Informations

Pièce de bronze de Corcyre



J'ai récupéré la plupart de mes pièces sales sur eBay. Recherchez des « pièces romaines non nettoyées » et vous obtiendrez quelques centaines de résultats. Éléments à prendre en compte lors de l'évaluation des annonces :

  • La plupart affichent une image d'un tas de pièces sales. Cela ne signifie pas que vous achetez la pile entière. Fréquemment, le prix est PAR PIÈCE. Ceci est mentionné dans la liste, mais je le souligne quand même.
  • Regarde les photos. Bien que, oui, ces pièces soient sales, si toutes les pièces de l'image ne sont que des disques plats et sans caractéristiques, je crains qu'il ne reste pas grand-chose sous la saleté (bien que je n'aie jamais acheté de pièces à partir de telles listes.)
  • Certaines ventes indiquent clairement que leurs pièces sont en mauvais état. Je soupçonne qu'elles sont si mauvaises qu'elles ne sont pas amusantes, mais, encore une fois, je ne les ai jamais achetées.
  • “Culls” sont des pièces en très mauvais état.
  • Ignorez-le lorsque les vendeurs disent que leurs pièces sont "très rares". Ils ne le sont pas.
  • Les pièces seront presque assurément du 4ème siècle, quelle que soit la période de dates revendiquée par les vendeurs.
  • Certains vendeurs décriront leurs pièces comme AE1, 2, 3 ou 4. Les pièces AE3 mesurent de 17 à 21 mm, ce qui est comparable en taille aux dimes, pennies et nickels américains. Les AE4 sont plus petits et je n'en suis pas fan. Il est peu probable que vous voyiez des A1 annoncés, bien qu'il puisse y avoir des AE2, qui sont comparables aux nickels et aux quarters. Je vise les AE3.

Mon revendeur préféré est ivlla parce que je reçois toujours de bonnes pièces de leurs lots et ils montrent les pièces spécifiques à vendre. S'il s'agit de dix pièces, l'image sera celle des dix pièces que vous allez obtenir. Malheureusement, au moment de cette publication, le magasin est fermé en raison d'un AVC du propriétaire. Je le mentionne ici dans l'espoir que le magasin ouvrira à l'avenir.

Vous pouvez également vous rendre chez Dirty Old Coins, qui vend des pièces individuellement.

Je suggère fortement d'en acheter plus d'un (quel que soit le vendeur). Quelques pièces de monnaie volonté sucer. Vous les nettoierez et découvrirez qu'il ne s'agit en réalité que de disques de bronze grumeleux. En acheter plusieurs augmentera considérablement vos chances de profiter du nettoyage des pièces.


United States Mint annonce les deux premiers lauréats du programme American Women Quarters

WASHINGTON – La United States Mint (Mint) a le plaisir d'annoncer les noms des deux premières femmes à être honorées sur les pièces émises dans le cadre du programme American Women Quarters. La célèbre écrivaine Maya Angelou et l'astronaute pionnière Dr. Sally Ride seront les premières femmes américaines distinguées célébrées au verso des quartiers en circulation du programme.

Comme l'autorise la loi publique 116-330, la Circulating Collectible Coin Redesign Act de 2020, la Monnaie émettra des pièces d'un quart de dollar en circulation et numismatiques avec des motifs inversés (queues) emblématiques des réalisations et des contributions d'une éminente femme américaine à partir de janvier 2022. Les contributions peuvent provenir d'un large éventail de domaines, y compris, mais sans s'y limiter, le suffrage, les droits civils, l'abolition, le gouvernement, les sciences humaines, la science, l'espace et les arts. Les femmes honorées seront issues de milieux ethniquement, racialement et géographiquement divers. Comme la loi publique exige qu'aucune personne vivante ne figure dans les dessins des pièces, toutes les femmes honorées doivent être décédées. La Monnaie émettra chaque année jusqu'à cinq conceptions inversées différentes au cours de la période de quatre ans commençant en 2022 et se poursuivant jusqu'en 2025.

L'avers (têtes) des pièces de ce programme continuera à présenter une image de George Washington conçue de manière à le distinguer de l'image actuelle.

Le public est invité à soumettre des recommandations pour que les femmes soient honorées via le portail Web suivant établi par le National Women’s History Museum : https://forms.gle/3BgR3BLbFfJ69XdYA.

Conformément au droit public, le secrétaire au Trésor sélectionne les femmes à honorer après consultation de la Smithsonian Institution's American Women's History Initiative, du National Women's History Museum et du Congressional Bipartisan Women's Caucus.

La Monnaie annoncera des informations supplémentaires sur le programme American Women Quarters dans les prochains mois.

À propos de la Monnaie des États-Unis
Le Congrès a créé la Monnaie des États-Unis en 1792, et la Monnaie est devenue une partie du Département du Trésor en 1873. En tant que seul fabricant de pièces de monnaie ayant cours légal, la Monnaie est chargée de produire des pièces de monnaie en circulation pour que la Nation puisse mener son commerce. et commerces. La Monnaie fabrique également des produits numismatiques, y compris des pièces de monnaie d'épreuve, non circulées et commémoratives, des médailles d'or du Congrès, des médailles d'argent et de bronze et des pièces d'investissement en argent et en or. Ses programmes numismatiques sont autonomes et fonctionnent sans frais pour les contribuables.

  • Visitez https://www.usmint.gov/learn/coin-and-medal-programs/american-women-quarters pour en savoir plus sur le programme American Women Quarters.
  • Visitez https://www.usmint.gov/about pour obtenir des informations sur la Monnaie des États-Unis.
  • Visitez https://catalog.usmint.gov/email-signup pour vous abonner aux notifications de produits électroniques, aux communiqués de presse et aux déclarations publiques de United States Mint.
  • Inscrivez-vous aux flux RSS de la United States Mint et suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest.

United States Mint - Connecter l'Amérique à travers les pièces de monnaie


Bithynie

Anadolu Selçuklu Devleti'nin yıkımın eşiğine gelmesini müteakip, 699 / 1300'de Batı Anadolu'daki PEK çok Türkmen beyi ile Birlikte istiklâlini ilan ETMIS Olan Osman Gazi, bağımsızlığını kazandıktan Sonra Bithynia'da gerçekleştirdiği acabit fetihler Dizisi Olan Bilecik, Yarhisar, İnegöl ve Köprühisar fetihlerinden sonra rotasını doğrudan İznik'e çevirmiş ve büyük oğlu Orhan'ı akıncılarıyla bu bölgeye göndermiştir. Uzun Sûre devam edecek Olan İznik kuşatması sırasında, Osman Gâzî'nin oğlu Şehzade Orhan'la Birlikte Sakarya, Bolu ve Izmit üzerine de peşpeşe Akinlar Duzenledigi ve bu şehirlerin Önemli bir kısmını fethettiği Osmanlı kroniklerinde açıkça belirtilmişse de, Çağdaş Kaynak ve ve azlığı sayısının belge şimdiye kadar bunlara dayalı ciddî bir çalışmanın ortaya konulamaması nedeniyle fethedilen kale ve bölgelerin yerleri ve kronolojisi belirlenememiş daha da önemlisi Sakarya'nın tam olarak hangi tarihte fethed

Bu araştırmamızda Osmanlı kuruluş döneminin en Karanlık devrelerinden Biri olduğu zannıyla kimi tarafından araştırmacılar moderne « kara delik » (trou noir), ya da -tarihî gerçekliği yansıtmadığı savından hareketle- « Osmanlı tarihöncesi » (La Préhistoire ottomane) olarak nitelendirilen Osman Gazi dönemi fetihleri ​​arasında, istiklâli izleyen ikinci fetihler dizisinin Önemli bir ayağını oluşturan « Sakarya Fethi » nin gerçek mâhiyeti ve bilinmeyen tarihi, rivâyetlerdeki kısa ve Kesik Bilgiler üzerinden yürütülen yüzeysel tahminlerin hilâfına acabit Kez Çağdaş Osmanlı rivâyetleri, belgeleri ve Bizans kroniklerinde yer alan ipuçları ışığında tespit edilmeye çalışılacaktır.


