup plus tôt que le dernier quart du 3ème siècle avant JC, et pourrait bien dater des premières années du règne de Philippe V. Le complexe a été détruit, soit par un tremblement de terre ou par les raids des tribus barbares thraces, probablement dans les vingt premières années du Ier siècle av.

Les maisons

Suivant l'articulation typique de la maison grecque antique, la résidence privée de Pella à la fin de la période classique a un caractère nettement introverti. L'extérieur sobre et sans décoration contraste avec l'intérieur des chambres, disposées autour d'une cour carrée, avec leurs murs richement décorés et leurs sols en mosaïque multicolore. Deux types de maison ont été identifiés dans la capitale macédonienne : une avec un péristyle intérieur, et une avec un pâtes (une sorte de portique). Les pièces d'usage courant et les pièces de réception des hôtes se trouvaient du côté nord, généralement à deux étages, tandis que les magasins et les locaux annexes en général étaient regroupés du côté sud.

L'une des maisons les plus riches avec un péristyle, la maison de Dionysos, avec ses sols en mosaïque brillante représentant Dionysos chevauchant une panthère et une chasse au lion, possède deux cours intérieures à péristyle. Une maison tout aussi spacieuse est celle avec des sols en mosaïque représentant une chasse au cerf, l'enlèvement d'Hélène par Thésée et la scène fragmentaire d'une Amazonomachie. Innovant dans leur conception, les mosaïques de Pella, avec leur utilisation subtile du raccourci et du clair-obscur, transmettent avec succès une sensation d'espace tridimensionnel. Leur technique est plus avancée que celle des sols en mosaïque d'Olynthos, et leurs principales caractéristiques sont l'utilisation de couleurs alternées, et de fines bandes d'argile ou de plomb pour choisir en détail les scènes de représentation, qu'elles soient utilisées comme motifs principaux - comme des « peintures ». ' ornant le andrones (salles de banquet) - ou comme décoration des seuils des antichambres, sont de brillants exemples de peinture de l'Antiquité.

Les résidences de Pella post-Alexandrine étaient des structures coûteuses, reflétant la richesse qui affluait en Mécédoine au lendemain de la campagne d'Asie, et constituent des points de référence pour l'architecture urbaine des siècles suivants.


Activités à Pella, Grèce

1. Explorez la capitale Edesse

La capitale de la région de Pella est Edesse, qui est située dans la partie nord de la région de Macédoine centrale. C'est également l'une des anciennes capitales de l'empire et bénéficie d'une position stratégique à l'entrée de la Via Egnatia à l'entrée des montagnes du Pinde. Edesse a prospéré sous les Grecs, a disparu de la vue pendant une période de l'histoire et a réapparu au cours du 11ème siècle. La ville a fait l'objet de nombreuses batailles grâce à son emplacement, et il y a de nombreuses ruines archéologiques à explorer.

Parc de la cascade d'Edessa

En plus de ses remparts hellénistiques et de ses anciennes ruines de fortifications militaires, Edesse est connue pour ses cascades. La cascade de Karanos, la plus grande de Grèce à 310 pieds de haut, est la pièce maîtresse du parc de la cascade d'Edessa, située à la périphérie nord-est de la ville. La promenade jusqu'aux chutes permet des vues panoramiques sur la vallée de Loggos et sur la cascade. Il y a 11 autres chutes impressionnantes dans le parc, qui valent toutes le détour.

Promenez-vous dans le quartier aristocratique de Varosi dans la vieille ville

Le quartier de Varosi est l'un des plus anciens d'Edesse, s'étant formé au sein de la citadelle et de la ville antique. C'est le noyau original de la ville, et des fouilles archéologiques récentes ont prouvé l'ancienne acropole ici. Les maisons traditionnelles de Varosi sont de merveilleux exemples de l'architecture macédonienne, tandis que les remparts de la ville et le château byzantin rappellent aux visiteurs la riche histoire de Varosi.

