Informations

Année Deux Jour 135 Administration Obama 4 juin 2010 - Histoire


9 h 30 LE PRÉSIDENT et LE VICE-PRÉSIDENT visitent K. Neal International Trucks, Inc.

K. Neal International Trucks, Inc

9 h 45 LE PRÉSIDENT prononce une allocution devant les employés de la K. Neal International Trucking Company

K. Neal International Trucks

10h50 LE PRESIDENT accueille le champion de Major League Soccer Real Salt Lake à la Maison Blanche.

11h30 LE PRÉSIDENT quitte la Maison Blanche en route pour la base aérienne d'Andrews

12h00 LE PRÉSIDENT quitte la base aérienne d'Andrews en direction de l'aéroport international Louis Armstrong

13:20 LE PRESIDENT arrive à Kenner, Louisiane Aéroport international Louis Armstrong

13h35 LE PRÉSIDENT participe à une réunion avec l'amiral Thad Allen et les élus locaux et étatiques Aéroport international d'Armstrong


Relations publiques incandescentes

Contact : Hope Katz Gibbs
Relations publiques incandescentes
[email protected] / 703-346-6975

Lisa Garlena, Golden & amp Cohen
704, chemin Quince Orchard, bureau 250
Gaithersburg, MD 20878
301-330-5300 𴢾

_Un auditoire de 100 dirigeants d'assurance-maladie, de soins de santé et d'entreprises en apprendra plus sur le plan de soins de santé d'Obama / Biden ?

Gaithersburg MD, 23 octobre 2008 — Melinda Beeuwkes Buntin Ph.D. prendra la parole lors du DC Health Summit 2008, une réunion qui rassemble 100 des plus grands esprits de l'industrie des soins de santé le 29 octobre de 11 h à 13 h à l'hôtel Mandarin à Washington, DC : www.dchealthsummit.com.

Le Dr Buntin est un économiste de la santé et chercheur qui se concentre sur la conception des prestations d'assurance-maladie, les marchés de l'assurance-maladie, le paiement des prestataires et l'utilisation et les besoins des personnes âgées en matière de soins. Ses projets actuels comprennent une étude des effets des soins de santé axés sur le consommateur sur l'accès, les coûts et la qualité des soins de santé et une étude des effets des changements de paiement de Medicare sur les coûts et les résultats des soins post-aigus.

Elle a également travaillé sur des projets et publié dans les domaines de la gestion des maladies, du marché des polices d'assurance maladie individuelles, des taux de rémunération des médecins Medicare, du financement des soins de fin de vie et de la conception et du paiement de plans de soins gérés par Medicare.

Le Dr Buntin est diplômé du Ph.D. Programme en politique de santé à l'Université de Harvard où elle s'est concentrée en économie de la santé et s'est spécialisée dans l'économie du programme Medicare, et est actuellement conférencière bénévole pour la campagne Obama, et se dit ravie de participer au Sommet sur la santé du 29 octobre.

Bien qu'un représentant de la campagne McCain ait également été invité à assister au DC Health Summit, Amber Johnson, directrice de la programmation de la campagne, a refusé en raison d'un nombre écrasant d'événements auxquels les substituts doivent assister en ce moment.

Le plan Obama / Biden

Parmi les nombreuses idées que le sénateur Barack Obama a pour les soins de santé, s'il est élu président des États-Unis le 4 novembre, citons :

• Exiger des compagnies d'assurance qu'elles couvrent les affections préexistantes afin que tous les Américains, quel que soit leur état de santé ou leurs antécédents, puissent obtenir des prestations complètes à des primes équitables et stables.
• Créer un nouveau crédit d'impôt-santé pour les petites entreprises afin d'aider les petites entreprises à fournir une assurance-maladie abordable à leurs employés.
• Réduire les coûts pour les entreprises en couvrant une partie des coûts de santé catastrophiques qu'elles paient en échange de primes moins élevées pour les employés.
• Empêcher les assureurs de surfacturer les médecins pour leur assurance contre les fautes professionnelles et investir dans des stratégies éprouvées pour réduire les erreurs médicales évitables.
• Rendre les cotisations patronales plus équitables en exigeant que les grands employeurs qui n'offrent pas de couverture ou ne contribuent pas de manière significative au coût d'une couverture santé de qualité pour leurs employés contribuent un pourcentage de leur masse salariale aux coûts des soins de santé de leurs employés.
• Établir un échange national d'assurance maladie avec une gamme d'options d'assurance privée ainsi qu'un nouveau régime public basé sur les avantages offerts aux membres du Congrès qui permettront aux particuliers et aux petites entreprises d'acheter une couverture santé abordable.
• S'assurer que tous ceux qui en ont besoin recevront un crédit d'impôt pour leurs primes.
Il espère également réduire les coûts et sauver une famille américaine typique jusqu'à 2 500 $ au fur et à mesure que les réformes entreront en vigueur :
• Réduire les coûts des médicaments en autorisant l'importation de médicaments sûrs d'autres pays développés, en augmentant l'utilisation de médicaments génériques dans les programmes publics et en s'attaquant aux sociétés pharmaceutiques qui bloquent les médicaments génériques moins chers du marché
• Exiger des hôpitaux qu'ils collectent et déclarent des données sur les coûts et la qualité des soins de santé
• Réduire les coûts des maladies catastrophiques pour les employeurs et leurs employés.
• Réformer le marché de l'assurance pour accroître la concurrence en entreprenant des activités anticoncurrentielles qui font monter les prix sans améliorer la qualité des soins.

Selon les informations publiées sur le site Web Obama-Biden sur les soins de santé, le plan favorisera également la santé publique en exigeant la couverture des services préventifs, y compris les dépistages du cancer, et augmentera la préparation des États et des collectivités locales aux attaques terroristes et aux catastrophes naturelles.

De plus, il s'engage à faire preuve de responsabilité fiscale. « Barack Obama paiera ses 50 à 65 milliards de dollars de réforme des soins de santé en annulant les réductions d'impôts de Bush pour les Américains gagnant plus de 250 000 $ par an et en maintenant l'impôt sur les successions à son niveau de 2009 », rapporte son site Web.

