Informations

Qu'est-il arrivé aux personnes qui vivaient à l'extérieur d'un château lorsque le château était assiégé ?


Il me semble que si un dirigeant laissait entrer trop peu de personnes, il n'aurait pas grand-chose à gouverner après le siège, et s'il en laissait trop, il n'aurait pas beaucoup de chance de survivre.

Qu'est-il arrivé aux personnes qui vivaient à l'extérieur d'un château lorsque le château était assiégé ? Combien d'entre eux se retireraient au château ? Qu'arriverait-il aux personnes qui n'étaient pas autorisées à entrer dans le château ? S'ils étaient généralement tués, y a-t-il eu des dirigeants qui ont survécu à un siège mais qui n'ont plus qu'eux-mêmes et les habitants de leur château pour régner ?


La superficie de l'Europe est de 3 931 000 milles carrés. Si entre la moitié et le quart de cela était divisé en manoirs à l'époque médiévale, cela donne environ 982 750 à 1 965 500 miles carrés de terres seigneuriales.

Un site dit que le manoir moyen (anglais) était d'environ 1 200 à 1 800 acres. Avec 640 as pour un mile carré, la moyenne du manoir (anglais) était d'environ 1,875 à 2,8125 miles carrés. Ainsi, l'Europe seigneuriale pourrait avoir eu jusqu'à 349.422,22 à 1.048.266.6 manoirs.

Le site sur les manoirs médiévaux dit que l'Angleterre après la conquête normande en 1066 avait plus de neuf mille domaines seigneuriaux. L'Angleterre médiévale avait une superficie d'environ 50 346 miles carrés, donc la superficie totale de l'Europe seigneuriale aurait dû être environ 19,519 à 39,038 fois plus grande que le royaume d'Angleterre et aurait donc dû avoir environ 175 679 à 351 358 manoirs. http://www.lordsandladies.org/medieval-manors.htm[1]

Il aurait donc dû y avoir des centaines de milliers de manoirs dans l'Europe médiévale.

La plupart des manoirs avaient un manoir où le seigneur du manoir et sa famille vivaient à plein temps s'il s'agissait de son seul manoir ou à temps partiel s'il possédait un tas de manoirs.

Le nombre total de châteaux dans l'Europe médiévale est inconnu mais devait se chiffrer par dizaines de milliers. Chaque château était soutenu par la population voisine d'un ou plusieurs manoirs. Un château peut avoir des dizaines de personnes qui le défendent et/ou s'y réfugient lors d'un siège, ou parfois des centaines, voire des milliers dans certains cas.

Si un seigneur d'un seul manoir était assiégé dans son seul château, les assiégeants pourraient faire suffisamment de dégâts à ses paysans et à ses biens pour le ruiner financièrement.

La question initiale porte sur un souverain, et cela semble plus important que le seigneur d'un seul manoir. Si « souverain » signifie un dirigeant féodal important comme un comte, un duc, un margrave, etc., il n'y en avait que quelques centaines ou quelques milliers à la fois dans l'Europe médiévale, donc un moyen pourrait avoir au moins des dizaines de châteaux et au moins des centaines de manoirs sur le territoire qu'il dirigeait, bien que la plupart appartiendraient à ses seigneurs subordonnés.

Et si:

y a-t-il eu des dirigeants qui ont survécu à un siège mais qui n'ont eu que eux-mêmes et les habitants de leur château à gouverner ?

fait référence aux rois, il n'y avait qu'une vingtaine de royaumes ou moins à la fois dans les régions de construction de châteaux en Europe de 1000 à 1500 après JC, donc le royaume moyen comprenait des centaines et des milliers de châteaux et de manoirs. Donc, si les envahisseurs assiégeaient un roi dans un château et massacraient tous les paysans dans quelques manoirs voisins, le roi aurait probablement la grande majorité de ses sujets payants après l'abandon des envahisseurs.


Je suppose que vous posez des questions sur les personnes qui vivaient dans les environs immédiats et qui étaient les sujets des propriétaires du château. Normalement, ils seraient admis et se cacheraient dans le château, avec leurs biens meubles. (Après tout, ces personnes fournissaient des revenus au propriétaire du château). Les villages autour du château étaient normalement incendiés par l'assiégeant, ou par le propriétaire du château (pour empêcher l'assiégeant de les utiliser). Ceux qui ne se cachaient pas dans le château s'enfuyaient et se cachaient quelque part, ou restaient. Ceux qui restaient n'étaient pas nécessairement tués, au lieu de cela ils pouvaient être forcés de travailler pour l'assiégeant, ou simplement taxés.

Par exemple, les Mongols, dans leurs nombreux sièges, ont forcé la population locale non seulement à travailler mais aussi à se battre pour eux, à participer au siège. D'autres pourraient être capturés et réduits en esclavage. Mais en général, leur politique était de tuer ceux à l'intérieur du château qui ont résisté lorsque le château a été pris, plutôt que les villageois à l'extérieur. Les villageois peuvent être volés, taxés ou exploités d'une autre manière, pourquoi les tuer ?

Un souverain qui survivrait à un siège serait certainement privé au moins de certains de ses sujets.

Je veux dire que toutes sortes de choses se sont produites. Votre question est trop générale.


Attaquer un château au Moyen Âge

Attaquer un château au Moyen Âge
Le Moyen Âge englobe l'une des périodes les plus violentes de l'histoire anglaise et est incarné par les châteaux du Moyen Âge. Le développement, l'architecture et la construction de ces grandes forteresses ont changé au fil du temps, influencés par des événements historiques importants tels que les croisades et la technologie de la guerre de siège. Cette page fournit des informations intéressantes et importantes sur l'attaque d'un château au Moyen Âge. Le château décrit est un château concentrique. Cliquez sur le lien suivant pour plus de détails sur l'attaque des châteaux de Motte et Bailey

Attaquer un château au Moyen Âge
L'attaque d'un château concentrique au Moyen Âge a été rendue difficile par les compétences et les conceptions des châteaux concentriques par des personnes comme le roi Édouard Ier et son maître constructeur et architecte, Maître James de Saint-Georges. Les croisades étaient populaires au Moyen Âge. Des milliers de personnes ont voyagé en Terre Sainte et ont participé aux croisades médiévales du Moyen Âge. Ils ont été exposés aux grandes forteresses de la Terre Sainte, à une architecture différente, à des tactiques de guerre de siège avancées et à des engins de siège. Ces nouvelles connaissances et idées ont contribué à améliorer la conception des châteaux concentriques, rendant plus difficile la tâche d'attaquer un château au Moyen Âge. Cependant, les tactiques avancées de guerre de siège et les différents types d'engins de siège ont aidé les seigneurs et les chevaliers à attaquer un château au Moyen Âge.

