Informations

Zeus Ammon



L'Egypte tombe en Grèce : l'aube d'une nouvelle ère

Les terres fertiles le long des rives du Nil ont aidé l'Égypte ancienne à devenir l'une des civilisations les plus prospères et les plus puissantes du monde antique. Mais un tel succès n'existait pas dans une bulle. Également située le long des rives de la mer Méditerranée, l'Égypte a attiré l'attention de ses nombreux voisins puissants.

D'abord sont venus les Perses de l'Iran moderne. Ils prirent le contrôle de l'Egypte pendant près de deux siècles. Mais leurs efforts pour démanteler la culture égyptienne ont échoué et ont créé un énorme ressentiment.

Finalement, les Perses ont été enlevés par les Grecs. Cette conquête, cependant, était considérée par les Égyptiens comme une libération, et elle a ouvert la porte à une nouvelle ère de prospérité dans l'Égypte ancienne.

Empire d'Alexandre

Alexandre rêvait de conquérir le monde entier, ce qui pour lui signifiait la Perse, Babylone, l'Inde et au-delà.


Sanctuaire de Zeus Ammon

La vue paisible à l'est sur la mer jusqu'à la péninsule médiane de Halkidiki dans le nord de la Grèce a toujours été la même depuis Afitos. Plus de 5000 ans d'habitation humaine et les habitants se sont toujours réveillés au même lever de soleil sur les mêmes montagnes de Sithonia, la même eau bleue et verte envoûtante s'échouant doucement sur la même plage de sable blanc de Kallithea d'aujourd'hui. La beauté qui attire des milliers de touristes chaque année a toujours été là, seuls les noms ont changé.

Ce qu'on appelle aujourd'hui la péninsule de Kassandra, dans les temps anciens s'appelait Pallene, avant cette Phlegra. Cet endroit a vu des Grecs, des Macédoniens, des Romains et d'autres. Des hommes célèbres se sont tenus ici, ont écrit à son sujet, ont même essayé de construire leur empire ici. Certains de ces noms sont familiers de nos livres d'histoire comme Aristote, Alexandre le Grand, Cassandre, Strabon, Thucydide, même la mythologie grecque devait mentionner Phlegra. « Alors, quel est le problème avec ces ruines ? » tu peux demander. Attention au jeu de mots, mais creusons un peu plus pour avoir un aperçu de la principale attraction de Kassandra.


Le sanctuaire de Zeus Ammon est en fait 3 sanctuaires différents de différentes époques, le sanctuaire de Dionysos (Dionysos), le sanctuaire de Zeus Ammon et le sanctuaire d'Asclépios.

Vin, femmes et chant… Dionysos

Aphytis (aujourd'hui Afitos) a été colonisé de façon continue pendant au moins 5000 ans. A partir du VIIIe s. J.-C., elle était connue pour son sanctuaire de Dionysos. Dionysos était semi-divin, le fils de Zeus et d'un mortel – Semele. Il était populaire, séduisant et étant le mouton noir de la famille des dieux, il était probablement le plus intéressant. Étant le dieu du vin, de la fertilité, du théâtre et d'un tas d'autres choses que nous n'allons pas mentionner, disons simplement qu'il voulait se laisser aller et s'amuser. Tel était le contexte d'Afitos avec son sanctuaire de Dionysos. Aux mois de mars/avril, alors que les feuilles de vigne commençaient à apparaître, les gens se rassemblaient ici pour les festivités comme ils le faisaient dans d'autres sanctuaires de Dionysos. Outre l'accent mis sur la consommation excessive d'alcool, c'est également là que des pièces de théâtre seraient jouées et que les gens se rassemblaient pour se divertir.


Une partie du sanctuaire possède une grotte qui servait au culte de Dionysos et des nymphes. Une partie des rituels les ferait descendre dans la grotte en symbole de Dionysos descendant dans le monde souterrain. Des Grecs, ce dieu a été reconnu aux anciens Romains comme le dieu Bacchus.

Zeus Ammon – Dieu égyptien, accent grec

En 403 avant JC, Lysandre de Sparte assiégea Aphytis. Il venait de terminer la guerre du Péloponnèse qui a donné à Sparte la domination sur la Grèce. Il prétend avoir reçu la visite d'Ammon dans un rêve et lui a dit qu'il serait préférable pour lui d'arrêter son siège d'Afitos, ce qu'il a fait. Il a ensuite demandé aux Aphytes de construire un sanctuaire à Zeus Ammon. Quelques années plus tard, des pièces de monnaie étaient frappées à Afitos avec la tête de Zeus Ammon. Les habitants adoraient ce dieu avec zèle et dès la seconde moitié du IVe s. J.-C., le temple a été construit par les Macédoniens.