Discuter de l'avenir de l'assurance-maladie

Avant que le Dr Buntin ne parle, le public entendra un discours du Dr Steven Aldana, un scientifique et enseignant de renommée nationale sur le thème de la promotion de la santé sur le lieu de travail, le discours du Dr Aldana, « La vérité sur le retour sur investissement et la santé au travail Programmes de promotion », servira d'introduction à une discussion plus large entre les panélistes et les participants du Sommet sur l'avenir de l'assurance-maladie aux États-Unis.

Après les remarques du Dr Buntin, le modérateur/futuriste du Sommet, Andy Hines, répondra aux questions de l'auditoire.

Il posera également des questions à un panel d'experts en soins de santé, notamment :

Dre Amy Compton-Phillips, directrice des soins à la population de Kaiser Permanente — Le Dr Amy Compton-Phillips est interniste et médecin-directeur de Population Care à Kaiser Permanente dans les États du Mid-Atlantic (Maryland, Virginie et Washington, DC). Elle a occupé plusieurs postes au sein de Kaiser Permanente, notamment chef de la médecine interne, dirigeant des cabinets médicaux et, depuis 2003, responsable de la conception et de la mise en œuvre des activités de bien-être, de prévention et de gestion des maladies pour l'organisation.

Vice-président de l'Hôpital national de réadaptation, Dr Paul Rao — Le Dr Paul R. Rao est vice-président des services cliniques et de l'amélioration de la qualité et de la conformité de l'entreprise au National Rehabilitation Hospital (NRH) à Washington, DC, et est membre du comité de bioéthique du NRH depuis sa création. Il porte plusieurs autres chapeaux, notamment celui d'agent de liaison avec la protection de la vie privée/coordinateur HIPAA, de professeur invité à l'Université du Maryland et de membre du comité de rédaction de Topics in Stroke Rehabilitation and Advance for Directors.

Neurochirurgien Dr James Melisi — Le Dr Melisi exerce en pratique privée depuis 1993. Il est certifié par l'American Board of Neurological Surgery et est membre de l'American College of Surgeons. Il est diplômé avec grande distinction en biologie de l'Université Fairleigh Dickinson en 1981 et a obtenu son diplôme de médecine de l'Université d'État de New York, Downstate College of Medicine en 1986. Il a effectué une résidence de sept ans en neurochirurgie à l'hôpital universitaire George Washington en 1993.

• L'ancien commissaire aux assurances du Maryland, Al Redmer — En juin 2003, Al Redmer a été nommé par le gouverneur Robert L. Ehrlich, Jr., au poste de commissaire aux assurances du Maryland, où il supervisait un budget annuel de 21 millions de dollars. Il s'est efforcé de favoriser un marché équilibré permettant une protection vigoureuse des consommateurs tout en favorisant une saine concurrence entre les compagnies d'assurance. Au cours de son mandat, il a été coprésident du groupe de travail sur les affaires gouvernementales de la National Association of Insurance Commissioners ( NAIC ), a été membre du conseil d'administration de la Utilization Review Accreditation Commission ( URAC ) et membre du conseil d'administration de la Maryland Health Régime d'assurance.

Médecin-chef régional de UnitedHealthcare Dr Sanford Cohen — Le Dr Sanford Cohen est le médecin-chef régional du nord-est de United Healthcare pour les plans de santé des États du Mid-Atlantic et du nord-est. Après avoir passé du temps en pratique privée, en tant que directeur médical d'un groupe médical et directeur de l'amélioration des performances pour un grand système hospitalier, il a rejoint Oxford Health Plans en 1999 en tant que vice-président des affaires médicales, puis a rejoint United Healthcare en 2004.

Le sénateur de Virginie George Barker – Avant de prendre ses fonctions en novembre dernier, le sénateur George Barker a travaillé pendant 30 ans pour la Health Systems Agency of Northern Virginia, où il a aidé à contenir la flambée des coûts des soins de santé, à promouvoir la qualité des soins et à garantir l'accès aux soins médicaux pour tous les Virginiens du Nord.

L'élan pour le changement

Comprendre plus de possibilités sur l'avenir des soins de santé est fondamental pour améliorer le système, insiste Stephanie Cohen, PDG de la société d'assurance-maladie Golden & Cohen, qui organise l'événement du 29 octobre.

"Mes objectifs pour le sommet étaient de réunir tous les joueurs dans une même pièce au DC Health Summit - des futurologues comme Andy Hines aux dirigeants de compagnies d'assurance, aux médecins, aux administrateurs d'hôpitaux, aux sociétés pharmaceutiques et aux politiciens", a déclaré Cohen. « Tous ces gens ont leurs propres idées, histoires de guerre et programmes sur ce qui doit être fait pour contrôler les taux d'assurance-maladie – mais jamais auparavant ils ne se sont assis ensemble et n'en ont discuté. Le Sommet est la première étape pour lancer cette importante conversation.


Photos de la Médaille de la Liberté

Hier, Obama a accueilli la cérémonie de remise de la Médaille de la liberté dans l'East Room. J'ai pris quelques photos pour vous.

L'événement a duré très longtemps. Voici la liste des destinataires. Ils ont dû lire deux fois toutes les réalisations de ces gens. Ma sciatique a commencé à agir. Je pensais juste que tu voulais savoir.

Les cheveux de Barbara Bush attendent que son mari apparaisse.

Et le voilà, l'ancien président George Herbert Walker Bush, prêt comme toujours ces jours-ci à pleurer un bon coup.

Bush peut sauter des avions, mais marcher est une autre affaire. Quelles sont les chances qu'il ait du mal à marcher parce qu'il saute d'un avion ?

Jean Kennedy Smith obtient sa médaille pour avoir fait de bonnes choses et être Jean Kennedy Smith



Vous vous souvenez de ce personnage ? Pourquoi est-ce le fils de Jean Kennedy Smith, William Kennedy Smith, qui a été accusé de viol en 1991 après avoir fait la fête au bar avec Oncle Teddy. Il a été acquitté.

Voici une meilleure photo de lui.

Stan Musial se prépare à recevoir sa médaille pour avoir joué un bon baseball et vécu jusqu'à l'âge de 135 ans.

Obama se vante d'avoir déjà remporté le prix Nobel de la paix et gagnera également ce prix « dinky dink ».