Attaquer un château au Moyen Âge

  • Faits et informations intéressants sur l'attaque d'un château au Moyen Âge
  • Les gens et les événements autour de l'Attaque d'un château au Moyen Âge
  • Vie et histoire à l'époque médiévale
  • Défense et attaque
  • Architecture et bâtiment

Attaquer un château au Moyen Âge - Siege Warfare
Attaquer avec succès un château au Moyen Âge dépendait de la capacité du château et de ses habitants à résister à un siège. Comprendre la guerre de siège était essentiel au Moyen Âge. Les châteaux concentriques du Moyen Âge ont été conçus dans cet esprit et comprenaient des éléments de défense tels que le fossé, la herse, la barbacane, la guérite, les créneaux et le pont-levis. Les engins de siège médiévaux devaient briser toutes ces défenses pour que l'attaque du château réussisse. L'alternative était d'affamer les habitants des châteaux et de forcer la capitulation.

Attaquer un château au Moyen Âge - Siege Warfare
Attaquer un château au Moyen Âge impliquait de saper le château. Les attaquants ont choisi le point le plus faible du château pour ces efforts et ont miné sous un coin. Les attaquants creuseraient un tunnel sous l'un des coins du château à l'aide d'accessoires en bois. Ces mineurs s'appelaient des sapeurs. Le tunnel serait alors rempli de broussailles hautement inflammables. Le bois serait incendié et le coin du château s'affaiblirait puis s'effondrerait. Le poids du château faisait s'effondrer les murs et parfois tout le château s'effondrait. D'autres méthodes ont également été utilisées lors de l'attaque d'un château au Moyen Âge

  • Des hommes, armés d'échelles d'escalade, escaladaient les murs du château lorsqu'ils attaquaient un château. L'attribut principal des scalaires était leur vitesse
  • Trahison - Les traîtres à l'intérieur du château pouvaient se retourner contre les habitants - c'était un événement étonnamment courant
  • Famine - Une stratégie de siège efficace si le temps et le coût n'étaient pas un problème

Attaque d'un château au Moyen Âge - Armes de siège
Les soldats qui attaquaient un château au Moyen Âge devaient utiliser toutes les armes de siège dont ils disposaient. Les armes de siège médiévales utilisées au Moyen Âge ont été construites sur le site du château qui devait être assiégé. Le type et le nombre exacts d'armes de siège et leur conception devaient être établis lorsque des plans étaient élaborés pour attaquer un château. Les seigneurs médiévaux, les chevaliers et leurs ingénieurs de siège ont identifié les parties les plus faibles du château et ont planifié leur stratégie de siège en conséquence. Les engins de siège lors de l'attaque d'un château au Moyen Âge étaient le trébuchet, la baliste, la catapulte, le mangonel, le bélier et les tours de siège.

  • Le bélier était utilisé pour littéralement « battre » vers le bas, marteler, frapper, secouer et percer les murs du château
  • La baliste était similaire à une arbalète géante et fonctionnait en utilisant la tension lors du lancement de missiles
  • Le Mangonel a lancé des missiles à partir d'un seau en forme de bol au bout du bras géant du Mangonel
  • Le puissant engin de siège du Trébuchet se composait d'un levier et d'une fronde et était capable de lancer des pierres pesant 200 livres lors de l'attaque d'un château
  • La tour de siège a été conçue pour protéger les attaquants et leurs échelles tout en attaquant une zone faible du mur du château

La guerre de siège a été appliquée lors de l'attaque d'un château concentrique - les murs du château pouvaient tomber en raison du bombardement des engins de siège tels que la baliste, le mangonel et le trébuchet

Attaquer un château au Moyen Âge
L'ennemi utiliserait tous les engins de siège à son avantage lors de l'attaque d'un château au Moyen Âge. Les murs du château pourraient tomber en raison du bombardement des engins de siège tels que la baliste, le mangonel et le trébuchet

Attaquer un château au Moyen Âge
Chaque section de ce site Web sur le Moyen Âge aborde tous les sujets et fournit des faits et des informations intéressants sur ces grandes forteresses et châteaux de l'époque médiévale, y compris cette section sur l'attaque d'un château au Moyen Âge. Le plan du site fournit des détails complets sur toutes les informations et les faits fournis sur le sujet fascinant du Moyen Âge !

Attaquer un château au Moyen Âge

  • Ère, période, vie, âge et temps du Moyen Âge
  • Châteaux du Moyen Âge, Chevaliers Féodalisme
  • Faits et informations intéressants sur l'attaque d'un château au Moyen Âge
  • Vie et histoire à l'époque médiévale
  • Défense et attaque
  • Architecture et bâtiment
  • Les gens et les événements autour de l'Attaque d'un château au Moyen Âge
  • La vie au Moyen Âge

Le siège à l'époque médiévale : assiéger un château au Moyen Âge

Guerre médiévale - les tactiques, les méthodes et les armes utilisées pour assiéger un château à l'époque médiévale.

Le siège était une technique populaire de la guerre médiévale et visait à forcer l'ennemi à abandonner un château (ou parfois une ville entière) ou à mourir pour sa défense. Le but était d'entrer dans le château, mais pas de le détruire, car le bâtiment serait finalement pris et utilisé par les attaquants.

Assiéger un château médiéval

Un château a été construit pour résister à un siège et toute force d'attaque a donc commencé à être désavantagée. L'emplacement d'un château a été choisi avec soin et se trouvait généralement sur un terrain élevé, de sorte que les armées attaquantes pouvaient être vues bien avant qu'elles ne s'approchent du bâtiment.

Certains châteaux avaient une rivière ou la mer d'un côté, ce qui rendait l'approche difficile. D'autres, comme le château d'Édimbourg en Écosse, ont été construits sur un grand éperon rocheux, obligeant les attaquants à escalader des parois abruptes.

Se préparer à un siège médiéval

Les armes de siège étaient généralement créées sur les lieux d'un siège. Le commandant de bataille évaluerait la scène et déterminerait quelles armes étaient nécessaires pour attaquer sur ce site particulier. La plupart des armes de siège étaient grandes et encombrantes et n'auraient pas pu être transportées sur de longues distances.

