Informations

Quand le Forum romain est-il tombé en désuétude ?


Le Forum romain aurait déjà été en train de s'effondrer au 8ème siècle par un voyageur anonyme, selon Wikipedia. La question est, avec les conquêtes wisigothiques et byzantines de l'Italie, quand le forum a-t-il cessé de jouer un rôle politique ou sinon quand a-t-il commencé à tomber en désuétude ? Je m'attends à ce qu'il s'agisse d'un processus plutôt que d'un point dans le temps, veuillez donc fournir autant de détails que possible.


Le Forum romain a été initialement construit au VIIIe siècle av. J.-C. (en tant que temple de Vesta), a commencé à accueillir des jeux vers le IVe siècle av. On peut donc dire à juste titre qu'il a été (quelque peu organiquement) conçu pour répondre aux besoins de divertissement de la capitale de l'empire romain, qui abrite quelque peu moins de 250 000 personnes.

Le problème après cela est que la ville elle-même est entrée en déclin (certains pourraient dire éclipse). En 350 après JC, il n'y avait plus que 125 000 personnes. Ce n'était plus la seule capitale de l'empire, et toutes les livraisons de céréales égyptiennes qui soutenaient son nombre avaient maintenant été réacheminées vers Constantinople.

Au milieu du VIe siècle, elle était contrôlée par les Ostrogoths et n'était plus plus grande que Constantinople. Le 8, cela a été jugé si sans valeur que le pape a été laissé à la tête de la ville lui-même, et elle avait totalement disparu de la carte. Voici ce que Colin McEvedy en a dit :

… La Rome impériale, s'était réduite en une dispersion de villages séparés par des champs jonchés de décombres. Là où Auguste avait autrefois nourri un corps de 300 000 citoyens, le pape avait du mal à trouver des rations pour cent.

Je pense que son "100" ici fait référence à la taille de la suite du pape, pas à la taille de Rome elle-même. Cependant, la ville n'a pas fait sa carte pour cette date, ce qui signifie qu'elle comptait moins de 15 000 personnes. (Ce n'était pas le seul. Aucune ville de la chrétienté occidentale n'avait cette taille. Ils l'appellent l'âge des ténèbres pour une raison.) Ce n'était certainement plus d'une taille qui nécessitait un stade adapté à une ville de 250 000 habitants. Donc en gros, il est tombé en désuétude parce que toute la ville.


Une note sur les chiffres :

J'ai utilisé les chiffres de population de Colin McEvedy (et je crois son partenaire Richard M. Jones). Je les aime parce que je connais leur source, ils sont bien présentés et je peux les obtenir pour la plupart des régions du monde pendant la majeure partie de l'histoire de l'humanité. Le plus gros inconvénient pour eux est que la plupart des recherches qui les sous-tendent ont été effectuées avant 1980.

Il semble y avoir un autre ensemble de chiffres pour la population romaine qui sont constamment autour de 4 fois plus élevés flottant sur Internet. J'ai réussi à retrouver la source jusqu'à un paragraphe de l'Urban World History de Luc-Normand Tellier. Wikipédia l'utilise dans son entrée à Rome, après quoi il est diffusé sur Internet. J'ai beau essayer, je ne peux pas deviner où Tellier a obtenu ses chiffres.

Cependant, étant donné que l'échelle de la différence entre les deux ensembles de nombres reste la même, rien de tout cela n'affecte vraiment l'argument que j'ai avancé dans cette réponse, qui était basée sur nombres relatifs, pas des nombres absolus.


Je vais embrasser votre hypothèse selon laquelle par "utilisation" du forum, nous faisons référence à une discussion politique. (les gens "ont sans doute utilisé" le forum pour n'importe quelle fonction qu'ils ont trouvée appropriée à l'époque). D'autres peuvent contester cette hypothèse ; Je n'ai aucun doute que le Forum romain a été utilisé pour une variété de fonctions religieuses et publiques même lorsqu'il n'était plus lié à la gouvernance de la République/Empire.

Je soupçonne qu'il y a deux changements fondamentaux qui réduisent l'importance du forum romain.

Le premier changement fut probablement la crise du IIIe siècle. La gouvernance de l'Empire a décliné et à un moment donné, l'armée a vendu aux enchères le bureau de l'empereur. Je n'ai aucun doute que la politique a été discutée au forum et au Sénat au cours de cette période, mais le point de la crise était que la gouvernance n'a pas été étendue à tout l'Empire de manière significative.

Je pense que le deuxième et le plus important changement par rapport à l'utilisation politique du forum a eu lieu lorsque Dioclétien a décidé qu'il fallait enseigner à Rome qu'il n'était plus pertinent pour la gouvernance de la République.

[Il y a une émission contemporaine de pièces suggérant un aventus impérial (arrivée) pour la ville, mais certains historiens modernes déclarent que Dioclétien a évité la ville, et qu'il l'a fait par principe, car la ville et son Sénat n'étaient plus politiquement pertinents aux affaires de l'Empire et avait besoin d'être enseigné autant. Dioclétien datait son règne de son élévation par l'armée, et non de la date de sa ratification par le Sénat,[40] suivant la pratique établie par Carus, qui avait déclaré la ratification du Sénat une formalité inutile. Si Dioclétien entra jamais à Rome peu de temps après son avènement, il n'y resta pas longtemps ; il est attesté de retour dans les Balkans le 2 novembre 285, en campagne contre les Sarmates.1

J'ai entendu différentes histoires pour expliquer la relation de Dioclétien avec Rome, mais elles semblent toutes d'accord pour dire que Dioclétien a pris la décision consciente de rompre avec l'histoire et de remettre Rome et le Sénat à leur place.