Le grand joueur de basket-ball Bill Russell rigole bien alors qu'Obama doit tendre la main pour mettre sa médaille.

Le héros des droits civiques, le représentant John Lewis (D-Ga.) est un peu ému lors d'une conférence de presse avec des journalistes après son prix.


Lundi 27 juin 2011

Les réserves pétrolières d'urgence des États-Unis n'existent techniquement pas, car ce sont maintenant des réserves de pétrole «mondiales» observées en particulier par les génies en Europe ces jours-ci

Les gars de Bush étaient des mondialistes, mais Obama élève la définition. Il semble que « notre » pétrole d'urgence soit considéré par d'autres pays comme « leur » pétrole depuis 2005, et concerne aujourd'hui les approvisionnements européens par rapport à la guerre en Libye :

"J'ai conclu que l'objectif du président (de libérer des réserves d'urgence) est une bosse dans les sondages, mais que l'effet serait de courte durée. La plupart des médias ont conclu la même chose.

Mais ensuite, j'ai relu le communiqué de presse du DOE : « Les États-Unis et leurs partenaires de l'Agence internationale de l'énergie ont décidé » ». Ah oui. Notre Président International frappe à nouveau. Céder le contrôle d'un actif uniquement américain à un organisme international est troublant, mais tout à fait normal dans l'administration Obama.

Puis j'ai relu le communiqué de presse une fois de plus.

L'Administration continuera de consulter étroitement les autres pays consommateurs et producteurs au cours de la période à venir.

Les réserves dans le SPR sont suffisantes pour permettre à M. Obama de jouer ce jeu d'ici

Euh-oh. Maintenant, je suis vraiment paranoïaque.

En 2008, le Congressional Research Service a publié un rapport intitulé « The Strategic Petroleum Reserve : History, Perspectives and Issues » (lien pdf) qui décrit les exigences légales pour qu'un président ordonne un tirage sur le SPR. Initialement créé strictement comme un stock d'urgence pour les ruptures d'approvisionnement nationales, en 2005, le Congrès a assoupli les critères de retrait et a explicitement envisagé la coopération de l'AIE.*

Extrait de "The Strategic Petroleum Reserve: History, Perspectives and Issues", un rapport préparé par le Congressional Research Service, 8 mai 2008. Mise en évidence ajoutée.

Relisez ce dernier point culminant. Un président complice pourrait, si je lis correctement l'étude de CRS, déclarer des urgences consécutives huit fois entre aujourd'hui et les élections de novembre 2012. Huit fois 30 millions de barils, c'est 240 millions de barils. Enlevez cela des 727 millions actuellement en stock, et cela vous laisse 487 millions de barils, juste en dessous du volume minimum légal de 500 millions de barils.

Dans la mesure où il y a une "urgence", elle est beaucoup plus urgente pour l'Europe que pour les États-Unis.

Qui sont les pays membres de l'AIE ? Fondamentalement, l'Union européenne, plus les États-Unis, le Canada, l'Australie et la Corée du Sud.

L'annonce de la publication par l'AIE ne fait aucune mention distincte des États-Unis, bien que le pétrole SPR représente la moitié du total. Dans le compte de l'AIE, la libération était une décision de l'AIE.

Le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Nobuo Tanaka, a annoncé que les 28 pays membres de l'AIE ont convenu de libérer 60 millions de barils de pétrole au cours du mois à venir en réponse à la perturbation continue des approvisionnements en pétrole de la Libye. Cette rupture d'approvisionnement est en cours depuis un certain temps et son effet s'est accentué au fur et à mesure qu'elle s'est poursuivie. L'augmentation saisonnière normale de la demande des raffineurs prévue pour cet été aggravera encore le manque à gagner. Une plus grande tension sur le marché du pétrole menace de saper la fragile reprise économique mondiale.

Voici quelques questions que les journalistes devraient poser au secrétaire Chu, au secrétaire Geithner et au président Obama :

    ? Était-ce une décision de l'AIE ou une décision coopérative ?
  • Qui a décidé du moment ?
  • Quel est le prix d'inventaire moyen pondéré du pétrole SPR que nous allons vendre ?
  • Dans quelles conditions le stock de SPR sera-t-il remplacé et à quel prix ?
  • Dans quelles conditions anticipez-vous les futures versions, au-delà de la période actuelle de 60 jours ?
  • Pourquoi ne pas restaurer la production dans le golfe du Mexique, au lieu de s'appuyer sur la SPR ?"

*En 2006, un an après que Bush ait mondialisé nos réserves de pétrole, les électeurs républicains en avaient assez vu. Bush a perdu la Chambre des représentants au profit des démocrates. Peu de temps après, vint l'élection d'Obama, un glissement de terrain pour les démocrates à la Chambre en 2008, et un passage technique d'ObamaCare en 2009 (que même Obama n'a apparemment pas lu).

Le plus haut sondage du GOP depuis 2009 a eu lieu une semaine avant les élections de novembre 2010, prouvant à nouveau que le Tea Party a raison et que le GOP de l'establishment a tort

.
Encore une preuve s'il en fallait que l'establishment GOP qui nous a donné Obama pouvait facilement le battre s'ils le voulaient ou s'ils écoutaient les électeurs. Mais ils ne veulent pas battre Obama et ils méprisent les électeurs.

« Les républicains détiennent une avance de sept points sur les démocrates au scrutin générique du Congrès pour le

Une nouvelle enquête téléphonique nationale de Rasmussen Reports révèle que 44% des électeurs américains probables voteraient pour le candidat républicain au Congrès de leur district, tandis que 37% choisiraient plutôt le démocrate. C'est presque

Le GOP a toujours été en tête du scrutin générique depuis juin 2009, menant jusqu'à 12 points et aussi peu que deux. La semaine précédant le jour des élections en novembre dernier, le soutien aux républicains a culminé à 51 %, le plus haut niveau de soutien dont les deux partis ont bénéficié au cours des deux dernières années,

Cela marque la 14e semaine consécutive que le soutien républicain est tombé dans la fourchette étroite de 41% à 44%.

