Informations

Y a-t-il des exemples de technologies qui se sont perdues au fil du temps ?


J'ai déjà lu que diverses technologies se perdaient au fil du temps, soit à cause de la guerre, de la famine ou simplement du temps. Je suis intéressé à en savoir plus sur les types de choses qui ont été perdues et comment.

J'ai déjà lu sur l'acier de Damas, bien que j'aie récemment vu des endroits qui l'offrent - apparemment le même que le processus d'origine.

Des points bonus pour la technologie que nous n'avons toujours pas récupérés !


Y a-t-il des exemples de technologies qui se sont perdues au fil du temps ?

Au moins quatre exemples me viennent à l'esprit : l'acier de Damas, qui aurait pu être redécouvert au siècle dernier, le feu grégeois, dont la composition fait encore débat, le béton romain, dont la formule a été perdue en Europe occidentale après la chute de Rome et redécouverte plus tard au cours de la Renaissance et le mécanisme d'Anticythère, un ancien dispositif d'horlogerie grec qui a été découvert au début du siècle dernier et n'a été établi que récemment pour être une horloge astronomique.

Il y a aussi l'étoffe des légendes, dont les récits attirent le scepticisme des savants modernes (comme le verre brûlant) ou des contemporains (comme le tour de l'Afrique par les Phéniciens).

Si vous avez envie de regarder une vidéo d'une heure et demie, cet exemple de fonte de fer traditionnelle africaine était presque perdu - il l'aurait été sans le désir de le préserver. La vidéo vous guidera tout au long de l'opération : créer le charbon de bois, créer le four, puis le faire fonctionner.

Cette dernière vidéo est, je pense, intéressante en ce qu'elle fait allusion à combien de connaissances techniques ont pu être perdues au fil du temps sans que nous nous en rendions nécessairement compte - parfois tout en laissant une trace qui peut être redécouverte plus tard, et parfois non. La technologie de fonte du fer est bel et bien vivante, mais sans les efforts de conservation, la vidéo ci-dessus n'aurait jamais été créée, et la façon dont les Africains ont fait fondre le fer dans cette région aurait été perdue avec le temps, à moins que des chercheurs ultérieurs n'aient réussi à le recréer à travers travail de détective.

En ce sens, une technologie obsolète est comparable à une langue mourante. À un moment donné, il ne reste que quelques personnes qui le savent. Et puis vient un jour où la dernière personne qui le sait décède. Mais leur raison d'exister reste avec nous sous une forme ou une autre et ils sont simplement remplacés.

Comme dernière illustration de ce qui précède, considérons la selle romaine (en réalité celtique), qui a pratiquement disparu après l'introduction de l'étrier :

Leur fonctionnement a été reconstitué au siècle dernier par Peter Connolly.


L'un des exemples les plus célèbres est peut-être le mécanisme d'Anticythère. Découvert en 1901, il daterait entre 205 et 60 av. Cet ancien ordinateur analogique contient

des traces de technologie qui semblent tout à fait modernes : des engrenages avec des dents triangulaires soignées (comme l'intérieur d'une horloge) et un anneau divisé en degrés (comme le rapporteur que vous utilisiez à l'école). Rien d'autre de ce genre n'a jamais été découvert depuis l'antiquité. Rien d'aussi sophistiqué, ni même proche, n'apparaît à nouveau depuis plus de mille ans.

Source : Smithsonian.com


Comment les anciens Égyptiens ont construit les pyramides est la première chose qui me vient à l'esprit. Malgré quelques découvertes en cours le long de cette zone, il n'y a tout simplement rien de définitif ici. Je dirais que nous avons plus de preuves de la façon dont ils n'ont PAS été construits (par des esclaves, de longues rampes en terre, des chants de lévitation, etc.) que comment ils l'étaient.

Quelque chose à méditer… nous sommes plus proches dans le temps de la mort de Cléopâtre qu'elle ne l'était de la construction de la Grande Pyramide.


Navigation polynésienne

Les anciens Polynésiens étaient des maîtres navigateurs. On pense qu'ils sont originaires de Formose, ils se sont répandus jusqu'à Madagascar, la Nouvelle-Zélande et Hawaï.

Ils ont utilisé une combinaison de canoës spécialisés, d'appareils de navigation et d'observation rapprochée de phénomènes naturels (vagues, étoiles, oiseaux, etc.).

La connaissance des méthodes de navigation traditionnelles polynésiennes a été largement perdue après le contact et la colonisation par les Européens.


Le caoutchouc vulcanisé en est un exemple. Les Mésoaméricains avaient vulcanisé le caoutchouc en mélangeant le jus de la gloire du matin (qui poussait sur les hévéas et qui contient du soufre) avec le latex des hévéas pour en faire des balles en caoutchouc.

Les arrivées des Européens ont vu la perte de cette technologie pendant un certain temps.


Un exemple très familier est l'âge des ténèbres grecs, où non seulement ils ont perdu une grande partie de leur technologie architecturale, mais ont également perdu l'art d'écrire pendant 200 à 300 ans.


Même dans quelque chose d'aussi basique que le bois, il est clair que nous avons perdu beaucoup de technologie.

Oetzi, retrouvé dans un glacier en fonte des Alpes italiennes en 1991, peut nous donner un aperçu de ce qui a été perdu depuis sa vie, vers 3200 av.

L'équipement qu'il portait comprenait une hache en cuivre et un couteau ou un poignard en silex, montrant qu'il vivait à une époque où les deux étaient courants.

Mais la variété des boiseries qu'il portait est assez étonnante - outils ou composants fabriqués à partir de

  • if (manche de hache et arc)
  • bouleau (écorce pour contenants légers, goudron pour adhésif, champignon (éventuellement antibiotique)
  • noisette (cadre de sac à dos, renfort en carquois)
  • viorne et cerise (flèches)
  • frêne (poignée de poignard)
  • chaux (manche d'outil pour retouchoir - affûteur de silex) et liber (fibre d'écorce pour fil et ficelle)

Probablement autant de variétés de produits en bois que je transporte de produits en plastique aujourd'hui.

Une partie de cette technologie survit - selon la page, les conteneurs en écorce de bouleau sont toujours fabriqués localement - mais il semble qu'il y avait une vaste connaissance sur la sélection, le travail et l'utilisation du bois qui n'est plus d'actualité (principalement en raison de la disponibilité de meilleurs matériaux )


Cet article décrit la perte de technologies dans les anciennes sociétés insulaires qui se sont isolées du monde extérieur. En particulier, les anciens Tasmaniens avaient des outils en os, y compris des outils de couture, et des outils de pierre avancés ; lorsque les Européens sont entrés en contact avec eux au 18ème siècle, ils avaient perdu ces choses, qui leur auraient toujours été précieuses (ils sont allés nus en toutes saisons, même dans certaines parties de la Tasmanie où il neige en hiver). De plus, même s'ils avaient du feu, ils ne savaient pas comment début feu - ils transportaient des braises enveloppées de feuilles lorsqu'ils voyageaient, et si le feu d'un groupe s'éteignait, ils devaient s'en passer jusqu'à ce qu'ils rencontrent un autre groupe qui pourrait leur donner de la lumière.

