Informations

Bière : L'or liquide du Pharaon


>

Un documentaire sur l'invention de la bière dans l'Egypte ancienne.


>Le Brussels Journal a publié une critique du livre A History of Beer and Brewing (Cambridge, Royaume-Uni : Royal Society of Chemistry, 2003) de Ian Spencer Hornsey. Le livre fournit un aperçu mondial rapide des bières anciennes. La sélection ci-dessous est une section de la critique de livre traitant de la bière et du brassage dans le Proche-Orient ancien.

L'histoire humaine enregistrée commence avec la montée de la civilisation urbaine alphabétisée en Mésopotamie et au Moyen-Orient, en commençant par les Sumériens et les villes d'Uruk, Ur, Lagash et Kish au quatrième millénaire avant JC. Ces civilisations avaient accès à l'orge et au blé, qui par consensus seraient considérés comme les céréales préférées par la plupart des brasseurs. On pense que l'origine du blé et de l'orge se trouve dans le Croissant fertile. L'orge sauvage poussait en Israël et en Syrie, dans la vallée du Jourdain avec la très ancienne ville néolithique de Jéricho en passant par l'est de l'Anatolie jusqu'au nord de la Mésopotamie et à l'ouest de l'Iran. Hormis l'orge, toutes les principales cultures céréalières telles que le blé, l'avoine, le seigle, le millet, le maïs, le sorgho et le riz peuvent et ont été utilisées pour fabriquer de la bière. Certains des textes écrits les plus anciens au monde contiennent des listes de céréales et d'ingrédients pour la fabrication de la bière. La Mésopotamie sumérienne produisait une grande variété de bières, dont la plupart étaient probablement plus faibles que les bières européennes de l'époque médiévale. Le vin était fabriqué dans les monts Zagros en Iran et importé dans les principaux sites urbains. La bière était une boisson populaire en Mésopotamie à toutes les époques et était consommée par tous les groupes sociaux, liée à la mythologie, la religion et la médecine, synonyme de bonheur et de vie civilisée. Des bières filtrées et non filtrées étaient brassées dans la région.

Selon I. Hornsey, « la bière qui n'avait subi aucune phase de tamisage ou de tassement était toujours bue avec des pailles, afin d'éviter les sédiments grossiers. De nombreux sceaux-cylindres ont été récupérés qui montrent des individus (généralement deux) buvant avec des pailles d'un récipient communal, ce qui soutient l'idée que boire de la bière était une activité sociale…. Les pailles à boire étaient généralement faites de roseaux et ont donc péri depuis longtemps, mais une ou deux structures élaborées et plus substantielles ont survécu. Trois de ces objets ont été récupérés dans une tombe royale à Ur. L'un était en cuivre recouvert de lapis-lazuli, l'autre en argent, muni d'anneaux d'or et de lapis-lazuli, et le troisième était un roseau recouvert d'or et trouvé encore inséré dans un bocal en argent. Le tube d'argent était une impressionnante structure en forme de L, étant ca. 1 cm de diamètre, et quelque 93 cm de long. Un certain nombre de « pailles » métalliques ont également été récupérées sur des sites syriens. La bière mésopotamienne non filtrée, épaisse et trouble, était pauvre en alcool mais riche en glucides et en protéines, ce qui en fait un complément alimentaire nutritif.

La bière jouait également un rôle important dans la vie cérémonielle de l'Égypte ancienne. Comme Douglas J. Brewer et Emily Teeter le déclarent dans leur livre L'Egypte et les Egyptiens, deuxième édition, « La boisson la plus populaire en Egypte était la bière, et nous supposons que tous les Egyptiens – riches et pauvres, hommes et femmes – en buvaient de grandes quantités. malgré des conseils tels que « Ne vous adonnez pas à la consommation de bière, de peur que vous ne prononciez de mauvaises paroles et que vous ne sachiez pas ce que vous dites » (extrait des « Instructions d'Ani »). Les salaires étaient payés en céréales, qui servaient à fabriquer deux aliments de base du régime égyptien : le pain et la bière. La bière était fabriquée à partir de pâte d'orge, de sorte que la fabrication du pain et la fabrication de la bière sont souvent présentées ensemble. La pâte d'orge destinée à la fabrication de la bière était partiellement cuite puis émiettée dans une grande cuve, où elle était mélangée à de l'eau et parfois sucrée avec du jus de datte. Ce mélange a été laissé à fermenter, ce qu'il a fait rapidement. Le liquide a ensuite été filtré dans un pot fermé avec un bouchon en argile. La bière égyptienne ancienne devait être bue peu de temps après sa fabrication, car elle devenait plate très rapidement. Les Égyptiens fabriquaient une variété de bières de différentes forces.

Toutes sortes de travailleurs étaient payés en céréales et en produits céréaliers tels que la bière et le pain. Les gens à tous les niveaux de la société égyptienne buvaient de la bière, le brassage n'étant pas aussi lié aux temples qu'en Mésopotamie, bien qu'il y ait eu une certaine ingérence et réglementation du gouvernement ici aussi. Les brasseries de l'Égypte ancienne, de la Mésopotamie et de la Syrie pouvaient être grandes, mais dans le climat chaud, la bière deviendrait rapidement imbuvable et ne pourrait donc pas être transportée trop loin ou exportée vers des régions éloignées. La cuisson et le brassage se déroulaient souvent dans des quartiers partagés sur les domaines d'Égypte, car ces deux processus impliquaient les mêmes matières premières et des équipements similaires. Les preuves artistiques suggèrent un lien étroit entre le brassage et la fabrication du pain, les deux étant des tâches domestiques généralement effectuées par les femmes. Les femmes faisaient également une grande partie de la bière dans l'Europe médiévale, jusqu'à ce que le brassage devienne une industrie majeure à forte intensité de capital et devienne progressivement dominée par les hommes. Les rôles des organismes microscopiques dans la cuisson et le brassage, cependant, n'ont pas été pleinement appréciés avant les avancées scientifiques de l'Europe du XIXe siècle.

La bière était également consommée par de nombreux autres peuples anciens, notamment les Hittites, les Hébreux, les Philistins, les Thraces, les Illyriens, les Phrygiens et les Scythes. Certains peuples, comme les Nubiens et les Éthiopiens, auraient développé leurs propres méthodes de brassage, en utilisant des matières premières indigènes. Les Esquimaux buvaient principalement de l'eau glacée et du sang chaud avant d'être confrontés aux Européens et à leurs boissons alcoolisées.

Tout au long de l'histoire, le vin a souvent joui d'un plus grand prestige que la bière et a souvent été le choix préféré des riches et des privilégiés. Il est difficile de dire pourquoi. Peut-être était-ce parce que le vin était généralement plus fort que la bière ou qu'il se gardait plus longtemps. On ne peut pas dire avec certitude qu'il était toujours meilleur. Quelle qu'en soit la raison, c'est un fait que le vin était souvent plus apprécié. Cette attitude existe sans doute encore aujourd'hui, alors que la bière est souvent considérée comme la boisson de "l'homme ordinaire", tandis que ceux qui mangent dans des restaurants chers préféreront normalement un verre de bon vin plutôt qu'un verre de bière pour accompagner leur nourriture.

Le vin était largement consommé dans l'ancien Moyen-Orient, et parfois ses effets étaient renforcés par des additifs. En plus de manger et de boire, il y avait des chants et des danses. Les Égyptiens et les Mésopotamiens ont eu du mal à cultiver de grandes quantités de raisins pour le vin et ont plutôt importé ce qu'ils ne pouvaient pas faire. Des milliers de jarres de vin ont été déposées dans les tombeaux des premiers pharaons d'Egypte à Saqqarah (Memphis) et Abydos, les principaux centres du pays récemment uni. Les quelque 700 pots de vin trouvés dans la tombe de l'un des premiers rois d'Égypte à Abydos, Scorpion I, contiennent certaines des premières écritures hiéroglyphiques connues jamais découvertes en Égypte, datant d'avant 3100 av. Ce vin a apparemment été importé du sud de la Palestine, et il est tout à fait clair qu'il y avait une production de vin à grande échelle dans le Levant – la Syrie actuelle, le Liban, Israël et la Jordanie – déjà à cette date précoce.

Si vous aimez la bière, cet article est pour vous.

Claude Mariottini
Professeur d'Ancien Testament
Séminaire baptiste du Nord


L'archéologue de la bière

C'est juste après l'aube à la brasserie Dogfish Head à Rehoboth Beach, Delaware, où l'ambition du matin est de ressusciter une bière égyptienne dont la recette remonte à des milliers d'années.

De cette histoire

Vidéo: À l'intérieur de la brasserie Dogfish Head

Une brève histoire de l'happy hour : une geisha japonaise du XIXe siècle détient du saké. (Keisai Eisen, Victoria and Albert Museum, Londres / Art Resource, NY) Une tapisserie hollandaise représente une récolte de vin c. A.D. 1500. (Musée National du Moyen Age - Thermes de Cluny, Paris / Réunion de Musées Nationaux / Art Resource, NY) Dans une fresque du premier siècle, les Romains savourent des libations, vraisemblablement du vin. (Iberfoto / L'image fonctionne) Dans l'Egypte ancienne, les ouvriers des pyramides recevaient une ration quotidienne de bière. (AKG-Images) Les cultures anciennes utilisaient une gamme d'ingrédients pour fabriquer leurs boissons alcoolisées, notamment du blé amidonnier, de la levure sauvage, de la camomille, du thym et de l'origan. (Landon Nordeman) L'archéologue Patrick McGovern, mieux connu de ses amis brasseurs sous le nom de "Dr. Pat", recherche des résidus dans des fragments de vieux récipients qui lui permettent de désosser d'anciennes boissons. Il a découvert la plus ancienne boisson alcoolisée connue au monde, un grog néolithique brassé en Chine il y a environ 9 000 ans. (Landon Nordeman) Sam Calagione, le fondateur de la brasserie Dogfish Head dans le Delaware, utilise les recettes de McGovern pour recréer et commercialiser des boissons autrefois appréciées par les rois et les pharaons. Mi-alchimiste, mi-maître brasseur, Calagione parcourt le monde à la recherche d'ingrédients rares, tels que la levure récoltée dans une ferme de dattes égyptienne. (Landon Nordeman) Science vintage : bols récupérés du roi Midas en 700 av. tombeau. (Musée d'archéologie et d'anthropologie de l'Université de Pennsylvanie, Archives Gordion) La découverte des bols King Midas a conduit à la création de la bière Midas Touch. (Landon Nordeman) Des vaisseaux comme ceux trouvés près de la tête d'un squelette enterré il y a 9 000 ans en Chine ont inspiré le Château Jiahu. (Juzhong Zhang et Zhiqing Zhang / Institut des reliques culturelles et de l'archéologie de la province du Henan, Zhengzhou, Chine) Château Jiahu est un mélange de raisins sauvages, d'aubépine, de riz et de miel. (Landon Nordeman) Une exposition King Tut à New York a été le lieu de dévoilement de la dernière bière de Dogfish Head, Ta Henket, ancien égyptien pour "bière au pain". C'était la cinquième collaboration entre Calagione et McGovern. "C'est l'un des nôtres", dit Calagione à propos de l'archéologue. "C'est un gars de la bière." (Landon Nordeman)

Galerie de photos

Contenu connexe

Mais le za’atar—un puissant mélange d'épices du Moyen-Orient évoquant l'origan—clobber la douce saveur florale de la camomille ? Et qu'en est-il du fruit séché du palmier doum, qui dégage une odeur fongique inquiétante depuis qu'il a été déposé dans un verre d'eau chaude et dégusté comme un thé ?

"Je veux que le Dr Pat essaie ça", dit Sam Calagione, fondateur de Dogfish Head, en fronçant les sourcils dans son verre.

Enfin, Patrick McGovern, un archéologue de 66 ans, déambule dans le petit pub, une bizarrerie parmi les jeunes brasseurs branchés en sweat-shirts et flanelle. À la pointe de la pudeur, le professeur adjoint de l'Université de Pennsylvanie porte un polo impeccable, des kakis repassés et des mocassins bien entretenus. Mais Calagione, souriant largement, accueille le visiteur digne comme un compagnon de beuverie précieux. Ce qu'il est, en un sens.

Les vrais amateurs d'alcool essaieront presque tout pour évoquer les libations d'antan. Ils abattent des chèvres pour façonner des outres fraîches, de sorte que le millésime prend un goût authentiquement gibier. Ils brassent de la bière dans de la poterie tempérée à la bouse ou la font bouillir en la laissant tomber dans des roches chaudes. L'Anchor Steam Brewery, à San Francisco, utilisait autrefois des ingrédients d'un hymne vieux de 4 000 ans à Ninkasi, la déesse sumérienne de la bière.

“Dr. Pat, comme on l'appelle à Dogfish Head, est le plus grand expert mondial des boissons fermentées anciennes, et il concocte des recettes oubliées depuis longtemps grâce à la chimie, récurant d'anciens fûts et bouteilles à la recherche d'échantillons de résidus à examiner en laboratoire. Il a identifié la plus ancienne bière d'orge connue au monde (provenant des monts Zagros en Iran, datant de 3400 av. J.-C.), le plus ancien vin de raisin (également du Zagros, vers 5400 av. grog de la vallée du fleuve Jaune en Chine, brassé il y a environ 9 000 ans.

Largement publiées dans des revues et des livres universitaires, les recherches de McGovern ont fait la lumière sur l'agriculture, la médecine et les routes commerciales à l'époque pré-biblique. Mais, et ici, le sourire de Calagione entre en jeu, il a également inspiré quelques offres de Dogfish Head, notamment Midas Touch, une bière à base de rafraîchissements décrépits récupérés du roi Midas en 700 av. tombeau, qui a reçu plus de médailles que toute autre création Dogfish.

« C'est ce qu'on appelle l'archéologie expérimentale », explique McGovern.

Pour concevoir cette dernière boisson égyptienne, l'archéologue et le brasseur ont visité des hectares d'étals d'épices au Khan el-Khalili, le plus ancien et le plus grand marché du Caire, cueillant à la main les ingrédients au milieu des cris des poulets bientôt décapités et sous la surveillance de caméras pour “Brew Masters,” une émission de téléréalité Discovery Channel sur les affaires de Calagione’s.

Les anciens étaient susceptibles d'ajouter à leurs boissons toutes sortes de choses imprévisibles : huile d'olive, myrte des marais, fromage, sucre des prés, armoise, carotte, sans parler des hallucinogènes comme le chanvre et le pavot. Mais Calagione et McGovern ont basé leurs sélections égyptiennes sur le travail des archéologues avec la tombe du pharaon Scorpion I, où une curieuse combinaison de sarriette, de thym et de coriandre est apparue dans les résidus de libations enterrés avec le monarque en 3150 av. (Ils ont décidé que le mélange d'épices za’atar, qui comprend fréquemment toutes ces herbes, plus l'origan et plusieurs autres, était un substitut d'aujourd'hui.) Haute Egypte où des pierres saupoudrées d'amidon, probablement utilisées pour moudre le sorgho ou le jonc, ont été retrouvées avec des restes de fruits de doum-palmier et de camomille. C'est difficile à confirmer, mais il est très probable qu'ils y fabriquaient de la bière, dit McGovern.

Les brasseurs sont également allés jusqu'à récolter une levure locale, qui pourrait être issue de variétés anciennes (de nombreuses bières commerciales sont fabriquées à partir de cultures manufacturées). Ils ont laissé des boîtes de Pétri remplies de sucre pendant la nuit dans une ferme de dattes égyptienne éloignée, pour capturer des cellules de levure sauvages en suspension dans l'air, puis ont envoyé les échantillons à un laboratoire belge, où les organismes ont été isolés et cultivés en grande quantité.

De retour à Dogfish Head, le thé des ingrédients sent maintenant inexplicablement l'ananas. McGovern conseille aux brasseurs d'utiliser moins de za’atar qu'ils respectent. Les épices sont déversées dans une bouilloire en acier inoxydable pour mijoter avec des sucres d'orge et du houblon. McGovern reconnaît que la source de chaleur devrait techniquement être du bois ou de la bouse séchée, pas du gaz, mais il note avec approbation que la base de la bouilloire est isolée avec des briques, une technique assez ancienne.

Alors que la bière bout pendant la pause déjeuner, McGovern se glisse jusqu'au bar bien aménagé de la brasserie et se verse un grand Midas Touch givré pour lui-même, rejetant les Coca-Cola nourris par les autres brasseurs. Il aime citer le rôle de la bière dans les anciens lieux de travail. "Pour les pyramides, chaque travailleur recevait une ration quotidienne de quatre à cinq litres", dit-il haut et fort, peut-être au profit de Calagione. « C'était une source de nutrition, de rafraîchissement et de récompense pour tout le travail acharné. C'était de la bière pour payer. Vous auriez eu une rébellion entre les mains s'ils s'étaient épuisés. Les pyramides n'auraient peut-être pas été construites s'il n'y avait pas eu assez de bière.

Bientôt, la petite salle de brassage est remplie de vapeur bouillonnante parfumée, avec des notes de pain grillé et de mélasse, un arôme qui ne peut être décrit que comme enivrant. Le moût, ou bière non fermentée, dégage une jolie couleur palomino, les brasseurs ajoutent des flacons de levure égyptienne jaunâtre et trouble et la fermentation commence.

Ils prévoient de ne fabriquer que sept fûts de la boisson expérimentale, qui sera dévoilée à New York deux semaines plus tard. Les brasseurs sont inquiets car la bière aura besoin de beaucoup de temps pour vieillir et personne ne pourra la déguster à l'avance.

McGovern, cependant, pense à une toute autre échelle de temps. "Cela n'a probablement pas été senti depuis 18 000 ans", soupire-t-il en respirant l'air délicieux.

Les étagères du bureau de McGovern au musée de l'Université de Pennsylvanie regorgent de volumes au son sobre.Chimie inorganique structurale, éleveurs de bétail du Sahara oriental—avec des morceaux de bacchanales. Il y a des répliques d'anciens récipients à boire en bronze, des flacons bouchés de vin de riz chinois et une vieille bouteille vide Midas Touch avec un peu de goo ambré au fond qui pourraient intriguer les archéologues des milliers d'années plus tard. Il y a aussi une couronne que sa femme, Doris, une administratrice universitaire à la retraite, a tissée à partir de vignes sauvages de Pennsylvanie et des bouchons de ses bouteilles préférées. Mais alors que McGovern portera occasionnellement un toast à une excavation prometteuse avec un peu de vin blanc siroté dans un bécher de laboratoire, la seule suggestion de vice personnel est une pile de tasses de pudding Jell-O au chocolat.

Le directeur scientifique du laboratoire d'archéologie biomoléculaire de l'université pour la cuisine, les boissons fermentées et la santé, McGovern avait connu une chute mouvementée. Parallèlement à une tournée en Égypte avec Calagione, il s'est rendu en Autriche pour une conférence sur le vin iranien et également en France, où il a assisté à une conférence sur le vin en Bourgogne, a visité un trio de maisons de champagne, a bu du Chablis à Chablis et s'est arrêté par une fouille critique près du Côte sud.

Pourtant, même flâner dans les couloirs avec McGovern peut être une éducation. Un autre professeur l'arrête pour discuter longuement de la folie d'extraire des graisses de mammouth laineux du pergélisol. Puis nous tombons sur Alexei Vranich, un expert du Pérou précolombien, qui se plaint que la dernière fois qu'il a bu chicha (une bière péruvienne traditionnelle à base de maïs qui a été mâché et recraché), le repas d'accompagnement de cochons d'Inde rôtis était terriblement insuffisamment cuit. « Vous voulez des cochons d'Inde croustillants, comme du bacon », dit Vranich. Lui et McGovern parlent chicha pendant un moment. "Merci beaucoup pour vos recherches", dit Vranich en partant. « Je n'arrête pas de dire aux gens que la bière est plus importante que les armées pour comprendre les gens. »

Nous nous dirigeons vers le laboratoire d'écologie humaine, où les techniciens de McGovern empruntent du matériel. McGovern a d'innombrables collaborateurs, en partie parce que son travail est si engageant, et en partie parce qu'il est capable de rembourser ses gentillesses avec des bouteilles de Midas Touch, dont la recette de l'âge du fer à base de raisins muscat, de safran, d'orge et de miel rappellerait le Sauternes. , le glorieux vin de dessert français.

Au labo, une fiole de liquide couleur café bouillonne sur une plaque chauffante. Il contient de minuscules fragments d'une ancienne amphore étrusque trouvée dans la fouille française que McGovern venait de visiter. La poudre de céramique, qui avait été minutieusement extraite de la base de l'amphore à l'aide d'une perceuse au diamant, est en train de bouillir dans un solvant de chloroforme et de méthanol destiné à extraire les anciens composés organiques qui auraient pu s'infiltrer dans la poterie. McGovern espère déterminer si l'amphore contenait autrefois du vin, ce qui indiquerait comment la boisson est arrivée en France en premier lieu, un sujet plutôt délicat.

« Nous pensons que la France est en quelque sorte synonyme de vin », déclare McGovern. « Les Français ont passé tellement de temps à développer tous ces différents cépages, et ces plantes ont été prises partout dans le monde et sont devenues la base de l'industrie australienne, de l'industrie californienne, etc. La France est une clé de toute la culture mondiale du vin, mais comment le vin est-il arrivé en France ? Telle est la question.

Les francophiles pourraient ne pas aimer la réponse. Aujourd'hui, le vin fait tellement partie de la culture française que les archéologues français incluent le coût des caisses dans leurs budgets de fouilles. McGovern, cependant, soupçonne que le vin était produit en Étrurie - l'Italie centrale actuelle - bien avant que les premiers vignobles français ne soient plantés sur la côte méditerranéenne.Jusqu'à ce que les marchands étrusques commencent à exporter du vin vers ce qui est aujourd'hui la France vers 600 av.

L'amphore étrusque de McGovern a été excavée d'une maison à Lattes, en France, qui a été construite vers 525 av. et détruit en 475 av. Si les Français buvaient encore des crus étrusques à ce moment-là, cela suggérerait qu'ils n'avaient pas encore créé leurs propres vignobles. L'astuce est de prouver que l'amphore contenait du vin.

McGovern ne peut pas simplement rechercher la présence d'alcool, qui survit à peine quelques mois, sans parler des millénaires, avant de s'évaporer ou de se transformer en vinaigre. Au lieu de cela, il poursuit ce qu'on appelle des composés d'empreintes digitales. Par exemple, des traces d'hydrocarbures de cire d'abeille indiquent que l'oxalate de calcium, un sous-produit amer et blanchâtre de l'orge brassée, également connu sous le nom de pierre à bière, signifie bière d'orge.

La résine d'arbre est un indicateur fort mais pas infaillible du vin, car les vignerons d'autrefois ajoutaient souvent de la résine comme conservateur, conférant à la boisson une agréable saveur citronnée. (McGovern aimerait tester les échantillons de Lattes pour la résine d'un arbre ressemblant à un cyprès, sa présence suggérerait que les Étrusques étaient en contact avec des colonies phéniciennes en Afrique du Nord, où pousse cette espèce.) Le seul moyen infaillible d'identifier le vin ancien de cette région est la présence d'acide tartrique, un composé du raisin.

Une fois que le mélange de poterie brune bouillante est réduit en poudre, dit Gretchen Hall, une chercheuse collaborant avec McGovern, ils passeront l'échantillon à travers un spectromètre infrarouge. Cela produira un motif visuel distinctif basé sur la façon dont ses multiples constituants chimiques absorbent et réfléchissent la lumière. Ils compareront les résultats avec le profil de l'acide tartrique. S'il y a une correspondance ou une correspondance proche, ils peuvent effectuer d'autres vérifications préliminaires, comme le test ponctuel de Feigl, dans lequel l'échantillon est mélangé avec de l'acide sulfurique et un dérivé du phénol : si le composé résultant devient vert sous la lumière ultraviolette, il contient très probablement de l'acide tartrique. Jusqu'à présent, les échantillons français semblent prometteurs.

McGovern a déjà envoyé du matériel à Armen Mirzoian, un scientifique du Bureau fédéral de la taxe sur l'alcool et le tabac et du commerce, dont le travail principal est de vérifier le contenu des boissons alcoolisées, disons que les paillettes d'or dans le schnaps Goldschlager de fabrication italienne sont vraiment de l'or. . (Ils le sont.) Son laboratoire de Beltsville, dans le Maryland, est rempli de bizarreries telles qu'une bouteille confisquée d'une boisson de riz distillée d'Asie du Sud remplie de cobras conservés et de vodka emballée dans un récipient qui ressemble à un ensemble de poupées gigognes russes. Il traite les échantillons de McGovern avec révérence, manipulant la boîte poussiéreuse comme un Bordeaux prisé. « C'est presque étrange », murmure-t-il en tripotant les tessons ensachés à l'intérieur. “Certains d'entre eux ont 5 000, 6 000 ans.”

Des mois plus tard, McGovern m'a envoyé un e-mail avec de bonnes nouvelles : Mirzoian a détecté de l'acide tartrique dans les échantillons de Lattes de France, ce qui rend presque certain qu'ils contenaient du vin étrusque importé. De plus, les archéologues du projet ont mis au jour une cuve à foulon en calcaire datant de 400 avant J. Entre les deux ensembles d'artefacts, McGovern espère identifier l'avènement du vin français.

"Nous devons encore en savoir plus sur les autres additifs", dit-il, "mais jusqu'à présent, nous avons d'excellentes preuves."

Les ancêtres irlandais de McGovern ont ouvert le premier bar à Mitchell, dans le Dakota du Sud, à la fin des années 1800. Ses prédécesseurs norvégiens étaient des abstinents. McGovern attribue sa relation avec l'alcool à cette lignée mixte et son intérêt est avide, pas obsessionnel. À l'époque où il était étudiant à l'Université Cornell et ailleurs, lorsque McGovern s'intéressait à tout, de la neurochimie à la littérature ancienne, il en savait peu sur l'alcool. C'était à la fin des années 1960 et au début des années 1970, d'autres substances psychotropes étaient en vogue, la révolution du vin californien venait à peine de commencer et les Américains repoussaient toujours toutes sortes d'eaux grasses.

Un été, au cours duquel McGovern était en partie à l'école supérieure, dit-il avec le flou souvent réservé aux années 80, lui et Doris ont visité le Moyen-Orient et l'Europe, vivant avec quelques dollars par jour. En route vers Jérusalem, ils se sont retrouvés à errer dans la région viticole allemande de la Moselle, demandant aux maires de petites villes si les viticulteurs locaux avaient besoin de cueilleurs saisonniers. Un vigneron, dont les tonnelles parsemaient les pentes abruptes d'ardoise au-dessus de la Moselle, les a pris en charge, les laissant monter dans sa maison.

