Informations

Histoire du chocolat

Histoire du chocolat


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'histoire du chocolat remonte aux anciens Mayas, et même plus tôt aux anciens Olmèques du sud du Mexique. Le mot chocolat peut évoquer des images de friandises sucrées et de truffes succulentes, mais le chocolat d'aujourd'hui ressemble peu au chocolat du passé. Tout au long de l'histoire, le chocolat était une boisson vénérée mais amère, pas une friandise sucrée et comestible.

Comment le chocolat est fait

Le chocolat est fabriqué à partir des fruits des cacaoyers, originaires d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Les fruits sont appelés cabosses et chaque cabosse contient environ 40 fèves de cacao. Les fèves sont séchées et torréfiées pour créer des fèves de cacao.

On ne sait pas exactement quand le cacao est entré en scène ou qui l'a inventé. Selon Hayes Lavis, conservateur des arts culturels au Smithsonian's National Museum of the American Indian, d'anciens pots et récipients olmèques datant d'environ 1500 av. ont été découverts avec des traces de théobromine, un composé stimulant présent dans le chocolat et le thé.

On pense que les Olmèques utilisaient le cacao pour créer une boisson cérémonielle. Cependant, comme ils n'ont conservé aucune histoire écrite, les opinions diffèrent quant à savoir s'ils utilisaient des fèves de cacao dans leurs concoctions ou simplement la pulpe de la cabosse de cacao.

Chocolat Maya

Les Olmèques ont sans aucun doute transmis leur connaissance du cacao aux Mayas d'Amérique centrale qui non seulement consommaient du chocolat, mais le vénéraient. L'histoire écrite maya mentionne des boissons chocolatées utilisées lors de célébrations et pour finaliser des transactions importantes.

Malgré l'importance du chocolat dans la culture maya, il n'était pas réservé aux riches et aux puissants mais facilement accessible à presque tout le monde. Dans de nombreux foyers mayas, le chocolat était apprécié à chaque repas. Le chocolat maya était épais et mousseux et souvent combiné avec des piments, du miel ou de l'eau.

Les fèves de cacao comme monnaie

Les Aztèques ont porté l'admiration du chocolat à un autre niveau. Ils croyaient que le cacao leur avait été donné par leurs dieux. Comme les Mayas, ils appréciaient le coup de caféine des boissons au chocolat épicées chaudes ou froides dans des récipients ornés, mais ils utilisaient également les fèves de cacao comme monnaie d'échange pour acheter de la nourriture et d'autres biens. Dans la culture aztèque, les fèves de cacao étaient considérées comme plus précieuses que l'or.

Le chocolat aztèque était principalement une extravagance de la classe supérieure, bien que les classes inférieures l'appréciaient occasionnellement lors de mariages ou d'autres célébrations.

L'amateur de chocolat aztèque le plus notoire de tous était peut-être le puissant souverain aztèque Montezuma II qui buvait soi-disant des litres de chocolat chaque jour pour l'énergie et comme aphrodisiaque. On dit également qu'il a réservé une partie de ses fèves de cacao à son armée.

Chocolat chaud espagnol

Il existe des rapports contradictoires sur la date d'arrivée du chocolat en Europe, bien qu'il soit convenu qu'il est arrivé pour la première fois en Espagne. Une histoire raconte que Christophe Colomb a découvert les fèves de cacao après avoir intercepté un navire de commerce lors d'un voyage en Amérique et a ramené les fèves en Espagne avec lui en 1502.

Un autre conte affirme que le conquistador espagnol Hernan Cortes a été initié au chocolat par les Aztèques de la cour de Montezuma. Après son retour en Espagne, les fèves de cacao à la remorque, il aurait gardé ses connaissances en chocolat comme un secret bien gardé. Une troisième histoire prétend que les frères qui ont présenté des Mayas guatémaltèques à Philippe II d'Espagne en 1544 ont également apporté des fèves de cacao en cadeau.

Peu importe comment le chocolat est arrivé en Espagne, à la fin des années 1500, c'était une indulgence très appréciée par la cour espagnole, et l'Espagne a commencé à importer du chocolat en 1585. Alors que d'autres pays européens tels que l'Italie et la France visitaient certaines parties de l'Amérique centrale, ils ont également appris sur le cacao et ont ramené le chocolat dans leurs pays respectifs.

Bientôt, la manie du chocolat se répandit dans toute l'Europe. Avec la forte demande de chocolat sont venues les plantations de chocolat, qui ont été exploitées par des milliers d'esclaves.

Les palais européens n'étaient pas satisfaits de la recette traditionnelle de boisson au chocolat aztèque. Ils fabriquaient leurs propres variétés de chocolat chaud avec du sucre de canne, de la cannelle et d'autres épices et arômes courants.

Bientôt, des maisons de chocolat à la mode pour les riches ont surgi à Londres, à Amsterdam et dans d'autres villes européennes.

Le chocolat dans les colonies américaines

Le chocolat est arrivé en Floride sur un navire espagnol en 1641. On pense que la première chocolaterie américaine a ouvert ses portes à Boston en 1682. En 1773, les fèves de cacao étaient une importation majeure de la colonie américaine et le chocolat était apprécié par les gens de toutes les classes.

Pendant la guerre d'indépendance, le chocolat était fourni aux militaires sous forme de rations et parfois donné aux soldats en guise de paiement au lieu d'argent. (Du chocolat a également été fourni comme rations aux soldats pendant la Seconde Guerre mondiale.)

Poudre de cacao

Lorsque le chocolat a fait son apparition en Europe, c'était un luxe que seuls les riches pouvaient apprécier. Mais en 1828, le chimiste néerlandais Coenraad Johannes van Houten a découvert un moyen de traiter les fèves de cacao avec des sels alcalins pour en faire un chocolat en poudre plus facile à mélanger avec de l'eau.

Le processus est devenu connu sous le nom de « transformation hollandaise » et le chocolat produit a été appelé poudre de cacao ou « cacao hollandais ».

Van Houten aurait également inventé la presse à cacao, bien que certains rapports indiquent que son père a inventé la machine. La presse à cacao séparait le beurre de cacao des fèves de cacao torréfiées pour fabriquer à peu de frais et facilement de la poudre de cacao, qui était utilisée pour créer une grande variété de délicieux produits chocolatés.

La transformation hollandaise et la presse à chocolat ont contribué à rendre le chocolat abordable pour tout le monde. Il a également ouvert la porte à la production de masse de chocolat.

Barres de chocolat Nestlé

Pendant une grande partie du 19e siècle, le chocolat était apprécié comme boisson; du lait était souvent ajouté à la place de l'eau. En 1847, le chocolatier britannique J.S. Fry and Sons a créé la première tablette de chocolat moulée à partir d'une pâte à base de sucre, de liqueur de chocolat et de beurre de cacao.

Le chocolatier suisse Daniel Peter est généralement crédité d'avoir ajouté du lait en poudre séché au chocolat pour créer du chocolat au lait en 1876. Mais ce n'est que plusieurs années plus tard qu'il a travaillé avec son ami Henri Nestlé et ils ont créé la société Nestlé et ont apporté le chocolat au lait au marché de masse.

Le chocolat avait parcouru un long chemin au cours du 19ème siècle, mais il était encore dur et difficile à mâcher. En 1879, un autre chocolatier suisse, Rudolf Lindt, a inventé la machine à conques qui mélange et aère le chocolat en lui donnant une consistance lisse et fondante qui se marie bien avec d'autres ingrédients.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, des entreprises familiales de chocolat telles que Cadbury, Mars, Nestlé et Hershey produisaient en masse une variété de confiseries au chocolat pour répondre à la demande croissante de friandises sucrées.

Chocolat aujourd'hui

La plupart des chocolats modernes sont hautement raffinés et produits en série, bien que certains chocolatiers fabriquent encore leurs créations en chocolat à la main et gardent les ingrédients aussi purs que possible. Le chocolat est disponible à boire, mais est plus souvent apprécié comme confiserie comestible ou dans les desserts et les produits de boulangerie.

Bien que votre barre de chocolat moyenne ne soit pas considérée comme saine, le chocolat noir a gagné sa place en tant que gâterie saine pour le cœur et riche en antioxydants.

Chocolat équitable

La production de chocolat moderne a un coût. Alors que de nombreux producteurs de cacao luttent pour joindre les deux bouts, certains se tournent vers le travail à bas salaire ou l'esclavage (parfois acquis par le trafic d'enfants) pour rester compétitifs.

Cela a incité les grandes entreprises de chocolat à reconsidérer la manière dont elles s'approvisionnent en cacao. Cela s'est également traduit par des appels à davantage de chocolat « équitable » qui est créé de manière éthique et durable.