Il apparaît que lorsqu'une société est isolée, avec une petite population totale, une faible densité de population et aucune langue écrite, et la vitesse de communication est la vitesse de marche humaine, les idées peuvent être oubliées plus rapidement qu'elles ne sont réinventées.


Les Chinois ont connu une période d'invention étendue dans la fabrication et l'automatisation, en particulier pendant la dynastie Song. Ils avaient des sismographes, des odomètres, de grands hauts fourneaux, forés pour le gaz naturel et le livraient même via des tuyaux de bambou pour la cuisson. Tout cela a été perdu après environ 1200.

https://www.youtube.com/watch?v=4TzLejrJ6I8


La technologie de fusée Saturn V a été partiellement perdue. Aucune fusée capable de soulever une telle masse n'existe actuellement, et certaines des techniques de fabrication utilisées pour la Saturn V sont inconnues car la documentation a été perdue, elles ne pourraient donc pas être construites aujourd'hui sans modification.


10 entreprises qui n'ont pas réussi à innover, entraînant un échec commercial

C'est fou de penser que 88% des entreprises Fortune 500 qui existaient en 1955 ont disparu. Ces sociétés ont fait faillite, fusionné ou existent toujours, mais sont tombées des premières sociétés du Fortune 500. La plupart des entreprises figurant sur la liste en 1955 sont aujourd'hui des entreprises méconnaissables et oubliées. Alors que l'espérance de vie des entreprises continue de diminuer, les organisations doivent être plus vigilantes que jamais pour rester innovantes et assurer la pérennité de leurs activités.

Voici 10 entreprises célèbres qui n'ont pas réussi à innover, ce qui a entraîné un échec commercial.

1. Superproduction (1985 – 2010)

Le géant des services de location de films et de jeux vidéo à domicile, Blockbuster Video, a été fondé en 1985 et est sans doute l'une des marques les plus emblématiques du secteur de la location de vidéos. À son apogée en 2004, Blockbuster employait 84 300 personnes dans le monde et comptait 9 094 magasins. Incapable de passer à un modèle numérique, Blockbuster a déposé son bilan en 2010.

En 2000, Netflix a approché Blockbuster avec une offre de vente de leur entreprise à Blockbuster pour 50 millions de dollars. Le PDG de Blockbuster n'était pas intéressé par l'offre car il pensait qu'il s'agissait d'une "très petite entreprise de niche" et qu'elle perdait de l'argent à l'époque. En juillet 2017, Netflix comptait 103,95 millions d'abonnés dans le monde et un chiffre d'affaires de 8,8 milliards de dollars.

2. Polaroïd (1937 – 2001)

Fondé en 1937, Polaroid est surtout connu pour ses films instantanés et ses appareils photo Polaroid. Malgré son succès précoce dans la conquête d'un marché qui avait peu de concurrents, Polaroid n'a pas été en mesure d'anticiper l'impact que les appareils photo numériques auraient sur son activité cinématographique. Tombant dans le « piège du succès » en exploitant uniquement leurs activités commerciales (historiquement réussies), Polaroid a négligé la nécessité d'explorer de nouveaux territoires et d'améliorer leur viabilité à long terme.

La société Polaroid d'origine a été déclarée en faillite en 2001 et sa marque et ses actifs ont été vendus. En mai 2017, la marque et la propriété intellectuelle de la société Polaroid ont été acquises par le plus grand actionnaire de l'Impossible Project, qui avait débuté en 2008 en produisant de nouveaux films instantanés pour les appareils photo Polaroid. Impossible Project a été rebaptisé Polaroid Originals en septembre 2017.

3.Toys R Us (1948 – 2017)

Toys "R" Us est une histoire plus récente sur la lutte financière de l'une des plus grandes chaînes de magasins de jouets au monde. Avec le recul, Toys "R" Us a peut-être conduit à sa propre perte lorsqu'il a signé un contrat de 10 ans pour être le vendeur exclusif de jouets sur Amazon en 2000. Amazon a commencé à autoriser d'autres vendeurs de jouets à vendre sur son site malgré de l'accord, et Toys "R" Us a poursuivi Amazon pour mettre fin à l'accord en 2004. En conséquence, Toys "R" Us a raté l'opportunité de développer sa propre présence de commerce électronique dès le début. Bien trop tard, Toys "R" Us a annoncé en mai 2017 son intention de réorganiser son site Web dans le cadre d'un investissement de 100 millions de dollars sur trois ans pour relancer son activité de commerce électronique.

Bien qu'elle ait déposé son bilan en septembre 2017 sous la pression de sa dette de 1 milliard de dollars US et de la concurrence féroce de la vente au détail en ligne, elle a continué à maintenir ses magasins physiques ouverts.

Optimisez votre productivité et l'innovation ainsi que celles de votre équipe avec notre cours en ligne riche en temps

4. Pan Am (1927 – 1991)

Pan American World Airways (alias Pan Am), fondée en 1927, était le plus grand transporteur aérien international des États-Unis. L'entreprise était connue comme un innovateur de l'industrie et a été la première compagnie aérienne à proposer des systèmes de réservation informatisés et des avions gros porteurs.

La chute de Pan Am est attribuée à une combinaison de mauvaise gestion de l'entreprise, d'indifférence du gouvernement à protéger son principal transporteur international et d'une politique réglementaire défectueuse. En surinvestissant dans son modèle commercial existant et en n'investissant pas dans les innovations futures, horizon 3, Pan Am a déposé son bilan en 1991. Pan Am ne survit que dans la culture pop grâce à son logo bleu emblématique, qui continue d'être imprimé sur les sacs à main et T-shirts et comme sujet d'une émission télévisée sur ABC avec Christina Ricci.

5. Frontières (1971 – 2011)

Borders était un détaillant international de livres et de musique, fondé par deux frères entrepreneurs alors qu'ils étaient à l'université. Avec des emplacements partout dans le monde mais une dette croissante, Border n'a pas pu effectuer la transition vers le nouvel environnement commercial des livres numériques et en ligne. Ses faux pas comprenaient la détention de trop de dettes, l'ouverture de trop de magasins et le lancement trop tardif du secteur des liseuses électroniques.

Malheureusement, Borders a fermé tous ses points de vente et vendu sa liste de fidélisation de la clientèle, comprenant des millions de noms, à son concurrent Barnes & Noble pour 13,9 millions de dollars. Les emplacements Borders' ont depuis été achetés et réaffectés par d'autres grands détaillants.

6. Animaux[dot]com (1998 – 2000)

Pets.com était une entreprise en ligne qui vendait des accessoires et des fournitures pour animaux de compagnie directement aux consommateurs sur le World Wide Web. Bien que de courte durée, Pets.com a réussi à connaître un certain succès à une époque où il n'y avait pas de solutions plug and play pour la gestion du commerce électronique/d'entrepôt et le service client qui pourraient évoluer. Pets.com a été lancé en août 1998 et est passé d'une introduction en bourse à la bourse du Nasdaq à une liquidation en 268 jours.

