Informations

Marines américains


Les Marines américains, l'armée de terre de la marine américaine, ont été créés le 10 novembre 1775 et rendus permanents par le Congrès en 1798. Ils ont été envoyés dans plusieurs missions à l'étranger et ont servi en Chine, au Nicaragua, en Haïti et à Saint-Domingue.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les marines ont été réorganisés sous le nom de Marine Amphibious Corps (octobre 1942). Sous la direction du général Holland Smith, le Marine Corps employait une force de plus de 450 000 hommes et était principalement utilisé comme fer de lance de l'opération amphibie dans le Pacifique.

Le Corps des Marines comptait 10 412 pilotes. Sur les cinq escadres aériennes marines, quatre étaient des groupes de combat tandis que la 9e escadre restait aux États-Unis en tant qu'unité d'entraînement.


HISTOIRE DES FEMMES MARINES

Depuis 1918, les femmes ont répondu à l'appel pour servir fièrement dans les Marines des États-Unis et le rôle des femmes dans les Marines a évolué et s'est élargi. Toutes les femmes Marines peuvent regarder l'avenir avec fierté, sans jamais oublier les femmes qui ont rendu cet avenir possible.

En 1918, le secrétaire à la Marine a autorisé les femmes à s'inscrire pour des tâches de bureau dans le Corps des Marines. Officiellement, Opha May Johnson est créditée comme la première femme Marine. Johnson s'est enrôlé pour le service le 13 août 1918 au cours de cette année-là, quelque 300 femmes sont entrées pour la première fois dans le Corps des Marines pour prendre en charge les tâches de bureau aux États-Unis des Marines prêts au combat qui étaient nécessaires à l'étranger. La Réserve des femmes du Corps des Marines a été créée en février 1943. Le 12 juin 1948, le Congrès a adopté la Loi sur l'intégration des services armés des femmes et a fait des femmes un membre permanent du Corps des Marines régulier.

En 1950, les Women Reserves ont été mobilisées pour la guerre de Corée et 2 787 femmes ont servi fièrement.


Histoire des uniformes du Corps des Marines des États-Unis

Avec la levée de deux bataillons par le Congrès continental, le Corps des Marines des États-Unis a vu le jour le 10 novembre 1775. Tout au long de sa longue histoire, l'USMC s'est en partie distingué avec des uniformes distincts. Les premiers uniformes du Corps des Marines étaient fabriqués à partir de drap vert. Certains récits soutiennent que le vert a été utilisé parce que les Marines étaient des fusiliers, une pratique utilisée dans les armées européennes. Cependant, les Marines de la fin des années 1700 n'étaient pas des fusiliers mais des mousquetaires. La réponse simple est que le drap vert était un matériau digne d'un uniforme largement accessible à l'époque.

L'emblématique tissu bleu foncé associé au Corps des Marines d'aujourd'hui n'est apparu qu'en 1798. Les premiers guides d'uniformes officiels nécessitaient des manteaux en drap bleu foncé avec un parement rouge. Au lieu de boutons ordinaires, les manteaux comportaient des boutons navals en laiton.

En 1834, le matériau bleu foncé emblématique a été menacé lorsque le président Andrew Jackson a demandé de ramener du tissu vert pour le Corps des Marines. Les directives officielles sur les uniformes ont changé, mais les problèmes sont immédiatement apparus. Le drap vert nécessaire était rare, et une grande partie dut être commandée en Grande-Bretagne à des prix exorbitants. La teinture elle-même était de mauvaise qualité et s'estompait rapidement ou virait au jaune en mer. Malgré la fréquence et la nature des plaintes concernant le drap vert, aucun changement n'a été apporté jusqu'à ce qu'Andrew Jackson quitte ses fonctions. En 1839, les uniformes bleu et rouge sont ramenés sans protestation.

L'une des caractéristiques les plus emblématiques de l'uniforme bleu est la bande de sang écarlate qui descend le long de la couture extérieure de chaque jambe de pantalon. Ce style est réservé aux Marines au grade de caporal et au-dessus du galon augmente en largeur pour les officiers et officiers généraux. Cette rayure est sujette à beaucoup de spéculations en ce qui concerne son origine. L'histoire la plus souvent transmise des instructeurs de forage aux recrues est qu'elle signifie un grand sacrifice dans l'histoire du Corps des Marines. Soi-disant, en 1847, la majorité d'une force de Marines a été abattue en tentant de prendre d'assaut Chapultepec, un château de Mexico. En vérité, la bande de sang a été introduite en 1834 et a été inspirée par la décision de l'armée d'assortir les bandes de pantalon à la couleur des parements de veste. Quant à la fameuse charge, sept Marines sont morts sur environ 450.

Pour les occasions moins formelles où le bleu vestimentaire n'est pas nécessaire, les Marines portent l'uniforme de service composé de couleurs kaki et verte. Il y a des variations mineures sur l'uniforme de service qui se produisent, selon la situation ou l'environnement.

Le terme en cuir peut être une insulte selon la façon dont il est dit et qui le dit, mais le terme provient des uniformes portés par les Marines dans les premières années de l'existence officielle du Corps. Afin d'aider à garder les cols hauts droits, le personnel enrôlé et les officiers portaient un stock de cuir autour du cou. Après la guerre civile, le stock a été retiré à la place d'une bande de cuir noir apposée à l'intérieur du col de l'uniforme. Les uniformes modernes ont entièrement supprimé le cuir au profit d'une languette de tissu qui se trouve derrière le devant du col.

Le globe et l'ancre emblématiques ont vu le jour en 1868. Le commandant du brigadier général Jacob Zeilin a réuni un conseil d'officiers pour créer un nouvel ornement pour les casquettes portées par le Corps des Marines. Ils ont remplacé le clairon utilisé depuis 1859 par le désormais célèbre globe, aigle et ancre. En 1875, le symbole a été adopté comme emblème du Corps des Marines.

Les Marines travaillant et en garnison portent l'uniforme utilitaire de combat du Corps des Marines (MCCUU). Le motif de camouflage permet non seulement de dissimuler le porteur, mais aussi de le distinguer des membres d'autres branches de l'armée. Les Marines partageaient des uniformes utilitaires avec l'armée, mais ont depuis adopté leurs propres modèles, qui incorporent l'aigle, le globe et l'ancre.


Comment le Corps des Marines des États-Unis a été fondé deux fois

Mardi, le Corps des Marines des États-Unis célèbre son 240e anniversaire, marquant la décision du 10 novembre 1775 du deuxième Congrès continental d'établir deux bataillons de Marines.

Sauf que ceux-ci n'étaient pas les Marines. Ce groupe de 1775 était connu sous le nom de Continental Marines, et ce n'était pas encore le United States Marine Corps.

