Informations

James Heywood


James Heywood, le cinquième fils de Nathaniel Heywood, le banquier de Manchester, est né en 1810. Formé au Trinity College de Cambridge, il a épousé Annie Kennedy, fille de John Kennedy, en 1853.

Heywood a représenté le Lancashire à la Chambre des communes entre 1831 et 1857. Il est favorable à une prolongation modérée du vote mais s'oppose à la législation sur le travail des enfants. James Heywood est décédé le 17 avril 1872.

C'est une question dans laquelle les intérêts d'une grande partie de mes électeurs. Si les dispositions de ce projet de loi étaient appliquées, et si toutes les personnes de moins de dix-huit ans étaient empêchées de travailler plus de dix heures par jour, une grande détresse parmi les classes ouvrières en serait les conséquences inévitables. Ils sont payés à la quantité de travail accompli, et leur salaire serait diminué en proportion du temps réduit qui leur serait accordé. Je connais le cas d'une seule famille - un père et huit enfants, tous âgés de plus de quatorze ans - dont les revenus ont diminué de 13 s. dans la première semaine après l'entrée en vigueur de l'acte de la dernière session. Or, ils avaient auparavant travaillé treize heures et demie par jour, puis ils étaient réduits à douze. En vertu du projet de loi actuel, réduisant les heures à dix, cette même famille subirait une réduction supplémentaire de 15 s. une semaine.

Ma crainte est que, par des notions erronées de l'humanité, nous puissions infliger aux classes ouvrières une blessure plus profonde que nous ne nous proposons de guérir. Nous devons nous rappeler que la nourriture et les vêtements sont aussi essentiels à la santé que l'air et l'exercice ; et veillez à ce que, tandis que nous donnons le dernier, nous n'enlevions pas le premier.


Histoire de Heywood, écusson familial et armoiries

Le nom Heywood fait partie de l'héritage ancien des tribus anglo-saxonnes de Grande-Bretagne. Le nom a été adopté par quelqu'un qui travaillait en tant que personne chargée de protéger une forêt fermée contre les dommages causés par les vandales, les animaux et les braconniers. Le nom est à l'origine dérivé du vieil anglais haye, qui signifiait enceinte. [1] Une autre source note le nom comme un nom professionnel comme dans « le fenil », un gardien de bétail, littéralement « gardien de haie » ». [2]

« Les tâches du fenil étaient de nature variée. Sa tâche principale semble avoir été de garder le bétail au pâturage, mais il a également protégé les récoltes des voleurs, taillé les haies, etc. Dans les poèmes anciens, il est généralement représenté comme portant une corne. » [3]

Et pour souligner l'héritage saxon, une source savante dit carrément "il n'y a rien de normand dans ce nom." [4]

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Heywood

Le nom de famille Heywood a été trouvé pour la première fois dans le Lancashire à Heywood, une ville et une chapellerie, dans le canton de Heap, paroisse et union de Bury, cent de Salford. "Heywood, en saxon, désigne l'emplacement d'un bois dans un champ, ou un bois entouré de champs qu'une famille du même nom a résidé ici pendant de nombreuses générations. " [5] Heywood Hall fut longtemps la résidence des ancêtres de la famille du baronnet. [1]

Une source note "le fils de John, le fils aîné de William de Wiggenshall, qui a pris le sir-nom de Heyward, Hauuard, ou Howard et était le premier de cette famille de ce sir-nom, qui, si je comprends bien, il a pris du bureau de Heyward là-bas." [6]

Le premier enregistrement de la famille a été trouvé dans le Domesday Book de 1086 lorsque Hauuart, une première orthographe du nom de famille a été répertoriée dans le Yorkshire. [7]

Des années plus tard, Haward de Wihton figurait dans le Pipe Rolls of Norfolk en 1166 et plus tard encore, William, Stephen Haward figurait dans le Subsidy Rolls for Cheshire en 1332. [7]

En tant que nom professionnel, les premiers enregistrements ont été dispersés sous la forme de la liste Hundredorum Rolls de 1273 : Adam le Hayward dans le Devon Roger le Hayward dans le Buckinghamshire et Alicia le Heyward dans le Huntingdonshire.

Le Yorkshire Poll Tax Rolls de 1379 répertorie Robertus Hayward et Magota Hayward. [2]


Conçue alors que James Heywood se déplaçait à travers le pays en mars 1999 pour être avec sa famille, ALS TDI est devenue la première entreprise de biotechnologie à but non lucratif au monde et a lancé un nouveau modèle pour accélérer la recherche translationnelle en embauchant directement des scientifiques pour développer des traitements en dehors de l'universitaire et pour -architecture d'entreprise à but lucratif. [2] L'approche initiale de l'institut s'est concentrée sur la thérapie génique et les cellules souches et ALS TDI a été le premier à publier sur la sécurité de l'utilisation des cellules souches chez les patients atteints de SLA. [3] ALS TDI a ensuite lancé un nouveau programme de validation in vivo à haut débit [4] qui a testé plus de traitements dans les études précliniques que tous les autres laboratoires combinés et a conduit à tester deux médicaments dans des essais cliniques. Le point culminant de ce travail est un article publié dans la revue "Amyotrophic Lateral Sclerosis" [5] qui a identifié des erreurs cruciales présentes dans de nombreuses études précliniques existantes qui pourraient conduire à des résultats faussement positifs. Les résultats suggèrent que les faux positifs peuvent reposer sur les méthodes utilisées par les chercheurs et non sur les modèles eux-mêmes. L'article a des implications cliniques claires, car ALS TDI n'a pas été en mesure de reproduire un certain nombre d'études animales antérieures sur le terrain qui ont conduit à des essais cliniques qui ont finalement échoué chez l'homme.

Stephen Heywood est décédé à l'automne 2006 lorsque son ventilateur s'est accidentellement déconnecté peu de temps avant que ALS TDI ne commence un programme complet visant à utiliser des approches de découverte industrielle pour comprendre la maladie. [6] En août 2007, après avoir servi comme PDG d'ALS TDI pendant neuf ans et avoir levé 50 millions de dollars de financement, Heywood a démissionné et a rejoint le conseil d'administration de l'Institut. [7] Il conserve le titre « Alex et Brit d'Arbeloff Directeur Fondateur » en l'honneur de leur soutien et de leur implication dans la création d'ALS TDI.

En 2005, Heywood a rejoint son plus jeune frère Ben et son ami de longue date Jeff Cole pour fonder PatientsLikeMe. PatientsLikeMe gère des communautés spécifiques à la maladie et permet un dialogue entre les patients sur la façon d'améliorer les soins et d'accélérer la recherche.

PatientsLikeMe est une société à financement privé qui regroupe les informations sur la santé de ses utilisateurs et les vend à l'industrie pharmaceutique et des dispositifs médicaux. PatientsLikeMe a été nommé l'une des "15 entreprises qui changeront le monde" par CNN Money. [8]

Heywood est actuellement président de PatientsLikeMe et se concentre sur le développement d'une vaste plate-forme centrée sur le patient qui améliore les soins médicaux et accélère le processus de recherche en mesurant la valeur des traitements et des interventions dans le monde réel.

Heywood a été présenté par l'auteur lauréat du prix Pulitzer Jonathan Weiner, dans la biographie Le gardien de son frère : une histoire aux confins de la médecine. [9] Il a été présenté dans The New Yorker, [10] Wall Street Journal, New York Times Magazine, [11] 60 Minutes II, [12] New England Journal of Medicine, [13] et The Economist. En 2006, So Much So Fast, un documentaire primé retraçant Jamie et Stephen et l'ALS Therapy Development Institute, a été présenté pour la première fois au Sundance Film Festival. En octobre 2009, Heywood a donné une conférence à TEDMED sur l'état de santé de son frère et comment cela l'a inspiré à fonder PatientsLikeMe. [14]


Marié

À l'approche des élections de 2020, voyez l'arbre généalogique de Trump.

