Informations

Chronologie d'Ardashir I


  • c. 180 CE - 241 CE

    Vie d'Ardashir Ier, fondateur de l'empire sassanide.

  • c. 187 CE

    Ardashir I, alors âgé de 7 ans, est envoyé par son père pour acquérir des compétences militaires et administratives à Fort Darabgerd.

  • c. 200 CE

    Ardashir I a succédé au commandant du fort Darabgerd ; acquis dans les compétences militaires et administratives.

  • 200 CE

    Ardashir I participe à la rébellion pour renverser le satrape de Persis Guchehr ; Le père d'Ardashir assume le trône de la région.

  • 208 CE

    Shapur, le frère aîné d'Ardashir I, tué dans un accident ; Ardashir se proclame roi de Persis.

  • c. 211 CE

    Ardashir, roi (malakh) de Persis, se révolte contre les Parthes et fonde l'empire sassanide.

  • 224 CE - 240 CE

    Règne d'Ardashir I, qui a réformé la Perse en centralisant le pouvoir, en faisant du zoroastrisme la religion d'État et en rivalisant avec Rome.

  • 224 CE

    Ardashir I bat Artaban IV à la bataille d'Hormozdgan ; L'empire parthe tombe et Ardashir fonde l'empire sassanide.

  • 224 EC - 227 EC

    Ardashir I consolide son pouvoir et établit l'empire sassanide.

  • 224 EC - 227 EC

    Dates probables du couronnement d'Ardashir Ier en tant que roi de l'Empire sassanide.

  • 229 CE

    Ardashir I et Shapur I chassent les Romains de Mésopotamie et de Syrie.

  • 229 CE - 233 CE

    la guerre d'Ardashir Ier contre Rome ; Les Romains sous Alexandre Sévère sont vaincus.

  • c. 235 CE - c. 237 CE

    Ardashir I passe le trône à son fils Shapur I.

  • 240 CE

    Shapur I devient roi de l'empire sassanide ; Ardashir I conseille jusqu'à sa mort en c. 241 CE.


Guerres romano-parthes

Les Guerres romano-parthes (54 avant JC & 217 après JC) étaient une série de conflits entre l'Empire parthe et la République romaine et l'Empire romain. C'était la première série de conflits dans ce qui serait 682 ans de guerres romano-persanes.

Les batailles entre l'Empire parthe et la République romaine ont commencé en 54 BC. Ώ] Cette première incursion contre les Parthies est repoussée, notamment à la bataille de Carrhae (53 avant JC). Pendant la guerre civile des libérateurs romains du 1er siècle avant JC, les Parthes ont activement soutenu Brutus et Cassius, envahissant la Syrie et gagnant des territoires au Levant. Cependant, la conclusion de la deuxième guerre civile romaine a apporté un renouveau de la force romaine en Asie occidentale. ΐ]

En 113 après JC, l'empereur romain Trajan a fait des conquêtes orientales et de la défaite de la Parthie une priorité stratégique, et a réussi à envahir la capitale parthe, Ctesiphon, installant Parthamaspates de Parthie comme souverain client. Hadrien, le successeur de Trajan, renversa la politique de son prédécesseur, avec l'intention de rétablir l'Euphrate comme limite du contrôle romain. Cependant, au IIe siècle, la guerre contre l'Arménie éclata à nouveau en 161, lorsque Vologase IV y vainquit les Romains. Une contre-attaque romaine sous Statius Priscus a vaincu les Parthes en Arménie et a installé un candidat privilégié sur le trône arménien, et une invasion de la Mésopotamie a abouti au sac de Ctésiphon en 165.

En 195, une autre invasion romaine de la Mésopotamie a commencé sous l'empereur Septime Sévère, qui a occupé Séleucie et Babylone, puis a renvoyé Ctésiphon à nouveau en 197. La Parthie n'est finalement pas tombée aux mains des Romains, mais aux Sassanides sous Ardashir I, qui est entré dans Ctésiphon en 226. Sous Ardashir et ses successeurs, le conflit perse-romain s'est poursuivi entre l'empire sassanide et Rome.


Chronologie : Une histoire des Juifs iraniens

Après que Shalmaneser V ait conquis le royaume d'Israël, un groupe de Juifs captifs qui seraient les descendants des 12 tribus d'Israël est envoyé en exil en Perse.

Nabuchodonosor, roi de l'empire néo-babylonien, conquiert Juda et Jérusalem et envoie un groupe de Juifs en exil dans la ville d'Ispahan en Perse. Un quartier juif est construit dans la ville pour les Juifs, qui s'appelle Judée (Yahudieh). La ville d'Ispahan a également été mentionnée comme étant appelée Judée par certains historiens islamiques.

Les Babyloniens détruisent le Premier Temple
à Jérusalem.

Après le renversement de Babylone par l'empereur perse Cyrus le Grand, fondateur de l'empire achéménide, un groupe de Juifs captifs, avec le prophète Daniel, est autorisé à résider en Iran et à pratiquer librement sa religion. Ils s'installent dans la capitale Suse, dans le sud de l'Iran. Le sanctuaire de Daniel est à Suse.

