Informations

Claxton DD-140 - Histoire


Claxton

Thomas Claxton, né à Baltimore, dans le Maryland, est entré dans la Marine en tant qu'aspirant de marine le 17 décembre 1810. Il a été mortellement blessé après un service courageux lors de la bataille du lac Érié le 10 septembre 1813, mourant à Érié, en Pennsylvanie, le 17 octobre 1813.

(DD-140 : dp. 1 090 ; 1. 314' ; n. 31' ; dr. 8'8" ; s. 35 k. ;
épl. 122 ; une. 4 4", 1 3", 12 21" tt.; cl. Wickes)

Le premier Claxton (DD-140) a été lancé le 14 janvier 1919 par le Mare Island Navy Yard ; parrainé par Mme F. W. Kellogg ; et commandé le 15 septembre 1919, sous le commandement du lieutenant-commandant F. T. Leighton.

Claxton a opéré sur la côte ouest jusqu'au 18 juin 1922, date à laquelle elle a été désarmée à San Diego, Californie. pour patrouiller au large de Cuba. Entre janvier et novembre 1934, il était en réserve tournante à Charleston, puis retourna aux patrouilles cubaines jusqu'en octobre 1935. Après avoir exercé avec la force de combat, il fut affecté à l'Académie navale en 1936 et 1937, effectuant trois croisières côtières.

Service avec l'Escadron 40-T, formé pour patrouiller dans les eaux européennes protégeant les intérêts américains pendant la guerre civile en Espagne, occupa Claxton d'octobre 1937 à novembre 1938. En janvier 1939, elle retourna au service à l'Académie navale, mais en septembre commença son service sur le patrouille de neutralité au large du détroit de Floride. En janvier et février 1940, il patrouillait au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre et, après des croisières d'entraînement sur la côte est, arriva à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 21 novembre 1940. Le 26 novembre, il fut livré aux autorités britanniques dans les destroyers pour bases échanger. Il est désarmé le 5 décembre 1940 et mis en service dans la Royal Navy le même jour que le HMS Salisbury.

Elle est arrivée à Belfast, en Irlande du Nord, le 30 décembre 1940 pour le service avec le Western Approaches Command escortant les convois de l'Atlantique. En avril et mai 1942, il escorte l'USS Wasp (CV-7) lors de ses deux voyages pour faire décoller des avions pour Malte assiégée. De retour au Clyde, le Salisbury a gardé des convois de troupes dans l'Atlantique jusqu'en septembre, date à laquelle il a été affecté à la Marine royale canadienne. Basé à St. John's, Terre-Neuve, le Salisbury a servi en service d'escorte locale jusqu'en novembre 1943, date à laquelle, avec de nouvelles escortes disponibles, il a été placé sous le statut de soins et d'entretien à Halifax et a été libéré le 10 décembre. Il est vendu pour démolition le 26 juin 1944.


HMS Salisbury

HMS Salisbury (viirinumero I52) oli Britannian kuninkaallisen laivaston Town-luokan hävittäjä toisessa maailmansodassa. Alus oli alun perin Yhdysvaltain laivaston Wickes-luokan hävittäjä USS Claxton, joka luovutettiin Halifaxissa Kuninkaalliselle laivastolle sopimuksen mukaisesti.

HMS Salisbury

HMS Salisbury
Aluksen vaiheet
Rakentaja Mare Islandin laivastontelakka, Yhdysvallat
Kölinlasku 25. huhtikuuta 1918
Vesille Laskettu 14. tammikûta 1919
Palveluskäyttöön 5. joulukuuta 1940
Palveluskäytöstä Kanadan laivastolle syyskuussa 1942
Loppuvaihe myyty romutettavaksi 26. kesäkuuta 1944
Tekniset lié
Uppouma 1 090 t
Pitus 96 mètres
Leveys 9,4 mètres
Syväys 2,64 m
Nopeus 35 solmuas (65 km/h)
Miehistöä 122
Aséiste 4 x 4" tykkiä
1 x 3" ilmatorjuntatykkiä
12 x 21" (533 mm) torpille
Infobox OK


Mục lục

Claxton c đặt lườn vào ngày 25 tháng 4 năm 1918 tại Xưởng hải quân Mare Island, Vallejo, Californie. Nó được hạ thủy vào ngày 14 tháng 1 năm 1919, được đầu bởi bà F. W. Kellogg, và được đưa ra hoạt động vào ngày 13 tháng 9 năm 1919 dưới quy cânga huy.

USS Claxton Sửa đổi

Claxton hot động dọc theo par Tây Hoa Kỳ cho đến ngày 18 tháng 6 năm 1922, khi nó được cho xuất biên chế tại San Diego, Californie. Được cho nhập biên chế trở lại vào ngày 22 tháng 1 năm 1930, nó tiếp tục phục vụ tại vùng bờ Tây cũng như huấn luyện nhân sự Hải quân Dự bcho gia từ 9 Orléans, c vụ để tuần tra ngoài khơi Cuba. Từ tháng 1 đến tháng 11 năm 1934, nó ở trong lực lượng dự bị luân phiên tại Charleston, rồi quay trở lại nhiệm vụ tuần tra tại Cuba cho n tháng 10 nnnến Chiậcù ln cănn Chi 19ncù ln cănếm Chi 19ncù hù khingh nếm 1935. được phân về Học viện Hải quân Hoa Kỳ trong các năm 1936-1937, thực hiện ba chuyến đi ven biển.

Nhận nhiệm vụ cùng Hải đội 40-T, đơn vị được thành lập để tuần tra tại vùng biển Châu Âu nhằm bảo vệ những lợi ích của Hoa Kỳ trong cuộc Nội chiế, Tong cuâc Nội chiế, Claxton đã hoạt động tại châu Âu từ tháng 10 năm 1937 n tháng 11 năm 1938. Vào tháng 1 năm 1939, nó quay trở lại nhiệm vụ cùng Học viện Hải quân, nhưáng đếnđnn Tr trở quay trở lại nhiệm ngoài khơi détroit de Floride. Vào tháng 1 và tháng 2 năm 1940, nó tuần tra ngoài khơi bờ biển Nouvelle-Angleterre và sau các chuyến đi huấn luyện tại vùng bờ Đông, nó đi đến Halifax. , nó được chuyển giao cho Anh Quốc theo Thỏa thuận đổi tàu khu trục lấy căn cứ. Claxton được cho xuất biên chế vào ngày 5 tháng 12 năm 1940 và nhập biên chế Hải quân Hoàng gia Anh cùng ngày hôm đó như là chiếc HMS Salisbury thuộc lớp Ville.