Sur le point d'envoyer quatre astronautes sur l'ISS. Voir l'arbre généalogique d'Elon Musk ici sur FameChain

Vice-président des États-Unis.

Meghan et Harry sont maintenant basés aux États-Unis. FameChain a ses arbres incroyables.

Le candidat du parti démocrate à la présidence. Voir l'arbre généalogique de Joe Biden

Candidat démocrate à la vice-présidence des États-Unis.

Il sera le prochain juge de la Cour suprême. Découvrez l'arbre généalogique de Coney Barret

Suivez-nous sur

VIDÉOS

Toutes les informations sur les relations et les antécédents familiaux affichées sur FameChain ont été compilées à partir de données du domaine public. À partir de sources en ligne ou imprimées et de bases de données accessibles au public. Il est considéré comme correct au moment de la saisie et est présenté ici de bonne foi. Si vous avez des informations en conflit avec tout ce qui est affiché, veuillez nous en informer par e-mail.

Mais notez qu'il n'est pas possible d'être certain de la généalogie d'une personne sans la coopération d'une famille (et/ou des tests ADN).


Contenu

Origines Modifier

Dès le début de la guerre de Sécession, l'État du Missouri avait choisi de ne pas se séparer de l'Union mais de ne pas lutter pour elle ou contre elle non plus : sa position, déterminée par une convention constitutionnelle de 1861, était officiellement neutre. Le Missouri, cependant, avait été le théâtre d'une grande partie de l'agitation au sujet de l'esclavage qui avait conduit au déclenchement de la guerre, et abritait des partisans dévoués des deux côtés. Au milieu des années 1850, les unionistes locaux et les sécessionnistes avaient commencé à se battre dans tout l'État et, à la fin de 1861, une guérilla éclata entre les partisans confédérés connus sous le nom de « bushwhackers » et les forces de l'Union plus organisées. La garde de l'État du Missouri et le gouverneur nouvellement élu du Missouri, Claiborne Fox Jackson, qui maintenaient des sympathies implicites du Sud, ont été contraints à l'exil alors que les troupes de l'Union dirigées par Nathaniel Lyon et John C. Frémont prenaient le contrôle de l'État. Pourtant, les guérillas pro-confédérées résistèrent au début de 1862, le gouvernement provisoire unioniste mobilisa une milice d'État pour combattre les partisans de plus en plus organisés et meurtriers. Ce conflit (en grande partie, mais pas exclusivement, entre les Missouriens eux-mêmes) a fait rage jusqu'après la chute de Richmond et la reddition du général Robert E. Lee, coûtant des milliers de vies et dévastant de vastes étendues de la campagne du Missouri.

Le conflit a rapidement dégénéré en une succession d'atrocités commises par les deux parties. Les troupes de l'Union exécutaient ou torturaient souvent des suspects sans procès et incendiaient les maisons des guérilleros présumés et de ceux soupçonnés de les aider ou de les héberger. Lorsque les pouvoirs étaient suspects, le guérillero accusé était souvent exécuté, comme dans le cas du lieutenant-colonel Frisby McCullough après la bataille de Kirksville. Pendant ce temps, les Bushwhackers allaient fréquemment de maison en maison, exécutant des agriculteurs unionistes.

Les frères James et Younger appartenaient à des familles de propriétaires d'esclaves d'une région connue sous le nom de "Little Dixie" dans l'ouest du Missouri avec des liens étroits avec le sud. Zerelda Samuel, la mère de Frank et Jesse James, était une fervente partisane du Sud, bien que le père des Youngers, Henry Washington Younger, soit considéré comme un unioniste. La décision initiale de Cole Younger de se battre en tant que bushwhacker est généralement attribuée à la mort de son père aux mains des forces de l'Union en juillet 1862. Lui et Frank James ont combattu sous l'un des plus célèbres bushwhackers confédérés, William Clarke Quantrill, bien que Cole ait finalement rejoint l'armée régulière confédérée. Jesse James a commencé sa carrière de guérilla en 1864, à l'âge de seize ans, combattant aux côtés de Frank sous la direction d'Archie Clement et de "Bloody Bill" Anderson.

À la fin de la guerre, Frank James se rend dans le Kentucky Jesse James tente de se rendre à la milice de l'Union mais reçoit une balle dans le poumon à l'extérieur de Lexington, Missouri. [2] Il a été soigné de nouveau à la santé par son cousin, Zerelda "Zee" Mimms, qu'il a épousé finalement. Lorsque Cole Younger est revenu d'une mission en Californie, il a appris que Quantrill et Anderson avaient tous deux été tués. Les frères James, cependant, ont continué à s'associer avec leurs anciens camarades de guérilla, qui sont restés ensemble sous la direction d'Archie Clement. C'est probablement Clément qui, au milieu du tumulte de la Reconstruction dans le Missouri, a transformé les guérilleros en hors-la-loi.

Premières années : 1866 à 1870 Modifier

Le 12 février 1866, un groupe d'hommes armés a effectué l'un des premiers vols de banque à main armée en temps de paix de l'histoire des États-Unis en braquant la Clay County Savings Association à Liberty, Missouri. Les hors-la-loi ont volé quelque 60 000 $ en espèces et en obligations et ont tué un passant nommé George Wymore dans la rue devant la banque. [3] Les autorités de l'État ont soupçonné Archie Clement de diriger le raid et ont rapidement publié une récompense pour sa capture. Au cours des années suivantes, la liste des suspects s'est agrandie pour inclure Jesse [4] et Frank James, Cole Younger, John Jarrett, Oliver Shepherd, Bud et Donny Pence, Frank Greg, Bill et James Wilkerson, Joab Perry, Ben Cooper, Red Mankus, et Allen Parmer (qui épousa plus tard Susan James, la sœur de Frank et Jesse).

Quatre mois plus tard, le 13 juin 1866, deux membres des Quantrill's Raiders ont été libérés de prison à Independence, Missouri, le geôlier, Henry Bugler, a été tué. Les frères James auraient été impliqués. [5] Le crime a commencé une série de vols, dont beaucoup étaient liés au groupe de bushwhackers de Clément. Le hold-up le plus clairement lié au groupe était celui d'Alexander Mitchell and Company à Lexington, Missouri, le 30 octobre 1866, qui a rapporté 2 011,50 $. Clément était également lié à la violence et à l'intimidation contre des fonctionnaires du gouvernement républicain qui détenaient désormais le pouvoir dans l'État. Le jour du scrutin, Clément a conduit ses hommes à Lexington, où ils ont éloigné les électeurs républicains des urnes, assurant ainsi une défaite républicaine. Un détachement de miliciens d'État a été dépêché dans la ville. Ils convainquent les bushwhackers de se disperser, puis tentent de capturer Clément, dont la tête est encore mise à prix. Clément a refusé de se rendre et a été abattu dans une fusillade sauvage dans les rues de Lexington.

Malgré la mort de Clément, ses anciens partisans sont restés ensemble et ont volé une banque de l'autre côté de la rivière Missouri depuis Lexington à Richmond, Missouri, le 22 mai 1867, dans laquelle le maire de la ville, John B. Shaw et deux hommes de loi [Barry et George Griffin ] ont été tués. [6] Ceci a été suivi le 20 mars 1868, par un raid sur la banque Nimrod Long à Russellville, Kentucky. Au lendemain des deux raids, cependant, les plus anciens des bushwhackers ont été tués, capturés ou ont simplement quitté le groupe. Cela a ouvert la voie à l'émergence des frères James et Younger et à la transformation de l'ancien équipage en James-Younger Gang. John Jarrett et Arthur McCoy ont été mentionnés dans de nombreux articles de journaux, ils ont donc probablement été actifs dans des activités de gangs jusqu'en 1875. [ citation requise ]

Le 7 décembre 1869, Frank et Jesse James auraient cambriolé la Daviess County Savings Association à Gallatin, Missouri. [7] Jesse est soupçonné d'avoir abattu le caissier, John W. Sheets, [8] en croyant à tort qu'il était Samuel P. Cox, l'officier de la milice de l'Union qui avait tendu une embuscade et tué "Bloody Bill" Anderson pendant la guerre civile. Guerre. Les frères James étaient inconnus jusqu'à présent, il s'agissait peut-être de leur premier vol. [ citation requise ] Leurs noms ont ensuite été ajoutés aux vols précédents après coup.