Vous pourriez faire un argument connexe mais plus subtil selon lequel l'évolution de la gouvernance entre les mains d'un corps professionnel de bureaucrates de carrière a miné la fonction/l'effet de la gouvernance « publique ».

Vous pourriez aussi faire l'argument assez simple extrait de wikipedia

Finalement, une grande partie des affaires économiques et judiciaires seraient transférées du Forum Romanum aux structures plus grandes et plus extravagantes (Forum de Trajan et Basilique Ulpia) au nord. Le règne de Constantin le Grand, au cours duquel l'Empire a été divisé en ses moitiés orientale et occidentale, a vu la construction de la dernière extension majeure du complexe du Forum - la basilique de Maxence (312 après JC). Cela a rendu le centre politique au Forum jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident près de deux siècles plus tard. Évidemment, Wikipédia n'est pas d'accord avec mon argument ci-dessus - mais je pense que le désaccord provient de la façon dont nous interprétons le forum qui tombe en désuétude.


C'était probablement vers le début des années 300 après JC, lorsque le Forum romain a commencé à tomber en désuétude. L'empereur Constantin avait transféré les centres administratifs coloniaux romains à Constantinople à l'Est (anciennement Byzance), ainsi qu'à la ville de Milan en Italie du Nord. En sapant le Forum de sa réputation et de sa sophistication autrefois puissantes, des villes, telles que Constantinople, ainsi que Milan ont grandement bénéficié de la disparition croissante de Rome. (Il convient de noter que la Rome de Constantin se concentrait principalement sur la première construction d'une église encerclant le tombeau de Saint-Pierre… ce qui deviendrait la basilique Saint-Pierre plus de 1000 ans plus tard).

Au cours de l'an 400 après JC, le Forum romain est devenu de plus en plus sensible aux invasions wisigothiques des terres germaniques vers son nord (c'est-à-dire Alaric), suivies de l'arrivée des Mongols-Huns d'Asie centrale.

Lorsque la ville de Rome et son Forum se sont effondrés en 476 après JC, le prestigieux Forum romain est devenu un vestige de son passé glorieux pas si lointain.


Le Forum de Rome

Le Forum était le centre religieux, civique et commercial de la Rome antique. Après l'époque de Jules César, bien qu'il devienne plus imposant, ce n'était qu'un (quoique le plus distingué) de plusieurs complexes remplissant les mêmes fonctions. Essentiellement, c'était une petite vallée fermée entourée par les Sept Collines. Il y avait deux lieux de rencontre, des espaces ouverts formels, dans le coin nord-ouest – le Comitium politique et le Forum social (le nom s'appliqua plus tard à toute la vallée) – avec des magasins des deux côtés. A l'autre extrémité de la vallée se trouvait l'enceinte du grand prêtre de religion romaine et celle des Vestales, les gardiennes de la flamme sacrée. Entre ces deux se trouvaient les temples des dieux. Divers empereurs ont ouvert les extrémités de la vallée, et il y avait plus de construction, mais les pôles d'activité ne se sont pas modifiés.

Des incendies, des tremblements de terre et des invasions ont nivelé à plusieurs reprises les bâtiments, et de nouveaux ont été érigés sur leurs restes jusqu'à ce que la vallée soit recouverte de nombreuses couches de débris, de terre et de cendres. Les Romains médiévaux l'appelaient Campo Vaccino ("Champ de vache") et la colline du Capitole attenante Monte Caprino ("Colline de chèvre"). Les fouilles ont commencé à la fin du 19ème siècle, et la majeure partie de l'accumulation a été creusée, jusqu'au niveau auquel Jules César la connaissait. Les fouilles stratigraphiques ont soutenu la datation traditionnelle de la construction de la Cloaca Maxima, un égout coupant en diagonale le fond de la vallée, au 6ème siècle avant notre ère.

Janus et Saturne, qui ont tous deux des temples dans la vallée du Forum, étaient parmi les dieux de la Rome primitive, et le temple de Vesta, même dans sa dernière version en marbre (191 de notre ère), a conservé la forme circulaire d'un argile primitif et- cabane d'acacia. La forge de Vulcain, le Volcanal, a eu des débuts très précoces. La Regia, traditionnellement décrite comme la résidence de Numa Pompilius, le prêtre-roi, devint le bâtiment administratif de la pontifex maximus, qui assuma les fonctions sacerdotales de l'ancienne monarchie. Le Temple de Castor et Pollux (les Dioscures) a été construit à l'établissement de la république.

Le plus ancien monument officiellement consacré était l'espace ouvert du Forum social. Étendue de terre à peu près trapézoïdale, elle était nue à l'exception de trois plantes essentielles à l'agriculture méditerranéenne : le raisin, le figuier et l'olivier. Des siècles plus tard, lorsque les basiliques ont été construites derrière les boutiques avoisinantes, elles ont servi de palissade protectrice pour le Forum et d'extension couverte de son espace ouvert. A l'extrémité large du Forum et d'un côté se trouvait le Comitium, où se réunissait l'assemblée populaire. A proximité se trouvait la tribune des orateurs, la Rostre, décorée en 338 av.rostre) pris comme trophées des navires de guerre d'Antium (aujourd'hui Anzio, Italie).