Le roi Cyrus autorise les pèlerins juifs en Perse à retourner en Israël pour reconstruire le Second Temple. Après sa mort, le nouveau roi de Perse, Darius le Grand, ordonne l'achèvement de la construction du Second Temple.

Le troisième roi de l'empire achéménide, Assuérus, accède au pouvoir. Haman et sa femme, Zeresh, complotent pour assassiner tous les Juifs de Perse. Le plan est déjoué par Esther, la reine juive de Perse. La fête juive de Pourim est un souvenir de cet événement. Les tombes d'Esther et de son cousin Mardochée se trouvent dans la ville de Hamadan, en Iran.

Après la relocalisation de la capitale en Perse par les rois de l'Empire achéménide, les Juifs d'Iran commencent à s'installer dans de nouvelles capitales. Des villes comme Shiraz et Hamadan attirent de nombreux Juifs.

Les Grecs dirigés par Alexandre envahissent et conquièrent l'Iran. Malgré le conflit culturel iranien avec l'hellénisme, les historiens s'accordent à dire qu'Alexandre a traité les Juifs avec respect.

247 av. J.-C.-224 de notre ère

Les frères Arashk et Tirdat accèdent au pouvoir. Arashk va devenir le premier roi de la dynastie arsacide (ou parthe). Sous le règne des Parthes, les Juifs iraniens vivent dans la prospérité.

La persécution religieuse des Juifs en Palestine par les Romains amène de nombreux réfugiés juifs dans l'Empire parthe.

Le dernier roi parthe est renversé par Ardashir Ier et la dynastie sassanide est fondée. Pour la première fois dans l'histoire de l'Iran, les Juifs subissent des persécutions occasionnelles.

Les Arabes envahissent l'Iran et répriment toutes les rébellions. Les règles islamiques commencent à être imposées et la conversion à l'islam se fait progressivement. Les juifs, ainsi que d'autres minorités religieuses &mdash, les chrétiens et les zoroastriens &mdash sont persécutés, et des restrictions sociales et des discriminations sont imposées.

1256-1318 de notre ère

Les Mongols s'emparent de la Perse. La situation des juifs persans devient plus dangereuse lorsque le septième souverain de l'empire mongol, Ghazan Khan, se convertit à l'islam en 1295. Les juifs sont forcés de se convertir à l'islam.

1502-1925 de notre ère

Les dynasties safavide et qajar arrivent au pouvoir. L'islam chiite est proclamé religion d'État. Les mauvais traitements infligés aux Juifs se poursuivent occasionnellement. En raison de la persécution, des milliers de Juifs persans immigrent en Palestine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Au XIXe siècle, les Juifs de la ville de Mashhad sont contraints de se convertir à l'islam, mais nombre d'entre eux continuent de pratiquer le judaïsme dans l'intimité de leur foyer.

1925-1979 de notre ère

La dynastie Pahlavi arrive au pouvoir. La modernisation et les réformes sont imposées, et la vie juive commence à s'améliorer.

1979 à aujourd'hui

La révolution islamique transforme le royaume iranien en république islamique. Depuis la révolution, le nombre de Juifs est passé de 120 000 à moins de 20 000. Les juifs iraniens ont pour la plupart immigré aux États-Unis et en particulier à Los Angeles et en Israël.


Ardashir, Arménie

ARDASHIR (Artaxata), ancienne capitale de l'Arménie, située sur une île de la rivière Aras (Araxes). Selon le chroniqueur arménien du cinquième siècle Moïse de Chorene, le roi Arsace (85&# x2013127 C.E.) transplanté de nombreux Juifs arméniens, à l'origine capturé en Palestine par le roi Tigrane au cours des années 83&# x201369 avant notre ère de la ville d'Ernandi et les a réinstallés à Ardashir. Un autre historien arménien, Faustus de Byzance, rapporte que le roi perse Shapur II (310� C.E.) déporta un grand nombre d'Arméniens vers les provinces d'Iran, dont 9 000 familles juives d'Ardashir.

BIBLIOGRAPHIE:

Faustus de Byzanz, Geschichte Arméniens, éd. par M. Lauer (1879), 137 sqq. Moïse de Chorene, Histoire d&# x0027Arm&# x00E9nie, éd. par P.E. Le Vaillant de Florival, 3 (1841), 80 sqq. Baron, Social, 2 (1952 2 ), 204, 404&# x20135.

La source: Encyclopédie Judaica. &copier 2008 Le groupe Gale. Tous les droits sont réservés.

Téléchargez notre application mobile pour accéder en déplacement à la bibliothèque virtuelle juive


Histoire de l'Iran d'Hammourabi à Khomeiny

La CHRONOLOGIE suivante de la Perse et de l'Iran avec des cartes examinera 3 000 ans d'histoire de la Perse/de l'Iran. La chronologie montre les puissances qui ont contrôlé et conquis la région ainsi que la façon dont l'Iran est devenu ce qu'il est dans le monde, géographiquement et politiquement.