1871 à 1873 Modifier

John Younger a failli être arrêté dans le comté de Dallas, au Texas, en janvier 1871. Il a tué deux hommes de loi [Nichols et Mcmahan] au cours de la tentative et s'est échappé. [9] [10] Le 3 juin 1871, le gang a volé une banque à Corydon, Iowa, les frères James et Younger étaient des suspects. La banque a contacté la Pinkerton National Detective Agency à Chicago, la première implication de la célèbre agence dans la poursuite du James-Younger Gang. Le fondateur de l'agence, Allan Pinkerton, a envoyé son fils, Robert Pinkerton, qui a rejoint un shérif du comté pour traquer le gang dans une ferme à Civil Bend, Missouri. Une courte fusillade s'est terminée de manière indécise lorsque le gang s'est échappé. Le 24 juin, Jesse James a écrit une lettre au Temps de Kansas City, affirmant que les républicains le persécutaient pour sa loyauté confédérée en l'accusant, lui et Frank, d'avoir commis les vols. "Mais je me fiche de ce que le parti radical dégradé pense de moi", a-t-il écrit, "je le ferais aussi tôt qu'ils penseraient que j'étais un voleur que non."

Le 29 avril 1872, le gang a braqué une banque à Columbia, dans le Kentucky. L'un des hors-la-loi a tiré sur le caissier, R.A.C. Martin, qui avait refusé d'ouvrir le coffre-fort. Le 23 septembre 1872, trois hommes (identifiés par l'ancien bushwhacker Jim Chiles comme Jesse James et Cole et John Younger) ont dévalisé une billetterie de la deuxième exposition industrielle annuelle de Kansas City, au milieu de milliers de personnes. Ils ont pris quelque 900 $ et ont accidentellement tiré sur une petite fille dans la lutte qui s'ensuivit avec le vendeur de billets. En dehors du témoignage de Chiles, il n'y a aucune autre preuve que ce crime a été commis par les frères James ou Younger, et Jesse a écrit plus tard une lettre niant son implication ou celle des Youngers. Cole était furieux à ce sujet, car ni lui ni son frère John n'avaient été liés au crime avant la lettre. Le crime a été salué par Temps de Kansas City rédacteur en chef John Newman Edwards dans un célèbre éditorial intitulé "The Chivalry of Crime". Edwards a bientôt publié une lettre anonyme de l'un des hors-la-loi (supposé être Jesse) qui faisait référence à l'élection présidentielle qui approchait : « Laissez simplement un groupe d'hommes commettre un vol audacieux, et le cri est de les pendre. Mais [le président Ulysses S. ] Grant et son parti peuvent voler des millions et tout va bien", a écrit le hors-la-loi. "Ils volent les pauvres et les riches, et nous volons les riches et donnons aux pauvres."

Le 27 mai 1873, le James–Younger Gang a dévalisé le Ste. Genevieve Savings Association à Ste. Geneviève, Missouri. Alors qu'ils s'éloignaient, ils tirèrent en l'air et crièrent : « Hourra pour Hildebrand ! Samuel S. Hildebrand était un célèbre bushwhacker confédéré de la région qui avait récemment été abattu dans l'Illinois. Arthur McCoy avait vécu dans cette région et savait très bien qu'il était probablement impliqué et qu'il en était peut-être le planificateur et le chef. [ citation requise ]

Le 21 juillet 1873, le gang a effectué ce qui était sans doute le premier vol de train à l'ouest du fleuve Mississippi, faisant dérailler une locomotive du Rock Island Railroad près d'Adair, Iowa. L'ingénieur John Rafferty est mort dans l'accident. Les hors-la-loi ont pris 2 337 $ dans le coffre-fort express dans le fourgon à bagages, après avoir manqué de peu un envoi express transcontinental d'une grande quantité d'argent.

Le 24 novembre, John Newman Edwards a publié une longue glorification des frères James, Cole et John Younger, et d'Arthur McCoy, dans un supplément spécial de vingt pages à son journal le Dépêche de Saint-Louis (Edwards avait quitté le Temps de Kansas City à la Envoi en 1873). La majeure partie du supplément, intitulé « A Terrible Quintet », était consacrée à Jesse James, le visage public du gang, et l'article soulignait leur loyauté confédérée.

1874 à 1876 Modifier

En janvier 1874, les hors-la-loi sont soupçonnés d'avoir braqué une diligence dans la paroisse de Bienville, en Louisiane. Plus tard, un autre vol de scène présumé a eu lieu entre Malvern et Hot Springs, Arkansas. Là, le gang rendit une montre de poche à un vétéran confédéré, affirmant que les hommes du Nord les avaient poussés à la proscription et qu'ils avaient l'intention de les leur faire payer. Le 31 janvier, le gang a dévalisé un train en direction sud sur l'Iron Mountain Railway à Gads Hill, Missouri. Pour la première des deux fois dans tous leurs vols de train, les hors-la-loi ont volé les passagers. Dans les deux vols de train, leur cible habituelle, le coffre-fort dans le fourgon à bagages appartenant à une société express, contenait une somme d'argent inhabituellement faible. A cette occasion, les hors-la-loi auraient examiné les mains des passagers pour s'assurer qu'ils n'avaient volé aucun travailleur. De nombreux journaux ont rapporté que cela avait été fait par le gang "Arthur McCoy". Pour corriger les erreurs, le gang a télégraphié un rapport du vol de Gads Hill au Dépêche de Saint-Louis journal pour publication. [11]

La société Adams Express, qui possédait le coffre-fort volé à Gads Hill, a embauché la Pinkerton National Detective Agency. Le 11 mars 1874, John W. Whicher, l'agent qui a été envoyé pour enquêter sur les frères James, a été retrouvé abattu le long d'une route rurale dans le comté de Jackson, Missouri. [12] Deux autres agents, John Boyle et Louis J. Lull, accompagnés du shérif adjoint Edwin B. Daniels pour traquer les Youngers, se sont fait passer pour des acheteurs de bétail. Le 17 mars 1874, le trio est arrêté et attaqué par John et Jim Younger sur une portion de route rurale près de Monegaw Springs, Missouri. Daniels a été tué instantanément, [13] L'accalmie et John Younger se sont tirés dessus et se sont tués, tandis que Boyle et Jim Younger se sont échappés. [14] Lull a vécu assez longtemps pour témoigner devant une enquête du coroner avant de succomber à ses blessures quelques jours plus tard. [15]

Les décès de Pinkerton ont ajouté à l'embarras croissant subi par le premier gouverneur démocrate du Missouri d'après-guerre, Silas Woodson. Il a émis une offre de récompense de 2 000 $ pour les voleurs d'Iron Mountain (la récompense habituellement offerte aux criminels était de 300 $). Il a également persuadé la législature de l'État de fournir 10 000 $ pour un fonds secret pour traquer les célèbres hors-la-loi. Le premier agent, J.W. Ragsdale, a été embauché le 9 avril 1874. Le 30 août, trois membres du gang ont braqué une diligence de l'autre côté de la rivière Missouri depuis Lexington, Missouri, devant des centaines de spectateurs sur les falaises de la ville. Un passager a identifié deux des voleurs comme étant Frank et Jesse James. Le gouverneur par intérim, Charles P. Johnson, a envoyé un agent sélectionné du département de police de St. Louis pour enquêter.