La première nuit là-bas, l'homme de la maison n'arrêtait pas de revenir de sa cave avec bouteille après bouteille, se souvient McGovern, "mais il ne nous montrerait jamais quelle année on était. Bien sûr, nous ne connaissions rien au millésime, car nous n'avions jamais vraiment bu autant de vin et nous venions des États-Unis. Mais il n'arrêtait pas de nous parler bouteille après bouteille sans nous le dire, et à la fin de la soirée, alors que nous étions complètement saouls, c'était le pire que j'aie jamais été, ma tête tournait en rond, allongée sur le lit comme si j'avais l'impression d'être dans un vortex—Je savais que 1969 était terrible, 󈨇 était bien, 󈧿 était superbe.”

McGovern se leva le lendemain matin avec une gueule de bois bouillonnante et une fascination durable pour le vin.

Après avoir obtenu son doctorat en archéologie et histoire du Proche-Orient à l'Université de Pennsylvanie, il a fini par diriger des fouilles dans la vallée de Baq’ah en Jordanie pendant plus de 20 ans et est devenu un expert des pendentifs et de la poterie de l'âge du bronze et du fer. (Il admet qu'il était autrefois coupable d'avoir nettoyé d'anciens vaisseaux de toute leur crasse.) Dans les années 1980, il avait développé un intérêt pour l'étude des matériaux organiques. ancienne teinture inestimable que les Phéniciens extrayaient des glandes des escargots de mer. Les outils de l'archéologie moléculaire se développaient rapidement, et un petit échantillon pourrait donner des informations surprenantes sur les aliments, les médicaments et même les parfums. Les anciens conteneurs étaient peut-être moins importants que les résidus qu'ils contenaient, commencèrent à penser McGovern et d'autres érudits.

Une étude chimique à la fin des années 1970 a révélé qu'un 100 avant JC. Un navire romain naufragé en mer avait probablement transporté du vin, mais c'était à peu près l'étendue de la science ancienne des boissons jusqu'en 1988, lorsqu'un collègue de McGovern qui étudiait le site iranien de Godin Tepe lui montra un pot de poterie à col étroit de 3100 avant JC avec des taches rouges.

"Elle pensait qu'il s'agissait peut-être d'un dépôt de vin", se souvient McGovern. "Nous étions un peu sceptiques à ce sujet. Il était encore plus dubitatif que nous soyons capables de récupérer des composés d'empreintes digitales suffisamment préservés il y a 5 000 ans."

Mais il s'est dit qu'ils devraient essayer. Il a décidé que l'acide tartrique était le bon marqueur à rechercher, et nous avons commencé à trouver différents tests que nous pouvions faire. Spectrométrie infrarouge. Chromatographie liquide. Le test ponctuel de Feigl. Ils nous ont tous montré que l'acide tartrique était présent », dit McGovern.

Il publia tranquillement, dans un volume maison, se doutant à peine d'avoir découvert un nouvel angle sur le monde antique. Mais l'article de 1990 a attiré l'attention de Robert Mondavi, le magnat du vin californien qui avait suscité une certaine controverse en faisant la promotion du vin dans le cadre d'un mode de vie sain, l'appelant "la boisson tempérée, civilisée, sacrée et romantique recommandée dans la Bible. Avec l'aide de McGovern, Mondavi a organisé une conférence universitaire somptueusement préparée l'année suivante à Napa Valley. Historiens, généticiens, linguistes, œnologues, archéologues et viticulteurs de plusieurs pays se sont entretenus au cours de dîners élaborés, les conversations rythmées par de copieuses ébauches de vin. « Nous étions intéressés par la vinification sous tous les angles, » dit McGovern. “Nous voulions comprendre l'ensemble du processus—pour comprendre comment ils ont domestiqué le raisin, et où cela s'est-il passé, comment vous occupez-vous des raisins et de l'horticulture qui y est associée.” Une nouvelle discipline est née, ce que les érudits plaisantent. appellent la drinkology, ou la dipsologie, l'étude de la soif.

De retour à Penn, McGovern a rapidement commencé à fouiller dans les catacombes de la salle de stockage du musée à la recherche de morceaux de poterie prometteurs. Des pots de cuisine oubliés d'un village iranien néolithique appelé Hajji Firuz ont révélé d'étranges taches jaunes. McGovern les a soumis à ses tests d'acide tartrique, ils étaient positifs. Il est tombé sur le plus ancien vin de raisin connu au monde.

La plupart des découvertes les plus surprenantes de McGovern proviennent du travail de fouille d'autres archéologues, il apporte une nouvelle perspective aux fouilles oubliées, et ses "excavations" ne sont parfois pas plus éprouvantes que de monter ou de descendre un escalier dans son propre musée pour récupérer un tesson ou deux. Les résidus extraits de l'ensemble à boire du roi Midas, qui régnait sur la Phrygie, un ancien district de Turquie, avaient stagné pendant 40 ans avant que McGovern ne les trouve et ne se mette au travail. Les artefacts contenaient plus de quatre livres de matières organiques, un trésor pour un archéologue biomoléculaire bien plus précieux que l'or légendaire du roi. Mais il est également intransigeant sur les voyages et a fait des recherches sur tous les continents, à l'exception de l'Australie (bien qu'il ait récemment été intrigué par les concoctions aborigènes) et de l'Antarctique (où il n'y a de toute façon aucune source de sucre fermentescible). McGovern est intrigué par les boissons traditionnelles africaines au miel en Éthiopie et en Ouganda, qui pourraient illuminer les premiers efforts de l'humanité pour s'imprégner, et les spiritueux péruviens brassés à partir de sources aussi diverses que le quinoa, les cacahuètes et les baies de poivre. Il a bu des boissons de toutes sortes, y compris chinoises baijiu, un alcool distillé au goût de banane (mais ne contenant pas de banane) et à environ 120 épreuves, et la chicha péruvienne fraîchement mastiquée, qu'il est trop poli pour admettre qu'il méprise. (C'est mieux quand ils l'aromatisent avec des fraises des bois, dit-il fermement.)

Participer est important, dit-il, car boire dans les sociétés modernes offre un aperçu des morts.

« Je ne sais pas si les boissons fermentées expliquent tout, mais elles aident à expliquer beaucoup de choses sur le développement des cultures », dit-il. « On pourrait dire que ce genre de détermination peut vous amener à sur-interpréter, mais cela vous aide également à donner un sens à un phénomène universel.

McGovern, en fait, pense que l'alcool a contribué à nous rendre humains. Oui, beaucoup d'autres créatures se saoulent. Se gaver de fruits fermentés, les éléphants en état d'ébriété continuent de piétiner et les oiseaux égarés s'effondrent de leurs perchoirs. Contrairement à la distillation, que les êtres humains ont réellement inventée (en Chine, vers le premier siècle de notre ère, soupçonne McGovern), la fermentation est un processus naturel qui se produit par hasard : les cellules de levure consomment du sucre et créent de l'alcool. Les figues mûres mélangées à de la levure tombent des arbres et fermentent le miel assis dans un arbre creux emballent tout à fait un punch si elles sont mélangées avec la bonne proportion d'eau de pluie et de levure et laissées au repos. Presque certainement, le premier contact de l'humanité était un élixir de courte durée de ce genre, que McGovern aime appeler un « Beaujolais nouveau de l'âge de pierre ».

Mais à un moment donné, les chasseurs-cueilleurs ont appris à maintenir le buzz, une avancée majeure. "Au moment où nous sommes devenus clairement humains il y a 100 000 ans, nous savions où il y avait certains fruits que nous pouvions récolter pour faire des boissons fermentées", dit McGovern. "Nous aurions été très délibérés d'aller au bon moment de l'année pour récolter des céréales, des fruits et des tubercules et en faire des boissons au début de la race humaine." (Hélas, il est peu probable que les archéologues trouvent des preuves de ces hooches préliminaires, fermentées à partir de choses comme les figues ou les fruits du baobab, parce que leurs créateurs, en Afrique, les auraient stockées dans des gourdes séchées et autres récipients qui n'ont pas résisté à l'épreuve du temps.)

Avec une réserve de boissons époustouflantes à portée de main, la civilisation humaine était en marche. Dans ce qu'on pourrait appeler l'hypothèse de la « bière avant le pain », le désir de boire a peut-être incité à la domestication de cultures clés, ce qui a conduit à des établissements humains permanents. Les scientifiques, par exemple, ont mesuré les variations atomiques dans les restes squelettiques des humains du Nouveau Monde. La technique, connue sous le nom d'analyse isotopique, permet aux chercheurs de déterminer le régime alimentaire des personnes décédées depuis longtemps. Lorsque les premiers Américains ont apprivoisé le maïs pour la première fois vers 6000 avant JC, ils buvaient probablement le maïs sous forme de vin plutôt que de le manger, a montré une analyse.

Peut-être encore plus important que leur impact sur les premiers modèles d'agriculture et de peuplement, c'est la façon dont les potions préhistoriques ont ouvert nos esprits à d'autres possibilités et ont contribué à favoriser de nouvelles façons de penser symboliques qui ont contribué à rendre l'humanité unique, dit McGovern. “Les boissons fermentées sont au centre des religions du monde entier. [L'alcool] fait de nous ce que nous sommes à bien des égards. Il soutient que l'état d'esprit altéré qui accompagne l'intoxication aurait pu contribuer à alimenter les dessins rupestres, la médecine chamanique, les rituels de danse et d'autres avancées.

Lorsque McGovern s'est rendu en Chine et a découvert le plus ancien alcool connu, un mélange capiteux de raisins sauvages, d'aubépine, de riz et de miel, qui est maintenant la base du Château Jiahu de Dogfish Head, il a été touché mais pas entièrement surpris d'apprendre l'existence d'un autre. 8220 ont été découverts pour la première fois à Jiahu, une ancienne colonie de la vallée du fleuve Jaune : des flûtes délicates, fabriquées à partir des os de la grue à couronne rouge, sont les premiers instruments de musique connus au monde et encore jouables.

L'alcool est peut-être au cœur de la vie humaine, mais la majeure partie des échantillons les plus importants de McGovern provient de tombes. De nombreuses cultures révolues semblent avoir considéré la mort comme une sorte de dernier appel, et les personnes en deuil ont approvisionné les morts avec des boissons et des récipients, des cornes à boire, des pailles de lapis-lazuli et, dans le cas d'une femme celtique enterrée en Bourgogne vers le VIe siècle av. , un chaudron de 1 200 litres pour qu'ils puissent continuer à boire à satiété pour l'éternité. La tombe du roi Scorpion Ier était remplie de pots de vin autrefois pleins. Plus tard, les Égyptiens ont simplement schématisé des recettes de bière sur les murs afin que les serviteurs du pharaon dans l'au-delà puissent en préparer plus (libérant probablement les boissons existantes pour les vivants).

Certains des défunts avaient des projets de fête pour l'au-delà. En 1957, lorsque les archéologues de l'Université de Pennsylvanie ont creusé pour la première fois un tunnel dans la tombe presque hermétique du roi Midas, enfermée dans un monticule de terre près d'Ankara, en Turquie, ils ont découvert le corps d'un homme de 60 à 65 ans fabuleusement disposé sur un lit de tissu violet et bleu à côté de la plus grande cache d'accessoires pour boire de l'âge du fer jamais trouvé : des seaux, des cuves et des bols en bronze. Et dès que les archéologues ont laissé entrer de l'air frais dans la voûte, les couleurs vives des tapisseries ont commencé à s'estomper sous leurs yeux.

L'archéologie est, au fond, une science destructrice, McGovern a récemment déclaré à un auditoire du Smithsonian’s National Museum of the American Indian : “Chaque fois que vous creusez, vous détruisez.”

C'est peut-être pour cela qu'il aime tant imaginer de nouvelles bières.

Ta Henket de Dogfish Head (ancien égyptien pour "bière de pain") a été dévoilé en novembre dernier à New York, au milieu d'une exposition étincelante de King Tut à Discovery Times Square. Des nerds de bière euphoriques (ou peut-être juste éméchés) et quelques membres de la presse se rendent dans un auditorium orné de faux obélisques et de tables de bistrot, chacun avec un bol de noix au centre. Les mots chien, poisson et tête en hiéroglyphes sont projetés sur les murs.

Sur scène à côté de McGovern, Calagione, sirotant une bière auburn, raconte à la foule rouge comment lui et l'archéologue ont uni leurs forces. En 2000, lors d'un dîner au Penn Museum organisé par Michael Jackson, un écrivain britannique de guides sur la bière et le whisky, McGovern a annoncé son intention de recréer les dernières libations du roi Midas à partir des résidus excavés qui avaient moisi dans les réserves du musée pendant 40 ans. Tous les brasseurs intéressés devraient se rencontrer dans son laboratoire à 9 heures le lendemain matin, a-t-il déclaré. Même après les réjouissances de la nuit, plusieurs dizaines se sont présentées. Calagione a courtisé McGovern avec un fanfaron médiéval à la prune (un type de malt et d'hydromel de miel) qu'il avait joué avec McGovern, déjà fan de la brasserie Shelter Pale Ale, a rapidement rendu visite à l'installation du Delaware.

Lorsqu'il a rencontré le Dr Pat pour la première fois, Calagione a déclaré au public : « La première chose qui m'a frappé a été : « Oh mon Dieu, ce type ne ressemble en rien à un professeur. » La foule éclate de rire. McGovern, boutonné dans un pull cardigan, est pratiquement le hiéroglyphe pour professeur. Mais il a conquis le brasseur lorsque, quelques minutes après le début de cette première réunion matinale, il a rempli sa tasse de café de Chicory Stout. « Il est l'un des nôtres », dit Calagione. “C'est un gars de la bière.”

Ta Henket est leur cinquième collaboration avec Midas Touch et Chateau Jiahu, ils ont fait Theobroma, basé sur une boisson chocolatée hondurienne archaïque, et de la chicha. (Tous sont disponibles dans le commerce, bien que seuls cinq barils de chicha soient fabriqués par an.) McGovern est payé pour ses services de conseil.

Maintenant, les pichets inauguraux de Ta Henket sont versés dans des fûts au fond de la salle. Ni Calagione ni McGovern n'y ont encore goûté. Il en ressort couleur pêche et opaque, la mousse épaisse comme de la crème fouettée.

La bière, qui sera disponible à la vente cet automne, reçoit plus tard des critiques mitigées en ligne. « Pensez aux agrumes, aux herbes, au chewing-gum », écrit un critique. “Romarin? Chéri? Sésame? Je ne peux pas identifier toutes les épices.

« Le nez est composé de vieux légumes et de levure », dit un autre.

Dès qu'il a goûté une bouchée, McGovern saisit un pichet et commence à verser des pintes pour le public, dégageant une lueur timide. Il apprécie la mise en scène. Lorsque Midas Touch a fait ses débuts en 2000, il a aidé à recréer la fête funéraire du souverain dans une galerie du Penn Museum. Le plat principal était un ragoût traditionnel de lentilles et d'agneau grillé, suivi de tartes au fenouil à la grenade Jus. La boisson éternelle de choix Midas était servie avec le dessert, dans des verres à vin qui mettaient en valeur sa couleur envoûtante, un caramel chaud aux reflets dorés.

Dans son laboratoire, McGovern conserve une enveloppe contenant des pépins de raisin néolithiques, qu'il a sortis d'un professeur de viticulture en Géorgie (le pays, pas l'État) il y a des années. L'homme avait six pépins desséchés en bon état, idéal pour l'analyse ADN.

« J'ai dit : « Peut-être que nous pourrions en reprendre quelques-uns et les analyser », se souvient McGovern. “Il a dit, ‘Non, non, ils sont trop importants.’” “Ce serait pour la cause de la science,” McGovern a persisté.

Le Géorgien quitta la pièce pendant un moment pour agoniser, et revint pour dire que McGovern et la science pourraient avoir deux des graines anciennes. Se séparer d'eux, a-t-il dit, était comme "se séparer de son âme". Les érudits ont levé un verre de muscat blanc Alexandrueli pour marquer l'occasion.

Mais McGovern n'a toujours pas testé les graines, car il n'a pas encore confiance dans les méthodes d'extraction d'ADN disponibles. Il n'a qu'une seule chance d'analyse, puis les échantillons vieux de 6 000 ans seront réduits en poussière.

Un jour, je demande à McGovern quelle sorte de libation il aimerait dans sa propre tombe. « Chateau Jiahu », dit-il, toujours le loyaliste de Dogfish Head. Mais au bout d'un moment, il change d'avis. Les raisins que lui et sa femme ont aidé à cueillir au cours de l'été 1971 se sont avérés donner peut-être le meilleur Riesling de Moselle du siècle dernier. « Nous avions des bouteilles de ce vin que nous laissions reposer dans la cave pendant un certain temps, et lorsque nous les avons ouvertes, c'était comme une sorte d'ambroisie », dit-il. “C'était un élixir, quelque chose hors de ce monde. Si vous deviez boire quelque chose pour l'éternité, vous pourriez le boire.”

En général, cependant, le couple apprécie toutes les bouteilles qu'ils ont sous la main. Ces jours-ci, McGovern s'occupe à peine de sa cave : "Ma femme dit que j'ai tendance à faire vieillir les choses trop longtemps."

Rédacteur personnel Abigail Tucker a écrit pour la dernière fois sur le trésor de Barbe Noire. Photographe Landon Nordeman est basé à New York.

Note de l'éditeur: Une version antérieure de cet article mentionnait une recette de bière égyptienne qui remonte à des centaines de siècles. L'article dit maintenant que la recette remonte à des milliers d'années.


Alcool de l'Égypte ancienne : bière, vin et fête de l'ivresse

L'alcool était répandu dans l'Egypte ancienne, en particulier sous forme de bière. La bière était faite d'orge, de miel, d'herbes et d'épices, et se buvait de préférence à l'eau. Cela était probablement dû aux bactéries présentes dans l'eau du Nil, qui nécessitaient une ébullition pour la purifier. Une partie du processus de brassage impliquait l'ébullition, parallèlement au processus de fermentation, servait à tuer ces bactéries et à fournir une boisson sûre pour la consommation quotidienne. Le vin était la boisson des riches, car c'était une denrée exotique dans les temps anciens. L'alcool faisait partie de la culture égyptienne antique depuis les temps les plus reculés : des fragments de nombreux pots de bière et de vin en céramique ont été trouvés lors de sépultures subsidiaires, tous étiquetés avec le nom du roi Aha I de la première dynastie. Selon John F. Nunn (2002) dans Ancient Egyptian Medicine, la bière et le vin étaient tous deux utilisés comme supports pour les médicaments. L'ivresse n'était généralement pas considérée comme une vertu, mais Carolyn Graves-Brown (2010) dans son livre Dancing for Hathor note que ". « L'ivresse sainte était encouragée, peut-être en tant que lien avec le monde des dieux, un état d'être alternatif ». À ce titre, le ⟾stival de l'ivresse' (tekhi) était célébré au cours du premier mois de l'année égyptienne antique, en l'honneur de la déesse Sekhmet. L'alcool était donc non seulement une nécessité quotidienne de la vie dans l'Egypte ancienne, mais était aussi un lien avec les dieux.


Liste alphabétique des dieux et déesses de la bière

    • Abondance: Déesse Romaine de l'Abondance Voir Habonde.
      • Une canette: Dieu maya de l'alcool

        Acan est le dieu maya de l'alcool (ou des boissons enivrantes), dont le nom signifie littéralement « gémir ». On dit qu'il est très turbulent et qu'il se ridiculise souvent en état d'ébriété.
        Vacance: Fête d'Acan, le 2 avril
        Liens: Godchecker / Wikipédia
        • Accla: Femmes incas gardiennes des feux sacrés, qui brassaient également de la bière

          Les Accla étaient des vierges choisies par Inti (le dieu solaire inca) pour entretenir les feux sacrés. Pendant leur temps libre, ils brassaient aussi de la bière.
          Vacance: Inti Raymi (Fête du Soleil), 24 juin
          Liens: Godchecker / Wikipédia
          • Agir: Brasseur nordique aux dieux d'Asgard

            Aegir (parfois orthographié Oegir) était principalement le dieu nordique de la mer, mais était aussi le brasseur des dieux d'Asgard. Lui et ses neuf filles (les jeunes filles ondulantes) ont brassé de la bière dans un grand pot donné à Aegir par Thor. Son association avec le brassage est probablement due à la mousse sur l'océan qui ressemble à la tête mousseuse d'une bière. Aegir était également un hôte formidable. Les tasses de sa maison se remplissaient de plus de bière lorsque vous vidiez votre tasse pour que vous n'ayez jamais soif.
            Vacance: Festival de la mer Celtique, 3 mars
            Liens: Godchecker / Wikipédia
            • Aizen Myō’ō: Dieu japonais des taverniers

              Aizen Myō’ō est le dieu japonais des taverniers, des musiciens, des chanteurs, des prostituées et de l'amour. Il est une divinité bouddhiste et dans le bouddhisme chinois, il est connu sous le nom de Rāgarāja
              Vacance: Festival Aizen à Osaka, Japon, 30 juin-2 juillet
              Liens: Godchecker / Wikipédia
              • Albina: Déesse arcadienne, britannique et irlandaise de l'orge blanche

                La déesse de l'orge blanche, Albina était également connue sous le nom d'Alphito. L'un des premiers noms des îles britanniques, Albion, proviendrait de son nom. La première microbrasserie moderne aux États-Unis s'appelait « New Albion Brewing ».
                Vacance: Festival d'Albina, alias Alphito, 1er août
                Liens: Wikipédia
                • Amaéthon: Dieu gallois de l'agriculture

                  Amaethon était le dieu de l'agriculture et le fils de la déesse Dôn. Son nom signifie “ouvrier” ou “laboureur.”il était apparemment “responsable du Cad Goddeu, ou “bataille des arbres,” entre le seigneur de l'autre monde, Arawn, et les enfants de Dôn, et le conte est essentiellement la version galloise du Tuatha Dé Danann
                  Vacance: Alban Elfed, 22 septembre (équinoxe d'automne)
                  Liens: Godchecker / Wikipédia
                  • Arnémétia: Déesse de la rivière celtique

                    Arnemetia était une déesse de la rivière qui était vénérée à l'époque romaine à Aquae Arnemetiae, l'actuel Buxton Spa. Son nom est lié à nemeton, "bosquet sacré", ce qui, je veux le croire, signifie que c'est le meilleur endroit pour trouver de l'eau de brassage.
                    Vacance: Festival des Bosquets sacrés, 21 avril
                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                    • Ashnan: Déesse Mésopotamienne/Sumérienne du Grain

                      Ashnan, ou Asnan, était une déesse du grain en Mésopotamie, et une déesse de l'ivresse, du vin et des céréales en Sumérie. “Elle et son frère Lahar, dieu du bétail, ont été créés par Enlil pour fournir de la nourriture aux dieux. Un jour, ils avaient trop bu et ne pouvaient pas servir comme ils le devraient, alors Enlil a décidé de créer des humains pour servir les dieux à la place. Ashnan était souvent représentée avec des épis de maïs poussant sur ses épaules. Comme la plupart des déesses des céréales, Ashnan était une divinité très ancienne, elle est apparue au début de la période dynastique (2900-2350 avant notre ère).
                      Vacance: Fête des céréales mésopotamienne/sumérienne, 20 mars
                      Liens: Un voyage intérieur / Wikipédia
                      • Bacchus: Dieu romain de l'ivresse Voir Dionysos.
                        • Ba-Maguje: Esprit haoussa de l'ivresse

                          Dans la mythologie haoussa, Ba-Maguje est l'esprit de l'ivresse. Il n'y a pas de description physique de Ba-Maguje, mais il est censé provoquer l'alcoolisme en rendant les gens de plus en plus assoiffés mais insensibles à la quantité qu'ils ont consommée. Les Haoussa sont des musulmans vivant dans le nord du Nigeria et dans d'autres parties de l'Afrique de l'Ouest.
                          Vacance: Jour de Ba-Maguje’s (le jour de l'Aïd al-Fitr le 28 juillet 2014)
                          Liens: Dictionnaire de mythologie / Wikipédia
                          • Bès: Dieu proto-égyptien, protecteur de la maison

                            Cette divinité est originaire du Soudan et est représentée comme un nain barbu grotesque avec une couronne et une épée. Bès était également un dieu principal des femmes en travail et un protecteur de la maison, mais c'est son penchant pour la bière qui a établi une association spirituelle pour le brassage juste après celle de la déesse Hathor. Selon Ian Spencer Hornsey, A History of Beer and Brewing, "Bes aimait beaucoup boire de la bière et est souvent représenté sur les scarabées comme suçant de la bière à travers une paille d'un grand récipient". De plus, les soldats étaient connu pour boire de la bière dans des tasses en forme de Bes pour dissuader les blessures au combat.
                            Vacance: Fête de la Petite Chaleur, 16 décembre
                            Liens: Godchecker / Wikipédia

                          C'est un aspect du dieu hindou Shiva, mais celui qui a un mauvais caractère. La légende raconte que Shiva n'a pas pu gérer la vanité oisive de Brahma prétendant être le créateur suprême, et a coupé l'une de ses 5 têtes afin de faire valoir un point. Après, lorsque les têtes plus froides ont prévalu, Shiva a fait un vœu de rédemption avec remords et a été chassé comme un mendiant sous la nouvelle apparence de Bhairava. Il avait également le crâne de la tête décapitée fusionné à sa main pour l'utiliser comme bol de mendicité et un rappel pour la gestion de la colère. Curieusement, la culture Newar de la vallée de Katmandou a un festival unique où ils mettent en place un grand masque de Bhairava pour distribuer la bière de sa bouche. Cette bière est considérée comme sacrée et confère de puissantes bénédictions à quiconque parvient à en boire une gorgée.

                          Les kobolds domestiques sont liés à un ménage spécifique. Un biereal, des kobolds qui vivent dans les caves à bière des auberges, apportent de la bière dans la maison, nettoient les tables et lavent les bouteilles et les verres. Cette association entre les kobolds et le travail a donné naissance à un dicton courant dans l'Allemagne du XIXe siècle selon lequel une femme qui travaillait rapidement « avait le kobold ». En retour, la famille doit laisser une partie de son souper (ou de la bière, pour bierasal) à l'esprit et doit traiter le kobold avec respect, sans jamais se moquer ni se moquer de la créature. Un kobold s'attend à être nourri au même endroit à la même heure chaque jour. Les Kobolds portent chance et aident leurs hôtes tant qu'ils prennent soin d'eux.