Lorsque cette force a été levée pour la première fois pendant la guerre d'indépendance, elle faisait partie de l'armée continentale. Le Congrès continental a ordonné « qu'un soin particulier soit pris, qu'aucune personne ne soit nommée à un poste, ou enrôlée dans lesdits bataillons, mais qui soient de bons marins, ou si au courant des affaires maritimes qu'elles puissent servir avantageusement par mer quand Nécessaire.” Les Continental Marines nouvellement formés ont rapidement lancé une mission réussie sur le fort britannique Nassau aux Bahamas, et selon un article de la Marine Corps Gazette de 1921, ils ont participé aux batailles de Trenton et de Princeton. Lorsque la Révolution prit fin avec le traité de Paris en 1783, les Marines, comme la Marine, furent dissous.

Ce n'est que 15 ans plus tard, le 11 juillet 1798, que le président John Adams a promulgué une loi du Congrès qui a créé et recréé, selon la façon dont vous comptez et le Corps des Marines des États-Unis. La force rétablie servait en plus de l'armée et de la marine et organiserait les marines qui étaient déjà enrôlés dans d'autres branches militaires.

En 1921, le major Edwin McClellan, officier responsable de la section historique au quartier général du Corps des Marines, a suggéré au major général commandant John A. Lejeune que le Corps des Marines célèbre la date de la fondation initiale des Marines américains. Le 1er novembre 1921, le commandant Lejeune a publié l'ordonnance n° 47 du Corps des Marines, qui déclarait qu'à la mémoire des milliers d'hommes qui ont servi comme Marines après la création du groupe le 10 novembre 1775, il est normal que nous qui sommes des Marines devrait commémorer l'anniversaire de notre corps en évoquant les gloires de sa longue et illustre histoire.”

Il a fait l'éloge de l'histoire et de l'honneur du Corps des Marines, y compris "l'esprit éternel qui a animé notre corps de génération en génération". trouvé égal à chaque urgence à l'avenir comme ils l'ont été dans le passé, et les hommes de notre nation nous considéreront comme les dignes successeurs de la longue lignée d'hommes illustres qui ont servi en tant que « soldats de la mer » depuis la fondation du corps.”


Dossiers du Corps des Marines des États-Unis

Établi: Sous contrôle administratif conjoint de l'U.S. Army et de l'U.S. Navy, par une loi du 11 juillet 1798 (1 Stat. 594).

Transferts : À la juridiction exclusive de l'US Navy par une loi du 30 juin 1834 (4 Stat. 712) avec le Département de la Marine au National Military Establishment (NME) nouvellement créé par la National Security Act de 1947 (61 Stat. 495) , 26 juillet 1947 avec le ministère de la Marine au ministère de la Défense (anciennement NME) par National Security Act Amendments of 1949 (63 Stat. 579), 10 août 1949.

Les fonctions: Fournit des forces amphibies pour le service avec la flotte et mène des opérations terrestres essentielles à une campagne navale. Fournit des détachements pour servir sur des navires de guerre, pour protéger la propriété des activités navales et pour maintenir la sécurité dans les missions diplomatiques américaines à l'étranger.

Instruments de recherche : Maizie Johnson, comp., Inventaire des archives du Corps des Marines des États-Unis, Inv. 2 (1970) version mise à jour dans l'édition microfiche des Archives nationales des inventaires préliminaires.

Dossiers classés par sécurité : Ce groupe d'enregistrements peut inclure du matériel classé de sécurité.

Documents associés :

Enregistrer des exemplaires des publications du Corps des Marines des États-Unis dans RG 287, Publications of the U.S. Government.
Archives générales du ministère de la Marine, 1798-1947, RG 80.
Documents généraux du ministère de la Marine, 1947- , RG 428.

127.2 Dossiers du bureau du commandant
1798-1978

127.2.1 Registres généraux

Documents textuels : Lettres envoyées, 1798-1801, 1804-1911, avec index, 1848-1904. Lettres reçues, 1799-1903 (418 pi). Correspondance générale, 1904-38 (648 pieds), avec index et fiches synopsis, 1904-12. Correspondance générale, 1939-50. Ordres émis et reçus, 1798-1886.

127.2.2 Dossiers de la Division de l'information et de ses
prédécesseur, la Division des relations publiques

Documents textuels : Correspondance générale, 1942-50. Dossiers de soumission de communiqués de presse individuels d'anciens membres du personnel de l'information publique, 1943-1947. Communiqués de presse, 1941-1947. Rapports bihebdomadaires de production et de distribution, 1942-46. Bulletin du correspondant de combat, 1944-45. "Public Information Digest," 1945-46.

127.2.3 Dossiers des autres divisions du personnel

Documents textuels : Correspondance générale de la Section du renseignement, Division des opérations et de l'entraînement, 1913-39. Dossiers accumulés par la Division historique, y compris les lettres reçues principalement par le commandant du Corps des Marines, 1798-1915, avec une carte de registre des unités d'outre-mer, 1889-1914 dossiers relatifs aux activités du Corps des Marines des États-Unis au Nicaragua, 1927-33 albums de coupures de coupures de presse, 1880-1901, 1908-9 collection de référence de documents de commandement militaire externes, 1948-78 collection de référence de documents militaires et du département d'État, 1948-78 et publications et documents justificatifs relatifs à la préparation de Marines in the Revolution: Une histoire des Marines continentaux dans la Révolution américaine, 1775-83 1972-79. Correspondance générale et plans de guerre de la Division des plans et politiques, 1915-47.

127.2.4 Autres enregistrements

Documents textuels : Correspondance générale de l'officier chargé du recrutement, 1921-1939. Rapports relatifs aux engagements du personnel du Corps des Marines aux Philippines et en Chine, 1899-1901. Enregistrements japonais capturés relatifs aux opérations à Bougainville, Guadalcanal et Iwo Jima, 1942-45.

127.3 Dossiers du service de l'adjudant et de l'inspecteur
1775-1971

127.3.1 Registres généraux

Documents textuels : Lettres envoyées, 1819-26, 1832-1911. Lettres reçues, 1835-49, 1851-99, avec registres, 1895-1905. Ancienne correspondance classée par sécurité, 1907-36. Commandes, 1876-84. Lettres circulaires, 1903-10.

127.3.2 Dossiers du personnel

Documents textuels : Documents relatifs aux officiers, consistant en des listes, des registres de 1821-50, des histoires militaires de 1819-48, 1869-73, 1899-1911 et des rapports mensuels, 1821-1911, avec des lacunes. Documents relatifs aux hommes enrôlés, comprenant des registres de service, des rouleaux de taille 1798-1906 (490 pieds), des listes descriptives 1798-1901, 1879-1906 et une liste de cartes alphabétique, 1798-1941 (367 pieds). Registres des cours martiales, 1897-1906, désertions 1919-33, 1809-1907, libérations 1910-41, 1829-1927 et décès, 1838-1942. Listes de cartes de décès, 1776-1945. Rapports d'effectifs et de pertes, 1775-1971. Rôles d'appel, 1798-1945 (1 285 volumes) et 1798-1953 (4 172 rouleaux de microfilms, voir la note sous Documents connexes ci-dessous). Rapports généraux, 1821-1914. Livres de certificat contenant des informations de service, 1837-1911, avec des lacunes.