Sources

Une brève histoire du chocolat. Smithsonian.com.
Travail des enfants et esclavage dans l'industrie du chocolat. Le projet d'autonomisation alimentaire.
Conque à Chocolat. Le Musée national d'histoire américaine.
Utilisation du chocolat dans les premières cultures aztèques. Association internationale du cacao.
Histoire du chocolat : Le chocolat dans les colonies. La Fondation coloniale de Williamsburg.
L'histoire douce-amère du chocolat. Temps.
Ce que nous savons de l'histoire la plus ancienne du chocolat. Smithsonian.com.


Une brève histoire du chocolat

En 2017, deux membres d'un syndicat du crime russe aux États-Unis ont été inculpés du transport et de la vente de 10 000 livres de « confiseries chocolatées volées ». L'acte d'accusation ne mentionnait pas si les voleurs avaient pris quelques bouchées pour eux-mêmes, mais s'ils avaient la dent sucrée, ils ne seraient guère seuls : Napoléon Bonaparte était un fan de chocolat, qui serait sa boisson de prédilection lorsqu'il travaillait. en retard. Thomas Jefferson en est tombé amoureux alors qu'il était ministre en France et a proclamé qu'il pourrait bientôt être plus populaire que le thé ou le café. Et bien qu'elle n'ait probablement jamais dit « laissez-les manger du gâteau », Marie-Antoinette était connu pour apprécier le chocolat chaud, qui a été servi au château de Versailles.

La séquence de popularité mondiale du chocolat a duré des siècles, mais ce n'était pas toujours la friandise sucrée et facilement accessible que nous connaissons aujourd'hui. Alors, qu'est-ce que le chocolat et comment s'est-il transformé de boisson sacrée en collation sucrée ?


Lien historique

Au XVIIe siècle, lorsque la Belgique était encore dirigée par les Espagnols, des explorateurs ont apporté des fèves de cacao d'Amérique du Sud et les ont introduites dans la communauté belge. À l'époque, le chocolat était un signe de luxe et était surtout utilisé pour faire du « chocolat chaud » pour la noblesse ou pour impressionner les nouveaux visiteurs. En effet, Henri Escher, le major de Zurich, s'est vu servir une tasse de cette délicieuse boisson lors de sa visite sur la Grand Place de Bruxelles en 1697. Il en est immédiatement tombé amoureux, a emporté la recette chez lui et a fait découvrir son pays à Chocolat. La Suisse est désormais considérée comme le plus grand concurrent de la Belgique en ce qui concerne la production et la distribution de chocolats.

Comme nous le savons tous cependant, le chocolat n'est plus réservé aux riches et aux célébrités - bien qu'il puisse avoir un goût exquis, tout le monde peut se le permettre de nos jours. La première fois que la Belgique s'est vraiment lancée dans le marché du chocolat, c'est lorsqu'elle a colonisé le Congo et trouvé un important excédent de fèves de cacao. Le roi Léopold III fait alors de la Belgique le premier négociant en cacao et chocolat.

C'est Jean Neuhaus (ironiquement, de Suisse) qui a le premier mis le chocolat belge sur la carte. En 1857, il s'installe dans une pharmacie-douceur dans la Galérie de la Reine à Bruxelles, où il vend des plaques de chocolat noir. Petit à petit, l'apothicairerie se transforme en une véritable confiserie, et la première praline y est créée en 1912. La coque creuse en chocolat fourrée de douceurs a été inventée par le petit-fils de Jean (appelé aussi Jean) qui a également inventé le Ballotin, la boîte dans laquelle les pralines sont enveloppés. La boutique Jean Neuhaus existe toujours à ce jour, et est considérée comme un incontournable lors d'une visite à Bruxelles.


Contenu

La culture, la consommation et l'utilisation culturelle du cacao étaient très répandues en Méso-Amérique où le cacaoyer est originaire. [3] Lorsqu'elle est pollinisée, la graine du cacaoyer forme finalement une sorte de gaine, ou oreille, de 20" de long, suspendue au tronc de l'arbre lui-même. Dans la gaine se trouvent 30 à 40 fèves en forme d'amande brun-rouge noyées dans un pulpe visqueuse sucrée.Alors que les haricots eux-mêmes sont amers en raison des alcaloïdes qu'ils contiennent, la pulpe sucrée peut avoir été le premier élément consommé par les humains.

Les cabosses de cacao poussent dans une large gamme de couleurs, du jaune pâle au vert vif, en passant par le violet foncé ou le cramoisi. La peau peut également varier considérablement - certaines sont sculptées de cratères ou de verrues, tandis que d'autres sont complètement lisses. Cette large gamme de types de cabosses est unique aux cacaos en ce que leur couleur et leur texture ne déterminent pas nécessairement la maturité ou le goût des fèves à l'intérieur. [4]

Les preuves suggèrent qu'il peut avoir été fermenté et servi comme boisson alcoolisée dès 1400 av. [5]

La culture du cacao n'était pas un processus facile. Cela s'explique en partie par le fait que les cacaoyers dans leur environnement naturel atteignent 60 pieds de haut ou plus. Cependant, lorsque les arbres ont été cultivés dans une plantation, ils ont atteint environ 20 pieds de haut.

Alors que les chercheurs ne s'accordent pas sur la culture mésoaméricaine qui a domestiqué le cacaoyer pour la première fois, l'utilisation de la fève fermentée dans une boisson semble avoir vu le jour en Amérique du Nord (Méso-Amérique – Amérique centrale et Mexique). Les scientifiques ont pu confirmer sa présence dans les navires du monde entier en évaluant "l'empreinte chimique" détectable dans les micro-échantillons de contenu qui restent. [1] Des récipients en céramique contenant des résidus de la préparation de boissons au chocolat ont été trouvés sur des sites archéologiques remontant à la période de formation précoce (1900-900 av. J.-C.). Par exemple, un de ces navires trouvé sur un site archéologique olmèque sur la côte du golfe de Veracruz, au Mexique, date la préparation du chocolat par les peuples pré-olmèques dès 1750 av. [6] Sur la côte pacifique du Chiapas, au Mexique, un site archéologique de Mokayanan fournit des preuves de boissons à base de cacao datant encore plus tôt, à 1900 av. [6]

Une étude publiée en ligne dans Écologie et évolution de la nature, suggère que le cacao, la plante à partir de laquelle le chocolat est fabriqué, a été domestiqué ou cultivé par l'homme pour se nourrir, environ 1 500 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant. De plus, les chercheurs ont découvert que le cacao était à l'origine domestiqué en Amérique du Sud plutôt qu'en Amérique centrale. « Cette nouvelle étude nous montre que les habitants de la partie supérieure du bassin amazonien, s'étendant jusqu'aux contreforts des Andes dans le sud-est de l'Équateur, récoltaient et consommaient du cacao qui semble être un proche parent du type de cacao utilisé plus tard au Mexique. — et ils le faisaient 1 500 ans plus tôt », a déclaré Michael Blake, co-auteur de l'étude et professeur au département d'anthropologie de l'Université de la Colombie-Britannique. Les chercheurs ont utilisé trois sources de preuves pour montrer que la culture Mayo-Chinchipe utilisait le cacao il y a entre 5 300 et 2 100 ans : la présence de grains d'amidon spécifiques au cacaoyer à l'intérieur de récipients en céramique et de morceaux de poterie, des résidus de théobromine, un alcaloïde amer trouvé dans le cacaoyer mais pas ses parents sauvages et des fragments d'ADN ancien avec des séquences uniques au cacaoyer. [7]

Les Pueblo, qui vivaient dans une région qui est maintenant le sud-ouest des États-Unis, ont importé du cacao des cultures mésoaméricaines du sud du Mexique entre 900 et 1400. Ils l'ont utilisé dans une boisson courante consommée par tout le monde dans leur société. [1]

Preuves archéologiques de cacao en Méso-Amérique Modifier

Écologie et évolution de la nature ont signalé probablement la première utilisation du cacao il y a environ 5 300 ans récupérée sur le site de Santa Ana (La Florida) dans le sud-est de l'Équateur. [8] Une autre découverte de cacao chimiquement tracé a eu lieu en 1984 lorsqu'une équipe d'archéologues au Guatemala a exploré le site maya de Río Azul. Ils ont découvert quinze vaisseaux entourant des squelettes masculins dans la tombe royale. L'un de ces récipients était magnifiquement décoré et recouvert de divers glyphes mayas. L'un de ces glyphes se traduit par "kakaw", également connu sous le nom de cacao. L'intérieur du récipient était recouvert d'une poudre de couleur foncée, qui a été grattée pour des tests supplémentaires. Une fois que les archéologues ont emmené cette poudre au Hershey Center for Health and Nutrition pour être testée [ citation requise ] , ils ont trouvé des traces de théobromine dans la poudre, un indicateur majeur du cacao. Ce cacao a été daté entre 460 et 480 après JC [9]

De la poudre de cacao a également été trouvée dans des bols et des bocaux joliment décorés, appelés tecomates, dans la ville de Puerto Escondido. Autrefois considéré comme une denrée très rare, le cacao a été trouvé dans beaucoup plus de tecomates qu'on ne l'aurait cru possible. Cependant, comme cette poudre n'a été trouvée que dans des bols de meilleure qualité, elle a conduit les archéologues à croire que seules les personnes les plus riches pouvaient se permettre de tels bols, et donc le cacao. On pense que les tecomates de cacao ont été une pièce maîtresse des rassemblements sociaux entre les personnes de statut social élevé. [9]

Utilisation Olmèque Modifier

Les premières preuves de la domestication du cacaoyer remontent à la culture olmèque de la période préclassique. [10] Les Olmèques l'utilisaient pour des rituels religieux ou comme boisson médicinale, sans aucune recette à usage personnel. Il reste peu de preuves de la façon dont la boisson a été traitée.