Amon (Ammon) était, selon les Égyptiens, le roi des dieux et dieu protecteur de Thèbes dès le 20e s. AVANT JC. Amon était le point focal du culte égyptien et lorsqu'il a été combiné avec d'autres dieux tels que le soleil (Ra), il est devenu Amon Ra. Les Grecs avaient leur propre dieu roi – Zeus. Lorsque les Grecs colonisèrent l'Afrique du Nord au VIe s. J.-C., la ville de Cyrène (maintenant en Libye) adorait Zeus Ammon car ils comprenaient qu'Ammon était l'équivalent de Zeus.

A l'est de Cyrène, dans l'oasis de Siwah dans le désert (aujourd'hui l'Egypte actuelle et limitrophe de la Libye), il y avait un oracle de Zeus Ammon célèbre parmi les Grecs. C'est la connexion qui a amené Zeus Ammon en Grèce. Des temples dédiés à Zeus Ammon ont finalement été établis à Thèbes, à Sparte et ailleurs. Ainsi, lorsque Lysandre a assiégé Aphytis en 403 av. il connaissait déjà le culte d'Ammon.

Alexandre – fils d'Ammon

L'oracle en Libye était bien respecté en Grèce. Il n'était 3e en importance qu'après le sanctuaire de Zeus à Olympie et à Dodone en Épire. Après avoir été vaincu en Asie Mineure et en Egypte, Darius le roi de Perse était en fuite. Alors qu'il était en Égypte en 331 avant JC, Alexandre a pris des mesures pour se faire un dieu vivant. La tradition veut qu'Alexandre soit allé voir l'oracle de Siwah et qu'on lui ait dit qu'il était le fils de Zeus Ammon. Il est possible qu'Alexandre ait également visité le temple d'Aphytis puisqu'il était proche de sa maison. Arrien de Nicomédie a écrit comment Alexandre voulait se rendre à l'oracle de Siwa pour imiter ses ancêtres Héraclès et Persée qui y avaient voyagé avant lui.

Les ruines qui subsistent du temple d'Afitos sont de style macédonien téménide (plus tard Argead). On ne sait pas exactement qui a construit le temple, mais on estime qu'il a été construit vers la seconde moitié du IVe siècle. AVANT JC. Ce temple acheva un travail commencé après que Lysandre eut donné l'ordre aux Aphytes d'instaurer un culte à Zeus Ammon. Trois rois de la dynastie Argead ont régné pendant la dernière moitié du IVe s. B.C – Philippe II, Alexandre le Grand et Cassandre par alliance. L'un de ces deux derniers est plus susceptible d'avoir construit ce temple.

Homme-médecine – Asclépios

Le troisième dieu adoré sur ce site était Asclépios, dieu de la guérison. Comme Dionysos, Asclépios était un demi-dieu, le fils d'Apollon et d'une femme humaine – Coronis. En rapport avec de tels sanctuaires, les bains d'eau ou de minéraux jouaient un grand rôle comme ce fut le cas à Afitos.

Des sources écrites disent que ce culte existait à Aphytis vers 360 av. En 242 avant JC, le festival panhellénique d'Asclépios a eu lieu à Kos et Cassandreia (la principale ville de l'époque sur Kassandra) a participé, témoignant de l'existence d'un sanctuaire d'Asclépios sur ce site.


La région d'Afitos se trouve dans une zone sismique et a connu beaucoup d'activité sismique. Les bâtiments et les temples ont été endommagés au fil des ans et par conséquent réparés comme ce fut le cas au IIe s. UN D. Au IVe s. J.-C. les trois sanctuaires avaient été complètement abandonnés.


1. L'histoire de la région

4 Le sanctuaire s'étend du versant d'une colline boisée avec des sources d'eau et des chutes d'eau jusqu'à la mer à l'origine, cette zone se trouvait sur le territoire de la colonie érythrienne d'Aphytis.4 Plus tard, après la fondation de Cassandreia en 315 av. sur son territoire et devint le sanctuaire le plus important de la ville et de toute la péninsule jusqu'à la fin de l'Antiquité.

