Informations

Alexandre Konovalov


Alexander Konovalov est né à Moscou le 17 septembre 1875. Il est devenu l'un des plus grands fabricants de textiles de Russie.

En 1905, le tsar Nicolas II fait face à une série de problèmes intérieurs connus sous le nom de Révolution de 1905. Cela comprenait Bloody Sunday, la mutinerie du Potemkine et une série de grèves qui ont conduit à la création du Soviet de Saint-Pétersbourg. Au cours des semaines suivantes, plus de 50 de ces soviets ont été formés dans toute la Russie.

Sergi Witte, le nouveau ministre en chef, a conseillé à Nicolas II de faire des concessions. Il finit par accepter et publia le Manifeste d'octobre. Cela garantissait la liberté de conscience, de parole, de réunion et d'association. Il a également promis qu'à l'avenir personne ne serait emprisonné sans jugement. Enfin, il annonça qu'aucune loi n'entrerait en vigueur sans l'approbation d'une nouvelle organisation appelée la Douma.

L'historien Pavel Milyukov, qui avait vécu en exil, est maintenant retourné en Russie et a créé le Parti démocrate constitutionnel (cadets). Il a également rédigé le Manifeste de Vyborg qui appelait à plus de liberté politique. Konovalov était l'un de ceux qui ont rejoint ce nouveau parti. Les autres membres comprenaient George Lvov, Ariadna Tyrkova, Peter Struve, Sofia Panina, Vladimir Dmitrievich Nabokov, Nikolai Nekrasov, Sergey Oldenburg, Alexander Kornilov, Nikolay Gredeskul, Vasily Maklakov et Vladimir Vernadsky. Les cadets réclamaient le suffrage universel et une Assemblée constituante qui déterminerait la forme de gouvernement du pays.

Sergi Witte a finalement été remplacé par Peter Stolypin, qui a apporté des modifications à la loi électorale. Cela excluait les minorités nationales et réduisait considérablement le nombre de personnes pouvant voter en Pologne, en Sibérie, dans le Caucase et en Asie centrale. La nouvelle loi électorale a également donné une meilleure représentation à la noblesse et a donné plus de pouvoir aux grands propriétaires terriens au détriment des paysans. Des changements ont également été apportés au vote dans les villes et désormais les propriétaires de leur logement ont élu plus de la moitié des députés urbains.

En 1912, Konovalov a été élu à la Quatrième Douma. Il était maintenant le chef du Parti progressiste axé sur les affaires. Les réactionnaires et les nationalistes étaient toujours majoritaires mais il y avait eu une augmentation du nombre de radicaux (socialistes-révolutionnaires, mencheviks, bolcheviks) élus.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a provoqué un grand conflit à la Douma entre ceux qui s'opposaient ou soutenaient l'effort de guerre. En 1914, l'armée russe était la plus grande armée du monde. Cependant, le mauvais état des routes et des chemins de fer de la Russie a rendu difficile le déploiement efficace de ces soldats. En décembre 1914, l'armée comptait 6 553 000 hommes. Cependant, ils n'avaient que 4 652 000 fusils. Des troupes non entraînées ont été envoyées au combat sans armes ni munitions adéquates. En 1915, la Russie a subi plus de 2 millions de victimes et a perdu la Kurlande, la Lituanie et une grande partie de la Biélorussie. La production agricole s'est effondrée et les civils ont dû faire face à de graves pénuries alimentaires.

En septembre 1915, le tsar Nicolas II remplaça le grand-duc Nikolaï en tant que commandant suprême de l'armée russe combattant sur le front de l'Est. Cela n'a pas réussi à changer le sort des forces armées et à la fin de l'année, il y a eu des émeutes de la conscription dans plusieurs villes. Il ordonne une offensive menée par le général Alexei Brusilov, commandant de l'armée russe dans le Sud-Ouest. Lorsque l'offensive fut interrompue à l'automne 1916, l'armée russe avait perdu près d'un million d'hommes.

Pendant la guerre Terechchenko, il a aidé à organiser les hôpitaux de la Croix-Rouge. En 1915, il devint président du comité de l'industrie militaire du district de Kiev et vice-président du comité panrusse de l'industrie militaire. Bien qu'il ait apporté un soutien loyal au gouvernement au cours de cette période, d'autres membres de la Douma ont été très critiques à l'égard du gouvernement.

Le 26 février, Nicolas II ordonna la fermeture de la Douma. Les membres ont refusé et ils ont continué à se rencontrer et à discuter de ce qu'ils devraient faire. Michael Rodzianko, président de la Douma, a envoyé un télégramme au tsar lui suggérant de nommer un nouveau gouvernement dirigé par quelqu'un qui avait la confiance du peuple. Le tsar ne répondant pas, la Douma nomma un gouvernement provisoire dirigé par le prince George Lvov. Alexander Konovalov a été invité à devenir ministre du Commerce et de l'Industrie. Parmi les autres ministres figuraient Pavel Milyukov (ministre des Affaires étrangères), Alexander Guchkov (ministre de la Guerre), Alexander Kerensky (ministre de la Justice), Mikhail Terechchenko (ministre des Finances) et Peter Struve (ministre des Affaires étrangères).

Peu de temps après sa prise de pouvoir, Pavel Milyukov a écrit à tous les ambassadeurs alliés décrivant la situation depuis le changement de gouvernement : « La Russie libre ne vise pas la domination d'autres nations, ni l'occupation par la force de territoires étrangers. Son but n'est de soumettre ou d'humilier personne. En se référant aux « peines et garanties » indispensables à une paix durable, le gouvernement provisoire avait en vue la réduction des armements, l'établissement de tribunaux internationaux, etc. Il a tenté de maintenir l'effort de guerre russe mais il a été gravement compromis par la formation d'un comité de soldats qui exigeait « la paix sans annexions ni indemnités ».

