Informations

La rivalité historique entre les scouts et les éclaireuses


Parmi les nombreux groupes de scoutisme que les enfants américains pouvaient rejoindre au début des années 1900, deux ont émergé pour régner sur le siècle. En 1910, plusieurs groupes de scouts de garçons, comme les Woodcraft Indians et les Sons of Daniel Boone, se sont réunis pour former le groupe numéro un, les Boy Scouts. Les Camp Fire Girls ont été fondées plus tard la même année; mais a finalement été éclipsée par le groupe numéro deux, les Girls Scouts. Ce groupe a été fondé en 1912 par Juliette Gordon Low, qui s'est inspirée des guides britanniques.

Au début, les Camp Fire Girls et les Girl Scouts enseignaient les compétences de plein air tout en se concentrant davantage sur les compétences domestiques que les Boy Scouts. Pourtant, les chefs scouts masculins acceptaient beaucoup mieux les Camp Fire Girls, écrit Leslie Paris dans Nature des enfants : l'essor du camp d'été américain.

« Les uniformes kaki des éclaireuses et leur adoption de l'exercice militaire menaçaient le chef des scouts, James West, qui considérait les Camp Fire Girls comme une contrepartie plus adaptée au genre », écrit-elle. « West s'est particulièrement opposé à l'utilisation du terme « éclaireur » par les éclaireuses, craignant que si le terme devenait féminisé, il deviendrait impropre à l'aventure des garçons. »

Au fil du temps, ces politiques de genre ont changé. En 1975, les Camp Fire Girls sont devenues Camp Fire, une organisation non sexiste pour tous les enfants. Les Boy Scouts of America et Girl Scouts of the USA, qui sont devenus les groupes de scoutisme les plus populaires du pays, ont également élargi leurs badges pour inclure plus de types de compétences.

Pourtant, au cours des deux dernières années, une querelle s'est développée entre les Boy et les Girl Scouts. Et en octobre 2017, cela a finalement atteint son paroxysme.

Ce mois-là, les Boy Scouts ont annoncé qu'ils accepteraient des filles dans certaines de leurs initiatives. Cette décision a été accueillie avec les oui et les non attendus en ce qui concerne l'inclusion du genre sur les réseaux sociaux, mais la trace écrite derrière la décision suggère qu'elle a plus à voir avec les résultats des Boy Scouts que l'égalité des sexes.

En août 2017, Buzzfeed a publié une lettre des Girl Scouts aux Boy Scouts les accusant de mener une « campagne secrète pour recruter des filles dans des programmes gérés par les Boy Scouts ». Les deux groupes ont vu leurs adhésions diminuer au cours des dernières décennies, et la lettre accusait les Boy Scouts d'essayer d'augmenter les adhésions en ciblant les filles "plutôt que de travailler pour attirer les 90 pour cent de garçons qui ne sont pas impliqués dans les programmes BSA" (aïe).

La lettre accusait également les Boy Scouts de faire « des remarques désobligeantes et fausses sur la programmation des Girl Scouts ». Le jour où les Boy Scouts ont annoncé qu'ils ouvriraient certains de leurs programmes aux filles, Ardoisea écrit que les éclaireuses "avaient entendu de plusieurs conseils locaux que leurs homologues scouts recrutaient des parents dans des programmes mixtes en disant que les éclaireuses ne seraient plus là plus longtemps" (aïe).

En mai 2018, les Boy Scouts ont annoncé qu'ils se rebaptiseraient « Scouts BSA », pour refléter le fait que les filles sont les bienvenues dans le programme. « Nous voulions atterrir sur quelque chose qui évoque le passé, mais qui exprime également la nature inclusive du programme à l'avenir », a déclaré le directeur général des scouts Mike Surbaugh.

Il reste à voir combien de filles finiront par rejoindre les Boy Scouts. Mais rassurez-vous, cette querelle est loin d'être terminée.


Histoire des Boy Scouts of America

Les Boy Scouts d'Amérique (BSA) a été inspiré et modelé sur la Boy Scout Association, créée par Baden-Powell en Grande-Bretagne en 1908. Au début des années 1900, plusieurs organisations de jeunesse étaient actives, et beaucoup sont devenues membres de la BSA (voir Scoutisme aux États-Unis) .

Histoire des Boy Scouts of America
Fondé1910
Portail du Scoutisme

La BSA a été fondée en 1910 et s'est développée rapidement et est devenue la plus grande organisation de jeunesse aux États-Unis. Les premiers problèmes concernaient la race, le "problème du jeune garçon" et le "problème du garçon plus âgé". Les troupes ont d'abord suivi la politique de la communauté locale sur la race. Pour les garçons plus jeunes, le programme Cubbing a vu le jour et pour les garçons plus âgés, les programmes Rovering et Exploring ont été développés. Des programmes supplémentaires et des changements ont eu lieu au fil des ans pour adapter le programme aux jeunes du jour.


1912 : Première médaille de l'Aigle décernée

Le Manuel pour garçons de 1911 expliquait : « Tout scout de première classe se qualifiant pour vingt et un insignes de mérite aura le droit de porter l'insigne de mérite scout le plus élevé. Il s'agit d'une tête d'aigle en argent et représente le scout parfait à tous points de vue.

Un an plus tard, Arthur Rose Eldred de Troop 1 à Rockville Center, N.Y., est devenu le premier Eagle Scout officiel. La médaille qu'il a reçue ressemblait beaucoup à l'épinglette Eagle d'aujourd'hui.

D'autres scouts suivirent bientôt ses traces. Au fil du temps, le scoutisme a formalisé le chemin vers Eagle en développant les rangs Star et Life en ajoutant des exigences pour le leadership de troupe, le service, des badges de mérite spécifiques et des mois d'ancienneté à chaque rang et en fixant un âge supérieur de 18 ans pour l'achèvement.

En 1982, 1 million de scouts étaient devenus des aigles. Le décompte a dépassé les 2 millions en 2009, ce qui témoigne de la valeur de la méthode d'avancement de la BSA. Ce nombre comprend le fils d'Arthur Eldred, deux petits-fils et plusieurs arrière-petits-fils.


Les années 1920

Les éclaireuses se sont élargies pour inclure des filles en dehors des États-Unis, avec des troupes formées en Chine, en Syrie et au Mexique. À l'époque, les éclaireuses portaient généralement des uniformes kaki foncé, en sergé ou en sergé avec une chemise sur mesure et une cravate en soie. Une épingle en trèfle était portée juste en dessous du nœud, ce qui signifiait la promesse des éclaireuses. La plupart des premiers uniformes étaient faits maison, avec des boutons officiels remis aux filles à ajouter. En 1926, le Brown Book for Brown Owls, le premier guide officiel du programme pour les éclaireuses Brownie, fut publié et les éclaireuses Brownie reçurent leur propre insigne. De nouveaux uniformes de "Girl Scout Green" ont été adoptés en 1928 pour les éclaireuses et les adultes pour remplacer les uniformes kaki portés plus tôt dans la décennie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La rivalité historique entre les scouts et les éclaireuses - HISTOIRE

Cette brève histoire a été recherchée et écrite par le chef scout Jeff Snowden en 1984, et a été continuellement mise à jour depuis. Il est basé sur des recherches considérables (voir la liste de références à la fin) et sur une expérience personnelle. L'histoire se veut exacte et factuelle, mais contiendra bien sûr quelques interprétations personnelles des événements. Les corrections de fait sont toujours les bienvenues.