Publication de microfilms : T1118.

Documents associés : Les Archives nationales conservent une copie de sécurité du microfilm des rôles d'appel, 1893-1953 (4 074 rouleaux). Copie de référence disponible uniquement au Marine Corps Historical Center, Washington Navy Yard, Washington, DC. Les rôles d'appel pour 1945-53 n'existent que sur microfilm.

127.4 Dossiers du service du payeur
1808-1939

Documents textuels : Lettres envoyées, 1808-14. Copies de presse des lettres envoyées, 1886, 1898-1902. Lettres reçues, 1809-14. Correspondance générale, 1909-39.

127.5 Dossiers du département du quartier-maître
1813-1942

Documents textuels : Lettres envoyées, 1813-14, 1823-53, 1857-60, 1860-63. Copies de presse des lettres envoyées, 1860-1903, avec registres, 1870-73, 1878-99. Lettres reçues, 1827-99, avec lacunes et registres, 1870-99. Lettres envoyées et reçues, 1900-12, principalement 1900. Correspondance générale, 1918-42, avec index, 1918-26, et guides de classement, 1927-42.

127.6 Dossiers du Centre financier du Corps des Marines
1968-73

Documents textuels : Directives administratives et manuels connexes, 1968-1973 (à Kansas City).

127.7 Registres des casernes marines et autres établissements à terre
aux Etats-Unis
1802-1938

Instruments de recherche : Fred G. Halley, "Liste de contrôle préliminaire des dossiers du Corps des Marines des États-Unis, 1798-1944," PC 50 (sept. 1946).

127.7.1 Archives de la caserne des Marines, Washington, DC

Documents textuels : Lettres envoyées, 1837-48, 1874-1912. Rapports, 1802-68, 1908-18. Rapports quotidiens du sergent de la garde, 1907-27. Actes des cours martiales, 1892-1904. Données de qualification du champ de tir, 1915-17. Livre des records de conduite, 1903-4. Livres d'appel, 1906- 11. Journal de bord des biens du gouvernement entrant ou sortant de Washington Barracks, 1909. Registre du personnel démobilisé et déserté, 1909-11. Carnet de commandes, 1900-4. Dossiers de réquisition de vêtements et de fournitures, 1837-1848.

127.7.2 Registres des autres casernes maritimes

Noter: Les documents supplémentaires décrits ci-dessous sont candidats au transfert aux archives régionales. Veuillez consulter les Archives nationales pour déterminer les emplacements actuels.

Documents textuels : Archives de la Marine Barracks, Boston (Charlestown), MA (En Boston), composé de lettres envoyées, 1828-1912, avec lacunes lettres reçues, 1896-1913 ordonnances, 1867-1905 rôles d'appel, 1825-1911, avec lacunes rapports, 1815-1913, 1937-38 et registres des cours martiales sommaires, 1870 -75. Rapports d'un détachement stationné à la Marine Barracks, Key West, FL, 1898, et à la Marine Barracks, Norfolk, VA, 1899 (à Atlanta). Rapports de la caserne des Marines, New London, CT, 1910-11 (En Boston). Dossiers des Marine Barracks, New York, NY, composés de lettres envoyées, 1848-1851 et de rouleaux de taille et de retours de vêtements, 1822-25. Dossiers de la caserne des Marines, Norfolk, VA (à Philadelphie), composé de lettres envoyées par le commandant, 1817-1909, avec lacunes et rapports, 1865-1915. Lettres reçues par la Marine Barracks, Pensacola, FL, 1882-84 (à Atlanta). Archives de la Marine Barracks, Philadelphie, PA (à Philadelphie), composé de lettres envoyées, 1847-1911 ordres, 1825-59, 1865-66 registre des lettres reçues, 1904-11, réquisitions 1839-59, 1904-5 et rapports, 1865-66, 1876-77, 1898- 1902. Dossiers de la caserne des Marines, Portsmouth, NH (En Boston), composé de rapports, 1824-1826, 1897-1898, listes descriptives des marines rejoignant les casernes, 1897-1908 et rôle d'appel des officiers et des hommes de troupe, 1908.

127.7.3 Registres des autres établissements à terre

Documents textuels : Registres du dépôt de fournitures, Philadelphie, PA, comprenant des rapports, 1859-1911 et des registres comptables des achats effectués pour Haïti, le Nicaragua et Saint-Domingue, 1921-1934. Rapports de l'école des officiers de marine, Port Royal, SC, 1910-11 (à Atlanta).

127.8 Registres des forces et détachements expéditionnaires
1835-1949

127.8.1 Dossiers des Marines américains en Haïti

Documents textuels : Correspondance générale, 1923, 1925 et rapports de renseignement, 1921-1934, de la Gendarmerie d'Haïti et de la Garde d'Haïti. Correspondance spéciale, 1919-20 correspondance générale, 1921-23 rapports relatifs aux opérations en Haïti et à Saint-Domingue, 1915-21 et dossiers thématiques choisis, 1929-34, du chef de la gendarmerie. Correspondance, 1927-34 et un dossier biographique, 1926-34, du bureau du chef de la police. Correspondance générale, 1915-25, 1930-34, correspondance à sujets choisis, 1926-29, estimations de l'état et rapports d'inspection, 1920-23 rapports de patrouille, 1924 et rapports quotidiens des montures de garde, 1932-34, de la 1re brigade de marine. Des exemplaires du journal Le Moniteur, Port-au-Prince, 1910-23.

127.8.2 Dossiers des Marines américains au Nicaragua

Documents textuels : Correspondance du directeur Jefe, 1927-32 Intelligence Department (GN-2), 1928-32 et Operations Department (GN-3), 1928-32, de la Guardia Nacional. Correspondance de la Guardia Nacional relative aux plaintes des civils, district de Matagalpa, 1928, et aux prisonniers bandits, 1929-31. Rapports de renseignement et autres dossiers de la Guardia Nacional, district de Leon, 1928. Correspondance générale, rapports de renseignement et rapports de patrouille, 2e brigade de marine, 1927-32 et correspondance du bureau du renseignement de la brigade (B-2), 1927-29, et opérations Bureau (B-3), 1928-29. Rapports de renseignement, 1927-29, et autres dossiers, 1927-32, du 5e Régiment de Marines et dossiers de ses 1er et 3e Bataillons, 1927-30. Rapports des unités marines au Nicaragua, 1927-32.

127.8.3 Dossiers d'autres organisations et détachements sur le terrain

Noter: Les documents supplémentaires décrits ci-dessous sont candidats au transfert aux archives régionales. Veuillez consulter les Archives nationales pour déterminer les emplacements actuels.

