Informations

Pourquoi l'ensilage n'a-t-il été inventé qu'au XIXe siècle ?


Pendant des milliers d'années, dans les climats nordiques, l'humanité a dû abattre une grande partie de son bétail en raison d'une pénurie de fourrage d'hiver.

Qu'est-ce qui a empêché l'humanité d'utiliser l'ensilage/ensilage jusqu'au 19ème siècle ?

Était-ce juste que personne n'en avait eu l'idée jusqu'au 19ème siècle ?


À en juger par History of Silage de Wilkinson et al (2003), la prémisse derrière la question est quelque peu inexacte.

La fabrication d'ensilage a probablement plus de 3000 ans. Les anciens Égyptiens et Grecs stockaient les céréales et les cultures fourragères entières dans des silos. Les critiques de l'histoire de l'ensilage se réfèrent à la peinture murale du musée de Naples, qui montre des céréales entières récoltées et chargées dans un petit silo en pierre (Shukking, 1976 ; Woolford, 1984). Kirstein (1963) mentionne que des silos ont été trouvés dans les ruines de Carthage, indiquant que le fourrage y a été ensilé vers 1200 Be. Caton (cité par Shukking, 1976) a noté que les Teutons au premier siècle stockaient du fourrage vert dans des fosses creusées dans le sol et recouvraient ensuite les fosses de fumier.

On sait peu de choses sur la fabrication d'ensilage entre environ 100 ap. Selon Shukking (1976), l'herbe a été ensilée en Italie au XIIIe siècle, et l'ensilage a été pratiqué dans les Alpes du Nord, en Suède et dans la région de la Baltique au début du XVIIIe siècle. Au milieu du XIXe siècle, l'intérêt pour l'ensilage de l'herbe, des fanes de betteraves sucrières (Beta vulgaris L.) et d'autres cultures s'était étendu au-delà de la Baltique et de l'Allemagne à la plupart des autres pays européens.

Il y a une petite mise en garde ici, à savoir que les auteurs de l'article semblent classer à peu près tout ce qui est dans un silo en tant qu'ensilage. En revanche, je suppose que vous parlez de la version choucroute du foin qui est utilisée pour nourrir le bétail lorsqu'il ne peut pas paître à l'extérieur.

Je n'ai parcouru que les quelques pages qui ont suivi, mais si je ne me trompe pas, cela montre pourquoi cela a suscité l'intérêt des agriculteurs de la fin du XIXe siècle :

L'enthousiasme initial pour l'ensilage au Royaume-Uni s'est reflété dans l'encouragement à l'adoption de la technologie par le gouvernement, les sociétés agricoles et les principaux propriétaires terriens, qui ont reconnu que le principal avantage de l'ensilage était qu'il était moins susceptible à l'échec total que le foin ou cultures de racines.

En d'autres termes, avant cela, ils utilisaient simplement du foin ordinaire, avec tous ses problèmes associés - dont il y en a, apparemment, beaucoup. (Je ne suis pas du tout un spécialiste, donc je vais vous diriger vers le journal pour les détails.)

Le document ne dit pas pourquoi il ne s'est propagé comme une traînée de poudre presque du jour au lendemain à la fin du 19e (ce qu'il a essentiellement fait) ou pourquoi il ne l'a fait qu'à ce moment-là. On pourrait spéculer que jusqu'ici les avantages d'une procédure connue dans la Baltique et en Allemagne se sont répandus lentement dans cette région jusqu'à ce que, soudainement, le chemin de fer arrive et qu'il l'étende au loin. Mais ce n'est que spéculation.


TL, DR : Peut-être qu'un ensilage approprié n'est possible qu'avec un certain degré de mécanisation

L'ensilage des cultures (l'ensilage de la récolte entière est en fait assez courant comme fourrage) ou de l'herbe est quelque peu impliqué : Il faut hacher la matière végétale à quelques cm, étaler en couches < 30 cm et la presse est là pour éviter les poches d'air. Les poches d'air signifient la moisissure. Lors de l'ensilage proprement dit (la fermentation), une grande quantité d'eau en excès à forte teneur en acide est libérée et doit être conservée quelque part. Lorsque l'ensilage est alimenté, il y a une certaine quantité minimale par jour - je pense que la face du silo (la surface à partir de laquelle vous vous nourrissez) devrait avancer d'un mètre par jour au moins car de l'air entrera dans la pile d'ensilage, ce qui entraînera à nouveau de la moisissure. Dans les applications modernes, le silo est généralement recouvert d'une feuille, mais ce n'est pas strictement nécessaire (pas de feuille signifie que la couche supérieure se gâte).

Un silo peut être aussi simple qu'une zone de bitume, plus généralement c'est du bitume avec des murs en béton robustes (avec une certaine protection) sur trois côtés et un système de drainage. Cependant la structure doit supporter le poids de l'ensilage et des véhicules, ainsi que le lixiviat agressif - j'ai rencontré une fois l'exploitant d'une usine de biogaz, son silo était dans une zone calcaire et il a dû creuser le sol 2 o 3 m de profondeur et halage en granit pour assurer une fondation durable (peut être l'ingénieur en structure et le géotechnicien étaient trop prudents).

Le fait est que l'ensilage a un aspect d'économie d'échelle et nécessite également une certaine mécanisation. Je ne sais pas avec certitude, mais je soupçonne qu'une certaine forme de moissonneuse est nécessaire pour faire le hachage. La première moissonneuse-batteuse a été inventée dans les années 1830, et les grands passeurs de comine sont devenus courants à la fin du XIXe siècle.