Les républicains affichent une avance de 38 % à 24 % parmi les électeurs qui ne sont affiliés à aucun des principaux partis, mais 38 % de ce groupe reste soit indécis, soit penche pour un candidat tiers.

Il convient de noter qu'en 2006 et 2008, les démocrates ont dirigé le scrutin générique du Congrès et ont également fait davantage confiance aux républicains sur la question des soins de santé. Après l'adoption de la proposition du président sur les soins de santé, les républicains sont devenus le parti le plus fiable en matière de soins de santé et ont également pris la tête du scrutin générique. En janvier de cette année, les républicains détenaient un avantage de 14 points sur la question des soins de santé,

Pourtant, pendant quatre semaines consécutives, un candidat républicain générique a dirigé le président Obama dans un hypothétique affrontement pour les élections de 2012.

Les électeurs sont plus disposés que jamais à élire une femme présidente, et la plupart pensent qu'il y a de bonnes chances qu'une femme remporte la Maison Blanche au cours des 10 prochaines années.

La plupart des électeurs veulent toujours abroger la loi nationale sur les soins de santé et sont convaincus que la loi améliorera la qualité des soins de santé

Le terme anatomique « lèvres » est désormais inclus dans les voyages vers l'aéroport américain. Le Canadien se demande pourquoi les Américains ont abandonné leur pays aux terroristes si facilement

.
Un Américain note que nos « représentants » élus continuent d'ignorer cette farce illégale qui s'est déjà avérée facile à déjouer. Obama est venu pour détruire et le GOP ne l'arrêtera pas.

C'est une excellente nouvelle ! Quelque part à la page 273 du manuel, il y a un graphique détaillant le point précis sur le haut de la cuisse où le groper agréé est obligé d'inverser sa patte.

Je suis du Canada. Nous ne faisons pas ce genre de choses et d'une manière ou d'une autre, nous n'avons pas d'avions projetés du ciel. Chaque fois qu'un Américain est humilié comme ça, le Terroriste GAGNE.

C'est triste et j'aimerais que vous preniez exemple sur nous et que vous ne le tolériez pas. Après tout, NOUS SOMMES ceux avec la société socialiste. VOUS ÊTES ceux qui ont cette magnifique Déclaration des droits sans restriction. UTILISE LE!

John Farant, Kingston, Ontario"

J'aimerais VRAIMENT lire des interviews entre certains des écrivains de la NRO et des membres du Congrès concernant la TSA. Je ne peux demander à aucun de nos "représentants" pourquoi ils autorisent cela, mais vous le pouvez. Pourquoi NRO ne montre-t-il pas plus de colère face à ces perquisitions illégales ? Je ne vois que Mark écrire à ce sujet.

Est-ce qu'un fonctionnaire du gouvernement remarque qu'Al Qaida contrôle essentiellement ce que fait la TSA. Tout ce qu'Al Qaida a à faire, c'est envoyer une communication disant qu'ils vont commettre un acte via une vieille dame, un bébé ou autre chose et tout à coup, nous nous soumettons à de nouvelles recherches plus invasives. »

Ce qui précède est la raison pour laquelle nous nous soumettons comme du bétail et ne voulons pas faire de vagues aux points de contrôle. ".

Et non, la tsa n'est pas créditée pour "plus d'attaques terroristes d'avions de ligne ici ?" Ne lisez-vous pas les rapports publiés qui expliquent les taux d'échec massifs à chaque fois que l'intégrité du système est testée ? Il est encore facile de commettre un acte de terrorisme contre notre industrie du transport aérien. Trois sur quatre qui essaieront, monteront dans un avion avec ce qu'il faut pour commettre un acte de terrorisme. Sans parler de tout le trou béant du bagagiste. Nous avons actuellement de la chance, et la chance va manquer. Tsa n'est rien de plus qu'un mauvais spectacle pour apaiser les masses."

Attendez de voir ce qui se passera une fois que la TSA aura été entièrement syndiquée . Angoissant. Je ne pourrai pas non plus me débarrasser des idiots et des idiots."

Bien sûr, George Bush mérite d'être blâmé pour avoir lancé l'inutile TSA. Si un républicain avait commencé ces « recherches », des émeutes de protestation massives les auraient déjà arrêtés. éd.

Obama TSA force la mort, une femme de 95 ans à retirer une couche adulte souillée, empêchait la recherche de pervers de la TSA. Une violation du 4e amendement

.
Les républicains expulsés en 2012 devraient se demander si la raison en était leur échec à faire tout ce qui était nécessaire pour arrêter les attentats à la pudeur de la TSA. Si un président républicain avait commencé ces perquisitions, les émeutes et les protestations hurlantes y auraient mis fin depuis longtemps en tant que violation du 4e amendement.

"Une femme a déposé une plainte auprès des autorités fédérales sur la façon dont sa mère âgée a été traitée à l'aéroport régional du nord-ouest de la Floride le week-end dernier.

Jean Weber de Destin a déposé une plainte auprès du Department of Homeland Security après que sa mère de 95 ans a été arrêtée et fouillée de manière approfondie samedi dernier alors qu'elle tentait de monter à bord d'un avion pour se rendre au Michigan afin d'être avec des membres de sa famille.

Sa mère, qui était en fauteuil roulant, a été invitée à retirer une couche pour adulte afin de procéder à une fouille par palpation.

"C'est quelque chose que je ne pouvais pas imaginer se produire sur le sol américain", a déclaré Weber vendredi. “Voici ma mère, 95 ans, 105 livres, à peine capable de se tenir debout, et puis ça.”

Sari Koshetz, porte-parole de la Transportation Security Administration à Miami, a déclaré qu'elle ne pouvait pas commenter des cas spécifiques pour protéger la vie privée des personnes impliquées.

La mère de Weber est entrée au point de contrôle de sécurité de l'aéroport en fauteuil roulant parce qu'elle n'était pas assez stable pour traverser, a déclaré Weber.

Les fauteuils roulants déclenchent certains protocoles, y compris les palpations et

Weber a déclaré qu'elle ne savait pas si sa mère avait déclenché une alarme pendant

Elle a dit que sa mère avait d'abord été retirée dans une zone vitrée et tapotée. Ensuite, elle a été emmenée dans une autre pièce pour protéger sa vie privée lors d'une fouille plus approfondie, a déclaré Weber.