Contenu

Scoutisme Mondial

Baden-Powell

Le scoutisme a commencé en Angleterre en 1908, créé par le général Robert Baden-Powell. B-P, un célibataire de 50 ans à l'époque, était l'un des rares héros à sortir de la 2e guerre d'Afrique du Sud ('Boer') de Grande-Bretagne. Il était principalement connu pour ses idées inhabituelles sur le scoutisme militaire, expliquées dans son livre Aides au Scoutisme. Surpris de découvrir que de nombreux garçons utilisaient son livre militaire comme guide pour les activités de plein air, il a commencé à réfléchir à la façon dont il pourrait convertir ses concepts de scoutisme militaire pour les hommes en « scoutisme de paix » pour les garçons. Rassemblant des idées de nombreuses sources, il a testé son programme sur un groupe de garçons sur l'île de Brownsea en août 1907. Le camp de l'île a réussi, alors B-P a réécrit son livre militaire, l'appelant Scoutisme pour les garçons (sorti au début de 1908). Le climat était propice à un programme pour les jeunes comme le Scoutisme, et il s'est rapidement répandu dans le Commonwealth britannique, puis dans d'autres pays.

Une fois que le Scoutisme est devenu un phénomène mondial, un certain nombre de personnes ont fait valoir leurs contributions et même la priorité sur Baden-Powell, et B-P n'a pas particulièrement pris soin de créditer pleinement ses sources. La source la plus importante est venue d'Ernest Thompson Seton, qui avait lancé un programme vaguement organisé pour les garçons aux États-Unis en 1902. Seton a rencontré B-P en 1904 et lui a donné une copie de son manuel, que B-P a largement utilisé pour développer ses idées scoutes.

Quand le Scoutisme a-t-il commencé ? Bien qu'il y ait eu plusieurs organisations pour garçons créées entre les années 1880 et le début des années 1900, aucune d'entre elles n'a jamais approché le succès du scoutisme de Baden-Powell et a disparu le plus rapidement (ou a fusionné avec le scoutisme). Pendant de nombreuses années, la Boy Scout Association du Royaume-Uni et l'Organisation mondiale du mouvement scout ont célébré l'année de fondation du Scoutisme mondial en 1908, lorsque B-P's Scoutisme pour les garçons a été publié. Plus récemment, ils ont déplacé la date de fondation au 1er août 1907, jour d'ouverture du camp d'essai de l'île de Brownsea, même s'il n'y avait aucun programme de scoutisme disponible (même pour les garçons de l'île de Brownsea) jusqu'à la sortie de Scoutisme pour les garçons.

Le Scoutisme Mondial Aujourd'hui

Aujourd'hui, le Scoutisme est présent dans 190 des 195 pays indépendants du monde. Les États-Unis ont une seule organisation scoute nationale (de nombreux pays, en particulier en Europe, ont plusieurs organisations scoutes distinctes, divisées par religion ou langue, avec des uniformes, des avancements et des hiérarchies nationales différents). Le Scoutisme est le mouvement de jeunesse le plus réussi au monde. [Plus d'informations sur le Scoutisme international peuvent être trouvées sur notre Scoutisme Mondial page.]

Scoutisme aux États-Unis

Boy Scouts of America (BSA)

William Boyce. Les Boy Scouts of America (BSA) ont été fondés par l'éditeur de Chicago William Boyce le 8 février 1910. À cette époque, aux États-Unis, il existait plusieurs autres organisations de jeunesse peu structurées et orientées vers l'extérieur, certaines utilisant le nom "Boy Scout" et d'autres utilisant d'autres noms. , et il existait déjà un certain nombre de troupes utilisant une variante du programme scout britannique. La principale contribution de Boyce a été d'organiser la BSA en tant qu'entreprise. Il a incorporé l'organisation (à Washington, DC, plutôt qu'à Chicago), a recruté des professionnels clés de la jeunesse (en particulier du YMCA) pour concevoir et exploiter le programme, et il a fourni un financement clé pour l'organisation naissante.

YMCA— Dans une large mesure, le YMCA a géré le BSA au cours de sa première année, en particulier le directeur du YMCA, Edgar Robinson, qui a le premier suggéré à Boyce que le YMCA était bien placé pour fournir une structure et un leadership aux jeunes Boy Scouts of America. Robinson a installé le premier bureau de la BSA à côté du sien à Manhattan (New York City) et a recruté un responsable du YMCA, John Alexander, pour être le premier «secrétaire de direction» de la BSA.

Actions précoces. Le nouveau BSA a rapidement établi un bureau national, développé un manuel temporaire, recherché l'approbation de Baden-Powell (qu'ils ont obtenu) et a poursuivi les efforts commencés par Boyce pour obtenir une charte du Congrès du Congrès américain (qu'ils ont obtenu en 1916). Ils ont également lancé une campagne active pour absorber toutes les autres organisations de jeunesse de type scout dans la BSA, souvent simplement en invitant les dirigeants rivaux à devenir membres du nouveau Conseil national de la BSA. La fusion finale était le Rhode Island Boy Scouts (commencé en 1910, fusionné avec BSA en 1917). Le seul obstacle était le militariste « American Boy Scout » (appelé « US Boy Scout » après 1913), fondé en mai 1910 (juste trois mois après la BSA) et parrainé par l'éditeur William Randolph Hearst. La confusion avec les noms des deux organisations a nui à la fois à la collecte de fonds et à la réputation de la BSA en recourant aux tribunaux fédéraux. 1919.

Premiers rivaux de BSA—Certains des premiers programmes de type Scoutisme non-BSA aux États-Unis comprenaient :

  • 'American Boy Scout' (ABS, changé en 'US Boy Scout' en 1913), fondé en mai 1910 et parrainé par l'éditeur William Randolph Hearst jusqu'à ce qu'il retire son soutien en décembre 1910, citant des irrégularités financières dans l'organisation. Les Scouts ABS ont percé avec des fusils (parfois chargés), et au moins un Scout ABS a été accidentellement abattu par un autre Scout.
  • 'Boy Scouts of the United States', formé en mai 1910, avec le colonel à la retraite de l'armée américaine Peter Bomus comme chef scout. Bomus a brièvement rejoint le Conseil national de la BSA.
  • 'Chevaliers du roi Arthur', Frank Lincoln Masseck (a rejoint le Conseil national de la BSA).
  • 'Chevaliers du Saint Graal', Perry Edwards Powell (a rejoint le Conseil national de la BSA).
  • 'Lone Scouts of America', fondée en 1915 par le fondateur de BSA Boyce, qui était devenu insatisfait de la BSA, et a créé la LSA pour les garçons vivant dans des zones isolées. La LSA a fusionné avec la BSA en 1923.
  • « National Scouts of America », le colonel William Verbeck (a rejoint le Conseil national de la BSA).
  • 'New England Boy Scouts' (NEBS), un spin-off du 'American Boy Scout'. Le responsable de NEBS, George S. Barton, a fondé un magazine appelé La vie des garçons au début de 1911, et plus tard vendu à la BSA à la mi-1912 pour 6000 $.
  • « Éclaireurs de la paix de Californie »
  • 'Rhode Island Boy Scouts' (RIBS), a fusionné avec BSA en 1917, et existe toujours aujourd'hui en tant que Conseil Narragansett de la BSA.
  • 'Sons of Daniel Boone' (plus tard appelé Boy Pioneers of America), Daniel Beard. Beard est devenu le commissaire scout national de la BSA en 1910, mais n'a jamais complètement fusionné son organisation avec la BSA, même s'il est resté une partie active de la direction nationale de la BSA pour le reste de sa vie.
  • 'Indiens Woodcraft', Ernest Thompson Seton. Seton est devenu le premier chef scout de BSA, jusqu'à ce qu'il soit contraint de démissionner en 1915. Il n'a jamais complètement fusionné son organisation avec BSA et a tenté de la revitaliser sous le nom de Woodcraft League après 1915. Il existe encore quelques organisations de Woodcraft dans le monde aujourd'hui.
  • Scouts du YMCA, le YMCA a parrainé un certain nombre de premières troupes et les a fusionnées avec le programme BSA à partir de juin 1910.