                            • Byggvir: Dieu nordique de l'orge

                              Byggvir est le dieu nordique de l'orge et on dit que sa femme Beyla fait des choses avec des abeilles et de l'orge, probablement de la bière.
                              Vacance: Festival du grain de Byggvir, 14 décembre
                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                              • Centzon-Totochtin: Les quatre cents dieux lapins ivres aztèques

                                Les Centzon-Totochtin sont les « quatre cents dieux lapins ivres », qui, selon la légende, ont été brassés par les divinités du couple marié Mayahuel (déesse de l'alcool, mais plus de l'autre de la tequila) et Petecatl (dieu de la médecine). Les lapins représentaient les manières infinies dont les gens peuvent être affectés par l'intoxication. Dans le premier système de numérotation aztèque, 400 représentait l'infini. Leur roi, Ometotchtli était également connu sous le nom de « Deux lapins ». Macuiltochtli était un autre dieu aztèque des boissons alcoolisées, et il était également connu sous le nom de « cinq lapins ». Curieusement, il n'y avait pas de « Un Lapin ».
                                Vacance: Centzon-Totochtin Jour du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Jour du lapin, dernier jour de chaque mois
                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                • Cérès: Déesse romaine de l'agriculture et des cultures céréalières

                                  Surtout, Cérès était une « déesse mère » et l'une des plus importantes pour les Romains. En grec, où elle s'appelait « Déméter », son nom signifie « terre mère » ou « mère-orge ». A ce titre, elle était aussi la Déesse de l'Agriculture et de la moisson. Le mot espagnol pour la bière, "cerveza" est tiré de son nom.
                                  Vacance: Début de Sementivae (Fête de la Rome antique honorant Cérès et Tellus), 24 janvier Cerealia, 19 avril Festival de Kore et Demeter (déesse grecque de la végétation Perséphone et déesse mère de l'orge), 21 mars Festival de Demeter (déesse mère de l'orge grecque), 21 mai Ambarvailia (Old Roman No Work Day, Festival de purification à Cérès), 29 mai Fête de Cérès, 18 septembre Thesmophoria (en l'honneur des déesses Déméter et de sa fille Perséphone), 25-27 octobre (initialement 11-13 Pyanepsion)
                                  Liens: Godchecker / Wikipédia
                                  • Cerklicing: Dieu letton de la fertilité agricole et de l'abondance des récoltes

                                    Cerklicing était une divinité agricole lettone de la fertilité des fermes et de l'abondance des récoltes. Son travail consistait à protéger les champs, à prendre du maïs et de la bière en paiement du bétail et des actions. Apparemment, « parmi les fermiers lettons, il était plus populaire que Jésus, au moins pendant un certain temps. » Selon le jésuite Joannis Stribingius, les fermiers lettons donnaient la « première bouchée de n'importe quel aliment et la première goutte de toute boisson » à Cerklicing lorsqu'il visita l'est de la Lettonie en 1606. Je n'ai pu trouver aucune image de Cerklicing, ce sont donc quelques autres divinités lettones.
                                    Vacance: Līgo, 23 juin
                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                    • Cerridwen: Déesse galloise de l'orge

                                      Cerridwen était la déesse irlandaise et galloise de l'orge. Elle possédait également le chaudron d'inspiration “witches”, qu'elle a vraisemblablement rempli d'orge pour faire de la bière, connue sous le nom de « Brew of Inspiration and Knowledge ».
                                      Vacance: Fête de Cerridwen, 3 juillet Journée de Cerridwen et de son chaudron, 20 juin Journée de Cerridwen, 21 octobre
                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                      • Cluricane: Esprit Irlandais ou Elfe

                                        Un esprit ou un elfe irlandais. Cet être, ressemblant à un très vieil homme, vit dans la cave en s'occupant de la bière, etc. On dit qu'il connaît l'emplacement des trésors cachés. L'esprit est connu sous de nombreux noms différents, y compris cluricane, cluracan, cluracan, clurican, clurican, Cluricaune, Cluricaune, Cluricane, lutin, lutin, lutin, lutin, lutin, lepricaune, lubberkin, lubrican, luprachain, leprec(h) luchorpain, cluricaune ou cluricaune. Certains récits disent qu'ils sont les mêmes que les lutins tandis que beaucoup d'autres disent plutôt qu'ils sont cousins, ou du moins apparentés.
                                        Vacance: Leprechaun Day, le 13 mai
                                        Liens: Mythe mystique / Wikipédia
                                        • Comus: Dieu grec des réjouissances ivres

                                          Comus, parfois Komos, était le "fils et l'échanson du dieu Bacchus".
                                          Vacance: Fête de Comus, le 27 mai.
                                          Liens: Godchecker / Wikipédia
                                          • Consus: Protecteur romain des grains et des bacs de stockage

                                            Consus était un dieu romain dont le travail était de protéger les grains et les bacs de stockage. Il était apparemment "représenté par une graine de grain". Consus était peut-être aussi un dieu de la moisson et était également "associé à des conférences secrètes".
                                            Vacance: Consualia (ou Consuales Ludi), 21 août et 15 décembre (Consus avait deux festivals chaque année)
                                            Liens: Godchecker / Déesses et Dieux / Wikipédia
                                            • Crom Dubh: Irlandais Underworld Grain ou Maïs Dieu

                                              Crom Dubh est le dieu de la moisson « sombre et courbé », associé aux céréales ou parfois au maïs. Il est associé au dieu Lugh (comme son homologue sombre) et connecté au festival de Lammas et est également connecté à John Barleycorn (voir John Orge ci-dessous), la personnification du grain, qui est tué en étant récolté à ce moment-là. Beaucoup de gens honorent le jeûne de la Saint-Patrick en faisant un pèlerinage à Croagh Patrick, où il jeûna jusqu'à ce qu'il vainque la divinité païenne Crom Cruach (Crom of the Reek). D'autres noms sous lesquels il est connu incluent Crom Crúaich, Cromm, Cróich, Crooach, Cruach, Cenn Cruach, Kerman Kelstach et Kerum Kerugher.
                                              Vacance: Domhnach Chrom Dubh (Fête des céréales, dernier dimanche de juillet / Dé Domhnaigh Crum-Dubh (alias Crom Dubh Sunday), 1er dimanche d'août
                                              Liens: Africa Source / Confessions d'une sorcière de haie / Pages païennes / Wikipédia

                                            Il y a bien longtemps, les Tuatha de Danaan, des êtres surnaturels, blonds et aux yeux bleus et portant de lourdes lances, sont venus du nord vers la terre connue sous le nom d'Irlande. Lorsque leur roi, Nuada, a été blessé au combat, un homme appelé le Dagda est devenu leur nouveau chef.

                                            Comme son peuple, le Dagda possédait des dons magiques appris dans les terres du nord, et bien qu'il puisse parfois être idiot ou stupide, il était aussi un homme d'un pouvoir et d'une bonté immenses. Parmi ses nombreuses possessions se trouvaient une massue magique et un chaudron d'abondance connu sous le nom d'Undry, ce chaudron était une source de vie sans fond.

                                            Encore plus étonnante que l'Undry était sa harpe magique. C'était l'un des biens les plus précieux du Dagda, taillé dans du chêne et incrusté de bijoux et d'or. La harpe contenait une musique exquise et imposante. Simplement en pinçant ses cordes, le Dagda pourrait créer de nombreuses merveilles. Il pouvait mettre de l'ordre dans les saisons quand il était temps de combattre ses ennemis, le Dagda tirait les cordes de cette harpe et chaque guerrier était instantanément prêt pour la bataille, prêt à défendre son peuple.

                                            Ce n'était pas seulement un appel à combattre le Dagda pouvait jouer sur cette harpe. Lorsque ses guerriers revinrent des batailles, le Dagda joua à nouveau de la harpe. Cette fois, la musique magique a apaisé chaque blessure. Les hommes oubliaient leurs blessures et leurs peines. Ils ont laissé tous les malheurs s'évanouir dans la brume. Tandis que la musique de guérison jouait, les guerriers ne pensaient pas à la souffrance mais à l'honneur et à l'amour qu'ils avaient pour leurs enfants et leurs femmes et pour leurs amis perdus au combat. Ils se souvenaient de la gloire. Ils ont fêté leur roi.

                                              • Dagon: Dieu phénicien du blé et du grain

                                                Dagon est le dieu phénicien du blé et des céréales. De manière confuse, il s'écrit parfois Dagan, mais il y a aussi un autre dieu du même nom, qui est différent de Dagon.
                                                Vacance: Fête de Dagon, le 18 avril 2014 Vendredi Saint [Vendredi avant Pâques]
                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                • Déméter: Déesse grecque de l'agriculture et des cultures céréalières Voir Cérès.
                                                  • Dionysos: Dieu grec de l'ivresse

                                                    Nous pensons aujourd'hui à Dionysos comme le dieu du vin, mais il était aussi le dieu de l'ivresse, y compris la bière, et plus important encore ses aspects sociaux et bénéfiques. En tant que tel, Dionysos est aussi un promoteur de civilisation, un législateur et un amoureux de la paix. Mais il y a aussi une histoire selon laquelle avant que Dionysos ne soit le dieu du vin, il avait été le dieu de la bière sous le nom de "Sabzios". Alors que le vin prenait de l'importance dans la société grecque, il changea simplement de nom et d'affiliation.
                                                    Vacance: Anthesteria, 12 janvier Lenaia (Fête du théâtre), 1er février Fête de Bacchus, 15 mars Dionysie, 21 mars Oschophoria (Fête d'automne de Dionysos), 1er octobre Début de Brumalia (fête romaine de Bacchus), 24 novembre
                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                    • Dis: Fantôme, esprit ou divinité féminin nordique associé au destin

                                                      Dísablót est une fête en l'honneur de l'ancienne déesse Dís, ou collectivement le Dísir. Wikipédia les désigne comme un « fantôme, un esprit ou une divinité associé au destin qui peut être à la fois bienveillant et hostile envers les mortels. Dísir peut agir en tant qu'esprit protecteur des clans nordiques. Leur fonction originelle était peut-être celle de déesses de la fertilité qui faisaient l'objet d'un culte à la fois privé et officiel appelé dísablót, et leur vénération peut dériver du culte des esprits des morts.Les dísir, comme les valkyries, les norns et les vættir, sont presque toujours désignés collectivement. Le Disablot est un rituel hivernal consistant à boire et à raconter des histoires.
                                                      Vacance: Dísablót, 20 mars (équinoxe de printemps)
                                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                      • Dumuzi: Dieu sumérien du brassage

                                                        En plus de Ninkasi, le panthéon des dieux sumériens comprenait Dumuzi, qui était également un dieu brassicole. Dumuzi peut également avoir été lié à Tammuz, un dieu de la nourriture et de la végétation vénéré par les Hébreux, les Arabes et les Akkadiens, ainsi que les derniers États mésopotamiens d'Akkad, d'Assyrie et de Babylonie. Il était aussi parfois appelé Dumuzi-Amaushumgalana. Il a eu une cour célèbre avec Inanna, la déesse sumérienne de l'amour sexuel, de la fertilité et de la guerre.
                                                        Vacance: Célébration du Mariage d'Inanna et Dumuzi, 30 mars (Jour 10 d'Akitu)
                                                        Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                        • Ebisu: Dieu japonais de la fortune

                                                          Ebisu est le dieu japonais de la bonne fortune, de l'océan et des pêcheurs. Il est également l'un des sept dieux de la fortune, et le seul des sept à provenir du Japon. Son nom est également translittéré en Yebisu, d'où le nom de la bière de Sapporo.
                                                          Vacance: Festival Ebisu, 20 octobre
                                                          Liens: Godchecker / Who’s Who dans le bouddhisme / Wikipédia

                                                        L'Ode aux huit buveurs immortels de Tu Fu montrait un festin joyeux et intéressant et décrivait de manière vivante les « huit buveurs immortels » avec différents personnages. Il y a un ancien dicton qui dit : « Quand deux savants parlent, ils échangent sûrement des opinions merveilleuses ». Quel événement spectaculaire était-ce lorsque « huit buveurs immortels » se sont réunis ? Nous ne pouvons imaginer une telle scène qu'à travers le poème de Tu Fu. "Huit buveurs immortels" comprenaient le poète He Zhizhang, le prince Ruyang Li Jin, le Premier ministre de gauche Li Shizhi, la beauté Cui Zongzhi, le végétarien Su Jin, le poète immortel Li Po, le calligraphe Zhang Xu et le maître du débat Jiao Sui .

                                                        Les « huit buveurs immortels » étaient tous des célébrités à l'époque. Ils peuvent être des fonctionnaires de la même Cour, se lier d'amitié en raison de la poésie ou de la littérature, ou simplement se trouver sympathiques. Une telle fête peut avoir lieu le jour ou la nuit. Ils peuvent boire ensemble à cœur joie sous la pluie d'automne ininterrompue ou le tonnerre du printemps. Tu Fu a enregistré une telle scène par poème, qui a été transmis à des âges ultérieurs.

                                                        Ils ont placé de la nourriture devant lui, ils ont placé de la bière devant lui. Enkidu ne savait rien de manger du pain pour se nourrir, et de boire de la bière il n'avait pas été enseigné.

                                                        La prostituée s'adressa à Enkidu en lui disant : « Mange la nourriture, Enkidu, c'est comme ça qu'on vit. Buvez de la bière, comme c'est la coutume du pays.”

                                                        Enkidu a mangé la nourriture jusqu'à ce qu'il soit rassasié, il a bu la bière - sept cruches ! — et est devenu expansif et a chanté avec joie ! Il était ravi et son visage rayonnait. Il a aspergé son corps hirsute d'eau, s'est frotté avec de l'huile et s'est transformé en humain. Il a mis des vêtements et est devenu comme un guerrier !

                                                          • Gabjauja: Déesse lituanienne du grain

                                                            Gabjauja (Parfois Gabija, Gabieta ou Gabeta) était la déesse lituanienne du grain, du feu et du foyer. Selon une source, « elle était une déesse des tas et du grain. Les femmes faisaient de la bière et du pain pour la fête de Gabjauja, à laquelle seuls les parents pouvaient assister. Le chef de famille versait une boule de bière sur le sol et disait une prière. Selon l'Encyclopedia Mythica, "avec l'avènement du christianisme, elle était, comme tant d'autres divinités païennes, réduite à un démon".
                                                            Vacance: Kirvis Harvest Festival, Lituanie, 23 août International Festival of Fire Sculptures, Lituanie, 22 septembre
                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                          Peu importe qui était le vrai Gambrinus, on pense qu'il est l'inventeur de la bière de malt houblonnée. Burkart Waldis, un poète allemand, a expliqué dans un poème de 1543 que Gambrinus avait appris l'art du brassage d'Isis, la déesse égyptienne de la maternité et de la fertilité.

                                                          Selon la légende, Gambrinus a commencé sa vie dans la pauvreté en tant qu'apprenti d'un verrier du royaume de Flandre. Mais il tombe amoureux de la fille de son maître, Flandrine, qui le rejette. Il s'enfuit donc pour devenir poète et musicien, trouvant la renommée à la fois. Mais alors qu'il se produisait un jour, il aperçut Flandrine et se mit à trembler, jouant si mal que son public le chassa. Il a couru dans la forêt, déterminé à mettre fin à ses jours. Mais le diable est apparu à Gambrinus et lui a proposé un marché. Le diable lui propose de lui faire oublier Flandrine en échange de son âme pour trente ans.

                                                          Gambrinus accepta le marché et sa passion pour Flandrine fut remplacée par le jeu, dans lequel il excellait. Il s'enrichit et ses pensées se tournèrent de nouveau vers Flandrine. Pensant qu'elle pourrait maintenant rendre son amour à cause de sa richesse, elle le refusa à nouveau parce que peu importe combien d'argent il avait, il n'était toujours pas de noble naissance. Gambrinus retourna dans la forêt, plus déterminé que jamais à se suicider, quand le diable réapparut. Il a réprimandé Satan pour ne pas avoir tenu sa part du marché. Soudain, devant lui, un champ apparut bordé de grands poteaux avec des plantes vertes flottantes qui s'y accrochaient qui dégageaient un arôme fort et agréable. Le diable a dit à Gambrinus qu'ils étaient du houblon et qu'au-delà du champ se trouvaient une houblonnière et une brasserie. — Allez, dit le diable. « Je t'apprendrai à faire de la bière et tu oublieras tout Flandrine.

                                                          Après avoir appris à brasser, Gambrinus a demandé au diable comment il pouvait se venger du public qui le chassait alors qu'il jouait mal. Le diable a suggéré un instrument auquel personne ne pouvait résister et lui a appris à jouer des carillons. De retour en ville, il planta du houblon et fabriqua plus de bière. Une fois qu'il fut prêt, il retourna sur la place de la ville et commença à jouer ce carillon et proposa sa nouvelle bière aux gens d'essayer. Ils l'ont trouvé trop amer au début et aussi trop fort. Mais après que Gambrinus ait joué du carillon pendant plusieurs heures et qu'ils aient dansé assoiffés, ils ont de nouveau essayé sa bière. Cette fois, ils ont décidé que c'était le meilleur dink qu'ils aient jamais goûté, et son succès s'est étendu au loin. Partout où il allait, Gambrinus plantait du houblon, brassait de la bière et divertissait les gens sur ses carillons. Le roi de Flandre lui proposa de le faire duc pour le remercier, mais Gambrinus préféra le surnom que lui avaient déjà donné ses clients : le roi de la bière.

                                                            • Gnomes et Trolls: Spiritueux de bière belge

                                                              Alors que les trolls sont issus de la mythologie nordique et que les gnomes sont originaires de la Renaissance, pour une raison quelconque, ils ont vraiment été adoptés par les brasseurs belges. Un brasseur m'a expliqué qu'ils faisaient partie du sens du jeu des Flamands. Quelle qu'en soit la raison, j'adore les voir sur leurs étiquettes de bières, des bières d'Achouffe, les dessins de Bas van Ostaden sur toutes les bières Urthel, et la Cuvée de Trolls de Dubuisson. Ce groupe devrait également inclure les brownies, les cluricanes, les fées, les kobolds, les lutins et les lutins. Je suis sûr qu'il y en a plus, mais c'est un bon début. Il est toujours bon d'avoir un troll ou un gnome chanceux autour de votre bière.
                                                              Vacance: Poisson d'avril, 1er avril Fête des joyeux gnomes, 11 juin Thirsty Troll Brew Fest, Wisconsin, 14 septembre 2013 (2e samedi)
                                                              Liens: Cœur de Feu / Wikipédia Gnome / Wikipédia Troll
                                                              • Goibhniu: Brasseur celtique de la « Bière de l'immortalité »

                                                                Goibhniu était le grand forgeron de la mythologie celtique qui a fourni des armes aux dieux. Il était aussi le brasseur de la « Bière de l'immortalité », qui accordait à quiconque en buvait la vie éternelle.
                                                                Vacance: Fledh Ghoibhnenn (Fête de Goibhniu), 7 juillet.
                                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                • L'homme vert: Dieu celtique ou Esprit de la Nature

                                                                  Dans la mythologie celtique, l'Homme vert, qui est aussi parfois appelé l'Homme à cornes, représentait le côté masculin et actif de la nature, le Père de la Terre. Les animaux sacrés pour lui comprenaient l'ours, le taureau, la chèvre et le cerf. Il était le dieu des choses qui poussent, de la forêt, des animaux sauvages, du désir, de la fertilité, de la bière et de la bière.
                                                                  Vacance: Clun Green Man Festival, Angleterre, 4-6 mai (en 2013) Pilton Green Man Festival, Angleterre, 20 juillet (en 2013)Green Man Festival, Pays de Galles, 15-18 août (en 2013)
                                                                  Liens: Encyclopédie Mythica / Wikipédia
                                                                  • Gunnlöð: la géante nordique

                                                                    Gunnlöð, ou plus simplement Gunnlod, était une déesse nordique et un géant, comme son père Suttungr, qui lui a demandé de garder le mythique « hydromel de poésie », qu'il a caché dans une grotte. Odin, qui voulait l'hydromel pour ses propriétés magiques - hé, qui ne le voudrait pas ? — s'est faufilé et a séduit Gunnlöð. Soit il (les histoires varient) a négocié trois nuits de sexe pour trois gorgées d'hydromel, puis l'a trompée, lui a tout volé, ou Gunnlö a aidé Odin de son plein gré, comme le raconte le poème nordique Hávamál. Si vous voulez toute l'histoire, consultez Gunnlod’s Tale.
                                                                    Vacance: Festival de Gunnlöð, 24 août.
                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                    • Habonde: Déesse galloise de l'abondance

                                                                      Habonde était la déesse galloise de l'abondance et de la prospérité, et existait apparemment aussi dans de nombreuses autres cultures, et s'appelait également Habondia, Abondia, Abunciada, Nicneven Diana, Pomona et Fortuna. Elle peut également avoir été associée à la déesse romaine Abundantia. En plus de l'abondance et de la prospérité, elle était aussi une déesse de la récolte, de la joie, de la santé, de la fertilité et de la magie. Son symbole est la corne d'abondance, une corne d'abondance généralement remplie de fruits. Ses rituels comprenaient des feux de joie sacrés au cours desquels les participants dansaient autour d'eux pour sa bénédiction. La bière était son breuvage sacré et utilisé dans ses fêtes de récolte. Selon Journeying to the Goddess, « Le premier lundi de juillet, les habitants du Pays de Galles se préparent pour un déjeuner de bière brassée il y a huit mois. Ceci est pris avec joie en ville et partagé pour apporter joie, prospérité et longévité à tout le monde, grâce à la déesse et à la guilde des brasseurs locaux. Si vous êtes brasseur amateur, c'est une excellente journée pour préparer de la bière ou du vin rituel, qui doivent tous deux bouillir sur le foyer, symbole de Habonde. Pendant que vous travaillez, remuez dans le sens des aiguilles d'une montre pour attirer l'énergie positive à votre façon. Pour boire un toast, et versez-vous un verre de bière, et élevez-le vers le ciel en disant : « Habonde, apporte l'abondance. Habonde, la santé et la chance apportent. Quand à travers mes lèvres ce liquide passe, laisse mon âme chanter!’ Buvez dans l'expectative.”
                                                                      Vacance: Fête de Habondia, le 1er lundi de juillet
                                                                      Liens: En route vers la Déesse / Wikipédia
                                                                      • Halki: Hittitie Dieu du grain

                                                                        Halki était un dieu du grain, en particulier de l'orge, qui était vénéré par les premiers brasseurs Hittitie. Les Hittites vivaient en Anatolie, dans ce qui est aujourd'hui le nord-ouest de la Syrie.
                                                                        Vacance: Fête d'Agios Ioannis, le 29 août
                                                                        Liens: Encyclopédie Mythica / Wikipédia
                                                                        • Hanseath: Dieu nain de l'alcool

                                                                          Dans le jeu Dungeons & Dragons, Hanseath est un dieu mineur de la guerre, de la beuverie et de l'alcool. Également connu sous le nom de « Le barbu », il représente le côté festif de la culture naine. Selon le livre de règles, « les brasseurs le tiennent en haute estime. »
                                                                          Vacance: Fête de la Hanseath, le 27 juillet.
                                                                          Liens: D&D Rulebook / Wikipédia
                                                                          • Hapi: Déesse égyptienne de l'orge

                                                                            Hapi, ou Hapantalli, était une déesse du Nil, du poisson, de l'orge, des céréales, des herbes, de l'eau, de la rosée et de la fertilité. “Il est généralement représenté comme un homme avec un gros ventre portant un pagne, des cheveux longs et des seins pendants et féminins.”
                                                                            Vacance: Wafaa El-Nil (Inondation du Nil), 25 août
                                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                            • Hathor: Dieu égyptien de l'ivresse

                                                                              Hathor était la déesse égyptienne de l'ivresse. On pense que le nom Hathor dérive de la « Maison d'Horus », l'une des divinités égyptiennes les plus anciennes et les plus importantes. Voici à quoi elle ressemblait : généralement, Hathor est représentée comme une femme avec des cornes de vache avec le soleil entre elles (Eye of Ra, Golden One), ou comme une belle femme avec des oreilles de vache, ou un vache portant le disque solaire entre ses cornes, ou encore en lionne ou en femme à tête de lion (destruction et ivresse). Elle est souvent vue portant un sistre, un ancien instrument de musique (d'où une déesse de la musique). Le sycomore était sacré pour elle (Lady of the Southern Sycomore). On dit qu'elle est la mère du pharaon et qu'elle est souvent représentée dans un rôle nourricier, allaitant le pharaon lorsqu'il était enfant (d'où une déesse de la maternité). La déesse avait également un côté plus sombre, en tant qu'œil de Ra, elle a pris le personnage de la déesse Sekhmet. Dans un mythe à la demande de son père, elle se transforme en Sekhmet afin de pouvoir punir les humains pour avoir transgressé son encontre. Quand elle anéantit presque toute l'humanité, Ra essaie de l'arrêter et réussit finalement en la saoulant. Elle oublie instantanément sa tâche et redevient Hathor.” Voir The Eye of Ra pour l'histoire complète
                                                                              Vacance: 23 janvier (Jour d'Hathor), 1er avril (un autre jour d'Hathor), 29 août (Nativité d'Hathor) 17 septembre (Fête d'Het-Hert) 4 octobre (Fête d'Hathor) Fête de la Lune d'Hathor, 26 octobre 23 (Fête de la Grande Chaleur (Fête d'Hathor))
                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                              • Héphaïstos: Dieu forgeron grec et brasseur d'ampères

                                                                                Héphaïstos est le dieu grec des forgerons, artisans, artisans, entre autres. L'équivalent romain d'Héphaïstos est Vulcain. Dans la mythologie grecque, Héphaïstos était le fils de Zeus et d'Héra, le roi et la reine des dieux. Semblable au celtique Goibhniu, en tant que forgeron, certains récits indiquent également qu'il était également brasseur.
                                                                                Vacance: Fête d'Héphaïstos, 23 avril Vulcanalia (alias Fête de Vulcain et des Nymphes), 23 août
                                                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                • Hoppiata: Déesse du Houblon