Utilisation maya Modifier

Les Mayas (au Guatemala), en revanche, laissent des écrits sur le cacao qui confirment l'identification de la boisson avec les dieux. Le Codex de Dresde précise que c'est la nourriture de la divinité de la pluie Kon, le Codex de Madrid que les dieux ont versé leur sang sur les cabosses de cacao dans le cadre de sa production. [11] Les Mayas se réunissaient une fois par an pour remercier le dieu Ek Chuah qu'ils considéraient comme le dieu du cacao. [12] La consommation de la boisson au chocolat est également représentée sur des vases préhispaniques. Les Mayas assaisonnaient leur chocolat en mélangeant la pâte de graines de cacao torréfiées dans une boisson avec de l'eau, des piments chili et de la semoule de maïs, transférant le mélange à plusieurs reprises entre les pots jusqu'à ce que le dessus soit recouvert d'une mousse épaisse. [2]

Il y avait de nombreuses utilisations du cacao chez les Mayas. Il était utilisé dans les cérémonies officielles et les rituels religieux, lors des fêtes et festivals, comme offrandes funéraires, comme hommage et à des fins médicinales. Le cacao lui-même et les récipients et instruments utilisés pour la préparation et le service du cacao étaient utilisés pour d'importants cadeaux et hommages. [13] Les fèves de cacao étaient utilisées comme monnaie, pour acheter n'importe quoi, des avocats aux dindes en passant par le sexe. Un lapin, par exemple, valait dix fèves de cacao (appelées « amandes » par le chroniqueur du début du XVIe siècle Francisco Oviedo y Valdés), un esclave une centaine environ, et les services d'une prostituée, huit à dix « selon Ils sont d'accord,". [14] Les haricots étaient également utilisés dans les cérémonies de fiançailles et de mariage chez les Mayas, en particulier parmi les classes supérieures.

« La forme du mariage est la suivante : la mariée donne au marié un petit tabouret peint en couleurs, et lui donne également cinq grains de cacao, et lui dit : « Je te les donne comme signe que je t'accepte comme mon mari. Et il lui donne aussi de nouvelles jupes et cinq autres grains de cacao, en disant la même chose. [15]

La préparation maya du cacao a commencé par couper les cabosses de cacao ouvertes pour exposer les fèves et la pulpe charnue. Les fèves ont été laissées à fermenter pendant quelques jours. Dans certains cas, les grains étaient également torréfiés sur un feu ouvert afin d'y ajouter une saveur fumée. Les fèves ont ensuite été écossées et broyées en une pâte. Comme les édulcorants étaient rarement utilisés par les Mayas, ils assaisonnaient leur pâte de cacao avec des additifs comme des fleurs, des gousses de vanille et des piments. Le récipient utilisé pour servir ce liquide chocolaté était de nature plus trapue pour aider à mieux faire mousser le liquide, ce qui était très important pour les Mayas. Les récipients avaient également tendance à être décorés de motifs et de motifs complexes, qui avaient tendance à n'être accessibles qu'aux riches. [dix]

Utilisation aztèque Modifier

En 1400, l'empire aztèque s'empara d'une partie importante de la Méso-Amérique. Ils n'ont pas pu cultiver eux-mêmes le cacao, mais ont été contraints de l'importer. [2] Toutes les régions conquises par les Aztèques qui cultivaient des fèves de cacao ont reçu l'ordre de les payer en tant qu'impôt, ou comme les Aztèques l'appelaient, un "hommage". La fève de cacao est devenue une forme de monnaie. Les conquistadors espagnols ont laissé des traces de la valeur de la fève de cacao, notant par exemple que 100 fèves pouvaient acheter un canot rempli d'eau douce ou une dinde. [5] [16] Les Aztèques associaient le cacao au dieu Quetzalcoatl, qu'ils croyaient avoir été condamné par les autres dieux pour avoir partagé du chocolat avec les humains. [2] Contrairement aux Mayas du Yucatán, les Aztèques buvaient du chocolat froid. Il était consommé à diverses fins, comme aphrodisiaque ou comme friandise pour les hommes après les banquets, et il était également inclus dans les rations des soldats aztèques. [17]

Histoire ancienne Modifier

Jusqu'au XVIe siècle, le cacaoyer était totalement inconnu des Européens. [2]

Christophe Colomb a rencontré la fève de cacao lors de sa quatrième mission aux Amériques le 15 août 1502, lorsque lui et son équipage ont saisi un grand canot indigène qui s'est avéré contenir, entre autres marchandises pour le commerce, des fèves de cacao. [18] Son fils Ferdinand a fait remarquer que les indigènes appréciaient beaucoup les fèves, qu'il appelait des amandes, « car lorsqu'elles ont été amenées à bord du navire avec leurs marchandises, j'ai observé que lorsque l'une de ces amandes tombait, elles se penchaient toutes pour la ramasser. vers le haut, comme si un œil était tombé." [18] Mais tandis que Colomb a ramené des fèves de cacao avec lui en Espagne, [18] cela n'a eu aucun impact jusqu'à ce que les frères espagnols introduisent le chocolat à la cour espagnole. [2]

Le conquistador espagnol Hernán Cortés fut peut-être le premier Européen à rencontrer le chocolat lorsqu'il l'observa à la cour de Montezuma en 1519. [19] En 1568, Bernal Díaz, qui accompagna Cortés dans la conquête du Mexique, écrivit à propos de cette rencontre dont il fut témoin. :

De temps en temps, ils lui servaient [Montezuma] dans des coupes d'or pur une certaine boisson à base de cacao. On disait que cela donnait un pouvoir sur les femmes, mais je n'ai jamais vu cela. Je les ai vus apporter plus de cinquante grands pichets de cacao avec de la mousse, et il en a bu une partie, les femmes servant avec un grand respect. [20]

José de Acosta, un missionnaire jésuite espagnol qui a vécu au Pérou puis au Mexique à la fin du XVIe siècle, a décrit son utilisation de manière plus générale :

Répugnant à ceux qui ne la connaissent pas, ayant une écume ou une mousse au goût très désagréable. C'est pourtant une boisson très estimée parmi les Indiens, avec laquelle ils régalent les nobles qui traversent leur pays. Les Espagnols, hommes et femmes habitués au pays sont très gourmands de ce chocolat. Ils disent qu'ils en font diverses sortes, certaines chaudes, d'autres froides et d'autres tempérées, et y mettent beaucoup de ce "piment", oui, ils en font de la pâte, qu'ils disent bonne pour l'estomac et contre le catarrhe.

Après la conquête espagnole des Aztèques, le chocolat a été importé en Europe. Au début, les Espagnols l'utilisaient comme médicament pour traiter des maladies telles que les douleurs abdominales, car il avait une amertume. Une fois sucré, il s'est transformé. [21] Il est rapidement devenu un favori de la cour. Il était toujours servi comme boisson, mais l'ajout de sucre ou de miel compensait l'amertume naturelle. [5] Les Espagnols avaient initialement l'intention de recréer le goût original du chocolat mésoaméricain en ajoutant des épices similaires, mais cette habitude s'était évanouie à la fin du XVIIIe siècle. [22] En une centaine d'années, le chocolat s'est implanté dans toute l'Europe. [2]

Étymologie Modifier

Selon l'autorité sur la langue espagnole, l'Académie royale espagnole, le mot espagnol "chocolat" est dérivé du mot nahuatl "xocolatl" (prononcé Prononciation nahuatl : [ ʃoˈkolaːtɬ] ), qui est composé des mots « xococ » signifiant aigre ou amer, et « atl » signifiant eau ou boisson. [23] Cependant, comme William Bright l'a noté [24], le mot "chocolatl" n'apparaît pas dans les premières sources coloniales du Mexique central, ce qui en fait une dérivation improbable. Les premières sources ont atl de cacaua signifiant « une boisson à base de cacao ». [25] Le mot xocolatl n'est pas attesté il y a un mot différent xocoatl se référant à une boisson à base de maïs. [26] Le développement proposé X- à ch- est également inexpliqué. [27] Santamaria [28] donne une dérivation du mot maya yucatèque chokol signifiant chaud, et le Nahuatl atl signifiant eau. Plus récemment, Dakin et Wichman le dérivent d'une forme nahuatl orientale originale chicolatl, qu'ils se rapportent au terme désignant un batteur ou un bâtonnet à mousser, chicoli, d'où "boisson battue". [29] Kaufman et Justeson sont en désaccord avec cette étymologie (et toutes les autres suggestions), considérant que l'origine du premier élément du nom reste inconnue, mais conviennent que la forme originale était probablement chicolatl. [30]

Extension Modifier

Le nouvel engouement pour le chocolat a entraîné un marché d'esclaves florissant, car entre le début du XVIIe et la fin du XIXe siècle, le traitement laborieux et lent de la fève de cacao était manuel. [2] Les plantations de cacao se sont propagées au fur et à mesure que les Anglais, les Hollandais et les Français colonisaient et plantaient. Avec l'épuisement des travailleurs mésoaméricains, en grande partie à cause des maladies, la production de fèves de cacao était souvent l'œuvre de travailleurs salariés pauvres et d'Africains asservis.