Voir l'église byzantine "L'Assomption de la Vierge Marie"

L'Assomption de la Vierge Marie, également connue sous le nom de cathédrale byzantine, est située dans le quartier Varosi, entre la maison de l'archevêque et l'ancienne école. Connue à l'origine sous le nom d'église Sainte-Sophie, la cathédrale est une basilique à trois nefs et a été construite au 14ème siècle, avant l'invasion turque, pendant la dynastie Palaiologi. Lors de la conquête ottomane, l'église a été rebaptisée afin d'éviter d'être transformée en mosquée, comme tant d'autres églises byzantines.

Les fresques les plus anciennes datent de 1380, tandis que les plus récentes datent du XVIIe siècle. L'œuvre d'art la plus importante de la cathédrale est le paravent d'icônes gravées sur bois du XVIIIe siècle du peintre Apostoli Loggianou Vodenioti. Et comme beaucoup d'autres églises byzantines, les colonnes réutilisent ici des morceaux de colonnes de diverses autres églises et structures.

Édesse antique

L'ancienne Edesse fut la première capitale de l'empire macédonien, avant Aegae et Pella. Les fouilles ont révélé la ville d'origine, qui a prospéré dans les premiers siècles avant notre ère et au début de notre ère. Pendant les premiers siècles de la nouvelle ère, Edessa avait sa propre menthe. Son emplacement sur la Via Egnatia lui a permis de devenir une place forte à l'entrée des montagnes, même à l'époque normande et plus tard dans l'empire de Nicée. Comme le reste de la région, elle tomba aux mains des Turcs pendant la révolution ottomane.

Visitez le musée de l'eau en plein air

Le musée de l'eau en plein air d'Edessa se compose de certains des anciens moulins à eau qui alimentaient les ateliers d'Edessa au début du XXe siècle. Le musée est conçu pour partager l'histoire de l'énergie hydraulique de l'époque préindustrielle au début des années 1900.

La zone des moulins et le Kannavourgio constituent le musée, qui comprend deux moulins à farine, des machines de broyage, un moulin à eau et un moulin à sésame, équipés et capables de fonctionner. Dans l'un des moulins à farine, il y a un aquarium avec des poissons du lac Agra-Nissi à Vretta, qui est le seul aquarium en Grèce avec des poissons d'eau douce.

2. Plongez dans les thermes de Pozar

Visitez les thermes de Pozar pour une expérience de spa unique et des eaux curatives. Situés au pied du mont Voras, les bains (également connus sous le nom de Loutraki Aridaias) comprennent 48 bains individuels, 6 piscines intérieures, une piscine extérieure, des hammams, un jacuzzi et une thérapie spa. Il existe également des activités de plein air, comme la randonnée, l'alpinisme, la spéléologie ou l'observation des oiseaux, dans la nature sauvage environnante.

3. Déchiquetez de la poudreuse au centre de ski Kaimaktsalan

La station de ski Kaimaktsalan est située sur le mont Voras, à 40 km d'Édesse. Du sommet, à 2 480 m au-dessus du niveau de la mer, vous pouvez voir jusqu'au golfe Thermaikos, le sommet du mont Olympos et le lac Vegoritida. Que vous soyez skieur, snowboarder ou que vous vouliez simplement faire du snow tube, vous pouvez tout faire ici. Et une fois que vous avez terminé, vous pouvez aller vous détendre au chalet au pied des pistes de ski.

4. Reposez-vous dans le village d'Agios Athanasios

Agios Athanasios est un village traditionnel en pierre dans les montagnes de Kaimaktsalan, près de la station de ski. C'est un bel exemple d'architecture macédonienne, car la majeure partie de la ville est composée de maisons en pierre avec des tuiles. Agios Athanasios est considéré comme l'un des meilleurs et des plus beaux villages de montagne de toute la Grèce et est très fréquenté en hiver par les visiteurs qui se dirigent vers la piste de ski.

5. Site archéologique de Pella

Pella, fondée comme ville portuaire à la fin du Ve siècle avant notre ère, était l'un des centres politiques et culturels les plus importants de Grèce. Il était idéalement situé à proximité de terres fertiles, tandis que son emplacement côtier stratégique était parfait à la fois pour la défense et le commerce. Alexandre le Grand est né ici en 356 avant notre ère, alors que la ville commençait à prospérer.