La force attaquante devait choisir un site où manger et dormir en relative sécurité, hors de portée des armes lancées par les habitants du château. Ils devaient également s'assurer qu'ils pourraient se défendre si une armée venait à la défense du château d'une autre direction.

Armes de siège au Moyen Âge

Parmi les types d'armes de siège les plus populaires figuraient celles qui lançaient des missiles à longue distance. Le trébuchet était une catapulte avancée. Il a été placé à l'extérieur des murs du château et un poids lourd a été déposé sur une extrémité, faisant jaillir l'extrémité la plus courte avec force, libérant le projectile choisi.

Une baliste était une combinaison de bras en bois et de cordes. Il a utilisé la force pour tirer plusieurs flèches plus rapidement qu'un seul tireur d'élite ne le pourrait.

Une tour de siège était une grande structure en bois, au moins aussi haute que les murs du château et était souvent montée sur roues, de sorte qu'elle pouvait être déplacée là où elle était nécessaire. Bien qu'il ait l'avantage de placer les archers à portée facile de l'armée en défense, il était vulnérable aux tirs ou au renversement de ses attaquants.

Poudre à canon et creusement de tunnels dans un siège de château

La plupart des sièges réussis ont dû s'appuyer sur un certain nombre de méthodes, qui, combinées, ont fait tomber le château entre les mains de ses attaquants. L'utilisation de poudre à canon et de tunnels a permis de détruire des parties du château tandis que la force principale se concentrait sur l'utilisation d'armes de siège pour l'attaque.

Un pétard était un premier type de bombe, qui pouvait être assez puissant pour détruire une porte ou une entrée de château. Son gros inconvénient était qu'il devait être physiquement fixé à la structure qu'il était censé détruire. Cela exposait les attaquants à un risque énorme d'être touchés par des flèches ou trempés dans de l'huile bouillante lancée depuis les plus hauts murs du château.

Le pétard était rempli de poudre à canon et allumé par une mèche lente. Si l'entrée du château était percée, ou même partiellement endommagée, les attaquants pouvaient alors utiliser un bélier pour entrer et attaquer de l'intérieur.

Certaines armées avaient des tunneliers qui creusaient de leur camp vers les murs du château. Lorsqu'ils atteignaient les fondations du château, ils remplaçaient certaines pierres de fondation par des morceaux de bois. Ils se retiraient, allumaient un feu dans le tunnel et voyaient si la chute du bois brûlant provoquait l'effondrement des murs.

Affamer les habitants d'un château médiéval

Afin de forcer les habitants d'un château à partir, leurs assaillants devaient s'assurer que la nourriture et l'eau ne pouvaient pas les atteindre. Parfois, l'approvisionnement en eau était empoisonné et certaines armées recouraient à jeter le cadavre d'un animal ou même d'un humain dans le château pour tenter de propager la maladie.

Un château pouvait tenir des mois, voire des années, s'il était bien préparé pour un siège. Les habitants espéraient que les assaillants se désintéresseraient ou feraient face à une attaque et reculeraient, laissant le château à une période de paix.

À la fin de la période médiévale, un château est devenu plus une maison qu'un système de défense et la vie était plus faite de tournois et de démonstrations que de batailles rangées.


Les quartiers du Seigneur et de sa famille : le solaire

Le Seigneur et la Dame étaient les chefs de famille, mais le Seigneur était souvent hors de résidence. Ses fonctions l'auraient généralement appelé à s'occuper de questions d'affaires ou de politique à Londres ou dans d'autres grandes villes. Souvent, les Lords étaient appelés à superviser ou même à participer à des activités militaires plus loin également.

Généralement, les serviteurs du Seigneur, tels que son époux ou chambellan (maître de sa chambre et de ses propriétés coûteuses), voyageaient à ses côtés et retournaient au château quand il le faisait. Cela signifiait que lorsque le maître était absent, le château devenait vraiment un endroit calme.

En son absence, la dame du château était souvent en charge des affaires domestiques quotidiennes, mais les détails de la gestion du château incombaient généralement à ses propres serviteurs.

Lorsque le seigneur et la dame étaient en résidence au château, ils auraient eu un certain nombre de chambres exclusivement à leur usage.

Généralement, à l'époque médiévale, l'intimité était très difficile à trouver (lisez ci-dessous pour une description plutôt alarmante des toilettes communes des châteaux médiévaux !), les tours ou le donjon du château. Ces pièces étaient généralement appelées « chambres solaires » , censées dériver des mots de « solitude » 8217.

Ce sont les restes de la cheminée dans les chambres de la Dame, au château de Goodrich.

Dans ces pièces, ils pouvaient profiter de l'intimité, du confort et généralement de plus de chaleur et de lumière du soleil, car la chaleur de la Grande Salle montait pour réchauffer leurs chambres privées.


Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne

En 1296, le roi anglais notoirement impitoyable Édouard Ier envahit l'Écosse et se dirigea vers le château d'Édimbourg. Après un court siège de trois jours, le château fut capturé et une importante garnison de 350 chevaliers se rassembla pour le protéger. Des maîtres artisans ont été amenés du Pays de Galles afin de renforcer les défenses du château. Les insignes royaux, les archives de l'État et d'autres trésors appartenant au château d'Édimbourg ont été pillés et envoyés à Londres avec la pierre du destin de l'abbaye de Scone. Le château ne reviendra pas aux mains des Écossais avant très longtemps.

1314 : Le siège de « Bannockburn »

Les Anglais ont maintenu une emprise étroite sur le château d'Édimbourg qui allait durer près de 20 ans. Le château a été utilisé comme base importante pour les Anglais où de nouvelles campagnes sur le nord de l'Écosse pouvaient être menées, mais en mars 1314, l'occupation a pris fin. Lors d'une attaque surprise, trois mois seulement avant la bataille de Bannockburn, une petite force de 20 hommes sous la direction de Thomas Randolph, premier comte de Moray, a escaladé les murs du château et l'a repris aux Anglais. Un an plus tard, l'oncle de Randolph, le roi Robert the Bruce, ordonna la destruction du château afin qu'il ne puisse plus jamais tomber entre les mains de l'ennemi. Il faudra des décennies avant que le château d'Édimbourg ne soit entièrement reconstruit.