Comme la plupart des nations sur terre, la terre du pays d'Iran a été conquise par de nombreux empires - le plus important celui de la Perse. En 1959, le gouvernement de Mohammad Pahlavi a déclaré que la nation était officiellement « la Perse » ou « l'Iran », mais aujourd'hui c'est officiellement la République islamique d'Iran. L'Iran vient de l'Avesta (zoroastrisme), du sanskrit, du persan et du parthe d'où vient l'aryen, qui signifie terre des aryens – des parents, des nobles et/ou des rois. La terre du roi Aryanman, qui a vécu environ 1000 avant JC à l'époque du roi David d'Israël. Perse vient probablement du mot arabe et farsi fars – cavaliers (le peuple des chevaux). Persan et arabe modernes firdaus traduit par le grec pour désigner le « paradis » ou la terre d'abondance.

Tous les peuples et nations du monde sont venus du Croissant Fertile. Les descendants d'Adam et de Noé venaient de Mésopotamie - les terres entre les fleuves (Tigre et Euphrate).

Les familles des fils de Noé ont migré, multiplié et créé des colonies avant 2000 av. Genèse chapitre 10 raconte les descendants de Sem, Cham et Japhet, y compris comment d'eux sont venus les « premiers centres des royaumes de Nimrod : Babylone, Ur, Akkad et Kalneh. Ainsi que l'Assyrie, où Nimrod (arrière-petit-fils de Noé) a construit Ninive et Calah. (Gen. 10).”

Notez que le texte babylonien « L'épopée de Galgamesh » (écrit vers 1700-2 000 av. J.-C.) et l'Ancien Testament hébreu (tradition orale d'environ 2 100 av. où la version du Coran/Coran (écrite après 630 après JC) est significativement différente, manquant de nombreux détails et remplaçant certains événements, y compris le cours et la mort de l'un des fils de Noé.

Abraham, dix générations depuis Noé, était le fils de Térah. Térah était du pays d'Ur et Abram a été amené du pays d'Ur ou des Chaldéens à Canaan – en Palestine et en Israël. C'était vers 1700 avant JC à l'époque de la 1 ère dynastie chinoise, Xia avant les dynasties indiennes à l'époque de l'Empire du Milieu égyptien.

À peu près à cette époque, selon la Genèse, "le monde entier avait une seule langue" et beaucoup s'étaient réunis à Shinar ou à Babylone et avaient construit une tour atteignant les cieux. La tour a été détruite et les gens ont été dispersés et les langues sont devenues confuses ou Babel. (Genèse 11)

Hammurabi serait le sixième roi de la première dynastie babylonienne. Il conquit l'Elam (anciennes terres pré-iraniennes). Le Code d'Hammourabi est au musée du Louvre à Paris. Grâce à la population du monde n'était que par millions, les Babyloniens sont devenus un grand empire et ont régné pendant des siècles.

Le prophète Daniel, après l'époque du plus grand d'Égypte, a prophétisé quatre grands empires : l'empire babylonien (« une bête comme un lion avec des ailes d'aigle ») l'empire médo-perse, l'empire grec à venir et ce qui serait l'empire romain. (Daniel chapitres 2 & 7)

Les lions ailés de Babylone de la « Voie processionnelle » et de la porte d'Ishtar (vers 600 av. J.-C.) peuvent être vus dans divers musées aujourd'hui.

Le prophète Daniel a dit au roi Belschatsar, petit-fils du roi Nabuchodonosor de Babylone, qui a vaincu les Juifs et a pris les trésors du Temple de Jérusalem : « Vous avez été comptés, pesés et divisés… votre royaume sera divisé et donné aux Mèdes et aux Perses… Darius le Mède a repris le royaume (Daniel chapitre 5).'

Darius le Mède, était le général ou le roi des Mèdes qui entra à Babylone c. 539 avant JC au moment où le roi Cyrus le Grand (d'Anshan, Iran) a conquis Babylone. Cyrus règne à partir de c. 559 à 530 av. Cyrus conquit l'empire médian et devint roi de Babylone, roi de Médie, roi de Perse, roi du monde. Par les mariages et la guerre, les Bactriens, les Parthes et les Saka passèrent sous les rois perses.

En 330 avant JC, le roi Alexandre le Grand de Grèce avait conquis l'Égypte, Babylone, l'Assyrie et la majeure partie de l'empire perse et avait atteint l'Inde. À l'âge de 32 ans (vers 323 av. J.-C.), Alexandre – roi de Macédoine, pharaon d'Égypte, roi de Perse, mourut dans le palais de Nabuchodonosor II.

Après sa mort, l'empire d'Alexandre a été divisé en quatre royaumes et repris par ses généraux et ses proches. Le général Séleucos I Nicator régnait sur une partie de l'Anatolie, ainsi que sur la Babylonie, la Mésopotamie, la Perse et le Levant. Ses capitales étaient Séleucie est maintenant Bagdad, l'Irak et Antioche de Syrie.

L'empire séleucide est tombé aux mains des Romains et de leurs alliés. Le dernier des rois séleucides a été vaincu par le général romain Pompée en 63 av. C'était environ un siècle avant que les Romains sous Titus ne détruisent le Temple de Jérusalem (70 après JC). L'Empire romain aurait atteint son apogée en 117 après JC sous le règne de l'empereur Hadrien (117-138 après JC). Peu de temps après la création de l'empire parthe. Les rois parthes ont régné d'environ 247 av. À cette époque, les gens avaient peu de religion – principalement des cultes, des croyances polythéistes et l'absence de religion.

