Informations

La littérature de la guerre froide sur la survie à une attaque atomique est plus étrange que la science-fiction


La famille nucléaire idéale : maman lit une histoire à sa fille pendant que papa met le ventilateur en marche

Avec les bombardements américains d'Hiroshima et de Nagasaki dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, l'humanité a été plongée dans l'ère atomique.

La détonation par l'Union soviétique de son premier engin nucléaire le 29 août 1949 a contribué à propulser davantage les puissances mondiales dans une époque qui serait caractérisée par la concurrence, la paranoïa et la technologie de la guerre froide.

Destruction mutuelle assurée

La paix que l'Union soviétique et les États-Unis ont (principalement) connue pendant la guerre froide est souvent attribuée à la doctrine de la destruction mutuelle assurée (MAD), dans laquelle les deux parties ont constitué des arsenaux massifs d'armes nucléaires.

Toute utilisation de ces armes signifiait que les deux parties seraient détruites, il était donc naturel que ni l'une ni l'autre ne lance une telle attaque.

Science-fiction nucléaire

Bande dessinée américaine sur la guerre froide de 1952.

La toile de fond de la guerre nucléaire et de la course à l'espace a alimenté l'imagination des deux côtés du rideau de fer nouvellement formé entre les États américains et soviétiques.

En Amérique, les médias de science-fiction étaient peuplés d'extraterrestres et de robots infâmes, métaphores à peine déguisées d'acteurs soviétiques ou communistes. Les œuvres créatives ont facilité l'expression et le traitement de nos peurs les plus sombres et de nos espoirs les plus désespérés.

Sur le grand écran, le rayonnement pourrait littéralement transformer la vie en quelque chose de monstrueux. En réalité, cela a transformé la psyché de tout le monde - et de nombreuses arrière-cours de banlieue américaine, qui ont été équipées d'abris conçus pour voir leurs occupants traverser les ravages d'une attaque nucléaire.

La vérité gouvernementale est plus étrange que la fiction

Dan s'est assis avec Julie McDowall pour parler des plans de la Grande-Bretagne en cas d'Armageddon nucléaire pendant la guerre froide. Ils discutent également de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et de son tristement célèbre héritage.

Regarde maintenant

Le langage du gouvernement était bien plus factuel que celui d'Hollywood.

Tiré de « You Can SURVIVE », Bureau exécutif du président, National Security Resources Board, Civil Defence Office, NSRB Doc. 130 :

Ne vous laissez pas induire en erreur par des propos vagues sur des armes imaginaires cent ou mille fois plus puissantes. Tous causent des destructions exactement par les mêmes moyens, mais une bombe de 20 000 tonnes ne causerait pas autant de dégâts qu'une bombe de 10 000 tonnes larguée à une petite distance l'une de l'autre.

(Eh bien, remerciez Dieu pour cela.)

Alors que la peur et la paranoïa ont créé un boom dans les médias de fiction, la littérature publiée et distribuée par le gouvernement américain se lit aussi bizarrement que n'importe quelle bande dessinée de science-fiction de l'époque.

La « Protection contre les chutes » du ministère de la Défense suggère qu'un abri urbain pourrait remplir l'objectif d'un centre communautaire en temps de paix, donnant à l'abri une double utilisation peu encombrante :

Les adolescents grégaires n'ont souvent pas de lieu de rencontre après l'école où ils peuvent se détendre avec des sodas et jouer au jukebox. Cet abri peut servir à de telles fins admirablement ; ici, une réunion scoute se déroule dans une section tandis que les adultes assistent à une conférence illustrée dans une autre.

Il ne s'agissait pas de rêveries fantaisistes – une attaque nucléaire était une possibilité réelle, comme le prouvent les événements de la crise des missiles de Cuba. Des publications telles que "Fallout Protection: What to Know and Do About a Nuclear Attack" et "Survival Under Atomic Attack" expliquent avec des détails assez clairs comment construire votre propre abri et ce que l'on pourrait attendre de vous dans un nettoyage post-atomique. jusqu'à effort.

Ils explorent également les aspects pratiques d'un séjour prolongé dans un abri souterrain, comme le contrôle de la vermine, le maintien d'un assainissement approprié et le traitement de la maladie des radiations.

L'abri antiatomique urbain sert également de centre pour les jeunes et d'amphithéâtre.

Quels sont les équivalents de la guerre froide aujourd'hui ?

Bien que la menace nucléaire ne se soit pas évaporée de notre conscience collective, elle a été largement remplacée par d'autres peurs et distractions similaires, du terrorisme-paranoïa aux jeux sur smartphone et ordinateur omniprésents en passant par les « promenades de zombies ».

Mais le fil qui relie la réalité à la fiction, la peur au style de vie est toujours présent et les structures du pouvoir corporatif et politique l'utilisent avec au moins autant d'effet que pendant la guerre froide.

Il se peut que les sites Web « Que faire en cas d'attaque terroriste » d'aujourd'hui deviennent aussi pittoresques et curieux avec l'âge que n'importe quelle brochure gouvernementale de l'époque de la guerre froide. Espérons encore plus.

Cet article utilise des éléments du livre How to Survive an Atomic Attack: A Cold War Manual d'Amberley Publishing.


La littérature de la guerre froide sur la survie à une attaque atomique est plus étrange que la science-fiction - Histoire


La montée en puissance de la science-fiction a commencé avec une bombe. Aux petites heures du matin du 6 août 1945, un petit vol de bombardiers américains B-29 a largué un seul engin nucléaire au-dessus de l'île japonaise de Honshu. La bombe est tombée pendant quarante-trois secondes avant d'exploser, comme prévu, à plusieurs milliers de pieds au-dessus de la ville d'Hiroshima. Les États-Unis ont largué une deuxième bombe sur la ville de Nagasaki, sur l'île de Kyushu, le 9 août. Le Japon s'est rendu aux Alliés moins d'une semaine plus tard. La nouvelle de la bombe a balayé le globe, l'âge atomique avait commencé.

Seize heures seulement se sont écoulées entre la destruction d'Hiroshima et l'annonce de l'attentat par le président Truman. Après cela, la nouvelle s'est propagée presque instantanément. Le 7 août, au lendemain d'Hiroshima, le New York Times a publié pas moins de onze articles sur l'attentat. Alors que quatre-vingt-dix-huit pour cent des Américains avaient entendu parler de la bombe, personne, à l'exception d'un très petit nombre de décideurs, n'en savait grand-chose. Il y avait beaucoup d'espace pour que l'imagination des Américains se déchaîne.


Les Américains étaient ambivalents à propos de la nouvelle science atomique pour une bonne raison. Jamais auparavant le paradoxe du progrès scientifique n'avait été aussi frappant. La puissance atomique avait gagné la guerre dans le Pacifique, mettant fin à des mois d'île en île sanglante par les forces alliées. De nombreuses personnes, parmi lesquelles le président Harry Truman, pensaient que la bombe avait empêché une invasion des îles japonaises et ainsi sauvé des vies des deux côtés. Dans le même temps, cependant, la preuve du potentiel destructeur de l'atome a été gravée dans le sol japonais. Les Américains n'étaient pas assez naïfs pour penser que ce genre de ruine ne pourrait jamais être infligé à leur nation. Après tout, ce que les militaires appelaient cliniquement le bombardement stratégique était répandu même avant la bombe. Les Américains étaient habitués à l'idée de réduire en ruines des villes entières et de compter les civils comme belligérants. Maintenant, cependant, ce terrible niveau de destruction pourrait être atteint avec une seule arme.