Documents textuels : Dossiers des détachements à bord des navires côtiers en Floride, 1835-1838, et à bord de l'U.S.S. Préble, 1840-43. Dossiers de la garde marine sur l'U.S.S. Guerrière, 1867-69. Lettres envoyées et reçues par la garde de marine à l'Exposition de Paris, 1878-79. Dossiers des Marines américains à Cuba, 1898-99, 1908-9, 1911. Lettres envoyées et reçues, Marine Provisional Battalion, U.S.S. Gamelle, 1904. Rapports du matin du bataillon de Panama, 1909-10. Registres des sociétés du Corps des Marines, Guam, 1927-31. Correspondance générale du détachement de marine à la légation américaine à Peiping, 1930-34. Dossier administratif, Marine Corps Air Station, St. Thomas, VI, 1942-47. Dossier administratif, Marine Corps Air Station, Ewa, HI, 1942-49 (à San Francisco).

127.9 Registres des unités maritimes
1914-49

Documents textuels : Dossiers de la Fleet Marine Force, Pacifique, y compris la correspondance générale, 1942-46 et le dossier d'opération "géographique" ("Area File"), 1940-46. Dossiers géographiques et thématiques de la 2e Brigade, Fleet Marine Force, 1933-42. Correspondance générale, 1re-6e divisions de marine, 1941-46. Registres d'organisation des unités de combat terrestre, 1941-46. Correspondance et rapports du quartier général, 2e division de marine, 1942-49. Correspondance des 1er, 3e et 10e bataillons de défense maritime, 1943-44. Émissions, 1914, et correspondance, 1917-1919, du 5e Régiment de Marines. Dossiers administratifs de la 1st Marine Aircraft Wing, 1942-47. Rapports d'action des aéronefs de la 1st Marine Aircraft Wing, 1944-47. Dossiers de la 2e escadre d'avions de marine, comprenant de la correspondance et des rapports, 1941-45 et un dossier administratif, des émissions et divers rapports du personnel, 1946. Certains dossiers de correspondance générale, 1933-34, et des journaux de bord, 1931-34, des escadrons d'avions de marine VS-14M et VS-15M.

127.10 Documents cartographiques (général)
1883-1944

Plans: La Première Guerre mondiale a publié des cartes topographiques de la France et de l'Allemagne, annotées pour montrer les opérations de la 4e brigade d'infanterie de marine, 1918-19 (213 éléments). Cartes publiées, certaines avec annotations, relatives aux opérations du Corps des Marines pendant la Seconde Guerre mondiale sur les îles Bougainville, Mono, Saipan, Nouvelle-Irlande, Nouvelle-Géorgie, Rendova et Kolobangara, 1942-44 (99 éléments). Aérodromes dans l'océan Pacifique occidental, 1941 (1 élément). Cartes scolaires du Corps des Marines de la bataille de Gettysburg, 1932 (1 élément). Carte stratégique de l'océan Pacifique, 1920 (1 élément). Possessions insulaires américaines, 1885-1926 (9 éléments).

Cartes et plans (627 éléments) : Installations du Corps des Marines aux États-Unis, 1910-39 (51 éléments). Cartes et plans manuscrits et publiés, relatifs aux Açores, 1918 (1 élément) Caraïbes, 1883, 1913-40, et s.d. (7 éléments) Amérique centrale, 1904-35 (70 éléments) Chine, 1921-43 (75 éléments) Cuba, 1906-33 (35 éléments) République dominicaine, 1916-33 (48 éléments) Haïti, 1915-34 (115 éléments ) Irlande, sd (1 élément) Corée, 1913-14 (1 élément) Mexique, 1914-20 (6 éléments) Nicaragua, 1910-33 (215 éléments) et Venezuela, ca. 1936 (2 éléments).

Graphiques (3 éléments) : Organisation du Corps des Marines, 1926-28.

Instruments de recherche : Charlotte M. Ashby, comp., Inventaire préliminaire des documents cartographiques du Corps des Marines des États-Unis, PI 73 (1954).

127.11 Films (général)
1939-60

Film documentaire non édité en noir et blanc et en couleur des archives cinématographiques et télévisuelles du Corps des Marines des États-Unis, Quantico, VA, d'activités importantes du Corps des Marines, y compris des séquences de combat de la Seconde Guerre mondiale et de la Corée, de l'aviation, des débarquements amphibies et d'importants militaires leaders, 1940-60 (2 913 bobines) avec documentation à l'appui (5 rouleaux de microfilm et 15 450 microfiches). Films d'entraînement sur la Seconde Guerre mondiale et films de combat dans le Pacifique Sud, 1939-45 (21 bobines).

127.12 Enregistrements sonores (général)
1942-43

Émissions de recrutement du Corps des Marines, 1942-43 (5 éléments). Bandes sonores de l'émission de radio "Marine Diary", 1978-80 (93 éléments).

127.13 Images fixes (général)
1870-1981

Photographies (197 904 images) : histoire et activités du Corps des Marines, 1905-41 (G, 16 650 images EX, 30 images), y compris des photographies d'œuvres d'art illustrant des événements remontant à 1775. Commandants du Corps des Marines, 1941 (PC, 15 images ), y compris des photographies de portraits remontant à 1776. Officiers de marine, 1905-45 (PG, 80 images), y compris des photographies de portraits remontant à 1804. Administrations présidentielles de Theodore Roosevelt à Lyndon B. Johnson, 1905-68 (PR, 1 000 images), y compris des photographies de portraits de présidents antérieurs datant de 1789. Marines et représentants du gouvernement, 1870-1941 terrains de débarquement en Haïti et à Saint-Domingue, 1923, et la 3e brigade de marine en Chine, 1927-29 (M, 150 images) . Activités marines au Nicaragua, 1912-31 (NP, 97 images). Aviateurs et aéronefs de marine, 1931-37 (MA, 25 images). Activités de combat et hors combat, principalement les théâtres d'opérations du Pacifique, la Seconde Guerre mondiale et l'occupation du Japon d'après-guerre, 1939-58, mais principalement 1942-45 (GW, 52 164 images). Activités de combat et hors combat en Corée, 1950-58, mais surtout 1950-53 (GK, 14 007 images). Entraînement, activités de préparation au combat, services de soutien et cérémonies, principalement aux États-Unis, 1939-58 (GC, 40 492 images). Formation et autres activités, y compris la collection Alfred A. Cunningham (aviation), la collection David D. Duncan (théâtre du Pacifique, Seconde Guerre mondiale) et la collection Hans Knoff (Parris Island, SC Camp Lejeune, NC Quantico, VA et Guantanamo , Cuba), 1939-58 (GS, 15 453 images). Photographies d'Indiens Navajo "Code-talkers" dans le Corps des Marines des États-Unis, 1943-48 (20 images). Photographies d'Afro-Américains et de femmes dans le Corps des Marines des États-Unis, 1943-69 (MM, 18 images). Photographies en noir et blanc des activités du Corps des Marines au Vietnam, 1962-75 (GVB, 10 100 images). Photographies en couleur des activités du Corps des Marines au Vietnam, 1962-75 (GVC, 4 700 images). Fichier de référence prêt à l'emploi, dupliquant des photographies d'autres séries, sélectionnées par le Corps des Marines comme représentatives de ses activités et utilisées et conservées par le Still Media Records Center, ministère de la Défense, 1940-81 (GR, 3 000 images GG, 40 000 images).