Bouleverser signifie « bouleverser » le bord d'une pièce pour créer un rebord surélevé. Le broyeur à refouler alimente l'ébauche dans une rainure légèrement plus étroite que son diamètre. Cela pousse le métal vers le haut autour du bord pour former une jante. Le rebord protège la pièce finale de l'usure et la rend empilable.

Un flan avec un rebord est appelé un flan. Certaines personnes continuent d'utiliser « vierge » comme terme général pour une pièce avant qu'elle ne soit frappée.

La plupart des flans que la Monnaie achète sont des flans prêts à être frappés. Lorsque la Monnaie reçoit une cargaison de flans, les inspecteurs les vérifient soigneusement pour s'assurer qu'elles répondent aux spécifications requises. Après cela, les planchettes de penny vont directement aux presses pour la frappe.

Les planchettes spéciales et non circulées subissent un processus de nettoyage appelé brunissage. Ils sont placés dans un tambour avec des agents de nettoyage et de petites pastilles métalliques pour lisser et polir la surface. Ils sont ensuite rincés et séchés à la main avec des serviettes.


Les pièces confisquées à la frontière canadienne deviennent une opportunité

Image originale avec l'aimable autorisation de Homeland Security Investigations.

Toutes les images sont une gracieuseté de Homeland Security Investigations.

Toutes les images sont une gracieuseté de Homeland Security Investigations.

La saisie en 2017 de 51 pièces grecques hellénistiques et islamiques primitives par les agents des douanes et des patrouilles frontalières et une enquête ultérieure menée par Homeland Security Investigations ont conduit au transfert des pièces aux collections spéciales des bibliothèques de l'Université de Washington.

Les anciennes pièces de monnaie ont été saisies au point d'entrée de Blaine, dans l'État de Washington, lorsqu'une personne voyageant au Canada s'est vu refuser l'entrée dans ce pays. Lors de sa tentative de retour aux États-Unis, le gouvernement américain a demandé à l'individu de prouver que les pièces avaient été légalement acquises et légalement importées aux États-Unis. Selon le gouvernement américain, un entretien consensuel a déterminé que la personne en possession des pièces ne pouvait pas fournir de documents de propriété. Il a été déterminé que certaines des pièces ressemblaient à des pièces trouvées sur la Liste rouge des antiquités afghanes en péril.

La sécurité intérieure a consulté des experts en la matière, selon un communiqué de presse de l'agence, qui a déterminé que les pièces étaient authentiques et présentaient des signes de maladie du bronze, ce qui, selon les responsables, indique que les pièces ont été retirées du sol illégalement. Sur la base de l'authentification des experts, les douanes et la patrouille frontalière ont commencé le processus de confiscation.

À la suite d'une enquête supplémentaire, le suspect a signé un accord d'abandon et les pièces ont été légalement confisquées au profit du gouvernement des États-Unis.

Les bibliothèques de l'Université de Washington ont adressé une pétition aux douanes et à la patrouille frontalière en 2019 pour le don des pièces. Le corps professoral prévoit d'utiliser les pièces pour souligner la sensibilisation aux fouilles illégales et au commerce des antiquités, discuter des sociétés dans lesquelles elles ont été créées et diffusées et éclairer les problèmes complexes du patrimoine culturel soulevés par le commerce des antiquités modernes.

&ldquoLes pièces donnent un aperçu des matériaux historiques d'une région du monde sous-représentée dans nos bibliothèques&rsquo ressources historiques et signifient l'importance d'élargir notre engagement à inclure toutes les cultures possibles à travers l'histoire dans nos collections,&rdquo a déclaré Sandra Kroupa, Book Arts and Rare Book Conservateur des collections spéciales des bibliothèques de l'Université de Washington.

&ldquoNous sommes reconnaissants de l'opportunité d'ajouter ces pièces très uniques à nos collections,&rdquo Kroupa a déclaré. &ldquoUW Special Collections détient de nombreux artefacts d'importance historique qui ont été trouvés et nous viennent de donateurs qui souhaitent que les articles soient partagés et étudiés pour le bien public. Au-delà de leur valeur en tant que monnaie, les pièces anciennes comme celles-ci représentent le début de la communication et de la création de livres. Ils révèlent des informations historiques importantes qui nous aident à comprendre la culture et la politique d'une période spécifique. Lorsqu'un étudiant peut tenir en main 3 000 ans d'histoire, rien ne peut remplacer cela dans l'environnement d'apprentissage.&rdquo

Le programme des biens culturels, de l'art et des antiquités est unique au portefeuille de Homeland Security Investigations&rsquo. Selon des responsables américains, rendre à une nation un patrimoine culturel pillé ou des œuvres d'art volées favorise la bonne volonté des gouvernements et des citoyens étrangers, tout en protégeant de manière significative le patrimoine culturel mondial et la connaissance des civilisations passées.

&ldquoLorsque des pièces comme celles-ci sont excavées illégalement et introduites en contrebande aux États-Unis, nous perdons le contexte de leur signification et de la riche histoire qu'elles détiennent. Mais, grâce au partenariat solide entre les bibliothèques HSI, CBP et UW, l'histoire contenue dans ces artefacts sauvés sera transmise pour inspirer les futurs étudiants et la recherche universitaire », a conclu l'agent spécial en charge Robert Hammer, qui supervise les opérations d'enquête sur la sécurité intérieure à le nord-ouest du Pacifique.

"Notre premier choix est de rapatrier ces artefacts à leur point d'origine et de ramener l'histoire à la maison où elle appartient", a déclaré Hammer. &ldquoLorsque des biens culturels comme celui-ci sont saisis et que HSI est incapable de déterminer la propriété légitime, la meilleure chose à faire est de leur trouver des gardiens institutionnels appropriés, comme avec l'Université de Washington.&rdquo

Homeland Security Investigations a récupéré et restitué plus de 12 500 artefacts dans plus de 30 pays depuis 2007, y compris des peintures de France, d'Allemagne, de Pologne et d'Autriche des artefacts culturels de Chine et du Cambodge des fossiles de dinosaures de Mongolie un manuscrit enluminé d'Italie une paire de sceaux royaux coréens, d'anciennes céramiques péruviennes, et tout récemment, un ancien cercueil en or qui a été rapatrié en Egypte.


L'obole de la veuve

Dans le Nouveau Testament dans Marc et Luc, il y a des histoires racontées au sujet de la veuve qui lui donne des acariens. Bien qu'il y ait beaucoup de controverse quant à savoir à quelles pièces elles se référaient, il est plus que probable que les thémites étaient les pièces de lepton et de prutah frappées par le roi juif Alexandre Jannaeus qui a régné de 103 à 76 av. à Jérusalem du vivant du Christ. “Widow’s Mites” fait référence à deux pièces de monnaie différentes mais similaires, la plus petite lepton et la plus grande prutah, les deux pièces partagent les mêmes images de l'ancre d'un côté et de l'image de l'étoile de l'autre. Le lepton est la plus petite dénomination et est probablement le véritable acarien de la veuve.

Le mot “mite” provient de la traduction de la Bible King James Version 1611, lepton étant le mot utilisé dans la langue grecque originale. Ainsi, alors que les Écritures ne font référence qu'au lepton, en raison des points communs de ces deux pièces, aujourd'hui, les deux pièces sont communément appelées « Widow » Mites ». En fait, le lepton est probablement la pièce de monnaie la plus basse jamais frappée par une nation dans toute l'histoire ! La valeur de ces pièces à l'époque du Christ était généralement basée sur le poids combiné avec d'autres pièces et non sur la valeur de la pièce individuelle.