Comme Robert V. Daniels, l'auteur de Octobre rouge : la révolution bolchevique de 1917 (1967) précise : « Le 20 avril, la note de Milyukov est rendue publique, accompagnée d'une intense indignation populaire. au palais Marinsky (le siège du gouvernement à l'époque) pour exiger la démission de Milyukov. Avec les encouragements des bolcheviks, les foules ont défilé sous la bannière « A bas le gouvernement provisoire ».

Le 5 mai, Pavel Milyukov et Alexandre Goutchkov, les deux membres les plus conservateurs du gouvernement provisoire, sont contraints de démissionner. Milyukov a été remplacé par Mikhail Tereshchenko et Guchkov par Alexander Kerensky. Il a visité le front de l'Est où il a prononcé une série de discours émouvants où il a appelé les troupes à continuer le combat. Le 18 juin, Kerensky annonce une nouvelle offensive de guerre. Encouragés par les bolcheviks, favorables aux négociations de paix, il y eut des manifestations contre Kerensky à Petrograd.

Terechchenko a poursuivi le cours de politique étrangère de Milyukov, ce qui a conduit à son conflit avec les opposants à la participation de la Russie à la Première Guerre mondiale. Kerensky n'était pas non plus disposé à mettre fin à la guerre. En fait, peu après son entrée en fonction, il a annoncé une nouvelle offensive estivale. Les soldats du front de l'Est ont été consternés par la nouvelle et les régiments ont commencé à refuser de se déplacer vers la ligne de front. Il y avait une augmentation rapide du nombre d'hommes qui désertaient et à l'automne 1917, environ 2 millions d'hommes avaient quitté officieusement l'armée. Certains de ces soldats sont rentrés chez eux et ont utilisé leurs armes pour s'emparer des terres de la noblesse. Des manoirs ont été incendiés et, dans certains cas, de riches propriétaires terriens ont été assassinés. Kerensky et le gouvernement provisoire ont émis des avertissements mais ont été impuissants à arrêter la redistribution des terres dans les campagnes.

Après l'échec de l'offensive de juillet sur le front de l'Est, Kerensky remplace le général Alexei Brusilov par le général Lavr Kornilov, en tant que commandant suprême de l'armée russe. Les deux hommes s'affrontent bientôt sur la politique militaire. Kornilov voulait que Kerensky rétablisse la peine de mort pour les soldats et militarise les usines. Le 7 septembre, Kornilov exigea la démission du cabinet et la remise de toute autorité militaire et civile au commandant en chef. Kerensky a répondu en limogeant Kornilov de ses fonctions et en lui ordonnant de retourner à Petrograd.

Kornilov envoya maintenant des troupes sous la direction du général Krymov pour prendre le contrôle de Petrograd. Kerensky était maintenant en danger et il a donc appelé les Soviétiques et les Gardes rouges à protéger Petrograd. Les bolcheviks, qui contrôlaient ces organisations, ont accepté cette demande, mais dans un discours prononcé par leur chef, Lénine, il a clairement indiqué qu'ils se battraient contre Kornilov plutôt que pour Kerensky. En quelques jours, les bolcheviks avaient enrôlé 25 000 recrues armées pour défendre Petrograd. Pendant qu'ils creusaient des tranchées et fortifiaient la ville, des délégations de soldats ont été envoyées pour parler aux troupes qui avançaient. Des réunions ont eu lieu et les troupes de Kornilov ont décidé de refuser d'attaquer Petrograd. Le général Krymov s'est suicidé et Kornilov a été arrêté et placé en garde à vue.

Alexander Kerensky est maintenant devenu le nouveau commandant suprême de l'armée russe. Son soutien continu à l'effort de guerre le rendit impopulaire en Russie et le 8 octobre 1917, Kerensky tenta de récupérer son soutien de gauche en formant une nouvelle coalition comprenant davantage de mencheviks et de socialistes révolutionnaires. Cependant, avec les bolcheviks contrôlant les Soviétiques, et maintenant capables de faire appel à 25 000 milices armées, Kerensky n'a pas pu réaffirmer son autorité.

Le 14 octobre, Kerensky est allé visiter le champ de bataille et a demandé à Konovalov d'être Premier ministre par intérim. Le 22 octobre, Konovalov est allé avec Mikhail Terechchenko déjeuner avec l'ambassadeur britannique George Buchanan. Ils ont tous deux dit à Buchanan que Kerensky était trop socialiste pour lutter efficacement contre « les forces de l'anarchie ». Konovalov a fait ce qu'il pouvait pour organiser des troupes fidèles, mais il menait une bataille perdue d'avance.

Le 24 octobre 1917, Lénine écrivit une lettre aux membres du Comité central : « La situation est tout à fait critique. Il est plus clair que maintenant, déjà, repousser l'insurrection équivaut à sa mort. De toutes mes forces, je veux convaincre mes camarades que maintenant tout ne tient qu'à un cheveu, qu'à l'ordre du jour sont désormais des questions qui sont décidées non par des conférences, non par des congrès (pas même des congrès de soviets), mais exclusivement par les populations, par la masse, par la lutte des des masses armées… Quoi qu'il arrive, ce soir même, cette nuit même, le gouvernement doit être arrêté, les officiers subalternes qui les gardent doivent être désarmés, etc. et gagnera probablement aujourd'hui), mais risque de perdre beaucoup demain, risque de tout perdre."

Le 24 octobre au soir, l'ordre est donné aux bolcheviks d'occuper les gares, le central téléphonique et la Banque d'État. Le lendemain, les gardes rouges encerclèrent le Palais d'Hiver. À l'intérieur se trouvait la majeure partie du Cabinet du pays, bien que Kerensky ait réussi à s'échapper de la ville. Le Palais d'Hiver était défendu par des Cosaques, quelques officiers subalternes de l'armée et le Bataillon des Femmes. À 21 heures. les Aurore et la forteresse Pierre et Paul a commencé à ouvrir le feu sur le palais. Peu de dégâts ont été causés, mais l'action a persuadé la plupart de ceux qui défendaient le bâtiment de se rendre. Les Gardes rouges, dirigés par Vladimir Antonov-Ovseenko, pénétrèrent alors dans le Palais d'Hiver et arrêtèrent les ministres. Le 26 octobre 1917, le Congrès panrusse des Soviets se réunit et passa le pouvoir au Conseil soviétique des commissaires du peuple.