A l'autre extrémité du Comitium se tenait la Curie, où se réunissait le Sénat. Lorsqu'elle fut détruite par un incendie, ainsi que la basilique Porcia (184 av. Pour l'assemblée, il a construit une salle de réunion dans le Campus Martius, en dehors de la vallée tout à fait. Il a construit une nouvelle et beaucoup plus grande Rostra à travers l'extrémité large du Forum. Il supplanta la Basilique Sempronia (170 av. J.-C.) sur le côté ouest du Forum avec sa propre basilique Julia (54 av. De l'autre côté du Forum s'élevait déjà la basilique Aemilia (179 av. J.-C. ).

César a également mené son programme de construction sur le terrain plat juste au nord de la vallée entre les collines du Quirinal et de l'Esquilin, créant son propre forum de boutiques et de temples, aux côtés duquel Auguste, Trajan, Nerva et Vespasien ont construit plus tard leurs forums. Le théâtre de Pompée dans le lit du Tibre (55 av. J.-C.) fut suivi du Théâtre de Marcellus (13 av. J.-C.). Les grands bains, le grand hall d'Agrippa au Campus Martius, les cirques et le Colisée ont tous attiré la population vers d'autres centres d'activité. L'attrait politique du Forum, déjà vicié à l'époque de César, ne cesse de décliner.

Néanmoins, les salles et les temples du Forum ont été assidument reconstruits, de plus en plus grandioses, et d'autres ont été ajoutés. César, après sa mort, fut fait dieu, et son temple fut érigé entre le Forum proprement dit et la Regia. Finalement, l'espace ouvert sacré a été souillé de colonnes honorifiques et d'une statue équestre de Domitien. La dernière chose à être érigée dans le Forum était une colonne, élevée par Phocas, un usurpateur byzantin (608), pour s'honorer. Septime Sévère plaça son arche sur la Via Sacra. D'autres temples ont été enfoncés dans des endroits vides, et l'ensemble est devenu une forêt de colonnes imposantes, de murs étincelants et de statues ornées. L'éblouissante montagne de marbre du Palatin coulait également dans le Forum, et le bord opposé brillait des splendeurs des forums impériaux.

Aujourd'hui, le Forum est un casse-tête déroutant de l'histoire. Bien que les bâtiments ultérieurs aient perpétué le nom et à peu près la position des premiers halls et temples, leurs ruines ne se trouvent pas nécessairement là où se trouvaient les bâtiments antérieurs, et de nombreux détails du Forum antérieur font toujours l'objet de spéculations savantes. Sur les milliers de colonnes restantes, pas beaucoup plus de 50 se dressent, et au milieu des ruines se trouvent des églises chrétiennes, des bosquets d'arbres et de buissons, et des centaines et des centaines de chats vivant en liberté.


Origines de Rome

Selon la légende, Rome a été fondée en 753 av. par Romulus et Remus, fils jumeaux de Mars, le dieu de la guerre. Laissés se noyer dans un panier sur le Tibre par un roi d'Alba Longa à proximité et secourus par une louve, les jumeaux ont vécu pour vaincre ce roi et ont fondé leur propre ville sur les rives du fleuve&# x2019s en 753 av. Après avoir tué son frère, Romulus est devenu le premier roi de Rome, qui porte son nom. Une lignée de rois sabins, latins et étrusques (anciennes civilisations italiennes) s'ensuivit dans une succession non héréditaire. Il y a sept rois légendaires de Rome : Romulus, Numa Pompilius, Tullus Hostilius, Ancus Martius, Lucius Tarquinius Priscus (Tarquin l'Ancien), Servius Tullius et Tarquinius Superbus, ou Tarquin le Fier (534-510 av. Alors qu'ils étaient appelés “Rex,” ou “King” en latin, tous les rois après Romulus ont été élus par le sénat. 

Le saviez-vous? Quatre décennies après que Constantin a fait du christianisme Rome&aposs religion officielle, l'empereur Julien&# x2014connu comme l'apostat&# x2014a essayé de faire revivre les cultes païens et les temples du passé, mais le processus a été inversé après sa mort, et Julien a été le dernier empereur païen de Rome.

Rome&# x2019s ère en tant que monarchie a pris fin en 509 av. avec le renversement de son septième roi, Lucius Tarquinius Superbus, que les historiens antiques ont décrit comme cruel et tyrannique, par rapport à ses prédécesseurs bienveillants. Un soulèvement populaire aurait surgi au cours du viol d'une noble femme vertueuse, Lucretia, par le roi&# x2019s fils. Quelle qu'en soit la cause, Rome est passée d'une monarchie à une république, un monde dérivé de res publique, ou “propriété du peuple.”

Rome a été construite sur sept collines, connues sous le nom de &# x201Cles sept collines de Rome&# x201D&# x2014 la colline de l'Esquilin, la colline du Palatin, la colline de l'Aventin, la colline du Capitole, la colline du Quirinal, la colline de Viminal et la colline de Caelian.&# xA0


Pourquoi l'Europe est tombée dans l'âge des ténèbres après l'effondrement de Rome ?

Je suis juste curieux de savoir pourquoi l'Europe a plongé dans l'âge des ténèbres après l'effondrement de l'empire romain.