Sa notoriété publique au cours de sa brève existence en a fait l'un des échecs les plus notables de la bulle Internet du début des années 2000. 300 millions de dollars américains de capital d'investissement ont disparu avec l'échec de l'entreprise. Pets.com est un récit édifiant mémorable d'une campagne de marketing de grande envergure associée à des fondamentaux faibles (et un mauvais timing). Aujourd'hui, l'URL Pets.com redirige les utilisateurs vers le site Web PetSmart's.

7. Tour Records (1960 – 2004)

Pionnier en son temps, Tower Records a été le premier à créer le concept du méga-store de musique de détail. Fondée par Russell Solomon en 1960, Tower Records vendait des CD, des cassettes, des DVD, des gadgets électroniques, des jeux vidéo, des accessoires et des jouets. En avance sur son temps pour un moment éphémère, Tower.com a été lancé en 1995, ce qui en fait l'un des premiers détaillants à se déplacer en ligne. Il semble que les prévisions de la société se soient arrêtées là, car elle est tombée en proie à des dettes excessives et finalement à la faillite en 2004. Tower Records n'a pas pu faire face aux perturbations numériques telles que le piratage de la musique, iTunes et les entreprises de streaming telles que Spotify et Pandora. On se souvient de son héritage sous la forme du film "Empire Records", écrit par un ancien employé de Tower Records.

8. Compaq (1982 – 2002)

Compaq était l'un des plus gros vendeurs de PC au monde dans les années 1980 et 1990. La société a produit certains des premiers ordinateurs compatibles IBM PC, étant la première société à procéder légalement à l'ingénierie inverse de l'ordinateur personnel IBM. Compaq a finalement eu du mal à suivre la guerre des prix contre Dell et a été acquis pour 25 milliards de dollars américains par HP en 2002. La marque Compaq est restée utilisée par HP pour les systèmes bas de gamme jusqu'en 2013, date à laquelle elle a été abandonnée.

9. General Motors (1908 – 2009)

Après avoir été l'un des constructeurs automobiles les plus importants pendant plus de 100 ans et l'une des plus grandes entreprises au monde, General Motors a également entraîné l'une des plus grandes faillites de l'histoire. L'incapacité à innover et l'ignorance flagrante de la concurrence ont été la clé de la disparition de l'entreprise. Comme GM se concentrait principalement sur le profit de la finance, l'entreprise a négligé d'améliorer la qualité de son produit, n'a pas réussi à adapter GM aux changements des besoins des clients et n'a pas investi dans les nouvelles technologies. Grâce à un plan de sauvetage majeur du gouvernement américain, la société actuelle, General Motors Company (« nouvelle GM »), a été créée en 2009 et a acheté la majorité des actifs de l'ancienne GM, y compris la marque « General Motors ».

10. Kodak (1889-2012)'

À une époque, la plus grande société cinématographique au monde, Kodak ne pouvait pas suivre la révolution numérique, de peur de cannibaliser ses gammes de produits les plus puissantes. Le leader de la conception, de la production et de la commercialisation d'équipements photographiques a eu de nombreuses opportunités pour orienter l'entreprise dans la bonne direction, mais son hésitation à embrasser pleinement la transition vers le numérique a conduit à sa disparition. Par exemple, Kodak a investi des milliards de dollars dans le développement de technologies permettant de prendre des photos à l'aide de téléphones portables et d'autres appareils numériques. Cependant, il s'est abstenu de développer des appareils photo numériques pour le marché de masse de peur d'éradiquer son activité cinématographique très importante. Des concurrents, comme la firme japonaise Canon, ont saisi cette opportunité et ont donc survécu au géant. Un autre exemple est l'acquisition par Kodak d'un site de partage de photos appelé Ofoto en 2001. Cependant, au lieu d'être le pionnier de ce qui aurait pu être un prédécesseur d'Instagram, Kodak a utilisé Ofoto pour essayer d'amener plus de gens à imprimer des images numériques. Kodak a déposé son bilan en 2012 et, après avoir quitté la plupart de ses gammes de produits, a réapparu en 2013 en tant que société consolidée beaucoup plus petite, axée sur le service aux clients commerciaux.


10 mystères qui font allusion à des civilisations avancées oubliées

La préhistoire signifie littéralement le temps &ldquobavant que nous ayons écrit des documents&rdquo (à peu près le temps avant le 4ème siècle avant JC) et l'histoire ancienne est le temps écoulé depuis notre histoire enregistrée. Notre conception de l'histoire ancienne était à l'origine fermement déterminée par la Bible. Écrites d'un point de vue insulaire, les histoires de certaines cultures anciennes ont été déformées, gravement négligées ou même omises. L'existence de monuments inexplicables, de certaines merveilles artificielles et de découvertes archéologiques appartenant à notre ancienne et à notre préhistoire, amènent de plus en plus d'archéologues à croire qu'il existait des civilisations avancées oubliées depuis longtemps. Comme la plupart de nos archives anciennes ont été perdues lors de la destruction des grandes bibliothèques, les véritables mystères suivants sont les seuls vestiges de leur existence.

Les connaissances anciennes étaient beaucoup plus raffinées et développées qu'on ne nous l'a enseigné jusqu'à présent. Des batteries aux planisphères, un assortiment de gadgets ont été fouillés et trouvés. Deux découvertes notables étaient la lentille Nimrud et le célèbre mécanisme d'Anticythère. La lentille de Nimrud vieille de 3 000 ans a été découverte au palais de Nimrud, en Irak. Certains experts pensent que l'objectif faisait partie d'un ancien télescope utilisé par les Babyloniens, d'où leurs connaissances avancées en astronomie. Et le célèbre mécanisme d'Anticythère (200 av. J.-C.) a été créé pour calculer les mouvements du soleil, de la lune et des planètes afin de prédire les événements célestes. Malheureusement, nous ne pouvons que spéculer sur la manière dont nombre de ces appareils ont été créés, utilisés et pourquoi les connaissances anciennes les concernant ont disparu pendant des millénaires par la suite.

Regardez gratuitement l'émission à succès In Search of Ancient Mysteries avec Amazon Prime sur Amazon.com !

Malgré les guerres et plusieurs invasions, l'histoire ancienne de l'Inde a été largement préservée. Longtemps censé dater d'environ 500 avant JC. les découvertes du siècle dernier ont repoussé les origines de la civilisation indienne de milliers d'années. Dans la vallée de l'Indus, les villes de Harappa et Mohenjo Daro ont été découvertes. Les villes étaient si sophistiquées et bien planifiées que les archéologues pensent qu'elles ont été conçues dans leur ensemble avant que la construction ne commence. La culture Harappa reste également une énigme. Ses origines et sa détérioration sont cachées, son dialecte est inconnu et l'écriture est totalement indéchiffrable. Sur le site, aucune différence de classe sociale ne peut être discernée et il n'y a pas de temples ou d'édifices religieux. Aucune autre culture, y compris celles de l'Égypte et de la Mésopotamie, n'a révélé le même degré de planification et de développement.