Négatifs photographiques et transparents couleur (318 038 images) : fichier photographique central du Corps des Marines des États-Unis (« Fichier général »), composé d'images documentant l'histoire du Corps des Marines, y compris celles utilisées pour produire les tirages photographiques décrits ci-dessus, 1871-1958 (N, 263 200 images).

Instruments de recherche: Carnets de bord négatifs photographiques pour les photographies du Corps des Marines des États-Unis, 1943-81. Index des photographies du Corps des Marines et de personnalités civiles notoires, 1927-81.

Note bibliographique : version Web basée sur le Guide to Federal Records des Archives nationales des États-Unis. Compilé par Robert B. Matchette et al. Washington, DC : Administration nationale des archives et des dossiers, 1995.
3 tomes, 2428 pages.

Cette version Web est mise à jour de temps à autre pour inclure les dossiers traités depuis 1995.


Organisation de la Brigade des Marines

Le général de division Cmdt. George Barnett était déterminé à ce qu'un corps expéditionnaire de la Marine soit à bord du premier convoi à naviguer pour la France. Le 29 mai, le président Wilson approuve l'envoi d'un régiment de Marines équipé en infanterie. La stipulation était que le régiment de Marines soit organisé et équipé selon les nouvelles tables d'organisation du temps de guerre développées par l'armée de terre. Les régiments de marine, tels qu'ils étaient, étaient de petites affaires d'environ huit cents à mille hommes, un ensemble de compagnies de fusiliers numérotées d'environ 100 hommes chacune, avec des régiments et des compagnies dispersés dans le monde entier. Les compagnies devraient être portées à un effectif d'environ 250 hommes et organisées en bataillons puis en régiments, auxquels s'ajouteraient des compagnies de mitrailleuses. Barnett a attiré des compagnies d'endroits tels que Pensacola, Norfolk, Cuba, Haïti et la République dominicaine, a rempli les compagnies à la force de guerre avec des recrues et les a formées dans le 5e Régiment de Marines, avec des bataillons à Philadelphie Navy Yard et le camp de tentes à la nouvelle base de Quantico.

Commandé par Charles Doyen, maintenant colonel, le régiment a navigué le 14 juin, en grande partie dans le nouveau transport de la Marine Henderson, et est arrivé à Saint-Nazaire le 27 juin 1917. Pershing a morcelé le régiment en tant que troupes de ligne de communication, principalement en tant que militaires. police. Le 6e Marines d'Albertus Catlin, maintenant également colonel, et le 6e Bataillon de mitrailleuses sont arrivés à la fin de 1917. Les marines ont été réunis au début de 1918 en tant que 4e Brigade, 2e Division américaine, commandée par Doyen, promue au grade de général de brigade. C'était une grosse brigade, 280 officiers et 9 164 soldats de marine, aussi grande que la plupart des divisions françaises et britanniques en sous-effectif de l'époque. Il y avait un entraînement hivernal sous les chasseurs alpins, dont le dédain pour le fusil, sauf comme endroit pour mettre la baïonnette était en conflit aigu avec les traditions marines.

Les Marines américains sur le front occidental

Les marines avaient porté leurs « kakis » et « verts » en France, mais en janvier 1918, Pershing les ordonna dans l'armée olive terne pour simplifier les problèmes d'approvisionnement et aussi, disait-on, pour rendre plus difficile l'identification des unités par l'ennemi. Doyen avait accédé à l'ordre à contrecœur. Sauf dans les zones arrière, le chapeau de campagne bien-aimé a également dû être abandonné et le bonnet "d'outre-mer" doux remplacé. Dans la ligne, le casque de tranchée plat de style britannique serait porté, parfois habillé avec l'ajout d'un emblème du Corps des Marines.
Le jour de la Saint-Patrick, la brigade s'est rendue dans un coin tranquille de tranchées au sud-est de Verdun. Quatre jours plus tard, les Allemands lancent leur offensive sur Amiens. Foch, reconstituant sa réserve, retire la division française et laisse à la brigade de marine un front de division. Ici, ils ont appris les réalités de la guerre des tranchées : coots, rats, groupes de fils, raids et gaz.

La brigade a été relevée le 9 mai et, avec le reste de la 2e division, s'est déplacée vers une zone de rassemblement au nord-ouest de Paris. La rumeur disait qu'ils suivraient la 1re division américaine dans l'attaque de Cantigny. Pershing éclaircissait impitoyablement les rangs des officiers supérieurs qu'il considérait comme trop vieux ou infirmes pour le commandement sur le terrain. Le brigadier-général Doyen était l'un des liens occasionnels. Il a été invalidé à la maison et remplacé par un favori de Pershing, Army Brig. Le général James Harbord. Harbord avait été le chef d'état-major de Pershing et il était passé de major à général de brigade en un an. Le colonel Buck Neville, maintenant commandant du 5th Marines et bien supérieur à Harbord au début de la guerre, avait toutes les raisons de penser qu'il aurait dû recevoir le commandement de la brigade. À l'arrivée d'Harbord, lorsque Neville lui a remis une paire d'emblèmes du Corps des Marines, c'était à moitié un salut, à moitié un défi. Harbord les a rapidement mis sur son col.

Marines du 6e bataillon MG, 4e brigade de marines

En plus de la brigade des Marines, la division, commandée par le major-général Omar Bundy, avait la 3e brigade d'infanterie, trois régiments d'artillerie, un régiment du génie et un bataillon de transmissions de campagne, soit au total quelque vingt-huit mille hommes. C'était une division de l'armée régulière. L'AEF de Pershing - les forces expéditionnaires américaines - était composée de trois types de divisions : l'armée régulière, la garde nationale et l'armée nationale. De manière générale, le niveau de formation et d'expérience était le plus élevé dans les divisions de l'armée régulière, moins dans les divisions de la garde nationale et moins dans les divisions de l'armée nationale.

Les Marines jouissaient d'un avantage important sur leurs homologues de l'armée. Quelque 20 pour cent des 5e Marines et 10 pour cent des 6e Marines étaient des "vieux" (définis comme quelqu'un avec plus d'un an de service). Les 9e et 23e régiments d'infanterie, leurs homologues de la 3e brigade d'infanterie, n'avaient qu'environ 5 pour cent.