Les fondateurs. Trois personnes ont plus que toute autre influencé le développement de la BSA : Ernest Thompson Seton, James West et, dans une moindre mesure, Daniel Beard.

Daniel Carter Barbe."Oncle Dan" Beard était aimé par des millions de scouts américains au cours de sa vie. Artiste et amateur de plein air bien connu, il avait fondé une organisation de type scout appelée les Sons of Daniel Boone en 1905. Bien qu'elle ait beaucoup en commun avec le scoutisme, elle manquait de structure organisationnelle (elle était promue par plusieurs magazines). Il ne semble pas que Baden-Powell ait utilisé la littérature de Dan Beard lorsqu'il a formulé ses idées pour le scoutisme.

Ernest Thompson Seton. Seton, un écrivain et artiste célèbre, avait fondé un programme pour garçons vaguement structuré appelé les Woodcraft Indians en 1902. Seton s'était également rendu en Angleterre en 1904, où il avait rencontré Baden-Powell et lui avait donné une copie de son manuel pour les Woodcraft Indians. . B-P a utilisé de nombreuses idées de Seton lorsqu'il a développé son programme de scoutisme. En effet, l'introduction de Seton à l'édition originale du Boy Scout Handbook de la BSA montre clairement qu'il se considérait comme le véritable fondateur du mouvement scout mondial : "En 1904, je suis allé en Angleterre pour poursuivre le travail [de favoriser un " et le mouvement scout"], et, connaissant le général RSS Baden-Powell comme le principal défenseur du scoutisme dans l'armée britannique, l'invita à coopérer avec moi pour rendre le mouvement populaire. En conséquence, en 1908, il organisa son mouvement Boy Scout, incorporant les principes des Indiens [Woodcraft] avec d'autres caractéristiques éthiques portant sur les caisses d'épargne, les exercices d'incendie, etc. et livre fascinant. » Lorsque William Boyce a incorporé les Boy Scouts of America en 1910, Seton a rejoint la nouvelle organisation et est devenu le premier chef scout de la BSA (de 1910 à 1915).

James Ouest. West était un avocat de Washington, DC, actif dans les affaires de mineurs. Recruté en 1911 en tant que secrétaire exécutif, West a rapidement changé son titre en chef de l'exécutif scout. West a créé une structure nationale bien organisée qui a été la clé de la croissance et de la réputation de la BSA. Bien qu'il ait eu l'intention de faire du scoutisme une diversion temporaire de sa carrière juridique, West est resté chef exécutif des scouts de 1911 jusqu'à sa retraite en 1943.

Lutte pour le pouvoir. West et Seton (ainsi que Beard) se disputaient constamment la direction de la BSA. L'histoire de leur rivalité, et comment elle a affecté le jeune BSA, est fascinante [voir La fête scoute, 2010, par Scott & Murphy]. West était l'organisateur et avait le soutien du conseil d'administration sur la direction que devait prendre BSA. Beard a finalement trouvé une niche en écrivant pour le magazine Boys Life et en faisant des apparitions dans tout le pays. Mais les idées de Seton étaient trop souvent contraires à ce que West et le conseil d'administration croyaient, et finalement Seton a été contraint de démissionner de la BSA (décembre 1915). À la demande de Seton, tous les chapitres qu'il avait rédigés pour le manuel Boy Scout (Manuel pour les garçons) ont été supprimés avec la 14e impression en 1916, et remplacés par des chapitres similaires par d'autres auteurs. Néanmoins, ni le Scoutisme mondial ni la BSA ne seraient ce qu'ils sont sans les contributions de Seton.

Programmes de type scout pour les filles aux États-Unis

Aux États-Unis, les filles ont eu deux options principales similaires au scoutisme : Camp Fire (anciennement appelé Camp Fire Girls, a commencé en 1910) et Girl Scouts of the USA (a commencé en 1912). Plus récemment, il y a eu plus de concurrence avec plusieurs nouvelles organisations de type scout pour les filles.

Feu de camp a commencé presque immédiatement après les Boy Scouts, et les fondateurs de la BSA ont été impliqués très tôt, y compris James E. West (le nouveau directeur des scouts de la BSA), qui a toujours considéré Camp Fire comme l'équivalent pour les filles du Boy Scouting. À l'origine réservé aux filles, le programme est devenu mixte en 1975. [Pour en savoir plus sur Camp Fire, consultez notre Organisations de type scout page.]

Les Éclaireuses a commencé en 1912, fondée sous le nom de Girl Guides of America par Juliette Gordon "Daisy" Low. Après une année de faible croissance, Low a changé le nom en Girl Scouts of the US en 1913 pour profiter de la reconnaissance du nom des Boy Scouts (l'organisation a légèrement modifié son nom en Girl Scouts of the USA en 1947). Il a reçu une charte du Congrès en 1950. Alors que les organisations de scoutisme et de guidisme dans de nombreux pays ont fusionné, les deux organisations américaines restent complètement séparées. Alors que Baden-Powell, qui a fondé les deux mouvements mondiaux, estimait que les filles devraient s'appeler Guides, le changement de nom du programme américain en Girl Scouts a causé plus d'un siècle de confusion pour le public et pour les donateurs potentiels. À partir de 1910, une organisation de filles rivale appelée Girl Scouts of America (fondée à Des Moines, Iowa) a existé pendant quelques années, mais n'a jamais dépassé un petit nombre de troupes.

Le scoutisme féminin américain est divisé en six divisions en fonction du niveau scolaire :

  • Girl Scout Daisies, classes K-1, anciennement appelées Daisy Scouts
  • Girl Scout Brownies, 2e et 3e années
  • Girl Scout Juniors, 4e et 5e années
  • Éclaireuses cadettes, de la 6e à la 8e année
  • Girl Scout Seniors, niveaux 9-10
  • Girl Scout Ambassadrices, 11e-12e années

Les programmes d'éclaireuses d'âge scolaire ont eu beaucoup de mal à concourir pour les filles avec le programme Exploring de la BSA après qu'Exploring soit devenu étudiante en 1971. Et l'organisation des éclaireuses a été à la fois hostile et défensive depuis que les Boy Scouts of America ont annoncé son plan (en fin 2017) pour offrir des programmes aux filles de la maternelle à 20 ans.

Vous trouverez plus d'informations sur notre Éclaireuses des États-Unis page.