L'Empire romain, malgré son effondrement, aurait dû se laisser une mine de personnes bien informées, de philosophes, de scientifiques, etc. pour maintenir la civilisation occidentale en marche. Je sais que les gens qui se sont installés en Europe étaient des barbares germaniques, mais pourquoi n'ont-ils pas repris le mode de vie romain et n'ont-ils pas été influencés ?

Pourquoi y a-t-il eu tant de faible productivité pendant cette période ? Quelles sont les causes de la période d'âge sombre?

Ymeto

Re: Pourquoi l'Europe est tombée dans l'âge des ténèbres après l'effondrement de Rome

Vous avez raison, il y avait beaucoup de gens bien informés après la chute de Rome, mais ils sont tous restés à proximité de Rome. Comme pour tout le reste de l'Europe, je suppose que le problème était que toutes les différentes tribus étaient constamment en guerre les unes contre les autres. En plus de cela, je suppose qu'il y a aussi l'aspect sociétal à considérer.

La société romaine avait tout sous contrôle. Le gouvernement a aidé à prendre soin de vous et l'armée vous a protégé. Tout d'un coup, Rome étant partie, il n'y avait plus rien pour vous protéger, votre famille et vos biens. Toutes les tribus qui étaient autrefois unies sous Rome se battaient maintenant et tout revenait à l'instinct humain fondamental de survie. C'est ainsi que la féodalité a commencé, quelqu'un de fort a réussi à contrôler une petite zone de terre et si vous ne pouviez pas vous protéger, vous faisiez ce qu'il voulait pour s'assurer qu'il vous protégeait.

Avec tout cela, il y avait très peu de gens autour pour étudier et travailler pour améliorer la société dans son ensemble.

Vieux_abe

Es_bih

J'ai soutenu ailleurs (sur la base de ce que j'ai appris de certains médiévistes réels), que les "âges sombres" n'étaient pas exactement "sombres". Il y a eu quelques baisses. Une partie du problème, je pense, était que, pour de nombreuses raisons, la structure gouvernementale des Romains s'est effondrée, et il y avait peu pour prendre sa place. La seule institution (au moins en Europe occidentale, ce à quoi je pense que la plupart d'entre vous pensent), qui a survécu était l'Église, qui fonctionnait comme une sorte de "gouvernement" qui était plus stable que les seigneurs de guerre qui "ont pris le contrôle de l'articulation" après Rome s'effondre. En raison des perturbations commerciales et du dépeuplement dans de nombreux endroits, ceux qui ont survécu ne pouvaient pas se permettre de faire beaucoup "d'apprentissage", ils ont laissé cela aux moines, qui se sont progressivement vu confier le rôle de chroniqueurs et d'enseignants. Bien sûr, au fil du temps, certains les laïcs étaient instruits, et certains rois (par exemple Charlemagne et plus tard le roi Alfred, pour ne citer que deux exemples éminents), encourageaient l'éducation. Mais gardez à l'esprit que cet effondrement n'a pas duré aussi longtemps que beaucoup de gens semblent penser que le commerce a progressivement augmenté et que l'argent a commencé à circuler, les populations ont progressivement augmenté et les villes locales, avec leurs propres gouvernements, ont commencé à exister. On pourrait dire que la période qui a immédiatement suivi l'effondrement de Rome était une sorte de transition.
Anne G

Es_bih

Lucius

Pourquoi l'Europe est-elle tombée dans l'âge des ténèbres après l'effondrement de Rome ?

Eh bien, si par " Europe " on entend ces parties de l'Europe qui étaient contenues dans l'Empire romain en 406, la question se répond d'elle-même - c'étaient ces barbares. Leur idée d'une saine politique publique était encore plus, euh, confiscatoire, que celle de Rome.

Généralement, le Moyen Âge se situe entre le monde classique et la Renaissance. Cependant, il est évident que les "âges sombres" n'ont pas duré 10 siècles. Il devrait être possible d'identifier une époque où la seconde moitié du Moyen Âge (les « âges légers » ?) a commencé.

Pas pour être pédant à ce sujet, mais plutôt, juste pour le plaisir, je vous invite à nommer une année divisant les deux moitiés, et dites pourquoi.

Puisque le problème initial était les envahisseurs, je nomme 955 avec la défaite allemande des Magyars à la bataille de Lechfeld. Cela a marqué la victoire finale sur les forces nomades / pirates envahissant / pillant l'Europe. Un calme relatif s'est installé en Europe qui a permis le développement du capitalisme et d'un système international d'États souverains.

Certes, la Reconquista n'a été achevée qu'en 1492, mais cela nous amène jusqu'à Colomb, donc ce n'est pas bon. De plus, l'Espagne est relativement éloignée du centre de l'Europe.

Il est également vrai que l'Europe a échappé de justesse à un choc très désagréable (au moins) lorsque la nouvelle de la mort d'Ogedei Khan a atteint Batu Khan et Subutai après les victoires mongoles à Legnica et Mohi. Mais Ogedei est mort en 1241 et les Mongols sont partis. Donc.

En 955, le système monastique était en pleine floraison. De nombreux monastères s'étaient spécialisés dans des domaines tels que l'élevage de chevaux ou la production de vin. Et ils prêtaient de l'argent à intérêt aux rois et aux princes.

Mais les progrès techniques (pour ne pas dire scientifiques) des 500 prochaines années en Europe représentent une différence qualitative par rapport à ce qu'on appelle l'âge des ténèbres.


Le forum républicain

A l'époque républicaine, la construction du Forum s'est poursuivie, avec une série de basiliques, notamment la Basilique Sempronia et la Basilique Aemilia. Également de cette période sont le Temple de Saturne, le Temple de Castor et Pollux et le Temple de la Concorde.