Les anciennes pièces de monnaie juives n'ont été produites que pendant une période de 268 ans et non de manière continue. Cette période a commencé pendant la dynastie hasmonéenne en 134 avant notre ère et s'est terminée avec la conclusion de la révolte de Bar Kochba en 135 de notre ère. Les pièces de lepton et de prutah d'Alexandre Jannaeus ont probablement été frappées après la conquête des villes côtières en 95 av. (à l'exception d'Ashkelon), le présentateur médiatisant probablement l'annexion de ces zones, jusqu'à sa mort en

Ces pièces ont été frappées de manière négligente et grossière, généralement décentrées et sur de petits flans et parce qu'elles ont circulé pendant une si longue période, elles sont généralement portées. Ils sont rarement assez bien frappés ou conservés pour permettre la lecture des minuscules lettres hébraïques entre les rayons de la roue.

Où dans la Bible :

Dans Marc 12:41-44

Et Jésus s'assit en face du trésor, et vit comment le peuple jetait de l'argent dans le trésor et beaucoup de riches jetaient beaucoup. Et il arriva une pauvre veuve, et elle y jeta deux acariens, ce qui fait un sou. Et il appela ses disciples, et leur dit : « En vérité, je vous le dis, cette pauvre veuve a jeté plus que tous ceux qui ont jeté dans le trésor, pour tout ce qu'ils ont fait de leur abondance, mais elle de son besoin a jeté tout ce qu'elle avait, même toute sa vie ».

Et il leva les yeux et vit les hommes riches jeter leurs dons dans le trésor. Et il vit aussi une pauvre veuve y jeter deux acariens. Et il dit : « En vérité, je vous le dis, cette pauvre veuve a jeté plus qu'eux tous : car tous ceux-ci ont jeté leur abondance aux offrandes de Dieu ; vivant qu'elle avait ».

Descriptions des pièces de monnaie Lepton et Prutah :

Alexander Jannaeus a été le premier des rois juifs à introduire le symbole de l'étoile à huit rayons, dans ses pièces de monnaie en bronze « Veuve/Acarien » 8221, en combinaison avec le symbole numismatique séleucide largement répandu de l'ancre. Il a également été le premier souverain juif à utiliser le titre « Roi » sur ses pièces et a été le premier à frapper des pièces de monnaie juives bilingues. L'avers est en grec et le revers en hébreu. Le monnayage d'Alexandre Jannaeus est caractéristique du premier monnayage juif en ce qu'il évitait les représentations humaines ou animales, par opposition aux types grecs environnants et plus tard romains de l'époque. La monnaie juive s'est plutôt concentrée sur des symboles, soit naturels, comme le palmier, la grenade ou l'étoile, soit de fabrication artisanale, comme le temple, la Menorah, les trompettes ou la corne d'abondance.

Prutah en bronze, 103 – 76 av.

Avers : BASILEWS ALEXANDROU (en grec)

(du roi Alexandre), autour de l'ancre.

Revers : Étoile à huit rayons, entourée d'un diadème.

“Yehonatan le roi” entre les rayons (en hébreu)

Bronze Lepton, 103 – 76 av.

Avers : BASILEWS ALEXANDROU

(du roi Alexandre), autour de l'ancre.

Revers : Étoile à huit rayons,

La plupart des références décrivent le revers de ces pièces comme une roue à huit rayons, mais Ya’akov Meshore, dans ANCIENT JEWISH COINAGE, Volume 1, démontre qu'il s'agit en réalité d'une étoile à huit branches dans un diadème. Il poursuit en soulignant que le diadème est un symbole hellénistique de la royauté, et que l'étoile peut dériver du Cantique de Balaam qui déclare « Une étoile sortira de Jacob et un sceptre s'élèvera d'Israël » ( Nombres 24:17), donc l'iconologie est parfaitement logique pour cette pièce.

L'ancre a été adoptée par les Séleucides, qui l'utilisaient pour symboliser leur force navale. Les ancres sont représentées à l'envers, comme on les verrait accrochées sur le côté d'un bateau prêt à l'emploi.

Étant donné que le plus grand prutah et le plus petit lepton ont les mêmes images, la meilleure façon de faire la différence est que le prutah a une écriture autour de l'ancre et que le lepton a juste un cercle solide autour de l'ancre.

Comment ont-ils été fabriqués ?

Ces pièces ont été fabriquées en produisant d'abord une longue et fine bande de métal entre deux matrices. L'extrémité de la bande a été placée entre deux matrices de frappe et frappée avec un marteau. Ensuite, la bande a été tirée rapidement, de la longueur d'une pièce de monnaie, frappée à nouveau, et le processus est répété jusqu'à ce que la fin de la bande soit atteinte. Après que toutes les impressions aient été faites sur le métal, les pièces ont été découpées individuellement. Les deux matrices frappantes n'étaient pas très bien fixées en place, de sorte que de nombreuses pièces ont le motif décentré d'un côté ou des deux. Les pièces mesurent environ 11 mm à 17 mm de diamètre (environ un demi-pouce) et pèsent de 0,8 g à 3,5 g.

Une brève histoire

Ces prutahs en bronze étaient des pièces de monnaie judéennes qui ont été frappées pendant une partie de la période inter-testamentaire de l'histoire juive, alors qu'Israël était une nation autonome. Israël avait auparavant été autonome pendant la majeure partie de son histoire de l'Ancien Testament jusqu'à l'époque de la captivité babylonienne sous le roi Nabuchodonosor en 450 av. Israël est resté sous domination perse jusqu'en 330 av. L'influence d'Alexandre a introduit la langue et la culture grecques en Israël.

Après la mort d'Alexandre le Grand, la dynastie hellénistique des Ptolémées qui a maintenu la région de l'Égypte a également gouverné Israël. Les Ptolémées étaient attentifs aux sensibilités religieuses juives. Cependant, la dynastie hellénistique des Séleucides sous Antiochus a pris le contrôle d'Israël en 198 avant JC, introduisant des atrocités visant à éradiquer la religion juive. Cela a déclenché la révolte des Maccabées et la guerre de 24 ans qui a abouti à l'indépendance finale d'Israël en tant que nation indépendante en 166 av.

La « dynastie hasmonienne » juive indépendante a régné sur Israël depuis 142 - 63 avant JC, un court 79 ans. Jean Hyrcan était roi d'Israël depuis 134-104 avant JC. Pendant ce temps, il a frappé la première monnaie d'Israël, connue sous le nom de pièces de monnaie « Cornucopias ». Après sa mort, Alexander Janneus a régné de 103 à 76 av. et sous son règne, a frappé les pièces de lepton et de prutah qui sont très probablement et largement considérées comme la pièce de l'acarien de la veuve donnée plus tard par la veuve et remarquée par Jésus-Christ dans le Temple. Il est facile de comprendre que les Juifs qui méprisaient l'occupation romaine après 63 av.

Alexander Jannaeus (également connu sous le nom d'Alexander Jannai/Yannai), roi de Judée de (103 av. Shlomtzion ou “Shelomit”, également connu sous le nom de Salomé Alexandra, selon la loi biblique de Yibum ou mariage lévirat, la coutume du mariage d'un homme avec la veuve de son frère, les mariages requis par la loi biblique si le défunt était sans enfant. Deut. 25:5-10.

Son nom hébreu complet probable était Jonathan, il a peut-être été le grand prêtre Jonathan, plutôt que son grand-oncle du même nom, qui a établi la forteresse de Massada. Sous le nom de roi Yannai, il apparaît comme un méchant tyran dans le Talmud (le recueil de lois et de traditions juives composé de la Mishna et de la Guemara et étant soit l'édition produite en Palestine vers 400, soit la plus grande et la plus importante produite en Babylonie ad c500), reflétant son conflit avec le parti pharisien. Il fait partie des figures historiques les plus colorées, mais on sait peu de choses à son sujet, cependant, son impact sur le développement ultérieur du judaïsme et du christianisme est substantiel.