Après la Révolution russe, Konovalov a émigré en France. Il décède à Paris le 28 janvier 1949.

Palchinsky attendait dans la pièce extérieure pour rapporter la décision aux bolcheviks. Ses notes indiquaient : « Percée dans les escaliers. Décision de ne pas tirer. Refus de négocier. Sortir à la rencontre des assaillants. Antonov maintenant en charge. Je suis arrêté par Antonov et Chudnovsky. Les deux chefs bolcheviks entrèrent seuls dans la salle des Malachites et exigeèrent que les gardes cadets se rendent. Les cadets ont remis leurs armes. Dans la salle intérieure, l'un des ministres a suggéré qu'ils s'asseyent tous à table dans une position de dignité officielle. Là, ils attendirent, impuissants, d'être arrêtés.

Un instant plus tard, la foule des assaillants avec Antonov à sa tête a fait irruption par la porte du cabinet. Antonov n'était pas du genre à terrifier un adversaire, et le ministre de la Justice Maliantovich a pu se faire une bonne impression de lui : « Le petit homme portait son manteau ouvert et un chapeau à large bord repoussé sur sa nuque ; il avait de longs cheveux roux et des lunettes, une courte moustache taillée et une petite barbe. Sa courte lèvre supérieure remontait jusqu'à son nez quand il parlait. Il avait des yeux incolores et un visage fatigué. Pour une raison quelconque, son devant de chemise et son col l'attiraient particulièrement mon attention et collé dans ma mémoire. Un très haut col plié empesé soutenait son menton. Sur son doux devant de chemise, une longue cravate rampait de sa veste à son col. Son col, sa chemise, ses poignets et ses mains étaient ceux d'un très homme sale."

Le Premier ministre par intérim Konovalov s'est adressé calmement à Antonov : "C'est le gouvernement provisoire. Que voudriez-vous ?"

Aux yeux myopes d'Antonov, les ministres "se fondirent en un seul point gris pâle tremblant". Il a crié : « Au nom du Comité militaire révolutionnaire, je vous déclare en état d'arrestation.

« Les membres du gouvernement provisoire se soumettent à la violence et se rendent pour éviter l'effusion de sang », répondit Konovalov, au milieu des huées de la foule bolchevique. Il était 2 h 10 le matin du jeudi 26 octobre.

A la demande d'Antonov, les ministres lui rendirent pistolets et papiers. Chudnovsky a pris le rôle des personnes arrêtées - tout le cabinet, à l'exception de Kerensky et de Prokopovitch. C'était la première fois que les assaillants savaient que le principal prix leur avait échappé, et dans leur colère, certains des soldats ont crié des demandes pour tirer sur le reste des ministres. Antonov a nommé une garde des marins les plus fiables pour faire descendre les prisonniers jusqu'à la place, a désigné Chudnovsky comme commissaire du palais et a envoyé un message à Blagonravov à la forteresse Pierre-Paul pour lui dire que le gouvernement s'était vraiment rendu et pour ordonner que les cellules des prisons soient préparées pour recevoir le gouvernement provisoire. "Nous avons été placés en état d'arrestation", a écrit le ministre de l'Agriculture, Maslov, "et on nous a dit que nous serions emmenés à la forteresse Pierre-Paul. Nous avons ramassé nos manteaux, mais celui de Kishkin était parti. Quelqu'un l'avait volé. un habit de soldat. Une discussion s'engagea entre Antonov, les soldats et les matelots pour savoir s'il fallait conduire les ministres à destination en automobile ou à pied. On décida de les faire marcher. Chacun de nous était gardé par deux hommes. En traversant le Palais, on aurait dit qu'il était rempli d'insurgés, dont certains étaient ivres. Lorsque nous sommes sortis dans la rue, nous étions entourés d'une foule, criant, menaçant... et exigeant Kerensky. La foule semblait déterminé à se faire justice lui-même et l'un des ministres a été un peu bousculé." Les participants bolcheviques ont admis que la foule était « ivre de victoire » et a menacé de lyncher les captifs terrifiés. Un détachement d'une cinquantaine de marins et d'ouvriers fut formé pour les conduire à la forteresse.

Antonov a commencé à s'éloigner avec le groupe, quand soudain des coups de feu ont retenti de l'autre côté de la place. Tout le monde s'est dispersé, et lorsque le groupe s'est réuni, cinq des ministres manquaient à l'appel. Il y avait plus de cris pour tuer les autres, mais Antonov a remis le détail en mouvement de manière ordonnée. Encore une fois, près du pont Troitsky, ils ont été tirés d'une automobile. C'était une voiture pleine de bolcheviks qui n'étaient pas au courant de la victoire. Antonov a sauté sur la voiture et a crié son identité; jurèrent les marins, et les occupants de la voiture échappèrent de justesse aux coups. Finalement, le groupe atteignit la porte de la forteresse Pierre-Paul, où les cinq ministres disparus se présentèrent avec leurs gardes dans une voiture. Les ministres étaient enfermés dans les mêmes cellules humides qui avaient autrefois renfermé les ennemis du tsar.

À l'intérieur du Palais, il y avait un quasi-chaos. Les soldats ont commencé à piller les meubles impériaux, jusqu'à ce qu'une garde de marins, d'ouvriers et "les soldats les plus conscients" soient postés pour les arrêter. D'autres soldats et marins ont fait irruption dans les caves impériales et ont commencé à s'abreuver dans une frénésie sauvage. Les troupes envoyées pour arrêter l'orgie se saoulèrent à leur tour. Finalement, un détachement de marins se frayait un chemin et dynamitait la source du trouble. Sur la place du Palais, le tumulte s'apaise peu à peu. Le commissaire Dzenis a écrit : « L'ordre a été rétabli. Des gardes ont été postés. Le régiment de Kexholm a été mis en garde. Vers le matin, les unités se sont dispersées dans leurs casernes, les détachements de gardes rouges sont retournés dans leurs quartiers, et les spectateurs sont rentrés chez eux. pensa : « Le pouvoir a été pris, mais que va-t-il se passer ensuite ?