HMS Salisbury - NCSM Salisbury Sửa đổi

Salisbury đi đến Belfast, Bắc Ireland vào ngày 30 tháng 12 năm 1940 để hoạt động cùng Bộ chỉ huy Tiếp cận phía Tây trong nhiệm vụ hộ tống các đoàn tàu vận tngải vâượt t Vào tháng 4 và tháng 5 năm 1942, nó tham gia lực lượng hộ tống cho tàu sân bay Hoa Kỳ Guêpe trong hai chuyến i vận chuyển máy bay à Malte đang bị phong tỏa. Quai trở về Clyde, Salisbury được cải biến tối ưu cho nhiệm vụ hộ tống tàu buôn bằng cách tháo dỡ ba trong số các khẩu pháo 4 po (100 mm)/calibre 50 và một trong số các btn ên n ba ống phónng pháo , lấy chỗ chứa thêm mìn sâu và trang bị một dàn hérisson (súng cối chống tàu ngầm). [2] Nó bảo vệ cho các đoàn tàu vận tải chuyển quân tại Đại Tây Dương cho đến tháng 9, khi nó được chuyển cho Hải quân Hoàng gia Canada. Il se trouve à St. John's, Terre-Neuve, HCMS Salisbury hot động hộ tống vận tải tại chỗ cho n tháng 11 năm 1943, khi các tàu hộ tống mới hơn ã sẵn có. Nó được đưa về chế độ bảo trì tại Halifax, Nouvelle-Écosse và được cho ngừng hoạt động vào ngày 10 tháng 12 năm 1943. Nó bị bán để tháo dỡ ngày 26 tháng 6 năm, 1944 tại


Erneute Namensverwendungen

Die US Navy verf&# xFCgte seit dem 8. Dezember 1942 wieder ﲾr eine USS Claxton (II) (DD 571). Das zweite Schiff der US Navy mit diesem Namen war am 9.&# xA0Septembre 1940 als Zerst&# xF6rer der Fletcher-Klasse bei der Consolidated Steel Corporation à Orange (Texas) bestellt worden. Nach dem Baubeginn suis 25.&# xA0Juni 1941 war der neue Zerst&# xF6rer am 1.&# xA0avril 1942 vom Stapel gelaufen und getauft worden. Suis 8.&# xA0Dezember 1942 wurde der Zerst&# xF6rer von der US Navy à Dienst gestellt. →siehe USS Claxton (DD-571)
Der im avril 1946 aus dem aktiven Dienst entlassene Zerst&# xF6rer wurde am 15.&# xA0Dezember 1959 der deutschen Bundesmarine &# xFCbergeben und als Z4 (D-178) eingesetzt. Suis 26.&# xA0février 1981 wurde er in Griechenland von der Bundesmarine au&# xDFer Dienst gestellt und zugleich von der griechischen Marine als Materialersatzteiltr&# xE4ger &# xFCbernommen. Im Juni 1992 wurde das Schiff dann à Eleusis abgebrochen.

Ab dem Februar 1957 verf&# xFCgte die Royal Navy wieder &# xFCber eine HMS Salisbury. Dieses Schiff vom Type 61 (direction de l'avion frégate) war am 23.&# xA0janvier 1952 auf dem Devonport Dockyard begonnen worden Stapellauf und Taufe folgten am 25.&# xA0Juni 1953. Die Fregatte war an der Beira Patrol&# xA0&# x2013 dem wenig erfolgreichen Versuch, Rhodesien von der Ölversorgung abzuschneiden – und am letzten der sogenannten Kabeljaukriege mit Island beteiligt. Bei letzterem kam es zu Kollisionen mit isl&# xE4ndischen Patrouillenbooten. Ein 1978 erwogener Verkauf des Schiffes an &# xC4gypten kam letztlich nicht zustande. Zeitweise als stationäres Schulschiff eingesetzt, wurde die Salisbury schlie&# xDFlich am 30.&# xA0septembre 1985 als Zielschiff versenkt.


Claxton DD-140 - Histoire

Historique Dollar-Marks
Page de conversion de devises

page créée par Harold Marcuse,
Professeur d'histoire allemande à l'UC Santa Barbara
(Page d'accueil du professeur Marcuse)

page créée le 19 août 2005, dernière mise à jour le 10/7/18

Que vaut le vieil argent allemand ? (retour au sommet)

  • Combien vaut le vieux papier-monnaie allemand sur le marché aujourd'hui? Je ne peux pas te dire.
    Cette page explique comment les montants passés en Marks peuvent être converti en dollars américains passés et présents.
    • Pour valeurs marchandes de vieilles factures allemandes que vous pourriez avoir, je vous suggère de regarder sur ebay sous:
      Ebay > Devise > Allemagne.
    • Sammler.com a une page Collector Values ​​of Old German banknotes avec beaucoup d'informations.
    • Richard Holmes était un collectionneur d'allemand des années 1920 Notgeld (argent "d'urgence" inflationniste) jusqu'en 1997. Il a constitué une excellente Notgeld site Web avec un historique, des analyses et des liens, et une page sur la façon dont ils peuvent être évalués (faites défiler vers le bas pour les tableaux). [liens mis à jour le 02/08/10, merci à Harry Brown]

    J'accepte les suggestions d'ajouts à cette page : [email protected]

    En 1938, Fritz gagnait 6000 Marks, quel serait son salaire équivalent aujourd'hui ? (retour au sommet)