"L'acarien de la veuve"
Peinture de Gustave Doré 1870

Gustave Doré (1832-1883) est l'un des plus grands illustrateurs de son temps. Il a illustré un grand nombre d'œuvres classiques de la Bible à Dante et Don Quioxte. Cette impression Widow's Mite est tirée des illustrations de Doré pour la Bible. C'est dans ses illustrations de la Bible que Doré aurait créé certaines de ses plus grandes œuvres.

Comme vous pouvez le constater, ces pièces historiques possèdent un passé intéressant et fascinant. Si vous croyez aux enseignements de la Bible, ces pièces serviront de précieuse relique de cette période importante de l'histoire biblique. Si vous êtes un collectionneur de pièces, ils amélioreront toute collection de pièces. Qu'elles soient disponibles et qu'elles existent aujourd'hui est vraiment incroyable, mais pouvoir tenir une de ces pièces dans votre propre main est plus que surprenant pour moi.

Définitions

séleucide – De ou se rapportant à une dynastie hellénistique fondée par Séleucos I après la mort d'Alexandre le Grand. Il a régné sur une grande partie de l'Asie Mineure de 312 à 64 av. La période hellénistique de l'histoire grecque était la période comprise entre la mort d'Alexandre le Grand en 323 avant JC et l'annexion de la péninsule grecque et des îles par Rome en 146 avant JC. Bien que l'établissement de la domination romaine n'ait pas rompu la continuité de la société et de la culture hellénistique, qui est restée essentiellement inchangée jusqu'à l'avènement du christianisme, il a marqué la fin de l'indépendance politique grecque.

Hasmonéen (haz-meuh-née-euhm) - un membre d'une famille sacerdotale de dirigeants juifs


1864-1909 TÊTE INDIENNE CENT BRONZE

Les coups de feu à Fort Sumter qui ont déclenché la guerre civile n'ont retenti que le 12 avril 1861, mais les préparatifs de guerre étaient en cours bien avant cela, y compris les préparatifs économiques. Anticipant le conflit, les Américains nerveux des deux côtés de la ligne Mason-Dixon ont commencé à accumuler des pièces d'or et d'argent. Le rythme de cette activité s'accéléra après l'élection d'Abraham Lincoln à la présidence en novembre 1860, car il était perçu comme un unioniste pur et dur, peu susceptible de faire des compromis avec les politiciens du Sud. Il a atteint son paroxysme après le 28 décembre 1861, lorsque les banques de New York ont ​​suspendu les paiements en espèces. À ce moment-là, les pièces en métal précieux ont pratiquement disparu de la circulation.

N'étant pas en métal précieux, les centimes continuaient à circuler. En fait, il semblait inconcevable que les Américains amassent des centimes. Les gros cents en cuivre à valeur intrinsèque utilisés depuis le début de la monnaie nationale ont été remplacés en 1857 par les plus petits cents Flying Eagle en cuivre-nickel, des émissions fiduciaires, valant moins en métal qu'en argent. C'était inhabituel au milieu du XIXe siècle, la plupart des pièces de monnaie américaines avaient une valeur intrinsèque élevée, et les Américains en étaient venus à s'y attendre et même à l'exiger dans leur monnaie. Néanmoins, le public s'était félicité de la disparition des grands cents, considérant les pièces trop encombrantes pour un usage ordinaire.

Les nouveaux petits cents, connus sous le nom de « cents blancs » en raison de leur couleur pâle, sont devenus encore plus populaires en 1859 lorsque, en raison de problèmes frappants, la Monnaie a remplacé le design original de Flying Eagle par un nouveau représentant une femme vêtue d'un coiffe indienne à plumes. Ce portrait « Indian Head », pas un profil amérindien mais apparemment inspiré de la statue gréco-romaine Vénus Accroupie, avait un attrait généralisé, renforçant l'acceptation des cents blancs déjà appréciés en raison de leur taille pratique.

Les niveaux de production étaient élevés, bien supérieurs à ceux des gros centimes qu'ils remplaçaient, et il était de notoriété publique que le métal de chaque pièce valait moins d'un cent. Mais la guerre civile a brisé de nombreuses croyances acceptées, y compris la perception que les centimes de petite taille et de faible valeur étaient à l'abri de la thésaurisation.

Initialement, les sacs de cents étaient l'un des principaux moyens de paiement pour les commerçants harcelés. Peu de temps après, cependant, ils sont également devenus une cible pour les accapareurs. Après tout, il s'agissait de pièces émises par le gouvernement et, en tant que telles, étaient préférables aux « shinplasters » presque irrécupérables (billets de banque et billets de banque sauvages) largement offerts. De plus, le prix du nickel, alimenté par la demande en temps de guerre, augmentait rapidement, donnant à ces pièces en alliage de nickel une plus grande valeur intrinsèque. En décembre 1862, les cents avaient rejoint les pièces d'or et d'argent sur l'étagère.

C'est alors que la nécessité a donné naissance à l'invention, non pas de l'Oncle Sam mais d'entrepreneurs privés. Pour combler le vide laissé par le départ de la monnaie fédérale, les marchands et les promoteurs ont commencé à produire des jetons de bronze de la taille d'un cent, portant généralement une promesse implicite ou même explicite de rachat en biens, services ou argent. Ces « jetons de guerre civile » ont été largement acceptés en tant que substitut monétaire. Les responsables de la Monnaie ont été dûment impressionnés et, en 1864, ils ont remodelé le cent de l'image de ces jetons, remplaçant le cuivre-nickel "cent blanc" par une version allégée en bronze.

En plus d'être de couleur plus foncée, le nouveau cent d'Indian Head était un tiers plus léger. Cependant, son diamètre était inchangé et il portait toujours le même dessin d'avers d'Indian Head et une couronne et un bouclier simples à l'envers façonnés pour son prédécesseur par le graveur en chef de la Monnaie, James B. Longacre. Les nouveaux composants de la pièce étaient moins chers que le nickel, ce qui, combiné à son poids plus faible, le rendait beaucoup moins cher à produire. Il était également plus facile à frapper, car le bronze est beaucoup plus doux que le nickel. Et comme les jetons qu'il a remplacés avec succès, il a été facilement accepté par le public, mettant ainsi fin à la pénurie de centimes en circulation. Les deux types de cents ont été émis en 1864, le bronze dépassant le cuivre-nickel d'environ 3 pour 1. Malgré son tirage plus élevé, le cent de bronze a fourni la variété la plus rare de l'année: celle sur laquelle l'initiale de Longacre apparaît sur le ruban du bonnet indien. Le designer n'a ajouté cela qu'à la fin de l'année, donc relativement peu de 1864 cents l'ont. Apparemment, une grande quantité de ces « cents » est allée en Angleterre, car de nombreuses pièces y ont été récupérées dans les années 50 et 60.

Bronze Indian Head cents est resté en production sans interruption pendant près d'un demi-siècle avant de céder la place à la conception de Lincoln en 1909. La conception est restée la même pour l'ensemble de la série, à l'exception de changements infimes en 1886, lorsque le graveur en chef de l'époque, Charles Barber, a légèrement abaissé le relief et fait un petit changement dans la position de la dernière plume de la coiffe. Pendant toutes les deux dernières années, Indian Heads n'a été frappé qu'à la Monnaie principale de Philadelphie en 1908 et 1909, la succursale de San Francisco a frappé des centimes, les deux fois en quantités très limitées. Sur celles-ci, la marque d'atelier “S” apparaît sous la couronne au revers.