  • 5 D. Feisel, M. Sève, « La Chalcidique vue par Ch. Avezou », BCH 103 (1979), p. 260 Zahrnt, o.c. (n. (. )
  • 6 Pour le creusement illégal par les moines N.B. Chrysanthidis, Αυτοσχέδιος περιγραφή της Χαλκιδικής Χερσ(. )

5 Dès l'époque byzantine, la région constituait le territoire des Metochi du monastère russe de Panteleemon sur le mont Athos et était équipée de moulins à eau et d'un port pour l'exportation des produits agricoles de toute la péninsule de Cassandre5. la maçonnerie des bâtiments anciens a été utilisée pour la construction des Metochi (bâtiments utilisés par les moines), alors qu'il est rapporté par les voyageurs que les moines et la population locale étaient souvent engagés dans des fouilles illégales. Des statues, des inscriptions, des antéfixes, des fragments de simas, des poteries et d'autres objets ont été apportés au monastère, où ils sont toujours conservés.6


Zeus Ammon

S'IL VOUS PLAÎT, CONTACTEZ-MOI, si vous avez BESOIN de l'article : [email protected] Conformément à la politique de Stratum plus, (voir ci-dessous) : je n'ai pas le droit de placer un pdf de mon article dans les ressources Web, mais je peux le partager avec mes amis et collègues

"Vous n'aurez pas le droit de placer une copie de votre publication dans des dépôts électroniques et des ressources Web personnelles. Vous ne pouvez placer qu'un
résumé avec référence obligatoire (lien) à l'article sur le site de la revue.
Vous pouvez partager une version électronique de votre article (.pdf) avec vos amis et collègues, mais vous ne pouvez pas l'offrir sur des ressources accessibles au public".

L'article est consacré à la publication et à l'analyse de deux cruches en bronze provenant des sépultures sarmates du bassin du Don. Comme l'a montré l'analyse, les cruches en discussion trouvées dans les sépultures dataient très probablement du dernier tiers du 1er siècle de notre ère (tertre funéraire de Sokolovskii n° 3/1970) et même du 2e siècle de notre ère (Chuguno-Krepinka, Enterrement- monticule n° 2/1984), sont des pièces d'un niveau artistique extraordinairement élevé de la première moitié, peut-être du premier tiers du Ier siècle après JC. Dans le premier cas, à côté de la cruche, une vasque en bronze de non moins grande qualité avec un médaillon a été retrouvée, probablement chronologiquement proche de la cruche, qui pourrait initialement appartenir au même ensemble que celle-ci. Dans le second cas, la cruche se détache clairement sur le fond d'un ensemble assez standard de bronzes importés, typique de la fin du 1er - première moitié du 2ème siècle après JC, ce qui n'est pas surprenant, car au moment de l'enterrement c'était un objet ancien d'environ 100 ans.


Faits sur Amon

  • Amon était le dieu créateur suprême égyptien et le roi de tous les dieux
  • La première mention écrite enregistrée d'Amon se produit dans les textes des pyramides (vers 2400-2300)
  • Amon a finalement évolué pour devenir Amon-Ra, le roi des dieux et créateur de l'univers. Les pharaons étaient décrits comme le «fils d'Amon».
  • Amon était également connu sous le nom d'Ammon et Amen et sous le nom d'Amon "L'Obscur", "le mystérieux de la forme", "le caché" et "l'invisible".
  • Le culte d'Amon a acquis une richesse et un pouvoir énormes, rivalisant avec celui du pharaon
  • Les femmes royales ont été nommées « épouse du dieu d'Amon » et ont occupé des places très influentes dans le culte et dans la société
  • Certains pharaons se sont présentés comme les fils d'Amon pour légitimer leur règne. La reine Hatchepsout a revendiqué Amon comme son père tandis qu'Alexandre le Grand s'est proclamé fils de Zeus-Ammon
  • Le culte d'Amon était centré à Thèbes, a interdit le culte d'Amon et fermé ses temples, inaugurant la première société monothéiste au monde

Les origines d'Amon

La première mention écrite enregistrée d'Amon se produit dans les textes des pyramides (vers 2400-2300). Ici, Amon est décrit comme un dieu local à Thèbes. Le dieu thébain de la guerre Montou était la divinité dominante de Thèbes, tandis qu'Atoum à cette époque n'était qu'un dieu local de la fertilité qui, avec son épouse Amaunet, faisait partie de l'Ogdoade, un groupe de huit dieux qui représentaient les forces primordiales de la création.