1334 : Le siège de Douglas

Le château d'Édimbourg fut à nouveau cédé aux Anglais en 1334, cette fois au roi Édouard III à la suite d'une invasion qui annonça le début de la Seconde Guerre d'Indépendance écossaise. Il faudra attendre 1341 jusqu'à ce qu'une force écossaise, sous le commandement de Sir William Douglas, puisse la reprendre. Douglas fait se déguiser ses hommes en marchands. Ils ont réussi à s'infiltrer à l'intérieur du château et à tuer les 100 défenseurs anglais.

1571-3 : Le siège de Lang

À partir de mai 1571, le siège de Lang était une série d'attaques contre le château d'Édimbourg qui s'étalait sur deux ans et réduisait l'ancienne forteresse en ruines. Les forces gouvernementales ont assiégé le château plusieurs fois de suite après que la garnison a déclaré son soutien à la déchue Marie, reine d'Écosse. La dévastation infligée pendant le siège de Lang a façonné le château tel que nous le connaissons aujourd'hui. La batterie de la demi-lune distinctive qui s'enroule autour de la face sud du château a été construite autour des vestiges de la tour de David dans les décennies qui ont suivi. La Herse Gate a également été construite pour remplacer l'épave de la tour de l'agent de police. Le château a été reconstruit en 1578 et aujourd'hui, seules quelques sections isolées de celui-ci sont antérieures au siège.

1640 : Le siège rapide

En 1639, l'armée Covenanting du général Leslie a pris d'assaut le château d'Édimbourg et a réussi à le capturer dans ce qui est décrit comme «la capture la plus efficace du château d'Édimbourg jamais réalisée». Leslie aurait distrait le gouverneur du château pendant que ses hommes faisaient sauter la porte principale avec un « pétard ». La garnison royaliste est prise en une demi-heure sans que le général Leslie ne perde un seul homme. Le château d'Édimbourg a été repris par Charles Ier plus tard cette année-là, mais en juin 1640, il a de nouveau été conquis par les Covenanters. Ce siège dura considérablement plus longtemps, les hommes du général Leslie causant de gros dégâts aux défenses orientales du château avant de réussir à s'en emparer.


Chronologie du château de Windsor des dates importantes

Le roi fit construire un ensemble complet de fortifications autour du quartier inférieur. Les impressionnantes tours arrondies du côté sud de la ville ont été ajoutées. Les murs autour du château ont été réparés et complétés par la construction de l'extrémité ouest et des trois tours du quartier inférieur.

  • Une chapelle a été construite, probablement sur le site d'Albert Memorial Chapel se tenant sur le site de la tour Winchester
  • La chapelle était reliée par des fortifications au couvre-feu, à la jarretière et aux tours de Salisbury. La tour de couvre-feu a été construite entre 1227 et 1230 et a été pendant plusieurs siècles connue sous le nom de tour Clewer
  • Une autre grande tour a été construite, appelée la tour de pierre, maintenant la tour d'Henri III,

Guillaume de Wykeham (1324 - 1404) a supervisé la construction des ajouts au château de Windsor sur la base de ses compétences en construction acquises alors qu'il était secrétaire du connétable du château de Winchester. Les travaux comprenaient les éléments suivants :

  • Une grande partie de l'ancien château a été démolie et reconstruite sur des lignes plus solides
  • Vaste nouveaux appartements d'État en pierre soutenus par des sous-sols voûtés en pierre avec des suites séparées de chambres pour le roi et la reine au premier étage
  • Celles-ci étaient disposées autour de deux cours plus tard connues sous le nom de Brick Court et Horn Court
  • La tour ronde, la tour Edouard III, la porte normande, la tour du roi Jean ont été ajoutées

Guillaume de Wykeham est devenu évêque de Winchester (la tour de Winchester a été nommée d'après lui) et a finalement été nommé Lord Chancelier d'Angleterre en 1367

George IV est à l'origine des grandes transformations du Château, notamment l'élévation de la célèbre Tour Ronde. Il transforma le château en palais. L'architecte Jeffrey Wyatt, frère de James Wyatt que George IV a fait chevalier et a appelé Wyattville, a été nommé pour reconstruire des parties du château de Windsor :

  • Jeffrey Wyatt a élevé la tour ronde à sa hauteur actuelle
  • Élevé le niveau de tous les toits
  • Brick Court était orné d'un grand escalier
  • Horn Court avec la Waterloo Gallery
  • Construit les tours Brunswick, York et Lancaster

Ces améliorations coûtent 500 000 £. Pendant la reconstruction, les peintures murales d'Antonio Verrio dans St George's Hall et la Kings Chapel ont été détruites

La chronologie des dates importantes du château de Windsor

Tous les principaux bâtiments, démolition et améliorations sont détaillés dans la chronologie des dates importantes du château de Windsor.

Des événements clés de l'histoire de l'Angleterre ont également été décrits dans la chronologie du château de Windsor. Des liens ont été fournis donnant accès à encore plus de faits et d'informations sur les événements répertoriés dans la chronologie des dates importantes du château de Windsor.


Les légendes et les mystères entourant le château d'Édimbourg

Une nuit d'août, il y a quelques siècles, un type à la rousse fougueuse, aux taches de rousseur et à l'air débraillé, vêtu d'un kilt en tartan que son père lui avait offert, des chaussures usées et usées qui appartenaient probablement à son arrière-grand-père, et une cornemuse attachée autour de son mince corps a été envoyé dans un tunnel secret pour voir où il menait.

Tout un réseau de tunnels souterrains a été découvert sous le Royal Mile, la rue descendante qui relie le château d'Édimbourg et le palais de Holyrood dans la ville d'Édimbourg, anciennement connue sous le nom de Dunedin, ou Athènes du Nord comme certains l'appelaient en raison de sa ressemblance avec la ville des Dieux en Grèce.

Le garçon devait marcher dans le tunnel près du sommet du Royal Mile, jouant un air alors qu'il marchait profondément sous terre. On pensait qu'il sortirait de l'autre côté - où que ce soit. Ses progrès seraient tracés par des personnes sur le terrain, aidés par le son de sa musique. C'était du moins le plan.

Une vue d'Édimbourg, en Écosse, vue de Calton Hill le 13 juillet 2017. Dans l'image, le château d'Édimbourg peut être vu au sommet de la colline dans laquelle se trouve la vieille ville de la capitale écossaise.

Mais alors, à mi-chemin du Mile, la musique s'est soudainement arrêtée. Ils ont appelé le nom du garçon, mais personne n'a répondu. Ils ont passé le tunnel au peigne fin, s'aventurant aussi loin qu'ils l'ont osé, à sa recherche. Il était introuvable. Il n'y avait aucune trace de lui ni de son corps maigre et des cornemuses dont il jouait. Le garçon était parti et personne ne savait pourquoi.