Elle a déclaré que le personnel de sécurité est ensuite sorti et lui a dit qu'il aurait besoin que sa mère lui retire sa couche Depends car elle était souillée et était

Weber a emmené sa mère dans une salle de bain, a retiré sa couche et est revenue. Sa mère n'avait pas d'autre couche propre avec elle, a déclaré Weber.

Weber a déclaré qu'elle souhaitait qu'il y ait des méthodes de recherche moins invasives pour une personne âgée incapable de franchir les barrières de sécurité.

Koshetz a déclaré que les procédures sont les mêmes pour tout le monde

« La TSA ne peut exempter aucun groupe du contrôle, car nous savons, grâce au renseignement, qu'il existe des terroristes qui exploiteraient ensuite cette vulnérabilité », a-t-elle déclaré.

Weber a déposé une plainte sur le site Web de Northwest Florida Regional’s. Elle a dit qu'elle avait reçu une réponse d'un représentant de la sécurité intérieure à l'aéroport mardi et qu'elle avait parlé à cette personne au téléphone mercredi.

Le représentant lui a dit que

« Ensuite, j'ai pensé que si vous ne faites que suivre les règles et les règlements, alors les règles et les règlements doivent être modifiés », a-t-elle déclaré.

Weber a déclaré qu'elle prévoyait de déposer des plaintes supplémentaires la semaine prochaine.

"Je ne suis pas du genre à faire des vagues, mais bon sang, c'est faux. Les gens ont besoin de savoir. La prochaine fois, ça pourrait être toi.”"

"Le quatrième amendement protège les citoyens contre les perquisitions abusives. Une perquisition abusive est toute recherche effectuée sans "cause probable".

La TSA viole manifestement le quatrième amendement depuis longtemps. Il est temps d'arrêter les abus.

“La cause probable” est une question de probabilités.

Certaines choses indiquent une probabilité plus élevée d'être un terroriste. Certaines choses ne le font pas.

La probabilité qu'un citoyen américain âgé, veuf, caucasien, de sexe féminin, soit un terroriste est proche de zéro.

Mais la probabilité qu'un jeune, célibataire, musulman, arabe, de sexe masculin, originaire d'Arabie saoudite soit un terroriste est raisonnablement élevée.

Donc fouiller la vieille dame serait déraisonnable. Mais la recherche du jeune Arabe ne le ferait pas. Dans ce dernier cas, ne pas le faire serait imprudent.

Bien sûr, il existe un autre nom pour faire des distinctions entre les jeunes hommes arabes et les femmes blanches âgées. Cela s'appelle “profilage.”

Avec Obama, la colère et la violence raciales noires se sont intensifiées. Obama a entraîné un taux de chômage record pour les hommes noirs. Et aucune objection à leurs foules violentes.

26/06/11, " Les Peorians vivent dans la peur ", un groupe de jeunes afro-américains dit " nous devons tuer tous les blancs ", Peoria Chronicle,

Un groupe de 60 à 70 jeunes afro-américains a parcouru le quartier en disant des choses comme « nous devons tuer tous les Blancs » alors qu'ils encerclaient des voitures dans la rue, agressaient au moins un résident, couraient sur les porches des gens et les menaçaient. Un seul policier s'est présenté et ils lui ont crié des épithètes. Des foules comme celle-ci se produisent plusieurs fois par mois. Il n'y a pas assez de policiers pour les arrêter, alors on a dit aux résidents

Il s'ensuit un comportement de plus en plus incivil de la gauche, y compris le racisme, parce qu'Obama le soutient. Il a déclaré que manier une arme mortelle dans un bureau de vote était très bien.


Ci-dessus, 04/11/08, jour de l'élection d'Obama, bureau de vote des électeurs de Philadelphie . De nouvelles Black Panthers se tiennent près de la porte d'entrée, l'une brandissant une arme mortelle. Les avocats américains des droits civiques ont demandé des poursuites dans cette affaire depuis plus de deux ans, mais Obama refuse de l'autoriser. Son procureur général, Holder, a déclaré que l'incident ci-dessus n'était rien comparé à ce que "son peuple" a vécu.

27/01/11, "Nouvelle affaire Black Panther Party: Les faits sont connus", Washington Post, Right Turn, par Jennifer Rubin

via Atlas Shrugs et Gateway Pundit


Carrière

Après ses études de droit, elle a été associée au bureau de Chicago du cabinet d'avocats Sidley & Austin, où elle a rencontré pour la première fois son futur mari. Au sein du cabinet, elle a travaillé sur le marketing et la propriété intellectuelle. [4] Elle continue à détenir sa licence en droit, mais comme elle n'en a plus besoin pour son travail, elle est en statut volontaire inactif depuis 1993. [76] [77]
En 1991, elle a occupé des postes dans le secteur public au sein du gouvernement de la ville de Chicago en tant qu'assistante du maire et en tant que commissaire adjointe à la planification et au développement. En 1993, elle est devenue directrice exécutive du bureau de Chicago de Public Allies, une organisation à but non lucratif encourageant les jeunes à travailler sur des questions sociales dans des groupes à but non lucratif et des agences gouvernementales. [26] Elle y a travaillé près de quatre ans et a établi des records de collecte de fonds pour l'organisation qui existaient encore 12 ans après son départ. [20]
En 1996, Obama a été doyenne associée des services aux étudiants à l'Université de Chicago, où elle a développé le Community Service Center de l'Université. [78] En 2002, elle a commencé à travailler pour les Hôpitaux de l'Université de Chicago, d'abord en tant que directrice exécutive des affaires communautaires et, à partir de mai 2005, en tant que vice-présidente des Affaires communautaires et externes. [79]
Elle a continué à occuper le poste des hôpitaux de l'Université de Chicago pendant la campagne primaire, mais est revenue à temps partiel afin de passer du temps avec ses filles ainsi que de travailler pour l'élection de son mari [80] elle a par la suite pris un congé de sa part travail. [81] Selon la déclaration de revenus du couple en 2006, son salaire était de 273 618 $ des hôpitaux de l'Université de Chicago, tandis que son mari avait un salaire de 157 082 $ du Sénat des États-Unis. Le revenu total des Obama s'élevait cependant à 991 296 $, dont 51 200 $ qu'elle a gagnés en tant que membre du conseil d'administration de TreeHouse Foods, ainsi que les investissements et les redevances de ses livres. [82] Obama a déclaré qu'elle n'avait jamais été plus heureuse dans sa vie avant de travailler "pour construire des Alliés Publics". [83]
Obama a été membre salarié du conseil d'administration de TreeHouse Foods, Inc. (NYSE : THS), [84] un important fournisseur de Wal-Mart avec lequel elle a rompu les liens immédiatement après que son mari eut fait des commentaires critiques à l'égard de Wal-Mart lors d'un forum AFL-CIO. à Trenton, New Jersey, le 14 mai 2007. [85] Elle a également siégé au conseil d'administration du Chicago Council on Global Affairs. [86]