À la fin de la période classique (Ve et IVe siècles avant notre ère), Pella était une ville animée, avec le nouveau système de grille urbain hippodamien (vu à Priène et à Milet, en Turquie). Certes, la ville se développe rapidement sous Philippe Ier et Cassandre mais atteint son apogée à l'époque hellénistique sous Alexandre lui-même.

De nombreuses fouilles ont trouvé des preuves d'une ville florissante et en développement continu de cette époque, y compris les fondations du forum, les ruines de sanctuaires, les ruines d'un complexe palatial, les résidences privées, les mosaïques, les fresques murales et la poterie.

Les premiers voyageurs à trouver l'ancienne Pella étaient aux XVIIIe et XIXe siècles, et non côtiers car il s'agissait de dépôts alluviaux et le mouvement des rivières a tellement modifié le littoral que Pella est à 23 km à l'intérieur des terres. Ils ont décrit la ville en rapport avec les textes anciens. Les fouilles modernes ont mis au jour une grande partie des ruines classiques et hellénistiques. La conservation et les fouilles sont en cours et se concentrent sur la restauration du site ainsi que sur l'importance de la région dans son ensemble.

6. Musée Archéologique de Pella

Le musée archéologique de Pella, situé au nord-est du site archéologique, met en lumière l'histoire de Pella et du site archéologique. Conçu avec un atrium central, comme les maisons à péristyle de l'ancienne Pella, le musée est divisé en salles thématiques pour présenter la vie quotidienne des habitants de Pella ainsi que l'importance culturelle et administrative de la ville.

Les visiteurs du musée peuvent voir les impressionnants sols en mosaïque de la maison de Dionysos et l'enlèvement d'Hélène de la maison des plâtres muraux dans la première salle, qui invite les visiteurs à en apprendre davantage sur la vie quotidienne normale de la ville. Il y a des meubles, des vêtements et plus encore. Dans la deuxième salle, celle qui décrit la vie publique, les visiteurs peuvent voir des objets de fouilles de l'agora, comme des vases en terre cuite, des pièces de monnaie, des poteries, etc.

La troisième salle met en valeur les religieux, avec des objets trouvés dans les sanctuaires fouillés. Les découvertes funéraires constituent la quatrième salle, où les visiteurs peuvent en apprendre davantage sur les rites funéraires et de crémation dans la Grèce antique. Et, enfin, la cinquième salle présente aux visiteurs Alexandre le Grand, l'un des souverains grecs les plus importants, et son palais.

7. Club de vol à voile d'Edessa

Pour une expérience vraiment unique, arrêtez-vous au Edessa Gliding Club pour observer des planeurs ou des avions non motorisés, voler dans les airs sur les courants naturels. Vous pourrez également organiser des vols en contactant l'Edessa Gliding Club . Les vols ont lieu du premier dimanche d'avril au dernier dimanche d'octobre, le dimanche uniquement.

8. Musée folklorique de Giannisa

Le musée du folklore est conçu pour promouvoir les traditions locales et l'histoire des Macédoniens des XIXe et XXe siècles qui vivaient dans la région du lac Giannitsa. Il présente des objets tels que des chaudrons et des plaques de cuisson, des herminettes et des vêtements traditionnels (à la fois des vêtements de tous les jours et des vêtements de cérémonie). Le musée met également en lumière les guerres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle en Macédoine et les combattants de la guérilla qui vivaient dans cette région.

9. Zone humide de Vrita et du lac Vegoritida

Visitez la zone de conservation protégée de Vrita, située à seulement 6 km de la ville dans la région montagneuse de Kaimaktsalan. Les zones humides sont l'un des meilleurs endroits pour observer des oiseaux rares. Vous verrez des espèces menacées comme le petit butor et le canard ferrugineux, et d'autres oiseaux comme les cygnes et les poules d'eau. Le lac Vegoritida à proximité est le deuxième plus grand lac de Grèce. Il fait également partie du réseau NATURA 2000 en raison de la pléthore d'espèces d'oiseaux et de poissons. Vous pouvez également faire du kayak, du kitesurf ou de la voile, ou visiter certains des villages au bord du lac.