Le gang a ensuite volé un train sur le Kansas Pacific Railroad près de Muncie, Kansas, le 8 décembre 1874. Ce fut l'un des vols les plus réussis des hors-la-loi, leur rapportant 30 000 $. William "Bud" McDaniel a été capturé par un officier de police de Kansas City après le vol, et a ensuite été abattu lors d'une tentative d'évasion.

Dans la nuit du 25 janvier 1875, des agents de Pinkerton encerclèrent la ferme James à Kearney, Missouri. Frank et Jesse James y étaient allés plus tôt mais étaient déjà partis. Lorsque les Pinkerton ont lancé un dispositif incendiaire en fer dans la maison, il a explosé lorsqu'il a roulé dans une cheminée flamboyante. L'explosion a presque sectionné le bras droit de Zerelda Samuel, la mère des garçons James (le bras a dû être amputé au coude cette nuit-là), et a tué leur demi-frère de 9 ans, Archie Samuel. Le 12 avril 1875, un tireur inconnu a abattu Daniel Askew, un voisin et ancien milicien de l'Union qui aurait pu être soupçonné d'avoir fourni aux Pinkertons une base pour leur raid. Allan Pinkerton a ensuite abandonné la poursuite du James-Younger Gang.

En septembre 1875, au moins une partie du gang s'était aventuré à l'est jusqu'à Huntington, Virginie-Occidentale, où ils ont braqué une banque le 7 septembre. Deux nouveaux membres y ont participé : Tom McDaniel (frère de Bud) et Tom Webb (un vétéran confédéré qui avait été à Lawrence avec Frank et Cole). McDaniel a été tué par un groupe et Webb a été attrapé. Les deux autres voleurs, Frank et Cole, se sont échappés.

Toujours en 1875, les deux frères James ont déménagé à la périphérie de Nashville, Tennessee, probablement pour sauver leur mère de nouvelles incursions de détectives. Une fois sur place, Jesse James a commencé à écrire des lettres à la presse locale, affirmant sa place de héros confédéré et de martyr de la vindicte républicaine radicale.

Le 7 juillet 1876, Frank et Jesse James, Cole et Bob Younger, Clell Miller, Charlie Pitts, Bill Chadwell et Hobbs Kerry ont cambriolé le Missouri Pacific Railroad au "Rocky Cut" près d'Otterville, Missouri. Le nouvel homme, Kerry, a été arrêté peu de temps après et il a facilement identifié ses complices.

Raid de Northfield, Minnesota Modifier

Le raid Rocky Cut a préparé le terrain pour l'acte final du James-Younger Gang : le célèbre raid de Northfield, Minnesota, le 7 septembre 1876. La cible était la First National Bank of Northfield, qui était bien en dehors du territoire habituel du gang. L'idée du raid est venue de Jesse et Bob Younger. Cole a essayé de dissuader son frère du plan, mais Bob a refusé de reculer. À contrecœur, Cole a accepté d'y aller, écrivant à son frère Jim en Californie pour qu'il rentre à la maison. Jim Younger n'avait jamais rien voulu avoir à faire avec les activités hors-la-loi de Cole, mais il a accepté de sortir par loyauté familiale. La banque Northfield n'était pas exceptionnellement riche. Selon les rapports publics, il s'agissait d'une banque rurale tout à fait ordinaire, bien que des rumeurs persistaient selon lesquelles le général Adelbert Ames, fils du propriétaire du moulin Ames à Northfield, y avait déposé 50 000 $. Peu de temps après le vol, Bob Younger a déclaré qu'ils l'avaient choisi en raison de ses liens avec deux généraux de l'Union et des politiciens républicains radicaux : Benjamin Butler et son gendre Adelbert Ames. Le général Ames venait de quitter son poste de gouverneur du Mississippi, où il s'était fortement identifié aux droits civils des affranchis. Il avait récemment déménagé à Northfield, où son père possédait le moulin sur la rivière Cannon et avait une grande quantité d'actions à la banque. L'un des hors-la-loi "avait de la rancune" contre Ames, a déclaré Bob. Cole Younger a dit à peu près la même chose des années plus tard et s'est souvenu avoir salué le "général Ames" dans la rue à Northfield juste avant le vol.


Cole, Jim et Bob Younger, Frank et Jesse James, Charlie Pitts, Clell Miller et Bill Chadwell ont pris le train pour St. Paul, Minnesota au début de septembre 1876. Après une escale à St. Paul, ils se sont divisés en deux groupes, l'un allant à Mankato, l'autre à Red Wing, de chaque côté de Northfield. Ils ont acheté des chevaux coûteux et ont parcouru le terrain autour des villes, acceptant de se rencontrer au sud de Northfield le long de la rivière Cannon près de Dundas le matin du 7 septembre 1876. Le gang a tenté de braquer la banque vers 14h00 le 7 septembre. Northfield les résidents avaient vu le gang quitter un restaurant local près du moulin peu après midi, où ils dînaient sur des œufs au plat. Ils ont témoigné lors du procès des frères Younger que le groupe sentait l'alcool et que le gang était manifestement sous l'influence lorsqu'ils ont salué le général Ames.

Trois des hors-la-loi (Bob Younger, Frank James et Charlie Pitts) ont traversé le pont près du moulin Ames et sont entrés dans la banque, les cinq autres (Jesse James, Cole et Jim Younger, Bill Stiles et Clell Miller) montaient la garde à l'extérieur. Deux se tenaient devant la porte d'entrée de la banque et les trois autres attendaient à Mills Square pour garder la voie d'évacuation du gang. Selon certains rapports, J. S. Allen a crié aux habitants de la ville : « Prenez vos armes, les garçons, ils braquent la banque ! » Une fois que les citoyens locaux ont réalisé qu'un vol était en cours, plusieurs ont pris les armes dans les quincailleries locales. Tirant à couvert, ils ont lancé un feu mortel sur les hors-la-loi. Au cours de la fusillade, l'étudiant en médecine Henry Wheeler a tué Miller, tirant depuis une fenêtre du troisième étage de l'hôtel Dampier House, en face de la banque. Un autre civil nommé A.R. Manning, qui s'est mis à couvert au coin de l'immeuble Sciver en bas de la rue, a tué Stiles. D'autres civils ont blessé les frères Young (Cole a reçu une balle dans la hanche gauche, Bob a subi un coude brisé et Jim a reçu une balle dans la mâchoire). Le seul mort civil dans la rue était Nicholas Gustafson, 30 ans, un immigrant suédois récent non armé, qui a été tué par Cole Younger au coin de la 5e rue et de la division.

Treize familles suédoises vivaient à l'ouest de Northfield dans la région de Millersburg en 1876, dont Peter Gustafson, qui avait récemment été rejoint par son frère Nicolaus et son neveu Ernst de Suède. À l'ouest de Millersburg ce matin-là, Peter Youngquist a attelé ses mules et s'est dirigé vers Northfield pour vendre des produits de la ferme, accompagné de Gustafson et de trois autres personnes. Les Suédois sont arrivés à Northfield vers 13h00 et ont installé leur chariot de légumes le long de la rivière Cannon près de la 5e rue. Vers 14h00, ils ont entendu des coups de feu. Nicolaus Gustafson a couru jusqu'à l'intersection de la Division et de la 5e à un pâté de maisons, où il a reçu une balle dans la tête alors que la banque était en train d'être volée. Gustafson est décédé quatre jours plus tard. Un autre Suédois nommé John Olson était un témoin oculaire de la fusillade de Gustafson et a ensuite témoigné contre Cole Younger.

À l'intérieur de la banque, le caissier adjoint Joseph Lee Heywood a refusé d'ouvrir le coffre-fort et a été assassiné pour avoir résisté. Les deux autres employés de la banque étaient le caissier Alonzo Bunker et l'assistant comptable Frank Wilcox. Bunker s'est échappé de la banque en courant par la porte arrière malgré avoir été blessé à l'épaule droite par Pitts alors qu'il courait. Les trois voleurs ont ensuite couru hors de la banque après avoir entendu la fusillade à l'extérieur et ont monté leurs chevaux pour s'enfuir, n'ayant pris que quelques sacs de nickels de la banque. Chaque année en septembre, Northfield accueille "Defeat of Jesse James Days", une célébration de la victoire de la ville sur le James-Younger Gang.