A cette époque, Amon n'avait pas plus d'importance que les autres dieux thébains de l'Ogdoade. Une caractéristique différenciante de son culte était qu'en tant qu'Amon "L'Obscur", il ne représentait pas une niche clairement définie mais embrassait tous les aspects de la création. Cela a laissé ses disciples libres de le définir en fonction de leurs besoins. Théologiquement, Amon était un dieu qui représentait le mystère de la nature. Sa fluidité doctrinale a permis à Amon de se manifester sous presque tous les aspects de l'existence.

Le pouvoir d'Amon à Thèbes s'était accru depuis l'Empire du Milieu (2040-1782 avant notre ère). Il a émergé dans le cadre de la triade thébaine de divinités avec Mut son épouse et leur fils le dieu de la lune Khonsu. La défaite d'Ahmose I contre les peuples Hyksos a été attribuée à Amon reliant Amon à Ra, le dieu solaire populaire. La connexion mystérieuse d'Amon avec ce qui fait de la vie ce qu'elle est était associée au soleil, l'aspect le plus visible des propriétés vivifiantes. Amon est devenu Amon-Ra, le roi des dieux et créateur de l'univers.

Qu'est-ce qu'il y a dans un nom?

L'une des caractéristiques constantes des anciennes croyances religieuses égyptiennes est la nature et les noms en constante évolution de leurs divinités. Amon a joué plusieurs rôles dans la mythologie égyptienne et les anciens Égyptiens lui ont attribué de nombreux noms. Des inscriptions d'Amon ont été découvertes dans toute l'Égypte.

Les anciens Égyptiens appelaient Amon asha renu ou "Amon riche en noms". Amon était également connu sous le nom d'Ammon et Amen et sous le nom de "L'Obscur", "le mystérieux de la forme", "le caché" et "l'invisible". Amon est généralement représenté comme un homme barbu portant une coiffe à double panache. Après le Nouvel Empire (vers 1570 avant notre ère – 1069 avant notre ère), Amon est représenté comme un homme à tête de bélier ou souvent simplement comme un bélier. Cela symbolisait son aspect en tant qu'Amon-Min le dieu de la fertilité.

Amon Roi des Dieux

Au cours du Nouvel Empire, Amon a été salué comme le «Roi des dieux» et «L'auto-créé» qui a créé toutes choses, même lui-même. Son association avec Ra, le dieu solaire, liait Amon à Atoum d'Héliopolis, un dieu antérieur. En tant qu'Amon-Rê, le dieu combinait son aspect invisible symbolisé par le vent avec le soleil vivifiant son aspect visible. Chez Amon, les attributs les plus importants d'Atoum et de Râ ont été fusionnés pour former une divinité polyvalente dont les aspects embrassaient chaque partie du tissu de la création.

Le culte d'Amon était si populaire que l'Égypte a presque adopté une perspective monothéiste. À bien des égards, Amon a ouvert la voie à un seul vrai dieu, Aton promu par le pharaon Akhenaton 1353-1336 avant notre ère) qui a interdit le culte polythéiste.

Temples d'Amon

Amon pendant le Nouvel Empire a émergé comme la divinité la plus vénérée d'Égypte. Ses temples et monuments dispersés dans toute l'Égypte étaient extraordinaires. Même aujourd'hui, le temple principal d'Amon à Karnak reste le plus grand complexe de bâtiments religieux jamais construit. Le temple de Karnak d'Amon était relié au sanctuaire sud du temple de Louxor. La barque d'Amon était un temple flottant à Thèbes et était considérée comme l'un des ouvrages de construction les plus impressionnants construits en l'honneur du dieu.

Connue sous le nom d'Ouserhetamon ou « Mighty of Brow is Amun » pour les anciens Égyptiens, la barque d'Amon était un cadeau d'Ahmose Ier à la ville après son expulsion du peuple envahisseur Hyksos et son ascension sur le trône. Les archives prétendent qu'il était recouvert d'or depuis la ligne de flottaison.

Le jour de la fête d'Opet, la fête principale d'Amon, la barque transportant la statue d'Amon du sanctuaire intérieur du temple de Karnak a été déplacée en grande pompe vers le temple de Louxor afin que le dieu puisse visiter son autre lieu d'habitation sur terre. Pendant le festival de la Belle Fête de la Vallée, organisé pour honorer les morts, des statues de la triade thébaine composée d'Amon, de Mout et de Khonsou ont voyagé sur la barque d'Amon d'une rive à l'autre du Nil pour participer au festival.