Depuis les années 1990, d'autres organisations ont organisé de nouvelles compétitions pour les filles intéressées par un programme de type scout, notamment Filles du patrimoine américain (1995), Filles de la frontière (2007), et maintenant le Boy Scouts d'Amérique (Venturing & Sea Scouts en 1971 [ces programmes s'appelaient Exploring & Sea Exploring à cette époque] Louveteaux en 2018 et Scouts en 2019).

Vous trouverez plus d'informations sur ces programmes et d'autres programmes de type scout sur notre Organisations de type scout et scoutes alternatives page.

Dernière révision de cette page : 19 octobre 2018
Copyright © 1996-2018 par Troop 97 BSA


Faits saillants historiques

De nombreux événements récurrents, tels que les Jamborees Scouts Mondiaux, les Moots et les Conférences Mondiales du Scoutisme, ne sont mentionnés que la première fois qu'ils ont eu lieu.

Pour plus d'informations, voir « L'histoire du scoutisme » et « Baden-Powell » .

1857 Le 22 février, Robert Stephenson Smyth Baden-Powell (le fondateur du Scoutisme) est né.

1889 Le 22 février, Olave St. Clair Soames (qui devint plus tard World Chief Guide) est né. Elle épousa Baden-Powell en 1912.

1907 Camp expérimental de Baden-Powell sur l'île de Brownsea, en Angleterre, réunissant 20 garçons de différentes couches de la société.

1908 "Scoutisme pour les garçons" publié. Ouverture d'un bureau des Boy Scouts à Londres, en Angleterre.

1916 La section des louveteaux a commencé. "Wolf Cub's Handbook" publié.

1919 Gilwell Park est acquis. Début des cours de formation des dirigeants.

1920 1er Jamboree Scout Mondial en Angleterre. Baden-Powell acclamé chef scout du monde. 1ère Conférence Mondiale du Scoutisme en Angleterre avec 33 Organisations Scoutes Nationales représentées. Création du Bureau International des Boy Scouts (aujourd'hui Bureau Mondial du Scoutisme), Londres, Angleterre.

1921 Le magazine international "Jamboree" a été publié pour la première fois (ce qui est maintenant le bulletin d'information en ligne "WorldScoutInfo").

1922 1er Comité Mondial du Scoutisme élu (à la 2e Conférence Mondiale du Scoutisme en France). Premier recensement mondial : 1 019 205 membres dans 31 pays.

1925 Ouverture du Chalet Scout International à Kandersteg, en Suisse. (Maintenant connu sous le nom de Centre Scout International de Kandersteg, KISC).

1929 Baden-Powell a reçu la pairie au 3e Jamboree Scout Mondial en Angleterre et prend le titre Lord Baden-Powell de Gilwell.

1931 1er Moot Scout Mondial à Kandersteg, Suisse. 1er Jamboree d'Europe centrale en Tchécoslovaquie.

1941 Mort de Baden-Powell, le 8 janvier.

1946 1ère Conférence Régionale Interaméricaine du Scoutisme en Colombie.

1949 1er Agoon (camp international pour scouts handicapés) aux Pays-Bas.

1950 Le nombre de membres dans le monde atteint 5 millions dans 50 pays.

1952 1er Jamboree des Caraïbes sur la Jamaïque.

1954 1ère Conférence Régionale Arabe du Scoutisme en Syrie.

1957 Jubilé, 50e anniversaire du Scoutisme célébré lors du 9e Jamboree Scout Mondial et du 6e Moot Scout Mondial en Angleterre. Le Bureau Mondial du Scoutisme déménage à Ottawa, Canada.

1958 1ère Conférence Régionale du Scoutisme Asie-Pacifique aux Philippines. 1er Jamboree-on-the-Air (JOTA).

1960 1ère Conférence Régionale Européenne du Scoutisme en Allemagne.

1965 1er Jamboree Panaméricain au Brésil.

1968 Le Bureau Central du Bureau Mondial du Scoutisme déménage à Genève, en Suisse. Dr Lazlo Nagy (Suisse) devient le 1er Secrétaire Général de l'OMMS.

1969 Le nombre de membres dans le monde atteint 12 millions.

1970 1ère Conférence Régionale Africaine du Scoutisme au Sénégal.

1971 1er Forum des Jeunes du Scoutisme Mondial, conjointement avec la 23e Conférence Mondiale du Scoutisme, au Japon. L'adhésion à l'Organisation mondiale passe par 100 pays membres.

1972 1er Séminaire International de Développement Communautaire au Dahomey (actuel Bénin).

1973 1er séminaire sur la conservation de l'environnement en Suède.

1973-1974 1er Jamboree Scout Régional Asie-Pacifique aux Philippines.

1977 Décès de Lady Olave Baden-Powell, le 25 juin.

1979 Année mondiale du Jamboree : participez à des Jamboree dans le monde entier.

1981 Prix ​​UNESCO de l'éducation pour la paix remis à l'OMMS.

1982 Le Rotary International honore le Mouvement scout.

1982-3 Année du Scoutisme - 75e anniversaire du Scoutisme.

1984 Le Rotary Award for World Understanding et l'Association Internationale des Lions Clubs honorent le Scoutisme.

1985 Année internationale de la jeunesse des Nations Unies (1er programme mondial à mettre en œuvre avec l'Association mondiale des guides et des éclaireuses).

1986-7 Un programme de santé infantile intitulé « Aidez les enfants à grandir » introduit avec l'Association mondiale des guides et des éclaireuses et l'UNICEF.

1988 Le Scoutisme est honoré par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) en reconnaissance des réalisations exceptionnelles du Mouvement en matière d'environnement. Mise en œuvre de la résolution sur « Vers une stratégie pour le Scoutisme » lors de la 31e Conférence Mondiale du Scoutisme à Melbourne, Australie. Dr. Jacques Moreillon (Suisse) devient Secrétaire Général de l'OMMS.

1989 Le Scoutisme a célébré l'adoption de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant et a encouragé sa ratification par les gouvernements nationaux.

1990 Accord formel, la Charte de Kigali, entre 23 associations scoutes et guides pour la promotion de programmes de coopération sous forme de projets de jumelage. « Opération de solidarité » pour permettre à 1 235 enfants irradiés par la catastrophe de Tchernobyl d'être les invités des scouts et guides dans 15 pays européens, en collaboration avec l'UNESCO, le Fonds soviétique pour l'enfance et l'AMGE.

1990-1 Année du Scoutisme Mondial de l'Environnement.

1991 Création de l'Union Parlementaire Mondiale du Scoutisme (UPMS), Corée. 60 parlementaires et responsables scouts de 22 pays sur 5 continents assistent à son assemblée constituante.

1992 Création de Scout Resources International (SCORE), la boutique scoute officielle de l'Organisation mondiale.

1994 Symposium international sur le « Scoutisme : Jeunesse sans frontières, partenariat et solidarité », Marrakech, Maroc. Adoption de la Charte de Marrakech pour renforcer le partenariat. Signature d'un accord avec l'UNICEF sur la thérapie de réhydratation orale, Genève, Suisse. L'Association Internationale des Relations Publiques a décerné son Prix du Président annuel à l'OMMS pour sa « contribution exceptionnelle à une meilleure compréhension du monde ».