                                                                                  Malheureusement, pour autant que je sache, il n'y a pas de dieu, de déesse ou d'esprit dédié au houblon. Je soupçonne que cela est dû au fait que l'importance du houblon pour l'homme primitif était assez limitée et que son utilisation courante dans la bière ne s'est produite que bien après que la civilisation eut cessé de créer des dieux pour expliquer le monde qui les entourait. Mais on a toujours l'impression que nous devrions avoir un dieu du houblon ou une déesse du houblon, n'est-ce pas ? Le plus proche que j'ai pu trouver était Hoppiata, une création de la brasserie tchèque Budejovicky Budvar en 2010, pour une campagne publicitaire qu'ils ont réalisée pour le marché britannique.
                                                                                  Vacance: Yakima Tribe Root Festival (Native American), 30 avril Moxee Hop Festival, Washington, 2-3 août (1er ven./sam.) Poperinge Beer & Hop Festival, Belgique, 19-21 septembre, en 2014 (tous les 3 ans, ven.-dim., 3e week-end) Yakima Fresh Hop Ale Festival, 5 octobre 2013 (1er samedi)
                                                                                  Liens: Avis sur les vraies bières / Wikipédia
                                                                                  • Huitaca: Chibcha (Colombienne) Déesse de l'alcool, de la danse et des réjouissances

                                                                                    Pour le peuple Chibcha de la Colombie actuelle, Huitaca est la déesse de la boisson, de la danse et des réjouissances, et parfois appelée la « déesse ivre du mauvais comportement ». Le dieu en chef Bochia a déclaré que ses manières de faire la fête la rendaient inapte à être une déesse et aujourd'hui, elle est considérée comme une mauvaise influence. Certaines histoires disent même que Bochia l'a transformée en hibou en guise de punition pour avoir passé un bon moment et s'être amusée.
                                                                                    Vacance: Carnaval de Barranquilla alias Carnaval de Barranquilla, 1er mars (en 2014 samedi avant le mercredi des Cendres)
                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                    • Ibeorgan: Père panaméen de la bière

                                                                                      Un héros de la culture au Panama. On dit qu'il a enseigné à son peuple, les Kuna, comment construire, façonner de l'or, fabriquer de la bière à partir de maïs et bien d'autres choses utiles.
                                                                                      Vacance: Colon Day (Panama), 5 novembre
                                                                                      Liens: Dictionnaire de la mythologie
                                                                                      • Icovellauna: Déesse ouranienne du brassage de la bière

                                                                                        Dans les cercles occultes et magiques, Ouranian Barbare est une langue et un monde à part, et Icovellauna est leur déesse de la bière. Elle pensait aussi souvent à une déesse de la guérison et à une divinité de l'eau de source, et est appelée le « verseur divin des eaux » ou la « source divine des eaux ». L'un de ses temples était trouvé au Sablon, à Metz, qui est en France. C'était une structure octogonale construite au-dessus d'une source d'eau. Un escalier en pierre mène autour des murs extérieurs et descend au cours d'eau (qui est maintenant asséché).”
                                                                                        Vacance: Festival de l'Eau d'Icovellauna, 2 mars.
                                                                                        Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                        • Inanna: Déesse sumérienne et patronne des gardiens de taverne

                                                                                          Inanna était la déesse sumérienne de l'amour sexuel, de la fertilité et de la guerre, et était également la patronne des taverniers.
                                                                                          Vacance: Anniversaire d'Inanna, 2 janvier Célébration du mariage d'Inanna et Dumuzi, 30 mars (Jour 10 d'Akitu) Fête d'Inanna, 20 août
                                                                                          Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                          • Jéhovah: Hébreu Protecteur de l'orge

                                                                                            Le Dieu hébreu originel était également connu comme le « Protecteur de l'orge ». La Pâque est la plus ancienne fête juive, née il y a plus de trois mille ans. À l'origine, il s'agissait de deux festivals organisés simultanément au printemps. L'un était un rite impliquant des pains sans levain et l'autre le sacrifice d'un agneau. « Pâque » se référait aux deux collectivement et, à un moment donné, ils ont fusionné en une seule célébration. Le premier des deux, « La fête des pains sans levain » est censé avoir ses racines en tant que festival agricole célébrant la récolte annuelle d'orge de printemps.
                                                                                            Vacance: Fête de la récolte de l'orge, le 27 mars Pessah (commence au coucher du soleil le 15e jour de Nisan dans le calendrier hébreu ou en 2014, le 14 avril)
                                                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                                                              John Orge: Personnification anglaise de l'orge

                                                                                              Bien avant l'album emblématique, John Barleycorn Must Die, du groupe Traffic, la chanson folk anglaise de John Barleycorn était un conte populaire.Principalement une histoire allégorique de mort, de résurrection et de boisson, le personnage principal, l'éponyme John Barleycorn, est la personnification de l'orge qui est attaqué et fait subir des indignités et finalement la mort. Celles-ci correspondent approximativement aux étapes de la culture de l'orge, comme la récolte et le maltage. Certains érudits voient l'histoire comme païenne, représentant l'idéologie des cycles de la nature, des esprits et de la récolte païenne, et peut-être même du sacrifice humain. Après la mort de John Barleycorn, il ressuscite sous forme de bière, de pain et de whisky. Certains l'ont aussi comparé à la transsubstantiation chrétienne, puisque son corps est mangé comme du pain et bu comme de la bière.

                                                                                            Il existe de très nombreuses versions différentes de l'histoire, qui ont commencé à apparaître au moins dès 1568. Bien qu'elles diffèrent légèrement, la substance de la chanson est restée en grande partie la même. Le poète écossais Robert Burns a publié sa propre version de l'histoire en 1782.

                                                                                            Ici, par exemple, est la partie de la chanson qui se déroule après qu'il ait été planté en terre jusqu'au début de la récolte.

                                                                                            Ils ont labouré, ils ont semé, ils l'ont hersé,
                                                                                            Jeté des mottes sur sa tête.
                                                                                            Et ces trois hommes firent un vœu solennel :
                                                                                            John Barleycorn était mort.

                                                                                            Ils l'ont laissé mentir pendant très longtemps,
                                                                                            Jusqu'à ce que les pluies du ciel tombent.
                                                                                            Et le petit Sir John leva la tête,
                                                                                            Et les a tous émerveillés.

                                                                                            Ils l'ont laissé se tenir debout jusqu'au milieu de l'été,
                                                                                            Jusqu'à ce qu'il paraisse à la fois pâle et blême.
                                                                                            Et le petit Sir John a poussé une longue, longue barbe,
                                                                                            Et ainsi devenir un homme.

                                                                                            Ils ont embauché des hommes avec des faux si tranchants,
                                                                                            Pour le couper au genou.
                                                                                            Ils l'ont roulé et attaché par la taille,
                                                                                            Le servir de la manière la plus barbouilleuse.

                                                                                              • Jurupari: dieu sud-américain Guarani/Tupi

                                                                                                Jurupari est un dieu des Indiens Tupi. Fils de Creucy. On disait qu'il était né lorsque le soleil imprégnait Creucy de la sève d'un arbre ou à la suite d'une naissance virginale causée par la bière ou une morsure de poisson. Jusque-là, les femmes avaient gouverné le monde mais Jurupari a donné tout pouvoir aux hommes et toute femme qui a vu son image est morte de poison. Il parcourt toujours la terre à la recherche d'une épouse pour son père, le soleil. Le culte de Jurupari a lieu au cours de six célébrations tout au long de l'année, connues sous le nom de Dabucuri (Rites d'initiation des jeunes gens), au cours desquelles tous les jeunes les hommes sont peints en rouge et noir, et boivent des boissons alcoolisées brassées avec des fruits locaux. Ils chantent et chantent, et le prêtre de la tribu les marie aux femmes de la tribu, et les paires sont envoyées dans la forêt jusqu'à ce que le cor de cérémonie paziuba sonne, rappelant les femmes (ce qui ressemble à une version amazonienne de la poste) . Ensuite, une fête s'ensuit qu'une source décrit comme une Saturnale, mais qui ressemble plus à une orgie sauvage.
                                                                                                Vacance: Dabucuri assaby, 1er janvier Dabucuri ucuqui, 2 février Dabucuri mirtis, 3 mars Dabucuri pataub, 4 mai Dabucuri umari, 5 juillet Dabucuri uiga, 6 novembre
                                                                                                Liens: Godchecker / Dictionnaire de la mythologie / Mythologie non classique / Wikipédia

                                                                                              « Osmotar, le préparateur de bière,
                                                                                              Brasseur de la boisson rafraîchissante,
                                                                                              Prend les grains d'or de l'orge,
                                                                                              Prenant six grains d'orge,
                                                                                              Prenant sept pointes de houblon,
                                                                                              Remplir sept tasses d'eau,
                                                                                              Sur le feu elle met le chaudron,
                                                                                              fait bouillir l'orge, le houblon et l'eau,
                                                                                              Les laisse tremper, bouillonner et bouillonner
                                                                                              Brasser ainsi la bière délicieuse.

                                                                                              Pour lire toute la section brassage de la bière, Rune XX, voir ma page Kalevala.

                                                                                              La déesse du foyer du peuple Ainu du Japon est Kamui-fuchi. Elle préside la maison, est une déesse de la fertilité féminine et est également une déesse de la bière. La fermentation de la levure et le brassage de la bière se font avec des prières et des offrandes. La première infusion de riz ou de millet fermenté est versée sur le foyer en offrande pour lui demander sa protection contre les énergies négatives et les mauvais esprits. L'armoise est également placée comme offrande et mâchée pendant le processus de fermentation du breuvage par les tribus.

                                                                                                • Khuzwane: Un dieu africain de la bière

                                                                                                  Khuzwane était le dieu de la bière et des empreintes boueuses pour les peuples Lovedu et VhaVenda du Transvaal. Bien que l'on sache peu de lui, il était aussi apparemment l'une de leurs divinités suprêmes, et peut également avoir été connu sous le nom de Mwari.
                                                                                                  Vacance: Journée de l'Afrique, le 25 mai
                                                                                                  Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                  • Kirin: Licorne Asiatique Mythique Voir Qilin.
                                                                                                    • Kobold: Un lutin germanique Voir Biersal.
                                                                                                      • Kull Gossaih: Déesse indienne du grain

                                                                                                        Kull Gossaih est une déesse du grain en Inde, comme décrit dans Golden Bough de James Frazer. “Parmi les tribus montagnardes près de Rajamahall, en Inde, lorsque le grain de kosarane est moissonné en novembre ou au début de décembre, un festival est organisé en guise d'action de grâce avant que le nouveau grain ne soit mangé. Un jour fixé par le chef, une chèvre est sacrifiée par deux hommes à un dieu appelé Chitariah Gossaih, après quoi le chef lui-même sacrifie une volaille. Ensuite, les vassaux se rendent dans leurs champs, offrent des actions de grâces, font une oblation à Kull Gossaih, puis retournent dans leurs maisons pour manger du nouveau kosarane. Dès que les habitants se sont réunis à la maison du chef, un porc, une mesure de kosarane et un pot de spiritueux sont présentés au chef, qui en retour bénit ses vassaux et les exhorte à l'industrie et à la bonne conduite. 8216après quoi, faisant une libation au nom de tous leurs dieux et de leurs morts, il boit, et jette aussi un peu de kosarane, en répétant les mêmes exclamations pieuses. debout pendant plusieurs jours. Les mêmes tribus ont une autre fête à la récolte du maïs indien en août ou en septembre. Chaque homme se rend dans ses champs avec un porc, une chèvre ou une volaille, qu'il sacrifie à Kull Gossaih.”
                                                                                                        Vacance: Kull Gossaih Corn Festival, août/septembre Chitariah Gossaih Thanksgiving mi-novembre/début décembre
                                                                                                        Liens: Le Rameau d'Or / Wikipédia

                                                                                                      Les Celtes ont également « exporté » leur bière vers la Thrace lors de l'expansion orientale des IVe/3e s. BCE, et le fait que le nectar liquide était « adoré » parmi les Celtes des Balkans est attesté au nom du dieu local (épithète d'Apollon) - Κυρμιληνός - dans une inscription d'Ezerovo, Bulgarie, l'épithète celtique du dieu grec étant encore un autre exemple de la synthèse des cultures en Thrace au cours de cette période. Outre Κυρμιληνός, l'élément apparaît également dans de nombreux noms de personnes celtiques tels que Curmillus, Curmissus, etc., indiquant que ces personnes étaient probablement des brasseurs de profession. Le dernier mot sur ce sujet appartient sans aucun doute à un Celte pannonien appelé Curmi-Sagius, dont le nom signifie littéralement « Le chercheur de bière » / « Celui qui cherchait de la bière » – apparemment un disciple particulièrement dévoué du grand dieu de la bière.

                                                                                                        • Lan-Caihe: Chinois Ivre Huit-Immortel

                                                                                                          Lan-Caihe était l'un des huit immortels de la mythologie chinoise. A l'origine vendeur d'herbes, mendiant et musicien de rue (ou musicien de rue), il a aidé un mendiant déguisé et a été récompensé par l'immortalité. Il est généralement dépeint comme efféminé (et parfois comme travesti) et presque toujours ivre. Il porte également une seule botte et une ceinture en bois et préfère dormir à moitié nu dans la neige. Chacun des huit immortels représentait un aspect du taoïsme et bien que n'étant pas tout à fait des dieux et autorisés à entrer au ciel, ils ont été installés sur une île montagneuse à l'est connue sous le nom de Penglai-Shan. Ils ont vécu de nombreuses aventures ensemble (en quelque sorte l'équipe de lutte contre le crime d'origine ou la Ligue de la justice) et ont fait l'objet de nombreuses légendes et histoires taoïstes.
                                                                                                          Vacance: Anniversaire de Lan-Caihe, 25e jour du sixième mois lunaire (1er août 2013)
                                                                                                          Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                          • Macuiltochtli: Dieu aztèque des boissons alcoolisées alias “Five Rabbit”

                                                                                                            Macuiltochtli est l'un des quatre cents dieux lapins ivres, connu sous le nom de Centzon-Totochtin. Son nom est traduit par "Five Rabbit". La société de bière de Randy Mosher, Five Rabbit Cerverceria, porte le nom de Macuiltochtli.
                                                                                                            Vacance: Centzon-Totochtin Jour du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Jour du lapin, dernier jour de chaque mois
                                                                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                            • Maëva: Reine irlandaise de Connacht See Medb.
                                                                                                              • Mamie: Déesse sumérienne de l'ivresse

                                                                                                                Mami était une déesse de l'ivresse et des sages-femmes. Elle était aussi connue sous le nom de Mama ou Mamitu.
                                                                                                                Vacance: Nouvel An sumérien, le 7 octobre
                                                                                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                • Mamlambo: Déesse zouloue des fabricants de bière

                                                                                                                  Une déesse fluviale zouloue, déesse des brasseurs. Dans de nombreux cas, elle est représentée comme un monstre reptile géant, et parfois comme ayant le torse d'un cheval, le bas du corps d'un poisson, des pattes courtes et le cou d'un serpent, et qu'il brillait d'un vert lumière la nuit.”
                                                                                                                  Vacance: Umhlanga Day (Swaziland), 23 août Umhlanga (Cérémonie de danse du roseau zoulou), 8 jours de festival fin août/début septembre
                                                                                                                  Liens: Inexpliqué / Wikipédia
                                                                                                                  • Mardouk: Dieu babylonien brasseur de bière

                                                                                                                    Marduk était à l'origine un dieu solaire qui est finalement devenu la divinité principale ou principale à l'époque babylonienne ultérieure. Il était également associé au brassage et était un dieu du brassage de la bière qui avait de nombreux symboles et cinquante noms. L'un des nombreux symboles de Marduk est aussi celui que j'ai adapté pour mon propre logo.
                                                                                                                    Vacance: Fête de Marduk (Mésopotamie), 12 mars Fête de Marduk, 15 mars Akitu, alias Zagmuk (Fête du printemps mésopotamien, “coupe de l'orge, célébrant la victoire de Marduk sur Tiamat), 21 mars
                                                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                                                                                  Parlez-en. Si vous partez en voyage, embrassez-le. Elle aime beaucoup le pain, le vin et la bière. Laissez tomber et versez-le. Ne soyez pas avare. Et si vous labourez un sillon autour de votre maison la nuit, vous serez indemne de la peste.

                                                                                                                    • Mayahuel: Déesse de l'alcool, mère des 400 dieux lapins ivres voir Centzon-Totochtin

                                                                                                                      Mayahuel est la déesse du maguey et de la fertilité. Elle est aussi la protectrice des utérus matures qui se transforment en vie, et elle a de nombreux seins pour nourrir ses centaines d'enfants, les Centzon Totochin (les 400 lapins ivres). Patecatl est son mari.
                                                                                                                      Vacance: Centzon-Totochtin Jour du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Jour du lapin, dernier jour de chaque mois
                                                                                                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                      • Mbaba-Mwanna-Waresa: Déesse zouloue de la bière

                                                                                                                        Mbaba-Mwanna-Waresa est la déesse zouloue de la fertilité, de l'arc-en-ciel, de l'agriculture, de la pluie et de la bière et les Zoulous croyaient qu'elle fabriquait la première bière pour son peuple. Elle est également connue pour créer des arcs-en-ciel pour signaler qu'il est temps de commencer à boire.
                                                                                                                        Vacance: Journée de la déesse de la fertilité, 18 mars Find A Rainbow Day, 3 avril
                                                                                                                        Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                        • Medb: Déesse irlandaise de l'ivresse

                                                                                                                          Medb était la reine irlandaise du Connacht, ainsi que la déesse de l'ivresse. Selon Journeying of the Goddess, « Son corps était la Terre. Ses processus corporels étaient la Terre telle qu'elle a été créée. Elle était la force des eaux tumultueuses, des montagnes balayées par le vent et des plaines fertiles. Et, comme beaucoup d'autres divinités, Medb est également associée à la mort ainsi qu'à la fertilité et à l'ivresse. Selon Wikipédia, « en gaélique irlandais, le nom « “Medbh” » ou « “Méadhbh” » signifie « celle qui enivre ». Il est enraciné dans la légende irlandaise de la reine Maeve ou Medb, l'un des principaux protagonistes de la première légende irlandaise Táin Bó Cúailnge. Il est également associé à la reine des fées, la reine Mab de la légende irlandaise et anglaise. Un autre compte prétend que son nom signifie " intoxication " ou " femme ivre ", qui courait plus vite que les chevaux, dormait avec d'innombrables rois qu'elle a ensuite rejetés, et portait des oiseaux et des animaux vivants sur ses épaules et ses bras.”
                                                                                                                          Vacance: Beltane, 30 avril-1er mai
                                                                                                                          Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                          • Michael Jackson: Dieu des écrivains de la bière

                                                                                                                            D'accord, donc celui-ci, bien sûr, est légèrement ironique. Depuis son décès en 2007, notre ami et collègue Michael Jackson continue d'inspirer et d'influencer les auteurs de bière, les buveurs de bière et les brasseurs. J'ai envisagé la possibilité que Michael soit canonisé, mais ceux d'entre nous qui l'ont connu comprennent qu'il n'était pas un saint. Et je le dis dans le meilleur sens possible. Le diviniser avait donc beaucoup plus de sens. Il a écrit la bible pour les amateurs de bière et de whisky.
                                                                                                                            Vacance: Anniversaire de Michael Jackson, le 27 mars
                                                                                                                            Liens: Le chasseur de bière / Wikipédia
                                                                                                                            • Min: Dieu égyptien de la fertilité

                                                                                                                              Min était le dieu égyptien de la fertilité et du sexe, et en tant que tel, ses célébrations avaient également à voir avec la récolte, les Égyptiens semant leurs graines pour l'honorer. "Au début de la saison des récoltes, son image a été sortie du temple et amenée dans les champs lors de la fête du départ de Min, lorsqu'ils ont béni la récolte et joué à des jeux nus en son honneur." la « divinité centrale de la fertilité et peut-être des rites orgiaques », je pense qu'il est prudent de supposer qu'il y avait aussi beaucoup d'alcool. Min a également été identifié par les Grecs avec le dieu Pan.
                                                                                                                              Vacance: Fête de Min Harvest & Fertility Festival, 11 juillet
                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                              • Min Kyawzwa: Dieu birman de l'alcool

                                                                                                                                L'un des 37 Nats, ou esprits, vénérés en Birmanie, Min Kyawzwa est essentiellement le dieu birman de l'alcool. Il était probablement n°19, et c'était un ivrogne, un combattant de coqs et un excellent cavalier. Les Nats birmans ont précédé le bouddhisme, mais y ont été incorporés plus tard.
                                                                                                                                Vacance: Festival de Thingyan (Nouvel An birman), 13-16 avril
                                                                                                                                Liens: Nats du Myanmar / Wikipédia
                                                                                                                                • Minne: Déesse allemande de l'amour et de la fertilité

                                                                                                                                  Minne est une déesse allemande de l'amour et de la fertilité, dont les symboles comprenaient le tilleul, les tasses et la bière. Son nom (qui signifie “souvenir”) a été appliqué à une coupe spéciale pour les amoureux pendant Lindenfest. La coupe était remplie de bière spécialement préparée et élevée entre deux personnes souhaitant approfondir leur amour, souvent autour d'un tilleul. Selon Journeying to the Goddess, « En se faisant une promesse l'un à l'autre, un couple peut boire un verre de bière en bois aujourd'hui, liant ainsi leurs destins. Levez le verre vers le ciel en disant d'abord : « l'amour de Minne sur nos lèvres, la dévotion à chaque gorgée. » Elle a peut-être aussi été associée à la déesse nordique Lofn.
                                                                                                                                  Vacance: Lindenfest, 2ème week-end de juillet
                                                                                                                                  Liens: En route vers la Déesse / Wikipédia
                                                                                                                                  • Néper: Dieu égyptien du grain

                                                                                                                                    Neper était le dieu du grain, principalement de l'orge et du blé, et était considéré comme la personnification du grain. Il était également connu sous le nom de Nepra ou Nepri. Il y avait aussi Nepit, qui était aussi une déesse du grain, et la contrepartie féminine de Neper.
                                                                                                                                    Vacance: Fête de Renenutet, et l'Anniversaire de Neper, 1er avril
                                                                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                    • Nephtys: Déesse égyptienne de la bière

                                                                                                                                      Nephthys était principalement une déesse funéraire, et est généralement vue avec sa sœur plus célèbre Isis. Mais Nephthys était également considérée comme une divinité festive dont les rites pouvaient imposer la consommation libérale de bière. Dans divers reliefs à Edfou, Dendérah et Behbeit, Nephthys est représentée en train de recevoir de somptueuses offrandes de bière du pharaon, qu'elle « reviendrait », utilisant son pouvoir de déesse de la bière que [le pharaon] peut avoir joie sans gueule de bois.'”
                                                                                                                                      Vacance: Nebet-Het (Anniversaire de Nephthys), 18 juillet Nativité de Nephthys, 28 août
                                                                                                                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                      • Nin-Anna: Déesse babylonienne de la bière

                                                                                                                                        Nin-Anna était une déesse babylonienne de la bière. Ses noms signifient « reine du ciel » (du sumérien NIN « dame » et « AN « sky » 8221) » et était un « titre utilisé pour les déesses au cœur de nombreuses religions de l'antiquité. » Inanna& Le nom de #8217 est dérivé de Nin-anna.
                                                                                                                                        Vacance: Back to Babylon Procession & Banquet, 29 mars (10 Nisan, 10th Day of Akitu)
                                                                                                                                        Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                                                                                                      Sa première rencontre avec Enlil ne s'est pas déroulée comme prévu, il l'avait violée car il trouvait sa beauté inimaginable et elle avait conçu de l'eau, qui avait coulé dans toutes les rivières et avait donné une nouvelle vie. Elle avait également un spectacle qui descendait le cours d'eau, il était connu sous le nom de Seun, le futur dieu de la lune et de la lumière.

                                                                                                                                      Elle a également donné naissance au dieu de la mort et de la tristesse ainsi qu'au dieu des fleuves lui-même. Tout cela était après qu'elle et Enlil se soient mariés et qu'ils aient dirigé eux-mêmes les trônes des plus hautes chambres des dieux. Elle est également connue pour les tempêtes hivernales, car de nombreux Sumériens anciens pensaient que c'était sa volonté lorsque les tempêtes les passeraient à côté. Enlil s'est pris d'affection pour sa femme et l'a installée dans une prairie de fleurs aux couleurs vives et l'a laissée errer dans les bois, créant ainsi de nombreux autres arbres.

                                                                                                                                      En Assyrie, elle était connue sous le nom de Mullissu, ou Mulliltu, et plus tard dans la vie (certains disent après la mort) était considérée comme la "Dame de l'Air" ou la déesse de l'air.

                                                                                                                                        • Nunbarsegunu: Déesse sumérienne de l'orge

                                                                                                                                          Nunbarsegunu était une déesse mère, bien que l'on ne sache pas grand-chose à son sujet. Elle est également une « déesse de l'orge dans la mythologie mésopotamienne (sumérienne, babylonienne et akkadienne), et « mentionnée dans les textes de création comme la « vieille femme de Nippur », et identifiée comme la mère de Ninlil.
                                                                                                                                          Vacance: Fête des céréales mésopotamienne/sumérienne, 20 mars Nouvel an sumérien, 7 octobre
                                                                                                                                          Liens: Wikipédia
                                                                                                                                          • Ometotchtli: Roi Aztèque du Centzon-Totochtin alias “Deux Lapin”

                                                                                                                                            Ometotchtli est le roi des quatre cents dieux lapins ivres, connu sous le nom de Centzon-Totochtin.Son nom est traduit par “Two Rabbit.”
                                                                                                                                            Vacance: Centzon-Totochtin Journée du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013), Journée du lapin, dernier jour de chaque mois
                                                                                                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                                                                                                          La légende iroquoise raconte qu'un jour, alors qu'Onatha était en train de recueillir de la rosée, elle fut enlevée par des esprits maléfiques qui l'emportèrent dans le monde souterrain. Eithinoha a supplié le soleil de l'aider à retrouver sa fille disparue, et, pendant des semaines, le soleil a rayonné de chaleur sur la terre, produisant une vague de chaleur pour la sauver. Par conséquent, le dessèchement du sol a permis à Onatha de sortir de la terre comme maïs. Malheureusement, les démons reviennent la chercher chaque année lorsque le soleil lui tourne le dos, et il doit à nouveau la chercher chaque printemps.