1729 - Le premier broyeur de cacao mécanique est inventé à Bristol, au Royaume-Uni. Walter Churchman demande au roi d'Angleterre un brevet et l'utilisation exclusive d'une invention pour la "fabrication rapide, fine et propre de chocolat par un moteur". Le brevet a été accordé par Sa Majesté le roi George II à Walter Churchman pour un moteur à eau utilisé pour fabriquer du chocolat. Churchman a probablement utilisé des coureurs de bord à eau pour préparer les fèves de cacao en écrasant à une échelle beaucoup plus grande qu'auparavant. [31] Le brevet pour un procédé de raffinage du chocolat a ensuite été acheté par J. S. Fry & Sons en 1761. [32]

Des moulins à vent et à chevaux ont été utilisés pour accélérer la production, augmentant ainsi le travail humain. Le chauffage des zones de travail du moulin à table, innovation apparue en France en 1732, facilite également l'extraction. [33] La Chocolaterie Lombart, créée en 1760, se revendique comme la première chocolaterie de France, dix ans avant Pelletier et Pelletier. [34]

De nouveaux processus qui accélèrent la production de chocolat sont apparus au début de la révolution industrielle. En 1815, le chimiste néerlandais Coenraad van Houten introduisit dans le chocolat des sels alcalins, qui réduisaient son amertume. [2] Quelques années plus tard, en 1828, il a créé une presse pour éliminer environ la moitié de la graisse naturelle (beurre de cacao) de la liqueur de chocolat, ce qui a rendu le chocolat à la fois moins cher à produire et de qualité plus constante. Cette innovation a introduit l'ère moderne du chocolat. [18] Connu sous le nom de "cacao hollandais", ce chocolat pressé à la machine a contribué à la transformation du chocolat en sa forme solide lorsqu'en 1847, Joseph Fry a appris à rendre le chocolat moulable en ajoutant du beurre de cacao fondu. [5] Le lait avait parfois été utilisé comme ajout aux boissons chocolatées depuis le milieu du XVIIe siècle, mais en 1875, Daniel Peter a inventé le chocolat au lait en mélangeant un lait en poudre développé par Henri Nestlé avec la liqueur. [2] [18] En 1879, la texture et le goût du chocolat ont été encore améliorés lorsque Rodolphe Lindt a inventé la concheuse. [35]

Lindt & Sprüngli AG, une entreprise suisse de portée mondiale, a débuté en 1845 en tant que confiserie familiale Sprüngli à Zurich qui a ajouté une usine de chocolat solide la même année où le processus de fabrication de chocolat solide a été développé et a ensuite acheté l'usine de Lindt . Outre Nestlé, plusieurs entreprises de chocolat ont vu le jour à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Cadbury fabriquait des chocolats en boîte en Angleterre en 1868. [2] En 1893, Milton S. Hershey acheta du matériel de traitement du chocolat à l'Exposition universelle colombienne de Chicago et commença bientôt la carrière des chocolats Hershey avec des caramels enrobés de chocolat.

En raison des améliorations apportées aux machines, le chocolat est passé d'une boisson principalement à un aliment, et différents types de chocolat ont commencé à émerger. Dans le même temps, le prix du chocolat a commencé à baisser de façon spectaculaire dans les années 1890 et 1900, alors que la production de chocolat commençait à se déplacer du Nouveau Monde vers l'Asie et l'Afrique. Par conséquent, le chocolat pourrait être acheté par la classe moyenne. [36] En 1900-1907, Cadbury est tombé dans un scandale en raison de sa dépendance aux plantations d'esclaves d'Afrique de l'Ouest. [37]

Bien que ce soient les hommes qui menaient la charge vers la production de masse de chocolat pour les gens ordinaires, les publicités ciblaient également les femmes, qui « étaient chargées de fournir du cacao sain pour une consommation respectable au sein de la famille ». [38] Les femmes ont également été ciblées par des campagnes publicitaires dans le cadre des rituels de parade nuptiale, [38] bien que la plupart des premières publicités visaient davantage les femmes au foyer et les mères qu'aux femmes célibataires.

En 1947, l'augmentation du prix des barres chocolatées au Canada a donné lieu à des manifestations de jeunes à l'échelle du pays.

Environ les deux tiers du cacao mondial sont produits en Afrique de l'Ouest, la Côte d'Ivoire étant la plus grande source, produisant une récolte totale de 1 448 992 tonnes. [39] Le Ghana, le Nigeria et le Cameroun sont d'autres pays d'Afrique de l'Ouest parmi les 5 premiers pays producteurs de cacao au monde. Comme de nombreux producteurs de l'industrie alimentaire, les producteurs de cacao individuels sont à la merci de marchés mondiaux volatils. Le prix peut varier entre 500 £ (945 $) et 3 000 £ (5 672 $) la tonne en quelques années seulement. [ citation requise ] Alors que les investisseurs négociant le cacao peuvent céder leurs actions à volonté, les producteurs de cacao individuels ne peuvent pas augmenter leur production et abandonner les arbres à un rythme proche de ce rythme.

Seuls trois à quatre pour cent des contrats à terme « cacao à terme » négociés sur les marchés du cacao aboutissent à la livraison physique du cacao. Chaque année, sept à neuf fois plus de cacao est acheté et vendu en bourse qu'il n'en existe.


Une chronologie du chocolat : suivez l'un des aliments préférés de Man&rsquos

L'histoire de la confiserie a un record d'au moins 4 000 ans, lorsque les Égyptiens ont capturé leurs friandises sur du papyrus. Des confiseries sucrées étaient vendues sur leurs marchés dès 1566 av. J.-C., sucrées avec du sucre de datte ou du miel. Pourtant, le chocolat n'a pas fait son apparition jusqu'à ce que les anciennes cultures aztèque et maya découvrent la valeur de la plante de cacao. Il est réputé être originaire du bassin de l'Amazone ou de l'Orénoque.

Voici une chronologie de l'origine du chocolat telle que nous pouvons la suivre, jusqu'à aujourd'hui, telle que nous la connaissons.

600
Les Mayas migrent vers les régions du nord de l'Amérique du Sud et de la Méso-Amérique, établissant les premières plantations de cacao connues dans le Yucatan. Les nobles boivent de la mousse & ldquocacau & rdquo dans de grands béchers en poterie. Les haricots sont une denrée précieuse, utilisée à la fois comme moyen de paiement et comme unité de calcul.

Les haricots sont une monnaie locale et internationale : une dinde peut être achetée pour 200 haricots, une tomate pour 3 haricots. Plus tard, lorsque les Mayas commercent avec les Aztèques, 400 haricots équivalent à 1 Aztec Zontli, 8000 haricots équivalent à 1 Aztec Xiquipilli.

Les anciens Mexicains croient que Tonacatecutli, la déesse de la nourriture, et Calchiuhtlucue, la déesse de l'eau, sont des déesses gardiennes du cacao. Chaque année, ils effectuent des sacrifices humains pour les déesses, donnant du cacao à la victime lors de son dernier repas.

Les Mayas commencent le commerce avec les Aztèques et leur donnent du cacau. Les Aztèques l'appelaient &ldquocacahuatl&rdquo (ca-ca-WAH-tel), ce qui signifie liquide chaud ou amer. Xocolatl est aromatisé avec des épices locales, dont le chili, la cannelle, le musc, le poivre et la vanille, et épaissi avec de la semoule de maïs puis écumé dans un bol avec un molinillo (photo de droite) et servi à température ambiante.

Cacahuatl devient populaire parmi les classes supérieures aztèques. Les Aztèques considèrent le cacao comme un cadeau du dieu serpent à plumes Quetzalcoatl, le dieu de la lumière.