L'image actuelle du Forum Romanum est le résultat des changements apportés par Jules César en tant que pontifex maximus et dictateur, qui comprenaient la construction de la basilique Julia où se trouvait la basilique Sempronia, la construction d'une nouvelle curie et la rénovation de la Rostre, la plate-forme des haut-parleurs. César n'a pas vu tous ses plans se réaliser avant sa mort, mais la plupart ont été achevés par son successeur Auguste, y compris le temple de Divus Julius, dédié à César divinisé.


Causes principales possibles :

  • Conflit entre l'Empereur et le Sénat
  • Affaiblissement de l'autorité de l'empereur (après le christianisme, l'empereur n'était plus considéré comme un dieu)
  • Corruption politique - il n'y a jamais eu de système clair pour choisir un nouvel empereur, conduisant ceux au pouvoir à "vendre" le poste au plus offrant.
  • Gaspillage d'argent - les Romains aimaient beaucoup leurs prostituées et leurs orgies et gaspillaient beaucoup d'argent pour des fêtes somptueuses, ainsi que pour leurs "jeux" annuels
  • Travail des esclaves et concurrence par les prix – Les grands et riches propriétaires de fermes utilisaient des esclaves pour exploiter leurs fermes, ce qui leur permettait de cultiver à moindre coût, contrairement aux petits agriculteurs qui devaient payer leurs ouvriers et ne pouvaient pas rivaliser en termes de prix. Les agriculteurs ont dû vendre leurs fermes, ce qui a entraîné des chiffres de chômage élevés.
  • Déclin économique – Après Marc Aurèle, les Romains ont cessé d'étendre leur empire, provoquant une diminution de l'or entrant dans l'empire. Les Romains ont cependant continué à dépenser, obligeant les fabricants de pièces à utiliser moins d'or, diminuant ainsi la valeur de l'argent.
  • Dépenses militaires – Parce qu'ils gaspillaient tellement d'argent et devaient défendre leurs frontières tout le temps, le gouvernement s'est concentré davantage sur les dépenses militaires que sur la construction de maisons ou d'autres travaux publics, ce qui a provoqué la colère de la population. Beaucoup ont cessé de se porter volontaires pour l'armée, forçant le gouvernement à employer des mercenaires embauchés, qui étaient chers, très peu fiables et ont fini par se retourner contre l'Empire romain.
  • Un arrêt dans le progrès technologique – Les Romains étaient de grands ingénieurs, mais ne se sont pas concentrés sur la façon de produire des biens plus efficacement pour fournir à leur population croissante.
  • L'Empire d'Orient – L'Empire romain était divisé en un empire d'Orient et d'Occident qui se sont séparés, rendant l'empire plus facile à gérer, mais aussi plus faible. Peut-être que l'expansion rapide de l'empire a été sa propre chute à la fin.
  • Guerre civile et invasion barbare – La guerre civile a éclaté en Italie et la petite armée romaine a dû y concentrer toute son attention, laissant les frontières grandes ouvertes pour que les barbares attaquent et envahissent. Les bandits barbares rendaient les voyages dans l'empire dangereux et les marchands ne pouvaient plus acheminer de marchandises dans les villes, entraînant l'effondrement total de l'empire

Rostre

Les rostre a été ainsi nommé parce que la plate-forme de l'orateur avait des proues (Lat. rostre) qui y est apposé. On pense que les proues y étaient attachées à la suite d'une victoire navale en 338 av. [Vétéra rostre fait référence au IVe siècle av. rostre. Rostre Julii fait référence à celui qu'Auguste a construit sur les marches de son temple à Jules César. Les proues des navires qui l'ornent provenaient de la bataille d'Actium.]

A proximité se trouvait une plate-forme pour les ambassadeurs étrangers appelée le Graecostatis. Bien que le nom suggère que c'était l'endroit où les Grecs se tenaient, cela ne se limitait pas aux ambassadeurs grecs.


6 façons dont le changement climatique et les maladies ont contribué à renverser l'empire romain

Opinions et analyses de contributeurs extérieurs sur les questions les plus importantes en politique, science et culture.

Les Américains ont toujours aimé se comparer aux anciens Romains. Notre langage politique et notre idéologie sont imprégnés d'influences latines telles que "capitale", "forum" et "sénat". Le style néoclassique est notre architecture fédérale. Notre modèle même de république constitutionnelle est profondément redevable à l'exemple de Rome.

Naturellement, l'exemple d'une grande puissance apparemment indomptable qui tombe en ruine hante l'imagination américaine. L'empire romain à son apogée s'étendait des confins de l'Écosse aux sables du Sahara, des rives de l'Atlantique aux collines de Syrie. Économiquement, les Romains ont conçu l'un des plus grands « âges d'or » de toute société préindustrielle. L'empire a été généreux en accordant la citoyenneté romaine sur tout son vaste territoire et en faisant des sujets des citoyens, l'empire a contribué à libérer le potentiel culturel des provinces sous domination romaine.

À l'époque du premier empereur Auguste (qui a régné de 27 av.

L'empire atteint son apogée au milieu du IIe siècle. Bien que le grand chroniqueur anglais de la chute de Rome, Edward Gibbon, ait décrit un long processus de déclin suivi d'une désintégration au coup par coup, les historiens d'aujourd'hui sont sceptiques quant à l'idée d'un lent déclin. Au contraire, les défis fiscaux, sociaux et géopolitiques se sont multipliés puis ont soudainement submergé les Romains.