1995 Signature d'un accord de coopération entre l'OMMS et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Célébrations du 50e anniversaire de l'ONU. Forum des jeunes organisé par l'ONU à Genève, Suisse. Environ 2/3 des délégués étaient ou avaient été des scouts ou des guides.

1997 90e anniversaire du scoutisme. 1er Jamboree officiel sur Internet (JOTI), ayant lieu le même week-end que le 40e Jamboree en direct (JOTA). Signature d'un protocole d'accord entre l'Organisation mondiale de la santé, l'AHM (Leprosy Relief Organization) et l'OMMS pour éliminer la lèpre. L'Alliance of Youth CEOs (dont l'OMMS est membre) lance un programme pour promouvoir la valeur de l'éducation non formelle. Le Forum Interreligieux du Scoutisme Mondial a été créé.

1999 La Mission du Scoutisme est adoptée lors de la 35e Conférence Mondiale du Scoutisme en Afrique du Sud.


30 moments majeurs de l'histoire des Boy Scouts

Fondés en 1910, les Boy Scouts of America (BSA) font partie des groupes scouts les plus importants au monde et l'une des organisations de jeunesse les plus importantes et les plus connues de l'histoire des États-Unis. Alors que les Boy Scouts revendiquaient 6,5 millions de membres au sommet de leur popularité, il ne reste aujourd'hui qu'environ 2,5 millions de membres. Plus de 110 millions d'Américains ont traversé les rangs des Boy Scouts au cours de l'histoire de plus d'un siècle de l'organisation,

Longtemps symbole de la culture américaine traditionnelle, les Boy Scouts ont enduré deux guerres mondiales, des bouleversements sociaux, des conflits culturels, des procès et des changements démographiques sismiques dans la population américaine. Conçu à l'origine pour promouvoir l'autonomie, les compétences en plein air, le caractère et la moralité parmi les garçons qui deviendraient les hommes de la nation, le groupe a évolué pour devenir un mélange unique à la fois laïc et religieux, privé et gouvernemental. sponsorisé.

Alors que les opinions américaines changeaient sur des questions sensibles telles que le genre, la sexualité et la religion, les Boy Scouts, comme tant d'organisations traditionnelles, ont été contraints d'évoluer. La dernière décennie a entraîné les scouts dans un tourbillon de controverses et de publicités indésirables, dont il est récemment sorti comme une organisation plus inclusive. Voici un aperçu des 30 moments qui ont façonné l'histoire des Boy Scouts.

Au tournant du 20e siècle, le héros militaire britannique, écrivain et éducateur, le général Robert Baden-Powell a commencé à enseigner les principes du scoutisme militaire aux garçons dans un cadre non militaire, afin qu'ils puissent vivre de la terre, suivre , observer et dissimuler leurs mouvements en cas d'invasion ou de crise similaire. En 1908, Baden-Powell a publié « Scouting For Boys », qui était basé sur un manuel de terrain militaire qu'il avait développé pour les soldats au cours de sa carrière dans le service britannique. Modifié spécifiquement pour les garçons en temps de paix, le livre, qui traitait également fortement du caractère et de la moralité, est devenu une sensation instantanée et a déclenché l'émergence du mouvement scout des jeunes.

Selon une légende de longue date des Boy Scouts, un homme d'affaires millionnaire et magnat de la presse américain nommé W.D. Boyce voyageait à Londres lorsqu'il est devenu désorienté et perdu dans le brouillard dense de la ville. Un garçon affilié au nouveau mouvement scout a guidé Boyce à travers le brouillard, lui a montré son chemin et, lorsqu'il lui a été proposé, a refusé d'accepter un pourboire sur l'idée qu'il était contraint par l'honneur, et non par l'argent, d'aider un étranger dans le besoin.

La légende du scout inconnu est trouble, mais ce qui est certain, c'est que W.D. Boyce est revenu aux États-Unis et le 8 février 1910, il a fondé les Boy Scouts of America (BSA). Les rencontres de Boyce avec le mouvement scout en plein essor en Angleterre l'ont convaincu que le développement du caractère, les loisirs de plein air et l'entraînement à la survie étaient essentiels si les garçons devaient devenir des hommes dignes d'intérêt, en particulier ceux qui ont grandi dans les villes.

Plus tard en 1910, la BSA a fait du 200 Fifth Ave. à New York son premier siège national. Moins d'un an après sa fondation, la BSA était déjà sur le radar des dirigeants les plus influents du pays. La même année, John D. Rockefeller et Theodore Roosevelt ont honoré Robert Baden-Powell avec un dîner au Waldorf Astoria.

Bien que le premier PDG de la BSA, James West, ait affirmé que les Boy Scouts ne deviendraient pas une organisation exclusivement chrétienne, il a établi le concept de la déclaration religieuse de la BSA dès les premiers jours de l'organisation. Il se lit, en partie, "Les Boy Scouts of America soutiennent qu'aucun membre ne peut devenir le meilleur type de citoyen sans reconnaître une obligation envers Dieu et, par conséquent, reconnaît l'élément religieux dans la formation du membre, mais il est absolument non sectaire dans son attitude envers cette formation religieuse. Alors que l'organisation a toujours encouragé la diversité entre les religions, les athées et les agnostiques resteraient exclus à la fois du leadership et des membres de 1911 à nos jours.

Lorsque Arthur A. Eldred, 17 ans, le scout de la 1re troupe, s'est présenté pour sa révision de rang obligatoire pour devenir le premier Eagle Scout au monde, le conseil d'administration qui l'a évalué était composé d'un qui est qui du scoutisme. Parmi ceux qui l'ont évalué figuraient le PDG James West, le pionnier du sauvetage de la Croix-Rouge Wilbert E. Longfellow et le chef scout Ernest Thompson Seton. À l'époque, seuls 50 scouts aux États-Unis avaient obtenu ne serait-ce qu'un seul badge de mérite, et Eldred a obtenu son rang d'aigle avec 21 badges de mérite. Pour sa maîtrise, entre autres, de la chimie, de l'aviculture, de l'orientation, de la natation, de l'électricité, de la cuisine, de l'équitation et du cyclisme, Eldred a reçu la plus haute distinction du scoutisme en 1912.

En 1912, les femmes n'avaient pas le droit de voter, mais l'ère progressiste et le mouvement des droits des femmes commençaient déjà à prendre forme. Cette année-là, une militante nommée Juliette Gordon Low a rencontré le général Robert Baden-Powell, qui l'a convaincue de créer une organisation de scoutisme qui inculquerait aux filles les mêmes principes d'autonomie, d'honneur et de caractère que les scouts cherchaient à inculquer aux filles. Garçons. Gordon Low a lancé les Girl Scouts - qui ne sont pas affiliées à la BSA - et en 1965, près de 100 ans après sa naissance, sa maison a été désignée monument historique national.

En 1913, l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a officiellement déclaré une affiliation avec la BSA, qui deviendrait le bras d'activité de l'Association d'amélioration mutuelle (MIA) de l'église pour les jeunes hommes. L'église a été la première institution religieuse à charte nationale à faire des Boy Scouts son programme officiel pour les jeunes.

En 1913, environ 1 500 scouts ont été invités à aider les premiers intervenants lors de l'investiture du président Woodrow Wilson. Les scouts ont joué un rôle à chaque investiture présidentielle au cours des 100 années qui ont suivi.