Dans ce climat, la science était dans tous les esprits. Les scientifiques, en particulier ceux qui avaient travaillé dans les laboratoires qui avaient produit la bombe, sont sortis de l'anonymat presque du jour au lendemain. Et l'Amérique voulait plus de scientifiques. Dans les décennies qui ont suivi la bombe, les réformateurs des programmes ont poussé l'enseignement des sciences dans les écoles du pays, dans l'espoir de grossir les rangs des scientifiques américains. Le but ultime des réformateurs des programmes d'études parfois subtilement exprimé, parfois non, était d'enrôler de jeunes Américains comme guerriers froids. La science, comme l'atome lui-même, était devenue une arme.


Fin août 1949, l'Union soviétique testa sa première arme atomique sur les steppes sèches du nord-est du Kazakhstan. L'appareil a été appelé First Lightning par les Russes et simplement Joe-1 par les Américains, d'après le Premier ministre soviétique Josef Stalin. (Les armes russes construites par la suite pour les essais nucléaires portaient la désignation RDS pour Rossiya Delayet Sama, ce qui signifie, entre autres, la Russie le fait elle-même.) armes nucléaires. La plupart ont compris que la fin de la brève période de domination nucléaire américaine était inévitable. Mais la détonation du premier éclair et les tests soviétiques qui ont suivi en étaient la dure preuve. La guerre nucléaire avait été une hypothèse, maintenant c'était une possibilité tangible.


Chez nous, le House Un-American Activities Committee (HUAC) du Congrès a semé la paranoïa et la méfiance de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années cinquante. La Chambre des représentants a créé HUAC dans le but d'étouffer le soi-disant sentiment anti-américain dans les organisations politiques, sociales et artistiques nationales. Les audiences de la commission ont atteint leur paroxysme à la fin des années quarante, aidées par la peur en sueur de Joseph McCarthy, un sénateur junior du Wisconsin. Les listes noires interdisaient aux communistes présumés de travailler (avec ou sans preuves solides de participation à des activités anti-américaines). Les audiences de la HUAC et l'anticommunisme omniprésent qu'elles représentaient ont généré ce que l'historien américain Richard J. Hofstadter appellerait le style paranoïaque de la politique américaine dans un essai influent de Harper de 1964. L'anticommunisme strident a créé une vision du monde dans laquelle la république était constamment menacée non seulement de l'extérieur, mais de l'intérieur.


C'est au cours de ces années que les Américains sont devenus fascinés par l'exploration spatiale. Mais même cette opportunité de progrès s'est présentée dans un climat de contestation. En octobre 1957, l'Union soviétique a lancé Spoutnik 1, le premier satellite artificiel à faire le tour de la terre. Spoutnik illustre le lien entre le progrès scientifique et la guerre froide : la fusée qui a mis en orbite le minuscule satellite était une version modifiée du R-7 "Semyorka", un missile balistique intercontinental conçu à l'origine pour transporter des ogives nucléaires. De près, Spoutnik était modeste, il pesait moins de 200 livres et mesurait moins de deux pieds de diamètre. Mais son vol réussi a déclenché la course à l'espace entre les États-Unis et l'Union soviétique et a engendré une toute nouvelle série de craintes qui se joueraient dans les dernières décennies de la guerre froide.


Scott Sagan et Kenneth Waltz, La propagation des armes nucléaires (2002)

Deux éminents spécialistes de la politique internationale, Scott Sagan et Kenneth Waltz, débattent du pour et du contre des armes nucléaires. Ce texte sert d'introduction concise à une question qui résume certains des thèmes les plus fondamentaux des relations internationales : les États sont-ils rationnels ? Les États sont-ils souverains ? L'organisation internationale fonctionne-t-elle ?


Top 10 des livres sur la guerre froide

A quoi pensez-vous quand vous pensez à la guerre froide ? La réponse peut dépendre de votre âge. Pour les jeunes, c'est de l'histoire pour les personnes âgées, c'est l'un des moments qu'ils ont endurés dans tout un siècle de violence extraordinaire et de bouleversements pour les générations intermédiaires, c'est un peu des deux. Mais pour presque tout le monde, quel que soit son âge, la guerre froide semble rétrospectivement quelque peu nébuleuse : une guerre sans début ni fin clairement définis, alors qu'une grande partie de l'action était clandestine et que les règles de base étaient obscures, une guerre de brume et de brouillard, peut-être.

Cela en fait une guerre particulièrement intéressante du point de vue d'un écrivain. Mon roman, The Long Room, se déroule en 1981, une époque où il pouvait sembler que les dangers les plus graves de la guerre avaient déjà été écartés, mais qui était encore imprégnée d'un niveau constant d'anxiété. Comme nous le savons maintenant, cette inquiétude était justifiée jusqu'en 1983, les dirigeants soviétiques ont confondu un exercice de routine de l'OTAN avec une couverture pour une attaque nucléaire imminente.

L'incompréhension mutuelle, la peur, la méfiance, la quasi-impossibilité de distinguer la réalité de l'illusion - les caractéristiques de cette époque en font le cadre idéal pour un roman qui parle d'espionnage mais aussi d'isolement et d'amour obsessionnel. Quelle chance nous avons que le monde ait survécu à la guerre froide et puisse se permettre de la laisser devenir une histoire et une toile de fond fictive.

Des dizaines de livres auraient pu faire cette liste. J'en ai choisi quelques-uns qui me semblent donner une forte idée de ce que c'était de vivre la guerre froide et des peurs que les gens avaient.

Je me rends compte que la liste laisse de côté le point de vue soviétique. S'il y a un compte rendu de ce que le conflit a ressenti pour un citoyen ordinaire de l'URSS qui a cru à la rhétorique officielle, je serais heureux de le savoir.

1. Dix-neuf quatre-vingt-quatre de George Orwell
Orwell prend sa place en tête de cette liste en tant que premier écrivain à utiliser le terme « guerre froide » en relation avec les conditions géopolitiques immédiatement après la seconde guerre mondiale (dans Vous et la bombe atomique). Nineteen Eighty-Four reste la vision qui définit le régime totalitaire. Il nous a fourni un vocabulaire que nous utilisons encore et qui est aussi pertinent aujourd'hui qu'il l'était quand Orwell l'a écrit. "Si vous voulez une image du futur, imaginez une botte frappant un visage humain - pour toujours."

2. La guerre froide de John Lewis Gaddis
Un récit admirablement lucide et complet de l'impasse nucléaire - ses origines et ses causes, sa fin et ce qui s'est passé entre les deux. Élégamment écrit pour le lecteur général, c'est une introduction essentielle.

3. HMSO Civil Defence Handbook No 10 (1963): Conseiller le chef de famille sur la protection contre les attaques nucléaires
Blanchissez vos fenêtres. Équipez une salle de retombées. Utilisez vos réserves d'eau avec parcimonie. Si vous devez sortir, mettez des bottes en caoutchouc et une écharpe. "Mais même alors, c'est toujours dangereux." Y a-t-il jamais eu un concept plus effrayant que la Destruction Mutuellement Assurée ? Ce petit livret, avec ses illustrations enfantines, fait paraître Armageddon presque terre à terre.

Photo de la version animée de When the Wind Blows (1986) Photographie : Ronald Grant Archive/Channel 4

4. Quand le vent souffle par Raymond Briggs
Ce roman graphique de l'artiste le plus aimé pour Le bonhomme de neige pourrait sembler destiné aux enfants. Mais tout enfant qui le lirait ferait bientôt des cauchemars. Voici ce qui se passe lorsque la bombe tombe réellement et qu'un couple de personnes âgées essaie de mettre en pratique les conseils de HMG. « Dieu tout-puissant canards ! Il ne reste que trois minutes !" Mais toute cette mise à disposition de fournitures et de badigeon est en vain. « Ooh regarde, mes cheveux sortent. J'ai de drôles de taches sur ma peau. Déchirant.