En plus de la mort de Miller et Stiles, tous les autres membres du gang ont été blessés, y compris Frank James et Pitts, tous deux touchés à la jambe droite. Jesse James a été le dernier à être abattu, prenant une balle dans la cuisse alors que le gang s'échappait. Les six hors-la-loi survivants sortirent de la ville sur la Dundas Road en direction de Millersburg où quatre d'entre eux avaient passé la nuit précédente.

Suite Modifier

Les Minnesotans ont rejoint les troupes et mis en place des lignes de piquetage par centaines. Après plusieurs jours, le gang n'avait atteint que la périphérie ouest de Mankato lorsqu'ils ont décidé de se séparer (malgré les histoires persistantes du contraire, Cole Younger a déclaré aux intervieweurs qu'ils étaient tous d'accord avec la décision). Les Youngers et Pitts sont restés à pied, se déplaçant vers l'ouest, jusqu'à ce qu'ils soient finalement coincés dans un marais appelé Hanska Slough, juste au sud de La Salle, Minnesota, le 21 septembre, deux semaines après le raid de Northfield. Dans la fusillade qui a suivi, Pitts a été tué et les Youngers ont de nouveau été blessés. Les Youngers se sont rendus et ont plaidé coupables de meurtre afin d'éviter l'exécution. Frank et Jesse ont sécurisé des chevaux et ont fui vers l'ouest à travers le sud du Minnesota, se dirigeant vers le sud juste à l'intérieur de la frontière du territoire du Dakota. Face à des centaines de poursuivants et à une alarme à l'échelle nationale, Frank et Jesse se sont échappés, mais le tristement célèbre James-Younger Gang n'était plus.

Le 23 septembre 1876, les frères Young sont emmenés à la prison du comté de Rice à Faribault. Le 16 novembre, un grand jury a émis quatre actes d'accusation – un pour les meurtres au premier degré de Joseph Heywood et Nicolaus Gustafson, un pour vol de banque et un pour voies de fait avec armes mortelles sur le commis de banque blessé, Bunker. Les trois frères ont plaidé coupables le 20 novembre 1876 et ont été condamnés à la réclusion à perpétuité dans le pénitencier d'État de Stillwater.

Nicolaus Gustafson a été enterré à Northfield parce que les Suédois de Millersburg n'avaient pas de cimetière en 1876. Après sa mort, les Suédois de Millersburg ont décidé d'établir leur propre église et leur propre cimetière. Peter Youngquist et Carl Hirdler ont fait don d'un acre de terrain adjacent à leurs maisons surplombant le lac Circle et en 1877, John Olson a été embauché pour construire l'église évangélique luthérienne suédoise de Christdala à 3,2 km à l'ouest de Millersburg. Aujourd'hui, l'église est inscrite au registre national des lieux historiques et des marqueurs historiques devant l'église racontent l'histoire de Nicolaus Gustafson et de la fondation de Christdala.

Après s'être échappé avec succès, Frank James a rejoint Jesse à Nashville, Tennessee, où ils ont passé les trois années suivantes à vivre paisiblement. Frank, en particulier, semble avoir prospéré dans sa nouvelle vie d'agriculteur dans la région de Whites Creek. Jesse, cependant, ne s'est pas bien adapté à la paix. En conséquence, il a rassemblé de nouvelles recrues, formé un nouveau gang et est retourné à une vie de crime. Le 8 octobre 1879, Jesse et son gang ont cambriolé le Chicago and Alton Railroad près de Glendale, Missouri. Malheureusement pour Jesse, l'un des hommes, Tucker Basham, a été capturé par une bande. Il a déclaré aux autorités qu'il avait été recruté par Bill Ryan. [ citation requise ]

Le 3 septembre 1880, Jesse James et Bill Ryan ont braqué une diligence près de Mammoth Cave, dans le Kentucky. Le 5 octobre 1880, ils ont dévalisé le magasin de John Dovey à Mercer, Kentucky. Le 11 mars 1881, Jesse, Ryan et le cousin de Jesse, Wood Hite, volent un trésorier fédéral à Muscle Shoals, en Alabama, pour 5 240 $. [16] Shortly afterward, a drunk and boastful Ryan was arrested in Whites Creek, near Nashville, and both Frank and Jesse James fled back to Missouri. [ citation requise ]

On July 15, 1881, Frank and Jesse James, Wood and Clarence Hite, and Dick Liddil robbed the Rock Island Railroad near Winston, Missouri of $900. Train conductor William Westfall [17] and passenger John McCullough [18] were killed. On September 7, 1881, Jesse James carried out his last train robbery, holding up the Chicago and Alton Railroad. The gang held up the passengers when the express safe proved to be nearly empty.

With this new outbreak of train robberies, the new Governor of Missouri, Thomas T. Crittenden, convinced the state's railroad and express executives to put up the money for a large reward for the capture of the James brothers. Creed Chapman and John Bugler were arrested for participating in the robbery on September 7, 1881. Though they were confirmed as having participated in the robbery by convicted members of the gang, neither was ever convicted.

In December 1881, Wood Hite was killed by Liddil in an argument over Martha Bolton, the sister of the Fords. [19] Bob Ford, not yet a member of the gang, assisted Liddil in his gunfight. Ford and Liddil, with Bolton as an intermediary, made deals with Governor Crittenden. On February 11, 1882, James Timberlake arrested Wood Hite's brother Clarence, who made a confession but died of tuberculosis in prison. Ford, on the other hand, agreed to bring down Jesse James in return for the reward. [ citation requise ]

On April 3, 1882, Ford fatally shot Jesse James behind the ear at James' rented apartment in St. Joseph, Missouri. [20] [21] Bob and his brother Charley surrendered to the authorities, pleaded guilty, and were promptly pardoned by Crittenden. On October 4, 1882, Frank James surrendered to Crittenden. Accounts say that Frank surrendered with the understanding that he would not be extradited to Northfield, Minnesota. [22] Only two cases ever came to trial – one in Gallatin, Missouri for the July 15, 1881 robbery of the Rock Island Line train at Winston, Missouri in which a train crewman and a passenger were killed, and one in Huntsville, Alabama for the March 11, 1881 robbery of a United States Army Corps of Engineers payroll at Muscle Shoals, Alabama. Frank James was found not guilty by juries in both cases (July 1883 at Gallatin and April 1884 at Huntsville). Missouri kept jurisdiction over him with other charges but they never came to trial and they kept him from being extradited to Minnesota. Frank James died on February 8, 1915, at the age of 72. [23]

The Youngers remained loyal to the Jameses when they were in prison and never informed on them. They ended up being model prisoners and in one incident helped keep other prisoners from escaping during a fire at the prison. Cole Younger also founded the longest-running prison newspaper in the United States during his stay in Stillwater State Prison. [ citation requise ] Bob Younger died in prison of tuberculosis on September 15, 1889, at the age of 36. After much legal dispute, Cole and Jim Younger were paroled in 1901 on the condition they remain in Minnesota. Jim committed suicide on October 19, 1902 while on parole in St. Paul, at the age of 54. Cole Younger received a pardon in 1903 on the condition that he leave Minnesota and never return. He traveled to Missouri where he joined a "Wild West" show with Frank James and died there on March 21, 1916, at the age of 72. [ citation requise ]

Bill Ayers and Diana Oughton headed a splinter group of the Students for a Democratic Society (SDS) that called itself the "Jesse James Gang" and evolved into the Weather Underground. [24]


What Heywood family records will you find?

There are 97,000 census records available for the last name Heywood. Like a window into their day-to-day life, Heywood census records can tell you where and how your ancestors worked, their level of education, veteran status, and more.