La sentinelle canadienne

Par où commencer ? Obama dit qu'en Amérique, il y a une incapacité à apprécier le rôle de leader de l'Europe dans le monde.

C'est peut-être parce que lorsqu'il y a eu une guerre civile aux portes de l'Europe dans les Balkans et un génocide, cela n'a pas levé le petit doigt jusqu'à ce que l'Amérique prenne la tête.

C'est peut-être parce qu'il y a eu une invasion au Koweït qu'elle n'a pas levé le petit doigt jusqu'à ce que l'Amérique prenne la tête.

C'est peut-être parce que l'Amérique dépense plus d'un demi-billion par an pour garder les voies maritimes ouvertes et défendre le monde, l'Europe dépense des centimes pour la défense.

Difficile d'apprécier le rôle de leader d'une entité dans le monde quand elle vous suce la poitrine depuis 60 ans comme l'Europe l'a fait vis-à-vis des Etats-Unis, de manière parasitaire.

Bravo, Obama. Points de discussion de votre Papa George Soros qui déteste l'Amérique ?

Ou de votre « ancien » pasteur, le « Révérend » Wright ?

Qui te nourrit de ce B.S. sur le téléprompteur, de toute façon ?

Bon sang, Barry, tu dois vraiment arrêter d'écouter ces crottes haineuses. Ils vous ont fait un lavage de cerveau et n'ont pas à vous dire quoi dire. Je veux dire, tu es le putain de président des États-Unis d'Amérique maintenant, et tu peux très bien penser et parler pour toi-même ! Ou êtes-vous, et démontrez votre ignorance étonnante de l'histoire et de la réalité du monde ?

Quel idiot. Un président dénigrant son propre pays et qualifiant l'Europe arrogante, snob, titlist et suceuse de seins de "leader mondial" non apprécié par l'Amérique. Putain, mec, ils n'apprécient rien de ce que l'Amérique a fait et fait pour eux ! Obtenez un indice sacré, mec! Putain de saké, hein !


Barack Hussein Obama déteste-t-il l'Amérique, ou est-il juste une marionnette ignorante de ceux qui le font ?

En ce qui me concerne, il est temps de sevrer l'Europe de la dépendance à l'égard de l'Amérique afin qu'elle puisse, espérons-le, cette fois, apprendre les difficiles leçons de vie qu'elle n'a pas apprises au siècle dernier.

Les choses ne sont pas gratuites. Quelqu'un paie pour tout. Il est temps que l'Europe paie ses propres factures, d'autant plus qu'elles sont si grossières envers ceux qui les ont payées en leur nom.

Avec l'Europe agissant ainsi envers l'Amérique, où est-ce qu'Obama s'en sort en baisant le cul tout en pissant sur l'Amérique ?


La sentinelle canadienne

Lawrence Summers, l'un des principaux conseillers économiques du président Barack Obama, a récolté plus de 2,7 millions de dollars en frais de discours payés par des entreprises au cœur de la crise financière, notamment Citigroup, Goldman Sachs, JPMorgan, Merrill Lynch, Bank of America Corp. et le aujourd'hui disparu Lehman Brothers.

Il a retiré 5,2 millions de dollars supplémentaires de D.E. Shaw, un hedge fund dont il a été directeur général d'octobre 2006 jusqu'à son entrée dans l'administration.

Thomas E. Donilon, conseiller adjoint à la sécurité nationale d'Obama, a été payé 3,9 millions de dollars par le cabinet d'avocats O&8217Melveny & Myers pour représenter des clients, dont deux entreprises qui ont reçu des fonds de sauvetage fédéraux : Citigroup et Goldman Sachs. Il a également révélé qu'il était membre de la Commission trilatérale et qu'il siège au comité directeur du groupe supersecret Bilderberg. Les deux groupes sont les cibles favorites des théoriciens du complot.

Et l'avocat de la Maison Blanche, Greg Craig, a gagné 1,7 million de dollars dans un cabinet privé représentant un président bolivien en exil, un législateur panaméen recherché par le gouvernement américain pour avoir prétendument assassiné un soldat américain et un milliardaire technologique accusé de fraude en valeurs mobilières et de divers crimes sensationnels liés à la drogue et au sexe.

Euh ! La ville de Barf-O-Rama ! Et la gauche a accusé l'administration Bush d'être pleine de personnages sinistres déterminés à gagner des millions.

Apparemment, les rangs des conseillers d'Obama à la Maison Blanche contiennent des élites riches et puissantes.

But, hey, like with Clinton, that sort of stuff is ok as long as the President is a Democrat! Thank goodness it isn't a Republican administration, eh, 'cause then it'd be scandalous as far as the Big Media is concerned, and they wouldn't let us hear the end of it. Plus there'd be a whole lot of protest-demos against it by brain-numb youth, who are eerily absent from the streets despite the glaring similarities between the Obama White House and the Bush one, including the Iraq war, the Afghanistan war and the intensifying deadly airstrikes on Pakistan, killing Muslims. But of course, everything's ok as long as a Democrat is President. Wonder if Obama'd have a free pass if he were to have a Holocaust in America and if he invaded, conquered and annexed Canada.

Where, oh, where have the protests gone since Obama took over the White House? Surely the protestors at the G20 are not the same ones as we've seen holding up the picket signs saying stuff like BusHitler and that the Star of David somehow, against all logic and sanity, equals a swastika.