L'empire sassanide a duré de 224 à 651 environ. C'était l'empire des Iraniens et le dernier royaume de l'empire perse avant l'invention de l'islam et la montée des musulmans. L'empire sassanide, fondé par Ardashir Ier, côtoyait l'empire romano-byzantin.

Constantin le Grand devint empereur de l'Empire romain en 306. Il fut le premier empereur romain à se convertir au christianisme. En 324, il transféra sa capitale à Byzance, qui devint Constantinople vers 330, jusqu'en 1453 lorsque les Turcs ottomans (musulmans) conquirent la ville et la rebaptisèrent Istanbul.

Entre 622 et 632 environ, Mahomet, le fondateur de l'Islam, a converti les hommes des tribus de Médine et il a développé une alliance avec certaines tribus. Lui et ses partisans attaquent des caravanes qui fournissent des ressources pour nourrir et construire son armée. En 623, Muhammad avait quelques centaines d'adeptes qui se sont battus pour lui. En 630, les musulmans avaient le contrôle de la Mecque et leur religion se propageait au peuple et à leurs captifs. Mahomet est mort en 632, laissant une religion quasi-chrétienne appelée islam qui contient de nombreuses histoires et figures bibliques mais a changé une grande partie des textes hébreux et chrétiens du Coran musulman (Coran).

À sa mort, plus de 12 000 guerriers musulmans contrôlaient une grande partie de l'Arabie. Les musulmans se sont séparés après la mort de Mahomet, la plupart (80+%) suivant l'islam sunnite dans lequel il est enseigné que Mahomet n'a pas laissé de successeur et que son beau-père, Abu Bakr est considéré comme le premier calife. Les musulmans chiites croyaient que Mahomet avait fait de son gendre Ali ibn Abi Talib son successeur. A partir de cette époque, il y a eu des moments de désaccord et de tension entre les sunnites et les chiites. De la mort de Mahomet à environ 651 et 661, les terres musulmanes étaient principalement sous le contrôle de l'empire sassanide et du califat de Rashidun (premier califat majeur). Néanmoins, en l'espace d'un siècle – en 740 après JC, les musulmans, principalement sous les califes (chefs) omeyyades, contrôlent des terres du nord-ouest de l'Afrique et de l'Espagne, le long de la côte africaine, en passant par l'Égypte et l'Arabie jusqu'à l'Afghanistan, qui comprenait bien sûr la Syrie, l'Irak et l'Afghanistan. Iranien.

L'empire sassanide a été remplacé par la dynastie Qarinvand (dont la religion principale était le zoroastrisme). Beaucoup se sont convertis à l'islam. Là, la dynastie a régné sur une grande partie du nord de l'Iran de 550 à environ 1050. Au cours de cette période, d'autres dynasties ou familles et dirigeants ont régné sur diverses parties de l'Iran, telles que le califat Rashidun, les Zarmihrids, le califat abbasside et la dynastie Bavand a été gouvernée d'environ 651 à 1349. Les Bavandides étaient à l'origine des zoroastriens et se sont convertis à l'islam sunnite et beaucoup à l'islam chiite douze.

La dynastie Ghaznavid a duré de 977 à 1186 environ et a régné sur la plus grande partie de l'Iran, de l'Afghanistan et de ce qui est maintenant d'autres nations modernes. Les Ghaznavides étaient d'origine turque mamelouke et se sont convertis à l'islam sunnite.

Bien que gouvernées par des musulmans, les terres étaient divisées entre différentes tribus et califes.

Khwarizm Shah ou dynastie Khwarzmid a régné pendant 100 ans jusqu'à l'invasion mongole.

Gengis Khan, le fondateur de l'empire mongol, régna de 1206 environ à sa mort en 1227. Il avait plus d'une douzaine d'épouses et de concubines. De même, beaucoup de ses fils avaient des épouses et des épouses. Kublai Khan était le 5 e Khagan de l'empire mongol et le 1 er empereur de la dynastie Yuan de Chine. Il était un petit-fils de Gengis et a largement étendu l'empire mongol durant son règne de 34 ans (1260 à 1294).

En 1260, les Mamelouks musulmans d'Égypte, dirigés par le sultan Qutuz, vainquirent les Mongols en Galilée. La Galilée avait une population majoritairement juive au VIIe siècle, mais a été conquise par les califats arabes vers 638 et plus tard contrôlée par les musulmans chiites fatimides au 10e siècle et tomberait sous divers califes musulmans et l'empire ottoman jusqu'à l'après-guerre.

De 1400 à 1600 environ, l'Iran était gouverné par les dynasties turco-mongoles. Les principaux étaient les Jalayirids (Irak et nord-ouest de l'Iran), les Timurides (région du Fars, Empire de Timur), Qara Quyunlu et Aq Quyunlu. Cependant, au milieu des années 1500, les Safavides contrôlent une grande partie de l'Iran.