Il y eut un bruit derrière la porte et elle s'ouvrit comme un éclat de bois jeté par une vague, un petit homme entra dans la pièce, poussé par la foule qui se précipitait après lui, comme de l'eau, aussitôt déversée dans tous les coin et rempli la pièce.

« Où sont les membres du gouvernement provisoire ?

— Le gouvernement provisoire est là, dit Kornovalov en restant assis.

"Qu'est-ce que vous voulez?"

« Je vous informe, vous tous, membres du gouvernement provisoire, que vous êtes en état d'arrestation. Je suis Antonov-Ovseenko, président du Comité militaire révolutionnaire.

« Faites-les passer, les fils de pute ! Pourquoi perdre du temps avec eux ? Ils ont assez bu de notre sang ! hurla un petit matelot en frappant le sol avec son fusil."

Il y eut des réponses sympathiques : « Que diable, camarades ! Collez-les tous à la baïonnette, faites-en une besogne !

Antonov-Ovseenko leva la tête et cria vivement : « Camarades, gardez votre calme ! Tous les membres du gouvernement provisoire sont arrêtés. Ils seront emprisonnés dans la Forteresse Saint-Pierre et Saint-Paul. Je n'autoriserai aucune violence. Conduisez-vous calmement. Maintenir l'ordre! Le pouvoir est maintenant entre vos mains. Vous devez maintenir l'ordre!"


L'ancien recteur de l'université de Kazan, l'académicien Alexander Konovalov est décédé à l'âge de 87 ans

Toute la carrière d'Alexander Konovalov a été consacrée à l'Université de Kazan.

En 1956, il est diplômé de la Faculté de chimie de l'Université de Kazan. L'année suivante, il est embauché au département de chimie organique, alors dirigé par le célèbre académicien Boris Arbouzov . De 1968 à 1972, Konovalov a été doyen de la faculté de chimie, de 1974 à 1990, président du département de chimie organique, et de 1979 à 1990, il a été recteur de l'université d'État de Kazan.

En dehors de cela, il a travaillé comme directeur de l'Institut de chimie organique et physique (Centre de Kazan de l'Académie des sciences de Russie), président du Présidium du Centre de Kazan du RAS, vice-président de la Société chimique russe Mendeleev, membre de le Présidium de RAS, et Président du Conseil Scientifique de RAS sur la Chimie Organique et Organo-élémentaire.

Les principaux intérêts scientifiques de l'académicien Konovalov étaient la chimie organique physique, la chimie des composés organophosphorés, la chimie des ressources naturelles renouvelables, la chimie supramoléculaire et la nanochimie. Il est co-auteur de plus de 1 000 articles et livres et a déposé plus de 50 brevets.

En 1963, sous la direction de l'académicien Arbuzov, il a soutenu sa thèse de doctorat “Synthèse de Diène et complexes de transfert de charge”. La thèse de Konovalov's DSc 'Enquête sur le mécanisme de la réaction de synthèse du diène' (1974) contenait une étude cinétique et thermodynamique exhaustive de la réaction de synthèse du diène. Lui et ses étudiants ont résolu le problème fondamental le plus important de la chimie organique physique - l'établissement de facteurs qui déterminent la réactivité des additifs dans les réactions [2 + 2], [3 + 2] et [4 + 2] cycloaddition. Dans le cadre d'une régularité unique, un changement de la réactivité (constantes de vitesse de réaction) des systèmes réactifs dans une gamme colossale (20 ordres de grandeur) a été décrit, un type "neutre" de réaction de synthèse de diène a été découvert, qui a achevé la classification de ces réactions selon la caractéristique donneur-accepteur.

Konovalov et ses étudiants ont apporté une contribution significative à l'étude des processus de solvatation dans les solvants organiques. Pour la série de travaux « Développement des fondements théoriques de la chimie des solutions non aqueuses et leur utilisation pratique », dans lesquels la thermodynamique de la solvatation et les interactions intermoléculaires dans les solvants non aqueux ont été étudiées et les lois quantitatives des processus ont été créées, il a reçu le prix d'État en science et technologie (1987).

Une approche originale a été proposée par Konovalov et ses collaborateurs pour étudier l'acidité des composés organiques dans des solutions de diverses capacités de solvatation. L'utilisation d'un système supramoléculaire de type “guest-host” (métal cation – cryptand) comme contre-ion a conduit à la création sur une base unique d'une échelle universelle d'acidité de paires d'ions applicable aux solvants de toute polarité lorsque appliqué aux composés avec une plage de propriétés acides (pKA) de 5-40.

En 1979, il est élu recteur de l'université de Kazan. Au cours de ses onze années à ce poste, il s'est attaché à développer l'infrastructure, la recherche et la réputation internationale de l'Université. Des efforts importants ont été consacrés à la remise à neuf et aux réparations. Le musée d'histoire a été créé, des bâtiments résidentiels ont été construits pour l'observatoire de banlieue de l'université, l'observatoire du Caucase a été créé notamment, le célèbre centre culturel et sportif UNICS de KFU a été construit au cours de ses deux mandats à la tête de l'université.

À partir de 1995, Konovalov et son équipe se sont tournés vers la chimie supramoléculaire. Le résultat d'une recherche appliquée complexe a été la création de bases scientifiques pour le traitement technologique de matières premières végétales renouvelables (amarante, lupin) afin d'isoler des substances biologiquement importantes et des composants alimentaires : pectines, protéines, etc. Une technologie développée de production de pectine, l'utilisation des déchets de la production de lait fermenté, le lactosérum de lait, est sans danger pour l'environnement. Sur la base de dérivés organophosphorés d'hétérocycles azotés, un stimulateur de croissance des plantes efficace, le Melafen, a été créé, qui agit à des concentrations extrêmement faibles.