Considérée par les Chinois comme la « neuvième merveille du monde antique », l'origine des 24 grottes découvertes à ce jour est un mystère insondable. Découvert en 1992, il n'existe aucun document historique ni aucune preuve des travaux nécessaires à l'excavation de près d'un million de mètres cubes de pierre. Le ciselage a été fait de telle manière qu'il a laissé un motif cohérent dans les grottes que certains experts considèrent comme symbolique. Les motifs sont similaires à ceux trouvés sur des poteries datées entre 500 et 800 av. Des sculptures en pierre et des piliers peuvent être vus dans la grotte qui a été ouverte au public. Il y a aussi une rumeur selon laquelle sept des grottes ont un modèle de distribution qui correspond aux sept étoiles de la Grande Ourse.

Au large de l'île de Pohnpei en Micronésie, se trouve l'ancienne ville de Nan Madol. Construite sur une barrière de corail exclusivement à partir de roches basaltiques colossales (certaines pesant jusqu'à 50 tonnes), la ville est traversée par une multitude de canaux et reliées par des tunnels submergés. Son échelle a été comparée à la Grande Muraille de Chine et à la Grande Pyramide, même si les pierres de la Pyramide ne pèsent qu'environ 3 tonnes chacune. Aucun enregistrement n'existe quant à qui a construit la ville, quand elle a été construite ou pour quelle raison. La datation au radiocarbone a placé sa construction en 200 avant notre ère. L'origine des roches basaltiques qui composent la ville est inconnue, tout comme les méthodes utilisées pour les y transporter et les empiler jusqu'à 50 pieds de haut et jusqu'à 17 pieds d'épaisseur. Les ossements humains découverts par les archéologues sont remarquablement plus gros que les Micronésiens locaux de la région aujourd'hui.

De l'Écosse à la Turquie, sous des centaines d'établissements néolithiques, les archéologues ont découvert des preuves d'un vaste réseau de tunnels souterrains. De près de 2 300 pieds (700 m) en Bavière en Allemagne à 1 200 pieds (350 m) en Autriche, le fait que ces tunnels aient survécu pendant 12 000 ans témoigne de l'habileté des constructeurs et de la taille réseau d'origine doit avoir été. Même s'ils ne sont pas tous reliés, les experts pensent que les gens ont utilisé ces tunnels pour voyager en toute sécurité, quel que soit le danger auquel ils étaient confrontés. Tout au long du système, il semble également y avoir des salles de stockage et des sièges.

Puma Punku est l'un des quatre arrangements structurels de l'ancienne ville pré-inca de Tiwanaku en Amérique du Sud. L'âge des ruines mégalithiques est extrêmement controversé car elles ont été fouillées, fouillées et pillées depuis leur découverte et, en tant que telles, les experts disent qu'elles ont été contaminées de toutes les manières possibles. Le consensus est qu'elles sont plus anciennes que les pyramides, avec des revendications allant jusqu'à 15 000 ans. Même les Incas ne connaissaient pas son histoire. Les pierres massives utilisées dans la construction ne portent aucune trace de burin et ont été finement taillées pour s'emboîter les unes avec les autres. Beaucoup de pierres ont été taillées si précisément que les constructeurs avaient clairement une connaissance extrêmement sophistiquée de la taille de la pierre, de l'ingénierie et de la géométrie. La ville disposait également d'un système d'irrigation fonctionnel, de conduites d'égout étanches et de mécanismes hydrauliques. Sans aucune trace de ses habitants ou de leurs méthodes, les technologies et les procédés utilisés lors de sa construction restent une énigme pour les experts.

Poursuivant le mystère de Pumapunku sur ce site ainsi que ceux de Koricancha, Ollantaytambo, Yuroc Rumi et dans l'Egypte ancienne, des pinces métalliques ont été utilisées dans leurs plus grandes structures. On peut encore observer des traces des rainures et des trous dans lesquels ils ont été utilisés. Au début, les archéologues pensaient que des pinces étaient amenées dans ces rainures pour être placées, mais des analyses récentes ont révélé que du métal était versé dans ces empreintes, ce qui signifie que les constructeurs disposaient de fonderies portables. On dit que les métaux utilisés ne pouvaient être fondus qu'à des températures très élevées dont les anciens (à notre connaissance) n'étaient pas capables. Il faut se demander pourquoi cette technologie ainsi que les méthodes incroyables utilisées pour construire ces ruines mégalithiques se sont perdues dans les siècles qui ont suivi. Une technologie développée continue de se déployer, mais une civilisation moins avancée perdra la technologie avec le temps si elle n'a pas acquis l'essentiel.

Le site archéologique de Baalbek au Liban possède certaines des ruines romaines les mieux conservées au monde. Appelées Héliopolis dans les temps anciens, les ruines du temple sont vraiment étonnantes à voir. Ce qui rend ce site mystérieux, c'est l'énorme monticule de ruines mégalithiques sur lequel les Romains ont construit. Faisant pâlir leurs ruines en comparaison, ces monolithes pouvant peser jusqu'à 1 200 tonnes chacun sont les plus grandes dalles de pierre travaillées au monde. Certains archéologues pensent que l'histoire du site remonte à environ 9000 ans, car les fouilles ont révélé des preuves de l'âge du bronze moyen (1900-1600 avant JC) et de l'âge du bronze précoce (2900-2300 avant JC) les unes sur les autres. Mis à part le mystère quant à la façon dont ces pierres ont été amenées sur le site d'où elles ont été extraites étant donné l'emplacement du site et l'espace disponible pour manœuvrer, les architectes et les ingénieurs affirment que nous n'avons pas de technologies de levage connues à notre disposition aujourd'hui, qui peuvent soulever et positionner ces pierres. Ils dépassent simplement les capacités de construction de tous les constructeurs anciens ou modernes acceptés.

Des volumes ont été écrits sur les mystères de l'Egypte ancienne. Nous savons maintenant que la construction de la Grande Pyramide était si précise et incompréhensible qu'elle n'a probablement jamais été destinée à abriter les restes d'un roi. De plus, comme il a été prouvé que l'érosion du Sphinx provenait principalement des précipitations avant que la région ne devienne un désert, elle a au moins 7 000 et 9 000 ans, certains pensant qu'elle pourrait même être plus ancienne que cela. L'essor soudain de la civilisation égyptienne au 3e millénaire avant J.-C. a conduit de nombreux experts à croire que la leur était l'héritage d'une civilisation antérieure et oubliée. En dehors du Sphinx, d'autres constructions prédynastiques sont évidentes dans les temples funéraires et de la vallée de Khafré&rsquos, et dans le temple funéraire de Menkaure&rsquos, car ils ont été construits à partir de blocs de calcaire excavés lors de la construction du Sphinx&rsquos et ont la même érosion évidente.

Datant de la fin de la dernière période glaciaire (il y a 12 000 ans), le complexe de temples récemment découvert dans le sud-est de la Turquie a été qualifié de découverte archéologique la plus importante des temps modernes. Antérieure à la poterie, à l'écriture, au tour et à la métallurgie, sa construction implique un niveau de sophistication et de complexité jusqu'alors inconnu des civilisations paléolithiques. Avec une date de construction des milliers d'années plus tôt que Stonehenge, le site se compose de 20 structures rondes (4 ont été fouillées jusqu'à présent) et de piliers minutieusement sculptés atteignant 18 pieds de haut et pesant jusqu'à 15 tonnes chacun. Personne ne peut dire avec certitude qui a créé le site, ni pourquoi, mais il faut se demander comment ces supposés chasseurs-cueilleurs avaient une connaissance avancée de la maçonnerie et de la pierre s'ils étaient la première civilisation&hellip

Hestie vit en Afrique du Sud avec son mari, ses 2 enfants et divers autres animaux.