    1. Tout d'abord, en utilisant les tableaux ci-dessous, convertissez les Marks de 1938 en dollars de 1938.
      En 1938, 2,49M=1$ ou 12,4M=1&livre signifie 6000M=2409$=£484.
    2. Allez maintenant à la section des calculatrices d'inflation ci-dessous et voyez ce que vaudraient 2409 $ (ou 484 livres sterling) en 1938 aujourd'hui (la calculatrice MeasuringWorth.com est excellente - je pense qu'il pourrait être plus précis d'utiliser la calculatrice britannique que la calculatrice américaine, car les indicateurs économiques de l'Allemagne ont pu les suivre de plus près). En gonflant à l'année 2017, les différents indices donnent les résultats suivants :
      £29,400 ou 41,900 $ en utilisant l'indice des prix à la consommation
      £27 500 ou 33 700 $ en utilisant le déflateur du PIB
      98 100 $ en utilisant la valeur du forfait grand public [reconversion en 2017 : 70 700 £]
      £78 500 ou 91 000 $ en utilisant le salaire moyen / salaire non qualifié *
      £132 000 ou 214 000 $ en utilisant le PIB nominal par habitant [bon pour estimer le "statut" de ce revenu]
      £183 000 ou 537 000 $ en utilisant la part relative du PIB [bon pour estimer la part de la richesse nationale]
    3. Quelle mesure serait la plus appropriée ? Lisez la page explicative sur le site MeasuringWorth.com, Choisir le meilleur indicateur pour mesurer la valeur relative. Pour un salaire ou revenu annuel, vous verrez que le "Consumer Bundle" ou "GDP per capita" seraient les meilleures mesures.
      Ainsi, le salaire de Fritz se situerait entre 98 100 $ et 214 000 $ aujourd'hui [ou 170 000 $ en gonflant la livre sterling du Royaume-Uni.]
      Ou en utilisant l'inflateur britannique et en convertissant le £ en $
      : £132 000 = 170 000 $ en 2017 serait le haut de gamme au lieu de 214 000 $.
      Pour la valeur d'un marchandise simple (miche de pain, gallon d'essence), vous utiliseriez l'IPC.
      Pour le coût d'un immeuble ou un projet de travaux publics, vous utiliseriez le déflateur du PIB.

    Bonne chance avec votre conversion historique!

    Tables de conversion de devises américano-allemandes, 1913-2005 (retour au sommet)

    • Les tableaux à gauche ci-dessous ont été scannés à partir de R.L. Bidwell, Tables de conversion de devises : cent ans de changement (Londres : Rex Collings, 1970), 22-24.
      [Bibliothèque UCSB HG219.B5]
    • Les tableaux à droite ont été générés sur le site eh.net de l'Association d'histoire économique. En 2007, déplacé vers : Measuringworth.org/globalexchange
      • source originale : Lawrence H. Officer, "Exchange Rates" dans Susan B. Carter, Scott S. Gartner, Michael Haines, Alan Olmstead, Richard Sutch et Gavin Wright, eds., Statistiques historiques des États-Unis, édition millénaire (New York : Cambridge University Press, 2002). (voir Lawrence Officer's Univ. Illinois/Chicago page faculté)
      • Ceux-ci sont moyennes annuelles (Les Bidwell sont pour le mois indiqué).


      Les données 1971-2005 dans ce tableau de gauche proviennent de Triacom, une société de services de traduction à Barendorf, en Allemagne.
      Ils l'ont généré à partir d'oanda.com, voir la section Tarifs journaliers, ci-dessous.

      Les divergence avec le tableau eh.net à droite, c'est parce que le tableau de gauche a première date de transaction de l'année valeurs, tandis que le tableau de droite a moyennes annuelles. Si la valeur d'une année dans le tableau de droite est plus élevée, alors le taux moyen du dollar de l'année était plus élevé qu'au début de l'année (en d'autres termes : le DM s'est affaibli cette année-là).

      Lawrence H. Officer, professeur d'économie à l'Université de l'Illinois à Chicago, sur sa page InfoEurope :
      "A partir de 1913, toutes les séries européennes sont des moyennes annuelles des taux de change quotidiens sur le marché de New York."

      Prof. Officer donne également les détails suivants sur les noms de devises allemandes :
      "Le 11 octobre 1924, l'unité monétaire de l'Allemagne est passée du mark au reichsmark, où 1 reichsmark = 1 000 000 000 000 de mark. Les cotations de la Réserve fédérale sont passées du mark au reichsmark le 29 octobre 1924. En juin 1948, l'unité monétaire a été changée en deutsche mark, où 1 deutsche mark = 10 reichsmark."


      Remarques pour cette mise à jour

      Problèmes connus

      Dans certaines circonstances, il existe un problème de désinstallation connu qui affecte SQL Server 2017 CU 20. Après avoir désinstallé CU 20, SQL Server ne se met pas en ligne et l'entrée d'erreur suivante est enregistrée dans le journal SQL Server :

      Le niveau de script pour 'system_xevents_modification.sql' dans la base de données 'master' ne peut pas être rétrogradé de XXXXXXXXX à XXXXXXXXX, qui est pris en charge par ce serveur. Cela implique généralement qu'une future base de données a été attachée et que le chemin de rétrogradation n'est pas pris en charge par l'installation actuelle. Installez une version plus récente de SQL Server et réessayez d'ouvrir la base de données.

      L'atténuation consiste à activer Trace Flag - T902, puis le serveur SQL sera mis en ligne et vous avez terminé. Vous n'avez pas besoin de le désinstaller à nouveau. Pour passer à la nouvelle CU, vous devez d'abord supprimer ce drapeau.

      SQL Server 2017 CU21 ou toute version ultérieure de la CU contient le correctif.

      Déploiement d'environnements hybrides

      Lorsque vous déployez une mise à jour dans un environnement hybride (tel que AlwaysOn, réplication, cluster et mise en miroir), nous vous recommandons de vous référer aux articles suivants avant de déployer la mise à jour :

      Noter Si vous ne souhaitez pas utiliser le processus de mise à jour progressive, procédez comme suit pour appliquer une mise à jour :

      Installez la mise à jour sur le nœud passif.

      Installez la mise à jour sur le nœud actif (nécessite un redémarrage du service).