La chute s'est faite en deux parties : les royaumes allemands ont remplacé la domination romaine en Occident au Ve siècle, puis les conquérants arabes se sont emparés des parties prisées de l'empire d'Orient au milieu du VIIe siècle. Bien sûr, les causes sous-jacentes ont toujours été vivement débattues. Les Romains taxaient-ils trop ou trop peu ? Y avait-il un conflit de classe sous le régime politique ?

Mais ces dernières années, les historiens ont également commencé à revisiter la chute de l'Empire romain avec une ouverture à l'importance des facteurs environnementaux, notamment le changement climatique et les pandémies. Grâce à de nouvelles preuves étonnantes des sciences naturelles, nous pouvons maintenant voir que, si les facteurs humains restent intégrés, ils ne sont parfois que les effets de surface des forces plus profondes et plus puissantes de la nature.

L'histoire de Rome, finalement, nous rappelle la fragilité des sociétés humaines face à la nature et notre dépendance précaire à la planète volage qui est notre maison.

Voici six façons dont l'environnement - physique et biologique - a fait tomber le puissant empire.

Les Romains ont eu énormément de chance en matière de climat. Ensuite, ils ont eu moins de chance.

Aujourd'hui, les émissions de gaz à effet de serre modifient le climat de la planète à un rythme alarmant, mais le changement climatique n'est pas nouveau. De légères variations dans l'inclinaison, la rotation et l'orbite de la Terre modifient la quantité et la distribution de l'énergie solaire atteignant sa surface. Le soleil lui-même émet des quantités variables de rayonnement. Les historiens n'ont commencé que récemment à prendre en compte la ruée vers l'or de nouvelles données sur le climat dans le monde classique.

Zones écologiques de l'Empire romain Kyle Harper

Il s'avère que les Romains ont eu de la chance. Les siècles au cours desquels l'empire s'est construit et s'est épanoui sont connus même des climatologues sous le nom d'« Optimum climatique romain ». D'environ 200 avant JC à 150 après JC, il faisait chaud, humide et stable sur une grande partie du territoire conquis par les Romains. Dans une économie agricole, ces conditions ont fortement stimulé le PIB. La population a gonflé mais il y avait encore assez de nourriture pour nourrir tout le monde.

Mais à partir du milieu du IIe siècle, le climat est devenu moins fiable. La crue annuelle très importante du Nil est devenue erratique. Les sécheresses et les vagues de froid sévères sont devenues plus fréquentes. L'Optimum climatique est devenu beaucoup moins optimal.

La leçon à tirer n'est pas, bien sûr, que nous ne devrions pas nous inquiéter du changement climatique causé par l'homme aujourd'hui, qui menace d'être plus grave que ce que les Romains ont connu. Au contraire, cela montre à quel point les sociétés humaines peuvent être sensibles à un tel changement - désormais amplifié en vitesse et en portée par l'activité humaine.

La mondialisation a apporté une grande richesse - et la maladie

Dans les années 160 après JC, au sommet de la domination romaine, l'empire a été victime de l'une des premières pandémies enregistrées de l'histoire - un événement connu sous le nom de "Peste Antonine" (d'après le nom de famille de la dynastie régnante). C'était d'une ampleur sans précédent. Le nombre de morts est difficile à obtenir, mais l'épidémie a coûté la vie à environ 7 ou 8 millions de victimes. En comparaison, la pire défaite de l'histoire militaire romaine a fait environ 20 000 morts.

Sa cause reste débattue, mais le candidat le plus probable est le virus de la variole ou un ancêtre de la variole (un virus qui a peut-être évolué peu de temps avant cette épidémie, très probablement en Afrique). Les Romains commerçaient dans tout le monde de l'océan Indien, à travers les mers Rouge et Perse, leurs navires ont atteint l'Inde et la côte est-africaine.

Ce réseau commercial transportait des épices, des métaux précieux et des esclaves – et des germes. Lancé à l'intérieur de l'Empire romain densément peuplé et interconnecté, le nouveau pathogène était dévastateur. L'Empire romain a survécu à la peste d'Antonin, mais l'ordre social était instable. À partir de ce moment, le maintien de la domination de Rome le long des frontières est devenu un plus grand défi.

Une deuxième pandémie pousse les institutions sociales au-delà du point de rupture

L'empire a rebondi de la peste Antonine derrière la règle vigoureuse d'une dynastie afro-syrienne connue sous le nom de Severans. Mais dans les années 240 après JC, une sécheresse féroce a frappé. Sur ses talons, une autre pandémie, connue sous le nom de peste de Cyprien, a éclaté. L'agent biologique de cette peste reste un mystère (bien que des preuves génomiques puissent encore apparaître), mais son impact est clair. Il a gaspillé la population d'un bout à l'autre de l'empire.

La crise démographique qui en a résulté a déclenché un effondrement total de l'ensemble du système impérial, connu sous le nom de «crise du troisième siècle». Les ennemis ont envahi toutes les frontières, pénétrant profondément dans des parties de l'empire qui n'avaient pas connu la guerre depuis des siècles. Un empereur après l'autre s'empara du trône.