Are those hard-leftwing protests actually fake? Do the youth in them really care. do they even understand anything at all about what they're screaming like lunatics about? I'm seriously doubting so. I believe they're like the Brownshirts of the Hard Left and that the left-wing "community organizers" (Obama was one) summon them, issue screaming points and picket signs and tell 'em to go here, go there wearing masks, camo pants, jackboots and kaffiyehs, and throw rocks and molotov cocktails and break windows and so on and so forth, and to get naked if they wish and so on and so forth.

Interesting how the last major report on Zombietime was on January 10th, just days before Obama's victory. nothing since, despite all the Muslims being slaughtered in the exact same faraway lands under Obama's watch and all the corruption, the recession and so on and so forth. You know, I'm convinced that those Hard-Left protests with the gas-masked-and-kaffiyeh-clad, disinformed, brainwashed young lunatics throwing rocks and firebombs are bogus, put-on by Hard-Left "community organizers" (likely ultimately linked to George Soros and his money) and commited by those who themselves obviously ought to be commited.


Obama's Pot Problem

I really feel like the current generation of people in power are so desperately trying to hold on to their out-dated and Ill-informed beliefs on drugs that they would rather shoot themselves in the foot then to admit that their opinions may be incorrect. I loathe politicians.

This idea of the previous generations holding on for power, has always made me wonder what will happen when inhabiting other planets is mainstream. Wouldn't it be awesome if each generation went out and started fresh, with new ideas, new needs. I think it would produce some really inspired people. and then we would have a physical history in the 'past' planets.

TLDR I'm on another planet thinking about how much I want to be on another planet.

You give them far more integrity than I.

See, I don't think many of them actually hold those "out-dated and ill-informed" beliefs at all. I mean, statistics says that the majority of our representatives have smoked weed, especially when you consider that many of them were in college back in the 60's and 70's, it's almost a given that they smoked at one point or another.

My point is, they savoir it's relatively harmless. I mean, they smoked weed in college, and now they're Congressmen! Clearly it didn't destroy their lives, nor had any negative effect on it at all. Look at what they've achieved! How many large bank accounts among the 535 voting members of congress? Aren't they pretty much all millionaires at this point?

No. their reticence to legalize marijuana has nothing to do with their opinions of it, and tout to do with the various lobbies that basically own their asses. The Prison-Industrial Complex, for one. The DEA and other law enforcement agencies, which legally seize billions of dollars worth of property every fucking year and use that money to bolster their own department's budget. I mean, what a tool for police!! No more actual police work needed no, now they can just 'smell weed' in your car and bust your ass for whatever thing you did that chapped their ass and brought you onto their radar. stereo too loud? Car full of too many blacks or hispanics? Being 'uppity' and challenging a police officer's assessment of what you're doing out on a Friday night? Refusing to identify yourself? ME COP ME SMELL WEED YOU ARRESTED BITCH! TEACH YOU TO TALK BACK. RESPECT MY AUTHORITAY.

Marijuana prohibition has nothing to do with the drug and everything to do with the myriad billion-dollar corporations and industries that profit off of it. On top of those in law enforcement, there's the chemical companies, Big Pharma, Big Tobacco/Big Alcohol. hemp has so many uses, and all of them conflict with their business interests, so here we are, 100+ years after it's prohibition (based on bullshit and propaganda in the first place, thanks to William Randolph Hearst and the rise of Yellow Journalism) still listening to the same tired bullshit arguments that not even the people offering them forth believe anymore.

We need to completely eliminate the legalized bribery that is lobbying. We simply can't expect any real representation in our government until we do.


Obama Chicago pal Exelon's John Rowe among those in line for cash as Obama delivers to fat cats on promise to break the coal industry

.
A multi-millionaire set for life, Obama could be voted out in 17 months, leaving him 19 months to enhance misery and poverty the world over, especially in the despised America. (Thomas Jefferson owned slaves, you know.)

" Barack Obama has long sought to bankrupt the coal industry. But, Cook County politician that he is and always will be, the relevant question is: who benefits from his plans wreck a major portion of our economy while also boosting electricity prices across America?

A clue: he and his pals from Chicago have incestuous ties to the one company whose prospects will be boosted by Obama's policies.

While Barack Obama has broken many promises he made along the campaign trail to the Oval Office, one promise seems close to whatever heart he may have: to bankrupt the coal industry.

He told the editorial board of the San Francisco Chronicle on January 17, 2008 of his plans:

So if somebody wants to build a coal-powered plant, they can it's just that it will bankrupt them because they're going to be charged a huge sum for all that greenhouse gas that's being emitted.

That will also generate billions of dollars that we can invest in solar, wind, biodiesel and other alternative energy approaches.

The only thing I've said with respect to coal, I haven't been some coal booster. What I have said is that for us to take coal off the table as a (sic) ideological matter as opposed to saying if technology allows us to use coal in a clean way, we should pursue it.

So if somebody wants to build a coal-powered plant, they can.

It's just that it will bankrupt them.

He also promised that under his plans to transform the energy industry "electricity prices would necessarily skyrocket."

While he failed in Congress to pass the cap-and-trade bill that would have been a direct assault on the coal industry (Democrats from coal-mining states, such as Senator Jay Rockefeller from West Virginia joined with Republicans to derail these efforts) and that would have ineluctably led to his goal of sending utility bills soaring, Obama (as is his wont) has used indirect means at his disposal to circumvent Congress and kill off coal. This is his modus operandi: take steps behind the scenes that the media will not disclose to bully his programs to fruition.

But it is primarily through the use of his regulatory empire ( the number of federal regulations has skyrocketed under his administration) that he has put a chokehold not only on the coal mining industry but also on utilities that burn coal to generate electricity. And, incidentally, this will put a chokehold on Americans trying to balance their budgets (of course, Obama doesn't care about balancing budgets -- such a concept is foreign to him were it so for us).

Lisa Jackson, the head of the EPA, has been her point person in driving this agenda.

  • Consumers could see their electricity bills jump an estimated 40 to 60 percent in the next few years.
  • The reason: Pending environmental regulations will make coal-fired generating plants, which produce about half the nation's electricity, more expensive to operate . Many are expected to be shuttered.