5. L'État secret : se préparer au pire 1945-2010 par Peter Hennessy
Ce récit fascinant des plans secrets du gouvernement pour lutter contre les attaques contre la Grande-Bretagne est une autre facette du même tableau. L'édition mise à jour couvre également la période de l'après-guerre froide : la menace d'Armageddon n'a pas pris fin avec la chute du mur de Berlin. La section sur les « lettres de dernier recours » est effrayante.

6. L'Espion qui venait du froid de John le Carré
N'importe quel roman de Le Carré sur la guerre froide aurait pu faire l'affaire. Mais je pense que celui-ci, le plus précoce, est le plus efficace. Il dépeint avec brio un monde sombre et amoral et il a établi la référence pour les nombreux autres romans explorant le même matériau.

7. Le livre de Daniel par EL Doctorow
Un roman extraordinaire. Totalement impitoyable, brutal et convaincant, il met en scène les Rosenberg, le couple exécuté en 1953 pour avoir comploté en vue de transmettre des secrets atomiques américains à l'Union soviétique. Vu à travers les yeux de leur fils, il donne un autre regard sur la guerre froide, celui de la gauche américaine engagée. Mais ce n'est pas une polémique au contraire, cela pénètre complètement dans le cœur d'un homme blessé et pose des questions importantes sur la loyauté, la trahison et l'engagement politique.

8. Le creuset d'Arthur Miller
La paranoïa à propos des « Rouges » a conduit dans les années 1950 au Comité des activités anti-américaines de la Chambre et à la chasse aux sorcières du sénateur McCarthy. Lui-même victime potentielle des purges, Miller a sagement choisi de protester indirectement contre elles, en utilisant comme métaphore les procès des sorcières de Salem en 1692. Ce faisant, il a donné une masterclass sur l'utilisation créative de l'histoire et a écrit l'une des pièces les plus puissantes du 20e siècle.

Alex Guinness dans l'adaptation de 1959 de Our Man in Havana, réalisé par Carol Reed. Photographie : Allstar/Cinetext/COLUMBIA

9. Notre homme à La Havane par Graham Greene
La guerre froide comme comédie. Wormald, un vendeur d'aspirateurs et un espion par inadvertance, envoie les renseignements britanniques en vrille avec ses dessins à l'échelle des pièces de « l'Atomic Pile Cleaner ». Greene a qualifié ce roman de divertissement, mais comme toutes les meilleures blagues, il a un côté sérieux et rappelle que la guerre froide n'a pas seulement été menée entre les superpuissances, mais a également aspiré de nombreuses petites nations.

10. Sur la plage par Nevil Shute
Shute est un écrivain démodé maintenant, mais il était extrêmement populaire dans les années 50 et 60. Ce roman de 1957, se déroulant en Australie, raconte l'après-guerre nucléaire mondiale. Semaine après semaine, un nuage radioactif balaie vers le sud, entraînant une mort inévitable. Légèrement maladroit, il ne gagnerait aucun prix pour le style littéraire – mais sa naïveté et sa prolifération de détails apparemment sans importance rendent en quelque sorte cette histoire de gens ordinaires en attente d'extinction à la fois crédible et touchante.


Voici ce que vous devez faire lors d'une alerte nucléaire

Il y a eu deux réactions fondamentales à Hawaï après avoir reçu le SMS du 13 janvier informant le public qu'un missile balistique se dirigeait vers eux.

D'une part, la couverture télévisée a suggéré que &ldquopanic&rdquo pourrait avoir été endémique avec des images vidéo de personnes courant, conduisant et plongeant pour se mettre à l'abri dans ce qui semblait être des trous d'homme et des sous-sols. Et qui pourrait blâmer ces personnes qui craignaient le pire et avaient peu d'informations préalables sur où aller ou quoi faire ? Surtout avec la proximité de l'État avec la Corée du Nord, qui dit que ses missiles balistiques peuvent transporter des ogives nucléaires.

D'un autre côté, bien que cela n'ait pas fait une bonne télévision, de nombreuses personnes, y compris un de mes amis en vacances à Maui, ont reçu le message d'avertissement, mais l'ont considéré comme "probablement une erreur", comme c'était effectivement le cas. J'ai également parlé au greffier en chef des admissions dans l'un des hôpitaux les plus fréquentés d'Hawaï. Elle était de service lorsque l'alerte est apparue sur son téléphone portable, mais elle est restée au travail. Elle dit qu'elle ne s'est pas sentie paniquée ou qu'elle a cherché un abri, en m'expliquant : « Eh bien, je pensais juste qu'il n'y avait rien à faire, alors pourquoi s'en soucier ? »

Ces deux réactions et le chaos provoqué par la panique et la complaisance fataliste et mdash montrent l'échec total à éduquer le public sur ce qu'il faut faire dans le cas où une explosion nucléaire s'est produite ou est imminente.

Peut-être que maintenant, alors que la frayeur de 38 minutes à Hawaï a toujours notre attention, nous avons un moment propice à l'apprentissage, une opportunité de fournir des informations utilisables dans ce que j'appellerais la deuxième ère de la menace nucléaire mondiale (le premier étant la guerre froide).

Maintenant, dans cette deuxième ère de menace, nous avons des États nucléaires voyous comme la Corée du Nord et des impasses nucléaires régionales, telles que la tension persistante entre l'Inde et le Pakistan, qui possèdent tous deux au moins 100 ogives nucléaires prêtes à être lancées si la situation s'envenimait. de contrôle. (L'Inde vient, pour la première fois, de tirer avec succès son premier missile balistique intercontinental à capacité nucléaire.)

Il n'est pas non plus impossible pour une organisation terroriste de voler, acheter ou construire un engin nucléaire qui pourrait exploser dans une grande ville.

Alors, qu'est-ce qu'on que les individus doivent faire?

Premièrement, il y a quelques faits fondamentaux que le public devrait connaître sur la menace nucléaire.

En cas d'explosion nucléaire, il y a un flash extrêmement brillant (qui pourrait temporairement aveugler une personne qui regarde le flash) suivi d'une explosion extrêmement forte et de vents de force ouragan. Un engin de la taille de la bombe atomique que nous avons larguée sur Hiroshima effacerait toutes les structures et presque tout le monde à moins d'un kilomètre du point de détonation. Mais étant à distance du point zéro et à l'intérieur d'une structure de protection améliore considérablement les chances de survivre à l'explosion, aux incendies et à l'exposition aiguë aux rayonnements. (L'extérieur est le pire des scénarios, suivi d'être dans une voiture, puis une structure en bois et le meilleur est un bâtiment en béton ou en brique solide, sans fenêtres.)

Après l'explosion initiale &mdash et les vents se sont arrêtés &mdash, la prochaine grande préoccupation est les retombées radioactives. En général, vous disposez d'environ 15 à 20 minutes pour localiser et saisir un bon abri avant que les particules radioactives ne commencent à toucher le sol du nuage champignon de débris. Cela signifie être dans un sous-sol ou de préférence au cœur d'un bâtiment en briques ou en béton, loin des fenêtres et à au moins 15 pieds du toit. Si vous avez été à l'extérieur et exposé à des particules radioactives, il serait conseillé de vous brosser les cheveux, d'enlever et de vous débarrasser de la couche extérieure de vos vêtements et, si possible, de prendre une douche.

Ensuite, &mdash et c'est la clé &mdash afin d'éviter une exposition importante aux retombées radioactives, vous devez rester dans cet abri pendant au moins 12 à 24 heures, ou jusqu'à ce que les autorités disent que vous pouvez partir en toute sécurité et dans quelle direction vous devez voyager. Si tout le monde suivait ces conseils, des centaines de milliers de vies pourraient être sauvées dans un environnement urbain majeur qui a subi une explosion nucléaire.