      Noter Si vous avez activé AlwaysOn avec SSISDB catalogue, consultez les informations sur SSIS avec AlwaysOn pour plus d'informations sur la façon d'appliquer une mise à jour dans ces environnements.


      Mort noire

      Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

      Mort noire, pandémie qui a ravagé l'Europe entre 1347 et 1351, faisant un nombre de victimes proportionnellement plus élevé que toute autre épidémie ou guerre connue jusqu'alors.

      Combien de personnes sont mortes pendant la peste noire ?

      On ne sait pas avec certitude combien de personnes sont mortes pendant la peste noire. On estime qu'environ 25 millions de personnes sont mortes en Europe de la peste entre 1347 et 1351.

      Qu'est-ce qui a causé la peste noire?

      On pense que la peste noire est le résultat de la peste, une fièvre infectieuse causée par la bactérie Yersinia pestis. La maladie a probablement été transmise des rongeurs aux humains par la piqûre de puces infectées.

      D'où vient la peste noire ?

      La peste qui a causé la peste noire est originaire de Chine du début au milieu des années 1300 et s'est propagée le long des routes commerciales vers l'ouest vers la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Il atteint le sud de l'Angleterre en 1348 et le nord de la Grande-Bretagne et de la Scandinavie en 1350.

      Quels étaient les symptômes de la peste noire ?

      Yersinia provoque trois types de peste chez l'homme : bubonique, pneumonique et septicémique. Bien qu'il existe des preuves ADN que Yersinia était présente chez les victimes de la peste noire, on ne sait pas quelle forme a pris la majorité de l'infection. Il est probable que tous les trois aient joué un rôle dans la pandémie.

      La peste bubonique provoque fièvre, fatigue, frissons, vomissements, maux de tête, vertiges, intolérance à la lumière, douleurs dans le dos et les membres, insomnie, apathie et délire. Il provoque également des bubons : un ou plusieurs ganglions lymphatiques deviennent sensibles et enflés, généralement au niveau de l'aine ou des aisselles.

      La peste pulmonaire affecte les poumons et provoque des symptômes similaires à ceux d'une pneumonie grave : fièvre, faiblesse et essoufflement. Le liquide remplit les poumons et peut causer la mort s'il n'est pas traité. D'autres symptômes peuvent inclure l'insomnie, la stupeur, une démarche chancelante, des troubles de la parole et une perte de mémoire.

      La peste septicémique est une infection du sang. Ses symptômes comprennent la fatigue, la fièvre et des saignements internes.

      Comment la peste noire a-t-elle affecté l'Europe ?

      Les effets de la peste noire ont été nombreux et variés. Le commerce a souffert pendant un certain temps et les guerres ont été temporairement abandonnées. De nombreux ouvriers sont morts, ce qui a dévasté des familles en perdant leurs moyens de survie et causé des souffrances personnelles aux propriétaires terriens qui utilisaient des ouvriers comme métayers ont également été touchés. La pénurie de main-d'œuvre a poussé les propriétaires fonciers à substituer des salaires ou des loyers en argent à des services de main-d'œuvre dans le but de garder leurs locataires, ce qui a profité aux locataires survivants. Les salaires des artisans et autres travailleurs ont également augmenté. L'art à la suite de la peste noire est devenu plus préoccupé par la mortalité et l'au-delà. L'antisémitisme s'est considérablement intensifié dans toute l'Europe, car les Juifs ont été blâmés pour la propagation de la peste noire, et de nombreux Juifs ont été tués par des foules ou brûlés sur le bûcher en masse.

      Quels sont les autres noms de la peste noire ?

      La peste noire a également été appelée la grande mortalité, un terme dérivé de l'utilisation par les chroniques médiévales de magna mortalitas. Ce terme, avec magna pestilence (« grande peste »), était utilisé au Moyen Âge pour désigner ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de peste noire ainsi que d'autres épidémies. « Peste noire » est aussi parfois utilisé pour désigner la peste noire, bien qu'il soit rarement utilisé dans les études universitaires.

      On pense généralement que la peste noire est le résultat de la peste, causée par une infection par la bactérie Yersinia pestis. Les analyses génétiques modernes indiquent que la souche de Y. pestis introduite pendant la peste noire est ancestrale à tous les Y. pestis souches connues pour causer des maladies chez l'homme. Par conséquent, l'origine des épidémies de peste modernes se situe dans la période médiévale. D'autres preuves scientifiques ont indiqué que la peste noire pourrait avoir été d'origine virale.


      Désinstitutionnalisation : affaires inachevées (document d'accompagnement sur la boîte à outils des politiques)

      L'affaire inachevée de la fermeture d'institutions gérées par l'État et d'autres cadres institutionnels publics et privés qui ont traditionnellement servi les personnes ayant une déficience intellectuelle et une déficience intellectuelle (DI/DD) est une première étape importante et devrait être une priorité de politique publique dans chaque État où de telles des établissements existent. Il est tout aussi important de veiller à ce que ces personnes aient accès à des services et à des soutiens dans leurs collectivités qui leur permettront de mener une vie riche et enrichissante.

      En examinant l'histoire du mouvement de fermeture des institutions et en examinant les efforts visant à concentrer les ressources de la nation sur l'assurance que les personnes ayant une DI/DD ont accès à la vie en communauté, deux vérités clés émergent :

      • Les personnes ayant une DI/DD ont le droit légal de vivre dans la communauté et de recevoir les services et soutiens nécessaires.
      • La vie dans la communauté offre des opportunités de dignité, de liberté, de choix et un sentiment d'appartenance qui ne sont pas possibles dans un environnement institutionnel.

      Ces vérités sont au cœur de l'Americans with Disabilities Act (ADA) et de la Olmstead décision. Les tribunaux ont toujours confirmé le droit d'une personne de recevoir des services dans l'environnement le moins restrictif possible. La fermeture d'institutions ne consiste pas à « jeter » des personnes dans la communauté, ni à fermer de grandes institutions et à déplacer des personnes vers des institutions plus petites ou des cadres semblables à des institutions. La fermeture d'institutions consiste à développer des soutiens communautaires solides et inclusifs et à permettre aux gens d'avoir le contrôle sur la façon dont ils vivent leur vie.