On estime que six millions de personnes sont encore impliquées dans ce passe-temps qui a commencé au début du 20e siècle. Les opérateurs radio HAM communiquent entre eux par radio à ondes courtes. Les radios HAM ont été présentées dans de nombreux films populaires, y compris Le brillant et Contact.

Les premiers magnétophones étaient des bobines à bobines et étaient la technologie préférée des concepteurs sonores professionnels jusqu'à ce que les formats numériques les rendent obsolètes.


3. Revlon : se tromper suffisamment pour faire rager les investisseurs

Le géant des cosmétiques Revlon était une autre entreprise qui s'est retrouvée obligée d'intégrer ses processus dans toutes les unités commerciales après une fusion - dans ce cas, elle avait acquis Elizabeth Arden, Inc., en 2016. Les deux sociétés avaient eu des expériences positives avec les déploiements ERP dans le passé - Elizabeth Arden avec Oracle Fusion Applications et Revlon avec Microsoft Dynamics AX. Mais la société issue de la fusion avait fait le choix fatidique d'opter pour un nouveau fournisseur, SAP HANA, en décembre 2016.

HANA était-il un produit insuffisamment cuit voué à l'échec ? Peut-être. Ce qui est clair, c'est que le déploiement a été suffisamment catastrophique pour saboter essentiellement la propre usine de fabrication de Revlon en Caroline du Nord, entraînant des millions de dollars de ventes perdues. La société a blâmé "le manque de conception et de maintien de contrôles efficaces en rapport avec la mise en œuvre" pour le fiasco de mars 2019, et a noté que "ces perturbations liées à l'ERP ont amené la société à engager des frais d'expédition accélérés et d'autres dépenses imprévues en rapport avec avec des actions que l'entreprise a mises en œuvre pour remédier à la baisse des niveaux de service client, qui pourrait se poursuivre jusqu'à ce que les problèmes des systèmes ERP soient résolus." La crise a fait chuter les actions de Revlon, ce qui a conduit les propres actionnaires de la société à poursuivre en justice.


Considérations générales

Essentiellement, les techniques sont des méthodes de création de nouveaux outils et produits d'outils, et la capacité de construire de tels artefacts est une caractéristique déterminante des espèces humaines. D'autres espèces fabriquent des artefacts : les abeilles construisent des ruches élaborées pour déposer leur miel, les oiseaux font des nids et les castors construisent des barrages. Mais ces attributs sont le résultat de modèles de comportement instinctif et ne peuvent pas être modifiés pour s'adapter à des circonstances en évolution rapide. Les êtres humains, contrairement aux autres espèces, ne possèdent pas de réactions instinctives très développées, mais ont la capacité de réfléchir de manière systématique et créative aux techniques. Les humains peuvent ainsi innover et modifier consciemment l'environnement d'une manière qu'aucune autre espèce n'a réalisée. Un singe peut à l'occasion utiliser un bâton pour battre les bananes d'un arbre, mais une personne peut façonner le bâton en un outil de coupe et retirer tout un tas de bananes. Quelque part dans la transition entre les deux, l'hominidé, la première espèce humaine, émerge. En vertu de la nature de l'humanité en tant que fabricant d'outils, les humains ont donc été des technologues depuis le début, et l'histoire de la technologie englobe toute l'évolution de l'humanité.

En utilisant des facultés rationnelles pour concevoir des techniques et modifier l'environnement, l'humanité s'est attaquée à d'autres problèmes que ceux de la survie et de la production de richesse avec lesquels le terme La technologie est généralement associé aujourd'hui. La technique du langage, par exemple, implique la manipulation de sons et de symboles d'une manière significative, et de même les techniques de créativité artistique et rituelle représentent d'autres aspects de l'incitation technologique. Cet article ne traite pas de ces techniques culturelles et religieuses, mais il est intéressant d'établir leur relation d'emblée car l'histoire de la technologie révèle une interaction profonde entre les incitations et les opportunités de l'innovation technologique d'une part et les conditions socioculturelles de la groupe humain au sein duquel ils se produisent de l'autre.


10 technologies anciennes incroyables qui étaient en avance sur leur temps

Nous devons encore découvrir tant de choses du passé. Les temps anciens étaient plus avancés que nous ne le supposons. Un exemple est la technologie qui existait alors. Il y a eu de nombreuses découvertes qui ont déterminé que les anciens Grecs, Romains et d'autres civilisations avaient conçu de nombreuses technologies pour accomplir le travail quotidien. Des réfrigérateurs pour garder la glace au frais dans le désert chaud aux tasses qui pourraient changer de couleur, nous vous proposons 10 technologies anciennes incroyables qui vous épateront.

1. En 400 avant JC, les ingénieurs persans maîtrisaient la technique de stockage de la glace pendant les étés dans le désert.

Yakhchal ou glacière (extérieur), Meybod, Iran. Crédit d'image: Ggia via Wikipedia

Pendant les hivers, les Perses apportaient de la glace des montagnes voisines et la stockaient dans des fosses qu'ils avaient créées au milieu du désert. Les fosses à glace, connues sous le nom de “yakhchal,” étaient l'un des plus anciens réfrigérateurs connus de l'humanité. Ils étaient également utilisés pour garder les aliments au frais et en bonne santé pendant les étés intenses.

À première vue, la structure ressemble à un grand dôme en briques crues. Certaines des structures mesuraient jusqu'à 60 pieds. Au-dessous du dôme se trouve un grand espace souterrain avec une zone de stockage excédentaire. L'espace souterrain était aussi grand que 5,00 mètres cubes.

L'espace souterrain était relié à un “qanat,” ou prise de vent. La prise de vent consistait en plusieurs capteurs de vent qui avaient la capacité de faire baisser la température à des niveaux glacials pendant les étés.

Yakhchal de la province de Yazd/ Icehouse (intérieur), Meybod, Iran. Crédit d'image: Pastaitaken via Wikipedia, Ggia via Wikipedia

The wall of the dome used to be as thick as two meters. Moreover, it was made by a special mortar that was comprised of sand, clay, egg whites, lime, goat hair, and ash in specific proportions. The walls were resistant to heat transfer, thus keeping the insides cool. Also, they were impenetrable to water which helped to keep the ice and food safe.

But what if somehow the ice melted a little bit? For such unforeseen circumstances, a trench was provided at the bottom so that the melted water could be caught and frozen again during the chilly desert nights. The entire structure was really well-thought despite being from an ancient era. (1, 2)

2. The “Archimedes screw” is a hand-operated machine that can move water up using gravity. If reversed, it can generate energy by water moving down.

Archimedes Screw. Image Credit: Amanjosan2008 via Wikipedia

The Archimedes screw was predominantly used for irrigation purposes in the ancient times. The machine was a screw inside a hollow pipe. The screw was initially operated by hand but later, wind energy was utilized.