Plus important encore, le corps des officiers de l'armée régulière d'avant-guerre de quelque 130 000 hommes était éparpillé dans une nouvelle armée américaine qui s'étendait de façon explosive à un million, deux millions, trois millions, quatre millions d'hommes. L'expansion du Corps des Marines fut proportionnellement bien moindre : de quinze mille à soixante-seize mille. À partir du grade de capitaine, le Corps des Marines disposait d'un réservoir d'officiers expérimentés qui avaient assisté à des batailles dans des endroits tels que la Chine, le Panama, le Nicaragua, Cuba, Haïti et Saint-Domingue. Il en était de même pour les sous-officiers supérieurs de la Marine.

Représentation du bois de Belleau par l'artiste Georges Scott

Le 31 mai, la 75e Compagnie, 1er Bataillon, 6e Marines, était cantonnée dans une ferme française avec une grange en pierre si vaste qu'elle pouvait accueillir toute la compagnie de force de guerre de 250 marines. Sgt. Gerald C. Thomas et plusieurs buddies s'étaient rendus au quartier général du régiment à environ cinq kilomètres pour les services du Memorial Day. Un coureur de l'entreprise les a trouvés et leur a dit de retourner dans la zone de l'entreprise qu'ils déménageaient. La compagnie s'est mise en ordre de marche et s'est mise sur la route. Des camions français sont arrivés et ils étaient en route, non pas vers Cantigny, mais vers le secteur Paris-Meaux, près d'un lieu-dit Château-Thierry. [Voir la série Battleground du Doughboy Center pour des articles sur le bois de Belleau, la deuxième bataille de la Marne, Saint-Mihiel, Blanc Mont et l'offensive Meuse-Argonne.]

[Après l'armistice] la 4e brigade de marines a marché à pied en Allemagne. Quelques jours après la fin des combats, ils ont reçu de nouvelles mitrailleuses Browning et des fusils automatiques pour remplacer leurs Chauchats grincheux et leurs canons Hotchkiss maladroits. Lejeune reçut une réprimande pour l'apparence minable de sa division de la part des inspecteurs cracheurs et polisseurs qui descendaient du QG. . .

After an uneventful tour of duty along the Rhine in the Army of Occupation, the Marine brigade came home to Quantico in the summer of 1919. On 12 August there was a march past the White House and the next day at Quantico the brigade was demobilized and most of its members went home, taking with them their tin hats and gas masks as authorized souvenirs. Some thirty-two thousand marines had served in France. There had been 11,366 casualties of whom 2,459 were killed or were forever missing in action. Only twenty-five marines were taken prisoner. ("Surrendering wasn't popular," said Colonel Catlin.)

Recruiting Poster Inspired by Marine Victories

After that last review, President Woodrow Wilson wrote Major General Commandant Barnett a brief note which said: "The whole nation has reason to be proud of them."

Sources and thanks: Thanks to Susan Artigiani and Susan Todd Brooks at Naval Institute Press. Jerry Beach and Bill Anderson provided the illustrations. The text is copyrighted by General Simmons and is presented here with his permission and that of his publishers. MH


US Marines - History

BIRTH OF THE UNITED STATES MARINES:
The legacy of the United States Marine Corps was born on November 10, 1775, when Congress commissioned Robert Mullan, the proprietor of Tun Tavern, located on Philadelphia's historic waterfront to raise the first two battalions of Marines, under the leadership of Samuel Nicholas, the first appointed Commandant of the Continental Marines. The U.S. Marines have been the first branch of the armed forces to serve in every war since that day, and have mounted over 300 assaults on foreign shores, from the arctic to the tropics.

ROOTS OF THE U.S. MARINES:
The United States Marine Corps can trace its heritage the British Royal Marines. Although the current ranks of the Royal Marines number quite small compared to today's US Marines (7,000 vs. 175,000), both Corps of Marines have stood side by side in conflicts around the globe and maintain their close ties. Both Corps of Marines frequently have liaison officers on exchange with each other. The USMC emblem was loosely modeled from the Royal Marines. Neither Corps' emblems incorporates a shield signifying defense, since Marines prefer to be on the offensive and attack the enemy.

During the war of 1812 with England, the British burned nearly every public building in Washington, D.C. (including the White House and the Capital). The Marine Barracks were spared the burning out of respect.

ANCIENT MARINES:
The first documented use of marines as a class of soldier in a standing army belongs to the Greeks and Romans. Themistocles, leader of the Athenians, issued a decree that his navy "enlist Marines, twenty to a ship" to turn back a Persian attack. Rome had special legions of "Milites Classiarri" or "soldiers of the fleet". Roman Marines served through out the remainder of the empire's life, not only at sea but also on land.

CONFEDERATE MARINES:
On 16 March 1861, The Congress of the Confederate States of America established the Confederate States Marine Corps. On 23 May 1861, Col. Lloyd J. Beall, a West Point graduate who resigned his U.S. Army commission to "go south," was appointed as the Colonel-Commandant. Col. Beall served as Colonel-Commandant of the Confederate States Marine Corps until the end of the American Civil War in 1865.

SEMPER FIDELIS:
The Marine Corps adopted Semper Fidelis as its official motto in 1883 (Semper Fidelis is also the title of the official musical March of the Marine Corps). Translated from Latin, Semper Fidelis means "Always Faithful." U.S. Marines use an abbreviated verbal version, "Semper Fi," to voice loyalty and commitment to their Marine comrades-in-arms. Previous mottos of the Marine Corps were:
(1) "To the Shores of Tripoli," adopted in 1805.
(2) "Fortitude," adopted in 1812.
(3) "From the Halls of Montezuma to the Shores of Tripoli," adopted in 1848.
(4) "By Sea and by Land," adopted in the 1850's.

ONCE A MARINE, ALWAYS A MARINE:
Once a Marine, Always a Marine: This truism was adopted as the official motto of the Marine Corps League. The origin of the statement is credited to a gung-ho Marine Corps Master Sergeant, Paul Woyshner. During a barroom argument he shouted, "Once a Marine, always a Marine!" MSgt. Woyshner was right. Once the title "U.S. Marine" has been earned, it is retained. There are no ex-Marines or former-Marines. There are (1) active duty Marines, (2) retired Marines, (3) reserve Marines, and (4) Marine veterans. Nonetheless, once one has earned the title, he remains a Marine for life.

OFFICIAL BIRTHDAY OF THE USMC:
All U.S. Marines are gung-ho. But, few can match the vision and total commitment of the famous 13th Commandant, General John A. LeJeune. In 1921 he issued Marine Corps Order No. 47, Series 1921.

General LeJeune's order summarized the history, mission, and tradition of the Marine Corps. It further directed that the order be read to all Marines on 10 November of each year to honor the founding of the Marine Corps. Thereafter, 10 November became a unique day for U.S. Marines throughout the world.

Soon, some Marine commands began to not only honor the birthday, but celebrate it. In 1923 the Marine Barracks at Ft. Mifflin, Pennsylvania, staged a formal dance. The Marines at the Washington Navy Yard arranged a mock battle on the parade ground. At Guantanamo Bay, Cuba, the Marine baseball team played a Cuban team and won, 9 to 8.