There are 14,000 immigration records available for the last name Heywood. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 9,000 military records available for the last name Heywood. For the veterans among your Heywood ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.

There are 97,000 census records available for the last name Heywood. Like a window into their day-to-day life, Heywood census records can tell you where and how your ancestors worked, their level of education, veteran status, and more.

There are 14,000 immigration records available for the last name Heywood. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 9,000 military records available for the last name Heywood. For the veterans among your Heywood ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.


Monkey Town: The History of Heywood

River Street, Hooley Brow
1848: Not present on OS map
1871 directory: Brocklehurst William & Co. (manufacturers), River street mill Hooley brow.
1890: Marked on OS map as unnamed cotton mill.
1922 directory: Operated by Kershaw, A.
1928: Named on OS map as Park Mill (cotton).
1937: Marked on OS map as ‘disused’.
1957: Marked on OS map as Park Mill (cotton).
2018: Building still present and in use.

Park Mill, OS map, 1930.

Park Street Mill
Cotton spinning
Park Street, Hopwood
1847: Not present on OS map.
1875 directory: Hoyle John, Park street mill, Heywood.
1888 directory: Park Street Cotton Spinning Co. Limited, Park Street Mill, Hopwood.
1891 directory: Park Street Cotton Spinning Co, Limited (and doublers), Park street 41,000 spindles, 408/801, weft, 608 twist.
1922 directory: Park Street Spinning Co.
1937: Marked on OS map as Cotton Mill.
1947: Not present on OS map.

Park Street Mill, OS map, 1907.

Paved Brow New Mill
Cotton spinning
South Street, Wham Bar
1847: Marked on OS map as Paved Brow New Mill (cotton). Paved Brow Old Mill is across the street.
1850 directory: Chadwick & Diggle, Paved Brow Mills, and 12 Hodson's court, Manchester.
1850 directory: Chadwick Hugh & Jacob, Paved brow Mills, and 12 Hodson's court, Manchester.
1871 directory: Lund John and Sons, Paved-brow mills (cotton spinners).
1880: Petty & Stott, cotton doublers and manufacturers, Mills Street Mill. It is likely that 'Mills Street Mill' refers to either Paved Brow Old Mill or Paved Brow New Mill, as they are the only mills on that street at this time.
1880 directory: Barker William & David, cotton manufacturers, Paved Brow Mill.
1880 directory: Lund John & Sons, cotton spinners, Paved Brow Mill.
1888 directory: Stott Joseph, Paved Brow Mills.
1891 directory: Thomas Sheppard, 16,000 spindles, sewing, knitting and mending cottons, and grandrelle tie and selvage yarns.
1907: Marked on OS map as ‘wallpaper’ works.
1928: Marked on OS map as ‘disused’.
1937: Building not present on OS map.

Paved Brow New Mill, OS map, 1928.

Paved Brow Old Mill - see Excel Mill

Peel Street Mills
Cotton spinning
Peel Street
1841 directory: Kay Richard, cotton spinner, Peel St h. Vale cottage.
1851: Marked on OS map as Peel Street Mill (cotton).
1871 directory: Kay Richard and Brother, Peel street mills (cotton spinners).
1880 directory: Kay Richard & Bros., cotton spinners, Peel Street Mills.
1891 directory: Richard Kay and Brother, 41,000 spindles, 41/501, mule twist, hosiery, &c.
1922 directory: Kay, R & Bro.
1928: Marked on OS map as Cotton Mill.
1937: Not present on OS map.

Peel Street Mills, OS map, 1929.

Perseverance Iron Works
Iron works
Bank Street
1848: Building not present on OS map. Mount Pleasant Chapel on this site.
1880 directory: Whittaker J. & G., engineers and millwrights, Perseverance Iron Works, Bank Street.
1891: Building marked on OS map as Flannellette Works.
1907: Building still present on OS map.
1928: Building not present on OS map.

Perseverance Mill
Cotton spinning and manufacturing
Cross Street
1860s: Established by Co-op as spinning and weaving mill.
1880 directory: Heywood Spinning Co., Limited, cotton spinners, Perseverance Mill James Haworth, manager F. Greaves, secretary.
1891 directory: Heywood Cotton Spinning and Manufacturing Co, Limited, 20,352 ring spindles, 128/408.
1922 directory: Heywood and Roe Acre.
1937: Marked on OS map as Cotton Mill.
1986: Building present on OS map.
2018: Building no longer present.

Perseverance Mill, OS map, 1929.

Phoenix Brewery
Brewery
Green Lane
1848: No buildings here, but part of this site is marked on an OS map as a brickfield.
1890: Marked on OS as Phoenix Brewery.
1956: Marked on OS map as Phoenix Brewery (disused).
1991: Micro-brewery opened at the site.
2018: Building still present and in use as brewery.

Phoenix Mill Cotton spinning and manufacturing
John Street/Clarke Street
1848: Not present on OS map.
1871 directory: Smith James (maker of Grandrelle yarns, and dealer in coloured tie yarns for bundles) Phoenix mill. John street (cotton spinner and manufacturer).
1880 directory: Smith James, dyer and maker of grandrelle yarns, Phoenix mill, John Street h. Starkey Street.
1891 directory: James Smith and Sons, Limited (grandrelle doublers, dyers, winders and warpers), John street 12,000 spindles, 68/1208 two fold Dye Works, Marland, near Rochdale. Phoenix Mills, Tattersall James and Sons, Limited, Victoria and Gregge Street Mills 38,000 spindles, 169/448 weft, 128/288 warp and at Pitfield Mills, Bamford Manchester office-14, Brown street.
1922 directory: Smith, James & Son.
1927: Marked on OS map as Cotton Mill.
1937: Building not present on OS map.

Pilsworth Bleach Works
Bleaching
Brightley Brook, Pilsworth, Bury
1847: Morris's Mill (fustian) is at this site.
1880 directory: Buckley W. E. & Co., bleachers and finishers, Pilsworth Bleach works.
1893: Marked on OS map as Pilsworth Bleach Works. This is a new building.
1956: Marked on OS map as Pilsworth Bleach Works.
Buildings demolished by 2000.

Pilsworth Bleach Works, OS map, 1939.

Pilsworth Clough Mill
Woollen, later bleach works
Brightley Brook, Pilsworth Clough, Bury
1893: Marked on OS map as Pilsworth Clough Mill (woollen).
1928: Marked on OS map as Pilsworth Clough Mill (woollen finishing).
1939: Marked on OS map as Pilsworth Clough Mill (disused).
1956: Marked on OS map as Bleach Works.
Buildings demolished by 2000.

Pilsworth Clough Mill, OS map, 1957.

Pitfield Mill
Cotton spinning and manufacturing
Wheelbarrow Lane, Birtle-cum-Bamford
1847: Marked on OS map as Pit Field Mill (cotton).
1871 directory: Tattersall James, Victoria and Gregge street mills, Pitfield mills, Bamford, and 27a, Fountain street, Manchester (cotton spinners).
1890: Marked on OS map as Pitfield Mills.
1891 directory: Phoenix Mills, Tattersall James and Sons, Limited, Victoria and Gregge Street Mills 38,000 spindles, 169/448 weft, 128/288 warp and at Pitfield Mills, Bamford Manchester office-14, Brown street.
1908: Marked on OS map as Pitfield Mill (cotton).
1938: Still marked on OS map.
1956: Buildings not present on OS map.

Pitfield Mill, OS map, 1890.

Plantation Mill (aka Carr Parker)
Cotton waste spinning
Killgate Brook, Ashworth Moor
1853: Built near Cheesden Lumb Mill for George Parker. Traded in later years as Carr, Parker and Company.
1891: Closed during this year. Marked on OS map as Plantation Mill (disused).
1908: Buildings not present on OS map.

Plantation Mill, OS map, 1891.