Les prêtres riches et puissants d'Amon

Par l'ascension au trône d'Amenhoptep III (1386-1353 avant notre ère), les prêtres d'Amon à Thèbes étaient plus riches et possédaient plus de terres que le pharaon. À ce moment, le culte rivalisait avec le trône pour le pouvoir et l'influence. Dans une tentative avortée de restreindre le pouvoir du sacerdoce, Amenhotep III a introduit une série de réformes religieuses, qui se sont avérées inefficaces. La réforme à long terme la plus importante d'Amenhotep III a été d'élever Aton, une divinité autrefois mineure, en tant que son patron personnel et d'encourager les fidèles à suivre Aton en tandem avec Amon.

N'étant pas affecté par ce mouvement, le culte d'Amon a continué de gagner en popularité, assurant à ses prêtres une vie confortable de privilèges et de pouvoir. Lorsqu'Amenhotep IV (1353-1336 avant notre ère) a succédé à son père sur le trône en tant que pharaon, l'existence confortable du prêtre a radicalement changé.

Après avoir régné pendant cinq ans, Amenhotep IV a changé son nom en Akhenaton, qui se traduit par « d'une grande utilité pour » ou « réussi pour » le dieu Aton et a lancé une série dramatique et très controversée de réformes religieuses de grande envergure. Ces changements bouleversèrent tous les aspects de la vie religieuse en Egypte. Akhenaton a interdit le culte des dieux traditionnels égyptiens et a fermé les temples. Akhenaton a proclamé Aton comme le seul vrai dieu égyptien inaugurant la première société monothéiste du monde.

Après la mort d'Akhenaton en 1336 avant notre ère, son fils Toutankhaton monta sur le trône, changea son nom en Toutankhamon (1336-1327 avant notre ère), ouvrit tous les temples et rétablit l'ancienne religion égyptienne.

Après la mort prématurée de Toutankhamon, Horemheb (1320-1292 av.

Alors que l'histoire avait interprété la tentative d'Akhenaton de réformes religieuses, les égyptologues modernes considèrent ses réformes comme ciblant l'énorme influence et la richesse dont jouissaient les prêtres d'Amon, qui possédaient plus de terres et détenaient une plus grande richesse qu'Akhenaton au moment de son ascension au trône.

Popularité du culte d'Amon

Après le règne d'Horemheb, le culte d'Amon a continué à jouir d'une grande popularité. Le culte d'Amon a été largement accepté tout au long de la 19e dynastie du Nouvel Empire. À l'aube de la période ramesside (vers 1186-1077 avant notre ère), les prêtres d'Amon étaient si riches et puissants qu'ils dirigeaient la Haute-Égypte depuis leur base à Thèbes en tant que pharaons virtuels. Ce transfert de pouvoir a contribué à la chute du Nouvel Empire. Malgré les turbulences de la troisième période intermédiaire (vers 1069-525 avant notre ère), Amon a prospéré même face à un culte croissant pour Isis.

Ahmose I a élevé la coutume existante de consacrer les femmes royales comme épouses divines d'Amon. Ahmose I a transformé le bureau de l'épouse de Dieu d'Amon en un bureau hautement prestigieux et puissant, en particulier lorsqu'ils officiaient lors de cérémonies rituelles. Le suivi d'Amon était si durable que les rois koushites de la 25e dynastie ont maintenu cette pratique et le culte d'Amon a en fait augmenté grâce aux Nubiens acceptant Amon comme le leur.

Un autre signe de la faveur royale d'Amon était la revendication de la reine Hatchepsout (1479-1458 avant notre ère) comme étant son père dans le but de légitimer son règne. Alexandre le Grand a suivi son exemple en 331 avant notre ère en se proclamant fils de Zeus-Ammon, l'équivalent grec du dieu de l'oasis de Siwa.

Le grec Zeus-Ammon était représenté comme un Zeus barbu avec les cornes de bélier d'Amon. Zeus-Ammon était associé à la virilité et au pouvoir via l'imagerie du bélier et du taureau. Plus tard, Zeus-Ammon fit le voyage à Rome sous la forme de Jupiter-Ammon.