Le tirage total de la série a atteint près de 1,6 milliard, avec 96 848 épreuves. La production annuelle n'a dépassé les 100 millions qu'une seule fois, en 1907, et a chuté en dessous du million pour seulement deux numéros : 1877 et 1909-S. À 309 000, le 1909-S a le tirage le plus bas, mais le 1877 à 852 500 est plus précieux, car moins d'exemplaires ont été mis de côté. Parmi les autres numéros rares, citons le 1869 avec un doublé 9, 1872 et 1908-S. Des épreuves ont été tirées chaque année, généralement par milliers, à l'exception des premières années qui ont vu des tirages inférieurs à 1 000. Les pièces de 1864 avaient les plus petits tirages d'épreuve : 150 pour la variété sans “L” et seulement 20 pour la pièce avec “L”, ce qui en fait une rareté majeure. Des contrefaçons existent, notamment des pièces datées de 1877 et 1909-S, et dans une moindre mesure, les émissions de 1864 “L”, les émissions de 1866 à 1878 et 1908-S. Les pièces douteuses doivent toujours être authentifiées. Lors de la notation des cents d'Indian Head, les premiers endroits à montrer de l'usure sur l'avers seront les cheveux au-dessus de l'oreille et la boucle à droite du ruban au verso, vérifiez le nœud papillon.

Des exemples de l'état de menthe existent en quantités substantielles dans les grades jusqu'à MS-65, mais leur population diminue fortement dans MS-67 et au-dessus. Les pièces entièrement rouges, bien sûr, sont encore plus rares. Bien que la série soit relativement longue, elle ne comprend que 51 pièces, dont même 1864 L, 1869/9 et les 3 centimes ouverts et 3 centimes fermés de 1873, car il n'y a que deux émissions de menthe à branches. Compte tenu de cela et du nombre limité de raretés à prix élevé, de nombreux collectionneurs assemblent des ensembles complets de date et de menthe. La série reste l'une des émissions les plus populaires des États-Unis.

PREUVE PHOTO – Copyright © 1994-2014 Numismatic Guaranty Corporation. Tous les droits sont réservés.


Catalogue de pièces mexicaines


1000 pesos 1989 (1988-1992)

aluminium-bronze
1000$ 1989 / JUANA DE ASBAJE / Buste 1/4 gauche
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de l'argent -


500 pesos 1987 (1986-1992)

Nickel de cuivre
500 $ / 1987 / MADERO / Buste 1/4 à droite
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de l'argent -


100 pesos 1977 (1977-1979)

argent
CIEN PESOS / 1977 / PLATA PURA 20 GR. LEY .720 / Buste face
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de la pièce - 20-25 $


100 pesos 1989 (1984-1992)

aluminium-bronze
100$ 1989 / M.CARRANZA / Buste 1/4 à droite
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de l'argent -


50 pesos 1982 (1982-1984)

Nickel de cuivre
COYOLXAUHQUI / TEMPLO MAYOR DE MEXICO / $50 1982 / Déesse aztèque Coyolxāuhqui
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de la pièce - $2-3


50 pesos 1985 (1984-1988)

Nickel de cuivre
50$ 1985 / JUAREZ / Buste 1/4 gauche
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de la pièce - <$1


50 pesos 1990 (1988-1992)

acier inoxydable
50$ 1990 / JUAREZ / Buste 1/4 gauche
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / Armes nationales
Valeur de la pièce - <$1


20 pesos 1981 (1980-1984)

Nickel de cuivre
CULTURA MAYA / 20 $ 1981 / Figurine avec coiffe tournée vers la gauche dans un cercle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-2


20 pesos 1985 (1985-1990)

brass
$20 1985 / Bust facing
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


10 pesos 1956 (1955-1956)

silver
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / DIEZ PESOS / 28.888 G / 1956 / LEY .900 / National arms
HIDALGO / INDEPENDENCIA Y LIBERTAD / Head left
Coin value - $30-40


10 pesos 1976 (1974-1977)

copper-nickel
10.00 g., thin flan
DIEZ PESOS 1976 / Head left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-2


10 pesos 1980 (1978-1985)

copper-nickel
11.50 g., thick flan
DIEZ PESOS 1980 / Head left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-2


10 pesos 1987 (1985-1990)

stainless steel
$10 1987 / Head facing
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


5 pesos 1948 (1947-1948)

silver
CINCO PESOS / 30 GRAMOS LEY 0.900 1948 / Head with headdress left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $25-27


5 pesos 1953 (1951-1954)

silver
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / PESO 27-6 / LEY 0.720 / CINCO PESOS 1953
HIDALGO / Head left inside the wreath
Coin value - $18-20


5 pesos 1956 (1955-1957)

silver
CINCO PESOS / 18.055 G 1956 LEY .720 / ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
INDEPENDENCIA Y LIBERTAD / HIDALGO / Head left
Coin value - $15-20


5 pesos 1972 (1971-1978)

copper-nickel
CINCO PESOS 1972 / Uniform bust right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-2


5 pesos 1980 (1980-1985)

copper-nickel
5$ / QUETZALCOATL / 1980 / Native sculpture left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


5 pesos 1985 (1985-1988)

brass
1985 $5 / Value and date
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


1 peso 1910 (1910-1914)
silver
UN PESO / ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
1910 / Horse and rider facing left among sun rays
Coin value - $70-90


1 peso 1919 (1918-1919)
silver 0.800
UN PESO 1919 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $100-150


1 peso 1923 (1920-1945)
silver 0.720
UN PESO 1923 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $12-15


1 peso 1948 (1947-1949)
silver
UN PESO 1948 14 Gr 0.500 / HIDALGO / Head with headcovering right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $12-15


1 peso 1950
silver
1 PESO 1950 / Armored bust 3/4 left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $8-12


1 peso 1964 (1957-1967)
silver
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / UN PESO 1964 / National arms
Armored bust right within wreath
Coin value - $5-7


1 peso 1971 (1970-1983)

copper-nickel
UN PESO 1971 / Armored bust left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


1 peso 1986 (1984-1987)

copper-nickel
1$ 1986 / Armored bust right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


50 centavos 1906 (1905-1918)

silver
50 CENTAVOS 1906 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-15


50 centavos 1919 (1918-1919)

silver 0.800
50 CENTAVOS 1919 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-20


50 centavos 1920 (1919-1945)

silver 0.720
50 CENTAVOS 1920 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $7-10


50 centavos 1935

silver 0.420
50 CENTAVOS 1935 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-15


50 centavos 1950 (1950-1951)

billon
1950 / 50 CS / Head with head covering right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $6-9


50 centavos 1956 (1955-1959)
bronze
CINQUENTA CENTAVOS / 1956 / Head with headdress left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-2


50 centavos 1968 (1964-1969)

copper-nickel
CINQUENTA CENTAVOS / 1968 / Head with headdress left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


50 centavos 1975 (1970-1983)

copper-nickel
another eagle and snake
CINQUENTA CENTAVOS / 1975 / Head with headdress left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


50 centavos 1983

stainless steel
50C 1983 PALENQUE / Head with headdress left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $3-4


25 centavos 1953 (1950-1953)

silver
25 CS /Mo 1953 / Scale below Liberty cap
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $2-3


25 centavos 1964 (1964-1966)

copper-nickel
VENTICINCO CENTAVOS / 1964 / Bust at 3/4
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


20 centavos 1907 (1905-1914)

silver
20 CENTAVOS 1907 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-12


20 centavos 1919

silver
3.6250 g., 0.800 silver
20 CENTAVOS 1919 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-12


20 centavos 1920 (1920-1943)

silver
3.3333 g., 0.7200 silver
20 CENTAVOS 1939 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / 0720
Coin value - $6-8


20 centavos 1935 (1920, 1935)
bronze
20 C 1935 / Value and date within wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-12


20 centavos 1945 (1943-1955)
bronze
20 CENTAVOS 1945 / Liberty cap divides value above Pyramid of the Sun at Teotihuacán, volcanos Ixtaccihuatl and Popocatepet in background
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