En 1514, les Turcs ottomans ont pris une partie de l'Anatolie orientale du Shah Isma'il. De nombreux conflits et batailles ottomanes-safavides ont suivi jusqu'à ce que les Ottomans soient chassés d'Iran et de Transcaucasie. En 1597, Shah Abbas (fils de Shah Mohammad Khodabanda, qu'il a renversé) a déplacé sa capitale de Qazvin à Ispahan. Abbas a régné jusqu'à sa mort en 1629 quand il a été remplacé par Sam Mirza Shah Safi qui n'avait que 18 ans mais impitoyable à bien des égards. Il était un petit-fils d'Abbas et a été remplacé par son fils Shah Abbas II qui a régné jusqu'en 1642. Puis son fils, Safi II a régné jusqu'en 1694 lorsque le 9 ème Safavid Shah (roi) d'Iran a commencé à régner.

En 1600, les Turcs ottomans musulmans et les musulmans des Séfavides contrôlaient la majeure partie du Moyen-Orient et certaines parties de l'Afrique du Nord. Au cours de la Grande Guerre turque de 1683 à 1697, l'Empire ottoman a été vaincu par l'alliance de la Sainte Ligue sous l'Église catholique romaine et le pape Innocent XI. La majeure partie de la Hongrie a été rendue aux dirigeants chrétiens après que les Ottomans ont signé le traité de Passarowitz en 1718. Cela a également augmenté le territoire de la Pologne et de l'État autrichien des Habsbourg.

Le sultan Husayn a régné jusqu'en 1722, date à laquelle son contrôle a été perdu à cause de plusieurs révoltes et plus encore pendant la guerre russo-perse contre Pierre le Grand, tsar de l'empire russe. Et voyant l'opportunité, la guerre ottomane-perse a suivi pendant 1730 à 1735. Le khanat de Crimée de l'empire ottoman (1441 à 1783) a combattu à la fois les musulmans perses d'Iran et les Russes dans la guerre russo-turque (1735-1739). Ils ont eu quelques années sans beaucoup de lutte, mais beaucoup ont été remplis de tensions, de révoltes et de guerres. Et encore, pendant le règne de Catherine II de Russie, la guerre russo-turque de 1768 à 1774 a eu lieu (se terminant environ 2 ans avant que les colonies d'Amérique ne déclarent leur indépendance de la Grande-Bretagne.

L'empire safavide a exercé son contrôle sur la région perse à l'est du Tigre pendant plus de 230 ans. Leurs rois ont régné sur l'Iran d'environ 1500 jusqu'à environ 1736 lorsque les dynasties Hotaki (Afghans) et Afsharid (Turkic Afshar) ont pris le relais et lorsque les terres ont été perdues au profit de l'Empire russe et de l'Empire ottoman.

La dynastie Qājār (une tribu turcique Qajar) a régné sur l'Iran Qajar - le sublime État de Perse a régné sur l'Iran de 1789 à 1925 environ. Notez qu'en 1789, le président américain George Washington était dans sa première année en tant que président des États-Unis. Après que le chef de la dynastie Zand ait éliminé tous ses rivaux, il a été couronné shah ou empereur, puis a été assassiné en 1797 et remplacé par son neveu qui a été vaincu par la Russie lors de deux guerres entre 1804 et 1828. Ce fils Naser od-Din règne pour près de 50 ans jusqu'en 1896 tout en traitant de la politique britannique et russe. La capitale de la dynastie Qājār était Téhéran et la religion principale était l'islam chiite sous une monarchie. Le dernier Shah était Ahmad et de 1906 à sa fin en 1925, il y avait environ 20 premiers ministres.

À la fin du 19 e , les luttes se sont poursuivies, comme la révolution constitutionnelle persane. En 1870, la Grande Famine persane a balayé la région et pas moins de 2 millions de personnes sont mortes. Mais bientôt, la terre révélerait quelque chose qui causerait plus de morts – le pétrole. En 1906, le pétrole a été découvert par les Britanniques au Khuzestan. L'Empire britannique a créé l'Anglo-Iranian Oil Company, qui s'appelle désormais British Petroleum (BP).

Le premier Parlement ou Majlis s'est réuni la même année, 1906. En 1907, les grandes puissances mondiales s'efforçaient de mettre la main sur la région pétrolière. La convention anglo-russe de 1907 a abouti à la division de la Perse en « sphères d'influence ». En 1910, une grande partie de l'Asie, comme l'Amérique du Sud et l'Afrique, était sous le contrôle colonial des principales puissances mondiales européennes, ainsi que de la Russie et du Japon.

Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), la Perse a été occupée et disputée par les forces britanniques (avec le soutien des Indiens britanniques), ottomanes (avec le soutien de l'Allemagne) et russes (avec le soutien des cosaques et du Caucase). Après la Première Guerre mondiale, en 1919, la révolution russe a commencé et a forcé la Russie à retirer son intérêt pour la Perse. Cela a permis aux Britanniques de tenter de dominer la région, mais leur statut de protectorat a rapidement échoué et a cédé la place à la montée de Reza Khan – Shah Pahlavi.

En 1925, l'empire Pahlavi a été créé et durera jusqu'en 1979. À cette époque, il n'y avait que deux Shahs – Reza et Mohammad Reza. En 1978, la révolution iranienne ou révolution islamique a commencé, ce qui a entraîné la fin de la monarchie et la création de la République islamique d'Iran. En 1979, la monarchie a été dissoute et le Shah est parti en exil (se retrouvant aux États-Unis, ce qui a provoqué la colère de beaucoup en Iran) et un nouveau type de théocratie anti-impérialiste occidentale – la quasi-monarchie est apparue.