Plum Mill
Cotton spinning and manufacturing
Broadfield1906: Opened as Plum Tickle Mill.
1922 directory: Plum Mill Ltd.
1959: Ceased production as a result of reorganisation of the cotton industry.
1978: Demolished.

/>
Plum Mill, OS map, 1928.

Poor Peg Mill - see Woodfield Mill

Princess Mills
Cotton spinning and manufacturing
Gregge Street, Hopwood
1888 directory: Gleave John & Co. Spring Mill, Bury Old rd. & Princess Mill, Gregge St.
1888 directory: Hopwood (The) Manufacturing Co. Princess Mill, Gregg St. Hopwood.
1891 directory: Hopwood Manufacturing Co, Hopwood 450 looms, calicoes, twills, long cloths and sheetings.
1891: John Gleave and Co, Princess and Hooley Bridge Mills 654 looms, sheetings, twills, T cloths and mexicans.
1922 directory: Brookfield Manufacturing.
1957: Marked on OS map as cotton mill.
1970: Still present on OS map.
1986: Not present on OS map.

Princess Mill, OS map, 1907.

RAF No.35 Maintenance Unit
Ingénierie
Pilsworth Road, Broadfield
1938: Established on 167 acres with its own railway sidings.
1967: Closed.

At one point this was the biggest employer in Heywood, with 3,000 workers. It was never marked on Ordnance Survey maps, for security reasons. After the Maintenance Unit was closed, Pilsworth Industrial Estate was built on this site.

Railway Street Mill
Cotton spinning
Railway Street/Cross Street
1871 directory: Diggle, Hoyle & Wood, Railway street mill (cotton spinners).
1880 directory: Diggle, Hoyle, & Wood, cotton spinners, Railway Street Mill.
1891 directory: Thomas Isherwood, Foundry Street and Railway Street Mills 17,000 spindles, 68/248.
1891: Marked on OS map as Cotton Mill.
1922: Still in operation.
1938: Building not present on OS map.

Railway Street Mill, OS map, 1928.

Railway Wagon Building Works
Ingénierie
Green Lane
1863: Established by Lancashire and Yorkshire Railway Company, shortly after the opening of rail lines through Heywood. It later became the Standard Railway Wagon Company.
1992: Closed, making 60 workers redundant.

Rainshore Lower Mill
Woollen
Rainshore
1848: Marked on OS map as Rainshore Mills (fulling).
1890: Marked on OS map as Rainshore Lower Mill (fulling).
1891 directory: William and Robert Lord, Rainshore Low Mill.
1908: Marked on OS map as Rainshore Lower Mill (disused).
1923: Building not marked on OS map, possibly gone.
1938: Building not present on OS map.

Rainshore mills, OS map, 1890.

Rainshore Upper Mill
Dyeing and bleaching, originally woollen
Rainshore
1848: Marked on OS map as Rainshore Mills (fulling).
1890: Marked on OS map as Rainshore Upper Mill (fulling).
1891 directory: James and Samuel Lord, Rainshore Higher Mill.
1908: Marked on OS map as Rainshore Upper Mill (bleaching).
1923: Marked on OS map as Rainshore Bleach and Dye Works. Buildings have been expanded.
1961: Marked on OS map as Works.
The mill was demolished after 2005.


Red Lumb Mill
Coton
Boyd’s Brook, Red Lumb
1848: Marked on OS map as Red Lumb Mill (cotton).
1928: Marked on OS map as Red Lumb Mill (cotton).
1938: Marked on OS map as Red Lumb Mill.
1963: Marked on OS map as Mill.
1969: Marked on OS mill as Warehouse.
1988: Marked on OS mill as Mill.
2005: Converted into luxury flats by this time.
2018: Building still present.

Red Lumb Mill, OS map, 1848.

Rhodes Mill
Manufacturing
Miller Street
1890: Building not present on OS map.
1907: Present on OS map.
In later years, both this mill and the adjacent Woodfield (Poor Peg) Mill were run by Tedson & Thornley, manufacturers of industrial gloves. The gloves were made and sewn in Rhodes Mill, and then transferred to Woodfield Mill for ‘dipping’ in the rubber solution. Tedley & Thornley were a Rochdale-based company who made a range of 'Andy' gloves in other mills.
2018: Building still present and in use for building and plumbing supplies business.

River Street Mill - see Park Mill

Roach Mill (aka Makin Mill)
Cotton spinning, originally woollen
River Roch, Back o’th’ Moss
1637: Corn mill on this site by this time, owned by Roger Makon.
1762: Fulling taking place here, tenters close by.
1780: Converted for cotton by Peel, Yates and Co.
1829 directory: Edmund Peel, Makeant Mill.
1841 directory: Edmund Peel, cotton spinner, Makent Mills.
1860s: Mill rebuilt.
1871 directory: Jameson Joseph (fustians), Roach Mill (cotton spinner and manufacturer).
1880 directory: Roach Mill Spinning and Manufacturing Co., Limited, Peel Lane Frederick B. Jameson, secretary and manager.
1891 directory: Roach Mill Spinning and Manufacturing Co, Limited, Roach Mill 43,000 spindles.
1957: Marked on OS map as Roach Mill (cotton).
1970s: Mill largely derelict but some parts being used by small businesses.
1983: Demolished.

Roach Mill, OS map, 1929.

Roe Acre Dye Works
Dye
Rochdale Road East
1907: Not present on OS map.
1928: Named on OS map.
1980s: Building present.
2018: Building not present.

Roeacre mills, OS map, 1929.

Roe Acre Mill (cotton)
Cotton spinning and manufacturing
Green Lane
1821 directory: Founded by Silvester Litton.
1841 directory: Hartley Wm. cotton spinner & fustian manfr. New York & Roe Acre mills.
1848: Marked on OS map as Roe-acre (cotton).
1871 directory: Hartley William and Sons (fustians), Roe-Acre mills, and 23 New Cannon street, Manchester (cotton spinners).
1880 directory: Hartley William & Sons, cotton spinners and manufacturers, Roe Acre Mill.
1880 directory: Holt Thomas, waste dealer, Roe Acre Mill h. Green Lane, Hopwood,
1888 directory: Hartley William & Sons, cotton spinners and manufacturers, Roe Acre Mill.
1891 directory: Roe Acre Mill Co, Limited, 30,000 spindles, 68/328. Pay day third Wednesday.
1997: Building demolished.


Rose Hill Mill (aka Victory Mill)
Cotton spinning and manufacturing
Bury Street
1850s: Built for Charles Welsh, cotton spinner and manufacturer.
By 1861: John Coupe had taken over operations at the mill, and by 1882 he had formed a limited company ‘John Coupe & Co Ltd’.
1891:John Coupe and Co., 9,996 spindles, 208/508 573 looms, twills, satins, velvets, &c.
1922: Coupe, J.
1928: Marked on OS map as Cotton Mill.
1937: Marked on OS map as ‘disused’.
1957: Marked on OS map as Cotton Waste Mill. Part of mill expanded as ‘Victory Works’.
2009: Mill destroyed by fire.
2018: Building no longer present.