                                                                                                                                            • Osiris: Dieu égyptien de l'agriculture

                                                                                                                                              Osiris était le dieu de l'agriculture. Il était également l'un de leurs dieux de la bière, et on dit qu'il a enseigné aux gens comment brasser de la bière.
                                                                                                                                              Vacance: Fête de la Jubilation pour Osiris, 20 janvier Anniversaire d'Osiris, 14 juillet Fête d'Osiris, 2 septembre
                                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                              • Patecatl: Seigneur Aztèque de la Racine de Pulque

                                                                                                                                                Patecatl était le dieu aztèque de la guérison et de la fertilité, et le découvreur du peyotl ainsi que le "seigneur de la racine du pulque". Patecatl est le mari de Mayahuel et le père des quatre cents dieux lapins ivres, connus comme le Centzon-Totochtin.
                                                                                                                                                Vacance: Centzon-Totochtin Jour du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Jour du lapin, dernier jour de chaque mois Jour de Patecatl, 12e jour du Tonalpohuall, Jour Malinalli (herbe) Patecatl a également régné sur la Trecena couvrant les jours du 1 Singe à 13 Maison.
                                                                                                                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                • Patobkia: Tupari Esprit des Enfers

                                                                                                                                                  Un esprit Tupari des enfers. Ce chaman salue toutes les âmes arrivant au pays des morts, leur rend la vue et les rafraîchit avec un verre de bière. Il les présente ensuite aux géants, Mpokalero et Vaugh’eh, avec l'un ou l'autre dont ils sont tenus d'avoir des rapports sexuels.
                                                                                                                                                  Vacance: Dia de Finados (Jour des Morts Brésil), 2 novembre
                                                                                                                                                  Liens: Dictionnaire Mythologie / Mythologie Tupari
                                                                                                                                                  • Pekko: Dieu estonien et finlandais des champs et des cultures

                                                                                                                                                    Pekko est le dieu des champs et des cultures, en particulier ceux qui sont utilisés pour faire de la bière. Il s'écrit parfois Peko, Pekka ou Pellon Pekko.
                                                                                                                                                    Vacance: Vappu (May Day), 30 avril Haku Päällä Rakkausfestivaali, Kutemajarvi Sex Festival & Matchmaking Festival, 7-8 juin 2013 (commence vendredi dernier) Eukonkanto, Finnish Wife Carrying Contest, 4-5 juillet 2014 (commence le 1er vendredi ), note : le gagnant reçoit le poids de sa femme en bière.
                                                                                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                    • Pereplut: Déesse slave de l'alcool

                                                                                                                                                      Pereplut était la déesse slave de l'alcool, des fortunes changeantes et aussi de la pluie. Elle a été honorée en buvant dans une corne, généralement une corne de bélier.
                                                                                                                                                      Vacance: Rusalii, le 8 juin 2014 (Petitesse 7ème dimanche après Pâques, pendant la Pentecôte)
                                                                                                                                                      Liens: Encyclopédie Mythica / Wikipédia
                                                                                                                                                      • Perkūnas: Dieu européen du tonnerre

                                                                                                                                                        Perkūnas est le dieu du tonnerre dans toute l'Europe de l'Est, où le nom est similaire d'une culture à l'autre : Perkūnas (lituanien), Perkons (letton), Perkūnas (letton), Pērkons/Perkonis (prussien), Perunu (vieux russe), Pyerun ( russe), Piorun (polonais), Perun (tchèque), Perkūns (finnois) et Perkele, Parkuns et Yotvingian. Il était le dieu balte commun du tonnerre, l'une des divinités les plus importantes du panthéon baltique. Perkūnas est avant tout un dieu de la fertilité, bien qu'en période de sécheresse, des animaux lui soient sacrifiés dans l'espoir de changer le temps. « Quand les animaux sont tués, alors, selon leur coutume, les gens se réunissent de tout le voisinage pour y manger et y boire ensemble. Ils rendent hommage à Perkons en lui versant d'abord de la bière, qui est ensuite apportée autour du feu, et enfin la verse dans ce feu, en demandant à Perkons de leur donner de la pluie.
                                                                                                                                                        Vacance: Jorė, 23 avril Jour de Perkūnas, 22 septembre (équinoxe d'automne)
                                                                                                                                                        Liens: Encyclopédie Mythica / Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                        • Perséphone: Déesse grecque de la végétation

                                                                                                                                                          Perséphone était la fille de Zeus et de la déesse des récoltes Déméter, et reine des enfers. Son surnom était Kore, bien qu'elle préférait apparemment Perséphone. Dans la mythologie romaine, elle était connue sous le nom de Proserpine et sa mère était Cérès. “Perséphone a été enlevé par Hadès, le dieu-roi des enfers. Le mythe de son enlèvement représente sa fonction de personnification de la végétation qui pousse au printemps et se retire dans la terre après la récolte, elle est donc également associée au printemps et aux graines des fruits des champs. #8217s également considéré comme une déesse de la végétation et la déesse de la croissance printanière, et est souvent représenté portant une gerbe de grain.
                                                                                                                                                          Vacance: Festival de Kore, 5 janvier Festival de Kore et Demeter (Persephone Greek Vegetation Goddess and Barley Mother Goddess), 21 mars Thesmophoria (honorant les déesses Demeter et sa fille Persephone), 25-27 octobre (initialement 11-13 Pyanepsion) Persephone&# Jour 8217s, 25 novembre
                                                                                                                                                          Liens: Godchecker / Arts mythiques / Mythologie grecque de Theoi / Wikipédia
                                                                                                                                                          • Qilin ou Kirin: Mythique licorne asiatique

                                                                                                                                                            Un Qilin est essentiellement une licorne chinoise, une créature chimérique mythique à sabots connue dans diverses cultures d'Asie de l'Est, et on dit qu'elle apparaît avec l'arrivée ou le décès imminent d'un sage sage ou d'un illustre souverain. Il est souvent représenté avec ce qui ressemble à du feu sur tout son corps. Au Japon, il est connu sous le nom de Kirin, qui est aussi le nom de la girafe. L'art japonais a tendance à représenter le Qilin comme plus semblable à un cerf que dans l'art chinois. Alternativement, il est représenté comme un dragon en forme de cerf, mais avec une queue de bœuf au lieu d'une queue de lion. La brasserie Kirin porte le nom de l'animal et utilise une photo de l'un sur ses étiquettes. Ils sont également souvent décrits comme ayant une apparence partiellement semblable à celle d'une licorne, mais avec une corne incurvée vers l'arrière.”
                                                                                                                                                            Vacance: Bon Odori (Festival des Lanternes Japon), 12 juillet 2014 (2e samedi) Fête de la Culture (alias Bunka no hi Japan), 3 novembre
                                                                                                                                                            Liens: Créatures Mythiques / Projet Obakemono / Wikipédia
                                                                                                                                                            • Radegast: Dieu slave de l'hospitalité

                                                                                                                                                              En tant que dieu de l'hospitalité dans la mythologie slave, Radegast aurait également créé la bière. Son nom peut également être orthographié Radigost, Redigast, Riedegost, Radogost ou Radhost.
                                                                                                                                                              Vacance: Inconnu
                                                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                              • Rāgarāja: Dieu chinois des taverniers Voir Aizen Myō’ō.
                                                                                                                                                                • Ragutiène: Déesse slave/baltique de la bière

                                                                                                                                                                  Ragutiene est partenaire de Raugupatis. Ragutiene est la déesse de la bière tandis que Raugupatis est le dieu de la fermentation. Dans la mythologie lituanienne, il y avait même un troisième dieu, Ragutis, le dieu de la bière. L'épouse de Ragutiene était Ragutis, dieu de la bière. Qui sait lequel ressemblait à la troisième roue. Les trois d'entre eux étaient vénérés par les païens lituaniens, lettons et même prussiens pour les dons de conservation des aliments et d'intoxication, et célébrés par des fêtes annuelles à l'équinoxe d'automne.
                                                                                                                                                                  Vacance: Festival de Ragutiene et Ragutis, Equinoxe d'Automne (22 septembre 2013)
                                                                                                                                                                  Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                  • Ragutis: Dieu slave/baltique de la bière

                                                                                                                                                                    Alors que Ragutiene et Ragutiene sont les dieux de la bière les plus importants de la mythologie lituanienne, il y avait même un troisième dieu, complétant la trinité brassicole. Ragutis était également un dieu du brassage et était marié à Ragutiene, la déesse de la bière. Les trois d'entre eux étaient vénérés par les païens lituaniens, lettons et même prussiens pour les dons de conservation des aliments et d'intoxication, et célébrés par des fêtes annuelles à l'équinoxe d'automne.
                                                                                                                                                                    Vacance: Festival de Ragutiene et Ragutis, Equinoxe d'Automne (22 septembre 2013)
                                                                                                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                    • Raugupatis: Dieu slave/baltique de la fermentation

                                                                                                                                                                      Contrairement à Ragutiene et Ragutis, qui sont considérés comme des dieux, Raugupatis est un esprit de la nature ou un demi-dieu qui a insufflé la vie au grain, le transformant en pain au levain et en bière. Mais ils considéraient Raugupatis comme le dieu de la fermentation, dans un sens - bien qu'ils ne l'aient pas dit - il était en fait un dieu de la levure. Il est également connu sous le nom de Raugo-Zemepatis. Il est souvent représenté pétrissant du pain ou portant une corne à boire. Son épouse était Ragutiene la déesse de la bière, de l'hydromel et d'autres boissons alcoolisées. Les trois d'entre eux étaient vénérés par les païens lituaniens, lettons et même prussiens pour les dons de conservation des aliments et d'intoxication, et célébrés par des fêtes annuelles à l'équinoxe d'automne.
                                                                                                                                                                      Vacance: Festival de Ragutiene et Ragutis, Equinoxe d'Automne (22 septembre 2013)
                                                                                                                                                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                      • Rekereke: Dieu polynésien du plaisir

                                                                                                                                                                        Sur l'île de Mangareva en Polynésie française, Rekereke est vénéré comme le dieu polynésien du plaisir. Autant que je sache, il n'y a pas d'images de Rekereke, celles-ci étant représentatives de la mythologie polynésienne.
                                                                                                                                                                        Vacance: Fête de Rekereke, le 12 décembre
                                                                                                                                                                        Liens: Dictionnaire de la mythologie polynésienne / Wikipédia
                                                                                                                                                                        • Sabzios: Dieu grec de la bière Voir Dionysos.
                                                                                                                                                                          • Sekhmet: Déesse guerrière égyptienne célébrée lors d'un festival d'ivresse

                                                                                                                                                                            Sekhmet était une déesse guerrière égyptienne au visage de lionne. Elle était une féroce protectrice des pharaons et son souffle aurait créé le désert. Dans son histoire la plus célèbre, après une bataille en particulier, les Égyptiens ne lui ont pas fait de sacrifice comme on le faisait habituellement pour arrêter la soif de sang de sa guerrière, et elle a presque détruit toute l'humanité. Mais le dieu égyptien du soleil, Ra, l'a trompée en rougissant l'eau du Nil pour qu'elle la boive à la place. Le Nil rouge, cependant, n'était pas du sang, mais de la bière à la grenade, ce qui rendit Sekhmet si ivre qu'elle abandonna ses manières de tuer et devint une déesse plus douce. Le festival de l'ivresse, organisé au début de chaque année commémorait ce mythe (lorsque le Nil devenait rouge sang à cause du limon venant de l'amont lors de la crue annuelle connue sous le nom d'inondation). Les Égyptiens dansaient, jouaient de la musique et, surtout, buvaient de grandes quantités de bière rouge pour ritualiser l'ivresse extrême qui a sauvé l'humanité.
                                                                                                                                                                            Vacance: Fin du monde de Sekhmet, 12 mars Fête de l'ivresse (Jour de la répulsion de Sekhmet de Sekhmet), 12 août Jour de Sekhmet et de la flamme purificatrice, 20 novembre Journée des offrandes à Sekhmet, 24 novembre Journées de Sekhmet, 28 novembre- 29 Jour de chance de Sekhmet, 31 décembre
                                                                                                                                                                            Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                            • Semargl: Dieu slave de l'orge

                                                                                                                                                                              Semargl était une divinité ou une créature mythique dans la mythologie slave orientale, et on croyait qu'il s'agissait d'un griffon avec un corps de chien, bien que certains historiens pensent qu'il s'agissait peut-être d'une bête à sept têtes. À l'origine, deux dieux distincts, Sem et Argl étaient chacun des dieux de l'orge qui sont finalement devenus un seul dieu. Peut-être que l'un était un chien et l'autre un griffon ? Semargl était également considéré comme un dieu de la famille.
                                                                                                                                                                              Vacance: Badnja Vece (cérémonie où les branches de chêne sont bénies avec de l'orge), 24 décembre
                                                                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia

                                                                                                                                                                            [Les habitants de Lewis (Leòdhas) et Harris dans les Hébrides extérieures ont honoré] Seonaidh par une coupe de bière de la manière suivante. Ils arrivèrent à l'église de Saint-Mulway (Mael rubha), chacun portant ses propres provisions. Chaque famille a donné un pock (sac) de malt, et le tout a été brassé en bière. L'un d'eux a été choisi pour patauger dans la mer jusqu'à la taille, portant à la main la coupe pleine de bière. Quand il atteignit une profondeur convenable, il se leva et cria à haute voix :
                                                                                                                                                                            “Seonaidh, je te donne cette coupe de bière, en espérant que tu auras la bonté de nous envoyer beaucoup de matériel marin [flotsam et jetsam] pour enrichir notre sol au cours de l'année à venir.”

                                                                                                                                                                            Il jeta ensuite la bière à la mer. Cette cérémonie s'est déroulée pendant la nuit. À son arrivée à terre, ils se rendirent tous à l'église, où il y avait une bougie allumée sur l'autel. Là, ils s'arrêtèrent un moment, quand, sur un signal donné, la bougie fut éteinte, et aussitôt, ils s'ajournèrent aux champs où la nuit se passa joyeusement autour de la bière. Le lendemain matin, ils retournèrent dans leurs maisons respectives, pensant avoir assuré une récolte abondante pour la prochaine saison.

                                                                                                                                                                              • Shadipinyi: Dieu namibien de la bière

                                                                                                                                                                                Shadipinyi a été crédité d'avoir inventé la bière par les peuples Kavango de Namibie. Il est également connu sous le nom de "Dieu maléfique de l'ivresse".
                                                                                                                                                                                Vacance: Kuste Karneval (Carnaval de la Côte ou KüsKa), 25-31 août, en 2013 (Dernière semaine d'août)
                                                                                                                                                                                Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                • Shōjō: (猩々 ou 猩猩 gros buveur ou orang-outan) Japanese Sea Spirit

                                                                                                                                                                                  Un Shōjō est une sorte d'esprit marin japonais avec le visage et les cheveux rouges et un penchant pour l'alcool. Il existe un masque Nô pour ce personnage, ainsi qu'un type de maquillage de scène Kabuki, qui portent le nom. Les caractères chinois sont également un mot japonais (et chinois) pour l'orang-outan, et peuvent également être utilisés en japonais pour désigner quelqu'un qui aime particulièrement l'alcool. Dans certaines mythologies, le Shōjō ne peut être vu que lorsque la personne est ivre. Un Shōjō est également présenté dans un épisode de la télévision Supernatural qui se déroule dans une brasserie. Ils apparaissent également dans le film d'animation In Hayao Miyazaki Princesse Mononoke comme des créatures parlantes ressemblant à des singes luttant pour protéger la forêt de la destruction humaine en plantant des arbres.
                                                                                                                                                                                  Vacance: Tsushima Tennoo Matsuri (津島天王祭り) Festival Shōjō, 4ème dimanche de juillet (commence le samedi soir avant) Festival Shojo à Narumi Hachimangu, Nagoya, Japon, 2ème dimanche d'octobre
                                                                                                                                                                                  Liens: Omamori : Amulettes japonaises / Wikipédia
                                                                                                                                                                                  • Shoney: version anglicisée de Seonaidh, dieu écossais de la bière Seonaidh.
                                                                                                                                                                                    • Siduri: Déesse sumérienne du brassage

                                                                                                                                                                                      Une déesse mineure polyvalente de la gaieté, du bonheur, de la sagesse et du brassage. Dans l'épopée de Gilgamesh, Siduri s'appelait « l'hôtesse », ou « femme-ale ».
                                                                                                                                                                                      Vacance: Nouvel An sumérien, le 7 octobre
                                                                                                                                                                                      Liens: Dictionnaire de mythologie / Wikipédia
                                                                                                                                                                                      • Silène: Dieu grec des amis de la bière et des compagnons de boisson

                                                                                                                                                                                        Silène était le dieu grec des amis de la bière et des compagnons de boisson, qui enseigna à Dionysos (le dieu du sexe, du vin et de l'ivresse) tout ce qu'il savait. « Lorsqu'il était en état d'ébriété, Silène possédait des connaissances spéciales et le pouvoir de la prophétie. » Selon Froth-N-Hops. “Dans la mythologie grecque antique, Silène est le dieu de la bière et un compagnon de boisson. Il est généralement associé à son copain Dionysos. Il est souvent présenté comme un homme chauve et gros, avec un gros ventre de bière. Il est normalement ivre et il est dit qu'il devait être porté soit par des ânes, soit par des satyres (dans la mythologie grecque, les satyres sont des créatures vivant dans les bois avec la tête et le corps d'un homme et les oreilles, les cornes et les pattes d'une chèvre) . Il était aussi le dieu de l'ivresse qui montait dans le train de Dionysos assis sur le dos d'un âne. Il était représenté comme un vieil homme jovial, velu et chauve avec un ventre bombé et un nez retroussé, et les oreilles et la queue d'un âne. Le vieux satyre était le père nourricier du dieu Dionysos.”
                                                                                                                                                                                        Vacance: Anthesteria, 12 janvier Lenaia (Fête du théâtre), 1er février Fête de Bacchus, 15 mars Dionysie, 21 mars Oschophoria (Fête d'automne de Dionysos), 1er octobre Fête des Satyres, 1er samedi de chaque mois
                                                                                                                                                                                        Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                        • Siris: Déesse mésopotamienne de la bière

                                                                                                                                                                                          Siris était une déesse mésopotamienne et la patronne de la bière, voire de l'esprit de la bière. Parfois, il était orthographié Sirash. Elle a été conçue comme un démon, mais n'est pas nécessairement mauvaise, et elle est également la mère de Zu. Siris et Zu sont de grands oiseaux qui peuvent cracher du feu et de l'eau, du moins dans leur première incarnation. La déesse Siris était une ancienne divinité qui a précédé le panthéon suméro-akkadien et était représentée comme un oiseau qui crachait du feu et de l'eau. De plus, la déesse Siris était la mère d'Anzu ou Imdugud. Imdugud est le nom sumérien, qui se traduit par Pazuzu en assyrien. Certaines sources disent que « dans l'ancienne Mésopotamie, le métier de brasseur avait la protection et la sanction de trois déesses féminines, Ninkasi, Siris et Siduri, » tandis que d'autres prétendent que Siris a été remplacé par Ninkasi, et d'autres encore disent que Siris et Ninkasi étaient la même personne.
                                                                                                                                                                                          Vacance: Akitu (Fête du printemps mésopotamien, “coupe de l'orge”), 21 mars
                                                                                                                                                                                          Liens: Asile des Démonistes / Wikipédia
                                                                                                                                                                                          • Sucelle: Dieu gaulois de l'alcool

                                                                                                                                                                                            Sucellus est originaire de la Gaule et est le dieu de l'agriculture, des forêts et de l'alcool. Il est représenté portant un tonneau de bière sur un poteau. En plus de la Gaule, il fait également partie de la mythologie lusitanienne.
                                                                                                                                                                                            Vacance: Lucaria (Commémore le jour de la défaite de l'armée romaine par les Gaulois en 390 av. J.-C.), 19 et 21 juillet
                                                                                                                                                                                            Liens: Deities Daily / Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                            • Taliesin: Dieu celtique de l'orge

                                                                                                                                                                                              Un dieu gallois mineur, qui a été adoré jusqu'au 16ème siècle. Il était un dieu de la fertilité et de l'orge.
                                                                                                                                                                                              Vacance: Jour de Taliesin, 29 avril Domhnach Chrom Dubh, 28 juin
                                                                                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                              • Tenenit: Déesse égyptienne de la bière

                                                                                                                                                                                                Bien que l'on sache peu de choses sur Tenenit, elle était la déesse égyptienne de la bière et apparaît dans le Livre des morts et dans les textes de la période ptolémaïque, de 305 à 30 avant notre ère. Il s'écrit parfois Tenenet, Tjenenet, Zenenet ou Tanenet.Tenenit était également une déesse de l'accouchement et, en tant que telle, est généralement associée à Isis, la déesse de la maternité et de la fertilité.
                                                                                                                                                                                                Vacance: Fête d'Isis, 7 janvier Fête d'Opet (Mariage d'Isis et d'Osiris, avec une fête organisée ensuite par Tenenit), 19 juillet.
                                                                                                                                                                                                Liens: Egypte ancienne en ligne / Wikipédia
                                                                                                                                                                                                • Tequechmecauiani: Dieu aztèque de l'alcool

                                                                                                                                                                                                  Tequechmecauiani était un dieu aztèque de l'alcool. Selon le Popol Vuh, "Tequechmecauiani était un dieu de la boisson auquel il fallait sacrifier, si l'on voulait éviter le suicide par pendaison pendant l'ivresse". On pense également qu'il est l'un des quatre cents dieux lapins ivres. , connu sous le nom de Centzon-Totochtin.
                                                                                                                                                                                                  Vacance: Centzon-Totochtin Jour du lapin ivre, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Jour du lapin, dernier jour de chaque mois
                                                                                                                                                                                                  Liens: Godchecker / Dictionnaire mythologique
                                                                                                                                                                                                  • Tezcatzontecatl: Dieu de la bière aztèque

                                                                                                                                                                                                    Tezcatzontecatl était le dieu aztèque de la bière. Plus précisément, il était le dieu de la Pulque, une boisson alcoolisée traditionnelle semblable à la bière, fabriquée en faisant fermenter le jus de la plante du siècle. Mais plus largement, il était aussi un dieu de l'ivresse ou de l'ivresse et aussi de la fertilité. Il est également considéré comme l'un des quatre cents dieux lapins ivres, connu sous le nom de Centzon-Totochtin.
                                                                                                                                                                                                    Vacance: Festival de BBQ & Pulque (Festival de la Barbacoa y el Pulque, Puebla, Mexique), 23 juillet Centzon-Totochtin Drunken Rabbit Day, dernier samedi de septembre (28 en 2013) Festival de Tezcatzontecatl, 29 septembre Rabbit Day, Last Day de chaque mois
                                                                                                                                                                                                    Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                                    • Thor: Dieu nordique du tonnerre

                                                                                                                                                                                                      Dans la mythologie nordique, Thor est le dieu du tonnerre et le deuxième plus important après son père, le dieu Odin. Le nom Thor signifie tonnerre, et il est le maître des orages et des éclairs. Marteau de Thor - Mjölnir - qu'il utilisait également pour le labour et l'amélioration des cultures. Thor est également connu pour son amour de la bière. Selon une légende, le tonnerre a grondé lorsque Thor nettoyait une énorme chaudière après que les dieux aient brassé de la bière, et le ciel était couvert et plein de nuages. Les gens croyaient que la puissante aspiration de la bière entrant et sortant de la brasserie des dieux entraîne des fluctuations du niveau de la mer, ce qui provoque les marées.
                                                                                                                                                                                                      Vacance: Mjölnir (Célébration de la vieille Allemagne du marteau de Thor), 20 mai Journée de Thor, 29 juillet et 6 décembre
                                                                                                                                                                                                      Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                                      • Vulcain: Forgeron romain God & Brewer See Héphaïstos.
                                                                                                                                                                                                        • Les jeunes filles des vagues: Aegir’s Nine Daughters & Assistant Brewers

                                                                                                                                                                                                          Les Wave Maidens sont les neuf filles d'Aegir, le dieu nordique de la mer, qui était également le brasseur des dieux d'Asgard. Ses filles ont aussi chacune leurs propres aspects. Ils étaient Himinglæva (Ce à travers lequel on peut voir les cieux, une référence à la transparence de l'eau), Dúfa (Le Pitching One), Blódughadda (Bloody-Hair, une référence à l'écume de la mer rouge), Hefring (Riser), Udr ( Frothing Wave), Hrönn (Welling Wave), Bylgja (Billow), Dröfn (Foam-Fleck) et Kólga (Cool Wave). Selon Journeying of the Goddess “Elles étaient décrites comme de belles jeunes filles vêtues de robes blanches et de voiles et aidaient toujours leur père à brasser la bière pour les dieux.”
                                                                                                                                                                                                          Vacance: Festival de la mer Celtique, 3 mars
                                                                                                                                                                                                          Liens: Godchecker / Wikipédia
                                                                                                                                                                                                          • Dieux de l'Eau: Dieu et déesses de l'océan, des rivières et de l'eau

                                                                                                                                                                                                            Le monde antique est rempli de dieux et de déesses associés à l'eau. Le plus évident est probablement Poséidon, le dieu grec de la mer, et son homologue romain, Neptune, mais il en existe de nombreux autres. En plus de la mer, il y avait des divinités pour les lacs, les rivières, les sources, la pluie, l'eau douce et simplement le dieu ou la déesse de l'eau. Les Grecs seuls, avaient des dizaines de dieux de l'eau. Compte tenu de l'importance de l'eau pour la vie, il n'est probablement pas surprenant que ce soit le cas. Et aussi important que l'eau soit pour le brassage de la bière, peu de divinités précisent qu'elles règnent spécifiquement sur le brassage de l'eau, donc je ne voulais pas simplement énumérer toutes les divinités de l'eau ici, en particulier celles associées à l'eau salée ou aux océans. Donc, à part Aegir, Arnemetia, Enki, Hapi et Icovellauna, dont les légendes mentionnent une certaine association avec la bière, je n'en ai pas énuméré d'autres, même si l'on pourrait faire valoir que les dieux de l'eau sont tous de la bonne bière aussi, puisque l'eau est un élément si important pour le brassage. Il y a quelques liens ci-dessous avec des listes de divinités de l'eau et un bon sur la panoplie de la mythologie de l'eau.
                                                                                                                                                                                                            Liens: Mythologie du bouvreuil / Temple de Sedna / Mythologie de l'eau / White Rose Gardens / Wikipedia

                                                                                                                                                                                                          Déesse du peuple Dogon résidant en Afrique de l'Ouest, Yasigi est née de l'œuf Kinder du dieu créateur suprême Amma et cachée de son frère jumeau diabolique. C'est une bonne chose, car elle a réussi à grandir pour s'affilier à des trucs amusants, comme de la bière, de la danse et des masques. Les masques étaient importants pour cette culture car ils représentaient les dieux et les ancêtres qui étaient utilisés dans les danses cérémonielles alimentées par la bière. Yasigi elle-même présiderait au rituel le plus important, la cérémonie Sigi qui se tenait tous les 60 ans et durerait 7 ans en se déplaçant d'un village à un autre. Affectueusement appelée la sœur des masques, elle a montré à l'humanité comment brasser de la bière pour le premier rituel de Sigi, et a même cultivé la plante d'hibiscus rouge pour que les danseurs de masques confectionnent leurs jupes.