      En 2011, le Conseil national du handicap (NCD) a pris position sur l'évolution de la définition d'une institution. NCD s'est concentré sur l'importance du nombre de personnes qui vivent dans la même maison et a défini les milieux institutionnels comme des situations de logement dans lesquelles plus de quatre personnes ayant des déficiences DI/DD vivent dans la même unité de logement. Cette position reflète la conviction qu'une situation de logement plus petite offre une opportunité pour une meilleure qualité de vie.

      Cet article examine les leçons apprises concernant la façon de fermer les grandes institutions, mais il se concentre sur le mouvement vers des environnements de vie communautaire plus petits qui répondent à la nouvelle définition des MNT. Quelle que soit la taille de l'institution, ramener les gens dans la communauté n'est que le début de la quête pour les aider à atteindre la meilleure qualité de vie possible. Le document examine certains des facteurs que les défenseurs et les auto-représentants jugent importants pour définir la « vie communautaire » et examine comment la qualité de vie dans la communauté peut être et est mesurée.

      Il existe un consensus croissant selon lequel la véritable vie communautaire est définie par la mesure dans laquelle les personnes ayant une DI/DD peuvent choisir la façon dont elles passent leur temps, interagir avec les autres à l'extérieur de la maison et prendre des décisions qui affectent leur vie quotidienne et leurs horaires.

      Le document identifie les approches et les soutiens les plus efficaces pour aider les personnes atteintes de DI/DD à quitter les milieux institutionnels de toutes tailles. En mettant l'accent sur la qualité de vie et l'inclusion communautaire, la transition est certainement possible tant pour les individus que pour les États.

      Cette section, « Désinstitutionnalisation : la bonne chose à faire », passe en revue l'histoire de la vie dans les institutions. Cette section examine également l'histoire des droits civiques du mouvement de désinstitutionnalisation et donne un aperçu de l'évolution de la définition du terme « institution ».

      « Évolution : de l'institution à la communauté » retrace l'histoire du mouvement de l'institution à la communauté et identifie le rôle que Medicaid a joué dans le développement de systèmes de services à domicile et communautaires et dans les efforts nationaux de désinstitutionnalisation.

      « Institutions : définitions, population et tendances » brosse un tableau de l'état actuel du système de logement ID/DD et explique que, bien que des progrès importants aient été réalisés, les progrès ont été inégaux et le travail est incomplet.

      « Désinstitutionnalisation : objectif et stratégies » décrit ce que le mouvement de désinstitutionnalisation cherche à accomplir et décrit les actions spécifiques que les parties intéressées peuvent prendre pour nous rapprocher de la protection de tous les droits de chaque citoyen américain.

      « Aller de l'avant : élaborer un plan et renforcer les capacités communautaires » décrit les éléments de base d'un plan de fermeture et de transition, ainsi que des stratégies pour renforcer la capacité d'une communauté à fournir des services et des soutiens essentiels aux membres de la communauté.

      « Surmonter les idées fausses : mythes et réalités » examine les idées fausses clés qui existent encore dans les États et les communautés. Ces idées fausses peuvent influencer les parties prenantes si elles n'ont pas accès à des informations précises.

      « Etudes de cas : fermeture d'institutions et construction de systèmes de soutien communautaire » examine l'expérience de fermeture dans deux États : l'Oregon, qui a fermé toutes les institutions de l'État, et la Géorgie, qui vient de commencer le processus dans le cadre de son accord de règlement avec le ministère de la Justice. (DOJ 2011).

      « Reflections : Individual Voices » met en lumière les expériences de personnes handicapées en Géorgie et en Oregon qui vivaient auparavant dans des institutions et vivent maintenant dans la communauté. Leurs histoires sont racontées avec leur propre voix.

      Ce document est basé sur une analyse documentaire approfondie et sur les contributions de professionnels, de parties prenantes, d'auto-représentants et de représentants du gouvernement obtenus lors d'entretiens, de groupes de discussion et du groupe d'experts du projet. Une boîte à outils d'accompagnement fournit une discussion plus approfondie de ces questions importantes. La boîte à outils est accessible à l'adresse :/publications/2012/DIToolkit/.

      Désinstitutionnalisation : la bonne chose à faireLa désinstitutionnalisation est possible

      Dix États et le District de Columbia n'ont pas de grandes institutions d'État et ont trouvé des moyens de fournir des soins dans la communauté à toutes les personnes ayant une déficience intellectuelle ou une déficience intellectuelle (ID/DD), quelle que soit la gravité de leur handicap. Cependant, les autres États continuent de maintenir des installations et de fournir des services dans des institutions, malgré la préférence de la plupart des familles pour les services communautaires. En 2009, 122 000 personnes ayant une DI/DD étaient sur des listes d'attente pour les services résidentiels. [i] Même s'ils satisfaisaient aux critères d'admissibilité à une prise en charge en établissement, qui leur serait fournie gratuitement, eux et leurs parents ou tuteurs ont opté contre ce cadre, rejetant clairement le placement en établissement.

      "C'est assez triste que vous soyez mis en prison parce que vous avez un handicap."

      —Auto-représentant de l'Oregon

      La plupart de ces installations, souvent appelées « centres de développement », ont été construites il y a entre 50 et 100 ans et ont été conçues pour accueillir plusieurs fois le nombre de personnes qu'elles abritent aujourd'hui. Selon toutes les estimations, le coût pour fournir des services aux personnes dans ce mode de service obsolète dépasse de loin le coût pour fournir des services dans la communauté, et la recherche démontre systématiquement que les personnes ayant une DI/DD obtiennent de meilleurs résultats en milieu communautaire. [ii] La désinstitutionnalisation est une question de droits humains et civils. Les gens ne devraient pas être obligés de renoncer à leurs droits pour recevoir les services dont ils ont besoin.

      En vertu de l'Americans with Disabilities Act (ADA, 1990), la décision de la Cour suprême dans Olmstead c. L.C. (1999), la New Freedom Initiative (NFI, 2001), la Developmental Disabilities Assistance and Bill of Rights Act (2000) et la Rehabilitation Act de 1973, la vie en communauté devrait être la règle plutôt que l'exception.