Heywood, Lancashire

Heywood, a town and a municipal borough, mostly in Heap township, Bury parish, Lancashire. The town stands on the Rochdale Canal, and on the L. & Y.R., near the river Roache, 3 miles E of Bury, and 9 N from Manchester, was toward the close of the 18th century a mere village inhabited chiefly by hand-loom fustian weavers, has acquired importance from the working of coal in the adjoining townships of Barn-ford and Hopwood, and from the enterprise and skill of local capitalists, and is now a populous, busy, thriving seat of various manufactures. It was incorporated in 1881, and is governed by a mayor, 6 aldermen, and 18 councillors, who are also the urban sanitary authority. The borough is divided into three wards and has a separate commission of the peace It is well supplied with good water. It has a head post office, two railway stations, several good inns, a police station, a market-place, three churches, three Free and two Primitive Methodist, Wesleyan, Baptist, Congregational, and Unitarian chapels, a New Jerusalem and a Roman Catholic church is a seat of petty sessions, publishes two weekly newspapers, and carries on the manufacture of power-looms, railway waggons, and chemicals, iron and brass founding, boiler-making, and all departments of cotton-spinning and cotton-weaving, and there are also steam sawing and moulding mills. The market-place was erected in 1853. The market-day is Friday, and there are three annual fairs. The Eeform Club, built in 1850, is neat and commodious and has an excellent library, a large hall capable of holding 1000 persons, and reading and billiard rooms. There are also Conservative and working-men's clubs, and a park of twenty acres presented by Her Majesty the Queen, called the Queen's Park, was opened in 1879 by the Chancellor of the Duchy of Lancaster it has been laid out and enclosed, and contains a a gymnasium and playgrounds. The Free Libraries Act was adopted by the town in 1873. The Corporation Swimming Baths, opened in 1891, is a commodious building, and was presented to the town by the late Mr Alfred Grnndy. St Luke's Church, on the site of the old chapel of Heywood which existed in 1640, was built in 1863, at a cost of upwards of, £10, 000, is in the Decorated English style, comprises a nave of 80 feet by 24, with aisles, and a chancel of 42 feet by 22 includes a private mortuary chapel, erected at great cost additional to that of the church is ornamented with coloured marble and alabaster, and has a detached tower, with a spire 185 feet high. The church is one of the finest in Lancashire. It is specially noted for its stained glass windows, magnificent organ, and grand peal of eight bells. St James' Church, erected in 1838, is a building in the Gothic style, consisting of nave, aisles, chancel, and a belfry tower. The population of the ecclesiastical parish of St Luke's is 8267 of St James', 7239. Area of the municipal borough, 3507 acres population, 23, 185. The living of St Luke's is a rectory in the diocese of Manchester gross value, £400 with residence. The living of St James' is a vicarage gross value, £300 with residence. Patron, the Bishop of Manchester. Heywood was the birthplace of Peter Heywood, the Lancashire magistrate who aided the discovery of the gunpowder treason, and Heywood Hall was the seat of that gentleman's family.

Heywood Parliamentary Division of South-East Lancashire was formed under the Redistribution of Seats Act of 1885, and returns one member to the House of Commons. Population, 56, 799. The division includes the following:- Bury (part of)-Ainsworth, Ashworth, Birtle-cnm-Bamford, Bury, Eiton, Heap, Pilsworth, Tottington (Higher End), Tottington (Lower End), Walmersley-cum-Shuttleworth Middleton (part of)-such part of the parish of Spotland as is not included in the Local Government District of Whitworth, the municipal borough of Bacup, or the municipal borough of Rochdale Bury, municipal borough Heywood, municipal borough.

Administration

The following is a list of the administrative units in which this place was either wholly or partly included.

Ancient CountyLancashire
Civil parishBury
HundredSalford
Poor Law unionBury

Any dates in this table should be used as a guide only.

Church Records

Ancestry.co.uk, in association with Lancashire Archives, have images of the Parish Registers for Lancashire online.

Directories & Gazetteers

Land and Property

The Return of Owners of Land in 1873 for Lancashire is available to browse.


Monkey Town: The History of Heywood

The first cotton mills (Wrigley Brook Mill and Makin Mill) had been established in the 1780s, and by 1820 there were about ten mills around the area. That figure more than tripled over the next two decades. The population of Heywood in 1780 had been about 2,000 but by 1820 it was around 10,000. To put this in perspective, if this massive increase was repeated over the next four decades Heywood (current population about 28,500) would be home to over 142,000 people. This population increase was not the result of a baby boom, as James Butterworth noted in 1829 when he wrote that the town had '. very much increased in later years the cotton mills built in the village and neighbourhood have caused an influx of strangers, and congregated together a very dense population'. Many of the new arrivals were pauper children from southern workhouses, brought north under new legislation to supply cheap labour in the cotton mills.

Place names of 1820s Heywood
In 1818 the cartographer brothers William and John Greenwood produced a map of Lancashire. Such maps were something of a rarity in those days, and their plan to create a series of county maps of the whole of Britain was never realised, largely because of competition from the newly-formed Ordnance Survey. The maps that the Greenwoods did produce, however, were finely crafted and give us a fairly detailed depiction of the area around Heywood. C'est ici:

The map is full of familiar names although some of the spelling might be a bit suspect. For example, Gooden House at the Manchester/Middleton Road junction is named here as Rooden House. Naden Head is Naddin Head, and Knowl Hill was spelt here as Knoll Hill, although it had been spelt as Knowl earlier in the 18th century. The word Knoll or Knowl is derived from the Olde English pre-7th century byname 'Cnoll', meaning a summit or a rounded hill.

To the south, the area of Collop Yate is remembered in the modern name of Collop Drive, Hopwood. A 'yate' is a gateway to a wooded area, and comes from the Old English word 'gete'. Further south again is 'Two Stoods', later becoming Two Studs and the site of a Heywood and Middleton Water Board reservoir.

Also very noticeable to the west of Heywood centre on this map is Wrigley Brook, which is now practically invisible as it runs through pipes and culverts beneath streets and fields to empty into the Roch at Bottom o'th' Brow. This brook once ran under the road at Bridge Street and helped to power Heywood's first cotton mill in the 1780s.

People of 1820s Heywood
A Lancashire directory listed about 120 people who were living in Heywood. It was far from being a complete list as it featured mainly farmers, smiths, and shop and factory owners.


Monkey Town: The History of Heywood

Cotton spinning and manufacturing
Vale Street
1841 directory: Clegg Jas & Co., cotton spinners and manufacturers, Vale mill.
1848: Named on OS map as Vale Mill (cotton).
1880 directory: Clegg James & Co., Vale mill, and 14 New Brown St., Manchester.
1880 directory: Wood Richard, Esq., J.P., cotton manufacturer, Vale Mill and John Street and High Street Mills h. Plumpton Hall.
1888 directory: Vale Mill Manufacturing Co. Vale St.
1907: Marked on OS map as Vale Mill (cotton).
1922 directory: Operated by Dahby Towels Parkinson, J.
1928: Merged on OS map with Roeacre Leather Works.

Vale Mill, OS map, 1907.

Victoria Boiler Works
Iron and machine works
Cowburn Street
1848: Possibly no building here on OS map - markings are unclear.
1851: Small building marked on OS map as Victoria Boiler Works.
1875 directory: Hill Thomas and Sons, Victoria Boiler works, Heywood.
1890: Named as Victoria Boiler Works on OS map.
1907: Marked on OS map.
1927: Building present but unnamed on SP map.
1937: Building not present on OS map.
Victoria Iron Works, OS map, 1907.

Victoria Mill
Cotton spinning, later cotton waste processing
Gregge Street, Hopwood
1847: Not present on OS map.
1871 directory: Tattersall James, Victoria and Gregge street mills, Pitfield mills, Bamford, and 27a, Fountain street, Manchester.
1891 directory: Phoenix Mills, Tattersall James and Sons, Limited, Victoria and Gregge Street Mills 38,000 spindles, 169/448 weft, 128/288 warp and at Pitfield Mills, Bamford Manchester office-14, Brown street.
1917: Healey Bros. were operating here.
1937: Marked on OS map as ‘cotton waste’ works.
1947: Still present on OS map.
1957: Building not present on OS map.

Victoria Mill, OS map, 1907.

Reed and heald manufacturers
Wilton Street
1924: Built for Robert Barker Limited (est. 1919), manufacturers of reeds and healds.
1928: Marked on OS map as Reed and Heald Works.
1957: Marked on OS map as Wilton Works (Reeds and Healds).
1980: Saville Whittle took over building.
1991: Closed.
2018: Building still present.

Note: The Heald is part of the weaving loom which moves the thread up and down. The Reed is a comb-like device which controls the separation of the warp threads.


Voir la vidéo: Brittany Howard - Stay High Official Video (Janvier 2022).