20 centavos 1971 (1955-1971)
bronze
changed coat of arms
20 CENTAVOS 1971 / Liberty cap divides value above Pyramid of the Sun at Teotihuacán, volcanos Ixtaccihuatl and Popocatepet in background
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


20 centavos 1974 (1971-1974)
bronze
another eagle and snake
20 CENTAVOS 1974 / Liberty cap divides value above Pyramid of the Sun at Teotihuacán, volcanos Ixtaccihuatl and Popocatepet in background
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $2-3


20 centavos 1982 (1974-1983)

copper-nickel
1982 / 20 C / Bust 3/4 facing
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


20 centavos 1983 (1983-1984)

bronze
1984 / CULTURA OLMECA / 20 C / Cultura Olmeca mask
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


10 centavos 1905 (1905-1914)

silver
10 CENTAVOS 1905 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $6-8


10 centavos 1919

silver 0.800
10 CENTAVOS 1919 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $20-25


10 centavos 1920 (1919-1921, 1935)
bronze
10 C 1920 / Value and date within wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-12


10 centavos 1925 (1925-1935)

silver 0.720
10 CENTAVOS 1925 / Value and date within 3/4 wreath with Liberty cap above
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $6-8


10 centavos 1936 (1936-1946)

copper-nickel
10 CENTAVOS 1936/ Value and date within ornament circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $1-3


10 centavos 1967 (1955-1967)
bronze
DIEZ CENTAVOS 1967 / Bust left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


10 centavos 1977 (1974-1980)

copper-nickel
10 CS 1977 / Upright ear of corn
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


5 centavos 1906 (1905-1914)

nickel
5 CENTAVOS 1906 / Value and date within ornament circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $3-4


5 centavos 1927 (1914-1935)

bronze
5 C 1927 / Value and date within wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $7-10


5 centavos 1936 (1936-1942)

copper-nickel
5 CENTAVOS 1936 / Value and date within ornament circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


5 centavos 1954 (1942-1955)
bronze
CINCO CENTAVOS 1954 / Head left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


5 centavos 1950

copper-nickel
5 CENTAVOS 1950 / Bust right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $5-8


5 centavos 1956 (1954-1969)
brass
CINCO CENTAVOS 1956 / Bust right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


5 centavos 1974 (1970-1976)

brass
CINCO CENTAVOS 1974 / Bust right
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


2 centavos 1939 (1905-1941)

bronze
2 C 1939 / Value and date within wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $5-6


1 centavo 1939 (1905-1949)
bronze
1 C 1939 / Value and date within wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $2-4


1 centavo 1964 (1959-1969)

brass
1 C 1964 / Oat sprigs
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value -


1 centavo 1970 (1970-1973)

brass
1 C 1970 / Oat sprigs
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $10-20

Reform 1992Mexican Peso=100 centavos


50 new pesos 1993 (1993-1995)

bi-metallic - silver/brass
N$50 1993 / NINOS HEROES / Six heads facing within 1/2 wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $25-30


20 new pesos 1993 (1993-1995)

bi-metallic - silver/aluminum-bronze
N$20 1993 / HIDALGO / Head left
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $15-20


10 new pesos 1994 (1992-1995)

bi-metallic - silver/aluminum-bronze
N$10 1994 / DIEZ NUEVOS PESOS / Aztec design of Tonatiuh with the Fire Mask
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $8-10


10 pesos 2016 (1997- )

bi-metallic - copper-nickel/brass
current circulating coin
$10 2016 Mo / DIEZ PESOS / Aztec design of Tonatiuh with the Fire Mask
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - $2-3


2 new pesos 1994 (1992-1995)
bi-metallic - aluminum-bronze/stainless steel
1994 / N$2 / Value and date within ornamental circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


2 pesos 2016 (1996- )

bi-metallic - aluminum-bronze/stainless steel
current circulating coin
2016 / $2 / Value and date within ornamental circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


1 new peso 1992 (1992-1995)

bi-metallic - aluminum-bronze/stainless steel
1992 / N$1 / Value and date within ornamental circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


1 peso 2016 (1996- )

bi-metallic - aluminum-bronze/stainless steel
current circulating coin
2016 / $1 / Value and date within ornamental circle
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


50 centavos 1997 (1992-2009)

aluminum-bronze
1997 50 C / Value, ornament
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


50 centavos 2016 (2009- )

stainless steel
current circulating coin
2016 50 C / Value, ornament
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


20 centavos 2002 (1992-2009)

aluminum-bronze
2002 20 C / Value and date within 3/4 wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


20 centavos 2016 (2009- )

stainless steel
current circulating coin
2016 20 C / Value and date within 3/4 wreath
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


10 centavos 1999 (1992-2009)

stainless steel
1999 10 C / Value, ornament
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


10 centavos 2016 (2009- )

stainless steel
current circulating coin
2016 10 C / Value, ornament
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


5 centavos 1994 (1992-2002)

stainless steel
1994 5 C / Value, ornament
ESTADOS UNIDOS MEXICANOS / National arms
Coin value - <$1


Corcyra Bronze Coin - History

Academia.edu no longer supports Internet Explorer.

To browse Academia.edu and the wider internet faster and more securely, please take a few seconds to upgrade your browser.

Yannis Stoyas (Γιάννης Στόγιας, Ioannis Stogias)
Researcher, numismatist, PhD candidate in History.
Born at Ioannina.
BA in Archaeology, University of Ioannina.

I worked for many years (1992-2009) in the Archaeological Service of the Hellenic Ministry of Culture for a major period I was employed in the Numismatic Museum, Athens (1996–2007). Participated, among else, in a joint digital exhibition organized by the Numismatic Museum, Athens, and the Department of Coins & Medals of the British Museum, London, and realized in 1999: "The ‘Presveis’ Project: One Currency for Europe. Common Coinage from Antiquity to the Modern Age".
http://presveis.epizy.com/
Participation/contribution in exhibitions since 2001, among else in the development of the (2nd floor) permanent exhibition of the Numismatic Museum, Athens, realized in 2007.

Current appointment: Keeper/Researcher, KIKPE Numismatic Collection.
KIKPE (Social and Cultural Affairs Welfare Foundation) is a private, public-benefit, non-profit foundation based at Athens.
Involved in this collection as researcher/curator since 2009 as a first installment, published the "Sylloge Nummorum Graecorum, Greece 7: The KIKPE Collection of Bronze Coins, Vol. I", Athens: Academy of Athens, 2012 (co-authored with V. Penna).
Scientific supervision of the series of essays “Memoranda Numismatica Atheniensia” (MNA) co-published by the Benaki Museum and the KIKPE Foundation.
Additionally, participation in the development of periodical exhibitions.
A major project was a temporary exhibition held at the Fondation Martin Bodmer (Cologny - Geneva), jointly with the above Foundation and the Benaki Museum: "Les mots et les monnaies, de la Grèce ancienne à Byzance" (24 November 2012 – 31 March 2013).
More recently, the temporary exhibition "Heads and Tails – Tales and Bodies: Engraving the Human Figure from Antiquity to the Early Modern Period" took place at the Pushkin Museum (Moscow, 5 July – 31 October 2016).

Furthermore, from 2004 onward, I have been teaching in the "Historical Sciences Seminar", which takes place at the National Hellenic Research Foundation, Athens.
Topics: Byzantine Numismatics (2006–2010, 2018–2020) Coinage & History (2004–2013) Ancient Greek Numismatics (2011–2013) Themes from the History of Money (2014–2017) Numismatics of the Latin East, 12th–15th century (2018).

PhD candidate, University of the Peloponnese. Thesis in progress:
H καταλανο-αραγωνική παρουσία στην ανατολική Μεσόγειο, 1261–1460: Μια πολιτικο-οικονομική, νομισματική και στρατιωτική θεώρηση
[The Catalan-Aragonese presence in the eastern Mediterranean, 1261–1460: A political, economic, monetary and military overview]

Main research interests: Medieval/Byzantine History, Ancient History, History of Money. Specialization: Numismatics.