Les Aztèques deviennent les premiers à taxer les fèves, et à les restreindre aux nobles, prêtres, fonctionnaires, guerriers. et les riches commerçants qui l'approvisionnent. C'est un réparateur, un revitalisant médicinal, une boisson cérémonielle et une meilleure longévité. Il est servi à la fin des banquets.

1492
On dit que Christophe Colomb a rapporté des fèves de cacao au roi Ferdinand de sa quatrième visite au Nouveau Monde, mais elles ont été négligées au profit des nombreux autres trésors qu'il avait trouvés.

1502
Le cacao est goûté par Colomb lors de son quatrième et dernier voyage vers le Nouveau Monde. Colomb rencontre un grand canot commercial maya sur l'île de Guanaja, au large du Honduras, transportant une cargaison de fèves de cacao. (Près de 500 ans plus tard, Valrhona, la grande entreprise de chocolat, fabrique une tablette de chocolat grand cru et la nomme en l'honneur de l'île&mdashit est un chocolat spectaculaire.) Il présente des haricots au roi et à la reine d'Espagne, mais Ferdinand et Isabelle ne voient pas de vrai valeur en eux.
1519
Spanish explorer Hernan Cortès conquers part of Mexico. By chance, his arrival coincides with the expected return of the Aztec god Quetzalcoatl&mdashthe god who had given cacao to the people and taught them how to cultivate it&mdashfrom his travels. Quetzalcoatl is believed to be white-skinned and beard, and Cortès is initially mistaken for the god. Hernando Cortez records the cacao usage in the Aztec court of Emperor Montezuma in San Juan de Ulloa (Vera Cruz, Mexico). He builds a cocoa plantation to &ldquogrow money&rdquo in the name of Spain, beginning a Spanish cocoa monopoly that lasts two centuries.
1527 or 1528
Cortez conquers the Aztec empire and brings cacao beans, equipment and recipes for preparing chocolate from Mexico to the Spanish court of King Charles V. It is greeted with excitement, but is heavily taxed, so only the rich can afford it. Monks, hidden away in Spanish monasteries, are appointed as the processors of the cocoa beans to keep chocolate a secret for nearly another century. It makes a profitable industry for Spain, which planted cocoa trees in its overseas colonies.
1535
The Spanish historian Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdez, who spent 1535 through 1545 as commander of the castle of Santo Domingo and returned to Spain with the appointment of Historian of the Spanish Indies. Santo Domingo, noted, &ldquoNone but the rich and noble could afford to drink chocolatl as it was literally drinking money. Cocoa passed currency as money among all nations thus a rabbit in Nicaragua sold for 10 cocoa nibs, and 100 of these seeds could buy a tolerably good slave.&rdquo
1544
Dominican friars take a delegation of Kekchi Mayan nobles from Alta Verapaz to visit Prince Philip of Spain. The Mayans bring gift jars of beaten cocoa, mixed and ready to drink. Spain and Portugal do not export the beloved drink to the rest of Europe for nearly a century. Early after its arrival, the Spanish replace the chile with sugar and keep the cinnamon to make the bitter cacao beverage their liking. It is decided that the beverage tastes better warm. Selon The True History of Chocolate authors Sophie and Michael Coe, the most likely scenario for the development of the word &ldquochocolate&rdquo is that the Spaniards combined the Maya word chocol, meaning &ldquohot,&rdquo and the Aztec atl, meaning &ldquowater,&rdquo to produce chocolatl. The proper pronunciation of tl is &ldquote.&rdquo It is surmised that they would not want to use the Aztec word, cacahuatl, because &ldquocaca&rdquo in Spanish is a vulgar word.
1565
The first time how the cocoa drink is prepared is found in the notes of Benzoni, an explorer working for the Spanish army. The Spanish keep this secret from the rest of the world, in the hope they can keep their monopoly in the cocoa trade. ³
1570
Cocoa gains popularity as a medicine and aphrodisiac.
1585
The first official shipments of cocoa beans begin arriving in Seville from Vera Cruz, Mexico.
1590
Spanish nuns in Oaxaca, Mexico are the first to sweeten chocolate with honey, cinnamon and cane sugar, making the drink popular with colonials. Spanish monks introduce the first sweetened drink to Spain around 1590. They sweeten it with honey and vanilla.³

1606
An Italian traveler, Antonio Carletti, discovers chocolate in Spain and takes it to Italy where chocolate-mania develops: Cioccolatieri open in all major cities. From Italy, chocolate spreads to Germany, Austria and Switzerland.
1615
Spanish Princess Maria Theresa gives her fiancé Louis XIV of France an engagement gift of chocolate, packaged in an elegant, ornate chest. Their marriage is symbolic of the marriage of chocolate in the Spanish-Franco culture. The word of chocolate further spreads throughout Europe.
1624
Chocolate incites controversy. Johan Franciscus Rauch of Vienna condemns chocolate as inflamer of passions and urges monks not to drink it. A Mr. Parkinson in his 1640 &ldquoTheatrum Botanicum&rdquo calls it &ldquowash for hogs.&rdquo¹
1631
The first publication of a recipe for chocolate is by the Spanish doctor Antonio Colmenero de Ledesma, based on the Aztec recipe. The bitter flavor is enhanced by adding almonds, anise, cinnamon, flowers, hazelnuts, roses of Alexandria and vanilla. The exact spices depend on the physical ailment.
1641
Cocoa is introduced to Germany by a German scientist named Johann Georg Voldkammer who discovered it in Naples. The Germans institute the habit of a cup of hot chocolate before bedtime. ³
1653
Chocolate is seen as having largely medicinal properties. In fact, the first official statement about chocolate is made by Bonavontura Di Aragon, brother of Cardinal Richelieu, describing the use of chocolate as stimulating the healthy functioning of the spleen and other digestive functions. ³
1657

The first chocolate house is opened in London by a Frenchman. Coffee houses were already popular. The shop is called the The Coffee Mill and Tobacco Roll. Costing 10 to 15 shillings per pound, chocolate is a beverage for the elite. The English introduced several changes: Instead of water, they added milk. Some also added Madeira or beaten eggs. 4
1659
Louis XIV gives the chocolate monopolies of the Paris chocolate drink trade and the French Royal Court to David Chaillou, a baker who made costly biscuits and cakes with chocolate&mdashFrance&rsquos first &ldquochocolatier.&rdquo ²
1664
The first recipe for cacao is published in Spain it includes chiles, ear flower, cinnamon, almonds or hazelnuts, sugar and annatto seeds, boiled together and frothed with a molinillo. Other recipes use cloves and vanilla. In London, in November, Samuel Pepys notes in his diary that he had been to a coffee house to drink Jocolatte and that it was very good. 4
1662
Dr. Stubbe writes that &ldquoChocolate encouraged all sorts of physical prowess. The mighty lover, Casanova, found the drink as useful a lubrication to seduction as champagne.&rdquo ¹
1672
While Daniel Peter is given credit for inventing milk chocolate 200 years from now, but according to the International Cocoa Organization, in 1672 Sir Hans Sloane details in the American Physician a medicinal recipe using milk in drinking chocolate. Sir Hans Sloane brings a cacao tree specimen back from Jamaica to England in 1689. During his time in Jamaica he becomes interested in the bitter drink Jamaicans make by boiling roasted beans from a local tree in water. He believes it to have therapeutic properties but because the taste is unpalatable, he boils the beans in milk and sugar, creating the first milk chocolate drink&mdash&ldquohot cocoa.&rdquo He brings his recipe back to England and sells it to an apothecary who markets the product as &ldquoSir Hans Sloane&rsquos milk chocolate.&rdquo ¹
1674
Eating solid chocolate is introduced in the form of pastilles. One reference states that in 1674 the English propose solid &ldquofingers of chocolate in the Spanish fashion&rdquo intended for eating. The phrase indicates that such products may already have been available in Spain.¹ Chocolate pastry is first served in coffee houses in the U.K. ³
1680s
In Martinique, chocolate is such a part of the culture that it is used as a reference for time: arriving &ldquoat chocolate&rdquo means arriving at 8 o&rsquoclock.¹
1697
Zurich mayor Heinrich Escher brings chocolate to Switzerland for the first time, from Brussels. ³