The technology exists to this day and is operated with the help of a motor. As the shaft starts to turn, the bottom end of the device scoops up water. this water is then pushed to the top of the screw via the rotating helcoid until it comes out from the top end. (la source)

3. There is an ancient masonry technology in Mexico that allows bricklayers to build vaults and roof-type domes using only their trowel, without formworks or ceiling mounts.

Tequisquiapan is a town located in the state of Querétaro Arteaga, one of the 32 federal entities of Mexico. The town is home to a generation of masons known as “bovederos.” These masons seem to have a superpower as they can build vaults and roofs of domes with just their trowel! For those who do not know what a trowel is, it is a small hand tool that is mostly used for digging or when applying concrete to bricks.

So, these masons from Mexico do not need the aid of any support and build domes with just their trowels! The video above shows this gravity-defying act in action. These masons do not require any formworks or ceiling mounts. It is said that the technology has been passed on from parents to children from generation to generation. This is one of the ancient technologies that still exists today. (la source)

4. The ancient Egyptians invented the ramp to aid construction processes.

Ancient Egyptian ramp. Image Credit: Nano Science

The Egyptians are well known for their massive architectural structures such as pyramids. They normally make their structures quite tall and uniquely shaped. Such massive structures call for the use of ramps during construction. Ancient Egyptians have been known to invent ramps to be used to carry materials during construction.

A ramp is just an inclined plane against a horizontal surface that enables people to overcome resistance. By applying a small force for a longer distance, the load can be carried to a height rather than applying intense force to lift or raise it vertically. The Egyptians were surely ahead in their time when it came to construction. (la source)

5. The “Antikythera mechanism” is a 2,000-year-old computer developed by the Greeks. It was used to predict the position of the planets and stars in the sky depending on the calendar month.

Antikythera mechanism. Image Credit: Flickr

One hundred sixteen years ago, divers found came across a shipwreck off the coast of a Greek island. They inspected the site and discovered an odd-looking bronze item. Little did they know that this small discovery would change our understanding of human history.

The structure had a series of gears made of brass and dials mounted on something that looked like a mantel clock. The structure had at least two dozen gears laid on top of one another with perfect calibration. Archaeologists came to the conclusion that this must be some kind of analog clock of the past or a calculating device. A debate went on for years until Princeton science historian Derek J. de Solla Price provided a detailed analysis of the device in 1959.

His study revealed that the device was used to predict the location of the planets and stars taking into account the calendar month. According to Price’s analysis, the main gear would move to represent the calendar year, in turn, would move the separate smaller gears that represent the motions of the planets, Sun, and Moon. In short, when the main gear is set to the current date, the device would point out the location of the celestial bodies in the sky!

In Price’s words, “The mechanism is like a great astronomical clock … or like a modern analog computer which uses mechanical parts to save tedious calculation.” The logic behind calling it an analog computer is that similar to a computer, the user can provide an input and get the desired output based on some calculations. (la source)


17 Out-of-Place Artifacts Said to Suggest High-Tech Prehistoric Civilizations Existed

According to the conventional view of history, humans have only walked the Earth in our present form for some 200,000 years. Advanced civilizations appeared several thousand years ago, but much of the mechanical ingenuity we know in modern times began to develop only around the Industrial Revolution a couple hundred years ago.

Oopart (out-of-place artifact) is a term applied to dozens of prehistoric objects found in various places around the world that seem to show a level of technological advancement incongruous with the times in which they were made.

Many scientists attempt to explain them using natural phenomena. Others say such explanations ignore the mounting evidence that prehistoric civilizations possessed advanced technological knowledge that was lost throughout the ages only to be redeveloped in modern times.

We will look at a variety of ooparts here ranging in purported origin from millions of years ago to merely hundreds of years ago, but all said to show advancement well ahead of their time.

We do not claim that all or any of the ooparts are definitive evidence of advanced prehistoric civilizations, but rather attempt to provide a brief glimpse at what’s known or hypothesized about these artifacts. This is not a comprehensive list of all ooparts, but it is a substantial sampling.

17. 2,000-Year-Old Batteries?

Right: An illustration of a Baghdad battery from museum artifact pictures. (Ironie/Wikimedia Commons)

Clay jars with asphalt stoppers and iron rods made some 2,000 years ago have been proven capable of generating more than a volt of electricity. These ancient “batteries” were found by German archaeologist Wilhelm Konig in 1938 just outside of Baghdad, Iraq.

“The batteries have always attracted interest as curios,” Dr. Paul Craddock, a metallurgy expert at the British Museum, told the BBC in 2003. “They are a one-off. As far as we know, nobody else has found anything like these. They are odd things they are one of life’s enigmas.”

16. Ancient Egyptian Light Bulb?

The light-bulb-like object engraved in a crypt under the Temple of Hathor in Egypt. (Lasse Jensen/Wikimedia Commons)

A relief beneath the Temple of Hathor at Dendera, Egypt, depicts figures standing around a large light-bulb-like object. Erich Von Däniken who wrote “Chariot of the Gods,”created a model of the bulb which works when connected to a power source, emitting an eerie, purplish light.

15. Great Wall of Texas

A historic photo of the “wall” found in Rockwall, Texas. (Domaine public)

In 1852, in what is now known as Rockwall Co., Texas, farmers digging a well discovered what appeared to be an ancient rock wall. Estimated to be some 200,000 to 400,000 years old, some say it’s a natural formation while others say it’s clearly man-made.

Dr. John Geissman at the University of Texas in Dallas tested the rocks as part of a History Channel documentary. He found they were all magnetized the same way, suggesting they formed where they are and were not moved to that site from elsewhere. But some remain unconvinced by this single TV-show test and ask for further studies.

Geologist James Shelton and Harvard-trained architect John Lindsey have noted elements that seem to be of architectural design, including archways, linteled portals, and square openings that resemble windows.

14. 1.8-Billion-Year-Old Nuclear Reactor?

Nuclear reactor site, Oklo, Gabon Republic. (NASA)

In 1972, a French factory imported uranium ore from Oklo, in Africa’s Gabon Republic. The uranium had already been extracted. They found the site of origin to have apparently functioned as a large-scale nuclear reactor that came into being 1.8 billion years ago and was in operation for some 500,000 years.

Dr. Glenn T. Seaborg, former head of the United States Atomic Energy Commission and Nobel Prize winner for his work in the synthesis of heavy elements, explained why he believes it wasn’t a natural phenomenon, and thus must be a man-made nuclear reactor. For uranium to “burn” in a reaction, very precise conditions are needed.

The water must be extremely pure, for one. Much purer than exists naturally. The material U-235 is necessary for nuclear fission to occur. It is one of the isotopes found naturally in uranium. Several specialists in reactor engineering have said they believe the uranium in Oklo could not have been rich enough in U-235 for a reaction to take place naturally.

13. Sea-Faring Map Makers Before Antarctica Was Covered in Ice?

A portion of the Piri Reis map of 1513. (Public Domain)

A map created by Turkish admiral and cartographer Piri Reis in 1513, but sourced from various earlier maps, is thought by some to depict Antarctica as it was in a very remote age before it was covered with ice.

A landmass is shown to jut out from the southern coastline of South America. Captain Lorenzo W. Burroughs, a U.S. Air Force captain in the cartographic section, wrote a letter to Dr. Charles Hapgood in 1961 saying that this landmass seems to accurately show Antarctica’s coast as it is under the ice.