                                                                                                                                                                                                          Les anciens termes norvégiens pour cette substance suggèrent la façon dont elle a été pensée - sa signification : gjar - travail, gjester - moussant, berme - ébullition, kveik — une couvée qui renouvelle une race, non plus - allumer un feu, bryggjemann - homme brasseur, et pour - la graine. Tous les termes sont évocateurs : il y a une ébullition, un feu qui s'allume, une nouvelle race en train de naître. La banalité des termes associés à la combustion, à l'ébullition et à l'allumage d'un feu, par exemple, est intéressante. La levure fonctionne grâce à une oxydation rapide du sucre, une sorte de combustion. Et quand ils sont les plus actifs, le breuvage, le moût, bouillonne en fait énergiquement. Et cette association fait clairement partie des termes plus anciens pour la levure. Un terme signifiant « bouillir » est utilisé dans le monde entier. Et lorsqu'on ajoute de la levure conservée à de nouveaux lots de bière, c'est une couvée qui renouvelle une race restée en sommeil (et il est intéressant de noter que kveik vient de la même racine que kvaser - l'être nordique à partir du sang duquel la bière originale, l'hydromel de l'inspiration, a été fabriquée).

                                                                                                                                                                                                          Les Charoti d'Amérique du Sud considèrent le moment de l'activité de la levure comme "la naissance du bon esprit" dans le moût. Mais les Charoti disent qu'il y a beaucoup de mauvais esprits qui essaieront d'empêcher cette naissance. Alors ils chantent et jouent des instruments de musique tout en exhortant la fermentation à commencer. Une fois que le bon esprit pénètre dans le moût, disent-ils, il est suffisamment puissant pour empêcher les mauvais esprits de pénétrer dans la bière. Tout au long de la cérémonie d'encouragement du bon esprit à entrer et à commencer la fermentation, les chanteurs Charoti gardent leur attention focalisée sur l'essence du bon esprit, appelant son intelligence à s'éveiller, l'exhortant à entendre leur appel, l'exhortant à venir à eux et à s'installer dans la maison qu'ils lui ont préparée. À entendre cela sans préjugés et à le comparer aux perspectives des brasseurs occidentaux, ce n'est pas si différent. Nous souhaitons qu'une seule levure, la bonne, vienne fermenter notre bière. Et nous prenons des mesures pour empêcher les mauvais d'y arriver en premier. Nous savons aussi qu'une fois le bon levain dans le moût, il est très difficile pour un mauvais d'y entrer. Nous mettons l'accent sur la stérilité et l'utilisation de levures du commerce. Mais les cultures qui dépendent des levures sauvages utilisent la prière pour influencer son apparence. Bien que superstitieux à notre façon de penser occidentale, ce qui est vraiment surprenant, ce n'est pas seulement la prévalence de cette croyance parmi les peuples du monde, mais l'efficacité du brassage basé sur elle.

                                                                                                                                                                                                            • Yi-Di: Déesse chinoise de l'alcool

                                                                                                                                                                                                              Yi-Di, parfois Yi-Ti, était la déesse chinoise de l'alcool. Elle était à l'origine humaine, cependant, et a créé le breuvage parfait, à base de riz, au 23ème siècle avant notre ère. Après l'avoir présenté à l'empereur Yu - qui aimait le breuvage fort - il a été interdit parce que l'empereur craignait que les futurs dirigeants, et la société en général, ne soient pas en mesure de retenir leur alcool comme il le pouvait et que le monde puisse s'effondrer. Yi-Di a continué à fabriquer sa divine bière de riz et a ensuite atteint le statut de déesse.
                                                                                                                                                                                                            • D'autres récits prétendent qu'elle était soit l'épouse soit l'épouse de l'empereur Yu, et d'autres encore disent que cela n'a pas été interdit, mais au lieu de cela, le «roi l'a tellement aimé qu'il a décrété que les générations futures devraient pouvoir en profiter pour des temps immémoriaux. 8221 Un récit prétend même que Yi-Di était la fille de l'empereur. Il est difficile de trouver une histoire définitive de Yi-Di, et ce qui a traversé l'histoire a tendance à varier un peu.
                                                                                                                                                                                                              Vacance: Fête de Duanwu 端午節 / 端午节 (ou Fête des bateaux-dragons), 5e jour du 5e mois lunaire, le 12 juin 2013 Fête de la mi-automne 中秋節 / 中秋节 (ou fête de la lune), 15e jour du 8e mois lunaire , 19 septembre 2013
                                                                                                                                                                                                              Liens: Godchecker / Wikipédia / Alcool chinois, Spiritueux chinois / Une brève histoire du Baijiu

                                                                                                                                                                                                            Bismuth : Le métal arc-en-ciel

                                                                                                                                                                                                            Les incroyables formes en forme d'escalier qui caractérisent le bismuth sont le résultat de la croissance de l'extérieur plus rapide que l'intérieur. Une autre caractéristique inhabituelle de ce métal cristallin fragile est qu'il est plus dense sous forme liquide qu'à l'état solide. Lorsqu'il gèle, le bismuth, tout comme l'eau, se dilate. Il est utilisé dans les détecteurs d'incendie et les extincteurs, ainsi que dans les cosmétiques et les peintures.

                                                                                                                                                                                                            Matières premières critiques : Toxiques, rares et irremplaçables


                                                                                                                                                                                                            Remarques

                                                                                                                                                                                                            [1]Paul Bailey, Early Long Island: ses Indiens, ses baleiniers et ses rimes folkloriques (Westhampton Beach, NY : Long Island Forum, 1962), 113.

                                                                                                                                                                                                            [2] Alors que l'expression « noble expérience » est synonyme d'interdiction et attribuée à Herbert Hoover, les mots sont paraphrasés d'une lettre du 23 février 1928 du secrétaire au Commerce Hoover au sénateur William Borah : « Notre pays a délibérément entrepris une grande entreprise sociale et expérience économique, noble dans le motif et de grande envergure dans le but. Elizabeth Knowles, éd., Dictionnaire Oxford des citations modernes, 3e éd. (1991 New York, NY : Oxford University Press, 2007), 157.

                                                                                                                                                                                                            [3] En 1830, les Américains buvaient 7,1 gallons d'alcool pur par personne et par an en 1830, contre 2,34 gallons d'alcool pur par personne en 2013 selon Emma Green, « Colonial Americans Drank Roughly Three Times as Much as Americans Do Now », L'Atlantique, 29 juin 2015, https://www.theatlantic.com/health/archive/2015/06/benjamin-rush-booze-morality-democracy/396818/ . La célèbre publication de Rush sera rebaptisée dans les éditions suivantes Une enquête sur les effets des esprits ardents sur le corps et l'esprit humains.

                                                                                                                                                                                                            [4]Histoire du comté de Litchfield, Connecticut (Philadelphie, Pennsylvanie : J. W. Lewis & Co., 1881), 142. George Faber Clark, Histoire de la réforme de la tempérance dans le Massachusetts, 1813-1883 (Boston, MA : Clarke & Carruth, 1888), 5-8. En 1813, la Massachusetts Society for the Suppression of Intemperance se forma à Boston.

                                                                                                                                                                                                            [5]Nathaniel S. Prime, Une histoire de Long Island, de sa première colonisation par les Européens à l'année 1845 (New York, NY : Robert Carter, 1845), 418-419.

                                                                                                                                                                                                            [6]Records de la First Temperance Society organisée dans le village de Sag Harbor, Long Island (N.Y.) le soir du 18 août 1829 après JC [non numéroté], collection de la First Presbyterian Church and Congregation (The Old Whalers’ Church) de Sag Harbor, New York.

                                                                                                                                                                                                            [7]Histoire du mouvement de tempérance à Sag Harbor d'après une lettre de Luther Dutton Cook au secrétaire correspondant de l'American Temperance Union, datée du 1er décembre 1841. Imprimé en Journal de l'Union américaine de tempérance 6, non. 2 (février 1842): 21. Population de Sag Harbor de John W. Barber et Henry Howe, Collections historiques de l'État de New York (New York, NY : S. Tuttle, 1842), 543.

                                                                                                                                                                                                            [8]Alfred Frankenstein, Mont William Sidney (New York, NY : Harry N. Abrams, 1975), 25 (« représenté l'ivrogne. »), 30 (Perte et Gain description et souvenir d'enfance).

                                                                                                                                                                                                            [9]Procès-verbal de la National Woman's Christian Temperance Union lors de la dix-huitième réunion annuelle de Boston, Massachusetts, du 13 au 18 novembre 1891 (Chicago, IL : Woman’s Temperance Publishing Association, 1891), 4 (liste des États et territoires avec les vice-présidents WCTU), 64 (150 000 membres). En tant que plus grande organisation bénévole de femmes du pays, voir Kathleen Waters Sander, Le business de la charité : le mouvement d'échange des femmes, 1832-1900 (Chicago et Urbana, IL : Illinois University Press, 1998), 65.

                                                                                                                                                                                                            [10]Sag-Harbor Express, 17 juin 1875, 2. Formation d'une branche WCTU à Riverhead de Le voyageur de Long Island [Cutchogue, NY], 21 février 1878, 2. La WCTU du comté de Suffolk a été formée en juin 1888 à la Congregational Church de Sayville, mais a tenu sa première convention annuelle en 1889. , organisera une County Union le mercredi 20 juin prochain. Les nouvelles du comté de Suffolk [Sayville, NY], 16 juin 1888, 3. La neuvième convention annuelle annoncée dans « County Convention, W.C.T.U. », Signal du côté sud [Babylone, NY], 13 novembre 1897, 2. Formation de la Suffolk County Temperance Society en novembre 1839 mentionnée dans « Quarterly Temperance Meeting », Le correcteur [Sag Harbor, NY], 18 mars 1840, 3.

                                                                                                                                                                                                            [11]Pour les interdictions d'alcool dans la Selective Service Act de 1917, voir la section 12 : https://www.loc.gov/law/help/statutes-at-large/65th-congress Pour un aperçu de la législation anti-alcool passé en 1917 et 1918 voir Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 99 John G. Buchanan, « War Legislation Against Alcoholic Liquor and Prostitution », Journal de l'Institut américain de droit pénal et de criminologie 9, non. 4 (février 1919) : 520-529 pour l'interdiction de facto des spiritueux distillés dans le Lever Control Act, voir Section 15 : http://www.legisworks.org/congress/65/publaw-41.pdf pour la proclamation de Wilson , voir « teneur en alcool de la bière à teneur réduite », La Gazette du soir [Port Jervis, NY], 13 décembre 1917, 6.

                                                                                                                                                                                                            [12]« Regarder les Allemands », Le signal du côté sud [Babylone, NY], 21 décembre 1917, 4 « Un soldat de Camp Upton a trop bu… », Les nouvelles du comté de Suffolk, 14 septembre 1917, 2 « Soldats allemands et bière », L'écho de Port Jefferson, 8 décembre 1917, 6.

                                                                                                                                                                                                            [13]Pour la couverture des efforts de 1914-1917 pour faire passer un amendement sur l'interdiction, voir Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 70-74, 91-94 « Le Sénat adopte le projet de loi « Dry Nation » », Quotidien républicain de Plattsburgh, 2 août 1917, 1 « House Passes ‘Dry’ Amendment », Quotidien républicain de Plattsburgh, 18 décembre 1917, 1 pour le Mississippi et le Nebraska ratifiant l'amendement, voir Okrent, 104 (Mississippi), 106 (Nebraska). Pour une liste des 23 États interdisant l'alcool d'ici 1918, voir « The Prohibition Record in 1916 », Le monde hôtelier : le journal des hôtels et des voyageurs 84, non. 3 (20 janvier 1917), 14.

                                                                                                                                                                                                            [14]Le Long Islander [Huntington, NY], 17 janvier 1919, 1.

                                                                                                                                                                                                            [16]Pour le commerce des vins sacramentels, voir Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 182-185. Pour l'histoire de Hyman Adler, voir La revue du comté [Riverhead, NY], 29 juin 1923, 3. Et selon The Suffolk County News, 29 juin 1923, 2, un rabbin a également témoigné que « le vin et le whisky devaient être utilisés à des fins sacramentelles ». Détails biographiques de Hyman Adler tirés du recensement des États-Unis, 1920, base de données avec images, FamilySearch (https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:MVSK-6R7 : consulté le 17 juillet 2017), Hyman Artler [sic], Deer Park, Suffolk, New York, États-Unis citant ED 79, feuille A, ligne 1, famille 1, publication sur microfilm NARA T625 (Washington DC: National Archives and Records Administration, 1992), rouleau 1268 Microfilm FHL 1 821 268 .

                                                                                                                                                                                                            [17]Histoire de A. Overholt & Co. de David Wondrich, « How Pennsylvania Rye Whiskey Lost Its Way », The Daily Beast, 12 septembre 2016, http://www.thedailybeast.com/how-pennsylvania-rye -whisky-perdu-son-chemin Pour Walter Pierz remplissant de nombreuses ordonnances d'alcools médicinaux, plus de trente sont apparus sur eBay au printemps 2017, et tous datant de 1930, ce qui suggère que c'était une partie régulière de l'ouverture de son entreprise de la pharmacie Pierz vers 1927 de sa nécrologie, "Walter R. Pierz," Les nouvelles du comté de Suffolk, 30 juillet 1964, 6. L'adresse de la pharmacie de Joseph Kaye a été fournie par sa fille, Renee Kaye Sklar, lorsqu'elle a fait don des bouteilles Old Overholt au Long Island Museum en 2008 (Acc. # 2008.004.001-3).

                                                                                                                                                                                                            [18] Rubey Cowan et Billy Joyce, Oh! Médecin (New York, NY : Stark & Cowan, Inc. : 1920).

                                                                                                                                                                                                            [19]Nombre de brasseries de Brooklyn d'A.G. Sulzberger, « Quand Brooklyn a brassé le monde », Chambre Ville (Blog), New York Times, 10 juillet 2009, https://cityroom.blogs.nytimes.com/2009/07/10/when-brooklyn-brewed-the-world/ .

                                                                                                                                                                                                            [20] Histoire de John F. Trommer, Inc. de Suzanne Spellen, "Past and Present: Trommer's Evergreen Brewery and Restaurant," Pierre brune, 10 janvier 2014, http://www.brownstoner.com/history/past-and-present-trommers-evergreen-brewery-and-restaurant/.

                                                                                                                                                                                                            [21] « Permet le brassage à domicile à plus de 50 % », New York Times, 25 juillet 1920. « Les fabricants de vin doivent s'inscrire », Le Journal et Républicain [Lowville, NY], 4 novembre 1920, 4. L'industrie du raisin aux États-Unis était centrée en Californie, avec une production importante de raisin également en Ohio, en Pennsylvanie et à New York. En 1919, 9 300 wagons couverts de raisins ont été expédiés de Californie à New York. En 1928, le nombre de wagons couverts passe à plus de 27 000 selon Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010, 179.

                                                                                                                                                                                                            [22]Mary R. Nizza interviewée par Jonathan Olly, Kings Park, NY, 30 août 2016. Dominick Visconti s'est inscrit au repêchage (en signant de son nom « Domenico Viscanti ») le 12 septembre 1918 alors qu'il vivait à Hamden, Connecticut, et son premier enfant avec sa femme Maria est né à New York le 25 avril 1919, mettant leur déménagement à New York entre ces deux événements. “États-Unis World War I Draft Registration Cards, 1917-1918,” base de données avec images, FamilySearch (https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:KZFX-VBG : 12 décembre 2014), Dominick Visconti, 1917-1918 citant New Haven County no 4, Connecticut, États-Unis, publication sur microfilm NARA M1509 (Washington DC : National Archives and Records Administration, sd) Microfilm FHL 1 561 985. Les registres des recensements de 1930 et 1940 répertorient la famille Visconti vivant au 86 Luquer Street, tandis que l'adresse sur la bouteille Elk Bottling Works est 113 West 9th Street. Mary Nizza a fait don de la bouteille au Long Island Museum en 2016 (Acc. # 2016.007.0016).

                                                                                                                                                                                                            [23]Publicité pour l'ouverture de la malterie Harold Schackman à Le Patchogue Advance, 23 septembre 1927, 8. Harold a publié une annonce annonçant l'ouverture de la Riverhead Malt Supply Company dans The Patchogue Advance, le 15 juin 1928, 5. Raid de la boutique de Harold dans "Federal Men Raid Malt Shop Here and Bellport Drug Store, " Le Patchogue Advance, 20 janvier 1933, 1.

                                                                                                                                                                                                            [24] Pour un alambic dans un poulailler West Patchogue, voir « Raid Uncovers Still », Les nouvelles du comté de Suffolk, 28 mars 1930, 1. Pour un alambic trouvé dans un bâtiment d'usine de Farmingdale, voir « Raid Yields Half Million Raw Alcohol », La revue du comté, 21 février 1929, 1. Pour une brasserie en sous-sol dans une maison d'Islip, voir « Blue's Men Seize Huge Rum Cache », The County Review, 28 janvier 1932, 13. Pour un alambic exploité sur le terrain du Mastic Beach Hotel , voir « Raid Discloses Two Big Stills at Mastic and Much Liquor », Le Patchogue Advance, 14 septembre 1929, 1.

                                                                                                                                                                                                            [25]Pour le raid de Cove Inn, voir « A Booze Round Up », Le Long Islander, 28 décembre 1923, 11. L'avis de décès de Frederick Ziemer est « Frederick Zimmer », Brooklyn Daily Eagle, 17 juillet 1938, 2A. Occupation de Ziemer à partir du recensement des États-Unis, 1920, base de données avec images, FamilySearch (https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:MJGJ-MW6 consulté le 30 juillet 2017) et des États-Unis Recensement, 1930,” base de données avec images, FamilySearch(https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:X78L-Z5F : consulté le 30 juillet 2017).

                                                                                                                                                                                                            [26]F. Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique (1925 New York, NY : Scribner, 2004), 40. Roger Wunderlich, «Gatsby le magnifique comme l'histoire de Long Island », Journal historique de Long Island 7, n° 1 (automne 1994) : 119-124. Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 215. Pour des exemples de recettes de cocktails de l'ère de la Prohibition, voir Charles S. Warnock, Giggle Water : comment préparer des boissons mélangées maison, Cordials, Wines, Etc. (New York, NY : Charles S. Warnock, 1928. Copie numérique disponible en ligne sur https://cld.bz/4FVfSP/4.

                                                                                                                                                                                                            [27] Pour une histoire de la montée du KKK à Syosset-Woodbury, voir Tom Montalbano, « Temperance, Traditionalism, and the Ku Klux Klan in Syosset-Woodbury », Société historique d'Oyster Bay, http://www.oysterbayhistorical.org/uploads/4/9/5/1/4951065/kkk_in_syosset.pdf Voir aussi Jane S. Gombieski, « Kleagles, Klokards, Kludds, and Kluxers : The Klan in Suffolk County, 1915 -1928, première partie », Journal historique de Long Island 6, n° 1 (automne 1993) : 41-62. Frank Cavioli, « Les gens, les lieux et le KKK à Long Island », Forum de Long Island XLIX (août 1986) : 159-167. Nancy Robin Jaicks, « Race, ethnicité et classe sur Shelter Island, 1652 à 2013 » Journal d'histoire de Long Island 25, n° 2 (2016) : http://lihj.cc.stonybrook.edu/2016/articles/race-ethnicity-and-class-on-shelter-island-1652-2013/.

                                                                                                                                                                                                            [28] Pour les hommes du Klan donnant des pourboires et participant au raid, voir « Officier Downs Shot, Killed by Rum Runner », Les nouvelles du comté de Suffolk, 23 mai 1924, 1. Pour l'incendie d'une croix devant un restaurant de Freeport qui vendait de l'alcool, voir « Beware of the Klan », Le Long Islander, 21 mars 1924, 12. « Klansmen Parade and Hold Rally in Patchogue », Le Patchogue Advance, 17 juin 1927, 1. Pour les membres du Klan qui dirigent les funérailles de l'agent Ferdinand J. Downs, voir « 5,000 Attend Downs’ Funeral », L'étoile d'East Hampton, 23 mai 1924, 1. Pour le soutien de l'église au Klan, voir « Le ministre local défend le Klan », L'écho de Port Jefferson, 18 août 1923, 1. Pour le rallye Willis Field, voir « Biggest Meeting of Klan Last Saturday », La revue du comté, 28 septembre 1923, 1. Pour une conférence publique du Klan à la salle de la Fraternité à Patchogue, voir « Ku Klux Klan Hold Forth in Patchogue », La revue du comté, 16 mars 1923, 5. Pour un grand rassemblement du Klan près du lac Ronkonkoma, voir « Huge Klan Konklave Near Lake Grove », Les nouvelles du comté de Suffolk, 2 mai 1924, 1. Pour les hommes du Klan aidant à fouiller des véhicules, voir « Suffolk Aroused Over Hold-Ups of Motorists », La revue du comté, 6 juin 1924, 1.

                                                                                                                                                                                                            [29]Le nombre de forces de police de « N.C.P.D. Histoire », P.D. du comté de Nassau. 3rd Precinct, http://www.the3rdprecinct.com/History.htm. « Une campagne est lancée pour mettre un terme à la conduite en état d'ébriété » Courrier de Manhasset, 20 janvier 1928, 1. « Nassau Police Raid Two Speakeasies in Manhasset Valley », Manhasset Mail, 18 février 1932, 1. « Nassau Police Raid Stills in Roosevelt et Merrick », Les nouvelles du comté de Suffolk, 17 octobre 1930, 11.

                                                                                                                                                                                                            [30] « Trouvez Rum Hoard and Wireless », Les nouvelles du comté de Suffolk, 18 décembre 1931, 1. « La police se bat contre le groupe de débarquement du rhum ici », Le Patchogue Advance, 10 décembre 1929, 1. « Un camion de rhum à grande vitesse pris à Coram avec une grosse charge sur » Le Patchogue Advance, 9 décembre 1930, 1. «Bleu et deux officiers se battent au pistolet dans des voitures à grande vitesse avec des coureurs de rhum désespérés», Le Patchogue Advance, 25 novembre 1930, 1. « The Underworld Menaces Suffolk », La revue du comté, 4 décembre 1930, 20.

                                                                                                                                                                                                            [31]Holly Hepp, « Vivre au milieu des légendes : l'histoire du manoir suit les très riches et célèbres » Jour de l'actualité, 23 août 2001. Arthur Krystal, « Fitzgerald et les Juifs », Le new yorker, 20 juillet 2015, http://www.newyorker.com/books/page-turner/fitzgerald-and-the-jews.

                                                                                                                                                                                                            [32] "Dit Rum Runners mis en place le règne de la terreur sur la rivière," Le Patchogue Advance, 10 janvier 1930, 1.

                                                                                                                                                                                                            [33] « Les hommes ont été marqués au fer chaud dans le détournement de querelle, disent-ils », Le Patchogue Advance, 30 juin 1931, 1. « Kidnappers in Riverhead Jail », The Watchman of the Sunrise Trail [Mattituck, NY], 2 juillet 1931, 1. « Alleged Brander Caught in Jersey », Le Patchogue Advance, 5 août 1932, 1. « Chevalier coupable d'avoir torturé 2 captifs », La revue du comté, 11 mai 1933, 1. « Torturer Files Guilty Plea to Assault Charge », La revue du comté, 15 juin 1933, 9. "Sing Sing Cell Awaits Walker Torturer of 2," La revue du comté, 13 juillet 1933, 1.

                                                                                                                                                                                                            [34] En 1928, le Congrès a adopté la loi Jones, qui imposait une peine de cinq ans de prison et une amende de 10 000 $ aux contrevenants à la Volstead Act. Cependant, la loi a probablement découragé les amateurs mais n'a pas dissuadé les entreprises criminelles à grande échelle. Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 317, 319-320. Baisse de 80 % par rapport au « To Close Bay Shore Dry Office » Les nouvelles du comté de Suffolk, 10 juin 1932, 8. District Attorney Blue cité dans « Federal Office Angered by Destruction of Liquor », L'étoile d'East Hampton, 14 mars 1930, 1.

                                                                                                                                                                                                            [35]Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 161-167. Malcolm F. Willoughby, Guerre du rhum en mer (Washington, DC : U.S. Government Printing Office, 1964), 17-18, 23.

                                                                                                                                                                                                            [36]Malcolm F. Willoughby, Guerre du rhum en mer (Washington, DC : U.S. Government Printing Office, 1964), 40-42, 50-51 (limite de 12 milles), 45-47 (nouveaux navires et hommes).

                                                                                                                                                                                                            [37] Date de début du chantier naval en 1922 de Laura Schofer, « Marker Honors Freeport Point Shipyard », LI Herald, 2 octobre 2015, http://liherald.com/freeport/stories/Marker-honors-Freeport-Point-Shipyard,72108. Voir aussi « Profil : Fred Scopinich Boat Builder », Bulletin d'information sur les traditions de Long Island 19, non. 2 (Printemps-Été 2012), 1 http://www.longislandtraditions.org/pages/newsletters/spr-sum2012.pdf. Nombre de bateaux construits à partir de Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 280. Les spécifications de construction de Wanda et Maureen proviennent de demi-modèles construits par Fred Scopinich Jr. Une photographie du Maureen sur un chemin de fer maritime d'octobre 1930 dans la collection de Fred Scopinich note qu'il a été "construit pour Bill Kleb". On ne sait pas s'il s'agissait de William J. Kleb (27 ans) ou de William P. Kleb (51 ans), mais le fils et le père étaient à la fois plombiers et résidents de Baldwin, comme indiqué dans le recensement de 1930. “Recensement des États-Unis, 1930,” base de données avec des images, FamilySearch(https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:X78R-MZ3 : consulté le 1er août 2017), William J Kleb, Hempstead, Nassau, New York, États-Unis, citant le district de recensement (ED) ED 101, feuille 20A, ligne 36, famille 549, publication sur microfilm NARA T626 (Washington DC: National Archives and Records Administration, 2002), rouleau 1459 microfilm FHL 2 341 194. “Recensement des États-Unis, 1930,” base de données avec des images, FamilySearch(https://familysearch.org/ark:/61903/1:1:X78R-QKR : consulté le 1er août 2017), William P Kleb, Hempstead, Nassau, New York, États-Unis, citant le district de recensement (ED) ED 101, feuille 18B, ligne 82, famille 509, publication sur microfilm NARA T626 (Washington DC : National Archives and Records Administration, 2002), rouleau 1459 microfilm FHL 2 341 194.