1700
After 1700, drinking chocolate expands worldwide chiles disappear as an ingredient except in Mexican mole sauces (returning in the late 1990s in &ldquoAztec&rdquo cocoa recipes, thanks to the popularity of Mexican food).
1712
By the turn of the 18th century, chocolate makes its way back to the Americas. In little more than a decade, Massachusetts sea captains are bringing back cargoes of cocoa beans and Boston apothecary shops are advertising and selling chocolate imported from Europe.
1728
Fry sets up the first chocolate factory in Bristol, England using hydraulic machinery to process and grind the cacao beans.
1730
Chocolate travels to the Low Countries with the Duke of Alba. By 1730, cocoa beans drop in price from $3 per pound to being within the reach of other than the very wealthy.
1732
A French inventor, Monsieur Dubuisson invents a table mill for grinding chocolate.
1737 or 1753
Swedish naturalist, Carolus Linnaeus (1707-1778) is dissatisfied with the word cacao, so renames it &ldquotheobroma,&rdquo Greek for &ldquofood of the gods.&rdquo
1750
European countries colonize much of the world, and in the process acquire cacao plantations that ensure their own supply of cocoa beans. The French colonized western India and Madagascar, the Dutch, Ceylon and Java, the Belgians, the Congo, the British, western India, the Germans, the Cameroon and the Portuguese, Brazil. 4
1755
Chocolate &ldquoreturns&rdquo to America: The English colonies are brought the drink that that is the rage in Europe. 4
1765
Irish chocolate-maker John Hanan imports cocoa beans from the West Indies into Dorchester, Massachusetts, to refine them with the help of American Dr. James Baker. The pair builds America&rsquos first chocolate mill and by 1780, the mill is making BAKER&rsquoS chocolate.
1770s
Madame du Barry, mistress to French King Louis XV, drinks chocolate with her lovers.¹
1795
Dr. Joseph Fry of Bristol, England, employs a steam engine to grinding cocoa beans, an invention that leads to the manufacture of chocolate on a large factory scale.

1810
Venezuela is producing half the world&rsquos cacao, and one-third of all chocolate products produced in the world are being consumed by the Spaniards.
1819
The pioneer of Swiss chocolate-making, François Louis Callier, opens the first Swiss chocolate factory in Corsier, near Vevey.
1825
Purchases of cocoa by the Royal Navy are more than for the rest of Britain. Nutritious, hot and non-alcoholic, it is considered a perfect drink for sailors on watch duty. Among sailors on duty in the Atlantic Ocean and the Baltic Sea, the cold wind from the northwest is known as a &ldquochocolate gale.&rdquo¹
1828
Coenraad Van Houten invents the cocoa press, a hydraulic press, to squeeze out some of the cocoa butter from the beans, leaving behind the defatted cocoa powder. The nib of the bean is about 52% cocoa butter Van Houten&rsquos machine reduces the fat content by nearly half and creates a &ldquopress cake&rdquo that is pulverized into the fine powder known as cocoa. The powder is treated with alkaline salts so that it mixes more easily with water. The final product has a darker color and the beverage has a milder taste and a smoother consistency. Van Houten was Dutch and patented his invention in Amsterdam, so his alkalizing process becomes known as &ldquodutching.&rdquo The invention helps cut prices as well and the overall Industrial Revolution enables the mass production of chocolate, spreading its popularity among the citizenry.¹
1839
A German baker named Stollwerck begins a business that grows into one of the largest companies in Germany, producing a variety of chocolate products and brands.
1840
The first pressed chocolate tablets, pastilles and figures are produced in Belgium by the chocolate company Berwaerts.
1847
Joseph Fry&rsquos grandson Francis Fry, then head of the firm J.S. Fry & Sons, discovers a way to mix some of the cocoa butter back into the dutched chocolate (cocoa powder) and adds sugar, creating a paste that can be molded. He calls this &ldquoeating chocolate&rdquo (&ldquochocolat delicieux a manger&rdquo). This is the first modern chocolate bar, although conching has not yet been invented, so it is not the smooth, silky bar we know today but a rough, grainy chocolate.¹
1849
Cadbury brothers are selling a similar product two years later.¹ Joseph Fry & Son and Cadbury Brothers display &ldquochocolates for eating&rdquo at an exhibition in Bingley Hall, Birmingham, England.
1851
Prince Albert&rsquos Exposition in London is the first time that Americans are introduced to bonbons, chocolate creams, hand candies (called &ldquoboiled sweets&rdquo) and caramels.
1860
Ghiradelli, who imported beans from Peru to San Francisco to sell to gold prospectors, has discovered how to extract cocoa butter from ground cocoa to create a very soluble cocoa powder.
1861
Richard Cadbury creates the first known heart-shaped candy box for Valentine&rsquos Day.
1863
The 1863 edition of Culpepper&rsquos Complete Herbal includes cocoa as aphrodisiac.¹
1865
The first gianduja is created in Italy: chocolate mixed with hazelnut paste. ³
1868
John Cadbury mass-markets the first boxes of chocolate candies.
1875
Daniel Peter of Vevey, Switzerland, who had developed an accidental interest in chocolate due to his affection for Fanny Cailler, the eldest daughter of chocolatier François-Louis Cailler, experiments for eight years before finally inventing, at age 31, a means of making milk chocolate, using condensed milk. The milk has been perfected by his neighbor Henri Nestlé, a food scientist.
1879
Daniel Peter and Henri Nestlé form the Nestlé Company, which later becomes the world&rsquos largest producer of chocolate.
1879
Rodolphe Lindt of Berne, Switzerland, invents the conching machine to heat and roll chocolate in order to refine it to a smooth consistency. The result is a more smooth and creamy chocolate that melts on the tongue. Up to this point, even the finest chocolate had a grainy character. After warm chocolate is conched for seventy-two hours in a long narrow trough, and has more cocoa butter added to it, it is possible to create chocolate fondant and other creamy forms of chocolate. (Today, conching can be finished in 12 hours.)
1884
Félix Bonnat founds the Bonnat Chocolate Shop. Shortly afterwards he creates the French praline.
1895
Milton S. Hershey sells his first Hershey Bar in Pennsylvania, using modern, mass-production techniques that make chocolate affordable to the masses.
1899
The Tobler firm, founded in 1868, starts to produce its own chocolate. The Toblerone nougat, almond, and honey chocolate bar is born.

1900
Milton Hershey creates a model factory town town called Hersheyville dedicated to the production of chocolate. The specialty is the Hershey Kiss. Around 1900, the price of cacao and sugar drop tremendously, making chocolate affordable for the middle classes.
1906

The first-known published recipe for chocolate brownies appears, in The Boston Cooking-School Cook Book, edited by Fanny Merritt Farmer. A reference often given for the first publication of brownies, in the 1897 Sears and Roebuck Catalogue, is erroneous. That recipe is not for a chocolate and flour baked brownie bar, but for a molasses candy also called brownies. The Boston Cooking-School Cook Book recipe uses flour and two squares of Baker&rsquos chocolate.

Milton Hershey&rsquos birthplace, Derry Church, Pennsylvania, is renamed Hershey.
1910
Canadian Arthur Ganong markets the first nickel chocolate bar.
1912
Jean Neuhaus invents the chocolate shell that can be filled with soft centers and nut pastes, offering vast variety to the previous dipping and enrobing of chocolate.
1913
Swiss confiseur Jules Séchaud of Montreux introduces a machine process for manufacturing filled chocolates, creating the first box of filled chocolates.
1920
Jean Neuhaus&rsquo daughter-in-law invents the ballotin, the rectangular box with molded insets that protect the individual pieces of chocolate from rolling around.
1920
The Kestekides family launches the Leonidas brand in Belgium.
années 1920
Chocolate bars become individual-sized: from 150g (5 ounces), they begin to be made in 30g and 45g sizes (1 ounce and 1.5 ounces) and made in tablet shapes for snacking.
1922
Twenty-two years after Hershey&rsquos kisses debut, Francesco Buitoni, a relative of the pasta family, launches Baci, Italian for kiss. His chocolate kisses have a hazelnut in the center.
1925
Barry Callebaut begins the production of chocolate couverture, in Belgium. (We don&rsquot know which company made the first couverture.)¹
The New York Cocoa Exchange begins in New York City.
1926
Belgian chocolatier, Joseph Draps starts the Godiva Company to compete with Hershey's and Nestlé&rsquos American market.
1930
Nestlé makes first white chocolate, named Galak, although it was called different names, such as Milkybar or Alpine White, in different countries. During the 1930s, brand names become increasingly important. After two years of research, Nestlé launches the Black Magic bar. 4
1939
World War II rationing includes chocolate: in Europe it is rationed to 4 ounces per person per week. Sales of chocolate are half of pre-war sales. Production of Kit Kat, a leading brand, is suspended. 4