Le mantra important ici est : &ldquoEntrez, restez à l'intérieur, restez à l'écoute !&rdquo

Mais qu'en est-il des villes ? Que doivent-ils faire pour se préparer à une catastrophe aussi terrible ? Comment maximisent-ils la survie ? Il existe quatre stratégies clés.

Tout d'abord, rendez public le message décrit ci-dessus. Faites savoir aux gens que suivre les directives de base sauvera des vies. Essayer de transmettre ce message lorsqu'une détonation est imminente ou s'est déjà produite est trop tard. Aussi, rappelez aux gens que notre société peut et survivrait à une seule bombe d'une nation voyou ou d'une organisation terroriste, même si ce serait certainement une tragédie accablante et sans précédent. Le fait est que nous sommes ne pas face à un effacement apocalyptique de la « vie telle que nous la connaissons », comme ce fut le cas pendant la guerre froide entre les puissantes puissances nucléaires.

Deuxièmement, assurez-vous qu'il existe un moyen solide et bien planifié de fournir des soins médicaux aux survivants. Anticipez la destruction ou la désactivation de larges pans du système de santé avant l'attaque. Travailler avec les ressources étatiques et fédérales pour mettre en place un plan réalisable pour fournir des services médicaux essentiels en dehors de la zone d'impact immédiat.

Troisièmement, réfléchissez bien à l'évacuation. Même si les responsables de la santé publique et pratiquement tous les citoyens aimeraient aller aussi loin que possible pour les décombres contaminés par les radiations à la suite d'une attaque nucléaire de n'importe quelle source, la réalité de l'évacuation serait un défi monumental. (Pensez à l'heure de pointe un vendredi soir d'un week-end férié, puis multipliez la situation par 500.) Pensez aux accidents et aux crises médicales en cours de route. Considérez où et comment les gens obtiendraient du carburant, de la nourriture et de l'eau. Et réfléchissez à la manière de vous assurer que les sites de destination recevant et prenant soin des évacués malades, terrifiés et traumatisés sont prêts pour des années potentielles d'absorption de milliers de nouveaux résidents dans leurs communautés.

Quatrièmement, planifiez maintenant la récupération et lancez un concept encore plus difficile que l'évacuation. La contamination radioactive, la destruction de bâtiments et d'infrastructures et la perturbation massive des services sociaux, des écoles, de l'emploi et de l'économie en général peuvent faire de la reprise un processus de plusieurs décennies dans le meilleur des cas.

Il n'y a pas de doute qu'une explosion nucléaire serait une tragédie indicible et complexe. Ce fait ne devrait pas être édulcoré au public ou aux fonctionnaires. Malheureusement, il y a tout simplement trop d'armes nucléaires sur la planète pour exclure la possibilité qu'une ou plusieurs d'entre elles soient utilisées par des nations en guerre ou par un groupe terroriste voué à la destruction.

Hawaï nous a rappelé que nous vivons dans un monde dangereux rendu encore plus dangereux parce que nous n'y sommes pas préparés. Nous devons prévoir le pire, tout en espérant le meilleur. Espérons que la fausse alarme à Hawaï soit un signal d'alarme et que lorsque le drame du moment passe, nous n'agissons pas comme si ce n'était rien de plus qu'une alarme snooze où nous "appuyons sur le bouton" et retombons dans la complaisance.