                                                                                                                                                                                                            [38]Jack Graves, « Capitaine Pitts de Montauk », L'étoile d'East Hampton, 27 novembre 1975, 11. Rick Brand, « Rum-Running Flavored Island’s Past », Jour de l'actualité, 19 novembre 1978, 33. Pour une explication de la pratique consistant à utiliser les moitiés d'un billet d'un dollar, voir Malcolm F. Willoughby, Guerre du rhum en mer (Washington, DC : U.S. Government Printing Office, 1964), 58-59.

                                                                                                                                                                                                            [39] « La tempête apporte du rhum à Sayville », Les nouvelles du comté de Suffolk, 25 février 1927, 8. "Rum Ship Wrecked, Townsfolk Save Crew, Then Brave Raging Sea to Share in Liquor," Le New York Times, 21 février 1927, 1. Daniel E. Russell, « The Wreck of the Rum-Runner WT Bell », Glen Cove Heritage, http://www.glencoveheritage.com/legacy_site/wtbell.pdf.

                                                                                                                                                                                                            [40] Détails de construction d'Artemis de Tim Colton, « Consolidated Shipbuilding, Morris Heights, NY », Histoire de la construction navale, http://www.shipbuildinghistory.com/shipyards/yachtsmall/consolidated.htm « Smugglers Shot by Guards and Boat Disabled », Le Patchogue Advance, 25 août 1931, 1, 5 Pour l'ancien coureur de rhum Black Duck en tant que navire des garde-côtes chassant l'Artemis, voir J. Ann Funderburg, Rumrunners : contrebandiers d'alcool sur les côtes américaines, 1920-1933 (Jefferson, Caroline du Nord : McFarland & Company, 2016), 56-57.

                                                                                                                                                                                                            [41] « 9 hommes de Brooklyn ont cru perdus avec un remorqueur en mer », L'aigle quotidien de Brooklyn, 2 décembre 1922, 1. Daniel Berg, Vallée de l'épave, Vol. II (East Rockaway, NY : Aqua Explorers, Inc., 1990), 73-76.

                                                                                                                                                                                                            [42] Marilyn Elizabeth Perry, « Sabin, Pauline Morton », American National Biography Online, http://www.anb.org/articles/06/06-00142.html Daniel Okrent, Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 38.

                                                                                                                                                                                                            [43]Pauline Morton Sabin, « J'ai changé d'avis sur la prohibition », Les perspectives, 13 juin 1928, 254, 272.

                                                                                                                                                                                                            [44]Grâce C. Racine, Les femmes et l'abrogation : l'histoire de l'Organisation des femmes pour la réforme nationale de l'interdiction (New York, NY : Harper & Brothers, 1934), 3.

                                                                                                                                                                                                            [45]Grâce C. Racine, Les femmes et l'abrogation : l'histoire de l'Organisation des femmes pour la réforme nationale de l'interdiction (New York, NY : Harper & Brothers, 1934), 25-29, 37 Sarah Seidman, « The New York Women Who Dismantled Prohibition », Musée de la ville de New York, 15 décembre 2015, http://www. mcny.org/story/new-york-women-who-dismantled-prohibition.

                                                                                                                                                                                                            [46]Grâce C. Racine, Les femmes et l'abrogation : l'histoire de l'Organisation des femmes pour la réforme nationale de l'interdiction (New York, NY : Harper & Brothers, 1934), 42-43, 67.

                                                                                                                                                                                                            [47]Daniel Okrent, dernier appel : La montée et la chute de la prohibition (New York, NY : Scribner, 2010), 350 Grace C. Root, Les femmes et l'abrogation : l'histoire de l'Organisation des femmes pour la réforme nationale de l'interdiction (New York, NY : Harper & Brothers, 1934), XIII, 77-81, 83-84, 86, 90-94. Le manoir Edward S. Moore où le comité exécutif du WONPR s'est réuni le 7 juillet 1932 appartient maintenant au Roslyn Country Club et s'appelle le Royalton Mansion.

                                                                                                                                                                                                            [48]Le recensement américain de 1920 a montré que, pour la première fois, plus d'Américains vivaient dans les zones urbaines que dans les zones rurales. « Le président signe le projet de loi sur la bière aujourd'hui » Quotidien républicain de Plattsburgh, 22 mars 1933, 1.

                                                                                                                                                                                                            [49] Histoire de John F. Trommer, Inc. de Suzanne Spellen, "Past and Present: Trommer's Evergreen Brewery and Restaurant," Pierre brune, 10 janvier 2014, http://www.brownstoner.com/history/past-and-present-trommers-evergreen-brewery-and-restaurant/. Cette photographie de George Trommer baptisant un camion de livraison le 6 avril 1933 fait partie de la collection de la Brooklyn Public Library (Négatif # 1984-1).

                                                                                                                                                                                                            [50] L'histoire de Claudio de "History", Claudio's Restaurant, https://www.claudios.com/claudios-restaurant/history/. Pour la publicité de Claudio, voir « Knickerbocker Days are Here Again », La revue du comté, 13 avril 1933, 3.

                                                                                                                                                                                                            [51]« La Convention constitutionnelle ratifie l'abrogation de l'interdiction », Presse quotidienne de Plattsburgh, 28 juin 1933, 1. « Le dix-huitième amendement est mis en vente aujourd'hui », Presse quotidienne de Plattsburgh, 5 décembre 1933, 1.

                                                                                                                                                                                                            [52] « L'abrogation est venue tranquillement », Les nouvelles du comté de Suffolk, 8 décembre 1933, 1.

                                                                                                                                                                                                            [53]Grâce C. Racine, Les femmes et l'abrogation : l'histoire de l'Organisation des femmes pour la réforme nationale de l'interdiction (New York, NY : Harper & Brothers, 1934), xiv « National Woman’s Christian Temperance Union », https://www.wctu.org/.

                                                                                                                                                                                                            [54] « Capone écope de 11 ans de prison », Quotidien républicain de Plattsburgh, 26 octobre 1931, 1. « Dutch Schultz meurt de balles avec deux hommes de main », Presse quotidienne de Plattsburgh, 25 octobre 1935, 1. "Gangland Bullets Wipe Out Siegel, 'No. 1' Gangster, " Bulletin Quotidien Endicott [Endicott, NY], 21 juin 1947, 1.

                                                                                                                                                                                                            [55] « Mona Lola Rum Cargo s'accumule sur la plage », Brooklyn Daily Eagle, 3 février 1935, 1.


                                                                                                                                                                                                            Un cocktail de plus de deux siècles en préparation

                                                                                                                                                                                                            Les ingrédients du cocktail record de Salvatore Calabrese s'étendent sur trois siècles entiers. Une touche de liqueur de Kummel 1770, quelque 1860 curaçao orange et deux traits d'amers Angostura du début des années 1900 ont été mélangés avec 1778 Clos de Griffier Vieux Cognac pour créer la concoction de 5 500 £ au Playboy Club (bien qu'une version moins chère puisse être préparée en utilisant des les esprits aussi). En 2012, il a battu le record du monde Guinness du cocktail le plus cher, mais l'année suivante, il a été usurpé par le Winston, qui a été créé à Melbourne en utilisant le cognac le plus cher jamais vendu aux enchères.


                                                                                                                                                                                                            Contenu

                                                                                                                                                                                                            Le blé, l'orge et le riz faisaient partie de l'alimentation égyptienne médiévale, mais les sources sont contradictoires à propos du mil. Selon Abd al-Latif al-Baghdadi, il était inconnu en dehors d'une petite zone où il était cultivé en Haute-Égypte. Cela semble être soutenu par le chroniqueur Muhammad ibn Iyas, qui a écrit que la consommation de mil était inhabituelle, voire inconnue, au Caire. Shihab al-Umari, d'autre part, dit que c'était l'une des céréales les plus populaires consommées en Égypte à cette époque.

                                                                                                                                                                                                            Le sorgho était, comme le mil, cultivé en Haute-Égypte, mais n'était pas considéré comme une culture souhaitable par les habitants du Caire, où il n'était consommé que pendant la famine ou d'autres périodes de disette pendant lesquelles le sorgho était préféré aux autres substituts du blé utilisés pour faire des rations de pain d'urgence. comme le millet, le son ou les fèves. [3]

                                                                                                                                                                                                            Dans L'histoire de Judar et de ses frères, une histoire égyptienne [4] de Mille et une nuits, le personnage principal, un pêcheur misérable du nom de Judar, acquiert un sac magique appartenant à un nécromancien d'origine maghrébine. Ce sac fournit à son propriétaire de la nourriture comme aruzz mufalfal, un plat de riz assaisonné de cannelle et de mastic, parfois coloré de safran et de bouillon préparé et de graisse de queue. [3]

                                                                                                                                                                                                            La cuisine égyptienne est particulièrement propice aux régimes végétariens, car elle repose fortement sur des plats de légumineuses et de légumes. Bien que la nourriture à Alexandrie et sur la côte égyptienne ait tendance à utiliser beaucoup de poisson et d'autres fruits de mer, la cuisine égyptienne est en grande partie basée sur des aliments qui poussent à partir du sol.

                                                                                                                                                                                                            Les ports égyptiens de la mer Rouge étaient les principaux points d'entrée des épices en Europe. L'accès facile à diverses épices a, au fil des ans, laissé sa marque sur la cuisine égyptienne. Le cumin est l'épice la plus couramment utilisée. D'autres épices courantes comprennent la coriandre, la cardamome, le piment, l'anis, les feuilles de laurier, l'aneth, le persil, le gingembre, la cannelle, la menthe et les clous de girofle. [5]

                                                                                                                                                                                                            Les viandes communes présentées dans la cuisine égyptienne sont le pigeon [6], le poulet et le canard. Ceux-ci sont souvent bouillis pour faire le bouillon pour divers ragoûts et soupes. L'agneau et le bœuf sont les viandes les plus couramment utilisées pour les grillades. Viandes grillées telles que kofta ( ), kabab ( كباب ) et les côtelettes grillées sont catégoriquement appelés mashwiyat ( ات ).

                                                                                                                                                                                                            Les abats, viandes de variété, sont populaires en Egypte. Les sandwichs au foie, une spécialité d'Alexandrie, sont un fast-food populaire dans les villes. Des morceaux de foie hachés frits avec des poivrons, du piment, de l'ail, du cumin et d'autres épices sont servis dans un pain en forme de baguette appelé eish fino. La cervelle de vache et de mouton est consommée en Egypte. [7] [8]

                                                                                                                                                                                                            foie gras, une délicatesse bien connue, est encore appréciée aujourd'hui par les Égyptiens. Sa saveur est décrite comme riche, beurrée et délicate, contrairement à celle d'un foie de canard ou d'oie ordinaire. foie gras est vendu entier ou est préparé en mousse, parfait, ou crâne, et peut également être servi en accompagnement d'un autre aliment, comme un steak. La technique implique gavage, fourrant de la nourriture dans la gorge des canards et des oies domestiqués, et remonte à 2500 avant JC, lorsque les anciens Égyptiens ont commencé à élever des oiseaux pour se nourrir. [9] [10] [11]

                                                                                                                                                                                                            On pense que le fromage est originaire du Moyen-Orient. [12] Deux jarres d'albâtre trouvées à Saqqarah, datant de la première dynastie d'Égypte, contenaient du fromage. [13] Ceux-ci ont été placés dans la tombe vers 3000 av. Il s'agissait probablement de fromages frais coagulés avec de l'acide ou une combinaison d'acide et de chaleur. Une tombe plus ancienne, celle du roi Hor-Aha, contenait peut-être également du fromage qui, d'après les inscriptions hiéroglyphiques sur les deux jarres, semble provenir de Haute et de Basse-Égypte. [14] Les pots sont similaires à ceux utilisés aujourd'hui pour préparer mish. [15]

                                                                                                                                                                                                            Bien que de nombreux ruraux fabriquent encore leur propre fromage, notamment le fromage fermenté mish, les fromages de masse sont de plus en plus répandus. Le fromage est souvent servi au petit-déjeuner, il est inclus dans plusieurs plats traditionnels, et même dans certains desserts. [ citation requise ] Les fromages comprennent domiati ( دمياطي ), le plus consommé en Egypte [16] [17] aresh ( قريش ) fabriqué à partir de laban rayeb [17] rûmi ( رومي ), [18] une variété de fromage à pâte dure, salée et affinée qui appartient à la même famille que Pécorino Romano et Manchego. [18]

                                                                                                                                                                                                            Le pain fait à partir d'une recette simple constitue l'épine dorsale de la cuisine égyptienne. Il est consommé dans presque tous les repas égyptiens. Un repas égyptien de la classe ouvrière ou rurale peut consister en un peu plus que du pain et des haricots. [19]

                                                                                                                                                                                                            Le pain local est une forme de pain pita copieux, épais et riche en gluten appelé eish baladi [1] (arabe égyptien : عيش [ʕeːʃ ] arabe standard moderne : ayš) plutôt que l'arabe خبز ubz. Le mot " [ʕeːʃ ] " vient de la racine sémitique ع-ي-ش -Ī-Š avec le sens "vivre, être vivant". [20] Le mot ayš lui-même a le sens de « vie, mode de vie. moyens de subsistance, subsistance » dans le folklore arabe standard et classique moderne estime que cette synonymie indique la centralité du pain dans la vie égyptienne. [20]

                                                                                                                                                                                                            Dans l'Egypte moderne, le gouvernement subventionne le pain, remontant à une politique de l'ère Nasser. En 2008, une crise alimentaire majeure a provoqué des files d'attente de plus en plus longues dans les boulangeries subventionnées par le gouvernement où il n'y aurait normalement pas de bagarres occasionnelles pour le pain, entraînant 11 morts en 2008. [21] Des dissidents égyptiens et des observateurs extérieurs de l'ancien National Le régime du Parti démocrate a fréquemment critiqué la subvention au pain comme une tentative de racheter les classes ouvrières urbaines égyptiennes afin d'encourager l'acceptation du système autoritaire. Néanmoins, la subvention a continué après la révolution de 2011.

                                                                                                                                                                                                            Sur le plan culinaire, le pain est couramment utilisé comme ustensile, apportant en même temps des glucides et des protéines à l'alimentation égyptienne. Les Égyptiens utilisent du pain pour ramasser les aliments, les sauces et les trempettes et pour envelopper les brochettes, les falafels, pour éviter que les mains ne deviennent grasses. La plupart des pains pita sont cuits à des températures élevées (450 °F ou 232 °C), ce qui fait gonfler considérablement les ronds de pâte aplatis. À la sortie du four, les couches de pâte cuite restent séparées à l'intérieur du pita dégonflé, ce qui permet d'ouvrir le pain dans des poches, créant un espace pour une utilisation dans divers plats. Les pains courants comprennent :

                                                                                                                                                                                                            • Bataw ( او )
                                                                                                                                                                                                            • Eish baladi ( بلدي )
                                                                                                                                                                                                            • Eish fino ( فينو )
                                                                                                                                                                                                            • Eish merahrah ( مرحرح )
                                                                                                                                                                                                            • Eish shamsi ( شمسي )
                                                                                                                                                                                                            • Feteer meshaltet ( مشلتت )

                                                                                                                                                                                                            En Egypte, meze, communément appelé muqabilat ( مقبلات ), les salades et les fromages sont traditionnellement servis au début d'un repas à plusieurs plats avec du pain, avant les plats principaux. [22] Les plats populaires comprennent :

                                                                                                                                                                                                            • Falafel ( فلفل )—un plat de petit-déjeuner à base de pois chiches ou de fèves.
                                                                                                                                                                                                            • Baba ghannoug ( بابا غنوج )—une trempette à base d'aubergines, de jus de citron, de sel, de poivre, de persil, de cumin et d'huile.
                                                                                                                                                                                                            • Duqqa ( دقة )—un mélange sec de noix hachées, de graines et d'épices.
                                                                                                                                                                                                            • Gollache ( جلاش )—une pâte phyllo farcie de viande hachée ou de fromage.
                                                                                                                                                                                                            • Salata baladi ( سلطة بلدي )— une salade composée de tomates, de concombre, d'oignon et de piment garnie de persil, de cumin, de coriandre, de vinaigre et d'huile.
                                                                                                                                                                                                            • Tehina ( طحينة )—une trempette ou une pâte à tartiner à base de sésame, de jus de citron et d'ail.
                                                                                                                                                                                                            • Torshi ( طرشي )—un assortiment de légumes marinés.

                                                                                                                                                                                                            La cuisine égyptienne se caractérise par des plats tels que mesdames pleines, [23] [24] [25] purée de fèves kushari, un mélange de lentilles, riz, pâtes et autres ingrédients molokhiya, gombo de brousse haché et cuit avec sauce à l'ail et coriandre et feteer meshaltet.

                                                                                                                                                                                                            La cuisine égyptienne partage des similitudes avec les aliments de la région de la Méditerranée orientale, tels que les légumes farcis au riz, les feuilles de vigne, shawerma, kebab et kofta, avec quelques variations et différences de préparation.

                                                                                                                                                                                                            Certains considèrent kushari, un mélange de riz, lentilles et macaroni, pour être le plat national. Mesdames Ful est également l'un des plats les plus populaires. La fève est également utilisée dans la fabrication de falafel (le plus souvent appelé ta'ameya en Egypte, et servi avec des tomates fraîches, de la sauce tahina et de la roquette). [26] [27]

                                                                                                                                                                                                            Les Égyptiens de l'Antiquité sont connus pour avoir utilisé beaucoup d'ail et d'oignons dans leurs plats de tous les jours. L'ail frais écrasé avec d'autres herbes est utilisé dans une salade de tomates épicée et également farci dans des aubergines bouillies ou cuites au four. L'ail frit à la coriandre est ajouté à molokhiya, une soupe verte populaire à base de feuilles de jute finement hachées, parfois avec du poulet ou du lapin. Des oignons frits peuvent également être ajoutés à kushari. [28] Les ingrédients, dans les plats de gombo et de molokhiya, sont fouettés et mélangés avec un outil appelé le wīka, utilisé dans les temps anciens et aujourd'hui, en Egypte et au Soudan. [29]

                                                                                                                                                                                                            Anglais arabe Définition
                                                                                                                                                                                                            Bamia امية Un ragoût préparé avec de l'agneau, du gombo et des tomates comme ingrédients principaux. [30]
                                                                                                                                                                                                            Besarah ارة Une trempette à base de fèves pelées et de légumes-feuilles. Il est servi froid et est normalement garni d'oignons frits. [30]
                                                                                                                                                                                                            'Eggah ?? Un type d'omelette à base de persil et de farine, semblable à une frittata. Il est cuit au four dans une poêle profonde. [30]
                                                                                                                                                                                                            Fatah ?? Un plat traditionnel consommé lors d'occasions festives, en particulier l'Aïd al-Adha. Un mélange de riz, morceaux de viande d'agneau, eish baladi coupé en morceaux et précuit au four, le tout nappé d'une sauce à base de tomate ou de vinaigre. [30]
                                                                                                                                                                                                            Fesikh ?? Rouget salé ou fermenté, généralement consommé lors de la fête du printemps de Sham Ennessim, qui tombe le lundi de Pâques oriental. [30]
                                                                                                                                                                                                            Fête ?? Tartes faites de pâte fine avec des quantités généreuses de samnah. Les garnitures peuvent être salées ou sucrées. [30]
                                                                                                                                                                                                            Mesdames Ful ل مدمس Fèves cuites servies avec de l'huile d'olive et garnies de cumin. Il se mange toujours avec du pain, dans un sandwich ou le pain est utilisé comme ustensile, pour ramasser les haricots. Un aliment de base en Egypte, il est souvent considéré comme le plat national. [30]
                                                                                                                                                                                                            Hamam mahshi ام محشي Pigeon farci au riz ou au blé vert et aux herbes. Il est d'abord bouilli jusqu'à ce qu'il soit cuit, puis rôti ou grillé. [31]
                                                                                                                                                                                                            Hawawshi اوشى Un chausson farci de viande hachée marinée dans des oignons, du poivre, du persil et parfois des piments forts ou des piments. [30]
                                                                                                                                                                                                            Kabab اب Viande d'agneau généralement hachée et émincée sur des brochettes grillées au charbon de bois.
                                                                                                                                                                                                            Kamounia ?? Un ragoût de boeuf et cumin. Il est parfois fait avec des abats, comme les organes génitaux de taureau.
                                                                                                                                                                                                            Kaware' ارع Pieds de vache, il est souvent consommé avec fattah. Il est également courant de faire bouillir les pieds dans un bouillon, les tendons des pieds et le bouillon résultant sont dégustés en soupe. Il est considéré comme un aphrodisiaque en Egypte. [30]
                                                                                                                                                                                                            Kersha ?? Tripes cuites en ragoût.
                                                                                                                                                                                                            Keshk ?? Un pudding salé à base de yaourt, à base de farine, parfois assaisonné d'oignons frits, de bouillon de poulet ou de poulet bouilli.
                                                                                                                                                                                                            Kofta ?? Viande hachée préparée avec des épices et du persil, roulée en forme de doigt et grillée au charbon de bois. [30]
                                                                                                                                                                                                            Kushari ?? Un plat égyptien initialement préparé au XIXe siècle, composé de riz, de macaronis et de lentilles mélangés, nappé d'une sauce tomate épicée et de vinaigre à l'ail garni de pois chiches et d'oignons frits croustillants. Une pincée de jus d'ail ou de vinaigre à l'ail et de sauce piquante sont facultatifs. C'est un aliment de rue populaire. [30]
                                                                                                                                                                                                            macaroni béchamel بالبشاميل Une variante égyptienne de la lasagne italienne, sans le fromage. Se compose généralement de penne badigeonnés de sauce béchamel avec une couche de bœuf haché lentement frit, d'oignons et de pâte de tomate, garnis d'un peu plus de penne à la sauce béchamel, recouverts à nouveau d'une fine couche de sauce béchamel et badigeonnés d'un dorure à l'œuf, puis cuits à la perfection. Certains le préparent comme une variante du pastitsio grec, incorporant gebna rūmī, un fromage égyptien similaire au fromage Sardo ou Pecorino, accompagné d'un mélange de penne macaroni et de sauce béchamel, et généralement deux couches de viande épicée cuite avec des oignons. [30]
                                                                                                                                                                                                            Mahshi ?? Une farce de riz, assaisonnée de tomates rouges concassées, d'oignon, de persil, d'aneth, de sel, de poivre et d'épices, mise dans des légumes comme des poivrons verts, des aubergines, des courgettes, des tomates, du raisin ou des feuilles de chou. Ils sont ensuite placés dans une casserole et garnis de bouillon de poulet ou de bouillon de bœuf. [30]
                                                                                                                                                                                                            Mesaqa'ah ?? Aubergines tranchées légèrement grillées et placées dans une poêle plate avec des oignons tranchés, des poivrons verts et des piments. Le plat est ensuite recouvert d'une sauce rouge à base de concentré de tomate et d'épices puis cuit au four. [30]
                                                                                                                                                                                                            Molokiya لوخية Soupe verte préparée dans divers styles, dans laquelle les feuilles de mauve sont très finement hachées, avec des ingrédients tels que l'ail et la coriandre ajoutés pour un goût aromatique caractéristique, puis cuites avec du bouillon de poulet. [30] D'autres sortes de bouillons peuvent être utilisés comme le lapin, les crevettes, qui sont populaires à Alexandrie, et le poisson à Port-Saïd. Il est souvent considéré comme le plat national du pays. [32]
                                                                                                                                                                                                            Mombar ار Intestins de mouton farcis d'un mélange de riz et frits dans l'huile.
                                                                                                                                                                                                            Rozz me'ammar معمر Un plat de riz préparé en ajoutant du lait (et fréquemment du beurre ou de la crème) et du bouillon ou du bouillon de poulet au riz cuit, puis en le faisant cuire au four. Il est fréquemment remplacé par du riz blanc nature lors d'occasions festives et de grands repas de famille. Il est normalement servi dans une casserole spéciale en argile appelée brame.
                                                                                                                                                                                                            Sabanekh انخ Un ragoût d'épinards, généralement servi avec du riz. Il est généralement, mais pas nécessairement, fait de petits morceaux de bœuf.
                                                                                                                                                                                                            Sayadiya ادية Un plat côtier. Riz à l'oignon cuit dans de la pâte de tomate, généralement servi avec du poisson frit. [30]
                                                                                                                                                                                                            Shakshouka ?? Oeufs à la sauce tomate et légumes. [30]
                                                                                                                                                                                                            Shawerma اورما Un sandwich populaire de viande de bœuf, d'agneau ou de poulet râpé, généralement roulé dans du pain pita avec une sauce tehina.
                                                                                                                                                                                                            Torly لي Un plateau de courge au four, pommes de terre, carottes, oignons et sauce tomate. [30]
                                                                                                                                                                                                            Qolqas لقاس Racine de taro, généralement pelée et préparée soit avec des blettes, soit avec de la tomate. Non pelé qolqas et l'aubergine font le abkha sawda, ou « plat noir », servi et méprisé par les conscrits des forces armées égyptiennes. [30]

                                                                                                                                                                                                            Les desserts égyptiens ressemblent aux autres desserts de la Méditerranée orientale. Basboussa ( بسبوسة ) est un dessert à base de semoule et imbibé de sirop. Il est généralement garni d'amandes et traditionnellement coupé verticalement en morceaux afin que chaque morceau ait une forme de losange. Baqlawa ( بقلاوة ) est un plat sucré composé de plusieurs couches de pâte phyllo, d'un assortiment de noix et trempées dans un sirop sucré. Ghorayiba ( غريبة ) est un biscuit sucré à base de sucre, de farine et de généreuses quantités de beurre, semblable aux sablés. Il peut être garni d'amandes grillées ou de gousses de cardamome noire.