L'ayatollah (Sayyid Ruhollah) Khomeini est devenu le premier guide suprême - le grand ayatollah et Iman - d'Iran de 1979 à 1989. Sous lui étaient le président et le premier ministre. L'environnement et le temps ont ouvert la voie à la guerre Iran-Irak, à la crise pétrolière de 1979 et à la crise des otages en Iran ainsi qu'à une région instable.


Années : env. 3800 AEC - 2010 Sujet : Encyclopédies, Référence géographique
Editeur : HistoryWorld Date de publication en ligne : 2012
Version en ligne actuelle : 2012 ISBN électronique : 9780191735875

Aller au cuivre dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux chevaux dans The Oxford Classical Dictionary (3 rev ed.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à l'arc dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux chevaux dans The Oxford Classical Dictionary (3 rev ed.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ahura Mazda dans The Concise Oxford Dictionary of World Religions (1 éd. rév.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Cyrus le Grand (c.590-529 av. J.-C.) dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Byzance, sport in dans A Dictionary of Sports Studies (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Cyrus dans Oxford Dictionary of the Classical World (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Cyrus dans The Oxford Guide to People and Places of the Bible (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Pasargades dans The Oxford Classical Dictionary (3 rev ed.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Darius I dans The Oxford Classical Dictionary (3 éd. rév.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Persepolis dans The Oxford Classical Dictionary (3 éd. rév.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Pazyryk, Sibérie, Russie dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Immortals, the dans The Oxford Dictionary of Phrase and Fable (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Royal Road dans Oxford Dictionary of the Classical World (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Zoroastrisme dans The Oxford Dictionary of Phrase and Fable (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Zoroastrisme dans The Oxford Dictionary of Phrase and Fable (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Byzance, sport in dans A Dictionary of Sports Studies (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux guerres gréco-persanes dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux guerres gréco-persanes dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux guerres gréco-persanes dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Guerre du Péloponnèse dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Gaugamēla dans Oxford Dictionary of the Classical World (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à l'âge hellénistique (323-30 av. J.-C.) dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Qian, Zhang (d. 114 av. J.-C.) dans The Oxford Companion to World Exploration (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Silk Road dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Kuṣāṇa dans A Dictionary of Buddhism (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ardashir I (d.ad 240) dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ardashir I (d.ad 240) dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Mani dans The Concise Oxford Dictionary of the Christian Church (éd. 2 rév.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Squinch dans The Oxford Dictionary of Byzantium (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à la période sassanide dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller au moulin à vent dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Zhambyl dans The Grove Encyclopedia of Islamic Art and Architecture (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Go to paper, East Asian in The Oxford Companion to the Book (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Nestorian dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à la dynastie Saffaride (861–1003) dans The Oxford Dictionary of the Middle Ages (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Parsis dans A Dictionary of Hinduism (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Samanids in Encyclopedia of the Middle Ages (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ghazni (Afghanistan) dans The Concise Dictionary of World Place-Names (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Firdausi, Abul Kasim Mansur (c. 950-1020) dans The Concise Oxford Companion to English Literature (3 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Avicenne (980-1037) dans The Oxford Dictionary of Philosophy (éd. 2 rév.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Seljuk Turks dans The Oxford Dictionary of the Middle Ages (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller au quatrain dans The Concise Oxford Companion to English Literature (3 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ismailis dans The Oxford Dictionary of Islam (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller aux Mongols dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Golden Horde dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à l'empire mongol dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller au persan classique dans The Oxford Guide to Literature in English Translation (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller au khanat dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à pax dans The Oxford Dictionary of Phrase and Fable (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à la peinture miniature dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à ghazal dans The Oxford Dictionary of Literary Terms (3 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Tamerlan (1336–1405) dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Samarkand dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Samarkand dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Herāt (Afghanistan) dans The Concise Dictionary of World Place-Names (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Herāt (Afghanistan) dans The Concise Dictionary of World Place-Names (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Réalisme dans The Concise Oxford Dictionary of Art Terms (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Ismail I, Shah d'Iran (1487-1524) dans The Oxford Companion to Military History (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Mughal Empire dans The Oxford Dictionary of Islam (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Abbas I (1571-1629) dans World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Shah Abbas I (1587-1629) dans The Oxford Dictionary of Islam (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Nadir Shah (1688-1747) dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Durrani Dynasty dans The Oxford Dictionary of Islam (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Aga Khan dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Anglo‐Afghan Wars dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Anglo‐Afghan Wars in A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Anglo‐Afghan Wars dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Anglo‐Afghan Wars dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Hammurabi, Code of in World Encyclopedia (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à l'industrie pétrolière dans The Oxford Companion to the Earth (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller en Afghanistan dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Reza Shah Pahlavi (1878-1944) dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Reza Shah Pahlavi (1878-1944) dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Reza Shah Pahlavi (1878-1944) dans A Dictionary of World History (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Pahlavi, Muhammad Reza Shah (né le 26 octobre 1919) dans A Dictionary of Contemporary World History (3 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Pazyryk, Sibérie, Russie dans The Concise Oxford Dictionary of Archaeology (2 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Joe One dans The Oxford Essential Dictionary of the U.S. Military (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller en Iran dans The Oxford Encyclopedia of the Islamic World (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à la bombe nucléaire dans The Oxford Companion to the History of Modern Science (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller en Iran dans The Oxford Encyclopedia of the Islamic World (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Khomeini, Ayatollah Ruhollah (1900-1989) dans Who's Who in the Twentieth Century (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Aller à Khomeini, Ayatollah Ruhollah (1900-1989) dans Who's Who in the Twentieth Century (1 éd.)