Des centaines d'années se sont écoulées depuis et chaque août, l'événement Edinburgh Military Tattoo a lieu dans la ville. À la toute fin, après tous les défilés de kilt traditionnels du régiment écossais, et toutes les chansons jouées par des centaines de batteurs et encore plus de cornemuseurs, un joueur de cornemuse, debout seul et mis en lumière sur les remparts du château d'Édimbourg joue un air lugubre sur ses tuyaux.

Le tatouage militaire d'Édimbourg 2011. Photo : LA (Phot) Sally Stimson/MOD

Il y a eu des rapports étranges sur une mélodie entendue dans les chambres du château qui semble sortir de nulle part. Certaines personnes disent qu'elles l'ont entendu en descendant le Royal Mile. La légende locale raconte qu'il s'agit du chant pleurant d'une âme perdue dont le fantôme, errant éternellement dans les tunnels sous la ville, continue de jouer de la cornemuse à la recherche d'une issue.

Alors peut-être que le joueur de flûte solitaire joue l'air triste chaque année à la mémoire du garçon perdu. Ou, sinon pour lui, alors sûrement pour tous ceux qui ont perdu la vie à l'intérieur ou devant les murs en essayant de défendre ou de s'emparer du plus grand bastion d'Écosse.

Le château est devenu un symbole reconnaissable d'Édimbourg et de l'Écosse. Photo par : Andrea Vail CC par 2.0

Il y a rarement un endroit sur la planète qui peut correspondre à l'histoire longue et colorée du château d'Édimbourg - qui, perché au sommet des vestiges d'un ancien volcan éteint, régit l'horizon de la ville regorgeant de contes et de légendes d'autrefois .

Le Grand Hall, Château d'Édimbourg Restauré à sa gloire d'antan, bien qu'il ait été utilisé comme caserne à plus d'une occasion dans son histoire. Photo de Mike Pennington CC BY-SA 2.0

Le château se trouve au sommet de Castle Rock, un bouchon volcanique qui s'est formé il y a 350 millions d'années et a servi d'établissement humain au début de l'âge du bronze. Des fouilles menées dans les années 1990 ont montré des preuves d'habitation avec des archéologues datant que les outils de l'âge du bronze qu'ils ont découverts datent de 850 av.

Des preuves archéologiques indiquent que le site sur lequel ces gens vivaient était connu sous le nom de « Aluana » ou « endroit rocheux » et, en raison de sa fortification naturelle, Castle Rock est une colonie et une base militaire depuis – une revendication qui en fait la plus longue en permanence. zone habitée du pays.

Le château est construit sur une roche volcanique, comme on le voit ici depuis la zone de West Port Photo de Kim Traynor CC BY-SA 3.0

C'est un endroit si ancien qu'au moment où un château a été officiellement mentionné pour la première fois dans la littérature historique, son nom et sa fondation étaient déjà entourés de mythes et de légendes.

La première est liée aux célèbres légendes arthuriennes, ou plus précisément aux pages du poème épique gallois médiéval Y Gododdin. Selon cette précieuse pièce de littérature du 7ème siècle après JC, une forteresse nommée "Le Château des Jeunes Filles" a servi de sanctuaire aux "Neuf Jeunes Filles" dont l'une était la puissante enchanteresse Morgan le Fay, roi Le protecteur dévoué d'Arthur.

Un coup de téléobjectif du château d'Édimbourg contre un beau ciel bleu, Ecosse, Royaume-Uni.

Un autre document, mais cette fois non pas gallois mais d'origine écossaise, le Orygynale Cronykil d'Ecosse écrit par Andrew de Wyntoun, suggère que dans les temps anciens, une fortification nommée « Château de la jeune fille » a été élevée par Ebraucus, roi des Britanniques.

8 châteaux les plus anciens du monde entier

Cependant, le château d'Édimbourg, l'édifice imposant que nous connaissons aujourd'hui, date du XIIe siècle lorsque David Ier, le fils de Sainte Marguerite d'Écosse, a d'abord élevé (au moins officiellement) un château sur Castle Rock en mémoire de sa mère.

L'histoire raconte qu'en 1070 après JC, le roi d'Écosse Malcolm III épousa une princesse anglaise qui, en raison de son équité et de sa nature généreuse, fut connue sous le nom de Sainte Marguerite d'Écosse, gagnant la réputation de « la perle d'Écosse ».

Malcolm et Margaret comme représentés dans un armorial du XVIe siècle.

Son mari est mort au combat et elle, affligée et navrée, est décédée quelques jours après avoir appris la nouvelle. Son fils David I a construit le grand château sur Castle Rock et une merveilleuse chapelle en son honneur.

Les tensions se sont accrues entre l'Angleterre et l'Écosse à la fin du XIIe siècle, et il semble que les monarques et les nobles se concentrent presque toujours sur Édimbourg et le château de la ville. Celui qui la tenait contrôlait la ville d'Édimbourg et, avec cela, l'Écosse.

Ainsi, au fil du temps, il a gagné le droit d'être appelé «le défenseur de la nation» et pour la même raison, il a été assiégé à plusieurs reprises. La première bataille importante a eu lieu à la fin du XIIIe siècle lorsqu'Edward Longshanks (Edouard Ier d'Angleterre) a tenté de s'emparer du château et de s'emparer du trône écossais. Ce n'était pourtant que le début.

Détail d'un dessin contemporain du château d'Édimbourg assiégé en 1573, le montrant entouré de batteries d'attaque.

Tout au long de sa longue histoire, le château d'Édimbourg a été attaqué, assiégé et envahi 23 fois plus que n'importe quel endroit en Grande-Bretagne ou n'importe quel autre château dans le monde. La moitié de ces batailles ont eu lieu pendant une courte période de 50 ans lorsque le château a fait des allers-retours entre les mains écossaises et anglaises pendant les guerres d'indépendance (1296-1341), au cours desquelles le château d'Édimbourg a été presque entièrement détruit.

Chapelle Sainte-Marguerite du château d'Édimbourg à Édimbourg, en Écosse.

Lorsque Robert le Bruce a assiégé en 1314, il a détruit tous les bâtiments sauf un : la chapelle de Margaret, qui est toujours intacte aujourd'hui et est le plus ancien bâtiment d'Écosse.

Une représentation du château de la fin du XVIe siècle, de Braun & Hogenberg’s‘Civitates Orbis Terrarum,’ montrant la tour de David’s au centre.