1980
A story of chocolate espionage hit the world press when an apprentice of the Swiss company of Suchard-Tobler unsuccessfully attempted to sell secret chocolate recipes to Russia, China, Saudi Arabia, and other countries.
1986
Valrhona introduces the concept of the single origin chocolate bar, making their first with beans exclusively from South America. The 70% cacao bar is named Guanaja in honor of the island of Guanaja, off Honduras, where Christopher Columbus first tasted chocolate almost 500 years earlier. They call it a Grand Cru chocolate.
années 90
Following Valrhona&rsquos pioneering efforts, other &ldquodesigner chocolate bars&rdquo debut, including bars made from the beans of single plantations. Today, annual world consumption of cocoa beans averages approximately 600,000 tons, and per capita chocolate consumption is greatly on the rise. But the best chocolate, made of criollo beans, is just 5% of the world crop.
2000
A new generation of chocolatiers knows no bounds. The fusion cuisine of the late 20th century has logically found its way to chocolate: exotic spices such as saffron, curry and lemongrass are now commonplace in chocolate, as are everyday kitchen foods such as basil, goat cheese and olive oil. Most appropriately, chocolate has returned to its Mesoamerican roots. Many artisan chocolatiers now offer some version of &ldquoAztec&rdquo chocolate, spiced with the original &ldquonew world&rdquo flavors of chile and cinnamon. The market has seen growth in organic and kosher brands and high percentage cacao chocolate is recognized as a functional food, delivering antioxidants. It seems that the Aztecs were right about the health-giving properties of cacao.
2000
The Cote d&rsquoIvoire is the world&rsquos largest exporter of cacao beans, 1.4 million tons. The Netherlands both imports and grinds the most cacao. Some is made into chocolates the remainder is processed into couverture and cocoa powder and exported to other countries which make their own chocolates from it.
2018
The newest innovation in 78 years&mdashsince white chocolate&mdashis introduced to consumers. It is ruby chocolate, a pink chocolate made with a particular variety of cacao bean that results in the pink color. Here&rsquos more about it.

¹ International Cocoa Organization, icco.org
² Chocolat-Bonnat.com

³ Bownes.co.uk from Barry-Callebaut.com

NOW THAT YOU KNOW THE HISTORY OF CHOCOLATE,
SEE OUR FAVORITE CHOCOLATES


Where does Chocolate come from?

From Latin America to the modern day, chocolate has come a long way to get to you. Intrigué ? From where did chocolate originate to how it became the Magnum we enjoy today, join us for a journey through the fascinating history of chocolate, the world’s favorite sweet treat.

Who invented chocolate?

Chocolate’s 4,000-year history began in ancient Mesoamerica, present day Mexico. It’s here that the first cacao plants were found. The Olmec, one of the earliest civilizations in Latin America, were the first to turn the cacao plant into chocolate. They drank their chocolate during rituals and used it as medicine.

Centuries later, the Mayans praised chocolate as the drink of the gods. Mayan chocolate was a revered brew made of roasted and ground cacao seeds mixed with chillies, water and cornmeal. Mayans poured this mixture from one pot to another, creating a thick foamy beverage called “xocolatl”, meaning “bitter water.”

By the 15th century, the Aztecs used cocoa beans as currency. They believed that chocolate was a gift from the god Quetzalcoatl, and drank it as a refreshing beverage, an aphrodisiac, and even to prepare for war.

Chocolate reaches Spain

No one knows for sure when chocolate came to Spain. Legend has it that explorer Hernán Cortés brought chocolate to his homeland in 1528.

Cortés was believed to have discovered chocolate during an expedition to the Americas. In search of gold and riches, he instead found a cup of cocoa given to him by the Aztec emperor.

When Cortés returned home, he introduced cocoa seeds to the Spanish. Though still served as a drink, Spanish chocolate was mixed with sugar and honey to sweeten the naturally bitter taste.

Chocolate quickly became popular among the rich and wealthy. Even Catholic monks loved chocolate and drank it to aid religious practices.

Chocolate seduces Europe

The Spanish kept chocolate quiet for a very long time. It was nearly a century before the treat reached neighboring France, and then the rest of Europe.

In 1615, French King Louis XIII married Anne of Austria, daughter of Spanish King Phillip III. To celebrate the union, she brought samples of chocolate to the royal courts of France.

Following France’s lead, chocolate soon appeared in Britain at special “chocolate houses”. As the trend spread through Europe, many nations set up their own cacao plantations in countries along the equator.

A Chocolate Revolution

The history of chocolate continues as the treat remained immensely popular among European aristocracy. Royals and the upper classes consumed chocolate for its health benefits as well as its decadence.

Chocolate was still being produced by hand, which was a slow and laborious process. But with the Industrial Revolution around the corner, things were about to change.

In 1828, the invention of the chocolate press revolutionized chocolate making. This innovative device could squeeze cocoa butter from roasted cacao beans, leaving a fine cocoa powder behind.

The powder was then mixed with liquids and poured into a mold, where it solidified into an edible bar of chocolate.

And just like that, the modern era of chocolate was born.

Modern-Day Magnum

Fast forward a couple of centuries and the Magnum Classic ice cream bar appears on the scene. In 1989, Magnum first launched the classic chocolate ice cream you know and love.

Magnum’s origins lie in Belgium, where our premium Belgian chocolate producer developed a unique chocolate coating with the signature crack to complement smooth vanilla ice cream.

But just one flavor was not enough. In 1992, several new Magnums were released, including Magnum White and Almond. From Magnum Mini and more recently to Magnum Double, our most indulgent Magnum, we’ve been innovating ever since.

So next time you take a bite into your favorite Magnum, take a moment to savor the taste of chocolate history.


L'Europe 

The first chocolate house opened in London in 1657. In 1689, noted physician and collector Hans Sloane developed a milk chocolate drink in Jamaica which was initially used by apothecaries. [1]At the end of the 18th century, the first form of solid chocolate was invented in Turin. This chocolate was sold in large quantities from 1826 by Pierre Paul Caffarel. In 1819, F. L. Cailler opened the first Swiss chocolate factory.

In 1828, Dutchman Coenraad Johannes van Houten patented a method for extracting the fat from cocoa beans and making powdered cocoa and cocoa butter. Van Houten also developed the so-called "Dutch process" of treating chocolate with alkali to remove the bitter taste. This made it possible to form the modern chocolate bar. It is believed that the Englishman Joseph Fry made the first chocolate for eating in 1847, followed in 1849 by the Cadbury brothers.

Daniel Peter, a Swiss candle maker, joined his father-in-law's chocolate business. In 1867, he began experimenting with milk as an ingredient. He brought his new product, milk chocolate, to market in 1875. He was assisted in removing the water content from the milk to prevent mildewing by a neighbour, a baby food manufacturer named Henri Nestlé. Milton Hershey used a process called conching to make chocolate even more popular by mass producing chocolate bars on the cheap.


A Brief History of Chocolate

When most of us hear the word chocolate, we picture a bar, a box of bonbons, or a bunny. The verb that comes to mind is probably "eat," not "drink," and the most apt adjective would seem to be "sweet." But for about 90 percent of chocolate's long history, it was strictly a beverage, and sugar didn't have anything to do with it.

Livres liés

The True History of Chocolate

Contenu connexe

"I often call chocolate the best-known food that nobody knows anything about," said Alexandra Leaf, a self-described "chocolate educator" who runs a business called Chocolate Tours of New York City.

The terminology can be a little confusing, but most experts these days use the term "cacao" to refer to the plant or its beans before processing, while the term "chocolate" refers to anything made from the beans, she explained. "Cocoa" generally refers to chocolate in a powdered form, although it can also be a British form of "cacao."

Etymologists trace the origin of the word "chocolate" to the Aztec word "xocoatl," which referred to a bitter drink brewed from cacao beans. The Latin name for the cacao tree, Theobroma cacao, means "food of the gods."

Many modern historians have estimated that chocolate has been around for about 2000 years, but recent research suggests that it may be even older.

Dans le livre The True History of Chocolate, authors Sophie and Michael Coe make a case that the earliest linguistic evidence of chocolate consumption stretches back three or even four millennia, to pre-Columbian cultures of Mesoamerica such as the Olmec.

Last November, anthropologists from the University of Pennsylvania announced the discovery of cacao residue on pottery excavated in Honduras that could date back as far as 1400 B.C.E. It appears that the sweet pulp of the cacao fruit, which surrounds the beans, was fermented into an alcoholic beverage of the time.

"Who would have thought, looking at this, that you can eat it?" said Richard Hetzler, executive chef of the café at the Smithsonian's National Museum of the American Indian, as he displayed a fresh cacao pod during a recent chocolate-making demonstration. "You would have to be pretty hungry, and pretty creative!"

It's hard to pin down exactly when chocolate was born, but it's clear that it was cherished from the start. For several centuries in pre-modern Latin America, cacao beans were considered valuable enough to use as currency. One bean could be traded for a tamale, while 100 beans could purchase a good turkey hen, according to a 16th-century Aztec document.