Voir cet événement dans d'autres chronologies :

Go to Khomeini, Ayatollah Ruhollah (1900–1989) in Who's Who in the Twentieth Century (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Khomeini, Ayatollah Ruhollah (1900–1989) in Who's Who in the Twentieth Century (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Pahlavi, Muhammad Reza (1919–80) in World Encyclopedia (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Khomeini, Ayatollah Ruhollah (1900–1989) in Who's Who in the Twentieth Century (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of World History (2 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Iran hostage crisis (4 Nov. 1979–20 Jan. 1980) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of World History (2 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Iran hostage crisis (4 Nov. 1979–20 Jan. 1980) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Iran–Iraq War (1980–8) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Iran hostage crisis (4 Nov. 1979–20 Jan. 1980) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Bin Laden, Osama (1957–2011) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Reagan, Ronald (6 Feb. 1911) in A Dictionary of Political Biography (1 rev ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in World Encyclopedia (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Rushdie Affair in The Oxford Dictionary of Islam (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to al-Qaeda in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Iran–Iraq War (1980–8) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Khamenei, Ayatollah Sayed Ali (b. 1940) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of World History (2 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of World History (2 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Bin Laden, Osama (1957–2011) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of World History (2 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in The Oxford Encyclopedia of the Islamic World (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in The Oxford Encyclopedia of the Islamic World (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to al-Qaeda in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in Oxford Encyclopedia of the Modern World (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Taliban in Oxford Encyclopedia of the Modern World (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Northern Alliance in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Afghanistan in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Bin Laden, Osama (1957–2011) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Karzai, Hamid (b. 24 Dec 1957) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Bam in The Grove Encyclopedia of Islamic Art and Architecture (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Karzai, Hamid (b. 24 Dec 1957) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Ahmadi Nejad, Mahmoud (b. 1956) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Ahmadi Nejad, Mahmoud (b. 1956) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to satellite, artificial in World Encyclopedia (1 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Ahmadi Nejad, Mahmoud (b. 1956) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)

See this event in other timelines:

Go to Ahmadi Nejad, Mahmoud (b. 1956) in A Dictionary of Contemporary World History (3 ed.)


Brief History of Bactria

Archaeological evidence and early Greek accounts indicate that the area east of Persia and northwest of India has been home to organized empires since at least 2,500 BCE, and possibly much longer. The great philosopher Zoroaster or Zarathustra is said to have come from Bactria. Scholars have long debated when the historical personage of Zoroaster lived, with some proponents claiming a date as early as 10,000 BCE, but this is all speculative. In any event, his beliefs form the basis for Zoroastrianism, which strongly influenced the later monotheistic religions of southwest Asia (Judaism, Christianity, and Islam).

In the sixth century BCE, Cyrus the Great conquered Bactria and added it to the Persian or Achaemenid Empire. When Darius III fell to Alexander the Great in the Battle of Gaugamela (Arbela), in 331 BCE, Bactria was thrown into chaos. Due to strong local resistance, it took the Greek army two years to put down the Bactrian insurgency, but their power was tenuous at best.

Alexander the Great died in 323 BCE, and Bactria became part of his general Seleucus's satrapy. Seleucus and his descendants governed the Seleucid Empire in Persia and Bactria until 255 BCE. At that time, the satrap Diodotus declared independence and founded the Greco-Bactrian Kingdom, which covered the area south of the Caspian Sea, up to the Aral Sea, and east to the Hindu Kush and the Pamir Mountains. This large empire did not last long, however, being conquered first by the Scythians (around 125 BCE) and then by the Kushans (Yuezhi).


Sub-evidence

The Sequence of the Kushan Kings

It is important to understand the sequence of the Kushan kings, since this is central to all of the arguments. Firstly there are inscriptions of various years from year 1 to year 98, of three Kushan kings, Kanishka, Huvishka, and Vasudeva. This is the basis of our chronology. There is also a sequence of Kushan coins about which there is board (but not universal agreement. This sequence runs: Kajula Kadphises, Soter Megas, Vima Kadphises, Kanishka, Huvishka, Vasudeva, Kanishka II, Vasishka, Kanishka III, Vasu, Shaka.

Thanks to the Rabatak inscription, we know that Soter Megas corresponds to Vima Takpiso (or Taktu), for whom we have two Central Asian inscriptions dated in the years 279 and 299, so his reign lasted at least 20 years. In addition, several of the other kings are mentioned in inscriptions. There are inscriptions of Vasishka from year 20 to 28, and an inscription of Kanishka of year 41, which presumably corresponds to Kanishka III. There is also an inscription of year 170 of Vasudeva, which may correspond to Vasu, and a Kushan king called Shaka mentioned in a Gupta inscription. There are several inscriptions of an unnamed Kushan king, dated 103, 122, 136, which may well belong to Kajula.