La crise est considérée comme la « première chute » de l'Empire romain. L'empire réapparut, mais avec au moins deux changements profonds. Premièrement, l'empire était désormais gouverné par un autre type d'empereur : un cadre d'officiers militaires des provinces le long du Danube a pris le contrôle de l'ancienne aristocratie méditerranéenne riche.

Deuxièmement, la peste a conduit à une répression contre les chrétiens qui s'est retournée contre lui puissamment. Au début, les autorités romaines ont blâmé la peste sur la minorité religieuse chrétienne, et ils ont entrepris d'essayer de l'extirper. L'église a non seulement résisté aux attaques violentes, mais a fait campagne pour soigner les malades et enterrer les morts au milieu de la peste - gagnant le respect. Le christianisme s'est développé plus rapidement que jamais à la suite de cette épreuve.

Le changement climatique a poussé les Huns à bouger, provoquant une réaction en chaîne

L'Empire romain au IVe siècle, dirigé maintenant par des empereurs chrétiens, a connu une sorte de deuxième âge d'or. Mais il n'était pas destiné à durer. Au cours des dernières décennies du IVe siècle et des premières décennies du Ve siècle, l'empire a subi une série de défaites militaires sans précédent dans son histoire – aux mains des Goths. Mais les Goths, à leur tour, ont été poussés à se déplacer contre les Romains à cause d'une incursion en Europe des Huns, d'Asie centrale.

Les preuves des cernes des arbres ont aidé les historiens à étudier le paléoclimat. Wikimedia Commons

De nouvelles preuves paléoclimatiques aident à expliquer pourquoi les Huns se sont soudainement déplacés vers l'ouest. Les Huns étaient des nomades, originaires de la grande ceinture de steppe qui s'étend de la Hongrie à la Mongolie, une zone aride qui dépend des pistes de tempête des latitudes moyennes ouest pour la pluie.

Les cernes des arbres suggèrent qu'une mégasécheresse au milieu du IVe siècle aurait pu rendre ces nomades désespérés pour des pâturages plus verts. As they migrated West, they terrified the highly developed kingdoms, such as those of the Goths, that had long existed along Rome’s frontier. Partly because of this climate-caused upheaval, the Goths challenged Rome’s frontiers as never before. Rome’s Western territories ended up being carved up and reconfigured as Germanic kingdoms.

The Late Antique Little Ice Age

We rightly fear climate change in the form of global warming, but in the later Roman Empire, the greater danger was sudden sharp cooling. While the Western half of the empire fell, the Eastern, Greek half of the empire, now centered on New Rome, a.k.a. Constantinople, thrived.

In fact, during the reign of Justinian (who ruled from 527 to 65), the Roman Empire found new glory. In the first part of his reign, Justinian codified all of Roman law, went on the grandest building spree in Christian history (including erecting the Hagia Sophia), and took back Roman Africa and Italy.

A painting (circa 1774 to 1776) depicting Vesuvius erupting, by Thomas Wright. Volcanic eruptions in the 530s and 540s nearly blotted out the sun.

But then came perhaps the worst environmental catastrophe yet: the dual blow of a little ice age and yet another pandemic. In the 530s and 540s, volcanic eruptions rocked the globe. We have long known that in the year 536 there was no summer for about 15 months, the sun seemed to shine only dimly, unnerving people worldwide. In recent years, careful work on tree rings and polar ice cores has clarified what happened.

First, in AD 536, there was a massive eruption in the Northern Hemisphere. Second, in AD 539/40, a tropical volcano erupted. The result was not just a year of darkness but truly staggering global cooling: The decade 536 to 545 was the coldest decade of the last 2000 years, with average summer temperatures in Europe falling by up to 2.5 degrees Celsius. And this was no passing phenomenon. For a century and a half, colder temperatures prevailed across large parts of the Northern Hemisphere.

Les premier black death

Just as the climate started to turn colder, the plague appeared on the Southern shores of the Mediterranean — in AD 541. This was true bubonic plague, caused by the bacterium Yersinia pestis, the agent of the more famous medieval Black Death.

Thanks to remarkable analysis of its genome, the history of this bacterium is now well understood. The plague is at root a disease of rodents, and had been endemic among social burrowing rodents in central Asia. It probably traveled to Rome across the trading networks that carried silks from China to the Mediterranean. The plague first spread from one rodent species to another, carried by fleas — ultimately infecting black rats, which live in close quarters with humans. Once the bacterium reached the rats of the Roman Empire, it was mayhem.

This precursor to the more famous European “Black Death” of the middle ages may have carried off half of the entire population of the Roman Empire. The immediate (and insuperable) problem was disposing of the corpses the longer-range problem was managing an empire with a severely weakened tax base and a serious manpower shortage — including in the army.

Yersina pestis, the bacterium that causes the plague. Rocky Mountain Laboratories, NIAID, NIH

What’s more, the first pandemic inspired a wave of apocalyptic fervor. The pandemic not only wrecked Justinian’s dream of restoring Roman glory it triggered a spiral of dissolution and state failure that stretched over the next century. One insidious aspect of plague is that it does not vanish after its initial work. It became permanently established in rodent colonies inside the Roman Empire and broke out repeatedly, every 10 to 20 years, unleashing new destruction each time. This helped push the Romans past the breaking point. By the middle of the seventh century, very little remained of the “eternal empire.”

Kyle Harper is professor of classics and letters, and senior vice president and provost at the University of Oklahoma. He is the author of the new book The Fate of Rome: Climate, Disease, and the End of an Empire.