THE MARINE CORPS BALL:
The first "formal" Birthday Ball took place in Philadelphia in 1925. First class Marine Corps style, all the way. Guests included the Commandant, the Secretary of War (in 1925 it was Secretary of War, not Secretary of Defense), and a host of statesmen and elected officials. Prior to the Ball, General LeJeune unveiled a memorial plaque at Tun Tavern. Then the entourage headed for the Benjamin Franklin Hotel and an evening of festivities and frolicking.

Over the years the annual Birthday Ball grew and grew, taking on a life of its own. In 1952 the Commandant, General Lemuel C. Shepherd, Jr., formalized the cake-cutting ceremony and other traditional observances. For example, Marine Corps policy now mandates that the first piece of cake must be presented to the oldest U.S. Marine present. The second piece goes to the youngest Marine. Among the many such mandates is a solemn reading of the Commandant's birthday message to the Corps.

Like the U.S. Marine Corps itself, the annual Birthday Ball has evolved from simple origins to the polished and professional functions of today. Nonetheless, one thing remains constant, the tenth day of November. This unique holiday for Marine warriors is a day of camaraderie, a day to honor Corps and Country.Throughout the world on 10 November, U.S. Marines celebrate the birth of their Corps -- the most loyal, most feared, most revered, and most professional fighting force the world has ever known.

ABOUT THE U.S. MARINES:
The United States Marine Corps is a force in readiness always prepared to fight, anywhere, anytime.

There is a special aura surrounding the word "Marine." It means something different from a soldier, a cut above, and more can be expected from this person. Pride and cockiness are the trademarks of Marines, the strongest brotherhood in the world. To serve in the Marine Corps is to serve in an organization that demands and delivers excellence beyond all others. Service in the Marines leaves a lasting impression upon the innermost being of everyone who is privileged enough to serve. "Once a Marine, Always a Marine." To dispute this is to invite a brawl.

Marines enjoy a reputation of prowess in battle, that was earned "in every clime and place" throughout the world in our nation's history.

U.S. MARINES THE WORLD'S GREATEST WARRIORS:
Why are U.S. Marines considered the world's premier warriors?
What puts the Marine Corps above the rest? Other military services have rigorous training and weapons of equal or greater lethality. So, why do U.S. Marines stand head and shoulders above the crowd?

The truth lies in each person who wants to be a Marine. They did not just join the Marines. They must prove that they are Marines. Many have tried and failed. Only those who survive the crucible of Marine basic training, have been sculpted in mind and body into a Marine. They have become and proven they are Marines.

Once they have earned the title and entered the Brotherhood of Marines, then the new warrior can draw upon the legacy of his Corps. Therein lies their strength. In return, the strength of the Corps lies in the individual Marine. The character (often defined as "what you are in the dark") of these warriors is defined by the three constant Corps Values: honor, courage, and commitment.

HONOR: Honor requires each Marine to exemplify the ultimate standard in ethical and moral conduct. Honor is many things honor requires many things. A U.S. Marine must never lie, never cheat, never steal, but that is not enough. Much more is required. Each Marine must cling to an uncompromising code of personal integrity, accountable for his actions and holding others accountable for theirs. And, above all, honor mandates that a Marine never sully the reputation of the Corps.

COURAGE: Simply stated, courage is honor in action -- and more. Courage is moral strength, the will to heed the inner voice of conscience, the will to do what is right regardless of the conduct of others. It is mental discipline, an adherence to a higher standard. Courage means willingness to take a stand for what is right in spite of adverse consequences. This courage, throughout the history of the Corps, has sustained Marines during the chaos, perils, and hardships of combat. And each day, it enables each Marine to look in the mirror -- and be proud.

COMMITMENT: Total dedication to Corps and Country. Gung-ho Marine teamwork. All for one, one for all. By whatever name or cliche, commitment is a combination of selfless determination and a relentless dedication to excellence. Marines never give up, never give in, never willingly accept second best. Excellence is always the goal. And, when their active duty days are over, Marines remain reserve Marines, retired Marines, or Marine veterans. There is no such thing as an ex-Marine or former-Marine. Once a Marine, always a Marine. Commitment never dies.

THE THREE CORPS VALUES: Honor, Courage, Commitment. They make up the bedrock of the character of each individual Marine. They are the foundation of the Corps. These three values, handed down from generation to generation, have made U.S. Marines the Warrior Elite. The U.S. Marine Corps: the most respected and revered fighting force on earth.

U.S. MARINE MASCOT:
Thanks to the German Army, the U.S. Marine Corps has an unofficial mascot. During World War I many German reports had called the attacking Marines "teufel-hunden," meaning Devil-Dogs. Teufel-hunden were the vicious, wild, and ferocious mountain dogs of German Bavarian folklore.

Soon afterward a U.S. Marine recruiting poster depicted a snarling English Bulldog wearing a Marine Corps helmet. Because of the tenacity and demeanor of the breed, the image took root with both the Marines and the public. The Marines soon unofficially adopted the English Bulldog as their mascot.

At the Marine base at Quantico, Virginia, the Marines obtained a registered English Bulldog, King Bulwark. In a formal ceremony on 14 October 1922, Brigadier General Smedley D. Butler signed documents enlisting the bulldog, renamed Jiggs, for the "term of life." Private Jiggs then began his official duties in the U.S. Marine Corps.

A hard-charging Marine, Pvt. Jiggs did not remain a private for long. Within three months he was wearing corporal chevrons on his custom-made uniform. On New Years Day 1924, Jiggs was promoted to Sergeant. And in a meteoric rise, he got promoted again -- this time to Sergeant Major -- seven months later.

SgtMaj. Jiggs' death on 9 January 1927 was mourned throughout the Corps. His satin-lined coffin lay in state in a hangar at Quantico, surrounded by flowers from hundreds of Corps admirers. He was interred with full military honors.

A replacement was soon on the way. Former heavyweight boxing champion, James J. "Gene" Tunney, who had fought with the Marines in France, donated his English Bulldog. Renamed as Jiggs II, he stepped into the role of his predecessor.

But there was a big problem. No discipline! Jiggs chased people, he bit people. He showed a total lack of respect for authority.The new Jiggs would have likely made an outstanding combat Marine, but barracks life did not suit him. After one of his many rampages, he died of heat exhaustion on 1928. Nonetheless, other bulldogs followed. During the 1930s, 1940s, and early 1950s they were all named Smedley, a tribute to General Smedley Butler.

In the late 1950s the Marine Barracks in Washington, the oldest post in the Corps, became the new home for the Corps' mascot. Renamed Chesty to honor the legendary Lieutenant General Lewis B. "Chesty" Puller, Jr., the mascot made his first formal public appearance at the Evening Parade on 5 July 1957. In his canine Dress Blues, Chesty became an immediate media darling, a smash hit.