If we assume that the reason we do not find inscriptions of Kanishka II is because the years on them coincide with those of Kanishka I, so we are simply unable to separate them, then we can assume that Kanishka II through to Vasu, form a second series of dates, in addition to those of Kanishka I. This could either be a continuation of the Kanishka I's era, or a new era founded by Kanishka II. The second interpretation is actually more likely but there is no reason to assume the gap between the end of one era and the start of another is very long.

This gives us the following sequence:

roi Length of Reign Dates of Inscriptions
Kajula Kadphises min.23 years 103-136
Vima Takpiso min.20 years 279-299
Vima Kadphises 184(7)
Kanishka 23-27 years 1-23
Huvishka 32-40 years 28-60
Vasudeva 34-40 years 64-98
Kanishka II aprox.19 years
Vasishka 8 - 20 years 20-28
Kanishka III unknown 41
Vasudeva II unknown 170 (disputed)
Shaka unknown

This table is central to our understanding of the Kushan dynasty in chronological terms. The most important data that needs to be extracted from the table is the length of time between any king whose date we can otherwise fix and Kanishka.


Zoroastrianism: History

The religion's priests, successors to the pre-Zoroastrian Magi, acquired great power by their command of the techniques of purification. The priests also had great influence on the government in the first period of Zoroastrianism, that under the Achaemenids, when it was for a time the state religion. Alexander's conquest of Persia and the collapse of the Achaemenids destroyed the privileged position of Zoroastrianism. Little is known of the religion for the next 500 years, except that an offshoot, Mithraism (stemming from the worship of Mithra), was taking hold farther west. Zoroastrianism reemerged (c.AD 226) under Ardashir I, who established the Sassanid dynasty and fostered a general revival of Achaemenian culture. For four centuries Zoroastrianism was the state religion of the Sassanids, and it successfully met the challenge of nascent Christianity and, later, of heretical Manichaeism. In the mid-7th cent. Persia fell to Islam, and Zoroastrianism largely disappeared. The Parsis of India, centered on Mumbai, probably form the largest group of modern Zoroastrians, who are estimated to number between 124,000 and 190,000. Estimates of the number of persons (concentrated in Yazd, Tehran, and Kerman) who practice the religion in Iran today vary widely. Zoroastrianism affected Judaism (particularly during the time of the Captivity) and, through Gnosticism, Christianity.

L'encyclopédie électronique Columbia, 6e éd. Copyright © 2012, Columbia University Press. Tous les droits sont réservés.


War With Rome

In the latter years of his reign, Ardashir engaged in a series of armed conflicts with Persia's great rival to the west - the Roman Empire.

Ardashir's expansionist tendencies had been frustrated by his failed invasions of Armenia, where a relative of the former Arsacid rulers of Parthia sat on the throne. Given Armenia's traditional position as an ally of the Romans, Ardashir may have seen his primary opponent not in the Armenian and Caucasian troops he had faced, but in Rome and her legions.

In 230 CE, Ardashir led his army into the Roman province of Mesopotamia, unsuccessfully besieging the fortress town of Nisibis. At the same time, his cavalry ranged far enough past the Roman border to threaten Syria and Cappadocia. It seems that the Romans saw fit to attempt a diplomatic solution to the crisis, reminding the Persians of the superiority of Roman arms, but to no avail. Ardashir campaigned unsuccessfully against Roman border outposts again the following year. As a result, the Roman emperor Severus Alexander moved to the east, establishing his headquarters at Antioch, but experienced difficulties in bringing his troops together and thus made another attempt at diplomacy, which Ardashir rebuffed.

Finally, in 232 CE, Severus Alexander led his legions in a three-pronged assault on the Persians. However, the separate army groups did not advance in a coordinated fashion, and Ardashir was able to take advantage of the disorder and concentrate his forces against the enemy advancing through Armenia, where he was able to halt the Roman advance. However, hearing of the Roman plans to march on his capital at Ctesiphon, Ardashir left only a token screening force in the north and met the enemy force that was advancing to the south, apparently defeating it in a decisive manner. However, one can discern that the Persians must have suffered considerable losses as well, as no attempt was made to pursue the fleeing Romans. Both leaders must have had reason to avoid further campaigning, as Severus Alexander returned to Europe in the following year and Ardashir did not renew his attacks for several years, probably focusing his energies in the east.

On 237 Ardashir, along with his son and successor Šāpūr, again invaded Mesopotamia. This effort resulted in successful assaults on Nisibis and Carrhae and the shock this caused in Rome led the emperor to revive the Roman client-state of Osrho ne. In 241, Ardashir and Šāpūr finally overcame the stubborn fortress of Hatra. Ardashir died later in the year.

Ardashir was an energetic king, responsible for the resurgence of Persia, the strengthening of Zoroastrianism, and the establishment of a dynasty that would endure for four centuries. While his campaigns against Rome met with only limited success, he was able to do what no Persian had been able to do for a long while &ndash force a serious response from the Roman government and military, and in doing so prepared the way for the substantial successes his son and successor would enjoy against the same enemy.