Liste complète des films post-apocalyptiques

    « Nous allons commencer par celui qui a à peine figuré sur la liste car il est animé et de science-fiction, mais il est également post-apocalyptique et suffisamment intéressant pour faire la coupe. Une poupée de chiffon se réveille dans un monde post-apocalyptique et détient la clé du salut de l'humanité.
  1. 20 ans après (2008) – Vingt ans après la guerre nucléaire suivie de pestes, aucun enfant n'est né depuis 15 ans. Une femme tombe enceinte et les gens se battent pour la contrôler.
  2. 2019 : Après la chute de New York (1983) – Après une guerre nucléaire, deux groupes se battent à New York pour la dernière femme fertile sur Terre.
  3. Gladiateurs du Texas 2020 (1982) – Il s'agit d'un film italien se déroulant dans le Texas post-apocalyptique où une bande de guerriers combat un régime fasciste.
  4. Un garçon et son chien (1975) C'est un film étrange, mais un garçon de 18 ans préoccupé par la nourriture et le sexe est accompagné d'un chien télépathique sur la Terre après la guerre nucléaire. Le chien aide le garçon à trouver des femmes. Le garçon aide le chien à trouver de la nourriture.
  5. Un endroit calme (2018) – Faire du bruit équivaut à une condamnation à mort. Dans ce monde post-apocalyptique, de mystérieuses créatures chassent par le son. Une famille essaie de survivre.
  6. Après la Terre (2013) – L'humanité a été forcée de quitter la Terre il y a un millénaire. Le général Cypher et son fils adolescent s'écrasent sur la surface hostile de la Terre, où ils doivent se battre pour survivre.
  7. Conséquences (2014) – Des nuages ​​​​de champignons s'élèvent et neuf survivants désespérés doivent choisir entre mourir dans leur abri ou s'aventurer dans les terreurs du monde extérieur.
  8. Aérien (2015)– L'air n'est plus respirable, et après un dysfonctionnement dans un bunker souterrain, ils sont obligés de partir.
  9. Amérique 3000 (1986) – Neuf cents ans dans le futur, après qu'une guerre nucléaire ait réduit l'humanité à l'âge de pierre, les femmes gouvernent le monde, mais un homme cherche à changer cela.
  10. Route de l'Apocalypse (2016) – Deux sœurs se séparent lors d'une dépression post-apocalyptique.
  11. Apocalyptique 2077 (2019) – Jack survit à l'apocalypse d'un bunker de recherche dans les Highlands écossais avec l'ordinateur AI de la station pour lui tenir compagnie. Huit ans plus tard, Jack & l'ordinateur IA a traversé les friches post-apocalyptiques pour délivrer un message. – Jacq est un agent d'assurance pour une société de robotique qui enquête sur les cas où des robots se modifient et trouvent de graves conséquences pour ce que cela signifie pour la race humaine.
  12. Fil de fer barbelé (1996) La deuxième guerre civile américaine a frappé en 2017. Barb Wire (Pamela Anderson) possède une boîte de nuit et elle est la femme la plus coriace de Steel Harbor, une ville ravagée par la criminalité où réside un nouveau type de mercenaire.
  13. Camion de bataille (1982) – Un film réalisé suite au succès de Mad Max. Pas si étrange que ça, il suit un scénario similaire de « besoin de gaz » 8221. Aussi allé par le titre Seigneurs de guerre du XXIe siècle. – Un film australien racontant l'histoire d'employés et de résidents d'un établissement psychiatrique qui se retirent dans un bunker souterrain après le début de la guerre nucléaire. Ils deviennent enfermés sous terre et il ne faut pas longtemps avant que les résidents de l'institution cherchent à prendre le contrôle.
  14. Le sang des héros (1989) – Dans un avenir post-apocalyptique, une femme rejoint un groupe de combattants sportifs (Juggers) qui se battent contre des combattants de l'élite dirigeante.
  15. Ordre mondial bleu (2017) – Un IEM tue tous les enfants de la planète sauf un – et maintenant son père doit la protéger.
  16. Nichoir (2018) – Une force mystérieuse tue des gens partout dans le monde. Si vous le regardez, vous mourez. Les survivants doivent naviguer dans le monde les yeux bandés.
  17. Bokeh (2017) – Un couple est en vacances en Islande lorsqu'un éclair de lumière se produit et qu'ils se réveillent pour découvrir que tout le monde a disparu. Maintenant, ils doivent se battre pour survivre tout en essayant de comprendre ce qui s'est passé.
  18. Tueur de primes (2013) – Les pouvoirs des entreprises détruisent la planète avec leur cupidité, une prime est donc placée sur la tête des chefs d'entreprise. Deux tueurs de primes s'affrontent pour la gloire et la fortune d'avoir le plus de victimes.
  19. Café Chair (1982) – (Nous vous avons dit que c'est un Achevée liste des films post-apocalyptiques !) C'est un film porno de science-fiction culte où, dans un avenir ravagé par le nucléaire, les gens sont soit séropositifs, soit négatifs. Les négatifs ne peuvent pas avoir de relations sexuelles et ils obligent les positifs à jouer pour eux.
  20. Femmes captives (1952) – gratuit sur YouTube – C'est la ville de New York post-apocalyptique et trois tribus de mutants se battent pour survivre. Oh, et il y a des femmes captives.
  21. Cerise 2000 (1987) « Dans le futur post-apocalyptique, la femme androïde d'un homme court et il ne se contentera d'aucun autre modèle. Cela l'oblige à engager un traqueur (Melanie Griffith) pour le faire traverser la redoutable Zone Sept pour trouver un autre Cherry 2000.
  22. Enfants des hommes (2006) – Un film anglo-américain qui se déroule 18 ans après la naissance du dernier bébé et la stérilité de l'humanité. Puis une femme tombe enceinte.
  23. Ville de Braise (2008) « Une catastrophe était sur le point de détruire le monde, alors une « ville de braise » a été construite sous terre pour abriter les survivants pendant 200 ans. Le film se déroule alors que les générateurs alimentant la ville commencent à tomber en panne.
  24. Contagion (2011) – Ce film a connu une résurgence lorsque Covid-19 a frappé. Un film avec de bonnes critiques et des acteurs forts. Un virus frappe le monde durement et rapidement.
  25. Confinement (2015) – Les résidents d'un complexe d'appartements se réveillent et se retrouvent enfermés à l'intérieur par des personnes en combinaisons de protection contre les matières dangereuses. Ils ne savent pas qui est infecté et qui ne l'est pas. Ils commencent à se retourner l'un contre l'autre.
  26. Miettes (2015) – Le premier film post-apocalyptique se déroulant en Afrique ? C'est l'Éthiopie post-apocalyptique dans un film étrange mais intéressant où un héros inattendu se fraie un chemin à travers le paysage dans l'espoir de monter à bord d'un vaisseau spatial flottant.
  27. Cyborg (1989) – Un film typique de Jean-Claude Van Damme, uniquement post-apocalyptique. Une civilisation de la peste paralyse. Regardez Jean-Claude faire ce qu'il fait à une bande de méchants.
  28. Dark Vengeance (1992) – L'environnement est réduit à une friche empoisonnée et la société se retrouve avec des gangs en guerre. Un guerrier se bat pour ramener l'ordre.
  29. L'allée de la Damnation (1977) – À peine plus post-apocalyptique que science-fiction. Le monde a été renversé par les bombes nucléaires de la Troisième Guerre mondiale. Des tempêtes massives ont fait muter des scorpions géants et une aventure pour traverser le pays dans un véhicule blindé de transport de troupes de l'Armée de l'Air “Landmaster”.
  30. Jour de la fin du monde (1955)gratuit sur YouTube – Sorta science-fiction avec un monstre mutant, mais elle se déroule après une guerre nucléaire. Sept personnes s'abritent dans une vallée protégée avec un survivant et sa fille.
  31. Deadman Apocalypse (2016) – Un homme est le dernier espoir de sauver la terre mourante. Vivant isolé, piégé au plus profond de Labyrinthia, il doit tenter de s'échapper du sous-sol.
  32. Def-Con 4 (1985) – Un film canadien post-apocalyptique. Trois astronautes survivent à la troisième guerre mondiale pour combattre une faction paramilitaire.
  33. Charcuterie (1991) – À peine post-apocalyptique, mais intéressant pour justifier l'inclusion. Dans la France post-apocalyptique, un boucher propriétaire d'un immeuble dépeuple occasionnellement des locataires et les vend comme de la viande. C'est une comédie noire. (gratuit sur YouTube) – D'après un livre du même nom, un énorme tremblement de terre détruit la côte ouest et menace désormais la côte est également.
  34. Doomsday (2008) – Vingt-cinq ans après un virus dévastateur, une équipe se rend en Écosse post-apocalyptique pour combattre les survivants sauvages pour un remède.
  35. Guerriers des dunes (1990) – Un seigneur de guerre des terres désolées veut une ville et sa précieuse eau. Une femme et cinq guerriers se battent pour le défendre.
  36. Empire des cendres (1988) et Empire of Ash III (1989) – In the first movie, a virus has killed off much of civilization as people fight for survival. In the follow-up (labeled as III) new gangs fight for survival after the apocalypse.
  37. Endgame – Bronx lotta finale (1983) – Yet another Italian film set after a nuclear holocaust. Endgame is a television show where hunters and gladiators fight in what’s left of New York City.
  38. Equalizer 2000 (1988) – Two wasteland gangs fight for the “Equalizer 2000,” a powerful weapon that will ensure survival.
  39. Exterminators of the Year 3000 (1983) – An Italian/Spanish post-apocalyptic action film spurred by the success of Mad Max, and not-so-strangely follows a similar storyline. – An early nuclear war survival story, where only five Americans survive: a pregnant woman, a neo-Nazi, a black man and a bank clerk.
  40. Future World (2018) – This movie skipped theaters altogether (an indication of its quality). The queen of a post-apocalyptic desert oases sends her son into the barren wastes in search of medicine that might save her life. Raiders, a robot sex companion, and a drug lord help make up this movie’s cast of bad characters.
  41. Flu (2013) – English subtitles – A South Korean city near Seoul goes into chaos after an airborne virus begins infecting the population.
  42. Gas-s-s-s (1970) – A post-apocalyptic dark comedy about survivors of an accidental military gas leak that kills everyone on Earth over the age of 25.
  43. Glen and Randa (1971) – Decades after nuclear war devastated the earth, a young couple leave their tribe to explore what remains of the word. They know only what they’ve seen in pictures and comic books.
  44. Hardware (1990) – Nomads scavange for scrap in a blasted landscape. An ex-soldier gains possession of some spare android parts. What he doesn’t know is that they go to a lethal new android that can reassemble itself and kill.
  45. Hell (2011) – In the post-apocalyptic future, where rising temperatures have turned the world into a barren wasteland, survivors fight their greatest enemy – the sun. (English subtitles.)
  46. Hell Comes to Frogtown (1988) – This is a questionable add, I know. A nuclear holocaust renders most people sterile. A drifter (Sam Hell) is recruited for a very special assignment. He, and the dangerous Spangle, must brave the barren wasteland ruled by overgrown amphibians.
  47. I Am Legend (2007) – The third of three adaptations of Richard Matheson’s book Je suis une légende. Dr. Neville survived a plague that turned humans into killing mutants. He wanders NYC in search of others and in hopes of a cure. – This is one to watch during the holiday season! A woman and her son, staying in a bomb shelter during end times, wait as Christmas Eve approaches and their supplies dwindle. Watch as the mother is faced with difficult situations in order to save her son.
  48. Interzone (1987) – An Italian/American film where a monk is sent on a mission to protect the last fertile region left on earth.
  49. Into the Forest (2015) – In the Pacific Northwest, two sisters fight for survival after an apocalyptic blackout strikes.
  50. IO (2019) – The planet is devoid of oxygen and the last spaceship is about to leave for the colony on IO. Can they make it in time?
  51. It Comes at Night (2017) – A mysterious apocalypse leaves few survivors, and two families must share a home to stay safe. But will the real horror come from within?
  52. Land of Doom (1986) – Post-nuclear holocaust, survivors live in caves and roam the wasteland in gangs. A few want a better life – and go in search of a safe city.
  53. Le Dernier Combat (1983) – A French post-apocalyptic film. Shot in black and white and containing only two words of dialogue, it’s a world where people have been rendered mute and fight one another for survival.
  54. Light of My Life (2019) – In a post-apocalyptic world, years after a plague has wiped out nearly the entire female population, a man must hide his daughter from men the men looking for women.
  55. Mad Max (1979) – The original. Old school.
  56. Mad Max Beyond Thunderdome (1985) – Two men enter. One man leaves.