After the demise of the original Chesty, the replacement was named Chesty II. He became an instant renegade. You name it, he did it. He even escaped and went AWOL once. Two days later he was returned in a police paddy wagon. About the only thing he ever managed to do correctly was to sire a replacement.

In contrast to his father, Chesty III proved to be a model Marine. He even became a favorite of neighborhood children, for which he was awarded a Good Conduct Medal. Other bulldogs would follow Chesty III (bulldogs don't live long). When Chesty VI died after an Evening Parade, a Marine detachment in Tennessee called Washington. Their local bulldog mascot, Lance Corporal Bodacious Little, was standing by for orders to Washington.


The History and Roles of the US Marine Corps

The Marine Corps was founded on Nov. 10, 1775, when the Continental Congress ordered two battalions of Marines be created to serve during the Revolutionary War. They further resolved that this force be acquainted with maritime operations in order to serve aboard naval vessels. Thus, the United States Marine Corps always has been an expeditionary naval force ready to defend the nation's interests overseas.

Official Marine statements include:

"We are warriors, one and all. Born to defend, built to conquer. The steel we wear is the steel within ourselves, forged by the hot fires of discipline and training. We are fierce in a way no others can be. We are Marines."

"In the Marines, everyone -- sergeant, mechanic, cannoneer, supply man, clerk, aviator, cook -- is a rifleman first. All speak the language of the rifle and bayonet, of muddy boots and long, hot marches. It's never us and them, only us. That is the secret of the Corps." -- Col. Daniel F. Bolger, U.S. Army, "Death Ground: Today's American Infantry in Battle''

The saying goes, "Every Marine a rifleman first." This quickly demonstrates the Marines' intense focus on warfare. Their well-known slogan, "The Few, The Proud, The Marines," expresses the Marine Corps' intense focus on values. Warriors with values -- this defines the Marine Corps.

The Verdict: Of all the branches, none is as proud as the Marines. Most who become Marines do so because it's their calling, not because of benefits or other reasons. If you don't like the idea of running and shooting a gun, do not join the Marines! On the other hand, if you like missions on land and sea (and even in the air), if you place values and honor above yourself, accept large mental and physical challenges constantly and would be excited to be among the first "on the scene," you may be Marine material.


The Halls of Montezuma: Marines at Chapultepec

In 1846, the United States of America went to war with the United Mexican States. Political maneuvering by President James K. Polk and a vested interest in the Republic of Texas ensured the US would throw everything they could into the conflict. Despite a small peace-time army dependent on volunteers, the self-righteous might of the Republic ground away at the Mexican forces.

In less than two years, the Mexican Navy lay in sunken graves, their Army reduced to its final holdout of Mexico City. It was there that the most underfunded, underappreciated branch of the US military at the time once more made a name for themselves. Along with nearly 7,000 soldiers, General Winfield Scott also marched on Mexico City with 400 members of the United States Marine Corps. They had marched to the shores of Tripoli now they would march to the Halls of Montezuma.

Daguerreotype of Polk attributed to Mathew Brady, 1849

Having encircled the Mexican Army from the north, west, and south, all that remained to secure victory was to take the capital, and bring the war to an end. The remaining Mexican forces prepared as best they could, numbering twice over the American forces arrayed against them. General Scott, aware of the assembled numbers and the city’s formidable layout, knew that to take the city, first he needed to overrun the stronghold of Chapultepec.

Bataille de Chapultepec pendant la guerre américano-mexicaine, peinture de Carl Nebel.

A fort anchoring the city’s defenses, it also doubled as the Mexican Military Academy, its defenders including military cadets determined to fight to the last. Having prepared his forces, on the dawn of September 12, General Scott ordered an artillery bombardment against the fortress.

The General’s report on the battle noted

“Before nightfall, which necessarily stopped our batteries, we had perceived that a good impression had been made on the castle and its outworks, and that a large body of the enemy had remained outside, towards the city, from an early hour to avoid our fire, and to be at hand on its cessation, in order to reinforce the garrison against an assault. The same outside force was discovered the next morning, after our batteries had reopened upon the castle, by which we again reduced its garrison to the minimum needed for the guns.”

Scott in 1855, painted by Robert Walter Weir

The second bombardment ended at 8:00 AM, the signal for General Scott’s assault on the stronghold. The General’s assault plan, carefully formulated with his own resources, the enemy’s defenses, and the fort’s construction in mind, was based partly on the advice of a young Army engineer named Robert E. Lee.

The plan called for three assault columns and two advance storming parties. Colonel William Trousdale would lead the left flank, composed of the 11 th and 14 th infantry divisions. Colonel Timothy Patrick Andrews led four companies of skirmishers along the center, and on the right the remaining skirmishers marched under the direction of Colonel Joseph E. Johnston.

Reconstruction of an American and a Mexican Infantry soldier’s (from left to right) uniform during the Mexican–American War. Photo: DevonTT / Flicrk / CC-BY-SA 2.0

Along with the advancing infantry and reserves, two storming parties lay ready to hurl themselves into the breach and seize the fort. Major General Gideon Pillow, with an “assaulting party of some two hundred and fifty volunteer officers and men, under Captain McKenzie, of the 2d artillery” prepared along with a similar party readied by Major Levi Twiggs.

Both parties, totaling roughly five hundred men, were given scaling ladders and found themselves accompanied by a portion of the Marine Corps contingent. Forming the bulk of the right flank around the city defenses, the three columns advanced, the Mexican defenders firing the entire way.

“Military College of Chapultepec”, hand tinted lithograph published by Nathaniel Currier, c. 1847. The flagpole holds a United States flag.

Colonel Trousdale led his forces in a flanking maneuver around the fortress to cut off reinforcements and bottle in the determined defenders. Johnston’s forces, meanwhile, assaulted the south wall, driving the defenders back as they assaulted and scaled the redan and nearby redoubt, allowing them to fire on the fort’s southern parapet. Aided by mortar fire, the two other prongs charged forward through open terrain and swampland to finish the job started by Trousdale and the forlorn hopes.

“Storming of Chapultepec in Mexico”

With reinforcements nowhere in sight, Chapultepec’s defenders, consisting of deserting Irish soldiers from the US Army and Academy cadets, fought a gallant defense worthy of the location of their last stand. With the fort all but secured, the battle for the rest of Mexico City began.

The Marine contingent raised the American flag to signal the fort’s capture, guarding the streets when it came time for General Scott to make his appearance. The Marines sustained astounding losses ninety percent of those who participated in the fort’s capture were killed in combat. To commemorate their sacrifice, the Marine Corps added red “bloodstripes” to their dress blue uniform trousers. The Marine Corps had completed its hymnal journey, from one shore to the next.


Voir la vidéo: Yhdysvaltain agentiksi epäilty pidätettiin Moskovassa (Décembre 2021).