The Big Idea is Vox’s home for smart discussion of the most important issues and ideas in politics, science, and culture — typically by outside contributors. If you have an idea for a piece, pitch us at [email protected]

Millions turn to Vox to understand what’s happening in the news. Our mission has never been more vital than it is in this moment: to empower through understanding. Financial contributions from our readers are a critical part of supporting our resource-intensive work and help us keep our journalism free for all. Please consider making a contribution to Vox today from as little as $3.


The Success of the Roman Republic and Empire

They themselves say that their founders were brought up by the milk of a she-wolf just so that the entire race as hearts of wolves, insatiable of blood, and ever greedy and lusting after power and riches.
– Mithridates of Pontus on the Romans (Justin 38.6.7-8)

If we were to look back at the early days of Republican Rome, say 400 BC or so, it would be difficult to see how these people would carve out one of the world’s greatest empires. Rome was just one of many city-states of the Latin people located in modern day central Italy and, in many ways, was not dissimilar to the fractured civilization of the Greeks. The Latin peoples fought amongst themselves just as the Greeks had done. The Greeks used hoplites and phalanx tactics in battle similar to the Romans during their time in the early republic. Rome, being the largest and most powerful of these city-states, could even be argued as the Latin version of the Greek polis Athènes. So how did a group of people heavily reliant on farming and agriculture and at constant odds with each other manage to carve out one of the largest and glorious empires in the history of man?

Rome, unlike their Greek counterparts, was able to subjugate her rival city-states by the late 4th century BC and united them under the single banner of the city of Rome. At this time the culture of Rome when it came to warfare changed and she adopted a radical policy of expansionism that eventually set her at odds with other civilizations on the Apennine Peninsula, such as the Etruscans, Samnites and other smaller mountain tribes. It is unclear exactly why Rome did not make attempts to peacefully coexist with her neighbors or even how the poor agricultural masses just accepted the policy of compulsory military service dictated by their aristocratic senate. Some experts speculate that Roman aggression arose simply by the ambition of the republic’s leading politicians to swell the area of Roman influence through conquest while others say that the constant infighting among the Latin people had drilled an attitude of mistrust so deeply into the minds of the Roman people that any neighboring civilization could be viewed as a potential threat to the safety of the Roman lands. Regardless of the source of this expansionist policy, the Romans threw themselves into a series of wars with their Etruscan and Samnite neighbors spanning from the late fourth to early third centuries BC. By the conclusion of the Third Samnite War in the Early 3rd century BC, the Romans had done away with the old phalanx and hoplite style of warfare and had adopted the Manipular formation (methods believed borrowed from their Samnite foes) transforming Rome into a sophisticated and powerful fighting force using complex tactics requiring unimaginable military discipline.

After finally overcoming the Samnites and Etruscans the Romans found themselves in possession of most of modern day Italy, however, the Romans had no intention of stopping there. The Romans then turned their eyes to new conquests and campaigns. Campaigns that would take them through modern day France and Germany fighting the Gallic tribes. The arduous Punic Wars that would transverse the Mediterranean Sea into Africa against the mighty Carthaginians. Conquests that finally united the Greek city states, under the banner of Rome. In this web presentation, we hope to explain and explore how the Roman military machine was able to conquer and subjugate such a large area of the world encompassed by many different groups of people and methods of fighting with such unparalleled success.

The Success of the Roman Republic and Empire © 2021. All Rights Reserved.


What happened to Rome after its fall?

Much has been written about the birth of rome, its conquests and its decline but there has not been enough written about rome after its fall.

After Atilla the hun died and the huns lost their power and territory, who ruled rome? was it the visigoths? vandals? ostrogoths?

What state was rome in during the 6th, 7th, 8th, 9th centuries etc?
did it experience peace? or was it the target of endless attacks by various tribes?

We know much about the eastern roman empire which gradually changed into the byzantine empire.

And can someone please tell me what happened to gaul, germania, spain etc during this time?

Lord_Cronos

MafiaMaster

EvolvedSaurian

The second began in 1871 when Prussia unified Germany. It ended in 1918.

Belisarius

MafiaMaster

Obelia

There was a really good series about the barbarians on the BBC recently. I managed to catch some of the end of it. It covered the tribes that lived around Rome, some of whom were wiped out by the Romans, and some of whom succeeded them as the Goths.

It was presented by one of the Monty Python guys, Terry Jones. That might help you to look it up if it comes out on DVD, because I can't remember what it was called. It might just be "The Barbarians".

Anyway, that's worth looking up since it covers some of the time after the fall of Rome, as well as giving some good insight into the Roman propaganda machine.


Roman Entertainment: The Theatre

People went to one of the big theatres in Rome to watch plays.

Because the audience would not stay quiet the actors had to wear costumes. The actors wore masks – brown for men, white for women, smiling or sad depending on the type of play. The costumes showed the audience who the person was – a purple gown for a rich man, a striped toga for a boy, a short cloak for a soldier, a red toga for a poor man, a short tunic for a slave etc.

Women were not allowed act, so their parts were normally played by a man or young boys wearing a white mask.

The actors spoke the lines, but a second actor mimed the gestures to fit the lines, such as feeling a pulse to show a sick person, making the shape of a lyre with fingers to show music. The plays were often violent and could result in the death of an actor by mistake.

This article is part of our larger resource on the Romans culture, society, economics, and warfare. Click here for our comprehensive article on the Romans.


Voir la vidéo: LE FORUM ROMAIN (Novembre 2021).