Dr. Hapgood (1904–1982) was one of the first to publicly suggest that the Piri Reis map depicts Antarctica during a prehistoric time. He was a Harvard-educated historian whose theories about geological shifts earned the admiration of Albert Einstein. He hypothesized that the land masses shifted, explaining why Antarctica is shown as connected to South America.

Modern studies refute Hapgood’s theory that such a shift could have taken place within thousands of years, but they show that it could have happened within millions of years.

12. 2,000-Year-Old Earthquake Detector

A replica of an ancient Chinese seismoscope from the Eastern Han Dynasty (25-220 A.D.), and its inventor, Zhang Heng. (Wikimedia Commons)

In 132 A.D., Zhang Heng created the world’s first seismoscope. How exactly it works remains a mystery, but replicas have worked with a precision comparable to modern instruments.

In 138 A.D., it correctly indicated that an earthquake occurred about 300 miles west of Luoyang, the capital city. No one had felt the quake in Luoyang and dismissed the warning until a messenger arrived days later requesting aid.

11. 150,000-Year-Old Pipes?

Baigong Cave, with photo of pipe in the bottom left

Caves near Mount Baigong in China contain pipes leading to a nearby lake. They were dated by the Beijing Institute of Geology to about 150,000 years ago, according to Brian Dunning of Skeptoid.com.

State-run media Xinhua reported that the pipes were analyzed at a local smeltery and 8 percent of the material could not be identified. Zheng Jiandong, a geology research fellow from the China Earthquake Administration told state-run newspaper People’s Daily in 2007 that some of the pipes were found to be highly radioactive.

Jiandong said iron-rich magma may have risen from deep in the Earth, bringing the iron into fissures where it may have solidified into tubes. Though he admitted, “There is indeed something mysterious about these pipes.” He cited the radioactivity as an example of the strange qualities of the pipes.

10. Antikythera Mechanism

The Antikythera Mechanism is a 2000-year-old mechanical device used to calculate the positions of the sun, moon, planets, and even the dates of the ancient Olympic Games. (Wikimedia Commons)

A mechanism, often referred to as an ancient “computer,” that was built by Greeks around 150 B.C. was able to calculate astronomical changes with great precision.

“If it hadn’t been discovered … no one would possibly believe that it could exist because it’s so sophisticated,” said Mathematician Tony Freeth in a NOVA documentary. Mathias Buttet, director of research and development for watch-maker Hublot, said in a video released by the Hellenic Republic Ministry of Culture and Tourism, “This Antikythera Mechanism includes ingenious features which are not found in modern watch-making.”

9. Drill Bit in Coal

John Buchanan, Esq., presented a mysterious object to a meeting of the Society of Antiquaries of Scotland on Dec. 13, 1852. A drill bit had been found encapsulated in coal about 22 inches thick, buried in a bed of clay mixed with boulders about 7 feet thick.

The Earth’s coal is said to have formed hundreds of millions of years ago. The Society decided that the instrument was of a modern level of advancement. But, it concluded that “the iron instrument might have been part of a borer broken during some former search for coal.”

Buchanan’s detailed report did not include any signs that the coal surrounding the instrument had been punctured by drilling.

8. 2.8-Billion-Year-Old Spheres?

Top left, bottom right: Spheres, known as Klerksdorp spheres, found in the pyrophyllite (wonderstone) deposits near Ottosdal, South Africa. (Robert Huggett) Top right, bottom left: Similar objects known as Moqui marbles from the Navajo Sandstone of southeast Utah. (Paul Heinrich)

Spheres with fine grooves around them found in mines in South Africa have been said by some to be naturally formed masses of mineral matter. Others have said they were precisely shaped by a prehistoric human hand.

“The globes, which have a fibrous structure on the inside with a shell around it, are very hard and cannot be scratched, even by steel,” said Roelf Marx, curator of the museum of Klerksdorp, South Africa, according to Michael Cremo’s book “Forbidden Archaeology: The Hidden History of the Human Race.” Marx said the spheres are about 2.8 billion years old.

If they are mineral masses, it is unclear how exactly they formed.

7. Iron Pillar of Delhi

An inscription from about 400 A.D. by King Candragupta II on the Iron Pillar of Delhi. (Venus Upadhayaya/Epoch Times)

This pillar is at least 1,500 years old, but could be older. It remains rust-free and is of an astounding purity. It is 99.72 percent iron, according to professor A.P. Gupta, head of the Department of Applied Sciences and Humanities at the Institute of Technology and Management in India.

In modern times, wrought iron has been made with a purity of 99.8 percent, but it contains manganese and sulfur, two ingredients absent in the pillar.

It was made at least “400 years before the largest known foundry of the world could have produced it,” wrote John Rowlett in “A Study of the Craftsmen of Ancient and Medieval Civilizations to Show the Influence of their Training on our Present Day Method of Trade Education.”

6. Viking Sword Ulfbehrt

An Ulfberht sword displayed at the Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg, Germany. (Martin Kraft/Wikimedia Commons)

When archaeologists found the Viking sword Ulfbert, dating from 800 to 1000 A.D., they were stunned. They couldn’t see how the technology to make such a sword would have been available until the Industrial Revolution 800 years later.

Its carbon content is three times higher than other swords of its time and impurities were removed to such a degree that the iron ore must have been heated to at least 3,000 degrees Fahrenheit.

With great effort and precision, modern blacksmith Richard Furrer of Wisconsin forged a sword of Ulfberht quality using technology that would have been available in the Middle Ages. He said it was the most complicated thing he’d ever made, and he used methods not known to have been used by people of that time.

5. 100-Million-Year-Old Hammer?

A hammer was found in London, Texas, in 1934 encased in stone that had formed around it. The rock surrounding the hammer is said to be more than 100 million years old.

Glen J. Kuban, a vocal skeptic of claims the hammer was made millions of years ago, said the stone may contain materials that are more than 100 million years old, but that doesn’t mean the rock formed around the hammer so long ago.

Some limestone has formed around artifacts known to be from the 20th century, so concretions can form fairly quickly around objects, he said. Concretions are masses of hardened mineral matter.

Carl Baugh, who is in possession of the artifact, has said the wooden handle has turned to coal (evidence of its great age) and that the metal it is made of has a strange composition. Critics have called for more, independent testing to verify these claims, but thus far no such testing has been conducted.

4. Prehistoric Work Site?

Workers at a stone quarry near Aix-en-Provence, France, in the 18th century came across tools stuck in a layer of limestone 50 feet underground.

The find was recorded in the American Journal of Science and Arts in 1820 by T. D. Porter, who was translating Count Bournon’s work, “Mineralogy.”

The wooden instruments had turned into agate, a hard stone. Porter wrote: “Everything tended to prove that this work had been executed upon the spot where the traces existed. The presence of man had then preceded the formation of this stone, and that very considerably since he was already arrived at such a degree of civilization that the arts were known to him, and that he wrought the stone and formed columns out of it.”

As stated in the case of the hammer above, limestone has been known to form relatively quickly around modern tools.