En 1915, l'ancien président Theodore Roosevelt a écrit une lettre à un chef scout de Philadelphie applaudissant la « valeur incontestée de l'organisation pour notre pays » et son accent sur « la virilité dans sa forme la plus vigoureuse ». Roosevelt s'est fortement impliqué dans la BSA, en tant que membre du comité de la troupe 39 et commissaire du conseil du comté de Nassau, tout en divertissant les scouts, en leur décernant des médailles et en participant à leurs collectes de ferraille pendant la Première Guerre mondiale. Roosevelt a été honoré comme le premier Vice-président honoraire de la BSA, et il reste la seule personne à avoir été honorée du titre de Chief Scout Citizen.

Le 15 juin 1916, le président Woodrow Wilson a signé une charte du Congrès approuvée à l'unanimité qui accordait une reconnaissance fédérale à la BSA. La charte faisait partie du titre 36, qui reconnaît les « organisations patriotiques et nationales ». Wilson a déclaré qu'il avait signé la charte parce que « chaque nation dépend pour son avenir de la formation et du développement appropriés de sa jeunesse », selon Time.

En 1918, le Rotary International est devenu le tout premier club philanthropique à parrainer les troupes de la BSA. Un peu plus d'un siècle plus tard, le Rotary Club continue de parrainer les scouts.

Le premier Jamboree Scout Mondial a eu lieu à Londres en 1920. Les garçons BSA faisaient partie des 8 000 scouts de 34 pays qui ont participé à l'événement mondial inaugural du scoutisme.

Les scouts handicapés ont participé aux activités de la BSA depuis la fondation de l'organisation en 1910. En 1923, la BSA a créé un prix spécial pour les scouts handicapés ou incapables de répondre à certaines exigences.

Robert Baden-Powell avait longtemps maintenu un programme de scoutisme pour les jeunes garçons appelé Wolf Cubs en Grande-Bretagne. En 1930, la BSA était si importante qu'elle a pu créer une organisation affiliée pour les garçons plus jeunes tout en permettant à la BSA de se concentrer exclusivement sur les garçons plus âgés. À partir de ce moment, les louveteaux seraient âgés de 7 à 11 ans et les scouts de 12 à 17 ans.

Franklin Delano Roosevelt a été le premier président de l'histoire à avoir été chef scout, grâce à son rôle de président du Greater New York Council of the Boy Scouts of America. En 1934, des centaines de milliers de scouts entendirent et répondirent à l'appel du président Roosevelt à aider les personnes touchées par la Dépression, collectant 2 millions de vêtements et autres articles de première nécessité pour les familles nécessiteuses.

Le célèbre auteur-compositeur Irving Berlin a fui l'oppression en Russie pour venir aux États-Unis avec sa famille alors qu'il n'avait que 5 ans. Raised in poverty in New York City, the Jewish immigrant would go on to write classics such as "White Christmas" and "God Bless America," the latter of which forever enshrined him in Boy Scout lore. Refusing to accept money earned from the patriotic tune, Berlin donated all earnings for the song—more than $10 million to date—to the Boy Scouts and Girl Scouts, with most going to troops in disadvantaged neighborhoods.

Thanks to the post-World War II baby boom, and the arrival and rapid expansion of the suburbs, the BSA enjoyed a massive boost in membership during the 1950s. In 1948, about 2.5 million Boy Scouts claimed membership in the BSA. By 1960, that number had more than doubled to just over 5 million.

The election of John F. Kennedy in 1960 was unprecedented on several levels. JFK was the first Catholic president, the youngest president ever elected, and he defeated his opponent, Richard Nixon, in one of the closest elections in American history. To Boy Scouts across the country, however, Kennedy will always be known as the first Scout to serve as president and commander in chief—JFK was a member of Troop 2 in Bronxville, N.Y. and later served as leader on the Boston Council.

In 1972, nearly 1 in 3 U.S. boys between the ages of 10 to 19, a full 6.5 million, were involved in scouting—it was the peak of the organization's popularity and the beginning of a rapid decline. While the BSA's clean-cut, religious, civic-minded, and patriotic image reflected mainstream 1950s ideology, much of the country’s youth viewed the organization as dated and out of touch as the Vietnam era was coming to a close.

Although churches had long sponsored the BSA, starting with the Mormons in 1913, the arrival of the 1980s—and the so-called culture wars that raged during the Reagan years—witnessed a shift in BSA culture. By that time, churches—particularly the Catholic and Mormon churches—were the single biggest sponsors of Boy Scout troops. The BSA was widely viewed less as a secular youth organization and more as an arm of the churches that sponsored it. In the 1980s, just 2% of the country’s population were members of the Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints, but 1 in 5 Boy Scouts were Mormon.


National Scouting Museum

The museum was first opened in 1959 in North Brunswick, New Jersey as the Johnston Memorial Museum. [2] With the relocation of the Boy Scouts of America National Headquarters from New Jersey to Texas, the museum closed in 1979. [3]

In 1986 the museum reopened on the campus of Murray State University in western Kentucky. [4] Museum officials had predicted that 120,000 people annually would visit the Kentucky location, in the Land Between the Lakes area, but by the late 1990s, yearly attendance was under 20,000. [5]

In October 2002 the museum moved to Irving, Texas. [6] The museum closed in Irving on September 4, 2017 and moved to Philmont Scout Ranch in Cimarron, New Mexico.

It opened in New Mexico on May 29, 2018, with a grand opening on September 15, 2018. [2] [7] [8] [9] The structural engineer of record was Luchini Trujillo Structural Engineers.

The museum in Irving contained 53,000 square feet (4,900 m 2 ) of floor space exhibiting a wide variety of artifacts relating to the history of the Boy Scouts. It also contained displays on activities of the Boy Scouts. Exhibits included paintings by Norman Rockwell and Joseph Csatari, High Adventure, National Scout Jamboree, Order of the Arrow, Scoutcraft through the years, Scout values, Eagle Scouts, and a historical collection tracing uniforms, themes, and documents from the beginning of the Scouting movement in America. Among the museum's artifacts are the Eagle Scout medal of Arthur Rose Eldred, the first Eagle Scout. [10] A focal point of the complex was a man-made mountain structure with virtual-reality features a screen at the foot of the structure allowed visitors to simulate bike-racing through the mountain or kayaking down its waters. [11]

On May 16, 2009, the museum, then located in Irving, Texas, is thought to have been damaged after a 3.3 earthquake struck four miles (6 km) south of Euless, Texas. The quake appeared to have caused at least five cracks to form, including one or two that are about an inch thick. The damage was only cosmetic and estimated to be about $100,000 to repair. [12]