Alors que la popularité d'Isis augmentait en Égypte, celle d'Amon déclinait. Cependant, Amon a continué à être régulièrement adoré à Thèbes. Son culte s'est particulièrement bien implanté au Soudan où les prêtres d'Amon sont devenus suffisamment riches et puissants pour imposer leur volonté aux rois de Méroé.

Enfin, le roi de Méroé Ergamenes a décidé que la menace du sacerdoce d'Amon était trop grande pour être ignorée et il les a fait massacrer vers c. 285 avant notre ère. Cela a rompu les relations diplomatiques avec l'Égypte et créé un État autonome au Soudan.

Réflexion sur le passé

Malgré les turbulences politiques, Amon a continué à être vénéré en Égypte et à Méroé. Le culte d'Amon a continué d'attirer des adeptes dévoués jusqu'à l'Antiquité classique (vers le Ve siècle de notre ère) jusqu'à ce que le christianisme remplace les anciens dieux à travers l'Empire romain.

Image d'en-tête avec l'aimable autorisation de : Jean-François Champollion [Pas de restrictions], via Wikimedia Commons


Appropriation ou syncrétisation ? Ou peut-être simplement l'évolution de la compréhension ? Tu décides.

Zeus est le roi grec des dieux, le dieu du ciel et du temps qui fertilise les champs et protège la maison. Il est le dieu de la loi, de l'ordre et du destin. Il était généralement dépeint comme un homme mature et majestueux avec une barbe. Symboles typiques qui lui sont associés : éclair, aigle, bélier, taureau, serpent, corne d'abondance et sceptre.

Maintenant, la mythologie égyptienne n'est pas aussi simple. Autant que je sache, Amon était à l'origine un dieu primordial du vent et de l'air dont le nom signifie "caché". Finalement, il s'est associé au soleil et a appelé Amon-Rê, ce qui le rendait à la fois caché et visible. Amon-Rê est généralement représenté comme un bélier, un homme avec une tête de bélier ou un homme avec une barbe et une couronne de plumes.

Zeus-Ammon est généralement décrit comme une divinité syncrétique, une combinaison de Zeus et d'Amon. Il semble que le culte de Zeus-Ammon ait commencé lorsque des colons grecs de Kyrene ont visité l'oracle-sanctuaire d'Amon dans le désert de Siwa. Ces colons ont reconnu la similitude avec Zeus ( dont l'oracle à Dodone aurait été lancé par quelques « colombes » de cet oracle ) et l'appelait Zeus "de sable" ou Zeus-Ammon. Ah les anciens… toujours amoureux des jeux de mots.

Une autre étymologie du nom Ammon vient du mot égyptien amoni qui signifie un berger ou l'action de nourrir. Cela fait de lui un potnios theron ou maître des animaux. Comme un bélier est à son troupeau, un chef et un protecteur, ainsi le dieu est à ses fidèles. Cela signifie sa maîtrise des forces naturelles et sa capacité à garantir la prospérité de ses fidèles. Les contes disent que cela a été fait soit en envoyant un bélier pour les guider, soit en donnant des oracles pour guider leurs actions.

Au 6 e siècle avant notre ère, les habitants de Kyrene frappèrent des pièces de monnaie à son image et lui construisirent un temple dont la taille serait comparable au temple de Zeus à Olympie. Pendant ce temps, l'oracle gagnait une réputation internationale. Il y eut des dédicaces à Delphes et à Olympie. Pindare, le poète grec fut le premier grec à dédier un hymne et à construire une statue à ce dieu. Il a également été chargé par des athlètes de Kyrene de composer des odes de victoire en l'honneur de Zeus-Ammon. On disait que le dieu tenait les Spartiates en haute estime et avait des temples à Sparte et dans sa ville portuaire de Gythion. Athènes le connaissait au point d'envoyer de l'or à Siwa au nom de ses citoyens. Les nouveaux platoniciens percevaient Ammon comme le créateur et le conservateur du monde.

Zeus-Ammon a été dépeint de diverses manières : comme une divinité à tête de bélier, une divinité à tête humaine avec des cornes de bélier, assise sur un trône flanqué de béliers debout, vêtue d'un manteau en peau de bélier noué à la poitrine, portant un corne d'abondance (symbole de fertilité), en tant que berger rustique s'occupant d'un agneau et en tant que maître des animaux. Il était considéré comme un dieu bienveillant qui accorde la bonne fortune à ses dévots pieux. Un peu comme un certain « Bon Pasteur » que les chrétiens d'aujourd'hui louent.