      Le modèle institutionnel coûte 6 milliards de dollars par an à une époque où des modèles de prestation de services moins coûteux et plus efficaces sont disponibles. Dépenser des ressources limitées pour des modèles de services coûteux et inhumains prive les personnes handicapées de l'accès à des services appropriés.

      La désinstitutionnalisation est la bonne chose à faire

      L'Oregon nous aide à donner un visage humain à cette question. L'État a fermé toutes ses institutions en 2007, un exemple de désinstitutionnalisation engagée et créative. Les défenseurs de l'Oregon ont consacré beaucoup de temps et d'énergie à documenter les raisons pour lesquelles cet effort est si important, y compris les coûts humains et les problèmes de droits civils liés à l'institutionnalisation. Dans Effacer l'horreur de Fairview, Sara Gelser déclare : « Alors que les souvenirs visibles de Fairview disparaissent, nous devons nous assurer que son histoire n'est pas oubliée ou assainie. » [iii]

      Cette histoire comprend le fait d'étiqueter les personnes ayant une déficience intellectuelle de « détenus », d'effectuer plus de 2 600 stérilisations forcées et, selon le gouverneur John Kitzhaber, d'utiliser « des dispositifs inhumains pour retenir ou contrôler les patients, y compris des menottes, des casques et des camisole de force en cuir, et des doses excessivement élevées de sédatifs et médicaments psychotropes.

      Une étude publiée dans le Journal américain de médecine légale et de pathologie ont constaté qu'entre 1963 et 1987, les résidents de Fairview étaient plus de deux fois plus susceptibles de mourir de causes non naturelles que les personnes non institutionnalisées dans le comté de Marion. [iv]

      Les voix des personnes ayant une déficience intellectuelle qui ont vécu dans les institutions de l'Oregon rappellent brutalement l'importance de ce mouvement :

      « J'étais handicapé, mais ça me rendait plus malade d'être là. C'était comme une prison. Passer les menottes. Fermez la porte.

      « Ils étaient stricts à Fairview. Tu t'es fait tabasser, crié dessus. Ils nous ont mis dans des placards.

      "Si vous ne vous comportez pas bien, ils vous attraperont avec de l'eau bouillante." [v]

      — Les auto-représentants de l'Oregon

      L'Oregon se souvient mais passe à autre chose. Peut-être que ce progrès est mieux illustré par l'expérience d'une personne qui est retournée à Fairview avec Michael Bailey, organisateur communautaire à l'échelle de l'État pour le Community Partnerships Project, lorsque l'institution a fermé ses portes en 2000. Après leur visite, Bailey a déclaré :

      «Nous sommes partis avec l'une des anciennes« détenues ». Elle a dû retourner à son travail à temps plein et à la fin de la journée, elle rentrait chez elle dans son propre appartement. Là, elle serait seule avec les souvenirs d'une vie qui l'avait autrefois qualifiée de "victime de..." et de "détenue" et maintenant, enfin,... une femme professionnelle respectée, financièrement indépendante et prospère. "

      —Michael Bailey, défenseur de l'Oregon

      Ces expériences ont été bien documentées dans l'Oregon, et des cas d'abus continuent de se produire dans les établissements à travers le pays. Par exemple, l'incident du « club de combat » au Texas en 2009 – au cours duquel les employés de l'institution ont forcé les résidents à se battre les uns contre les autres pendant que les employés enregistraient les combats sur leurs téléphones portables – a fait l'actualité nationale. En 2007, le Atlanta Journal-Constitution a publié un exposé sur les hôpitaux publics de santé mentale qui a révélé plus de 100 décès suspects de patients au cours des cinq années précédentes. [vi] Le décès de Brian Kent en 2002 au Kiley Center de Waukegan, Illinois, a révélé un schéma de négligence causé par des attitudes non professionnelles, l'indifférence administrative, le manque de compétence et la fatigue des soignants. [vii]

      La désinstitutionnalisation est un droit civil

      De toute évidence, la désinstitutionnalisation et le développement d'un système communautaire solide qui aide les personnes ayant une DI/DD à vivre dans la communauté est à la fois moralement et éthiquement la bonne chose à faire, mais c'est aussi une question de droits civils : la loi soutient le droit individuel vivre en communauté.

      En élaborant l'ADA de 1990, le Congrès a constaté que "les objectifs propres de la nation concernant les personnes handicapées sont d'assurer l'égalité des chances, la pleine participation, la vie indépendante et l'autosuffisance économique pour ces personnes".

      En 1995, deux résidents d'institutions en Géorgie ont poursuivi l'État, affirmant qu'ils avaient le droit de recevoir des soins dans le cadre le plus intégré approprié et que leur institutionnalisation inutile était discriminatoire, en violation de l'Americans with Disabilities Act (ADA). Finalement, l'affaire a été entendue par la Cour suprême des États-Unis. En 1999, la Cour a statué dans l'affaire de Olmstead c. L.C., 527 U.S. 581 (1999), que l'institutionnalisation inutile des personnes handicapées constitue une discrimination en vertu de l'ADA (Olmstead c. L.C., 527 États-Unis 581).

      La décision comprenait un langage définitif sur l'institutionnalisation. Ça disait,

      • L'isolement injustifié, selon nous, est à juste titre considéré comme une discrimination fondée sur le handicap.
      • Institutional placement of persons who can handle and benefit from community settings perpetuates unwarranted assumptions that persons so isolated are incapable or unworthy of participating in community life.
      • Confinement in an institution severely diminishes the everyday life activities of individuals, including family relations, social contacts, work options, economic independence, educational advancement and cultural enrichment.

      Les Olmstead decision requires community placement when the following three conditions are met:

      • The person can handle or benefit from community placement,
      • The transfer is not opposed by the affected person, and
      • Community placement can be reasonably accommodated (i.e., would not impose a fundamental alteration, which the state must prove).

      Les Olmstead case focused on people who were currently in an institution and seeking community-based care. Subsequent cases have applied Olmstead to people at risk of institutionalization, including those on waiting lists, arguing that cuts in community services that would force a person into an institution violate the ADA.