Ces dernières années, l'intérêt scientifique de Konovalov s'est concentré sur l'étude de solutions aqueuses fortement diluées. L'effet des concentrations ultra-faibles et des champs électromagnétiques a été découvert, ce que les solutions de nombreux composés chimiques sont capables de présenter. L'essence de l'effet est que dans les solutions aqueuses de composés de nature chimique variée, à des concentrations ultra-faibles et uniquement en présence de champs électromagnétiques externes, des structures à l'échelle nanométrique (jusqu'à 400 nm, potentiel de -2 à -20 mV) (nanoassociés ) constituées majoritairement de molécules d'eau et initiées par un soluté se forment.

Parmi les récompenses de l'académicien Konovalov figurent l'Ordre du Drapeau rouge du travail, l'Ordre de l'amitié des peuples, l'Ordre d'honneur, l'Ordre du mérite à la patrie, l'Ordre du mérite à la République du Tatarstan, le Prix d'État de l'Union soviétique, le Prix d'État de la République du Tatarstan, le prix National Triumph, la médaille d'or Mendeleev, la médaille d'or Butlerov et le prix international Markovnikov.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille et aux amis d'Alexandre Konovalov. Ses contributions incommensurables à l'Université resteront à jamais gravées dans la mémoire de ses collègues et étudiants reconnaissants.


Alexandre Konovalov

Nous avons besoin d'au moins 200-300 personnes, c'est la seule chose qui peut nous sauver. Sinon, on ne s'en sortira pas.

Le ministre Konovalov appelle la Douma municipale de son bureau et parvient à dire quelques mots à l'effet que le palais a été saisi.

Le Comité militaire révolutionnaire a fait irruption. Nous n'avons qu'un petit nombre de cadets. Dans quelques minutes, nous serons arrêtés.

« Au nom du Comité militaire révolutionnaire, je vous déclare arrêté ! », dis-je. "Les membres provisoires du gouvernement se rendent pour éviter une effusion de sang", a répondu Konovalov.

Les membres du gouvernement provisoire se rendent pour éviter une effusion de sang.

Antonov a prononcé toutes les personnes arrêtées au nom du MRC et a commencé à dresser une liste de toutes les personnes présentes. Le ministre Konovalov a d'abord signé son nom, puis Kishkin et d'autres. Kerensky n'était pas au palais.

La réunion du Gouvernement provisoire touche à sa fin au Palais d'Hiver. Ils ont approuvé un plan de capture de Smolny. Tous les ministres rentrent chez eux, seuls Kerensky et son adjoint, le ministre du Commerce Alexandre Konovalov, restent.

Kerensky n'était pas là. J'ai demandé où il était, et Konovalov a répondu que Kerensky était parti à 11 heures du matin dans une voiture et se dirigeait vers les troupes qui se dirigeaient vers Petrograd pour soutenir le gouvernement provisoire.

Une session du gouvernement provisoire s'ouvre. Konovalov rapporte les événements de la nuit dernière et relaie les nouvelles du départ de Kerensky et de la situation actuelle de la défense. Les ministres expriment leur mécontentement face à l'insuffisance des mesures de protection mises en place autour du Palais d'Hiver.

Une députation des Cosaques arriva au Palais d'Hiver. Le chef du gouvernement par intérim Alexandre Konovalov est parti pour négocier avec eux, après avoir nommé à sa place le ministre de la Marine Dmitri Verdeversky.

инистр торговли и промышленности Alexander Konovalov suggère de rester au Palais d'Hiver jusqu'à l'arrestation. Tout le monde accepte la suggestion à l'unanimité.

Le Soviet des députés ouvriers et soldats de Pétrograd a déclaré le gouvernement destitué et exigé le transfert du pouvoir sous la menace de bombardement du Palais d'Hiver par les chanoines de la forteresse Pierre et Paul et du cuirassé « Aurora ». Le gouvernement ne peut que céder le pouvoir à l'Assemblée constituante et a décidé de ne pas se rendre et de se rendre pour protéger l'armée et le peuple. Accélérez l'envoi des troupes.


Alexandre Konovalov

M. Alexander Konovalov est directeur de la gouvernance d'entreprise et des affaires juridiques chez Navigation-Information Systems JSC.

Directeur financier chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Chef du département de coopération étrangère chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Senior Vice President chez Sistema JSFC (Private Equity)

Probabilité de relation : forte

Directeur technique chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Directeur-Contrôle Interne & Audit chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Directeur - Achats des services de gestion et appels d'offres chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Directeur des relations publiques chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Directeur chez Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : forte

Ancien chef de la direction et directeur de Navigation-Information Systems JSC

Probabilité de relation : moyenne

Président chez Russian Towers OOO

Probabilité de relation : moyenne

Révélez des informations plus approfondies sur les relations de votre organisation
avec RelSci Contact Aggregator.

Renforcez vos applications d'entreprise avec le leader de l'industrie
Données de relation de l'API RelSci.

Obtenez des informations de contact sur le
Décideurs les plus influents au monde.

Découvrez la puissance de votre réseau avec
Produits RelSci Premium.

Navigation-Information Systems JSC fournit des services de navigation. Il propose un système de surveillance des transports conçu pour automatiser et diriger les opérations des unités mobiles d'intervention d'urgence, des véhicules et des équipements. L'entreprise développe des technologies de navigation par satellite. La société a été fondée en 2007 et a son siège à Moscou, en Russie.

Alexander Konovalov est affilié à Navigation-Information Systems JSC

Restez informé et à jour sur votre réseau avec les nouvelles RelSci et le service d'alerte commerciale. Nourrissez votre réseau et poursuivez vos objectifs commerciaux grâce à des renseignements intelligents sur les personnes et les entreprises qui comptent le plus pour vous.

Parcourez les profils détaillés de 12 millions de personnes et d'organisations influentes. Trouvez les relations RelSci, les antécédents professionnels, les membres du conseil d'administration, les dons, les récompenses et plus encore.

Découvrez d'anciens élèves notables des meilleures universités et organisations. Développez votre pool de collecte de fonds et faites des présentations chaleureuses à de nouvelles relations d'affaires potentielles.