The Story of Scouting

There are more than 50 million Scouts, young people and adults, male and female, in over 200 countries and territories. Some 500 million people have been Scouts, including prominent people in every field. Débuts précoces All this began with 20 boys and an experimental camp in 1907. It was held during the first nine days of August in 1907 at Brownsea Island, near Poole in Dorset, England. The camp was a great success and proved to its organiser, Robert Baden-Powell, that his training and methods appealed to young people and really worked. In January 1908, Baden-Powell published the first edition of "Scouting for Boys". It was an immediate success and has since sold over 100 million copies, making it one of the best selling books of all time. Baden-Powell had only intended to provide a method of training boys, something that existing youth organisations such as the Boys' Brigade and YMCA could adopt. To his surprise, youngsters started to organise themselves into what was to become one of the largest voluntary youth movements in the world. Expansion of the Movement The success of "Scouting for Boys" produced a Movement that quickly – automatically it seemed – adopted the name of The Boy Scouts. By 1909 "Scouting for Boys" had been translated into five languages, and a Scout rally in London attracted more than 11,000 Scouts. As a result of Baden-Powell taking a holiday in South America, Chile was one of the first countries outside Britain to begin Scouting. In 1910 he visited Canada and the United States where it had already started. The coming of World War I in 1914 could have brought about the collapse of the Movement, but the training provided through the patrol system proved its worth. Patrol leaders took over when adult leaders volunteered for active service. Scouts contributed to the war effort in England in many ways most notable perhaps were the Sea Scouts who took the place of regular coast-guardsmen, freeing them for service. The first World Scout Jamboree took place in 1920 with 8,000 participants, and proved that young people from different nations could come together to share common interests and ideals. Since that first World Jamboree at Olympia in London, there have been 21 others at different locations. During the Jamboree, the first World Scout Conference (then called “International Scout Conference”) was held with 33 National Scout Organizations represented. The Boy Scouts International Bureau, later to become the World Scout Bureau, was founded in London in 1920. In 1922 the first World Scout Committee was elected at the 2nd International Conference in Paris, where 31 National Scout Organizations were represented. World membership was just over 1 million.

The Early Scout Programme

Scouting began as a programme for boys 11 to 18 years of age. Yet almost immediately others also wanted to participate. The Girl Guides programme was started in 1910 by Baden-Powell who designated his sister Agnes to manage it. In 1915 Robert Baden-Powell became Chairman of the Girl Guides Association, and his wife Olave, whom he married in 1912, became the new Chief Guide in 1918. A Wolf Cub section was formed for younger boys. It used Rudyard Kipling's "Jungle Book", to provide an imaginative symbolic framework for activities. For older boys, a Rover Scout branch was formed.

The World Wars Between the two world wars Scouting continued to flourish in all parts of the world - except in totalitarian countries where it was banned. Scouting is voluntary and based on democratic principles. During World War II, Scouts undertook many service tasks – messengers, firewatchers, stretcher-bearers, salvage collectors and so on. In occupied countries, Scouting continued in secret with Scouts playing important roles in the resistance and underground movements. After the war ended, it was found that the numbers of Scouts in some occupied countries had, in fact, increased.

The '60s, '70s and '80s Many countries gained their independence during these years. Scouting in developing countries gradually evolved to be a youth programme which was designed by Scout leaders in each country to better meet the needs of their communities. Scouts, particularly in developing countries, became more involved with issues such as child health, low-cost housing, literacy, food production and agriculture, job skills training, etc. Drug abuse prevention, life skills training, integration of the handicapped, environmental conservation and education, and peace education became issues of concern to Scouts around the world.

Post Communistic Era By the 1990s Scouting had been reborn in every country where it existed prior to World War II, and it started throughout the newly independent countries of the Commonwealth of Independent States (formerly the USSR).

100 years and beyond In 2007 the Movement celebrated its centenary - 100 years of Scouting. What started as a small camp on Brownsea Island is today a growing Movement with members in nearly every country in the world. Through its unique combination of adventure, education and fun, Scouting manages to continuously renew and adapt itself to a changing world and the different needs and interests of young people across the globe. In doing so it continues to be an inspiration for young people to become active local and global citizens, helping them in creating a better world.


Contenu

Founder's views Edit

When creating the Scouting method, Baden-Powell was adamant that there was a place for God within it. [ citation requise ]

In Scouting for Boys, Baden-Powell wrote specifically about Christianity, since he was writing for youth groups in the United Kingdom [ citation requise ] :

We aim for the practice of Christianity in their everyday life and dealings, and not merely the profession of theology on Sundays… [2]

Indeed, the Scout Promise as originally written by Baden-Powell states that Scout does their "duty to God".

However, the founder's position moved shortly after the Scout movement began to grow rapidly around the world, and his writings and speeches allowed for all religions. He did continue to emphasise that God was a part of a Scout's life, without dictating a particular faith:

When asked where religion came into Scouting and Guiding, Baden-Powell replied, It does not come in at all. It is already there. It is a fundamental factor underlying Scouting and Guiding. [3]

Though we hold no brief for any one form of belief over another, we see a way to helping all by carrying the same principle into practice as is now being employed in other branches of education… [4]

Take a negative instance. A Mahommedan Guider comes to England and addresses a lot of Girl Guides on religion, in the course of which she quotes Mahomet as the one divine teacher. This in spite of the fact that her audience are believers in Christ. How would you regard her action? As tactless, as insulting, as fanatical? At any rate it wouldn't be exactly polite or in accordance with our laws of courtesy. Yet I have known Christian Guiders as well as Scouters do exactly the same thing with Jews or Hindoos or people of other beliefs present, and these on their part have sat under it, too polite to raise objections but none the less made uncomfortable by it. Once, at a mixed gathering at a 'Scout's Own' a speaker carefully avoided much reference to Christ and was accused by some there of 'denying Him'. His defence was that he was rather following Christ in that he was showing Christian deference to the feelings of others who, equally with himself, were sons of one Father, under whatever form they rendered homage to God. [5]

Baden-Powell's gravestone bears no cross or other religious symbol. Rather, in addition to the Boy Scout and Girl Guide Badges, it bears a circle with a dot in the centre, the trail sign for "Going home" / "I have gone home": . [6] [ meilleure source nécessaire ]

World scouting organizations today Edit

Principles Edit

Religion and spirituality is still a key part of the Scouting method. The two major world organizations have slightly different interpretations. [ citation requise ]

The World Organization of the Scout Movement (WOSM) states the following in its Fundamental Principles:

Under the title "Duty to God", the first of the above-mentioned principles of the Scout Movement is defined as "adherence to spiritual principles, loyalty to the religion that expresses them and acceptance of the duties resulting therefrom". Note that, by contrast to the title, the body of the text omits the word "God" to make clear that the clause also covers non-monotheistic religions, such as Hinduism, and those that do not recognize a personal God, such as Buddhism. [7]

The World Association of Girl Guides and Girl Scouts (WAGGGS) stated the following in the 21st World Conference in 1972:

The essence of Duty to God is the acknowledgement of the necessity for a search for a faith in God, in a Supreme Being, and the acknowledgment of a force higher than man of the highest Spiritual Principles. [8]

Global interpretation Edit

Despite the principles outlined above, questions have still arisen in the early 21st century about the need for a strict adherence to a Scout Promise or Law which contains an explicit statement of "duty to God" or religion. In 2014, the WOSM passed a resolution, "Spirituality in Scouting", recognizing the importance of spirituality, but without defining it with the word "God". [9] The WOSM then convened a 2015 "Duty to God" task force, which in turn produced another draft resolution to be considered at the WOSM 2017 conference. [10] The final resolution passed indicated a need for further investigation, and for WOSM to take into consideration a member organization's "culture and civilization" if asked to approve changes to their Promise or Law. Conversely, a member organization was asked to consider the global movement and its goals if it requested alternative wording. [11]

Scouts Australia [12] and Scouts Canada [13] (to name two) have since included alternative Promise wording for use in their organizations by their members.