Les réparations du château ont été menées par David II d'Écosse au 14ème siècle. Mais Édimbourg, le château et le peuple écossais ne devaient pas être laissés pour compte.

L'Angleterre a tenté de reconquérir «le défenseur de la nation» et la nation elle-même à plus d'une occasion, assiégeant siège après siège le château, l'un d'eux contre Marie, reine d'Écosse en 1573, pendant deux années complètes.

Le château d'Édimbourg tel qu'il était avant le siège de Lang de 1571-73, avec la tour de David et le bloc du palais, au centre et à gauche.

En 1650, Oliver Cromwell réussit dans ses tentatives de capturer le château, tuant Charles Ier, le dernier monarque écossais à siéger sur le trône à Édimbourg.

Dès lors, le château perdit son statut. Au lieu d'être un défenseur d'une nation, il a été transformé en une prison où des milliers de prisonniers militaires et politiques de la guerre de Sept Ans, de la Révolution américaine et des guerres napoléoniennes ont été détenus. Peut-être ont-ils entendu une mystérieuse mélodie de cornemuse dans l'obscurité des donjons qui les a laissés se demander s'ils perdaient lentement mais sûrement la tête.

La splendide capitale de l'Écosse est aujourd'hui la deuxième ville la plus visitée du Royaume-Uni (la première étant bien sûr Londres), et des millions de personnes du monde entier s'y rendent pour voir ses nombreux sites du patrimoine mondial, ses beaux festivals de musique, ses reconstitutions historiques et tout sortes de lieux particuliers qui racontent des histoires de fantômes, de monstres ou de héros folkloriques légendaires.

Le château d'Édimbourg a la réputation d'être le plus hanté et le plus visité de la ville. And with such history and so many legends attached to it, it is no surprise.

For what is worth, a bagpipe melody can always be heard on the streets in Edinburgh. Is coming from a long-lost boy somewhere deep below the streets, or from just around the corner? The only way to know is to check it out for yourself. For if one is looking for magic, the city and its grand castle are as magical and legendary as a place can ever get.

Martin Chalakoski is a freelance writer drawn to history and fascinated by oddities. He has contributed to the Abandoned Spaces and is steadily contributing to The Vintage News.


850 Years of Fascinating History

Eltz Castle is considered the German knight’s castle par excellence. It has remained in the possession of the original family and was never destroyed. Its history is a wealth of myths and events, famous personalities and great art. A short portrait of the castle with the most important dates and facts as well as many interesting stories and information:

9 th to 13 th Century
The development of medieval castles, which we admire so much today because of their beauty and their fortifications, began in the 9 th and 10 th century. What used to be small manor houses surrounded by earthworks and palisades now became castles fortified with heavy walls. The prime period of castle construction was from the 11 th to the 13 th century – the period of the Stauffer dynasty. This eventful period also saw the first mention of the name Eltz.

The Year 1157
In 1157 Emperor Frederick I Barbarossa issued a deed of donation, which was signed and sealed by Rudolf von Eltz as one of the witnesses. At this time he resided in a small castle complex next to the Eltzbach. Parts of this first castle, such as the Romanesque keep Platt-Eltz and four storeys of the former Romanesque "pallas" (living quarter), today integrated in the Kempenich Houses, can still be seen today. The probably oldest painted chimney in Germany and a recently discovered painted window arch also date from this period.

Eltz Castle was erected in a strategically important position: It was built along a trade route that linked the Moselle River – historically one of the most important trade routes in the German Empire – with the Eifel and the fertile Maifeld.

The castle and its surroundings form a harmonious unity: surrounded on three sides by the Eltzbach, the castle towers on an oval rock – the castle’s foundation – which in itself is up to 70 metres high. The architecture follows the shape of the rock, which results in the unusual shapes of the different rooms.

The Year 1268
The brothers Elias, Wilhelm and Theoderich had a dispute and the family split up before 1268. This led to the castle and the estate being divided among the three branches of the family. Henceforth the castle was a so-called "Ganerbenburg", a castle inhabited by several lines of a family at the same time.

1300 and 1311
The tower-like keep today referred to as "Klein Rodendorf" to the north of the old keep was probably built for Theoderich zu Eltz "of the Buffalo Horns" between 1290 and 1300.

Johann zu Eltz, the son of Wilhelm, built the first five storeys of what is today called "Rübenach House" in 1311 for his line of the family, "Eltz of the silver Lion".

1331 to 1336
The lords of Eltz confronted the Archbishop of Trier, Balduin of Luxemburg’s expansion politics by forming an alliance with neighbouring castles, the so-called "Eltz Feud". In 1331 this confrontation saw the first documented canon attack north of the Alps. When this proved to be ineffective, Balduin erected a siege castle, the Trutzeltz, the ruin of which can still be seen today, from where he besieged Eltz Castle with catapults and heavy stone balls for many years. The knights of Eltz finally gave up in 1336. As a result of this defeat most of the fortifications had to be demolished, leaving the castle as no more than a fortified residence. This, however, was never destroyed. It was a lucky turn that the castle never saw any battle action after the Eltz Feud. This was not least owed to clever family politics, shrewd diplomacy and occasional support from neighbours.

The Year 1472
The top two storeys and the roof of the Rübenach House were added in 1442, while the staircase of this building was only completed in 1444. The magnificent murals in this house in the west of the castle complex were completed in 1742 under Lancelot and Wilhelm of the Silver Lion. Incidentally, the name "Eltz-Rübenach" goes back to the family’s estate Rübenach near Coblenz, which had been acquired by Richard of the Silver Lion.

With its multi-angular timber-frame turrets, the simple oriel resting on two basalt columns above the entrance and the charming late-Gothic chapel apse, the Rübenach House characterises the architectural variety of the central courtyard.

1490 to 1540
The Groß-Rodendorf House was erected between 1470 and 1520. The oldest part, dating from around 1470, is the Banner Hall with its magnificent late-Gothic net vault, once probably part of the chapel. Four more storeys were added above this room. Towards the courtyard there is a vaulted entrance hall resting on three pillars. The name Eltz-Rodendorf originates from the marriage of Hans Adolf zu Eltz with Katharine von Brandscheid zu Rodendorf in 1563. Through this liaison the family acquired the dominion of Rodendorf (Chateaurouge) in the Lorraine district of Bouzonville. Hans Adolf and his descendants henceforth adopted this name.