Exploitez la puissance de vos relations avec RelSci Pro, la plate-forme puissante pour identifier les opportunités commerciales et les connexions axées sur les relations qui peuvent propulser votre carrière.

Restez informé et à jour sur votre réseau avec les nouvelles RelSci et le service d'alerte commerciale. Nourrissez votre réseau et poursuivez vos objectifs commerciaux grâce à des renseignements intelligents sur les personnes et les entreprises qui comptent le plus pour vous.

Parcourez les profils détaillés de 12 millions de personnes et d'organisations influentes. Trouvez les relations RelSci, les antécédents professionnels, les membres du conseil d'administration, les dons, les récompenses et plus encore.

Découvrez d'anciens élèves notables des meilleures universités et organisations. Développez votre pool de collecte de fonds et faites des présentations chaleureuses à de nouvelles relations d'affaires potentielles.

Exploitez la puissance de vos relations avec RelSci Pro, la puissante plate-forme pour identifier les opportunités commerciales et les connexions axées sur les relations qui peuvent propulser votre carrière.


Fichier : Alexander Konovalov, septembre 2010.jpeg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant15:21, 22 mars 20163 906 × 3 114 (6,66 Mo) Russian Rocky (discussion | contributions) http://archive.government.ru/media/2010/9/9/34559/image.jpeg
22:23, 13 août 2012 />452 × 360 (45 Ko) INS Pirat (discussion | contributions)

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Fichier:Alexander Konovalov, septembre 2010 (rogné).jpeg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant03:53, 11 janvier 20181 663 × 2 145 (2,25 Mo) Stalin990 (discussion | contributions) Fichier:Alexander Konovalov, septembre 2010.jpeg recadré 57 % horizontalement et 31 % verticalement à l'aide de CropTool avec mode précis.

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Alexandre Konovalov - Histoire

Friedrich Griess, geb. am 25.4.1932 à Vienne

1950 Matura am Stiftsgymnasium à Melk
1950-1956 Studium der Elektrotechnik an der TH Vienne
1952-1954 Besuch der theologischen Kurse "Laienjahr"
1956-1957 Postgraduate Studium à Saclay/Frankreich
1957-1964 Mitarbeiter von Siemens à Vienne
1959 Eheschließung mit Mag. Léopoldine, geb. blague
Kinder : Bernhard (1960), Wiltrud (1963), Helge (1966),
Gernot (1969)
1964-1970 Forschungstätigkeit à Halden/Norwegen
1970-1995 Systemberater bei IBM à Vienne
seitdem "aktiver Pensionniste".

Seit meiner Jugend bemühe ich mich, einen Beitrag zu einer evangeliumsgemäßen Reform der katholischen Kirche zu leisten. Es ist schön, dabei viele Gleichgesinnte um sich zu wissen. Ich bemühe mich auch, in meiner Pfarrgemeinde etwas dazu beizutragen. Ich unterstütze die Plattform Wir sind Kirche und ich arbeite in der Laieninitiative mit.

Meine leidvollen Erfahrungen anlässlich des Beitritts eines meiner Kinder zu den Smiths Freunden veranlassten mich, in der "Gesellschaft gegen Sekten- und Kultgefahren" mitzuarbeiten. Im Rahmen des "Internationalen Jahres der Freiwilligen 2001" wurde mein Einsatz in der Broschüre "Gesichter der Menschlichkeit" des Bundesministeriums für soziale Sicherheit und Generationen gewürdigt. Von 22. Mai 2005 bis zum 17. Mai 2009 war ich Präsident der FECRIS und bin dort weiterhin tätig.

Ich informiere Sie auch gerne über Tvind/Humana/DAPP/UFF/. .

Sie können mir gerne Nachrichten envoie :

Diese Seite wurde am 13. Oktober 1999 eingerichtet. Sie sind der . Besucher.


20 revues avec la plupart des citations GAP

La bibliographie GAP contient actuellement 2217 notices. Entre autres, il contient des publications de 1961 dans des revues (le reste sont des livres, des thèses de doctorat, des prépublications, etc.). These journal publications represent 331 journal, but almost a half of them (1042 papers) are published in the following 20 journals:

  1. J. Algebra : 258 : 137 .: 88
  2. (*) Discrete Math.: 66
  3. (*) Experiment. Math.: 42 : 41 .: 41
  4. (*) European J. Combin.: 38
  5. (*?) LMS J. Comput. Math.: 37
  6. (*) J. Pure Appl. Algebra: 37 .: 36
  7. (*) Des. Codes Cryptogr.: 35 : 33 .: 26
  8. (*) J. Combin. Theory Ser. UNE: 25 .: 25 .: 22 : 20 .: 18 .: 17

It’s interesting, however, which of these journals suggest publishing code together with the paper? I have marked with (*) journals where the guidelines for authors (click on the journal title to see them) at least mention an opportunity to submit supplementary material, though the wording used may be quite different. For example, Elsevier’s Discrete Math., European Journal of Combinatorics, J. Pure Appl. Algebra, J. Combin. Theory (Ser.A) and Advances in Mathematics all say “Supplementary files offer the author additional possibilities to publish supporting applications, high-resolution images, background datasets, sound clips and more”, so the code could go under “more”. Experimental Mathematics is more explicit in suggesting that “detailed code can be submitted as a computer supplement”.

There is no information available at the moment for the LMS Journal of Computation and Mathematics, which is currently closed for new submissions, awaiting for the LMS Special General Meeting tomorrow, but there were some in the past. You may see an example how they worked in the paper by Meinolf Geck linked from “In which journals should I publish my software” post by Neil Chue Hong of the Software Sustainability Institute.

Finally, Designs, Codes and Cryptography accepts “electronic multimedia files (animations, movies, audio, etc.) and other supplementary files to be published online along with an article or a book chapter”. In particular, it says that “specialized format such as .pdb (chemical), .wrl (VRML), .nb (Mathematica notebook), and .tex can also be supplied”.