Aztec hot chocolate (© Brian Hagiwara Studio, Inc./the food passionates/Corbis) The inside of a cacao pod (© the food passionates/Corbis) Cacao beans (© SAMSUL SAID/Reuters/Corbis) Woman with pile of cacao (© Jacob J. Gayer/National Geographic Society/Corbis) Stone detail: Ek Ahau, the Maya Deity of War, trade and cocoa, standing next to a cacao tree. Cacao had a large importance in Mayan Culture and was used as food, money, medicine, and religious offerings (© Enrique Perez Huerta/Demotix/Corbis ) Cacao beans and pods (© Owen Franken/Corbis) Workers harvesting cacao pods (© Underwood and Underwood/National Geographic Society/Corbis) Colorful cacao pods (© 167/Kelley Miller/Ocean/Corbis)

Both the Mayans and Aztecs believed the cacao bean had magical, or even divine, properties, suitable for use in the most sacred rituals of birth, marriage and death. According to Chloe Doutre-Roussel's book The Chocolate Connoisseur, Aztec sacrifice victims who felt too melancholy to join in ritual dancing before their death were often given a gourd of chocolate (tinged with the blood of previous victims) to cheer them up.

Sweetened chocolate didn't appear until Europeans discovered the Americas and sampled the native cuisine. Legend has it that the Aztec king Montezuma welcomed the Spanish explorer Hernando Cortes with a banquet that included drinking chocolate, having tragically mistaken him for a reincarnated deity instead of a conquering invader. Chocolate didn't suit the foreigners' tastebuds at first –one described it in his writings as "a bitter drink for pigs" – but once mixed with honey or cane sugar, it quickly became popular throughout Spain.

By the 17th century, chocolate was a fashionable drink throughout Europe, believed to have nutritious, medicinal and even aphrodisiac properties (it's rumored that Casanova was especially fond of the stuff).  But it remained largely a privilege of the rich until the invention of the steam engine made mass production possible in the late 1700s.

In 1828, a Dutch chemist found a way to make powdered chocolate by removing about half the natural fat (cacao butter) from chocolate liquor, pulverizing what remained and treating the mixture with alkaline salts to cut the bitter taste. His product became known as "Dutch cocoa," and it soon led to the creation of solid chocolate.

The creation of the first modern chocolate bar is credited to Joseph Fry, who in 1847 discovered that he could make a moldable chocolate paste by adding melted cacao butter back into Dutch cocoa.

By 1868, a little company called Cadbury was marketing boxes of chocolate candies in England. Milk chocolate hit the market a few years later, pioneered by another name that may ring a bell – Nestle.

In America, chocolate was so valued during the Revolutionary War that it was included in soldiers' rations and used in lieu of wages. While most of us probably wouldn't settle for a chocolate paycheck these days, statistics show that the humble cacao bean is still a powerful economic force. Chocolate manufacturing is a more than 4-billion-dollar industry in the United States, and the average American eats at least half a pound of the stuff per month.

In the 20th century, the word "chocolate" expanded to include a range of affordable treats with more sugar and additives than actual cacao in them, often made from the hardiest but least flavorful of the bean varieties (forastero). 

But more recently, there's been a "chocolate revolution," Leaf said, marked by an increasing interest in high-quality, handmade chocolates and sustainable, effective cacao farming and harvesting methods. Major corporations like Hershey's have expanded their artisanal chocolate lines by purchasing smaller producers known for premium chocolates, such as Scharffen Berger and Dagoba, while independent chocolatiers continue to flourish as well.

"I see more and more American artisans doing incredible things with chocolate," Leaf said. "Although, I admit that I tend to look at the world through cocoa-tinted glasses."


Liquid Gold: The History of Chocolate

The history of chocolate has a record of at least 4,000 years.

It comes from the fruit of a Cacao (aka cocoa) tree, known as Theobroma Cacao.The tree grows on small farms in West Africa, Southeast Asia, and North and Central America. You can give credit to the Olmec, Mayan and Aztec civilizations that discovered the cacao bean.

Lecture recommandée

Christmas Trees, A History
The History of Hollywood: The Film Industry Exposed
The First Movie Ever Made: Why and when films were invented

In 2000BC, cocoa is said to have originated from the Amazon. While different groups were originally trying to make beer, chocolate was the result.

Cacao seeds were used to make ceremonial beverages consumed by elites of the Aztecs and other civilizations.

Native to the tropical regions of Mesoamerica, the evergreen cacao tree grows small, white flowers throughout the year, which are pollinated by tiny flies.

The fruit, called a cacao pod, then grows. It is an oval shape, and changes from a yellowish color to more of an orange when ripe, and weighs about a pound. Each pod contains a white fruit with around 40-50 seeds, usually called beans. The white flesh is eaten or made into juice in some countries. The beans are the main ingredient for chocolate and cocoa powder.

The Mayans, in the 6 th century, started to use the cocoa bean to make chocolate. The word “chocolate” comes from the Maya word xocoatl, which means “bitter water.” To the Mayas, cocoa pods symbolized life and fertility. Stones from their palaces and temples revealed many craved pictures of cocoa pods.

The Maya also used chocolate in religious rituals it sometimes took the place of blood. Chocolate was used in marriage ceremonies, where it was exchanged by the bride and groom, and in baptisms. They even had a cacao god.

The Maya prepared chocolate strictly for drinking. Chocolate history doesn’t include solid chocolate until the 1850s. Except for that, the way the Maya prepared chocolate wasn’t too much different from the way it’s prepared today.

Latest Articles

Crassus
Lucius Sulla
Jovien

First, the beans were harvested, fermented, and dried. The beans were then roasted and the shells removed, and the rest was ground into a paste.

The paste was mixed with hot water and spices, such as chilli, vanilla, annatto, allspice, honey, and flowers. Then the mixture was frothed by pouring it back and forth between two containers. They thought the froth was one of the best parts. Chocolate was also mixed with corn and water to make a sort of gruel. It was similar to the chocolate and corn drink Pinole, still enjoyed in Latin America today.

In 1657, a Frenchman opened the first chocolate house in London. It was called The Coffee Mill and The Tobacco Roll, and because of the cost of the drink, only upper class could buy it. Due to the popularity of chocolate, by 1674, it became an ingredient in cakes and rolls.

In 1847, Joseph Fry of Bristol, England, made the next major leap, with the invention of a steam engine for grinding the beans. This allowed chocolate to be manufactured on a larger scale.

The steam engine was crucial in mechanizing the process of grinding cacao seeds to produce chocolate. Before the steam engine, cacao seeds were ground in mills driven by animal, wind, or water power, and before that they were ground by hand with stones. The power supplied by the steam engine enabled chocolate makers to streamline chocolate production in larger quantities.

Before Fry & Sons could create the chocolate bar, however, Dutchman Conrad J. van Houten invented a hydraulic press in 1929 that was used to create cocoa powder. Today this process is known as “Dutching”. From there, chocolate took off. Richard Cadbury is said to have created the first known heart-shaped box for Valentine’s Day in 1861, and Daniel Peters of Switzerland produced the first milk chocolate bar in 1875, using powdered milk that had been invented by Henri Nestle a few years earlier.

Like chocolate itself, the chocolate chip cookie was also an accident. Ruth Wakefield, a dietician-turned innkeeper, was baking cookies for guests at her Toll House lodge in Massachusetts when she discovered she didn’t have baker’s chocolate. So she substituted a semi-sweet chocolate candy bar cut into little pieces. But, unlike the baker’s chocolate, the candy bar didn’t melt completely. She had inadvertently created the world’s first chocolate chip cookie.

The resulting creation became popular at the inn, and soon Ruth’s recipe was printed in several New England newspapers. The cookie was a hit.

As the new chocolate chip cookie’s popularity soared, so did sales of the Nestle semi-sweet chocolate bar used in the cookies, and eventually Ruth Wakefield and Nestle reached an agreement that allowed the company to print the Toll House cookie recipe on the label of Nestle’s semi-sweet chocolate bar.


Health benefits

Research has found that dark chocolate and cocoa products containing at least 200mg of cocoa flavanols can improve blood vessels elasticity, which helps with blood flow. And regularly consuming cocoa flavanols – even doses of 80mg a day – improves blood vessels’ ability to dilate or expand, which helps the body regulate blood pressure and blood flow to organs.

This is thought to be because cocoa flavanols increase the concentration of bioactive nitric oxide. This is a molecule involved in the widening of blood vessels that also has anti-inflammatory properties and reduces the formation of blood clots, all of which can have beneficial effects on blood pressure.

Cocoa flavanols can also increase blood flow to the brain, which may improve cognitive performance. And they may help to reduce cognitive decline by protecting the brain from free radical damage.

Chocolate in all its forms. Andreas Kraus/Shutterstock

Alongside cardiovascular and cognitive benefits, cocoa flavanols may also help improve muscle recovery following strenuous exercise, thanks to their potent antioxidant and anti-inflammatory benefits. A recent study found that a single high dose of 1245mg cocoa flavanols (15g of a high flavanol cocoa powder) slightly improved muscle recovery.

So next time you are in the mood for some chocolate, perhaps select a high percentage dark variety or a natural cocoa powder for any potential health benefits.


Voir la vidéo: Suklaan historia (Mai 2022).