                                                                                                                                                                                                            Kahk ( كحك ) est un biscuit sucré servi le plus souvent pendant Aïd el-Fitr en Egypte. Il est recouvert de sucre glace, et peut aussi être farci de dattes, de noix ou de 'agameya ( عجمية ) dont la texture est similaire au délice turc, ou simplement servi nature. Kunafa ( كنافة ) est une pâte au fromage sucrée imbibée de sirop de sucre. Luqmet el-qadi ( لقمة القاضي ) sont de petits beignets ronds croquants à l'extérieur et moelleux et sirupeux à l'intérieur. Ils sont souvent servis avec de la cannelle saupoudrée et du sucre en poudre. Le nom se traduit littéralement par "La morsure du juge". Atayef ( قطايف ) est un dessert servi exclusivement pendant le mois de Ramadan, sorte de mini crêpe sucrée (faite sans oeufs) fourrée à la crème ou aux noix et raisins secs. Rozz être laban ( ارز باللبن ) est fait de riz blanc à grains courts, de lait entier, de sucre et de vanille. Il peut être servi saupoudré de cannelle, de noix et de crème glacée. Umm Ali ou Om Ali ( ام على ), est un type de pudding au pain servi avec de la pâte feuilletée chaude ou du riz, du lait, de la noix de coco et des raisins secs. [33] [34]

                                                                                                                                                                                                            • Couscous ( كسكسي )—à l'égyptienne, avec du beurre ou eshta ainsi que du sucre, des noix et des fruits secs.
                                                                                                                                                                                                            • Halawa ( لاوة )
                                                                                                                                                                                                            • Ladida ( لديدة )
                                                                                                                                                                                                            • Malban ( لبن )
                                                                                                                                                                                                            • Mehalabeya ( لبية )
                                                                                                                                                                                                            • Mélabbes ( لبس )
                                                                                                                                                                                                            • Mifattah ( مفتاة )—une pâte épaisse de sésame et de mélasse.

                                                                                                                                                                                                            Bien que le Ramadan soit un mois de jeûne pour les musulmans en Égypte, c'est généralement un moment où les Égyptiens accordent une grande attention à la variété et à la richesse de la nourriture, car la rupture du jeûne est une affaire de famille, souvent avec des familles élargies entières se réunissant à table juste après le coucher du soleil. Il y a plusieurs desserts servis presque exclusivement pendant le Ramadan, tels que kunafa ( افة ) et qatayef ( ايف ). En ce mois, de nombreux Égyptiens préparent une table spéciale pour les pauvres ou les passants, généralement sous une tente dans la rue, appelée Ma'edet Rahman (arabe égyptien : مائدة رحمن ‎, [mæˈʔedet ɾɑħˈmɑːn] ), qui se traduit littéralement par « Table du Miséricordieux », se référant à l'un des 99 noms de Dieu dans l'Islam. Celles-ci peuvent être assez simples ou assez somptueuses, selon la richesse et l'ostentation du fournisseur.

                                                                                                                                                                                                            Les chrétiens pratiquants en Égypte adhèrent à des périodes de jeûne selon le calendrier copte, celles-ci pouvant pratiquement s'étendre sur plus des deux tiers de l'année pour les plus extrêmes et les plus pratiquants. La population copte plus laïque ne jeûne principalement que pour Pâques et Noël. Le régime copte pour le jeûne est essentiellement végétalien. Pendant ce jeûne, les Coptes mangent généralement des légumes et des légumineuses frits dans de l'huile et évitent la viande, le poulet et les produits laitiers, y compris le beurre et la crème.

                                                                                                                                                                                                            Thé Modifier

                                                                                                                                                                                                            Thé ( اى , shaï [ʃæːj] ) est la boisson nationale en Egypte, suivie de loin par le café, préparé selon la méthode turque. Le thé égyptien est uniformément noir et acide et est généralement servi dans un verre, parfois avec du lait.Le thé conditionné et vendu en Egypte est presque exclusivement importé du Kenya et du Sri Lanka. Le thé égyptien se décline en deux variétés, kushari et sa'idi.

                                                                                                                                                                                                            Kushari Le thé ( شاى كشرى ), populaire en Basse-Égypte, est préparé selon la méthode traditionnelle consistant à faire infuser du thé noir dans de l'eau bouillie et à le laisser reposer pendant quelques minutes. Il est presque toujours sucré avec du sucre de canne et souvent aromatisé avec des feuilles de menthe fraîche. Kushari le thé est généralement de couleur et de saveur claires, avec moins d'une demi-cuillère à café de thé par tasse considérée comme proche du haut de gamme.

                                                                                                                                                                                                            Sa'idi le thé ( شاى صعيدى ) est courant en Haute-Égypte. Il est préparé en faisant bouillir du thé noir avec de l'eau pendant cinq minutes à feu vif. Sa'idi le thé est extrêmement fort et sombre ("lourd" dans le jargon égyptien), avec deux cuillères à café de thé par tasse étant la norme. Il est sucré avec de grandes quantités de sucre de canne (une nécessité puisque la formule et la méthode donnent un thé très amer). Sa'idi le thé est souvent noir même sous forme liquide.

                                                                                                                                                                                                            Le thé est un élément essentiel de la vie quotidienne et de l'étiquette populaire en Égypte. Il accompagne généralement le petit-déjeuner dans la plupart des ménages, et boire du thé après le déjeuner est une pratique courante. Visiter le foyer d'une autre personne, quel que soit son niveau socio-économique ou le but de la visite, implique une tasse de thé obligatoire. . Un surnom courant pour le thé en Égypte est « devoir » (prononcé en arabe « wa-jeb » ou « wa-geb »), car servir du thé à un visiteur est considéré comme un devoir, tandis que tout ce qui se trouve au-delà est une délicatesse.

                                                                                                                                                                                                            Outre le vrai thé, les tisanes sont également souvent servies dans les salons de thé égyptiens. Karkadeh ( كركديه ), un thé de sépales d'hibiscus séchés, est particulièrement populaire, comme dans d'autres régions d'Afrique du Nord. Il est généralement servi extrêmement sucré et froid mais peut également être servi chaud. [31] On dit que cette boisson était une boisson préférée des pharaons. En Egypte et au Soudan, les célébrations de mariage sont traditionnellement grillées avec un verre de thé à l'hibiscus. Dans une rue typique du centre-ville du Caire, on peut trouver de nombreux vendeurs et cafés en plein air vendant la boisson. En Egypte, karkadeh est utilisé comme moyen d'abaisser la tension artérielle lorsqu'il est consommé en grande quantité. Les infusions de menthe, de cannelle, de gingembre séché et d'anis sont également courantes, tout comme le sahlab. La plupart de ces tisanes sont considérées comme ayant des propriétés médicinales. Une infusion de limonade chaude est particulièrement courante dans laquelle des feuilles de menthe ont été trempées et sucrées avec du miel et utilisées pour lutter contre les maux de gorge légers.

                                                                                                                                                                                                            Café Modifier

                                                                                                                                                                                                            Café ( , ahwa Arabe égyptien : [ˈʔæhwæ] ) est considéré comme faisant partie de l'accueil traditionnel en Egypte. Il est généralement préparé dans une petite cafetière, qui s'appelle dalla (دلة) ou kanaka ( كنكه ) en Egypte. Il est servi dans une petite tasse à café appelée fengan ( ان ). Le café est généralement fort et sucré avec du sucre à des degrés divers 'al riha, mazbout et ziyada respectivement. Le café non sucré est connu sous le nom de sada, ou plaine. [35]

                                                                                                                                                                                                            Jus Modifier

                                                                                                                                                                                                            En Egypte, le jus de canne à sucre est appelé 'aseer asab ( عصير قصب ) et est une boisson incroyablement populaire servie par presque tous les vendeurs de jus de fruits, que l'on trouve en abondance dans la plupart des villes. [31]

                                                                                                                                                                                                            Les thés à la réglisse et les boissons au jus de caroube sont traditionnellement appréciés pendant le mois islamique du Ramadan, tout comme amar al-din, une boisson épaisse faite en reconstituant des feuilles d'abricot sec avec de l'eau. [36] Les feuilles elles-mêmes sont souvent consommées comme des bonbons. Sobie ( سوبيا ) est une autre boisson traditionnellement servie pendant le Ramadan. C'est une boisson sucrée au lait de coco, généralement vendue par les marchands ambulants. [37]

                                                                                                                                                                                                            Une boisson aigre et réfrigérée à base de tamarin est populaire pendant l'été appelée tamr hindi ( هندي ). Il se traduit littéralement par "Dates indiennes", qui est le nom arabe du tamarin. [38]

                                                                                                                                                                                                            Boissons alcoolisées Modifier

                                                                                                                                                                                                            L'islam est la religion majoritaire en Égypte, et bien que les musulmans pratiquants aient tendance à éviter la consommation d'alcool, il est facilement disponible dans le pays. La bière est de loin la boisson alcoolisée la plus populaire dans le pays, représentant 54% de tout l'alcool consommé. [39]

                                                                                                                                                                                                            Un type de bière connu sous le nom bouza (arabe égyptien : بوظة ‎), à base d'orge et de pain, [40] est bu en Égypte depuis que la bière a fait son apparition dans le pays, peut-être dès l'ère prédynastique. [41] Ce n'est pas la même chose que boza, une boisson alcoolisée trouvée en Turquie et dans les Balkans.

                                                                                                                                                                                                            L'Égypte a une industrie viticole petite mais naissante. Les vins égyptiens ont reçu une certaine reconnaissance ces dernières années, ayant remporté plusieurs prix internationaux. [42] En 2013, l'Égypte a produit 4 500 tonnes de vin, se classant au 54e rang mondial, devant la Belgique et le Royaume-Uni. [43] La plupart des vins égyptiens sont élaborés avec des raisins provenant de vignobles d'Alexandrie et de la Moyenne Égypte, notamment les vignobles de Gianaclis et Koroum du Nil.


                                                                                                                                                                                                            Samedi 29 septembre 2012

                                                                                                                                                                                                            par : Horst Dornbusch le 28/02/2005

                                                                                                                                                                                                            La prochaine fois que vous irez à New York, rendez-vous au Metropolitan Museum et passez un moment BeerAdvocate. Dans un musée !? Oui, allez dans la section égyptienne et fouinez dans les nombreuses tombes et momies et recherchez les objets soignés récupérés dans la tombe de Meketre. Cet homme était un haut administrateur, une sorte de chancelier et premier ministre du roi guerrier Mentuhotep II de la XIe dynastie. Mentuhotep II a régné sur les terres du Nil pendant un demi-siècle, d'environ 2050 à 2000 av. Pour une représentation de la ressemblance du roi, voir cette image et celle-ci.

                                                                                                                                                                                                            À la mort de Meketre (vers 1975 av. Heureusement pour nous, ses contemporains ont placé une grande collection de figurines miniatures en bois sculpté dans sa tombe. Ces figurines-jouets représentaient des Égyptiens au travail. Il y avait une menuiserie, un abattoir, un grenier, une cuisine, quelques bateaux fluviaux, et . une brasserie. Parce que la chambre intérieure de la tombe de Meketre était intacte lorsqu'elle a été découverte par Herbert E. Winlock le 17 mars 1920, les maquettes de l'atelier nous donnent une vue intime en trois dimensions de la façon dont vivaient les Égyptiens.

                                                                                                                                                                                                            Les Égyptiens n'ont pas inventé la bière. Au contraire, ils avaient appris l'art du brassage auprès des premiers brasseurs connus au monde, les Sumériens, les Babyloniens et les Assyriens plus à l'Est dans ce qui est aujourd'hui l'Irak. Les Égyptiens, cependant, nous ont laissé la meilleure documentation sur les anciennes pratiques de brassage. La plupart des nombreuses représentations du brassage égyptien qui nous sont parvenues sont des peintures murales dans des voûtes, des pyramides et des chambres sacrificielles. Ceux-ci témoignent de l'importance et de la haute estime dans laquelle l'art de la fabrication de la bière était tenu dans la société égyptienne. Pourtant, la découverte dans la tombe de Meketre se classe probablement parmi les mieux conservées et les plus instructives.

                                                                                                                                                                                                            Le modèle de brasserie du Metropolitan Museum date apparemment d'environ 2009 à 1998 av. Une carte de l'exposition du musée explique ce qui se passe dans la brasserie : « Le surveillant avec un bâton est assis à l'intérieur de la porte. Dans la brasserie, deux femmes moud la farine, qu'un autre homme travaille en pâte. Après qu'un deuxième homme foule la pâte en purée dans une cuve haute, il est mis dans de hauts pots pour fermenter. Après fermentation, il est versé dans des cruches rondes avec des bouchons d'argile noire. Consultez le site Web du Musée pour en savoir plus.

                                                                                                                                                                                                            Dans l'Égypte ancienne, la bière faisait partie intégrante de la vie quotidienne de chaque Égyptien, du plus haut au plus bas. C'était la monnaie du pouvoir et de la cohésion sociale, liée à la fois aux dieux et à l'État. Dans la culture égyptienne, tout pouvoir provenait du soleil. Le dieu du soleil à tête de faucon, Rê, était considéré comme la source de toute vie et subsistance. Il était également considéré comme l'inventeur de la bière. Rê et sa femme Nout, la déesse des étoiles, étaient les ancêtres des pharaons et de tous les dieux inférieurs de l'au-delà. Leur fille préférée était Hathor, une jolie et séduisante créature, dont Rê, son père, tomba follement amoureux. L'inceste n'était pas un tabou en Égypte et il était de coutume que les enfants d'un pharaon se marient. Re appelait Hathor son « œil », et elle lui faisait plaisir en se déshabillant devant lui. Quand Hathor a bu de la bière, elle est devenue la déesse de l'amour, de la luxure, de la joie, du chant, de la danse et du rire. Ensemble, Re et sa fille Hathor ont eu un fils, Ihi, qui est devenu le dieu de la musique.

                                                                                                                                                                                                            Hathor était une amie des morts qu'elle accompagna dans leur voyage vers l'au-delà. Son arbre sacré était le sycomore sous lequel les amoureux de la canopée ombragée se réunissaient pour partager une cruche de bière. Son breuvage était un aphrodisiaque, souvent aromatisé à la mandragore (Mandragora officinarum), une plante à racine brune ressemblant à du panais, dont l'écorce contient un alcaloïde qui a un effet narcotique.

                                                                                                                                                                                                            En Egypte, la bière est un repas avec des connexions célestes
                                                                                                                                                                                                            En Egypte, la bière était considérée comme de la nourriture. En fait, l'ancien hiéroglyphe égyptien pour "repas" était un composé de ceux pour "pain" et "bière". Ce "repas pain-bière" plus quelques oignons et du poisson séché était le régime standard des gens du peuple le long du Nil à l'époque. La bière est venue en huit types différents en Egypte. La plupart étaient fabriqués à partir d'orge, certains à partir d'amidonnier et beaucoup étaient aromatisés au gingembre ou au miel. Les meilleures bières étaient brassées à une couleur aussi rouge que le sang humain. Les Égyptiens distinguaient les différentes bières par leur titre alcoométrique et leur saveur dominante.


                                                                                                                                                                                                            Nul autre que le dieu des morts, Osiris, était acclamé comme le gardien de la bière, car pour lui le grain - l'amidonnier et l'orge - étaient sacrés. Les Égyptiens croyaient que le grain avait jailli spontanément de la momie d'Osiris, comme cadeau à l'humanité et comme symbole de la vie après la mort. C'était une justification suffisante pour que les pharaons divins transforment le brassage en un monopole d'État et octroient strictement les droits de brassage aux entrepreneurs et aux prêtres. De nombreux temples ont finalement ouvert leurs propres brasseries et pubs, tous au service des dieux. Le port de Pelusium à l'embouchure du Nil est devenu un grand centre brassicole et le commerce de la bière est devenu une grande entreprise.

                                                                                                                                                                                                            La bière dans la société égyptienne, la bière était la boisson sacrificielle de choix dans les temples d'Hathor. Au cours d'un festin de cinq semaines en son honneur, les prêtresses et les servantes du temple ont organisé des banquets pour les fidèles, au cours desquels elles ont exécuté des danses érotiques. Chaque danseuse, vêtue seulement d'une ficelle autour de sa taille, aussi dévêtue qu'Hathor s'était montrée à son père, bougeait ses hanches de manière séduisante devant les invités. Des perles creuses, remplies de galets et suspendues à la ceinture de la danseuse, amplifieraient le rythme entraînant du spectacle érotique. Au fur et à mesure que l'alcool prenait le dessus, la bière d'Hathor mettrait les buveurs en contact direct avec le monde au-delà. Il a créé le lien entre les cieux et la terre et a permis aux visiteurs du temple de participer au mystère de la vie et de la mort. À juste titre, les morts ont également reçu des pots de bière dans leurs catacombes afin qu'ils n'aient pas soif lors de leur voyage vers le royaume où Hathor et Osiris les attendaient. avec une cruche de bière, bien sûr.

                                                                                                                                                                                                            C'était une étiquette commune pour un fidèle de boire jusqu'à ce qu'il soit intoxiqué. Un riche Égyptien quittait rarement la maison sans être accompagné de deux esclaves et d'un hamac. Donc, s'il était trop ivre pour rentrer chez lui après une nuit dans une taverne ou lors d'un banquet de bière, il pouvait dormir de son délire dans une position couchée tout en étant ramené à la maison.

                                                                                                                                                                                                            Les Égyptiens utilisaient la bière comme monnaie pour payer les esclaves, les commerçants, les prêtres et les fonctionnaires, ce qui signifie que chaque Égyptien avait droit à une certaine quantité de bière par jour. Cette quantité était strictement réglementée, même au plus haut niveau. Une reine avait droit à 10 miches de pain et deux pots de bière par jour. Cette attribution devait être d'une importance capitale, car elle lui était généralement garantie par son mari pharaon dans le cadre de son contrat de mariage. Une princesse a également reçu 10 pains, mais elle a dû les laver avec une seule cruche de bière gratuite par jour. Un officier de garde, en revanche, qui pouvait être appelé à défendre à la fois la reine et la princesse, s'en sortait mieux que l'un ou l'autre : il obtint 20 pains et deux pots. Même la ration quotidienne des esclaves qui ont construit les pyramides, ainsi que la solde de tous les fonctionnaires de bas niveau, comprenait deux à trois pains de race et deux pots de bière, et il n'appartenait pas au caprice du maître qu'un l'esclave a obtenu sa bière : Le nectar des dieux était même le droit d'un esclave.

                                                                                                                                                                                                            Bière et taxes
                                                                                                                                                                                                            La bière est devenue si populaire dans l'Égypte ancienne qu'aucun souverain n'a osé y imposer une taxe, c'est-à-dire jusqu'au milieu du siècle dernier avant J.-C., après que les pharaons eurent disparu depuis longtemps et que l'Égypte soit devenue une province grecque. Chaque gouvernement dans le monde a aujourd'hui une taxe sur l'alcool. mais c'est une reine grecque voluptueuse et impitoyable du Nil, Cléopâtre (69-30 av.

                                                                                                                                                                                                            Alexandre le Grand avait conquis l'Égypte en 332 av. et fonda Alexandrie à l'embouchure du Nil la même année. En 321 av. Soter, cependant, ne se contentait pas de n'être qu'un administrateur à distance d'une province grecque. Il avait des projets plus ambitieux. Il établit bientôt sa propre dynastie en Égypte, en tant que successeur légal des pharaons indigènes. En 304 av. agir en 30 avant JC

                                                                                                                                                                                                            Entre-temps, dans le sillage de la guerre presque perpétuelle d'Alexandre, la Grèce était épuisée et perdait progressivement son emprise sur les conquêtes qu'Alexandre avait faites. Maintenir la prééminence dans le monde méditerranéen devint progressivement plus difficile pour la Grèce pour une autre raison : Rome émergeait comme une rivale sérieuse. Cela signifiait que le clan Ptolémée, heureusement installé à Alexandrie, ne pouvait pas nécessairement compter sur la puissance grecque pour le maintenir au pouvoir en Égypte. Pour assurer la survie de leur clan, le clan Ptolémée est donc devenu, on peut le dire, plus « égyptifié » que l'Égypte ne s'est hellénisée. À bien des égards, le clan Ptolémée a abandonné ses coutumes grecques et a adopté les mœurs indigènes de leur nouvelle terre. Le clan a même adopté la vieille coutume pharaonique de la progéniture incestueuse en mariant des frères à des sœurs.

                                                                                                                                                                                                            Le brassage en Égypte était encore fort lorsque les Grecs y sont arrivés. Les Grecs n'étaient pas des buveurs de bière. Ils privilégiaient le vin. Cependant, la force de l'industrie brassicole égyptienne ainsi que l'assimilation du clan Ptolémée aux coutumes égyptiennes, sont probablement les principales raisons pour lesquelles la bière a survécu à la conquête grecque le long du Nil. Il est vrai que le vin était connu et consommé en Egypte, mais c'était surtout une boisson de croûte supérieure. La bière, par contre, restait la boisson populaire. Sa production s'est poursuivie sans relâche sous la domination grecque et, de l'avis de tous, la bière devait avoir un très bon goût. Comme nous l'apprend la Bibliotheca historica, une histoire du monde en 40 volumes, écrite par l'historien sicilien (et évidemment buveur de vin) Diodorus Siculus (environ 90-21 av. appelé zytum, et il ne se compare pas défavorablement en termes d'agrément de couleur et de goût au vin."

                                                                                                                                                                                                            Avec l'essor de Rome, au cours des deux derniers siècles avant J.-C., l'emprise du clan grec Ptolémée sur l'Égypte fertile et ses richesses ne pouvaient rester incontestées. L'inévitable affrontement contre l'Égypte a commencé indirectement, avec quelques événements apparemment sans rapport à Rome et à Alexandrie. C'était vers 50 av. Au même moment, de retour à Alexandrie, la reine ptoléméenne d'Égypte, Cléopâtre, était occupée à se battre pour le trône, convoité par Ptolémée XIII, son frère et époux (oui, il était tous les deux, en vieux pharaon mode!). Cléopâtre l'avait épousé après que son premier mari, Ptolémée XII, également un de ses frères, se soit noyé accidentellement.

                                                                                                                                                                                                            Au cours de l'année mouvementée de 47 av. Fils de César, qu'elle enfanta à Rome cette année-là et qu'elle appela Césarion.

                                                                                                                                                                                                            Un an plus tard, c'est au tour de César de régler ses comptes avec Pompée. Il a vaincu son rival (et le mari de sa fille) à la bataille de Pharsale en Thessalie, après quoi Pompée, de manière improbable, s'est enfui à l'Alexandrie de Cléopâtre ! Là, Cléopâtre a montré sa gratitude à son amant romain pour avoir sauvé son trône. Elle a fait fi de Pompée en le faisant assassiner alors qu'il descendait à terre. Pour nettoyer les choses, elle a également fait assassiner son mari/frère. Cela a ouvert la voie à son règne incontesté en Égypte, sous protection romaine. Elle assurait aussi, espérait-elle, que son fils Césarion lui succèderait un jour sur le trône, sous le nom de Ptolémée XIV.

                                                                                                                                                                                                            Mais les plans de souris et . reines ! En 44 av. Après la disparition prématurée de César, les rivalités à Rome se sont à nouveau embrasées, cette fois entre Marc Antoine, successeur immédiat de César, et Octavius, le petit-neveu de César et héritier désigné. Cléopâtre était maintenant dans un véritable dilemme : avec son amant et protecteur romain disparu, sa propre mainmise sur le pouvoir en jeu et les perspectives de son fils en tant que futur roi du Nil en danger, elle avait besoin d'un nouveau bienfaiteur, mais, fatalement, à ce moment-là, sa chance tourna. Elle a parié son avenir politique et son corps sur le mauvais cheval.

                                                                                                                                                                                                            L'imperméable Octave, qui s'appellera bientôt empereur Auguste, évince rapidement son challenger, Marc Antoine, et prend fermement les rênes de Rome. Marc Anthony, ne lisant pas les signes du temps, pensait qu'il n'avait pas encore fini. Se souvenant des bons services que Cléopâtre avait autrefois rendus à César, il se dirigea vers l'Égypte et s'installa dans le palais de Cléopâtre à Alexandrie. Là, bien qu'homme marié, il devint bientôt le successeur de César, non pas dans la salle du pouvoir romain comme il l'avait espéré, mais dans les chambres des passions de la reine. Il est devenu le nouvel amant reconnu de Cléopâtre et son espoir inavoué pour la continuation de la dynastie Ptolémée. Utilisant son armée sur terre, sa marine sur mer et son corps la nuit, notre chère Cléo combattait désormais alternativement Rome et faisait l'amour à son ancien commandant en chef.Satisfaire sa soif torride de pouvoir et de puissance - après avoir donné un fils à César -, elle a maintenant donné à l'aspirant successeur de César au poste de souverain de Rome, l'adultère Marc Anthony, une paire de jumeaux.

                                                                                                                                                                                                            Alors qu'elle écartait ses draps pour ses désirs, elle vidait aussi son royaume de ses richesses pour financer ses guerres. Quand ses coffres ne cédaient plus, elle a eu recours à l'insulte ultime : elle a giflé une taxe sur la bière, la boisson du peuple ¾ ostensiblement pour freiner l'ivresse publique, mais en réalité pour construire plus de galères navales ! Ainsi, la reine licencieuse est créditée de la réussite douteuse d'avoir inventé non seulement la taxe sur l'alcool, mais aussi son excuse la plus pérenne et la plus hypocrite. Pour les amateurs de bière, sa taxe sur la bière et non ses affaires (d'État et de passion) sont son héritage le plus durable. L'invention de Darling Cleo a créé une tendance qui a survécu à l'ascension et à la chute de nombreuses civilisations. Il n'a connu aucune frontière nationale, aucune barrière culturelle, aucune limite de temps. La taxe sur la bière existe toujours aujourd'hui, dans à peu près n'importe quel pays du monde. Plus ça change, plus c'est la même chose !

                                                                                                                                                                                                            Pour le crime de taxe sur la bière, cependant, il semble que le destin n'ait pas tardé à infliger une juste rétribution. Le désormais puissant Octavius ​​s'en est pris aux amants vigoureux et a décimé leurs forces lors de la bataille d'Actium, en 30 av. Pour la reine du Nil de la taxe sur la bière et son beau romain, la gigue était enfin levée. Ils se sont suicidés ensemble et Octavius ​​a mis à mort Césarion, le fils putatif de César et Cléopâtre, maintenant âgé de 17 ans.

                                                                                                                                                                                                            Avec ce complot alambiqué, la ligne des Ptolémées et de la domination grecque sur l'Egypte a pris fin. Alors que la puissance de Rome s'installait sur sa nouvelle colonie, les terres fertiles inondables du Nil étaient principalement converties en un grenier pour la nouvelle mère patrie. Les Romains n'avaient aucun goût pour la bière, alors le grain qui était autrefois transformé en bières du Nil était maintenant transformé en pains du Tibre. En conséquence, le brassage de qualité dans le Vieux Monde, longtemps le domaine des peuples du Moyen-Orient, a été envoyé sur la voie du déclin.


                                                                                                                                                                                                            Voir la vidéo: BIÈRE À LA OUIDE?! - Une bière et Jivay n132 (Décembre 2021).