3. Million-Year-Old Bridge?

Adam’s Bridge, also known as Rama’s Bridge, or Ram Setu, between India and Sri Lanka. (NASA)

According to ancient Indian legend, King Rama built a bridge between India and Sri Lanka more than a million years ago. What appears to be remnants of such a bridge have been seen from satellite images, but many say it is a natural formation.

Dr. Badrinarayanan, former director of the Geological Survey of India, studied core samples from the bridge. He was puzzled by the appearance of boulders on top of a marine sand layer, and surmised that the boulders must have been artificially placed there.

No single natural explanation has been agreed upon by geologists. Dating has been controversial, as some say any given part of the bridge (such as coral samples) cannot give a true picture of how old the entire bridge is.

2. 500,000-Year-Old Spark Plug?

In 1961, three people were out searching for geodes for their gem and gift shop in Olancha, Calif., when they found what appeared to be a spark plug encased in a geode. Virginia Maxey, one of the three discoverers, said at the time that a geologist examined the fossils around the device and dated the device at 500,000 years or older.

The geologist was never named, and the current whereabouts of the artifact are unknown. Critics of the claim, Pierre Stromberg and Paul V. Heinrich, only have x-rays and an artist’s sketch of the artifact to analyze. They think it was a modern spark plug encased in a quick-forming concretion rather than a geode.

But, Stromberg and Heinrich have said, “There is little hard evidence that the original discoverers intended to deceive anyone.”

1. Prehistoric Wall Near Bahamas?

A wall of rock in large, thick block shapes was found off the coast of the Bahamas in 1968. Archaeologist William Donato has conducted multiple dives to investigate the wall and hypothesizes it is a man-made structure some 12,000 to 19,000 years old built to protect a prehistoric settlement from waves.

He’s found it to be a multi-tiered structure including prop stones that appear to be placed there by human hands. He’s also found what he believes to be anchor stones with rope holes in them.

Dr. Eugene Shinn, a retired geologist who worked for the U.S. Geological Survey, has said core rock samples he took show a dip toward deep water. If all the cores show a dip toward deep water, this would prove the rock formed where it is and did not form elsewhere later to be transported by humans to its present location.

His later writings said that all of his samples showed this dip, seeming to prove it is a natural formation. But his earlier study stated that only 25 percent of his samples showed a dip.

Dr. Greg Little, a psychologist who has taken an interest in this structure, confronted Shinn about this discrepancy and Shinn admitted he didn’t really take his study seriously and, “I got a little carried away to make a good story.”

L'article ' 17 Out-of-Place Artifacts Said to Suggest High-Tech Prehistoric Civilizations Existed ’ was originally published on The Epoch Times and has been republished with permission.


WannaCry

In May 2017, a large ransomware attack called WannaCry (also known as WannaCrypt0r and WCry) hit NHS England and various organisations in the UK and around the world.

The attack was due to vulnerabilities found in Microsoft operating systems installed in millions of computers around the world.

According to Microsoft, the Windows versions that were vulnerable to the attack were versions which were no longer supported by Microsoft such as Windows 8 and Windows XP, which the NHS trusts and affected companies seemed to be running.


Marriott International

Date: 2014-18
Impact: 500 million customers
Des détails: Marriott International announced in November 2018 that attackers had stolen data on approximately 500 million customers. The breach initially occurred on systems supporting Starwood hotel brands starting in 2014. The attackers remained in the system after Marriott acquired Starwood in 2016 and were not discovered until September 2018.

The attackers were able to take some combination of contact information, passport number, Starwood Preferred Guest numbers, travel information, and other personal information. The credit card numbers and expiration dates of more than 100 million customers were believed to be stolen, but Marriott is uncertain whether the attackers were able to decrypt the credit card numbers. The breach was eventually attributed to a Chinese intelligence group seeking to gather data on US citizens, according to a New York Times article.


Merci!

We live enshrouded by an atmospheric greenhouse of gases and water vapor that has maintained life-supporting conditions for hundreds of millions of years CO2 is part of that mix. But over the past three million years our greenhouse system has been highly unstable. The record of CO2 trapped in polar ice reveals that over the last 800,000 years, during dramatic swings between ice ages and warm periods, CO2 has oscillated between 180 and 280 ppm. In the last rapid warm-up from the most recent glacial period, CO2 jumped to 260 ppm, and then oscillated around 275 ppm. Since then, for about 9,000 years, our climate has been relatively stable. Agriculture, civilizations and states emerged, and global population grew from several million at the end of the last Ice Age to 1.2 billion in 1850.

Since 1850, industrial emissions have driven atmospheric CO2 levels from about 280 to 410. Human populations are now surging toward eight billion. A doubling of CO2 from preindustrial levels, which is projected by 2075 &mdash due to the combination of industrial emissions and huge volumes of ancient greenhouse gases rising from melting permafrost &ndash will put the earth at CO2 levels not seen for 35 million years, the last time that Antarctica was ice-free. A quadrupling of CO2 would put us into the extreme hothouse conditions of the Jurassic era.

Because CO2 traps heat, our industrial emissions of greenhouse gases have launched a sudden and rapid shift in global temperature and climate. For over a century we have unconsciously been playing with the delicate controls of our planet&rsquos unstable climate system. We did not understand what we were doing until recently, but we do now.

Fortunately carbon in the atmosphere isn&rsquot the only thing that can grow exponentially. Technological rates of change provide a ray of hope. Fossil-fueled economies emerged in a geological instant&mdashthe past two hundred years&mdashbut over the last decade, renewable energy systems have developed even more explosively. With strong governmental action supported by a broad popular consensus, we might yet find a way through.

We need to act just as &ldquoexponentially&rdquo to reset these global controls and to accelerate through a new global energy transition.

The means are at hand. Solar and wind renewable technologies are surging in the market place. Driven by technological advances and economies of scale, renewable energy is already a prudent financial investment. Coal power generation persists thanks to national subsidies across the United States, investment in coal is stalled and collapsing. Widespread gas leaks undermine the possible benefits of natural gas as a &ldquotransition fuel.&rdquo Indeed, power generation by natural gas may be at what some analysts see as a tipping point toward unprofitability.

Over just the last decade alternative energy markets have moved well into the exponential transition phase. The current transition to renewable energy systems creates massive employment opportunities just as past energy transitions have over the last two centuries. As in the past, and as described by researcher Carlota Perez, this transition faces a profound political struggle with entrenched, fossil fuel interests.

We cannot promise a panacea. There is no hope that we can suddenly and magically return to our era&rsquos old norms of climate and atmosphere. The effects of residual enhanced CO2 will take centuries to work out under the best of scenarios. But our planet&rsquos relationship to carbon dioxide has changed drastically before it can change again. There is hope that we can avert a fundamental civilizational crisis&mdashbut only if we take immediate and &ldquoexponential&rdquo action.

Historians’ perspectives on how the past informs the present

John Brooke, Michael Bevis and Steve Rissing teach History, Geophysics and Biology at The Ohio State University, where they team-teach a general education course on climate change.

Correction, Sept. 23, 2019

The original chart that accompanied this story misstated the multiplier for the Gross Domestic Product line. The chart shows GDP in $10 billions, not $100 millions.