I haven’t discovered suggestions to submit the code in other journals from the list above. I am happy to be corrected in case I’ve overlooked them, but in this case other authors could probably overlook them too…


Interview with Alexander Konovalov, CEO Technologies Improving the World (TIW)

Moneycab: Mr. Konovalov, the name of your company «Technologies Improving the World», TIW, immediately sets the pace. How did it go from the very beginning in 2014, were you able to improve the world a little?

Alexander Konovalov: Of course, the history of the company dates back much earlier. In my childhood, I was already fond of physics, radio electronics technology always interested me. But my life gave me the opportunity first to become a civil engineer, then an economist, then get an SE MBA degree, work as a financial director of an industrial corporation, then be a shareholder in some industrial enterprises and engage in my consulting business in finance and legal practice. This long journey (17 years) has allowed me to get unique experiences in different spheres, it helps me very much and distinguishes our company from a lot of start-ups.

I always understood that all my hard work does not improve the world in any way. At the same time, ideas that occurred to me 3-5 years earlier than they were introduced, were being continually implemented somewhere in the large technological corporations.

The ideas of Droid Translator and United Help came to me in 2011. Each of them is the solution to some situations that I had to face personally. As for the idea of DROTR, I know only Russian and Ukrainian, I don’t speak English. As for the United Help idea, it was that one time I encountered an attack on myself without the possibility of calling for help, and when my son was born, I had to think about his safety.

„Ukrainian Forbes included my patent for smartphone voice control in the list of five best patents.“ Alexander Konovalov, CEO Technologies Improving the World (TIW)

In 2011, as an experiment, we created the world’s first newsreader with voice control. You could drive, listen to news from the Internet and manage the paging with your voice. I enjoyed it, and it was really convenient. Later, Ukrainian Forbes included my patent for smartphone voice control in the list of five best patents. But the application had to be abandoned because it could not be monetized (all newsreaders from major players came for free). Although even then I was convinced that with such innovations the world would become a better place. People are thankful, and that’s great.

I understood that not only I needed the ideas of DROTR and United Help, but the whole world did. It took me almost two years to finally turn my life upside down at 35 and start implementing my ideas to life in 2013. It wasn’t easy to pick the name for the company, and I decided to name it literally for what we really were going to do – Technologies Improving the World. And then I saw the astonished eyes of our clients, experts at Paris LeWeb-2013, a lot of publications and reviews around the world. It’s such an inexpressible feeling when you understand the value of what you are doing and the importance of this for the whole world. It’s nice to realize that we were the first in the world to implement calls with translation. We even started a world trend in development in the field of translation, including many our current followers. We have an exciting journey lying ahead of us, but the whole basis for developing this global business is already laid.

What is the ownership structure of TIW, are you looking for additional investors or shareholders?

We have a simple ownership structure – we are equal partners with Eugen von Rubinberg. Rubinberg AG (Switzerland) works with investors and partners, and I am engaged in the management of operational activities and product development. My main function is to generate innovations and implement them. Innovations are not only technologies but also new approaches to business.

«I plan to get a working visa in Switzerland and move there with my family to fully immerse myself in scaling business and building a global sales system.»

For today, we are open to proposals for cooperation and investment, but we treat this issue very carefully. We have the resources to launch our products to the market we know where and how to sell them – getting investments is not the goal. We aim to be on the same page with our partners, to believe and have ambitions to build one of the best and largest companies in the world. For this, of course, we need to unite efforts with a lot of people and companies, and we are already actively moving in this direction.

The headquarters of the company is located in Switzerland, and the development takes place mainly in Kyiv and Prague. Comment est-ce arrivé? In which regions and countries do you see the greatest growth opportunities for TIW?

We have an R&D center in Kyiv. As you know, engineers in Ukraine are highly qualified and recognized throughout the world. In Kyiv, only development of products will be held. Since the products are ready and the sales are starting, we have already opened an office in Germany, Mannheim (to launch United Help). We are also preparing central offices in Switzerland, Germany for the development of sales. Besides, we began to work on the establishment of a representative office in the United States. All sales, PR, marketing, strategic management – everything will be concentrated on the team in Switzerland, which we have partially put together and will continue to develop. This year, I plan to get a working visa in Switzerland and move there with my family to fully immerse myself in scaling business and building a global sales system.

One of the most significant problems for most start-ups is start-up financing, and then financing growth. TIW already employs more than 80 people. How did you finance this growth and how will you fund further expansion?

Yes, it is very difficult to resolve the issue of start-up financing. At this stage, most companies stop. You need to think, do, do well, sell and only then rely on some investments.

I managed to solve this issue in such a way that I funded the company initially of my own resources. Later, Eugen von Rubinberg became the investor, and we were able to start gaining momentum.

Now I am sure that our clients, the large companies that are interested in our products, will become the best investments and assets. Sales are the best thing. Of course, for the development of sales, too, investment is needed, and the amounts needed here are quite large. For this, we reached preliminary agreements with some investment funds and private investors. I think that in parallel with sales, we will solve this issue and attract additional funding for a global start.

The TIW portfolio includes five products in the field of communications, security and the Internet of Things. Where do you now see the greatest chance for success, which idea should lead to a breakthrough?

The world is always full of opportunities. Each of our products is not just a technology it’s a new business opportunity. For example, DROTR – it would seem a busy niche, but the issue of monetizing this market has not yet been resolved. WhatsApp, e.g., has about $ 200 million per year of operating costs, while remaining free of charge and ads. Strange business, isn’t it? But they of all people know what they are doing and why. We have our approach: we discovered four new ways to monetize a messenger and attract user traffic. We will soon begin to announce them, as we enter the market.

United Help is a global personal security system. Strangely enough, while security is the basic need of people – there is no leader in the personal security market. More precisely, there is no such market at all. Of course, United Help has every chance of becoming this world leader. It will be a business that is far superior regarding profitability to the advertising business, on which today Facebook and Google are built. The value and worth of a business must and will depend on the benefits that it brings. Yes, we have been making this decision for a long time, planning to launch by fall. But this is the case when it is undoubtedly worth it.

«Each of our products is not just a technology it’s a new business opportunity.»