  57. Mad Max Fury Road (2015) – This movie needs no explanation. Watch it again. It’s sick.
  58. Malevil (1981) – In post-apocalyptic France, people struggle for survival and try to resist a dictator trying to force them under his control.
  59. Mortal Engines (2018) – Steampunk meets the post-apocalyptic word. Hundreds of years after a cataclysm, cities now roam the wasteland as gigantic machines, and London wants to bring the power of the old world back.
  60. Neon City (1991) – Another Mad Max clone movie that follows people trying to escape to Neon City after a solar disaster destroys much of earth.
  61. No Blade of Grass (1970) – An adaptation of the classic novel The Death of Grass, this movie follows the survivors of a plague that hit London. Food riots cause famine, and a man tries to lead his family to safety.
  62. On the Beach (1959) – Based on the classic 1957 Novel, in the aftermath of nuclear war, a deadly radioactive cloud slowly moves toward Australia.
  63. On the Beach (2000) – Based on the classic 1957 Novel, and a made-for-TV remake film of the 1959 version above, in the aftermath of nuclear war, a deadly radioactive cloud slowly moves toward Australia.
  64. Panic in Year Zero (1962) – The Baldwin family heads on vacation, but then Los Angeles falls victim to a nuclear attack. Harry and his family head to their fishing retreat in the mountains, but they can’t escape the frantic and irrational citizens.
  65. Phoenix the Warrior (1988) – Also went by She-Wolves of the Wasteland. Women – lots of post-apocalyptic women – fight each other for a fertile man to preserve the species.
  66. Planet of the Apes (1968) – Let this inclusion also stand for the original sequels (Beneath the Planet of the Apes, Escape from the Planet of the Apes, Conquest of the Planet of the Apes, et Battle for the Planet of the Apes). I’m not adding the newer versions, but in the classic 1968 movie, astronauts find themselves in a strange, post-apocalyptic world where apes dominate over humans.
  67. Quintet (1979) – Starring Paul Newman and taking place during a new ice age, people play a strange game of life and death.
  68. Raiders of the Sun (1992) – The apocalypse hit, and now a commando must defend the only village with gunpowder from a gang of raiders.
  69. Radioactive Dreams (1985) – This is a sci-fi comedy that takes place fifteen years after a nuclear war that expended the entire world’s nuclear arsenal but one missile, two nineteen-year-olds emerge from a bunker into a world of mutants and cannibals in a struggle to find the two keys that could launch the last missile.
  70. Ravagers (1979) – Based on the 1966 novel Path to Savagery. After a nuclear holocaust, creatures roam the earth looking to kill all survivors.
  71. Refuge (2013) – Society breaks down and the rules that bind us together rot as our selfish, animalistic qualities take over. Now a family struggles to survive.
  72. Robot Monster (1953)free on YouTube – Yes, this movie involves an alien, so it’s rather sci-fi, but oh isn’t it special (sarcasm). Anyway, the alien has killed off all but six people on the planet and is now trying to kill off the rest, but then he falls for a woman in the group…
  73. Scorched Earth (2018) – A Canadian/American post-apocalyptic film where a bounty hunter searches for the head of a dangerous gang.
  74. She (1982) – Well after the apocalypse, She helps retrieve a captured sister from a dangerous tribe.
  75. Six-String Samurai (1998) – This is a post-apocalyptic comedy following a rock ‘n’ roll samurai who takes an orphan under his wing on the way to Lost Vegas.
  76. Snowpiercer (2013)– A climate change experiment failed and froze the globe. Everyone died. Everyone but those who boarded the Snowpiercer, a train that travels around the globe.
  77. Solar Babies (1986) – In the post-apocalyptic sun-scorched world, a group of young orphans spend their time avoiding the dreaded “Protectorate” authorities. Then one orphan discovers a strange sphere that leads to a struggle.
  78. Soylent Green (1973)– Award-winning film starring Charlton Heston. Overcrowding, pollution, global warming – people in NYC struggle to stay fed. Great flick.
  79. Stalker (1979) – This is a Soviet post-apocalyptic movie, where “Stalker” leads a small expedition into a mysterious post-apocalyptic landscape known as the “Zone.” They travel through the debris of modern society.
  80. Steel Dawn (1987) – A Patrick Swayze post-apocalyptic action film where a warrior wanders the wasteland when he comes upon settlers who need his help.
  81. Stryker (1983) – Amazon women (with the help of Stryker) fight to defend their water supply in the wasteland. – A British series depicting the lives of a group of people who survived a previously unknown strain of influenza that has wiped out most of the human race.
  82. Tank Girl (1995)– A comedy based on the comic series of the same name. Tank Girl is one of a few survivors left, and with her tank, she fights against those trying to dominate a water supply.
  83. The Bad Batch (2016) – Starring Jason Momoa and Keanu Reeves, in a desert wasteland, a woman is kidnapped by a group of cannibals.
  84. The Book of Eli (2010) – Thirty years after the apocalypse, a man travels west in the former United States, fighting for survival, and protecting an important book that he carries with him.
  85. The Colony (2013) – The world froze over, but an underground colony must venture out to find another outpost.
  86. The Dark Age (2019) – A short, independent film that picks up seven years after a catastrophic solar storm destroys the global power grid, plunging humanity into darkness. It follows two women as they track down an electronic signal, leading to a deranged loner and his mysterious power supply.
  87. The Day (2011)– A Canadian post-apocalyptic film where five survivors must battle cannibals at an isolated farmhouse.
  88. The Day After (1983) – A made-for-TV movie where the U.S. is poised on the brink of nuclear war. Then it happens. People in small-town Kansas fight to survive. – A drug company hoping to build the perfect race releases a deadly virus. Eleven strangers wake up in a bunker. This is a Russian series with English subtitles.
  89. The Day the Earth Caught Fire (1961) – A British reporter, a veteran journalist, and a weather forecaster discover that nuclear explosions have altered the earth’s rotation. Fires and earthquakes strike cities as chaos and sickness descend as they try to put the planet back on its axis.
  90. The Divide (2011) – Nine strangers find themselves together in a bunker after a nuclear attack. They try to adapt to one another, but what lurks outside?
  91. The Domestics (2018) – A post-apocalyptic horror film where deadly gangs hunt a couple on the run.
  92. The Girl with All the Gifts (2016) – Twenty years ago a devastating fungus infected people and turned them into “hungries,” people that lose their mental capacity and feed on people. The uninfected live in heavily guarded areas or roam the wastes as scavenging “junkers.”
  93. The Last Days (2013) – (English subtitles.) – A mysterious epidemic spreads across the land where being outside causes death, trapping everyone indoors. A man sets off to find his girlfriend in Barcelona while trying to avoid ever going outside.
  94. The Last Man on Earth (1964) – The first of three adaptations of Richard Matheson’s book Je suis une légende. Vincent Price survived a global epidemic only to now face a race of zombie-like vampires.
  95. The Last Survivors (2014) – Society has collapsed and water is scarce. Set in Oregon, a greedy water baron begins clearing out survivors, but some won’t go without a fight.
  96. The New Barbarians (1983) – After a nuclear war, a few survivors try to read a distant land, fighting of an evil force along the way.
  97. The Noah (1975)– A nuclear war kills everyone on the earth except one man. He makes an imaginary friend to keep him company. Then a friend for his friend. Then an entire world.
  98. The Northlander (2016) – The year is 2961, and a hunter in one of the last surviving group of humans goes on a dangerous journey to save his people.
  99. The Omega Man (1971) – The second of three adaptations of Richard Matheson’s book Je suis une légende. Dr. Neville is the only survivor of an apocalyptic war beyond a few hundred nocturnal people that blame science and technology for their maniacal condition. Neville, a symbol of that science, is hunted by them.
  100. The Postman (1997) – A post-apocalyptic drifter (Kevin Costner) dons a postal worker’s uniform, grabs a bag of old mail, and heads out to deliver it.
  101. The Quiet Earth (1985) – A man awakens and find himself alone in the world. He finds two others.
  102. The Road (2009) – Based on the best-selling book of the same name, America is a gray, desolate, post-apocalyptic mess. A man and his boy make a dangerous journey toward the sea. The movie is like the book – epic.
  103. The Rover (2014) – Society has collapsed. A drifter crosses the wasteland, but a gang steals his car, so he goes on the hunt to get it back.
  104. The Road Warrior (1981) – You already know this movie. It’s the best.
  105. The Sisterhood (1988) – Amazon she-warriors fight a brutal group of men who survived the nuclear holocaust.
  106. The Survivalist (2015) – A survivalist lives off a small plot of land during a period of starvation. Two women show up looking for help, and his existence becomes threatened.
  107. The Ultimate Warrior (1975) – Post-plague NYC. A fighter helps defend a community with food, before they need to leave for shelter elsewhere.
  108. Threads (1984)– The U.S. and the Soviet Union go to war. A nuclear attack destroys a NATO base in England and a young couple struggles to escape the fallout.
  109. Time of the Wolf (2003) – A French post-apocalyptic film that follows a family as they seek safe haven at their holiday home only to find it occupied by others, and they are then turned away by neighbors.
  110. Tooth and Nail (2007) – “Foragers” fight cannibalistic “Rovers” in this post-apocalyptic horror film.
  111. Turbo Kid (2015) – In a post-apocalyptic wasteland, an orphaned teen battles a warlord to save the girl of his dreams.
  112. Virus (1980) – This Japanese films that also went by the title Day of Resurrection. A virus kills nearly the entire population, but the virus is ineffective at -10 degrees Celsius. Those stationed at Antarctica survive, but they have to race to stop nuclear missiles from being launched.
  113. WALL-E (2008) – A computer-animated science fiction flick where a robot, WALL-E (Waste Allocation Load Lifter Earth-class), spends his days cleaning up the planet for the last 700 years. He develops a sense of personality, and then meets a sleek and feminine robot sent down to scan for signs of life.
  114. Warrior of the Lost World (1983) – This is an Italian post-apocalyptic science fiction film where a warrior helps find a woman’s kidnapped father.
  115. Warriors of the Apocalypse (1985) – Civilization is destroyed by a nuclear war, and now an adventurer leads wanderers on a search for the Mountain of Life, encountering tribes, savages, and Amazon women along the way.
  116. Warriors of the Wasteland (1983) – After a nuclear holocaust, two mercenaries help wanderers fight off an evil band of bikers.
  117. Water Wars (2014) – Earth’s ecosystems have been destroyed and mankind is on the brink of extinction. Let the war for water begin.
  118. Waterworld (1995) – Polar ice-caps melted and the Earth is flooded, but a mutated mariner (Kevin Costner) fights to find dry land. – A young woman loses her family and comes upon a man from a religious commune who invites her to join them…
  119. Wheels of Fire (1985) – Another B movie attempt at Road Warrior. A bounty hunter, with his wheels of fire car, helps rescue a girl from a wasteland road gang.
  120. Where Have All the People Gone (1974) – A massive solar flare decimates almost all life on Earth. You only survived if you were underground at the time. A group of survivors goes cross country to find others.
  121. World Gone Wild (1987) – Earth in 2087 is a nuclear wasteland. An isolated outpost of survivors guard the source of their existence, but a mercenary leaders his gang of bikers to take it over.
  122. Young Ones (2014) – Water is scarce and a farmer must defend his land if he hopes to bring his parched soil back to life.
  123. Z for Zachariah (2015) – Most of civilization has been destroyed, and now two men compete for the love of a woman who may be the last female left alive.
  124. Zardoz (1974) – An Irish-American post-apocalyptic film set far in the future where Eternals rule over a savage group of Brutals. Zed (Sean Connery) questions the existence of the Eternals’ god.