      In 2009, the Civil Rights Division of the Department of Justice (DOJ) launched an aggressive effort to enforce the Olmsteaddécision.

      President Obama issued a proclamation launching the “Year of Community Living,” and has directed the Administration to redouble enforcement efforts. The Division has responded by working with state and local government officials, disability rights groups and attorneys around the country, and with representatives of the Department of Health and Human Services, to fashion an effective, nationwide program to enforce the integration mandate of the Department's regulations implementing Title II of the ADA. [viii]

      A technical assistance guide has been created to help people understand their rights and to help public entities understand their obligations under the ADA and Olmstead. [ix]

      Evolution: From Institutions to Community

      Over the past 40 years, more than 230,000 people with intellectual and developmental disabilities were discharged from state institutions. As of June 30, 2009, 33,900 remained institutionalized. This movement from institutions to community is heavily influenced by the role of Medicaid funding in each state’s plan.

      Institutions and the ICF/DD Program

      Large State Institutional Settings

      The national peak of institutionalization for people with ID/DD was in 1967, when 194,650 people were housed in large state institutions and an additional 33,850 were housed in state psychiatric facilities. [x] However, even at the height of institutionalization, most people with developmental disabilities lived with families, as they do today. Families had few other options. Most residential care outside the family home was provided in large state-run facilities and financed entirely by state, local, and private funding.

      In 1971, in response to evidence of the horrific conditions in which people with ID/DD were being warehoused, Congress established the Intermediate Care Facilities for the Developmentally Disabled (ICF/DD) program (formerly Intermediate Care Facilities for the Mentally Retarded (ICF/MR)) [xi] as a Medicaid benefit. The ICF/DD program was offered as an optional Medicaid program. A state could opt to include the program in its Medicaid plan, or it could continue to fund its institutions without federal financial participation. However, once a state included ICF/DD program dollars in its plan, it had to provide the service to anyone who was eligible for Medicaid services.

      By the 1980s, all 50 states had adopted the ICF/DD program. In exchange for federal Medicaid funds, institutions had to comply with minimum federal requirements for safety, staffing levels, appropriate active treatment, qualified professional staff, and many other conditions.

      Small State Institutional Settings

      The ICF/DD program focused on large state institutions. However, federal regulations and guidelines made it clear that the same level of care could be delivered in state and private facilities that served 16 or fewer people. These smaller facilities offered another option for people with ID/DD. They were typically located in the community and were managed and financed through the state’s optional ICF/DD program. However, they provided a regulated program of services in a formally certified setting, which meant that residents were still living an institutional life.

      Community and the HCBS Waiver

      Unlike the institutional setting, the community setting starts with recognition that people with ID/DD should have control over the delivery of services and supports, as well as the location and setting in which they receive them. These settings vary in size and type, but they are substantially smaller than the institutional setting. They include both in-home with family settings and out-of-home group settings, and offer a variety of services and supports.

      In 1981, Congress established the Medicaid Home and Community-Based Services (HCBS) waiver program. The HCBS waiver allows states to receive federal matching funds for a variety of residential services and supports to Medicaid beneficiaries who would otherwise require institutional care.

      By 2009, 48 states and the District of Columbia operated 125 different HCBS waivers for people with DD, including waivers serving the broad population of people with DD and waivers targeting people with particular conditions, such as autism spectrum disorders and intellectual disabilities. The two other states, Arizona and Vermont, provided similar services as part of research and demonstration waivers authorized by Section 1115 of the Social Security Act. [xii]

      Community-based settings are available in a variety of types and sizes, and with various characteristics. The relationship between provider and consumer, the number of residents, and the style of service and support delivery are among the attributes that differentiate the choices available through the HCBS waiver.

      Community-based setting types include specialized institutional facility, group home, apartment program, independent home/apartment, parent/relative’s home, foster care/host home, and nursing facility.

      Additional Community Program Funding

      The Federal Government, through changes in the Medicaid program, has promoted community living through several initiatives in the past seven years, including the following:

      Deficit Reduction Act (DRA) of 2005: This legislation created a new Medicaid option that covers certain HCBS waiver services without requiring states to go through the lengthy waiver application and approval process. [xiii]

      Money Follows the Person (MFP), 2005: The MFP demonstration, first authorized by Congress as part of the 2005 DRA and then extended by the 2010 Patient Protection and Affordable Care Act (PPACA), provides grants to states to (1) transition people from nursing homes and other long-term care institutions (such as ICF/DDs) to homes, apartments, or group homes of four or fewer residents, and (2) change state policies so that Medicaid funds for long-term care services and supports can follow the person to the setting of his or her choice. As of 2010, the Center for Medicare and Medicaid Services (CMS) had awarded MFP grants to 30 states and the District of Columbia, and the demonstration is authorized through 2016. [xiv] To ease the transition to the community, the state provides MFP participants with a richer mix of services than is available to regular waiver participants, and states receive an enhanced federal match for providing these additional services.

      American Recovery and Reinvestment Act of 2009 (ARRA): ARRA provides enhanced federal matching funds that enable states to continue funding HCBS waivers and other Medicaid services. The maintenance-of-eligibility requirement in ARRA restricts state options for reducing eligibility for services. [xv]

      Community First Choice Option (2011): This proposed rule implements Section 2401 of the Affordable Care Act (ACA), which establishes a new state option to provide home and community-based attendant services and supports. The Community First Choice Option adds a new section 1915(k) to the Social Security Act that allows states to provide home and community-based attendant services and supports under their state plans. First Choice, available beginning October 1, 2011, allows states to receive a 6 percentage point increase in federal matching payments for expenditures related to this option.

      Community Choice Act (not enacted): The Community Choice Act (CCA), introduced in Congress in 2007 and again in 2009, would require state Medicaid plans to cover community-based attendant services and supports for people with disabilities, regardless of age or disability. The CCA would allow the dollars to follow the person and would allow eligible people or their representatives to choose where they would receive services and supports. Any person who is entitled to nursing home or other institutional services could choose where and how these services were provided. Despite advocacy efforts, the bill never got out of committee and the concept was not included in the 2010 health care reform. [xvi]


      The Historical Horror of Childbirth

      Childbirth in much of human history has been a class act. The upper classes were encouraged to reproduce as much as possible, and a woman who was pregnant or recovering from childbirth took time to rest while servants took care of her and the child. The lower classes worked right up to and soon following birth, as they had to work to eat. The upper classes also had the latest medical knowledge at their fingertips, but this wasn't always such a good thing.