The increases are expected to begin to appear in 2014, and policymakers already are scrambling to find cheap and reliable alternative power sources. If they are unsuccessful, consumers can expect further increases as more expensive forms of generation take on a greater share of the electricity load.

Already, prices for electricity are jumping at a time our economy and consumers can least afford more blows.

But there are also those who would benefit from such plans and they include people and companies quite close to President Obama.

    benefit from the changes is Chicago-based Exelon Corp., which has a large fleet of nuclear power plants that have low emissions and are cheap to run compared with coal plants.

"The upside to Exelon is unmistakable," CEO John Rowe said last year. "Every $50 per megawatt-day as a change in capacity prices, translates to almost $350 million of additional capacity revenue for Exelon in 2014 and subsequent years."

Rowe said energy prices are also expected to rise if coal plants are retired and replaced with other energy sources, like natural gas. "These changes add up quickly," he said. "A $5 per megawatt-hour increase in energy prices would be $700 million to $800 million of incremental annual revenue to Exelon on an open basis. We expect that at least some of that upside will be realized in the next two to four years."

Sadly, the paper -- an early promoter of Barack Obama's career -- does not delve further into who else may reap the rewards at the American people's expense. What political figures close to Barack Obama

David Axlerod, Obama's campaign strategist and chief domestic policy adviser (who had the office closest to the Oval one before he left the White House to return to the 2012 campaign trail), has reaped quite a few rewards from doing business with Commonwealth Edison, which became part of the Exelon octopus through corporate mergers (this corporate history is linked to Rahm Emanuel, see below).

Axelrod's firm, ASK Public Strategies, is the "gold standard in Astroturf organizing" (Astroturf organizations are fake grassroots groups that are actually funded and promoted by corporate interests).

  • ASK's predilection for operating in the shadows shows up in its work. On behalf of ComEd and Comcast, the firm helped set up front organizations that were listed as sponsors of public-issue ads.

ASK's relationship with ComEd goes back much further: The Chicago-based utility says ASK has been an adviser since at least 2002. ASK's workload picked up in 2005, as the Exelon subsidiary was nearing the end of a 10-year rate freeze and preparing to ask state regulators for higher electricity prices. Based on ASK's advice, ComEd formed Consumers Organized for Reliable Electricity (CORE) to win support.

CORE (and Com Ed and David Axelrod's ASK) were successful in their efforts to fool people and pressure regulators and politicians

Now we have Barack Obama, his hand-picked appointees and his cronies pursuing policies that will again boost electricity bills and benefit Com Ed and its corporate parent. A richer Exelon is a happier client for David Axelrod . While Barack Obama has angered many in the corporate community, rest assured that dollars will flow from the corporate coffers and officers of Exelon to fund Obama's road to the White House . History repeats itself as farce.

Who else may benefit from this rape of electricity consumers? There are the legions of investors in green schemes who are Obama supporters and whose uneconomic projects can only succeed through government arm-twisting (an Obama talent).

Then there is Rahm Emanuel, Obama's longtime political ally and his former Chief of Staff who recently became Chicago's mayor. But between stints in politics he took the revolving door between politics and business and signed up for a very lucrative and brief career in investment banking . This is the very same revolving door Obama has promised to close. Who was his major client? Need one ask? The aforementioned John Rowe, Chief Executive Officer of Exelon.

  • Rowe, 64, the longest-serving utility executive in the industry and chief executive of Exelon, the country's most valuable utility by market value, is indeed in the catbird seat. While Exelon and the rest of the utility industry has been battered by a weak economy and suddenly low electricity demand and prices, Exelon has a lot to look forward to. Soon after Rowe created Exelon in 2000 with the merger of the Chicago utility Unicom (parent of Commonwealth Edison) and the Philadelphia utility Peco,
  • he sold off most of the company's coal plants and focused the company on nuclear. He created a generation subsidiary that sells the power produced by 17 reactors, by far the largest nuclear fleet in the nation and the third biggest in the world.

This statement (commendable in its brute honesty) is akin to a smoking gun : Exelon is the biggest and most direct beneficiary of Obama's energy policies. Rowe knows Chicago politics as well as he knows how to run nukes (he has an admirable record in doing so). Whose bread was buttered over the years as Exelon grew ?

  • Exelon has very deep ties to the Obama Administration. Frank M. Clark, who runs ComEd, helped advise Obama before he ran for President and is one of Obama's largest fundraisers. Obama's chief political strategist, David Axelrod, worked as a consultant to Exelon . Obama's chief of staff,
  • Rahm Emanuel, helped create Exelon. Emanuel was hired by Rowe to help broker the $8.2 billion deal between Unicom and Peco when Emanuel was at the investment bank Wasserstein Perella (now Dresdner Kleinwort). In his two-year career there Emanuel earned $16.2 million, according to congressional disclosures. His biggest deal was the Exelon merger.

For history buffs, Com Ed at one time was headed by Tom Ayers, a power broker par excellence in Chicago. Ayers was the father of Bill Ayers -- the former Weatherman terrorist who gave birth to Obama's political career and had close Obama ties through Chicago-based activist groups (he was not just "some guy in the neighborhood" whose kids play with Obama's daughters as Axlerod characterized Bill Ayers Ayers' children are adults -- what kind of play did they have with Obama's prepubescent daughters? Journalists never asked that question and many others that they should have back in 2008).

Obama learned a great deal from his time spent in the muck of Cook County politics. There is a saying in Chicago that when people seek positions or contracts from Chicago politicians and their bureaucratic puppets they are asked " Who sent you?"

All too often the answer has been Exelon . But now the question should be asked not in Cook County but by journalist in Washington, D.C .

Think about that when you rush to turn off your lights: Obama and his pals like do to their handiwork in the dark."

It would be one thing if we had a congress, but we don't. If you leave the doors and windows of your house wide open, put signs up saying, "Please come in and take everything in this house including priceless treasures, no questions asked!" what will happen?

We pay salaries and gold-plated health care of people in Washington DC, but they do not represent us. Most of them despise us. We will keep throwing them out until this situation changes. It's fine if they want to get rich, but not here and not now. éd.


Voir la vidéo: Présentation de la formation Cisco CCNP TSHOOT: Réussir lexamen 300-135 (Novembre 2021).