‘The correspondence of Pope Gregory XI for the defence of Latin Greece: The Duchies of Athens and. more ‘The correspondence of Pope Gregory XI for the defence of Latin Greece: The Duchies of Athens and Neopatras in the face of the Ottoman peril’

In November 1372, responding to a dramatic appeal made by Franciscus, the Latin archbishop of Neopatria, Pope Gregory XI (1370-1378) addressed a bulla to a series of Christian kingdoms, feudal states and cities. The main goal in the papal correspondence was to call a Council next year (1 October 1373) at Thebes, in an attempt to deal with the Ottoman threat.
This was a turning point in the history of the Catalan Duchies of Athens and Neopatras, as well as of the broader area. Viewed through time, the policy of the Holy See towards the Catalan Company started gradually to change already during the 1340s. A decisive factor for this development was the impact of the increasing Turkish attacks in the Aegean. After the crossing of the Ottomans to Europe (Gallipoli, 1354) it would shortly become evident that haphazard efforts by Christian forces could not repel the menace coming from the East. The Ottoman successes in Thrace (from 1361 onwards) made clear that they constituted a permanent danger, while the Turkish infiltration in Greece made quite an impression in the West. Gregory XI followed the steps of his predecessors and made several attempts to orchestrate a crusade which might be able to restrain the Turkish flood, however during that period the resources of Papacy and of the Christian Levant were quite limited a glance is also taken at the cost of crusading for the Holy See.
Regarding Franciscus of Neopatras, the person responsible for the "lamentable report" of the situation, only a few pieces of information can be gathered. The study of certain letters of Gregory XI ― among else a formerly unpublished letter from the Vatican Archive (Reg. Vat. 264, ff. 76v-77r 17 November 1372) ― yields more clues for persons and events of that time, for the innate weaknesses of the papal plans, as well as for the reasons that led to the failure of the strategy of the Avignon Papacy. By 1393, within twenty years, many of the Latin strongholds in Greece (Neopatras included) had eventually collapsed under the Ottoman offensive.
A posteriori, the efforts of Gregory XI can be viewed within the ‘failure of tradition’ of the papal strategy of that period.

‘The correspondence of Pope Gregory XI for the defence of Latin Greece: The Duchies of Athens and. more ‘The correspondence of Pope Gregory XI for the defence of Latin Greece: The Duchies of Athens and Neopatras in the face of the Ottoman peril’

In November 1372, responding to a dramatic appeal made by Franciscus, the Latin archbishop of Neopatria, Pope Gregory XI (1370-1378) addressed a bulla to a series of Christian kingdoms, feudal states and cities. The main goal in the papal correspondence was to call a Council next year (1 October 1373) at Thebes, in an attempt to deal with the Ottoman threat.
This was a turning point in the history of the Catalan Duchies of Athens and Neopatras, as well as of the broader area. Viewed through time, the policy of the Holy See towards the Catalan Company started gradually to change already during the 1340s. A decisive factor for this development was the impact of the increasing Turkish attacks in the Aegean. After the crossing of the Ottomans to Europe (Gallipoli, 1354) it would shortly become evident that haphazard efforts by Christian forces could not repel the menace coming from the East. The Ottoman successes in Thrace (from 1361 onwards) made clear that they constituted a permanent danger, while the Turkish infiltration in Greece made quite an impression in the West. Gregory XI followed the steps of his predecessors and made several attempts to orchestrate a crusade which might be able to restrain the Turkish flood, however during that period the resources of Papacy and of the Christian Levant were quite limited a glance is also taken at the cost of crusading for the Holy See.
Regarding Franciscus of Neopatras, the person responsible for the "lamentable report" of the situation, only a few pieces of information can be gathered. The study of certain letters of Gregory XI ― among else a formerly unpublished letter from the Vatican Archive (Reg. Vat. 264, ff. 76v-77r 17 November 1372) ― yields more clues for persons and events of that time, for the innate weaknesses of the papal plans, as well as for the reasons that led to the failure of the strategy of the Avignon Papacy. By 1393, within twenty years, many of the Latin strongholds in Greece (Neopatras included) had eventually collapsed under the Ottoman offensive.
A posteriori, the efforts of Gregory XI can be viewed within the ‘failure of tradition’ of the papal strategy of that period.

The international Colloquium "Memory and impression: A walk-through in the Peloponnese" took plac. more The international Colloquium "Memory and impression: A walk-through in the Peloponnese" took place at Tegea on December 12–13, 2019.
The event was set to function as a herald of the temporary exhibition "Memory and impression: A walk-through in the Peloponnese using ancient coins as a guide" (to open in 2021 at the Archaeological Museum of Tegea).
The contributions to the Colloquium included perspectives by historians, numismatists, archaeologists, art historians, and so on, broadening the spectrum of the approaches employed.

Organisers: KIKPE – Stassinopoulos-Viohalco Foundation – Ephorate of Antiquities of Arkadia

Coordination: Yannis Stoyas (KIKPE Numismatic Collection) and Anna Vasiliki Karapanagiotou (Ephorate of Antiquities of Arkadia).

Paper online: http://archaeologia.eie.gr/archaeologia/Gr/chapter_more_7.aspx Μια επισκόπηση τ. more Paper online:
http://archaeologia.eie.gr/archaeologia/Gr/chapter_more_7.aspx

Μια επισκόπηση της νομισματοκοπίας των Αθηνών κατά τους αρχαίους χρόνους (6ος αι. π.Χ. - 3ος αι. μ.Χ.), με παράθεση πηγών και επιμέρους σχολίων, καθώς και εποπτικού υλικού.

Paper online: http://archaeologia.eie.gr/archaeologia/En/chapter_more_7.aspx An overview of t. more Paper online:
http://archaeologia.eie.gr/archaeologia/En/chapter_more_7.aspx

An overview of the coinage of Athens during the antiquity (6th century BC - 3rd century AD), quoting several literary and other sources and amply illustrated.

Digital exhibition: http://presveis.epizy.com/ “The ‘Presveis’ Project: One Currency for Europ. more Digital exhibition: http://presveis.epizy.com/

“The ‘Presveis’ Project: One Currency for Europe. Common Coinage from Antiquity to the Modern Age” was a EU-funded project realized in early 1999 jointly by the Numismatic Museum, Athens, and the Department of Coins & Medals of the British Museum, London. The three-year project (1996-1998) focused on the development of a digital exhibition online, aiming to raise awareness for an international public regarding powerful coinages used as common currency and various monetary unions that came into being through the ages, as well as to the circumstances which led to their creation.
Scientific supervision: Ioannis Touratsoglou (Numismatic Museum, Athens) – Ute Wartenberg (British Museum, London)
Full credits:
http://presveis.epizy.com/Pages/Main/trib.html

• Money before Coinage and the invention of Coinage
by Ute Wartenberg and Kenneth Sheedy
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/02/sec0201.html

• Common Coinage from Antiquity to the Modern Age: An introduction
by Kenneth Sheedy
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/03/sec0301.html

• Coinage and Colony in Antiquity: The coinage of Corinth
by Kenneth Sheedy
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/06/sec0601.html

• The impact of Philip II’s coinage in the N Balkans
by Kenneth Sheedy
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/10/sec1001.html

• The coinage of Alexander the Great
by Ioannis Touratsoglou and Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/11/sec1101.html

• The impact of Alexander the Great’s coinage in the E and N Balkans
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/12/sec1201.html

• The impact of Alexander the Great’s coinage in E Arabia
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/13/sec1301.html

• Ancient coinages in an international financial system
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/16/sec1601.html

• The impact of Roman-controlled Hellenic coinages in the Balkans
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/18/sec1801.html