1510 to 1581
The Eltz Family was successful mainly in the electorates of Mainz and Trier. Each generation produced a number of family members who entered into clerical professions. In the archbishopric of Trier alone, there were more than 70 prelates and nuns in 400 years, the most prominent of whom was Jakob zu Eltz, who was born in 1510. He was one of the most important prince electors in the history of the archbishopric of Trier, occupying a number of important posts during his lifetime: After his studies in Löwen, Jakob zu Eltz first became canon of Trier on 15 December 1525 and later, on 13 October 1547, dean of the cathedral. From 1564 he was also rector of Trier University. In 1567 he was finally elected archbishop and prince elector by the chapter of the cathedral in Coblenz.

Jakob zu Eltz was a strong supporter of the Counter Reformation, who had his most important allies among the Jesuits. He had to spend most of his reign residing near Wittlich, as Trier was in the hands of the Lutherans and Calvinists. It was not until 13 years later, after intense negotiations and finally by force of arms, that he managed to move his court to Trier. On 27 May 1580 the town of Trier welcomed the Prince Elector on the market square and swore their loyalty to him. Jakob zu Eltz died on 4 June 1581.

1604 to 1661
Between 1604 and 1661 the family had one to three mostly timber-frame storeys added to the Romanesque hall range and its side buildings. This expansion affected the south-eastern sections of the castle, mainly what is today known as the Kempenich Houses. Their architectural composition and well-structured timber-frame construction round off the picturesque appearance of the inner courtyard. A cistern beneath the mighty stair tower supplied the entire castle with water.

The main entrance to the Kempenich Houses is sheltered by a gate hall supported by two basalt pillars linked by arches. Above it is the Oriel Chamber. The inscriptions on the arches "BERGTORN ELTZ 1604" and "ELTZ-MERCY" refer to the date construction began and the family members responsible for the modernisation and expansion of the Romanesque building.

The Thirty Years War disrupted building works and construction was only resumed and completed under Hans Jakob zu Eltz and his wife Anna Elisabeth von Metzenhausen. This is commemorated in the keystones of the groined vault of the gate hall (1651) with the coat of arms of the Eltz and Metzenhausen families. The magnificent early Baroque alliance coat of arms of 1661 also refers to this building phase. It is carved in yellow sandstone and mounted beneath the central windows of the oriel. The same coats of arms can be found on the wrought iron window grids of the lower hall of the Kempenich House and on a heraldic shield on the banister in the courtyard.

The construction period of the castle thus lasted for more than 500 years. The architecture of this castle unites all styles from Romanesque to early Baroque to form a harmonious ensemble. The castle developed into a "Randhausburg" with eight high-rise residential buildings grouped closely around the central courtyard. Up to 100 members of the family lived in the castle’s more than 100 rooms, together with approximately the same number of servants.

The Year 1624
Hans Jakob zu Eltz also held an important position in the electorate of Trier. On 15 July 1624 the Prince Elector granted him the hereditary post of "Erbmarschall". This meant that he and his descendants commanded the electorate’s troops in war times and had authority over all the knights of Trier.

1665 to 1743
The Eltz family’s greatest political influence came with Philipp Karl zu Eltz, Prince Elector of Mainz and arch chancellor of the Holy Roman Empire of German Nations. Philipp Karl, born in 1665, joined the German-Hungarian College in Rome in 1686. By 1719 he had risen to dome cantor of Mainz and archdeacon of Trier and represented the Imperial interests in the election of Georg von Schönborn as Prince Elector of Trier. He was also canon in Mainz and Trier.

After the death of the Mainz Prince Elector, Philipp Karl zu Eltz was unanimously elected as his successor. Philipp Karl was thus a clerical leader and the most powerful clerical prince north of the Alps. As chancellor of the German Reich he later headed the Reichstag in Regensburg, where he was the highest-ranking imperial prince after the Emperor himself. His greatest achievement was the so-called Pragmatic Sanction, which enabled the Archduchess and later Empress Maria Theresia to inherit the entire Habsburg estate, even though a female succession was not provided for in Salian Imperial law.

During most of his reign Philipp Karl represented the interests of Charles VI of Habsburg. He formed a union against Bavaria together with the electorates of Hannover and Trier. In 1742, however, there was a break with the House of Habsburg. The reason for this was the Imperial election, where Philipp Karl was forced to vote for the Wittelsbach Karl Albrecht, the later Charles VII – not least because of pressure from Bavaria and France. The House of Habsburg saw this as treason. Philipp Karl suffered under this decision until his death in 1743.

1688 to 1689
Many castles in the Rhine region were destroyed during the Palatine Wars of Succession from 1688 to 1689. During this period Hans Anton zu Eltz-Üttingen played an important role in preserving Eltz Castle. As a high officer in the French army, he managed to delete the castle from the official list of buildings to be destroyed. An "unofficial" French raid of Eltz Castle was only prevented by brave intervention of the people of Müden, who lured the marauders into a ripe cornfield and then set fire to the field with their unwanted visitors.

The Year 1733
Because of their services during the chaos of the Reformation and the Turkish Wars, Emperor Charles VI awarded the family Eltz of the Golden Lion with the title "Reichsgraf" (Count of the Reich) in Vienna in 1733. Furthermore, the Eltz family was awarded the "Großes Palatinat", the privilege to act on behalf of the Emperor, to elect notaries, to legitimise illegitimate children, to award coats of arms with shield and helmet décor to ordinary citizens, to appoint public judges and scribes, to free serfs and many more.

The Year 1736
The house of Eltz owned extensive estates, mostly in the electorates of Trier and Mainz. The most significant estate, however, was on the Danube River in Croatian Eastern Slavonia. The Eltz family acquired the dominion of Vukovar in 1736. The counts von und zu Eltz had their main residence here until their forced expulsion in 1944.

1794 to 1815
During the French occupation of the Rhine region from 1794 to 1815 Count Hugo Philipp zu Eltz was treated as an emigrant. His estates on the Rhine and near Trier were confiscated. He himself was referred to as "Citizen Count Eltz". Eltz Castle and its estates were subordinated to the military command of Coblenz. It later turned out that Count Hugo Philipp had not emigrated, but remained in Mainz. Thus the revenues from his estates were re-allocated to him in 1797. In 1815 Count Hugo Philipp bought the Rübenach House and the estates of the Barons of Eltz-Rübenach. Since the Eltz-Rodendorf branch had ceased and their estates had passed to the Eltz-Kempenich branch in 1786, Hugo Philip was now the sole owner of the castle.