National interpretation Edit

National organizations may further define their interpretations of the Scouting Principles. For instance, the current Religious Policy of The Scout Association of the United Kingdom states that:

  • "make every effort to progress in the understanding and observance of the Promise to do their best to do their duty to God or to uphold Scouting’s values as appropriate
  • explore their faiths, beliefs and attitudes
  • consider belonging to some religious body
  • carry into daily practice what they profess." [14]

Many Scout/Guide groups are supported by local religious bodies, including Christian, Islamic, Jewish and Sikh communities. These local groups often have a more strict interpretation on the original writings of Baden-Powell concerning religion. However, since they often belong to national organizations that are not of a specific religion, there are usually groups in the neighbourhood that have a less strict interpretation. [ citation requise ]

Additionally, some national organizations are aimed at the adherents of a specific religion, but there usually are other Scouting/Guiding organizations within that country that are more open or have a more neutral point of view concerning religion. [ citation requise ]

The Scout Promise is easily adapted to accommodate these, and other, faiths. [15] For example, in its section on the Girl Scout Promise and Law, the website of the Girl Scouts of the USA (GSUSA) includes a note that:

The word "God" [in the Promise] can be interpreted in a number of ways, depending on one's spiritual beliefs. When reciting the Girl Scout Promise, it is okay to replace the word "God" with whatever word your spiritual beliefs dictate. [16]

The WOSM "duty to God" principle has evolved and been clarified by resolutions in their conferences in the early 21st century. [9] [11] There are Scouting associations in some countries, such as France and Denmark, that are segregated on the basis of religious belief. In other organizations, alternative Promises have been requested for optional use among their members.

Boy Scouts of America Edit

The Boy Scouts of America have been non-sectarian in their application of a Scout is Reverent. [1]

Declaration of Religious Principle. The Boy Scouts of America maintains that no member can grow into the best kind of citizen without recognizing an obligation to God. In the first part of the Scout Oath or Promise the member declares, "On my honor I will do my best to do my duty to God and my country and to obey the Scout Law." The recognition of God as the ruling and leading power in the universe and the grateful acknowledgment of his favors and blessings are necessary to the best type of citizenship and are wholesome precepts in the education of the growing members. [17]

The Boy Scouts of America has accepted Buddhist members and units since 1920, and also accepts members of various pantheistic faiths. Many Buddhists do not believe in a supreme being or creator deity, but because Buddhism is still considered religious and spiritual in nature by the BSA, their membership is deemed acceptable, provided the scouting troop leaders subscribe to the BSA Declaration of Religious Principle as they interpret it.

In March 2016, the BSA signed a Memorandum of Understanding (MOU) with the Unitarian Universalist Association (UUA) after many years of dispute between the BSA and the UUA. [18] While declaring that "all youth members and adult leaders of the BSA must subscribe to the Declaration of Religious Principle in the BSA's Bylaws", the MOU gives any Unitarian Universalist congregation the absolute authority over all phases of the program that affect the spiritual welfare of those who participate in Scouting programs sponsored by a Unitarian Universalist congregation. The MOU specifically mentions Humanism and Earth-centered traditions as being acceptable faiths in Scouting programs chartered by Unitarian Universalist congregations. This MOU may allow for atheist and agnostic members to join the BSA through Scout units chartered by Unitarian Universalist congregations. [ failed verification ] As part of the agreement in the MOU, BSA recognition of the religious emblems developed by the Unitarian Universalist Association was reinstated as of May 2016. [19]

The BSA policy excludes atheists and agnostics. [17] The BSA has come under strong criticism over the past years due to their religious policy and stance against agnostics and atheists.

Scouts Canada Edit

Scouts Canada, as of Summer 2020, has updated their Values statement to include alternate versions of various Scout divisions' promises, one which makes explicit reference to God, and one which does not. [13] As stated on their website, "The development of an additional Scout Promise comes as a pragmatic response to membership feedback and a desire for greater flexibility and inclusivity." [13]

As part of its greater Canadian Path program, Scouts Canada has a "Religion in Life" emblem that is awarded upon completion of a particular denomination's program by a Scout. [20] In 2009, a "Spirituality Award" for Scouts and Guides who did not belong to any denomination was also established. [21] [22]

Girl Guides of Canada Edit

Girl Guides of Canada suggested a new version of their Promise that uses "my beliefs" instead of a direct references to God in 2009. [23] The new Promise was approved in 2010. [24]

Scouts Australia Edit

Scouts Australia's Policy and Rules states that "Scouts Australia upholds the Principle of 'Duty to God' through facilitating development of one’s 'Spiritual Beliefs'." [25] A further interpretation of this clause appears on their website: "Religion is still a central part of life for many, though there is also an increasing group for whom this isn’t the case. Scouting is open to all. We promote an individual approach to focusing on the exploration of our own beliefs and the use of reflections to make sense of our place in the world." [26] Beginning in August 2017, [12] Scouts Australia provides the option to use one of two different versions of the Scout Promise, one which allows scouts to promise "To be true to my spiritual beliefs [,] To contribute to my community and our world." The other option is to promise "To do my duty to my God, and To the Queen of Australia." [27]

Girl Guides Australia Edit

In 2012, the promise was reworded to have to "develop my beliefs" instead of a direct reference to God. [28]

The Scout Association in the United Kingdom Edit

The Scout Association of the United Kingdom allows members of any religion, or no religion at all. Leaders, like all members, are not expected to be a member of any particular faith nor hold any religious belief of their own. They are, however, expected to abide by the Association's religious policy which promotes mutual acceptance of beliefs within the Movement such as by encouraging young Scouts to explore their own beliefs as well as making general provisions and considerations for members, such as giving them advice and guidance and allowing for the observance of religious practices within the Group. Previous to January 2014 it was necessary for all members of the Association to hold a faith, however this is no longer the case. [29] Scouts of religions other than Christianity can choose from a selection of alternatively worded promises. Scouts of no religion can choose to make a promise that replaces "duty to God" with "to uphold our Scout values" followed by "to do my duty to the Queen". [30] Any member making their Promise can choose which version of the Promise they wish to do.

The change in policy followed a consultation conducted in 2012 to gauge support among members for an alternate atheist Scout promise, removing the invocation of a deity. At the same time, the Guide Association, the parallel movement which began two years later, is to launch a consultation about its very similar promise, with views sought on all parts of the wording from early January. TSA UK chief commissioner Wayne Bulpitt said religion would remain "a key element" even if a new variant of the promise was approved. Julie Bentley, chief executive of the Guide Association, said its consultation would begin on 3 January. [31]

From 1 September 2013 Girl Guiding UK introduced a new promise, in which members promise ‘to be true to myself and develop my beliefs’ replacing ‘to love my God’ [32]

Non-aligned Scouting organizations Edit

Approaches toward religion vary considerably in Scouting organizations not aligned with WOSM and WAGGGS. For example, the website of Camp Fire states "We are inclusive, welcoming children, youth and adults regardless of race, religion, socioeconomic status, disability, sexual orientation or other aspect of diversity". [33] On the other hand, the American Heritage Girls are explicitly Christian and require all adult leaders to adhere to a specific Statement of Faith. [34] Indeed, the AHG was founded by parents who did not agree with the Girl Scouts' decision to allow other words to be substituted for "God" in the Promise (see above) and the GSUSA's official lack of membership policies based on sexual preference. [35]


Voir la vidéo: Présentation Eclaireuses des Scouts de Caen (Novembre 2021).