• The internationalization of the Roman Republican denarii
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/19/sec1901.html

• Imperial coinages in Late Antiquity and the Middle Ages
by Ioannis Touratsoglou and Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/20/sec2001.html

• The coinage of the Byzantine Empire
by Vasso Penna and Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/22/sec2201.html

• The impact of the Byzantine coinage in the West
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/23/sec2301.html

• The impact of the Byzantine coinage in the North
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/24/sec2401.html

• The impact of the Byzantine coinage in the East
by Yannis Stoyas
http://presveis.epizy.com/Pages/museum/25/sec2501.html

• ‘Presveis’ Reference – Glossaries, etc.
by Ute Wartenberg, Yannis Stoyas and Ioannis Touratsoglou
http://presveis.epizy.com/Pages/info/info-index.html

• Materials for coining, techniques and coin production
by Yannis Stoyas and Constantina Vlachou
http://presveis.epizy.com/Pages/info/info-index.html

Among the coin issues produced by Tegea in the 4th century BC there is a short issue of silver he. more Among the coin issues produced by Tegea in the 4th century BC there is a short issue of silver hemidrachms bearing the head of Athena on the obverse and a warrior in fighting stance on the reverse. Such a male figure appears also on later bronze issues of the polis (late 3rd – early 2nd century BC). The question of the identity of the warrior had been posed from early on in research, with the answer remaining in doubt gradually there has been a tendency to identify the figure with Kepheus, a mythical king of Tegea. Kepheus is shown on bronze issues of a later dating (third quarter of the 1st century BC), receiving with his daughter a lock of Medusa’s hair from Athena. It is arguable, however, if there are substantial reasons to support the linkage of the fighting combatant to Kepheus once more. On the other hand, the coin type under discussion bears a close iconographic resemblance with a marble relief figure that is on display in the Archaeological Museum of Tegea (similar weapons, heroic nudity and fighting stance) the relief is dated in 4th century BC and bears the name ΕΧΕΜΟC, which was inscribed much later in the 1st or the 2nd century AD.
The identification of the warrior on the coins with Echemos, another mythical king of Tegea, is put forward as more plausible, while at the same time several aspects of the matter are examined. Quite importantly, the probable dating of the initial silver issue based on numismatic criteria, as well as its interpretation as carrier of a tale reified within a given historical context. Moreover, the possible connection to a historical event as raison d’être for the re-emergence of the coin type on Hellenistic bronzes of the city. The whole approach attempts to largely deal with the coined identity as a reflection of monumental memory and a component of ‘intentional’ story-telling. Case in point, functioning as assertions of identity and alterity, the Tegeatan coins project a message conveying a narrative of the past through a perspective of the collective imaginaire in the present.

Ανάμεσα στις νομισματικές κοπές που εξέδωσε η Τεγέα κατά τον 4ο αι. π.Χ. υπάρχει μία βραχεία κοπή αργυρών ημιδράχμων που φέρει κεφαλή Αθηνάς ως εμπροσθότυπο και έναν πολεμιστή σε στάση μάχης ως οπισθότυπο. Μια ανάλογη ανδρική μορφή εμφανίζεται επίσης σε υστερότερες χάλκινες κοπές της πόλεως (τέλη 3ου – αρχές 2ου αι. π.Χ.). Το ερώτημα ως προς την ταυτότητα του πολεμιστή είχε τεθεί από νωρίς στην έρευνα, με την απάντηση να παραμένει εν αμφιβόλω· σταδιακά επικράτησε μια τάση να ταυτίζεται η μορφή με τον Κηφέα, μυθικό βασιλέα της Τεγέας. Ο Κηφεύς εμφανίζεται σε μεταγενέστερες χάλκινες εκδόσεις (γ´ τέταρτο του 1ου αι. π.Χ.) να λαμβάνει μαζί με την κόρη του έναν βόστρυχο της Μέδουσας από την Αθηνά. Είναι συζητήσιμο ωστόσο αν υπάρχουν βάσιμοι λόγοι που να υποστηρίζουν τη σύνδεση του μαχόμενου πολεμιστή επίσης με τον Κηφέα. Από την άλλη πλευρά, ο εν λόγω νομισματικός τύπος παρουσιάζει μεγάλη εικονογραφική εγγύτητα με τη μορφή ενός μαρμάρινου αναγλύφου που βρίσκεται εκτεθειμένο στο Αρχαιολογικό Μουσείο Τεγέας (παρόμοια όπλα, ηρωική γυμνότητα και στάση)· το ανάγλυφο χρονολογείται στον 4ο αι. π.Χ. και φέρει το όνομα ΕΧΕΜΟC, το οποίο χαράχθηκε πολύ αργότερα, μέσα στον 1ο ή στον 2ο αιώνα μ.Χ.
Η ταύτιση του πολεμιστή στα νομίσματα με τον Έχεμο, έναν άλλο μυθικό βασιλέα της Τεγέας, προτείνεται ως περισσότερο εύλογη, ενώ ταυτόχρονα εξετάζονται επιμέρους πτυχές του θέματος. Ιδιαίτερης σημασίας είναι η πιθανή χρονολόγηση της αρχικής αργυρής κοπής βάσει νομισματικών κριτηρίων, καθώς και η ερμηνεία της ως φορέα ενός αφηγήματος που γίνεται εμπράγματο μέσα σε ένα συγκεκριμένο ιστορικό πλαίσιο. Επιπλέον, ανιχνεύεται η δυνατότητα διασύνδεσης με ένα ιστορικό γεγονός που μπορεί να λειτούργησε ως γενεσιουργό αίτιο για την επανεμφάνιση του νομισματικού τύπου σε ελληνιστικά χάλκινα νομίσματα της πόλεως. Η όλη προσέγγιση επιχειρεί κατά βάση να πραγματευθεί τη χάραξη της ταυτότητας ως αντανάκλαση μιας μνημειακής μνήμης και ως συστατικού μιας «αποβλεπτικής» διήγησης ιστοριών. Στην περίπτωσή μας τα τεγεατικά νομίσματα, μεταχειριζόμενα προβαλλόμενες πεποιθήσεις ταυτότητας και ετερότητας, εκπέμπουν ένα μήνυμα που μεταφέρει μια αφήγηση του παρελθόντος, μέσω μιας οπτικής του συλλογικού φαντασιακού, στο παρόν.

The present paper attempts to present a particular aspect of Medieval Mediterranean History, conc. more The present paper attempts to present a particular aspect of Medieval Mediterranean History, concerning the role of women in the political scene and how this is reflected through the numismatic evidence. It is an attested fact that in the period between the 13th and the 15th century women apart from their traditional role as wifes and mothers acquired also the status of a ruler. The question that arises is what kind of leadership they had and under which circumstances they took over power.
There are presented specific case studies of women in power, in Latin Greece, Cyprus and the Crusader states. Each case has a special interest from the numismatic point of view, reflecting the historical circumstances under which these women held their rulership. It is also of great importance to understand the impact and the perception of their power, in order to reconstruct the image of female authority in the Latin East in general.
The focus is turned on the case studies of
• Marguerite of Sidon,
• Helena Angelina, dame of Karytaina,
• Isabelle of Villeharduin, princess of Achaia,
• Thamar Angelina Komnene of Epirus,
• Matilda of Hainaut, princess of Achaia,
• Charlotte of Lusignan, queen of Cyprus, and
• Catherine Cornaro, queen of Cyprus.

Interesting conclusions are drawn from the seven case studies and the respective coin issues discussed.
The numismatic evidence is examined with the assistance of primary literary sources in an attempt to understand if they confirm each other, if there is a “silence” of the sources concerning specific political parameters or if the latter can enlighten us on “reading” the archaeological/numismatic testimony in the right way. Thus we can have a picture on how women fared and acted in the Medieval Mediterranean, what kind of influence they exercised (if they exercised any) and how they perceived the authority given to them.