1845 to 1888
During the Romantic era in the 19 th century and its rekindled interest in the Middle Ages, Count Karl zu Eltz began restoring his ancestral castle. The extensive measures lasted from 1845 to 1888, costing the substantial sum of 184 000 Mark. Today this would be the equivalent of about 15 Million Euros. Count Karl zu Eltz approached this undertaking with great care and consideration of the existing architecture. Unlike many similar projects in the 19 th century, he did not alter the castle, but cleverly restored it – something that is still praised by expert viewers today.

1976 to 1982
From 1976 to 1982 Count Jakob and Countess Ladislaja zu Eltz had the badly damaged walls of the castle re-plastered and supported with the aid of work-providing measures.

1990 to 1998
After the new formation of the state of Croatia, Jakob Graf zu Eltz was a member of the Croatian parliament between 1990 and 1991 and in 1998. He was also a member of the Foreign Committee and the European Council and was the first member of the Eltz family to be appointed into the Order of the Golden Fleece. He died in 2006.

Eltz Castle Today
Eltz Castle has been in possession of the Eltz family for more than 800 years. The present owner of the castle, Dr. Karl Graf von und zu Eltz-Kempenich, alias Faust von Stromberg, lives in Frankfurt am Main.

With the help of the German Stimulus Program II and the German Foundation for the Protection of Monuments the castle could be extensively restored between 2009 and 2012. These measures included structural repairs, repairs to the roof and the timber-frame constructions as well as the renewal of the technical equipment in the Rodendorf and Kempenich Houses. The roof of Platt Eltz also had to be reconstructed.


What happened to people who lived outside a castle when the castle was under siege? - Histoire

Castles were built during the Middle Ages as fortified homes for kings and nobility.

Why did they build Castles?

During the Middle Ages much of Europe was divided up between lords and princes. They would rule the local land and all the people who lived there. In order to defend themselves, they built their homes as large castles in the center of the land they ruled. They could defend from attacks as well as prepare to launch attacks of their own from their castles.

Originally castles were made of wood and timber. Later they were replaced with stone to make them stronger. Castles were often built at the top of hills or where they could use some natural features of the land to help with their defense. After the Middle Ages castles weren't built as much, especially as larger artillery and cannon were designed that could easily knock down their walls.


Warwick Castle by Walwegs
  • Moat - A moat was a defensive ditch dug around the castle. It could be filled with water and there was typically a drawbridge across it to get to the castle gate.
  • Keep - The keep was a large tower and the last place of defense in a castle.
  • Curtain Wall - The wall around the castle which had a walkway on it from which defenders could fire arrows down onto attackers.
  • Arrow Slits - These were slits cut into the walls that allowed archers to shoot arrows at attackers, but remain safe from return fire.
  • Gatehouse - The gatehouse was built at the gate to help reinforce the castle defenses at its weakest point.
  • Créneaux - Battlements were at the tops of castle walls. Generally they were cut out from walls allowing defenders to attack while still being protected by the wall.
  • château de Windsor - William the Conqueror built this castle after he became ruler of England. Today it is still the primary residence of English royalty.
  • Tower of London - Was built in 1066. The large White Tower was started in 1078 by William the Conqueror. Over time the tower has served as a prison, treasury, armory, and royal palace.
  • Château de Leeds - Built in 1119, this castle later became the residence of King Edward I.
  • Chateau Gaillard - Castle built in France by Richard the Lionheart.
  • Cite de Carcassonne - Famous castle in France started by the Romans.
  • Spis Castle - Located in Eastern Slovakia, this is one of the largest Medieval castles in Europe.
  • Hohensalzburg Castle - Sitting on top of a hill in Austria, it was originally built in 1077, but was greatly expanded in the late 15th century.
  • Malbork Castle - Built in Poland in 1274 by the Teutonic Knights, this is the largest castle in the world by surface area.

History of Edinburgh Castle - (RC Toys)

Edinburgh Castle is situated on Castle Rock in the city of Edinburgh, Scotland. Castle Rock formed after a volcano erupted over 340 million years ago. The first castle that existed on the rock was known as The Castle of the Maidens . According to legend, the castle had been a shrine to the Nine Maidens , one of whom was Morgan le Fay.

Castle Rock had been a military base and royal residence for centuries. However, the edifice that is known as Edinburgh Castle was built during the 12th century by David I, son of Saint Margaret of Scotland.

The tensions between the English and Scottish monarchies nearly always centred on Edinburgh Castle. He who held the castle held rule over the city of Edinburgh and, therefore, over all of Scotland. Consequently, the castle was almost constantly under siege.

The first major battle the castle witnessed was during the late 13th century when Edward I of England attempted to seize the then vacant Scottish throne. From 1296 to 1341, the castle bounced from English to Scottish hands several times during the First and Second Wars of Scottish Independence.

After the Wars of Independence, the castle was in great need of repairs. Most of the construction was overseen by David II. In his honour, David s Tower was erected.

In 1571, English forces laid siege to the city of Edinburgh in an attempt to capture Mary, Queen of Scots. The siege, which lasted for two years, became known as the long or Lang siege. By February of 1573, all of Mary s supporters had surrendered to the English. During the Lang Siege, David s Tower was destroyed.

The castle, again, witnessed strife when, in 1650, Oliver Cromwell executed Charles I and led an invasion of Scotland. In August of that year, Edinburgh Castle fell into English hands.

During the Jacobite Risings (1688-1746), the Scots attempted, several times, to recapture their castle. Unfortunately, they were never able to overpower the English. The final attempt was in 1745 when the Jacobite army was led by Charles Edward Stuart (Bonnie Prince Charlie). Although the Scots were able to capture the city, they were never able to lay siege to the castle. In November of that year, the Jacobites were forced to retreat.

From the late 18th century to the early 19th, Edinburgh Castle was used to hold military prisoners from England s many wars. The castle became a national monument in 1814 after a mass prison break proved that the castle could not hold prisoners. During the 19th and early 20th centuries, the castle was slowly restored. Military ceremonies began to be held there and, in 1927, part of the castle was turned into the Scottish National War Memorial.

Edinburgh Castle is now one of the most popular tourist attractions in Scotland. The more than one million people who visit the castle each year witness military ceremonies, historical re-enactments, and can visit sites such as St. Margaret s Chapel and the Great Hall of King James IV.


Voir la vidéo: Enquête paranormale S03-EP01: Nuit dangoisse dans labbaye (Décembre 2021).