Où manger à Pella

Café Restaurant Évora

Nous avons apprécié un délicieux petit-déjeuner avec des confitures et des crêpes faites maison avec des fruits frais au café-restaurant Evora dans le village de Panagitsa. Le café offre une vue imprenable sur le lac Veggoritida. Après le petit déjeuner, nous sommes allés faire une petite randonnée à proximité pour voir quelques belles cascades.

Restaurant Kalyvès

Au centre du village d'Aghios Athanasios, nous avons apprécié un déjeuner fantastique au restaurant familial Kalyves. Notre menu comprenait de la salade fraîche, du sanglier aux cèpes sauvages et du kritharoto aux champignons sauvages.

Restaurant Kokkino Piperi

Après nous être relaxés aux bains Pozar, nous nous sommes dirigés vers le restaurant voisin Kokkino Piperi où nous avons dégusté un repas traditionnel avec des produits locaux.

Restaurant Katarraktes à Edesse

Si vous cherchez un bon endroit pour manger près des cascades d'Edessa, le restaurant Katarraktes est une excellente option. Le restaurant sert des recettes traditionnelles avec une touche moderne.

Restaurant Glykanisos

Le Glykanisos est situé dans le centre de Giannitsa et sert des fruits de mer frais, du poisson et d'autres plats traditionnels.

Où séjourner à Pella

Hagiati Guesthouse – Edessa

Hagiati Guesthouse est l'une des maisons d'hôtes macédoniennes les plus authentiques de Grèce. Il n'y a que sept chambres dans ce charmant hôtel de charme, toutes décorées avec des matériaux naturels et un mobilier traditionnel, et complétées par des équipements modernes.

Leventis Art Suites – Panagitsa

Les Leventis Art Suites sont situées au pied du mont Voras, à proximité de l'escorte de ski et des thermes de Pozar. Toutes les suites sont finement décorées avec des fresques, des plafonds peints à la main, de riches brocarts et plus encore. Elles sont meublées d'antiquités, de lampes d'époque, de tapis et de tissus traditionnels et de nombreuses œuvres d'art.

En plus de l'architecture et des sculptures de l'hôtel, ils possèdent également un musée privé avec plus de 2 000 expositions, dont une vaste sélection d'appareils photo. Si vous ne pouvez pas rester ici, vous devriez aller prendre un café simplement pour admirer les œuvres d'art.

Comment se rendre à la zone de Pella, Grèce

La grande ville la plus proche avec un aéroport international est Thessalonique (environ 40 km selon l'endroit où vous allez).

La meilleure façon d'explorer la région est de louer une voiture. Alternativement, vous pouvez vous rendre à certaines des destinations mentionnées ci-dessus, par exemple Edesse, en bus public (ktel). For more information check their website here (unfortunately, only in Greek)

Pella is a unique region of Greece, one far removed from the bustling city of Athens or the hypnotic Greek Islands, but it is as ancient as the ground itself and a trip here will introduce you to the wonders of the traditional Macedonian lifestyle as well as the rich history and wide experiences in the northern Greek regions.


Archaeological Site at Pella

We had the entire place to ourselves, on a scorching hot day in September (38 degrees). This was entirely COVID-driven - there were very few tourists in the area at all - and we felt for the staff who have very little to do at present.

Other visitors seem to have been a bit underwhelmed by what's left of Pella, and of course it may have been largely because we were the only people there, but we both found it incredibly atmospheric. We liked the fact that it hasn't been pruned and tweaked into a theme park, and wandering along the ancient pathways with their weeds and dust just seemed to enhance the other-wordliness of the place. The Agora is particularly interesting, and of course the House of Dyonisus with it's amazing pebble mosaics in situ is a real highlight.

We didn't visit the Museum until afterwards (it was getting even hotter so we were glad to get inside), but that didn't spoil our experience - this is a very special place, and we feel privileged to have seen it in its deserted beauty. Wishing for a better season in 2021.