There you have it – hours upon hours post-apocalyptic movies for your enjoyment. Again, if you are seeing holes in our list, please add the movie to the comments section below. I want this list of post-apocalyptic movies to be as complete as it can be.


Counterculture

During the Cold War, a backlash appeared against the idea that preparedness in the form of civil defense could protect the United States from an atomic attack. Satirist Tom Lehrer, for example, wrote the song “We’ll All Go Together When We Go” in 1959:

No more ashes, no more sackcloth.

And an armband made of black cloth

Will some day never more adorn a sleeve.

For if the bomb that drops on you

Gets your friends and neighbors too,

There'll be nobody left behind to grieve.

La zone de crépuscule also offered criticism of the fallout shelter obsession in the 1961 episode “The Shelter.” When an imminent attack is announced through CONELRAD, Bill Stockton takes his family into the well-stocked shelter he has built in his basement. The family’s neighbors, who have no such shelters, beg him to let them in before eventually breaking down the door. After another announcement reveals that the reported attack is only harmless satellites, everyone rejoices. One of the neighbors offers to pay for the damages, and Bill Stockton replies:

I wonder if anyone of us has any idea what those damages really are. Maybe one of them is finding out what we're really like when we're normal the kind of people we are just underneath the skin. I mean all of us: a bunch of naked wild animals, who put such a price on staying alive that they'd claw their neighbors to death just for the privilege. We were spared a bomb tonight, but I wonder if we weren't destroyed even without it.

Peter Sellers as Dr. Strangelove

The film openly mocks United States government policy, including deterrence theory. The title character, Dr. Strangelove, is an ex-Nazi nuclear advisor loosely based on RAND Corporation expert Herman Kahn (author of On Thermonuclear War, which references the doomsday machine) and Wernher von Braun (a German physicist who developed rockets for the Nazis during World War II and later came to work for the United States). As Dr. Strangelove explains, “Deterrence is the art of producing in the mind of the enemy the fear to attack. And so because of the automated and irrevocable decision making process which rules out human meddling, the doomsday machine is terrifying, simple to understand, and completely convincing.”

The final minutes of the film also mock the idea that fallout shelters could be used to survive nuclear war. Dr. Strangelove suggest building deep mineshafts to survive (complete with a 10:1 female-to-male ratio in order to repopulate), while one of the generals warns that the Soviets could do the some, potentially creating a “mineshaft gap” (a reference to the feared “missile gap” between American and Soviet nuclear forces). The movie ends with footage of American nuclear tests while the cheerful song “We'll Meet Again Someday” plays. Dr. Strangelove became a cultural icon, receiving four Academy Award nominations (including Best Director for Kubrick), and was selected by the Library of Congress for preservation in the National Film Registry in 1989.