Appropriation ou syncrétisation ? Ou peut-être juste un point de référence culturel commun ? Je ne sais pas mais je trouve le parallèle intéressant.

Quelques-uns des travaux utilisés dans la rédaction de ce blog :

« De Siwa à Chypre : l'assimilation de Zeus Ammon au Panthéon chypriote » par Derek B. Counts


Autres cultures[modifier | modifier la source]

Les Grecs, et plus tard les Romains, ont comparé Amon au dieu principal, Zeus (et Jupiter), et au fil du temps, les deux dieux ont fusionné en tant que Zeus Ammon/Jupiter Ammon.

La Bible mentionne Amon dans Jérémie 46 :25 : Le Seigneur Tout-Puissant, le Dieu d'Israël, dit : « Je suis sur le point de punir Amon, le dieu de Thèbes, Pharaon, l'Égypte, ses dieux et ses rois, et ceux qui comptent sur Pharaon. .

Dans la démonologie chrétienne, Amon est souvent confondu avec Aamon, un marquis de l'enfer.


Temple d'Ammon Zeus à Kallithéa

L'un des temples les plus importants est situé dans Chalcidique , est celui d'Ammon Zeus à Kallithea. Selon les archéologues, au cours de la seconde moitié du VIIIe siècle av.

Le culte de la grotte, où arrivaient les fidèles avec des écailles sculptées, se poursuivit au cours des siècles suivants, jusqu'au IIe siècle de notre ère. Dans la partie nord du site fut fondé à la fin du Ve siècle. AVANT JC. sanctuaire du dieu égyptien Ammon Zeus, et au 4ème siècle avant JC, a été construit à côté de l'autel pavillon du temple dorique, dont le toit est décoré de tuiles en terre cuite, texturée et colorée.

Au cours du Ier-IIe siècle de notre ère, le temple a été reconstruit et du matériel construit sur le côté sud des deux structures modulaires étroites (gradins), tandis qu'entre eux, jusqu'au plus ancien autel, a construit un autre petit autel. Dans cet espace ouvert, les croyants assis devraient assister à certains événements. La phase romaine de l'église a duré jusqu'au règne des successeurs de Constantin le Grand, afin d'être détruite définitivement.

Ouvert : tous les jours de 8h30 à 15h30, fermé le mardi

Touba – Agios Mamas

Temple de Poséidon à Posidi

Articles Similaires

Pyrgos Prosforeiou

Les Pyrgos Prosforeiou est un musée installé dans un bâtiment restauré Tour byzantine, à Ouranoupoli.

Le complexe se compose de la tour byzantine, le…

Temple de Poséidon à Posidi

Le temple, qui est le plus ancien temple de Poséidon, est Posidi, situé dans la région qui s'appelait ancienne…

Touba – Agios Mamas

Touba a été habitée de la fin du néolithique jusqu'à l'ère du fer en couches successives. Il s'agit de…


Dans la culture moderne

Des représentations de Zeus sous forme de taureau, la forme qu'il a prise lors de l'enlèvement d'Europe, se trouvent sur la pièce de 2 euros grecque et sur la carte d'identité britannique pour les titulaires de visa. Mary Beard, professeur de lettres classiques à l'Université de Cambridge, a critiqué cela pour son apparente célébration du viol. ⏠]

Zeus a été interprété par Axel Ringvall dans Jupiter på jorden, la première adaptation cinématographique connue mettant en vedette Zeus Niall MacGinnis dans Jason et les Argonautes ⏡] ⏢] et ​​Angus MacFadyen dans le remake de 2000 Laurence Olivier dans l'original Le choc des Titans, et Liam Neeson dans le remake de 2010, avec la suite de 2012 Wrath of the Titans Anthony Quinn dans la série télévisée des années 1990 Hercule : les voyages légendaires Rip Torn dans le film d'animation Disney Hercule Corey Burton dans Hercule, Dieu de la guerre II, Dieu de la guerre III, Dieu de l'ascension de la guerre, PlayStation All-Stars Battle Royale, et Kingdom Hearts 3 ⏣] et ​​Sean Bean dans Percy Jackson et les Olympiens : Le voleur de foudre (2010). ⏤]


Voir la vidéo: SUMMER 2017 AMMON ZEUS KALITHEA CHALKIDIKI (Novembre 2021).