      Class distinctions in childbirth during the Renaissance were recorded. In 15th-century Florence, women were married as teenagers and often had five to ten children, depending on whether she survived childbirth. Childbirth was so dangerous that a woman would make out her will as soon as she found out she was pregnant. An age-old method of birth control is extended breastfeeding, which is nature's way of spacing out children. However, the custom among the upper classes was to farm out breastfeeding to wet nurses, which meant that the mother would soon be pregnant again.

      It was during the Renaissance that medical doctors began to take part in childbirth, although not without a struggle. Women as whole were sheltered and their bodies hidden under plenty of clothing. It was unseemly for any man to take part in the intimate process of childbirth, and midwives did not want to give up their power or expertise in the area. Midwives had experience on their side physicians had the authority that comes with the title. Therefore, most of the writings and advice from the period come from prominent physicians, and a lot of their advice was guesswork.

      Three women were pregnant when they boarded the Fleur de mai on its journey to America. One child, Oceanus Hopkins, was born during the voyage and died during the first winter in Massachusetts. Another, Peregrine White, was born shipboard off Cape Cod and lived to an old age. The third child was stillborn at Plymouth the mother died in childbirth. Such stories were not at all shocking, as a woman's chances of dying during childbirth were between one and two percent -for each birth. If a woman gave birth to eight or ten children, her chances of eventually dying in childbirth were pretty high. The infant mortality rate was even higher. The chances of a child dying before his fifth birthday were estimated to be around 20 percent, depending on the community (accurate records are scarce). In addition to the fear of death or the fear of the child dying, there was no pain relief during labor, except for whisky in some places. In Puritan communities, pain during childbirth was God's punishment for Eve and all women who came afterward.

      Motherhood in early America was even more frightening for slaves. Infant mortality among African and African-American slaves in the 18th century ranged from 28-50 percent, and mortality in children under ten was 40-50 percent, due to maternal malnutrition, overwork, disease, and lack of medical access. Slave owners blamed the mothers for infant deaths, and there is evidence that some babies were deliberately smothered to spare the child a life of slavery, but other factors contributed greatly to the infant death rate.

      As Europe became more crowded in the 17th and 18th centuries, communicable diseases caused even more frequent deaths in childbirth. Puerperal fever had been around, but the rise of physician-assisted births increased its rate. It is a bacterial infection that became apparent within days of giving birth. The rise of maternity wards in hospitals meant that many women gave birth within shouting distance of each other. Doctors, in those days before germ theory, went from patient to patient, unknowingly carrying the bacteria on their instruments and their unwashed hands. In the 1790s, Alexander Gordon stressed that the disease was spread from one patient to another. He "bled" his patients at the first sign of puerperal fever, which actually helped in some cases, but no one understood why. In 1842, Thomas Watson recommended that physicians and birth attendants wash their hands and use chlorine between patients. In 1847, Ignaz Semmelweis reduced the rate of fever in his obstetric ward by ordering hand washing, but the idea was still rejected by the medical industry at large. A famous victim of puerperal fever was Mary Wollstonecraft, mother of Frankenstein author Mary Shelley. In 1797 she gave birth to her daughter Mary with the assistance of a midwife. But then a doctor was called to help remove the placenta and he came quickly, with unwashed hands. Wollstonecraft died a painful but typical death over the next week.

      Pioneers who settled the American West didn't have it much better than their eastern or European counterparts. Both doctors and midwives were scarce, and the midwives who were able to help in childbirth rarely had more knowledge than the experience of giving birth themselves. Infant mortality remained high, but the isolation of living on wilderness farmland many miles away from settled towns had one advantage: the spread of disease was lessened somewhat.

      Childbirth changed dramatically in the 19th century with the introduction of anesthetics. Dentist William Morton developed the use of ether for surgery in 1846. Obstetrician Sir James Young Simpson introduced chloroform as an anesthetic in 1847. Queen Victoria used chloroform during her eighth delivery in 1853. The practice of childbirth anesthesia spread quickly afterward, despite protests from the clergy, who claimed that labor pains are God's will.

      In 1914, a method called Twilight Sleep was developed, which involved morphine and scopolamine. The mother slept through delivery, but the drugs also affected the baby, and sometimes the child didn't breathe at all. The morphine also caused some mothers to die in childbirth.

      In the 20th century, advances in medicine and germ theory raced ahead of public health and the access of the lower classes to medical care. When Dr. Josephine Baker was appointed as city health inspector for the Hell's Kitchen area in 1901, she found that 1,500 newborn babies died in the district every week. Her crusade to improve prenatal care and child health practices involved inventing formula, opening clinics, launching a school lunch program, training babysitters, and opening milk stations in the city, and it resulted in a huge decrease in infant and child deaths.

      Childbirth, though still an ordeal, is much safer today for mothers. Children are much more likely to survive to adulthood. And widely available birth control gives people the option of deciding when and how many children to have. But the hard part comes après childbirth -raising a family, which is more complicated every day. And that's why you should honor your mother this Mother's Day.


      Changes Since Katrina

      The failures in response during Katrina spurred a series of reforms initiated by Congress. Chief among them was a requirement that all levels of government train to execute coordinated plans of disaster response. In the decade following Katrina, FEMA paid out billions in grants to ensure better preparedness.

      Meanwhile, the Army Corps of Engineers built a $14 billion network of levees and floodwalls around New Orleans. The agency said the work ensured the city&aposs safety from flooding for the time. But an April 2019 report from the Army Corps stated that, in the face of rising sea levels and the loss of protective barrier islands, the system will need updating and improvements by as early as 2023. 


      Voir la vidéo: DD#140 Hold On Easy Demon by DHaner (Janvier 2022).