Post-war British cinema was quick to grapple with the moral dilemmas of the atomic age

The film also employs a documentary-style realism showing the mass evacuation of London in preparation for the detonation. There was a striking willingness in family entertainment just after the horrors of WW2, to face the new possibility of annihilation. Val Guest’s The Day The Earth Caught Fire (1954) documents the breakdown of society and the environment as nuclear tests shift the earth’s axis and humanity hurtles towards doom through accelerated climate change. Even dramas purportedly about outer space and not bombs, such as George Pal’s When Worlds Collide (1951) or the Quatermass serials and films are really exploring the cataclysmic potential of this new power. Pal went on to add the Bomb to his film of The Time Machine (1960) so that HG Wells’ traveller witnesses a nuclear war in 1966. Stanley Kubrick’s Dr Strangelove still disturbs. And even The Ed Sullivan Show screened A Short Vision – a creepy British animated film about nuclear devastation in 1956, and twice in two weeks at that, traumatising a generation of children who saw it by chance.

A rosy view

But optimism about atomic power coexisted with the fear of the Bomb. Some children’s books, or comics such as Eagle in the UK, celebrated its liberating technological potential. It would be powering our cars and spaceships in a Jetsons or Dan Dare future just as the manned space programme grew directly out of the technological race to build the Bomb.


John Carpenter’s Tales of Science Fiction: Surviving Nuclear Attack #1 is Out Now!

Storm King just dropped the first issue of JOHN CARPENTER’S TALES OF SCIENCE FICTION: SURVIVING NUCLEAR ATTACK by Cat Staggs, Janice Chiang and myself and it’s pretty nifty.

Surviving Nuclear Attack #1 Cover by Cat Staggs

MAR192007(W) Joe Harris (A/CA) Cat Staggs

As the Cold War rose in the 1950s, military hero, Cpt. George Kutter and his family trained to be legacy survivors in the event of an atomic exchange with the Soviet Union. Prepared to wait out the aftermath of nuclear war, they were subjected to numerous simulations, scenarios, and stresses in hopes of helping salvage something of their family, their country and humanity from the ashes of a conflict with the Russians that never happened. But when a group of lost hunting buddies stumble upon a seemingly abandoned fallout shelter in the present-day Pennsylvania wilderness, they’ll uncover secrets best left buried. What was the nature of the secret Archonite initiative? What lengths did the United States go to in order to prepare for all-out war and its aftermath? What did the Kutter Family endure in preparation for their duty? And if World War III never broke out… why are they still down there?

In Shops: Jun 12, 2019
SRP: $3.99


A Science-Fiction Classic Still Smolders

The abbey at Monte Cassino is situated atop a rocky hill about eighty miles south of Rome and was founded in 529 by St. Benedict of Nursia. It was there that the Benedictine order established the principles of Western monasticism. From Monte Cassino, monks went out and set up monasteries across the Christian world. Generations of scribes labored in the abbey’s library to copy texts and preserve artifacts that dated to antiquity. According to “Monte Cassino,” a history by Matthew Parker, by the start of the Second World War the monastery’s collection had grown to forty thousand manuscripts, including the majority of the writings of Tacitus, Cicero, Horace, Virgil, and Ovid. While the monastery’s perch on top of fifteen hundred feet of rock provided security, its location, near the main road between Naples and Rome, made the structure an attractive strategic asset. The abbey has been sacked many times: by the Longobards in 581, the Saracens in 884, and by Napoleon nearly a millennium later. Each time, it was rebuilt grander than before. And with each reconstruction the abbey took on more of the characteristics of a citadel.

From November, 1943, to May, 1944, the hill on which the abbey stood was at the center of one of the largest and bloodiest battles of the Second World War. Monte Cassino was a crucial part of the Gustav Line, a string of fortified German defenses that bisected Italy. In anticipation of the Allied push toward Rome, Hitler ordered that the Gustav Line be upgraded to “fortress strength.” Seeing the opportunity for a propaganda victory, the Nazis helped the monks box up many of the abbey’s treasures and transfer them to safety before the fighting began. Most of the monks then fled. The Allied command, believing that the Germans were using the abbey as a garrison and ammunition dump, made the controversial decision to bomb Monte Cassino. On February 15, 1944, American B-17s, B-25s, and B-26s dropped more than four hundred tons of explosives on the monastery. (Film of the bombing can be seen on YouTube.) Hundreds of civilians who had taken refuge there were killed. A handful of monks and other survivors left the abbey the next day. The fighting continued for another three months before a group of Polish soldiers planted their nation’s flag among the ruins of the monastery, signaling an Allied victory.

One of the American airmen who participated in the bombing of Monte Cassino was a young radio operator and tail gunner from Florida named Walter M. Miller, Jr. Miller, who enlisted in the Army after the attack on Pearl Harbor, flew on more than fifty combat missions in B-25 Mitchells above the Mediterranean region and the Balkans. Following the war, he got married, studied engineering at the University of Texas, and converted to Catholicism. In the fifties, he began publishing stories and novellas in Amazing Stories, Galaxy, Astounding Science Fiction, and other magazines_._ Miller also wrote scripts for the popular television show “Captain Video and His Video Rangers.” The list of writers for “Captain Video” includes some of the biggest names in midcentury science fiction: Arthur C. Clarke, James Blish, Isaac Asimov, and Jack Vance.

Miller is best known for the only novel he published in his lifetime, “A Canticle for Leibowitz.” Composed of a trilogy of novellas that originally appeared in The Magazine of Fantasy and Science Fiction,_ _”Canticle,” which was released in 1959, has never been out of print, selling more than two million copies. While it hasn’t attracted the following enjoyed by “The Lord of the Rings” or even “Dune,” it remains a hugely influential book and a landmark of post-apocalyptic fiction. Along with Ray Bradbury’s “The Martian Chronicles,” “A Canticle for Leibowitz” was one of the first novels to escape from the science-fiction ghetto and become a staple of high-school reading lists. Its legacy can be seen in the works of Gene Wolfe, Margaret Atwood, and many other speculative-fiction authors who came after him, as well as in the current flood of end-of-the-world novels, TV shows, and movies.

The book’s first novella, “Fiat Homo” (“Let there be Man”), is set at a monastery in the Utah desert some six hundred years after a nuclear holocaust known as the Flame Deluge. The war caused a backlash against learning and knowledge, called the Simplification, which wiped out almost all traces of civilization. Most of the people on earth are illiterate. Many are deformed by radiation. The monks who reside in the monastery are devoted to honoring the memory of Isaac Edward Leibowitz, a Jewish scientist at Los Alamos who was martyred for his efforts to safeguard scientific knowledge in the aftermath of the conflict. They collect and transcribe the “Leibowitz Memorabilia,” including shopping lists, technical documents, and circuit diagrams that they cannot even begin to understand. The protagonist of “Fiat Homo” is a bumbling but well-intentioned novice named Francis who, during a Lenten fast in the desert, accidentally discovers the fallout shelter Leibowitz used. This discovery results in Leibowitz’s elevation to sainthood. Francis makes the treacherous journey to New Rome to witness the canonization and is killed by mutant tribesmen on his way back to the abbey.

The second novella, “Fiat Lux” (“Let there be Light”), takes place hundreds of years later, in the thirty-second century. Like most middle parts of trilogies, it is the least compelling—”the long belly of a dachshund, slung . between two pairs of sturdy legs,” as Peter Matthiessen characterized the second volume of his Watson trilogy. After more than a millennium, mankind is on the cusp of emerging from the dark ages brought about by the Flame Deluge. Hostility is brewing among the city-states (Denver, Texarkana, Monterey) that have risen out of the former American nation. A prominent scientist named Thon Taddeo, a latter-day Newton or Einstein, visits the monastery to investigate its holdings. He is astonished to find that one of the monks has created a working electric light, which is powered by a sort of treadmill. Taddeo believes the Leibowitz Memorabilia will lead him to breakthroughs in his work, but the abbot refuses to let Taddeo take items from the library back to Texarkana. Meanwhile, the abbey narrowly avoids being used as a military base for an attack on Denver.


Voir la vidéo: Tzvetan Todorov: Il ny a pas de guerre juste (Novembre 2021).