Ausweis.io was also created at the very beginning of a new trend in the smart access market. In this market, too, there is no world leader. We plan to become it as we have all the possibilities and a ready-made product.

We also created our solution in the online advertising market – CashTime, and a new monetization model for social applications – YouGiver. The solutions are ready, the sales began, and they too have every chance of global success.

I look forward to a DROTR breakthrough in the field of messaging and communications approaches, United Help – in creating a new personal security market, Ausweis.io – in the field of access services, CashTime – in the field of online monetization and advertising, and YouGiver – in the sphere of monetization of social services and е-commerce.

And these are not just ideas – they are ready-made solutions that have been evaluated by experts from each of the industries and start their journey to the global market.

With five different products, TIW has an exceptionally broad set-up for a startup. How do you use the resources for further development, do you plan time staggering or possibly focusing on individual offers?

Each product has its team and strategy of launching and promoting. Our products partially complement each other and are linked together, so the promotion of one helps the others. We create a synergistic effect from their interaction. For example, the Ausweis.io built-in alarm will be connected to call the response group using United Help when the door unlocks is unauthorized DROTR is the first YouGiver client with real gifts embedded in the messenger. All products are clients of CashTime since advertising is needed for everyone. Also, they have shared markets and customers.

It is also worth noting that all of our ideas are venture products. The fact that we can provide such diversification for our investors significantly reduces their risks. With the success of any of the products, we will be able to ensure a multiple growth in investments. With the success of two or more products – the return on investment can amount to hundreds and thousands of percent, as it has already been many times in the world history. I am sure our products today are the best tool for medium and long-term investment.

Your first development, DROTR (Droid Translator), can do almost anything WhatsApp can, plus translate voice and text messages into more than one hundred languages. Quoi dans the application is intellectual property and how does DROTR succeed in the market against such a strong competitor as WhatsApp?

We are not trying to compete with WhatsApp or Skype. On the contrary, it’s Skype who is trying to compete with us, partially integrating the translation functions. For me, this is actually good, because they confirm the correctness of our path. Despite the fact that we are still the only service in the world providing a translation of voice and video calls to 44 languages for Android and iOS platforms. The functions of translation are no longer our strategic advantage. Today the world has changed. Competing with technology is a very short-term competitive advantage. The best competitive advantage, the most valuable invention, is the new business model. For DROTR, we have four such new monetization models, and we will compete with just that. I’ll be able to tell about this later, as the public launch of each option starts.

«The best competitive advantage, the most valuable invention, is the new business model.»

Since DROTR is free, how are you planning on making money on this?

As I mentioned above, we have four new monetization models. At the same time, the application can remain free of charge and ads and earn money honestly. Having experience in attempts of copying our ideas in the field of translation and security, I will better discuss the details later.

You are planning a completely new approach with CashTime. Here, users are paid for the time spent on online advertising. Then you can spend profits on other online services, such as movies, music, games or magazines. Who is the target audience and how do you want to attract enough market participants to make it attractive?

Yes, this is a new approach. The online advertising market today is one of the largest markets in the world ($ 220B with a growth potential of up to $ 300B in the next three years). We created a product that solves a lot of problems in this market when with existing solutions advertisers lose not only money but often reputation and attitude towards their brand. In CashTime, the advertiser immediately benefits in 60%. As you know, at least 30% of the click fraud is machine-based and bots. We completely solved this problem.

«CashTime payments will only be conducted for real human contact with an understanding of the advertisement and positive attitude towards it.»

The second 30% are ad blockers. There is a constant increase in the number of users who install ad blockers. We also completely solved this problem. But the main thing is that the advertiser receives a motivated and positive contact. For large brands, this is much more valuable than money loss. People engaged in advertising know the problem of neighboring ads and negative attitude towards annoying advertising. We solved this issue. How exactly? It is a matter of a separate professional discussion. But for business owners, people who are responsible for the result, we provide a simple understanding that CashTime payments will only be conducted for real human contact with an understanding of the advertisement and positive attitude towards it. It is a completely new approach. I’m glad we managed to create such a solution as I was an advertiser and faced all the shortcomings of existing solutions.

With Ausweis.io, you aim to solve a problem that affects us several times a day: opening and closing doors and entrances. How does your range of access solutions differ from major lock manufacturers such as Kaba, or supplementary systems such as Danalock?

If you briefly recall the Ausweis.io idea story, it all started when I arrived in Zurich in 2016, and my plane landed at 1 am. I needed to get to the rented apartment, but to find the key I needed to figure out a photo emailed to me. The trick was that the instruction was in German. Was it a quest? Although the idea to make it possible to share the key to a rented apartment occurred to me before, this story became determinant so that we could improve the world even in this segment.

Ausweis.io is an entirely new approach to access management. First of all, it is essential to understand that we are not a smart lock, as the solutions you indicated. We are an access sharing service. Ausweis Device is a smart controller that can work both online and offline, manage any electromechanical, electromagnetic locks, gates, barriers. It can also be installed along with the existing access control systems, for example, where the old cards are already used. At the same time, our device due to its simplicity and versatility is much cheaper than any other solution, convenient and easy to install. So how do we differ? We are entirely different we just cannot be compared. We can provide the functionality that smart locks do and much more. Smart locks cannot provide the functionality that we do. At the same time, the market for our access control systems, and smart locks is almost empty. I think that practically no one has seen this in action, everything is just starting in this market.

At the end of the interview, you have two wishes. Which are they?

I wish for the new technologies and innovations to work for the benefit of society and make the world a better place, as we do. Secondly, I wish for TIW to become the world leader with each of its products, providing the best return on the investments for its partners and investors who believe in us.


File:Alexander Konovalov, March 2010.jpeg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant15:30, 22 March 20163,249 × 2,583 (2.19 MB) Russian Rocky (talk | contribs) http://archive.government.ru/media/2010/3/31/29113/image.jpeg
22:22, 13 August 2012 />422 × 360 (32 KB) INS Pirat (talk | contribs)

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Voir la vidéo: Kick box: Adrijan Horvat vs Aleksandar Konovalov -Dont Blink (Janvier 2022).